Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesAlain RABATEL (2017), Pour une le...

Lectures

Alain RABATEL (2017), Pour une lecture linguistique et critique des médias. Empathie, éthique, point(s) de vue

Limoges, Lambert-Lucas
Sandra Lhafi
Référence(s) :

Alain RABATEL (2017), Pour une lecture linguistique et critique des médias. Empathie, éthique, point(s) de vue, Limoges, Lambert-Lucas

Texte intégral

1Le présent ouvrage, qui revendique ouvertement son droit à faire l’objet d’une critique réelle et argumentée, contient 26 chapitres rassemblés autour d’une problématique commune : l’analyse des médias d’information (de presse écrite) sous le spectre d’une linguistique qui se veut pragma-énonciative et qui voit dans la critique objectivée non une défaillance, mais un enrichissement de l’angle d’approche linguistique. Alain Rabatel énonce clairement son point de vue : « […] je maintiens qu’il est possible d’être scientifique et critique » (p. 11). L’intérêt de l’approche proposée réside certainement dans son caractère holistique, permettant à la fois l’intégration de réflexions inspirées d’autres disciplines (philosophie, sociologie, etc.) et le nuancement des descriptions et analyses proposées, compte tenu de leur caractère partiel et relatif. En d’autres mots, il s’agit moins de présenter un modèle d’analyse linguistique des médias qui s’imposerait comme seule possibilité que de sensibiliser l’analyste à la relativité des points de vue restreints, et ce, dans l’objectif d’aspirer à une vue d’ensemble intégrant les différents points de vue pour en faire rejaillir leur essence commune ou, du moins, permettant l’élaboration d’un point de vue qui reflète réellement l’ensemble des différentes positions. Une telle approche n’est réalisable que si l’on adopte un comportement empathique afin de penser les choses selon différents angles de vue. Cette approche est résumée comme suit dans la conclusion : « D’une façon générale, il s’agit de plaider pour une approche rationnelle, critique et citoyenne » (p. 451).

2Le livre est divisé en quatre parties, regroupant chacune, sous forme de chapitres, des articles de l’auteur parus ailleurs et réagencés pour mieux appréhender la question.

3Dans l’introduction, Rabatel souligne le rôle des médias dans « la construction des objets de discours » (p. 27) et déplore leur tendance au « réductionnisme » et au « refus de la complexité » (p. 19), avant de lancer un « appel à la responsabilité personnelle et collective, morale et politique » (p. 20) — l’idée étant de « penser le complexe pour faire émerger du commun » (id.). Y sont également introduites et expliquées brièvement les notions de point de vue, prise en charge, responsabilité, référenciation, co-/sur- et sous-énonciation, empathie, mobilité empathique, lesquelles feront l’objet d’un développement plus ample au sein de la première partie.

4La première partie, « Propositions théoriques », fournit le bagage théorique nécessaire à la compréhension des trois autres parties et des analyses qu’elles contiennent.

5Le chapitre 1, « Le point de vue, des discours littéraires aux discours médiatiques », est consacré à la clarification de la notion de point de vue ainsi que d’autres notions qu’elle implique (locuteur, énonciateur, etc.). Selon Rabatel, « tout énoncé qui prédique des informations sur n’importe quel objet du discours » (p. 43) exprime un point de vue (PDV). En effet, au-delà des informations d’ordre dénotatif, la prédication contient également des renseignements « sur la façon dont l’énonciateur envisage l’objet, exprimant ainsi un PDV » (id.) : toute « référenciation » est le reflet d’un certain point de vue sur l’objet dénoté (le « référent »). Il ne faut pas cependant assimiler contenu propositionnel et point de vue, celui-ci impliquant la prise en compte de variables supplémentaires (cf. informations co[n]textuelles, génériques, etc.) qui permettent d’« interpréter les intentions communicatives et actionnelles » d’un énoncé donné (p. 55). Quant à l’instance énonciative, source du point de vue, Rabatel utilise la notion d’énonciateur qu’il distingue de la notion de locuteur. Cette distinction — « indispensable » (p. 50) — permet un affinement de la description de situations énonciatives complexes, avec des énoncés « emboîtés » attribuables à des énonciateurs secondaires qui ne prennent pas pour autant la parole en tant que « locuteurs » (cf. discours autre). En effet, il est tout à fait possible de tenir compte d’une autre vision des choses (d’un autre point de vue) sans pour autant se référer à des propos réellement dits ou pensés. Envisager une référenciation autre suffit à présenter un second PDV : « La construction des référents, ce que j’appelle la référenciation, est de part en part une construction linguistique, indissociable de choix énonciatifs » (p. 49).

