Navigation – Plan du site
Lectures

Laetitia STRAUCH-BONART (2018), Les hommes sont-ils obsolètes ? Enquête sur la nouvelle inégalité des sexes

Paris, Fayard
Jean-Pierre Chamoux
Référence(s) :

Laetitia STRAUCH-BONART (2018), Les hommes sont-ils obsolètes ? Enquête sur la nouvelle inégalité des sexes, Paris, Fayard

Texte intégral

1Le livre de Laetitia Strauch-Bonart s’ouvre sur une dystopie, conséquence imprévue du combat historique engagé par les suffragettes du XIXe siècle, dont le premier quart du XXIe siècle couronne leur succès : en 2034, le Parti de la revanche masculine veut reprendre le pouvoir afin de redresser le déséquilibre entre les sexes qui rend les hommes obsolètes, tandis que les femmes, autonomes, prospèrent dans la société qu’elles dirigent désormais et dont elles tiennent fermement les principaux rouages !

2Cette prévision pourrait n’être que la concrétisation tardive, nous dit Strauch-Bonart, d’une vérité découverte au XXe siècle : en effet, c’est non pas l’Adam de la Genèse qui incarne l’homme par défaut, mais la femme dont le chromosome X serait l’être humain par essence, tandis que le chromosome Y, porté par le seul homme, serait incapable de prolonger l’espèce à lui seul ! Les femmes, biologiquement, pourraient donc se passer des hommes et même les remplacer grâce aux multiples auxiliaires machinaux dont nous disposons, lesquels permettent aux femmes de faire au moins aussi bien que les hommes les travaux de force qui étaient l’apanage de la gent masculine ! De plus, la féminisation des activités intellectuelles et des services qui occupent les deux tiers de notre population active exclut en partie les hommes qui n’y réussissent pas aussi bien que leurs compagnes, alors que la force physique n’est plus prérequise pour occuper des emplois traditionnellement masculins tels que la conduite des poids lourds et des engins de travaux publics, la construction ou l’agriculture, toutes occupations auxquelles s’adonnent désormais des femmes aussi bien que les hommes !

3Tout cela sape le pouvoir masculin dont les prérogatives et le pouvoir s’effritent d’autant plus vite que la personne même de l’homme n’est plus nécessaire à l’entretien de l’espèce, grâce à la procréation médicalement assistée qui efface la personne du géniteur, ce qu’évoquait déjà la chanson prophétique de Jean-Jacques Goldman : « Elle a fait un bébé toute seule » ! Cette évolution rejaillit, souligne Strauch-Bonart, tant sur la vie publique que sur la vie privée ; la famille et son institution fondatrice, le mariage, entrent en déshérence (sa fréquence a pratiquement diminué de moitié entre 1960 et 2012) et les mariages qui sont célébrés sont rompus de nos jours trois fois plus fréquemment qu’en 1960.

4La relation entre les époux marque l’émancipation nette de la femme par rapport au mari, en termes de ressources, d’instruction et de capacités sociales et professionnelles, ce qui amoindrit aussi l’importance de l’homme : il n’est plus le chef de famille à qui incombait le soin de « faire bouillir la marmite » ; un renversement des rôles qui déconcerte évidemment ceux pour qui cette responsabilité donnait un sens à leur vie ! Corrélativement, la dissolution aléatoire des couples (qu’ils soient mariés ou non) multiplie le nombre des familles monoparentales, un magnifique euphémisme qui qualifie des foyers dont les enfants sont majoritairement élevés sans père, symptôme d’une société dans laquelle une proportion importante des enfants, élevés par leur seule mère, n’ont plus aucun rapport avec leur géniteur.

5Par ailleurs, l’école révèle que la performance scolaire des filles surpasse celle des garçons : « l’école est leur royaume », dit l’auteure, tandis que le fossé de compétences se creuse entre les enfants des deux sexes, les filles maîtrisant, bien mieux et plus tôt que les garçons, le langage et la compréhension écrite, un fait patent dès l’âge de 15 ans que confirment partout les enquêtes internationales de l’OCDE !

