Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesBrigitte LE GRIGNOUX et Erik NEVE...

Lectures

Brigitte LE GRIGNOUX et Erik NEVEU (2017), Sociologie de la télévision

Paris, La Découverte, Coll. « Repères »
Faïza Naït-Bouda
Référence(s) :

Brigitte LE GRIGNOUX et Erik NEVEU (2017), Sociologie de la télévision, Paris, La Découverte, Coll. « Repères »

Texte intégral

1« Qu’est-ce qu’une sociologie de la télévision ? » questionnait Éric Macé en 2001. Comme lui, nombre d’auteurs ont scruté la télévision en tant qu’objet à la fois artefactuel et sociologique, voire en sa qualité d’objet technosocial. À juste titre, puisque la télévision a connu de profondes mutations ces trois dernières décennies que ce soit dans sa nature de contenant de programmes et de flux ou dans la place et le rôle qu’elle occupe au-delà des foyers, dans le champ social. D’où la gageure notoire que doivent dépasser les sciences sociales pour proposer une définition unanime de la télévision, ce mot-valise « faussement simple » (p. 6).

2Dans cet ouvrage remarquable par sa richesse épistémologique et la densité des études qu’il convoque, cette synthèse acrobatique que nous livrent Brigitte Le Grignou et Erik Neveu reflète la multiplicité des entrées possibles pour l’exploration de l’objet « télévision », qu’il s’agisse de la production et de son organisation (chapitre I), de la programmation et des flux (chapitre II), des publics et de leurs pratiques (chapitre III) ou encore de la force idéologique et symbolique que la télévision exercerait dans différents domaines de la vie sociale (chapitres IV et V). Ce puzzle reconstitué des axes de recherche couvrant la sociologie de la télévision traduit l’intérêt récent, mais soutenu que les sciences sociales portent à cet objet, tout en trahissant l’approche pluridisciplinaire forcément morcelée et parcellaire qui en résulte. Toujours est-il que le travail des deux politistes dépasse la platitude d’un état de l’art : il se livre à une confrontation critique des recherches internationales sur la question des plus pertinentes.

3La structuration de l’ouvrage guide le lecteur efficacement en ouvrant sur un panorama des acteurs du champ de production télévisuelle et de leur positionnement (animateurs, producteurs, journalistes, etc.), thème le plus souvent relégué en fin de parcours des ouvrages en sociologie des médias. Ce premier chapitre met ainsi en lumière la configuration sociologique de laquelle les programmes émergent, en soulignant l’évolution récente des rapports de force entre acteurs, d’un point de vue entrepreneurial, artistique et journalistique. Les auteurs confirment ainsi des constats déjà faits par ailleurs dans le cadre des études portant sur des filières ciblées des industries culturelles (industrie musicale, jeux vidéo, entre autres). Aussi peut-on vérifier la montée en puissance d’acteurs dirigeants issus du management et de l’ingénierie dans le champ de production culturelle, l’intensification de la rationalisation de la production (délais contraints, travail en pool, parcellisation des tâches, etc.) qui en découle et la fragilisation croissante, d’une part, d’une majorité d’auteurs, « soutiers » du milieu (p. 28), conséquemment à la banalisation de la création et, d’autre part, des journalistes de télévision déclassés au rang de medias workers, « comme les autres » (p. 32).

4Après s’être penchés sur le cas des « fabricants » de la télévision, les auteurs s’attachent dans un deuxième chapitre et selon une approche sociohistorique éclairante, à cerner la nature du flux télévisuel, sa trajectoire et son évolution ainsi que sa visée, tout en balayant avec aisance la littérature hexagonale et internationale en sciences sociales. Les auteurs rapportent ainsi les mutations que le flux télévisuel a connues au travers des successives matrices socioculturelles au fil du temps, traduites en styles de programmation télévisuelle (popucultrice, pédocratique, familialiste, individualiste). Cette rétrospective permet d’appréhender avec clarté la nature du flux à l’ère contemporaine des néotélévisions. Cette « ère du grand mélangeur » (p. 44), dont les chercheurs rechignent à se saisir faute de noblesse de l’objet, s’avère notamment marquée par une érosion des frontières entre genres, du surplomb que la télévision tenait historiquement — glissant vers l’utile et la quête de confiance du téléspectateur — et par l’émergence d’une dynamique meta où les coulisses deviennent accessibles. En résulte un débit d’images abondant comme jamais, a fortiori depuis la possibilité donnée aux publics d’un (re)visionnage sur multiécran. Le flux ainsi restitué au présent se découvre pétri par des forces contradictoires, tiraillé entre cohérence et éclatement, en tentant non sans peine de suivre l’individualisation croissante des pratiques de consommation qui affaiblit in fine la fonction sociale jusqu’ici forte de la télévision et l’illusoire « nous » qu’elle entretenait.