6Le chapitre 2, « Co-construction de PDV en confrontation, empathie, postures énonciatives », approfondit la notion de PDV en tant que « disposition cognitive transversale » (p. 59). Pour ce faire, Rabatel a recours aux notions d’empathie et de mobilité empathique, qui permettent la réflexion et le changement de points de vue existants. L’empathie désigne la capacité à essayer d’envisager l’objet de discours selon le point de vue d’une autre instance énonciative. Le déplacement d’un point de vue à l’autre sera décrit comme la mobilité empathique. Celle-ci permet de « multiplier les opérations de décentrement, pour mieux saisir la complexité des choses » (p. 65), ce qui contribue au caractère « autodialogique » (« les autres de moi ») ou « hétérodialogique » (« les autres que moi ») d’un énoncé (p. 66) : en effet, faire preuve de mobilité empathique permet de réfléchir sur ses propres postures (en envisageant d’autres alternatives en mode autodialogique) ainsi que sur les postures de tierces personnes (en tenant compte de leurs points de vue, en mode hétérodialogique). Rabatel déplore le caractère souvent unilatéral des discours sociétaux qui gagneraient en force et efficacité s’ils réussissaient à rétablir « le lien avec le socle des valeurs collectives » (p. 71). Pour rendre compte de la diversité régissant la construction des PDV, Rabatel introduit les notions de co-énonciation, sur-énonciation et sous-énonciation qui permettent de nuancer les postures intermédiaires existant entre le consensus (accord) et le dissensus (désaccord). Seule la co-énonciation est le reflet d’un consensus concordant (p. 74), alors que la « sur-énonciation » permet à L1/E1 de s’emparer d’un point de vue autre (en feignant le consensus) tout en le modifiant à son compte — d’où la notion de « concordance discordante » (p. 74-75). La sous-énonciation témoigne du phénomène inverse, en ce sens que L1/E1 exprime sa « discordance concordante » (p. 74) en reprenant partiellement, tout en s’en distanciant, un PDV attribué à une autre instance énonciative l2/e2 (p. 75). L’intérêt de ces notions réside dans leur potentiel explicatif pour l’analyse de situations énonciatives complexes reflétant des « marquages de territoire et rapports de force momentanés » (p. 78) entre les instances communicationnelles (mises) en présence.

7Le chapitre 3, « Prise en charge, quasi-prise en charge, prise en compte, accord, désaccord, consonance, dissonance », vise à affiner davantage la description en introduisant la question du rapport à la vérité. En effet, il s’avère utile de faire la différence entre un PDV (reflétant un certain angle de vue sur les choses) et la prise en charge (PEC) de ce PDV, laquelle implique un engagement quant à la « vérité » de l’objet de discours véhiculé par l’énoncé. Or, la notion de vérité n’a rien d’absolu, mais elle nécessite une instance de validation, selon laquelle il y aura vérité ou non. Après avoir discuté et montré les failles des classifications existantes pour les notions de responsabilité, de non-responsabilité, d’accord, ainsi que leur relation respective à la PEC, Rabatel insiste sur le caractère graduel de ces notions et sur l’utilité de repenser ces « gradients en termes de sur-, de co- ou de sous-énonciation » (p. 92). Il s’avère également indispensable de préciser la source de la PEC et d’introduire une distinction supplémentaire entre prise en charge (pour le « valideur premier », c’est-à-dire lorsque la PEC est attribuable à L1/E1) et quasi-prise en charge (pour le « valideur second », c’est-à-dire lorsque L1/E1 présuppose la PEC d’un énoncé attribué à l2/e2 ; il s’agit d’une PEC « à responsabilité limitée ») (p. 96 et 107). Quant au positionnement de L1/E1 par rapport aux énoncés secondaires qu’il intègre à son propre discours, en l’absence de marques d’accord ou de désaccord, il convient d’utiliser la notion de prise en compte : ainsi, en intégrant un énoncé secondaire (e2) à son propre énoncé (E1), s’il ne manifeste aucun signe d’accord ou de désaccord envers le PDV convoqué, L1/E1 prend en compte le point de vue de (l2)/e2 (« simple mention »), tout en signalant, par l’attribution du point de vue à (l2)/e2, la quasi-prise en charge de cet énoncé enchâssé par le locuteur secondaire. Sauf autres indications explicites, L1/E1 ne pourra prendre en charge que son propre énoncé (E1). Rabatel signale que, si la notion de prise en charge, telle qu’il l’utilise au sein de l’ouvrage, correspond à l’« instance de prise en charge » selon Gosselin (2010), la notion de quasi-prise en charge équivaut à l’« instance de validation » chez ce même auteur (p. 97). Un schéma (p. 100) résume les différents cas de (quasi-)prise en charge (hétéro-/autodialogique) ainsi que les positionnements que peut adopter L1/E1 dans le cas d’une quasi-prise en charge (prise en compte, accord, désaccord). Par ailleurs, Rabatel insiste sur l’intérêt de maintenir le critère de vérité extralinguistique en dehors de la prise en charge. En effet, la prise en charge a une assise subjective et varie selon le domaine de validité, ce qui permet au linguiste de tenir compte des PEC de jugements de valeur, sans pour autant discuter de leur « vérité référentielle » (p. 102-105). Rabatel discute brièvement le rapport de la PEC aux notions d’engagement et de désengagement, de modalité, afin d’en montrer les particularités respectives, avant de rappeler que les notions d’accord ou de désaccord ne font sens que par rapport aux notions d’imputation de PDV et de quasi-prise en charge — la prise en compte d’un PDV étant le préalable à tout positionnement de L1/E1 par rapport à un PDV attribué à l2/e2. La prise en compte, instable, pourra ensuite vaciller vers l’accord ou le désaccord. La notion de responsabilité vient parfaire le tableau théorique : sur le plan textuel, il est question non seulement de prise en charge (cf. la multiplicité des énoncés qu’il renferme, mais surtout les aspects génériques, contextuels, argumentatifs, etc., qui s’y ajoutent), mais aussi de responsabilité énonciative et textuelle : l’agencement des discours construit une PEC textuelle, reflétant une consonance ou une dissonance avec les PDV convoqués, ce qui implique la responsabilité du scripteur (journaliste), selon l’agencement privilégié et les discours médiatiques qui en découlent.