6Aussi le nombre de garçons qui abandonnent vraiment l’école s’accroît-il : une adolescente aurait ainsi moitié moins de risque de décrocher qu’un garçon du même âge. Cet avantage féminin se confirme dans toutes les disciplines (sauf en mathématique), au point de raviver des questions qui fâchent depuis deux générations : la mixité scolaire suscite-t-elle un complexe d’infériorité chez les garçons ? Ce constat condamnerait-il la mixité scolaire ? La pédagogie et certains programmes devraient-ils tenir compte des aptitudes et du développement propres à chacun des deux sexes ? L’auteure frôle plusieurs fois ces questions, auxquelles elle répond subtilement par la négative, tout en rappelant que l’école, fortement féminisée désormais, peut implicitement favoriser la gent féminine et négliger les besoins propres aux jeunes garçons dont l’éducation pourrait réclamer un tour pédagogique particulier, un sujet qu’une partie de la littérature américaine citée dans l’essai aborde sans fard : il y aurait, presque subrepticement, un biais féminin dans le choix des lectures et des thèmes abordés à l’école américaine qui valoriserait les filles plutôt que les garçons (Whitmire, 2011) !

7Au-delà du secondaire, l’avantage compétitif acquis par les jeunes filles se confirme : leur maîtrise du langage, acquise à l’école, les prépare mieux à remplir les fonctions tertiaires variées qui constituent l’essentiel de l’emploi contemporain, fonctions dans lesquelles l’expression, l’attention à autrui et la formalisation abstraite ont plus d’importance que le geste professionnel ou que l’effort physique. Il en résulte ce qu’un autre auteur américain appelle « l’effondrement du travail (purement) masculin » (Eberstadt, 2016 : 73), qui s’est confirmé au fil du dernier demi-siècle ; cela alimente un bataillon d’hommes, inactifs et décalés, dont l’espoir de se réinsérer par le travail s’éteint au point que le taux d’emploi de cette catégorie d’Américains est désormais inférieur à ce qu’il fut au cœur de la dépression des années 1930 ! De même, le taux d’emploi des Français de 15 à 64 ans a baissé depuis 1968 (-9 %), tandis que la proportion d’inactifs recensés âgés de 25 à 54 ans a doublé au cours de la même période. Une partie des hommes a donc abandonné tout travail légal depuis 50 ans, en France comme en Amérique !

8À quoi s’occupent-ils, alors ? Certains, parmi les plus jeunes, sont tentés par des occupations addictives, comme les jeux en ligne ; d’autres vivent d’expédients : indemnités versées par la collectivité, soutien de leur famille (les Tanguy popularisés par un film éponyme), petits boulots plus ou moins à la marge du marché officiel de l’emploi rebaptisés pour la circonstance économies collaborative ou circulaire, etc. Toutes situations dont la fréquence est plus ou moins admise, qui vont de pair avec l’éclatement des liens familiaux et avec un sentiment de déclassement qu’expriment les « petits blancs » qui formaient les troupes de l’industrie manufacturière des Trente Glorieuses... Cette obsolescence fonctionnelle d’une partie des hommes d’origine modeste prendrait naissance autour de la puberté ; elle accompagne le retard scolaire, la difficulté à lire et un décalage éducatif d’un à trois ans par rapport aux jeunes femmes du même âge ! Un « effet de genre », très net pour la langue et pour l’expression, qui joue en défaveur des garçons : si le taux d’emploi des femmes continue d’augmenter un peu, celui des hommes décroît depuis les années 1990. Et la féminisation du tertiaire l’accentue.