5C’est ce « nous », en tant que « chaînon manquant du processus de communication » (p. 53), et ses penchants télévisuels que les deux auteurs questionnent dans le chapitre suivant. Le public est de longue date opportunément hypostasié par le diktat des sondages, qui le définissent au seul prisme de l’audience et le réduisent à un « concept statisticien » (p. 55) sans pratiques, usages, motivations, goûts et dégoûts. Les auteurs lui donnent vie en tirant de recherches interdisciplinaires les grandes tendances de pratiques, en contredisant le paradigme déterministe télévisuel et en rappelant que les comportements des téléspectateurs ne sont pas si prévisibles et homogènes que les statistiques le laissent encore penser. Polymorphe, mobile et infidèle, le public télévisuel, en particulier la génération post-TV, contrarie toute volonté de canalisation et de réification. Si l’origine sociale liée au niveau de diplôme ou l’âge demeurent des constantes dans les clivages de consommation télévisuelle, les pratiques se sont assouplies, tendant à devenir hybrides et dissonantes. Ce public « pluriel » (p. 68) diffère aussi et surtout dans sa compétence d’interprétation médiatique et dans ses attentes, toutes deux conditionnées tant par le bain culturel que par l’expérience sociale. Il est donc soumis à d’autres influences directes ou non que celle unique de la télévision : conclusion qui a conduit nombre de recherches à un enthousiasme populiste aussi dénué de réalisme que le portrait dépeint par les théoriciens des masses d’un public en éponge dépourvue de créativité et de disposition à la résistance. Finalement, les deux politistes en déduisent à bon escient que les effets présumés de la toute-puissance — elle aussi supposée — de la télévision agissent avant tout sur les professionnels mêmes des médias, principaux agents d’entretien de cette croyance.

6Les deux derniers chapitres de l’ouvrage permettent aux auteurs de creuser davantage cette question aujourd’hui largement balisée des effets de la télévision, d’abord, persuasifs et socialisateurs sur les individus dans leur diversité (chapitre IV) et ensuite, réorganisateurs sur des champs sociaux spécifiques (ex. : politique, culturel et sportif) dans leur rapport au média (chapitre V). Est ici livrée une déconstruction minutieuse et argumentée de nombreux mythes quant auxdits méfaits de la télévision. On le sait de longue date, la télévision ne fait pas le vote ni l’opinion ; elle ne produit pas non plus d’effets de socialisation ni de conditionnement implacables. Elle ne fait qu’entretenir les normes et la différenciation socioculturelles à l’œuvre dans le monde social en offrant une « vitrine des normalités » (p. 90) qui accentue les convenances en vigueur.

7Quand il s’agit d’observer le pouvoir de la télévision sur des champs plus sensibles à l’exposition médiatique, celui-ci se révèle plus ambigu. Dans le champ de production culturelle, la télévision a ainsi contribué à faire naître une nouvelle génération d’intellectuels dont la légitimité repose non plus sur la reconnaissance entre pairs, mais sur la consécration médiatique et commerciale. Le champ sportif tout comme ceux du religieux et du politique ont, quant à eux, connu une réorganisation des plus profondes affectant non seulement les attentes des publics/citoyens, mais aussi les compétences et les stratégies, les modes d’expression ou les trajectoires d’acteurs. Pour autant, là aussi, en tirant parti du pluralisme analytique des recherches en sciences sociales, les auteurs nuancent à raison cette suprématie médiatique de la télévision sur ces champs en la reléguant à un simple outil au service des stratégies d’acteurs et en rappelant son conservatisme notoire la distanciant du réel social. Les deux politistes concluent justement sur le renouveau qu’expérimente la télévision contemporaine, l’amenant à se repositionner en média subversif au discours précurseur, notamment dans les séries, ce qui suggère que « démocratie rime mieux avec diversité et dissensions qu’avec conformisme et autocensure » (p. 113).

8À n’en pas douter, cet ouvrage devrait constituer très rapidement une référence-clé en sociologie des médias, compilant, confrontant, mais surtout discutant les recherches internationales du domaine, y compris les plus récentes. Certes, les travaux d’autres auteurs spécialistes du sujet, dont certains incontournables, auraient mérité d’être mobilisés, tout comme de plus nombreuses analogies entre filières des industries culturelles auraient été bienvenues. Le Grignoux et Neveu expriment le remords des thèmes non traités, alors que le lecteur — chercheur, étudiant ou professionnel — y trouvera un condensé précieux et profitable des analyses produites sur « ces flux de sons et d’images qui s’appellent la télévision » (p. 113) et pourra dès les premières pages se délester avec intérêt des lieux communs autour de cet objet. À l’issue de la lecture de l’ouvrage, d’aucuns sauraient enfin répondre, du moins partiellement, à la question de Macé posée il y a plus d’une décennie sur ce qu’est une sociologie de la télévision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faïza Naït-Bouda, « Brigitte LE GRIGNOUX et Erik NEVEU (2017), Sociologie de la télévision »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/9347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9347

Haut de page

Auteur

Faïza Naït-Bouda

Faïza Naït-Bouda est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et chercheure au sein du laboratoire Sic.Lab, Université Nice Côte d’Azur. Courriel : faiza.nait-bouda@univ-cotedazur.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search