8Le chapitre 4, « La question de responsabilité dans l’écriture de presse », traite plus amplement de la notion de responsabilité linguistique (ou énonciative) tout en en justifiant la raison d’être — au même titre que les notions de responsabilité scientifique/philosophique/juridique/, etc. Conformément à l’approche théorique défendue au sein du présent recueil, Rabatel souligne la nécessité d’admettre l’existence d’une responsabilité linguistique, se reflétant, entre autres, dans le choix des cadres d’analyse, de l’agencement textuel des discours sélectionnés. Penser le rapport entre les responsabilités individuelle (du journaliste et des instances communicatives convoquées) et collective (le journaliste étant à la source des [contre-]discours sociétaux formant et influençant grandement la collectivité), c’est prendre pleinement conscience de son rôle de locuteur-énonciateur principal, avec toutes les responsabilités qui s’y rattachent. Ces réflexions sont évidemment centrales lorsqu’il s’agit de l’analyse des médias, moyens d’accès à l’information selon les cadres d’analyse choisis par les journalistes et les instances participant au processus discursif (rédaction, agences de presse, etc.) — ces cadres d’analyse ne faisant que rarement l’objet d’une réflexion adéquate.

9Le chapitre 5, « Éthique (du chercheur), vérité et point(s) de vue », introduit la notion d’éthique collective (partagée) en pointant sur la nécessité de se défaire de l’idée d’un discours « pseudo-objectivant », afin d’adopter au contraire un discours « situé », tenant compte de la complexité des PDV qui existent au sein d’une collectivité (cf. supra « mobilité empathique »), et de susciter un discours compatible avec tous les membres de la société dont il se veut l’écho. Ce discours est perçu comme une discussion collective, où chaque individu, en tant que membre de la collectivité, peut contribuer au débat de la société à laquelle il appartient, dans l’objectif de consolider des « points d’accord », de « tempér[er] » les zones de conflits (p. 145-150) et de construire ainsi une notion d’éthique réellement partagée.

10Le chapitre 6, « Éthique des discours, prise en charge et responsabilité énonciatives », s’intéresse à la part de « responsabilité éthique » attribuable à tout sujet en tant que membre d’une société : la notion de désassujettissement évoquée met en valeur le pouvoir d’action d’un sujet donné, malgré l’assujettissement auquel il est soumis, par son appartenance à un cadre sociétal et aux discours générés par celui-ci. Mise en relation avec les notions de prise en charge et responsabilité énonciatives ayant fait l’objet des chapitres 3 et 4, la notion d’éthique des discours (avec la responsabilité éthique qu’elle implique) invite, une fois de plus, à la réflexion du complexe et à la remise en question des idées reçues ou unilatérales. Il s’agit donc d’une « conception politique et critique de l’éthique » (p. 160).

11Le chapitre 7, « L’engagement du chercheur, entre “éthique d’objectivité” et “éthique de subjectivité” », remet en question « l’idéal de neutralité scientifique » (p. 162) largement répandu chez les linguistes et les analystes de discours : compte tenu du fait que la langue en soi ne peut être conçue sans avoir recours à des aspects subjectifs (cf. le processus de référenciation décrit supra) et que les cadres d’analyse, les paradigmes choisis, etc., sont eux-mêmes le reflet de choix situant un sujet au sein d’un discours donné, Rabatel défend ici aussi l’idée d’un chercheur-linguiste « engagé », s’interrogeant en permanence sur les méthodes et les angles d’analyse choisis, tenant compte des autres PDV possibles afin de contribuer à une description de la complexité basée sur une intersubjectivité (cf. les différents PDV) objectivante (points communs et points d’entente). Cet engagement, enrichi d’une ouverture interdisciplinaire, présente l’avantage de problématiser l’agencement discursif en pointant le caractère illusoire d’une présentation objective des événements (toujours re-présentés [p. 167] à partir du moment que leur présentation passe par une mise en discours effectuée par un L1/E1 à partir d’un système linguistique donné).

12Le chapitre 8, « Analyse de discours et inégalités sociales : de l’empathie pour les invisibles à l’engagement pour le commun », établit un lien entre sociologie et linguistique et se penche sur un sujet exigeant en soi une approche interdisciplinaire. La visibilité et l’invisibilité (de certaines parties de la société) pouvant être considérées non pas comme des « qualités naturelles » (p. 175, citant Le Blanc, 2009) mais comme des « modes sociaux de confirmation ou d’infirmation des existences » (id.), il semble particulièrement intéressant d’analyser la (non-)mise en discours des (in)visibles, en adoptant toujours une approche réfléchie et suffisamment variée (cf. mobilité empathique) afin de mettre à nu les mécanismes d’entretien d’inégalités sociales au profit d’une petite part de la société. Pour ce faire, Rabatel insiste sur l’importance du choix d’un corpus adéquat, de la combinaison d’approches variées et interdisciplinaires ainsi que d’une méthode d’analyse qui allie des observations quantitatives à des analyses qualitatives s’intéressant à des discours particuliers. Une telle approche permet de contribuer activement à « l’émergence de solutions favorables à l’ensemble du corps social, en ayant le souci du commun » (p. 188).

13La deuxième partie, « Les médias, sujets et objets de la critique », contient différentes « études de cas » visant à jeter un regard critique sur la façon dont les médias traitent des sujets sociétaux.

14Dans le chapitre 9, « L’effacement de la figure de l’auteur dans la construction évènementielle d’un “journal” de campagne électorale et la question de la responsabilité, en l’absence de récit primaire », à partir de l’analyse « d’une pleine page du Monde parue la veille du référendum relatif au traité européen constitutionnel » (p. 193), Rabatel montre en quoi la sélection et l’agencement des articles, photos, légendes et péritextes contribuent à une « mise en fiction dramatisée de l’information qui ne diffère guère de celle qui a cours à la télévision » (p. 197). Les « discours représentés » (p. 198) ne sont pas simplement rapportés, mais « mi[s] en scène » (id.) à travers le choix non anodin des verba dicendi et l’agencement des prises de parole, sources d’« inférences actantielles » (p. 199). La présentation des faits suit un schéma similaire et se construit sur « une logique dramatique de confrontation » (p. 200). L’absence de récit premier (c’est-à-dire du journaliste L1/E1) dans l’agencement de la page est problématique, car la mise en scène choisie ne laisse aucunement percevoir le positionnement de L1/E1, ce qui va à l’encontre de la responsabilité dont il devrait faire preuve.

15Le chapitre 10, « Pour une conception éthique des débats politiques dans les médias : répondre de, devant, pour, ou les défis de la responsabilité collective », tourne également autour de la question de la responsabilité collective des journalistes et des responsables politiques. Rabatel montre l’absence de débat réel au sein du « deuxième débat télévisé entre postulants socialistes à la candidature présidentielle » (p. 208), à la fois dans sa version télévisée et dans son récit au sein de la presse. En effet, les questions posées visent à guider l’interprétation du spectateur dans un sens bien précis (en l’occurrence, il s’agit d’obtenir le soutien de Ségolène Royal). Dans la presse, l’effacement des questions et la mise en scène des réponses contribuent à empêcher encore davantage la perception critique et à augmenter ainsi l’effet persuasif. Or, selon Rabatel, l’on peut parler de réels « déficits par rapport à la notion de responsabilité collective », en ce sens que les médias et les journalistes, contrairement aux apparences, fournissent non pas un débat, mais bien plus une « représentation dramaturgique à visée persuasive » (p. 215). L’auteur appelle à la responsabilité journalistique, invitant à préconiser un « journalisme du nous » (p. 219), donnant la parole à « toutes les voix » de la collectivité, afin de générer un discours à la fois « décentreur » (cf. supra, la notion de mobilité empathique) et « rassembleur » (à travers l’intégration de la totalité des parties du pacte social, en refusant l’invisibilité/l’inaudibilité de certaines d’entre elles) (p. 221). Une telle pratique présente l’avantage de souder la « communauté démocratique », en privilégiant le « rassemblement conflictuel » à l’exclusion de certains (p. 220).

16Le chapitre 11, « Deux modes de représentation idéologique people du pouvoir, lors du premier anniversaire de la présidence de N. Sarkozy », souligne une fois de plus l’aspect problématique de l’« effacement de la source du PDV » (p. 223) dans la presse — en l’occurrence, du journaliste en tant que L1/E1. En effet, le discours ainsi créé n’a rien d’objectif ; il impose une vision des choses comme si c’était l’unique appréhension possible de la réalité. Rabatel voit dans ce phénomène une véritable « pipolisation » (p. 233) de la vie politique : l’« empathisation », l’« héroïsation » de Nicolas Sarkozy (et d’autres personnages politiques) impose « un point de vue unique, globalisant ou surplombant », négligeant par là même les autres parties de la société et « fragilis[ant] [ainsi] le pacte social » (p. 234). Une fois encore, l’auteur insiste sur la nécessité d’une « confrontation régulée des points de vue » (id.), afin d’« appréhender [justement] le complexe » (id.).

17Le chapitre 12, « Du style politique dans les commentaires métadiscursifs médiatiques des deux premières années de présidence de N. Sarkozy », expose les résultats d’une analyse des « représentations du style » de Sarkozy tout en montrant que l’idiolecte de ce dernier incarne en quelque sorte les tendances nouvelles de la vie politique inspirée en grande partie par les médias omniprésents favorisant une véritable mise en scène du personnage politique (cf. pipolisation). Le style et l’apparence (« faire président », p. 240) passent au premier plan et s’avèrent être un passage obligé pour faire partie de la scène politique.

18Dans le chapitre 13, « Les parcours interprétatifs des présupposés et des sous-entendus, de la phrase au texte et à sa mise en page », Rabatel rappelle brièvement les difficultés de distinguer nettement les présupposés des sous-entendus, avant de plaider pour une « approche continuiste » (p. 249) et de souligner le potentiel particulièrement riche des sous-entendus qui ouvrent la voie à des calculs interprétatifs variés, selon les horizons d’attente en présence et les mécanismes d’inférence qui s’ensuivent. Cela est illustré à l’aide de l’analyse d’un article paru en 2014 dans Le Parisien et ayant pour sujet la liaison entre François Hollande et Julie Gayet (p. 250). En ce qui concerne l’analyse du groupe nominal « La virée », nous ajouterions encore les éléments suivants : ne pourrait-on pas y voir une allusion à la campagne publicitaire de Sixt (15 janvier 2015)1, ayant également joué sur l’affaire Hollande/Gayet pour la location de voitures à vitres teintées ? Par ailleurs, l’utilisation d’un registre populaire (« virée ») n’est pas sans rappeler la campagne publicitaire de 2012, où Hollande, président « normal », apparaît, les cheveux tout ébouriffés, après avoir loué un cabriolet chez Sixt. Ces allusions et sous-entendus se retrouvent par ailleurs également dans Le Canard enchaîné. Une interprétation intertextuelle des sous-entendus permet d’en souligner encore davantage le potentiel interprétatif.

19Le chapitre 14, « La rubrique “Désintox” de Libération : nouvelle rubrique, nouveau genre ou nouvelle pratique journalistique ? », est consacré à une pratique journalistique relativement récente qui, s’inspirant du fact-checking américain, se donne pour objectif de combattre les mensonges de la vie politique en confrontant des sources et des faits différents pour mettre à jour d’éventuelles contradictions (de faits ou d’interprétation ; cf. p. 271) et contribuer ainsi à la recherche de vérités « le plus englobantes possibles » (p. 275). Rabatel souligne les avantages d’une telle pratique favorisant le décentrement et la réflexion, tout en évoquant aussi ses limites : en effet, le discours binaire (vrai/faux) qui la sous-tend et la focalisation de certains faits au détriment d’autres (sélection des faits) orientent fortement le lecteur dans son processus d’interprétation...

20Le chapitre 15, « La rubrique “Désintox” représente-t-elle de la même façon la parole des hommes et des femmes politiques ? La variable genrée au prisme de la sélection des informations et de la syntaxe », vient renforcer l’idée d’une critique biaisée, ou du moins orientée au sein de la rubrique « Désintox ». En effet, l’analyse effectuée sur un corpus d’une année (de septembre 2011 à septembre 2012) révèle une gestion (syntaxique) différente des informations choisies, selon qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes politiques. Alors que les critiques concernant les hommes sont liées à leur fonction et non à leur personne, pour les femmes, c’est la critique ad hominem (ad mulierem ?) qui prédomine.

21Le chapitre 16, « Les apports de l’analyse des discours médiatiques : de l’interprétation des données à la critique des pratiques discursives et sociales », est également consacré à la rubrique « Désintox » et se donne pour objectif de discuter des avantages (« franchises journalistiques », « désintoxication ») et des inconvénients (« absence de neutralité », par le choix des faits et la mise en scène de leur confrontation) de la pratique du fact-checking (p. 286). À partir du corpus déjà évoqué dans le chapitre 15, Rabatel évoque les mécanismes linguistiques (jeux de mots, à peu près, etc.) mis « au service de la critique objective » des journalistes en tant que L1/E1. L’augmentation du discours primaire et les mises en forme privilégiées témoignent d’un engagement journalistique allant dans le sens du « cogitamus » revendiqué par l’auteur. Cependant, le discours caractérisant la rubrique « Désintox » a tendance à simplifier les choses et il ne fournit donc pas les bases nécessaires à une appréhension réfléchie d’une réalité complexe. Seule une approche interdisciplinaire permettrait d’atteindre cet objectif.

22La troisième partie, « Émotions et empathie dans la reconstruction des évènements », regroupe des études de cas centrées sur les « manifestations linguistiques et textuelles des émotions (dites, montrées, inférées) » et les « phénomènes de mobilité empathique » (p. 23).

23Le chapitre 17, « Empathie et émotions argumentées en discours », introduit des précisions terminologiques permettant une description plus poussée de l’empathie : celle-ci est définie comme « un système graduel jouant sur le changement d’empathiseur et d’empathisé » (p. 301). L’empathisé est l’énonciateur e2 « subissant » l’empathie d’un autre énonciateur (E1), qualifié alors d’empathiseur, se mettant à la place d’e2 pour imaginer ce que ce dernier pense, ressent, etc. (p. 301). Il convient de souligner que le « centre d’empathie » auquel correspond l’empathisé est toujours une « construction » de L1/E1. À partir de l’analyse d’un article paru en 2012 qui traite du réquisitoire précédant à l’acquittement d’une femme battue ayant tué son bourreau, Rabatel montre que les mouvements empathiques décrits se manifestent à différents niveaux, tels que l’utilisation du pronom indéfini « on » dans l’exemple 12 (p. 305), prenant la relève des dénominations avec nom et prénom des personnages en question et indiquant ainsi une distanciation par rapport à la maltraitance décrite. Nous ajouterions deux éléments d’analyse : le pronom « on » pourrait aussi être un moyen de mettre en valeur le caractère méconnaissable de la personne aimée d’antan ainsi que l’omniprésence d’un homme envahissant et surveillant en permanence la femme battue. L’analyse montre la force d’une communication empathique permettant un retournement de situation (la prévenue devient victime et ne sera pas condamnée pour meurtre, mais acquittée).

24Le chapitre 18, « Dégoût et indignation dans le manifeste-pétition féministe Pas de justice, pas de paix », analyse un manifeste et une pétition apparus dans le contexte de l’affaire Nafissatou Diallo (ND)/Dominique Strauss-Kahn (DSK). Comme le souligne l’auteur, un agencement de faits, sans utilisation aucune de lexique émotif, peut déclencher de vives émotions telles que l’indignation dans ce cas précis. En effet, les normes sociales et l’éthique sous-jacente aidant, une confrontation judicieuse de faits permet de souligner des décisions fallacieuses ou inacceptables.

25Le chapitre 19, « Les stratégies émotives d’un repentir public offensif », analyse l’interview de DSK par Claire Chazal (TF1, 18/09/2011). Bien qu’il s’agisse d’un discours préparé suivant une certaine stratégie, il n’empêche que le déroulement de l’interview et le type de discours préparé permettent une analyse linguistique des émotions. Cela étant, il convient de rappeler avec Rabatel que « le linguiste ne pourra que décrire des “stratégies émotives” discursives de DSK » en tant que L1/E1, et non les « intentions profondes de DSK [en tant que personnage social], inaccessibles » (p. 333). Quant à l’analyse de l’interview, nous ne partageons pas toutes les interprétations et apporterions les nuances suivantes : en ce qui concerne l’énoncé « c’est le procureur qui le dit, ce n’est pas moi » (p. 334-335), décrit comme une stratégie d’objectivation des faits, l’on peut se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’une maladresse discursive de la part de DSK. En effet, en disant « ce n’est pas moi », DSK ouvre un nouveau cadre de perception, celui auquel nous n’avons pas accès, car seuls lui et ND savent ce qui s’est réellement passé dans la suite de l’hôtel en question — ce qui pourrait insinuer que la version du procureur est la version « officielle », pour l’extérieur, sans que DSK s’engage quant à sa teneur « véridique » ou à sa conformité aux faits réels. Dans l’exemple (6) de la page 336, le démonstratif « ce » contribue également à l’effet de sens dépréciatif attribué à la structure « Ce tabloïd qu’est devenu l’express ». À la page 338, l’interprétation « l’attaque doit être proportionnée pour ne pas nuire à sa face négative [= de DSK] » ne nous convainc pas : en quoi l’accusation de ND nuirait-elle à la face négative de DSK ? De fait, c’est la face positive (désir d’être accepté par les autres) qui est ici menacée.

26La distinction entre les émotions montrées1 (de L1/E1) et les émotions montrées2 (imputées par L1/E1 à un (l2)/e2) semble fort intéressante pour étayer le tableau des émotions interprétables à partir de l’analyse discursive.

27Les chapitres 20, « Le traitement médiatique des suicides à France Telecom de mai-juin à mi-août 2009 : la lente émergence de la responsabilité du management dans les suicides en lien avec le travail », et 21, « La levée progressive du tabou des responsabilités socioprofessionnelles dans les suicides en lien avec le travail à France Telecom, de fin août à octobre 2009 », sont consacrés à la vague de suicides d’employés de France Telecom et à la question de la responsabilité journalistique dans la mise en scène médiatique. La stratégie « équitable », observable de mai à mi-août 2009 (chapitre 20) et consistant à confronter des sources patronale et syndicale, sans aucune prise de position, est fortement critiquée par Rabatel : « Lorsque les torts ne sont pas partagés […], il est choquant, déontologiquement et éthiquement, de mettre sur le même plan le responsable et la victime » (p. 349). Peu à peu, cette première stratégie est relayée par une « scénographie énonciative » donnant la parole à des tiers (pouvoirs économiques, politiques, spécialistes, etc.), ce qui permet, certes, de diversifier les points de vue, mais qui ne correspond pas à la responsabilité journalistique prônée dans le présent recueil. De fin août à octobre 2009 (cf. chapitre 21), compte tenu de l’ampleur de la vague des suicides, le discours primaire du journaliste L1/E1 s’élargit et inscrit les suicides dans une logique de sériation, dénonçant ainsi un système dont les logiques sont analysées : « […] la trame narrative et la visée informative se doublent de visées explicatives et argumentatives, assorties d’infléchissements notables de l’explication à mesure que les suicides se multiplient » (p. 366). Dans un dernier temps, l’apparition d’hyperstructures modulaires introduit, selon Rabatel, un « mode de présentation et d’analyse [qui] permet de rendre compte de la complexité en refusant tout point de vue […] unique, posant en des termes inédits la question de la responsabilité journalistique » (p. 367). Ces hyperstructures peuvent donc être considérées comme un moyen de penser le complexe tout en assumant sa responsabilité journalistique.

28La quatrième partie, « Citer (à comparaître), dessiner les autres et se positionner par rapport à leurs points de vue », « est centrée sur la représentation des points de vue » (p. 24).

  • 2 Ce chapitre, paru sous le titre « Analyse énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images » (...)

29Le chapitre 22, « Analyse énonciative du discours rapporté/montré direct et du discours d’escorte du site d’Arrêt sur images2 », est consacré aux possibilités énonciatives ouvertes par l’utilisation de liens hypertextuels intégrés au sein d’un article principal. Cette pratique fort répandue semble donner plus de poids à la participation du destinataire, dans un acte de lecture « réticulaire » (p. 384), au sein duquel celui-ci est invité à « faire comparaître » (p. 389) des discours supplémentaires « pour mieux exercer sa vigilance critique » (id.). Ces « invitations » se matérialisent dans les « discours d’escorte », avec des verba sentiendi ou movendi (« allez regarder », p. 387) associés à des présentatifs (« c’est ici », id.), dont l’objectif est d’inciter le lecteur à cliquer sur le lien correspondant. Cependant, comme le remarque Rabatel, il convient de souligner que la « vigilance critique » est fortement guidée par la mise en page de l’article principal qui demeure le discours « sur-plombant » : en effet, les liens hypertextuels « renvoient à des hypotextes qui s’insèrent dans un discours dont ils ne sont pas des parties contractantes, même s’ils en sont des parties prenantes » (p. 392). À cela s’ajoute la sélection des discours rattachés à des liens hypertextuels, laquelle impose, en quelque sorte, une certaine convocation de discours autres.

30Le chapitre 23, « Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images », complète le tableau en évoquant l’utilité énonciative du photomontage, comparable à la pratique du fact-checking évoquée dans les chapitres 14 et 15, mais encore plus efficace dans la persuasion : « Le photomontage repose sur une argumentation par la preuve, grâce à la confrontation provocante et dramatisée de deux réalités visibles rapprochées par le montage » (p. 397). Malgré la « sur-énonciation dominante » (p. 404), l’incitation à la consultation de documents supplémentaires ouvre la voie à la réflexion critique, par la diversification des points de vue disponibles.

31Le chapitre 24, « Une analyse de discours du manifeste “Pour des universités à la hauteur de leurs missions” », examine un manifeste critiquant les pratiques universitaires (logique d’entreprise, évaluation, précarité des postes, etc.) actuelles, issues de la réforme de Bologne. Il s’agit de s’interroger sur le positionnement des « contre-discours » (dont le manifeste en est un type particulier) par rapport au discours dominant : le contre-discours est-il libre du discours dominant ? Ou constitue-t-il plutôt une affirmation indirecte de celui-ci (contester un discours, c’est le renforcer dans son existence) ? Selon Rabatel, reprenant « la belle formule d’Amossy », il s’agit de « coexistence dans le dissensus » (p. 421) — le contre-discours n’affaiblit aucunement le discours auquel il répond, il souligne plutôt fortement le dissensus.

32Le chapitre 25, « Le jeu des points de vue du locuteur/énonciateur premier et des locuteurs/énonciateurs seconds dans Le Monde », démontre encore une fois l’importance de la « scénographie énonciative » (p. 431) choisie par un journaliste L1/E1 qui n’exprime pas explicitement son point de vue, mais qui le laisse transparaître dans les choix et agencements énonciatifs des points de vue convoqués qu’il intègre dans son article. Ainsi, « [e]n tant que locuteur, le journaliste oriente l’interprétation des propos rapportés » (p. 429).

33Le chapitre 26, « Le cumul des points de vue dans les dessins satiriques et la question de la figure de l’auteur », vient clore cette quatrième et dernière partie et pointe sur l’omniprésence des points de vue, même en l’absence de texte, comme c’est le cas dans les dessins satiriques ne comportant aucune trace verbale. Le choix de l’image et l’agencement des figures (sur fond d’un débat sociétal en cours) reflètent toujours une prise de position de L1/E1 : « […] l’énonciateur principal est celui par rapport auquel se déterminent […] les autres énonciateurs, anti- ou co-orientés par rapport au principal, en situation de dialogue » (p. 447).

34La « conclusion en forme d’envoi ou de passage de relai[s] » résume les points essentiels de l’approche théorique suivie tout en en soulignant le caractère ouvert, incitant à la poursuite de réflexions en matière d’énonciation dans les médias, tout en cultivant une « approche rationnelle, critique et citoyenne » (p. 451).

35La « bibliographie générale » de près de 35 pages témoigne de l’interdisciplinarité de l’approche théorique défendue au sein de l’ouvrage. Malgré la grande quantité des références, nous intégrerions encore les publications suivantes : Bres (2016), Charaudeau (2015), Burger (2005) et Diekmannshenke, Klemm et Stöckl (dir.) (2011), qui fournissent des éléments de réflexion permettant d’étayer l’approche de Rabatel.

36Suivent un index des noms propres (« Index nominum ») et un index des notions (« Index rerum »), puis la table des matières détaillée susmentionnée.

  • 3 Nous n’en citerons que quelques-unes : (a) les coquilles d’ordre syntaxique ou grammatical sont ext (...)

37En guise de conclusion, nous aimerions souligner encore une fois la richesse du présent ouvrage, autant sur le plan théorique que sur le plan pratique : la compilation choisie permet de plonger dans l’univers théorique développé au cours des années par Rabatel, avant de réfléchir sur ses possibles mises en pratique à travers différentes études de cas, toutes centrées autour de questions d’ordre énonciatif mobilisant les acquis d’autres disciplines (sociologie, philosophie, sciences des médias, etc.). Le lecteur est constamment incité à réfléchir et à discuter des approches présentées, avant d’être invité à prendre le « relai[s] » (p. 449) et à prolonger la réflexion en ouvrant de nouvelles voies évoquées entre les lignes. Petit bémol cependant : sur le plan de la forme, le nombre particulièrement élevé de maladresses de différents ordres3 semble indiquer que les articles compilés n’ont pas été soumis à une relecture finale — les chapitres différant beaucoup sur ce point. Une telle relecture aurait permis d’aligner la qualité formelle sur la qualité du contenu. Ne sont listés ci-dessous que les ouvrages qui ne sont pas cités dans la bibliographie de l’ouvrage sous recension.

Haut de page

Bibliographie

BRES, Jacques (2016), « De la notion d’énoncé dialogique », dans Marion COLAS-BLAISE, Laurent PERRIN et Gian Maria TORE (dir.), L’énonciation aujourd’hui, un concept-clé des sciences du langage, Limoges, Lambert-Lucas, p. 119-134.

BURGER, Harald (2005), Mediensprache. Eine Einführung in Sprache und Kommunikationsformen der Massenmedien. Mit einem Beitrag von Martin Luginbühl, 3, völlig neu bearbeitete Auflage, Berlin/New York, de Gruyter.

CHARAUDEAU, Patrick (dir.) (2015), Humour et engagement politique, Limoges, Lambert-Lucas.

DIEKMANNSHENKE, Hajo, Michael KLEMM et Hartmut STÖCKL (dir.) (2011), Bildlinguistik. Theorien – Methoden – Fallbeispiele, Berlin, Schmidt.

JAUBERT, Anna et al. (dir.) (2011), Citations II. Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1128553-l-affaire-hollande-gayet-moquee-par-sixt-loueur-de-voitures-drole-ou-trop-facile.html. Page consultée le 29 avril 2018.

2 Ce chapitre, paru sous le titre « Analyse énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images » dans l’ouvrage de Jaubert et al. (2011), a déjà fait l’objet d’un compte rendu de ma part au sein de la revue Le Français moderne (sous presse).

3 Nous n’en citerons que quelques-unes : (a) les coquilles d’ordre syntaxique ou grammatical sont extrêmement nombreuses : « Dans *de ce contexte social très prégnant » (p. 120) ; « par imputation à un individu ou à *groupe », « lieux *ou l’on peut particulièrement toucher du doigt l’émergence du concept » (p. 139) ; « Ce débat *à son importance » (p. 156) ; « aux évolutions *interne de la sociologie » (p. 176) ; « la *confrontations des documents verbaux » (p. 180) ; « dans la mesure où se *greffe sur elle bien des sous-entendus » (p. 261) ; « Une partie ne *défendre son point de vue qu’en avançant une argumentation relative à ce point de vue » (p. 272), etc. (b) Les coquilles d’ordre terminologique sont plus dérangeantes, car elles affectent le contenu : « Quand quelqu’un souffre au travail, cela vient dégrader sa vie #professionnelle. » (au lieu de personnelle) (p. 357) ; « #idiolecte » (au lieu d’idéolecte) (p. 390) ; « Le jugement de non-#ethnicité » (au lieu d’éthicité) (p. 159) ; « soit L1/E1 dit son accord avec la sphère de l’autre #(2e), comme en (38) […] » (au lieu de « e2 », c’est-à-dire l’énonciateur secondaire) (p. 114). (c) Certaines maladresses écorchent des noms propres ou des sigles : « 11. […] la présidence de N. *Sarkoz » (p. 9) ; « *Gonzáles Martínez » (p. 177) ; « dans la *PDR » (p. 345) au lieu de « PQR » (presse quotidienne régionale). Pour finir, nous mentionnerons (d) les coquilles à effet humoristique (involontaire) : « la photo documente sans doute un moment #sans l’histoire de la guerre du Pacifique » (p. 396) ; « De même, ils envisagent les #confits ou les difficultés » (p. 418) ; « dans tous les types #dénoncés » (p. 53) ; « *hyperpésident » (p. 225, note 5), etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Lhafi, « Alain RABATEL (2017), Pour une lecture linguistique et critique des médias. Empathie, éthique, point(s) de vue »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/9423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9423

Haut de page

Auteur

Sandra Lhafi

Sandra Lhafi est enseignante-chercheuse à l’Université de Cologne, Institut des langues romanes. Courriel : lhafi.sandra@uni-koeln.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search