9C’est sans doute pourquoi, à la période nubile, les maris se font rares et les enfants ne connaissent plus de père, tandis que l’aisance des foyers monoparentaux est moindre que celle des familles traditionnelles de la même catégorie socioprofessionnelle ; ce constat vaut autant pour les classes moyennes que pour les classes populaires. Les signes de pauvreté relative se multiplient donc ; et la réserve des femmes devant l’engagement marital se poursuit, plus que devant la procréation ; le prétexte invoqué, celui de la rareté des partenaires « mariables » par une femme dont le niveau d’éducation dépasse statistiquement celui des hommes, limite la chance d’établir une relation maritale durable. Chez les hommes, la probabilité de former un couple s’accroît avec leur niveau d’éducation ; ce sont en revanche les hommes peu instruits, marginalisés par l’échec scolaire dès l’enfance, qui deviennent des parias, inadaptés qu’ils sont aux emplois de la nouvelle économie, privés d’union durable et d’une descendance directe !

10Ce triste constat serait-il la contrepartie honteuse du relatif succès féminin à l’école, de l’adaptation des femmes à la société post-industrielle et des efforts normatifs qui ont été engagés en Occident depuis bientôt un siècle en vue d’améliorer le sort des femmes ?

11Effectivement, le taux d’emploi féminin a presque doublé, passant en France de 48 % à 83 % depuis 1968, alors que celui des hommes n’a guère varié. Cette féminisation se paye-t-elle en termes de carrière et de rémunération ? Strauch-Bonart s’écarte, sur ce plan, de la vox populi : à l’inverse des hommes dont nous venons de voir les difficultés, le statut social de la femme au travail a progressé. En moyenne, écrit-elle, elles sont en minorité dans les postes à très hautes responsabilités, mais le fossé avec les hommes se comble régulièrement et les écarts de salaire ou de statut sont plutôt surestimés que sous-estimés, surtout si l’on prend en compte l’équilibre entre vie privée et vie publique, notamment en intégrant le temps partiel choisi. Car, en équivalent temps plein, l’écart salarial entre les actifs des deux sexes est moins éclatant que ne le soutiennent les chroniqueurs — et chroniqueuses — engagés : la large pratique du temps partiel et des emplois de services par les femmes explique bien des différences ; et les écarts de rémunération entre hommes et femmes se réduisent pour les générations montantes, car les femmes sont globalement plus diplômées que les hommes de même emploi ; de plus, les salaires d’embauche des jeunes hommes se réduisent par rapport à la pratique de hauts salaires des années 1960 à 1980. Reste un petit nombre d’emplois, rares, enviés et très bien rémunérés, pour lesquels les jeunes hommes sont encore surpayés, mais qui offrent des conditions de vie très difficiles ; et les fonctions de très hautes responsabilités qui attirent l’attention (et les convoitises !) mais ne touchent qu’une infime partie de la population, fonctions pour lesquelles, d’ailleurs, les candidatures (et les nominations) féminines se multiplient, à l’échelle internationale : les temps changent vraiment, au moins en Occident !

12Les lieux communs, on le sait, ont parfois la vie dure : la discrimination à l’égard des femmes ne serait-elle qu’un effet d’optique ? La réponse est délicate. Avant de se prononcer, il convient de souligner que femmes et hommes arbitrent, au fil de leur vie, de façon parfois opposée : un carburateur n’est guère fascinant par une femme, note l’auteure. La science, à l’exception de la biologie, appelle moins les filles que les garçons ; les hommes aiment bien travailler sur les « choses » et les femmes s’intéressent surtout aux « gens », ce pour quoi elles sont rares dans l’ingénierie, mais courantes dans l’éducation, la justice et la médecine ; les startups numériques attirent bien plus de garçons que de filles, etc. Ces différences se confirment dans les sociétés riches, démocratiques et égalitaires comme la nôtre au sein de laquelle les préférences individuelles prennent tout leur sens !

13Il faudrait enfin rapporter ces questions liées au genre aux critères et aux valeurs auxquels se mesurent l’accomplissement personnel et la réussite professionnelle : « […] le soin aux enfants est un investissement aussi précieux que le travail », écrit l’auteure (p. 140). Le souci d’équilibre semble bien plus féminin que masculin ; l’effort pour marier des contraires est-il mal vécu ? On ne peut exclure plusieurs hypothèses : la richesse contemporaine repose sur un vif progrès technique, spécialisé et rapide, qui attire plus les garçons que les filles ; c’est lui qui entraîne l’économie, qui produit la richesse et entretient le bien-être, mais il impose un apostolat dont bien des femmes ne veulent pas — ou ne peuvent pas ? — payer le prix ! Les hommes qui s’y consacrent en majorité en tirent certes des bénéfices, mais les payent dans leur vie personnelle.

14L’égalité entre les sexes, en définitive, ne devrait être réduite ni à une parfaite identité de choix ni à un modèle unique de rémunération ou de carrière unifiant hommes et femmes ; notre société y perdrait une partie de son âme et une partie de son libre arbitre. Deux longs chapitres du livre font une analyse critique et comparative des études de genre et démontent le paradoxe qui accompagne certains courants de pensée. Le fait qu’il existe des différences sensibles, stables, transculturelles entre les aspirations des hommes et celles des femmes ne peut être nié, car c’est un fait d’expérience confirmé pour notre espèce. Prendre acte de ces nuances sans tricher n’impose nullement d’abandonner l’égalité en droit, en devoirs ni les valeurs communes aux deux sexes. Connaître l’état de nature ne fait aucunement obstacle à l’exercice de notre liberté. C’est d’ailleurs une étape obligée pour tirer également parti du potentiel des deux sexes, tout en respectant les choix de l’autre : admettre qu’une femme choisit ce qu’elle pense bon pour elle est la meilleure façon d’admettre qu’elle est l’égale de l’homme. L’égalité des sexes n’impose aucune uniformité.

15En matière de comportement, les facteurs environnementaux ont leur part, ce qui n’exclut pas l’effet de facteurs innés ; l’auteure rappelle notamment que les hormones conditionnent en partie le comportement des hommes et des femmes. De tels facteurs peuvent expliquer certaines différences qui se révèlent dès l’école, entre garçons et filles, notamment au moment de leur maturation. Strauch-Bonart note que la période actuelle valorise plus qu’auparavant des qualités proprement féminines et que la vie professionnelle peut aussi être guidée par des choix qui, statistiquement, reflètent une différence entre les deux sexes. Prendre la mesure de ces finesses permettrait de formuler l’objectif d’égalité entre les genres autrement qu’en proposant à tous une parfaite identité de comportement et de perspective.

16Le déclassement d’une partie des hommes actifs est un sujet préoccupant de notre époque pour qui sait aborder le genre avec hauteur de vue, non seulement en raison des drames privés qui peuvent en résulter dont, il est vrai, la littérature contemporaine et une partie de la fiction audiovisuelle portent témoignage dans des termes de plus en plus crus. Mais aussi sous l’angle politique, car la disponibilité d’une catégorie d’hommes inemployés, amers, voire suicidaires, favorise la constitution d’un bataillon de desperados, d’une armée de réserve que des tyrans potentiels n’hésiteront pas, le moment venu, à mobiliser. La désespérance de ces laissés pour compte pourrait soutenir leur ambition ultime : accéder au pouvoir politique par la force ! C’est l’une des leçons sévères que l’on peut tirer, parmi d’autres, de cet essai documenté de Strauch-Bonart.

Haut de page

Bibliographie

EBERSTADT, Nicholas (2016), Men Without Work, Conshohocken, Templeton Press.

WHITMIRE, Richard (2011), Why Boys Fail: Saving Our Sons from an Education System That’s Leaving Them Behind, New York, Amacom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Laetitia STRAUCH-BONART (2018), Les hommes sont-ils obsolètes ? Enquête sur la nouvelle inégalité des sexes », Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/9447

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur émérite à l’Université Paris Descartes. Courriel : chamoux@waika9.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals