Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesMaude BONENFANT, Fabien DUMAIS et...

Lectures

Maude BONENFANT, Fabien DUMAIS et Gabrielle TRÉPANIER-JOBIN (dir.) (2017), Les pratiques transformatrices des espaces socionumériques

Québec, Presses de l’Université du Québec
Mustapha Belabdi
Référence(s) :

Maude BONENFANT, Fabien DUMAIS et Gabrielle TRÉPANIER-JOBIN (dir.) (2017), Les pratiques transformatrices des espaces socionumériques, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Maude Bonenfant, Fabien Dumais et Gabrielle Trépanier-Jobin est composé de trois parties, précédées d’une introduction et suivies d’une bibliographie générale et d’une note sur les auteurs.

2Comme son titre l’indique, le livre a pour thème central les mutations de l’espace socionumérique et ce qui les génère. L’introduction, signée par les trois coordonnateurs, présente le sujet de l’ouvrage en renvoyant brièvement à la spatialité dans ses différentes configurations. La base de travail retenue pour l’analyse et la recherche est l’espace socionumérique comme dimension transformée par les pratiques humaines. Il s’agit aussi du numérique comme phénomène ayant transformé, à son tour, l’humain.

3Dans la première partie, intitulée « Vers une transformation des catégories d’espace privé et d’espace public », trois chapitres abordent la question dans des optiques différentes. Ainsi le premier chapitre (Sami Coll et Francesca Poglia Mileti) traite-t-il cette question dans la perspective de la transparence numérique liée au recueil et au stockage des données privées des individus au profit du secteur économique et commercial, dans le but de les utiliser à des fins de productivité et de gouvernance. Les auteurs de ce chapitre souhaitent répondre à cette question en menant une enquête sur les systèmes de fidélisation établis par des chaînes de grande distribution en Suisse. La carte de fidélité, utilisée à cet effet, permet de cerner le comportement du client et ses habitudes d’achat et l’expose, selon les cas, à des sanctions positives ou négatives. D’autres stratégies plus directes sont exercées sur le client pour renforcer le système de surveillance. Les auteurs remettent cependant en question le bien-fondé de ces techniques. Ils estiment que le partage d’informations privées est synonyme d’un acte de « cession de la vie privée à des acteurs tiers » (p. 31).

4Le deuxième chapitre s’intéresse à la question de la protection des données privées des individus, à l’ère de la mise en place d’un système de surveillance massive. Fabien Richet aborde la question d’un point de vue analytique et critique, à travers une revue du projet d’Alex Pentland (2014) et de son laboratoire MIT Lab Pentland, notamment en ce qui concerne la notion de New Deal of Data. L’enjeu abordé concerne l’appropriation des données informatiques des individus et les retombées qui en découlent. L’expérience encadrée de responsabilisation d’un groupe d’individus face aux nouvelles technologies, désignée comme une physique sociale, nommée un deal, par l’équipe de Pentland a permis de démontrer les atouts de cette approche. Face à d’autres hypothèses critiques, le projet de Pentland « offre la possibilité d’éprouver indirectement un sens commun du social, qui se traduit principalement par une réflexion sur la valeur d’usage des informations dont peuvent bénéficier les autres membres d’un groupe » (p. 55).

5Dans le troisième chapitre, il est question de la « culture de la chambre », un concept qui appréhende l’espace de cohabitation entre l’occupation physique et virtuelle chez les jeunes. L’espace habité est investi de pratiques virtuelles, notamment les réseaux sociaux, et s’érige en lieu de construction identitaire chez l’individu qui l’anime. Nina Duque met l’accent sur l’appropriation des réseaux sociaux par des jeunes filles et leur intégration comme espace qui fusionne avec l’espace physique d’habitation pour s’ériger en espace identitaire binaire. Deux volets sont ainsi abordés : la culture de la chambre dans la littérature et son intégration comme espace socionumérique intime que les jeunes peuvent habiter comme territoires individuels et qu’ils peuvent aussi contrôler.

6Avec le quatrième chapitre, le livre ouvre la deuxième partie consacrée à « la mise en acte sur le web de projets de société ». Composée de deux chapitres complémentaires, cette partie aborde « les implications spatiales de la résistance numérique » et les technologies de l’information et de la communication ainsi que « le printemps arabe : réflexions autour de l’espace public numérique ». Dans le premier, il est question de l’usage des médias numériques comme moyen de contestation désormais répandu pour contourner les formes d’affrontement physique. L’appropriation du dispositif numérique constitue, selon Gabrielle Trépanier-Jobin, un préalable à son usage adéquat à des fins de protestation. Le cas étudié dans ce chapitre est celui de l’usage des médias numériques dans des contextes conflictuels, où la stratégie de recours aux réseaux permet de créer des solutions pour faire circuler des messages et rallier les foules. La guerre de 2014 entre Israël et la Palestine a servi d’exemple pour illustrer le recours à cette stratégie. Malgré leur capacité d’ignorer les frontières physiques, les réseaux sociaux demeurent vulnérables et tributaires des conditions de leur déploiement et soumis au risque d’altération ou de récupération des messages, une fois déplacés de leur réseau initial d’émission.

7Le second chapitre de cette partie aborde le printemps arabe à partir de l’espace public numérique. Il propose d’interroger l’apport du cyberespace dans l’éclosion de cet espace public qui a connu des expériences inédites depuis quelques années. En partant de la distinction de base entre espace public, espace médiatique et cyberespace, le chapitre tente de considérer celui-ci dans la composition de l’espace public. Après avoir donné un aperçu de la littérature sur le concept de l’espace public et son ancrage théorique, Khaled Zouari souligne que la combinaison des trois, dans le cas de la révolution tunisienne de 2011, a fait surgir un espace public commun. Le cyberespace a permis d’investir l’expression politique citoyenne, qui était restreinte dans l’espace physique, et d’ouvrir désormais la voie à une multitude de moyens d’expression plus dynamiques et affranchis.

8La dernière partie de l’ouvrage, intitulée « L’activisme numérique comme résistance à la domination », poursuit la réflexion et l’analyse de cas à travers quatre chapitres.

9Dans le premier, consacré à « l’éducation aux médias en tant que pratique militante », Normand Landry, Anne-Marie Pilote et Anne-Marie Brunelle étudient « l’activisme médiatique ». Après avoir offert un aperçu de ce concept et une présentation des principes pédagogiques et du corpus de connaissances auxquels il est rattaché, le texte interroge le rôle de la critique en lien avec les médias et la terminologie abondante qui caractérise l’objet médiatique. Le texte aborde ensuite les mouvements sociaux et les espaces médiatiques qui se déploient à travers la déconstruction des productions médiatiques, dans le cas des mouvements de militantisme, et le développement d’autres capacités contre-hégémoniques. Le dernier point abordé dans le chapitre est consacré aux espaces de gouvernance des médias qui ont un lien avec l’activisme et l’éducation aux médias. La gouvernance des médias s’inscrit dans un cadre institutionnel régi par des normes et des règles et le processus de militantisme médiatique vise la régulation de ce système complexe. Or, l’éducation médiatique nécessaire pour appréhender la gouvernance exige de comprendre ses rôles et ses enjeux.

10Le chapitre suivant aborde le sujet du pouvoir et de la résistance dans l’espace socionumérique. Il interroge la possibilité pour les internautes de s’approprier les espaces numériques et de contourner l’intérêt commercial pour s’en servir à des fins de contestation. Patrick Deslauriers choisit le cas de « AMAgeddon » qui a affecté le média Reddit, un site populaire et des plus visités aux États-Unis, pour illustrer ses propos. Un rapport de force a opposé les nombreux internautes habitués du média à la suite du congédiement d’une conseillère qui assistait aux débats et entretiens diffusés en ligne et animés par des internautes. Les contenus échangés et la censure des subreddits ont accentué la contestation. Aussi ce geste a-t-il été suivi par un boycottage du média par la communauté des internautes, qui s’est traduit par le recul de Reddit face à cette pression. Au-delà de l’action-réaction, c’est la question de gestion de pouvoir entre intérêt commercial, origine du contenu diffusé (produit par des internautes actifs) et l’opposition entre la vision des propriétaires du site et les usagers de ce site qui est considérée. L’opération est décortiquée dans une analyse des relations de pouvoir et des moyens de résistance qui le renversent. Il s’instaure ainsi un rapport de coconstruction du social plus équilibré, mais toujours susceptible d’être modelé par les intérêts commerciaux si la vigilance des usagers diminue.

11Le troisième chapitre traite du « hacking féministe et de la résistance par la spatialité ». Sophie Toupin propose d’expliquer la démarche de ces « hackeuses » dans la sphère du cyberféminisme, en tant que chercheuse et participante à cette expérience. Elle présente le cadre théorique sur l’évolution de ce mouvement ainsi que ses caractéristiques et souhaite inscrire cet article dans la littérature sur le « hacking » féministe. Le mouvement a traversé plusieurs périodes qui l’ont ancré non seulement comme une culture orientée vers la résistance émancipatrice, mais aussi comme une pédagogie d’apprentissage collectif. Son évolution demeure tributaire de son contexte socioéconomique.

12Le dernier chapitre de l’ouvrage, intitulé « “UFMG territoire FIFA” : de multiples médiations en pleines controverses », aborde un volet nouveau de contestation en lien avec l’organisation de la coupe du monde du football au Brésil. À la suite de la décision d’utiliser un espace universitaire pour organiser l’embarquement et le débarquement des partisans de la coupe du monde et après la diffusion de l’information dans les médias, un mouvement de contestation s’est constitué en ligne et hors ligne, faisant de l’espace un territoire symbolique controversé entre deux entités antagoniques, le territoire étant un lieu fondé sur une approche relationnelle. Geane Alzamora, Tacyana Arce, Pedro Nogueira et Tiago Salgado abordent la problématique en s’appuyant sur la théorie des acteurs-réseaux qui repose sur l’évolution des acteurs dans la relation de médiation. L’analyse de l’incident de la coupe du monde permet de décrire les mutations des acteurs ainsi que la multiplication des médiations et des conséquences qu’elles génèrent.

13En conclusion, il importe souligner que dans l’ensemble, les trois parties de l’ouvrage se complètent et traitent de problématiques liées au thème annoncé. Les sujets sont variés, mais la cohérence d’ensemble est assurée par la concordance avec l’intitulé de l’ouvrage. Malgré quelques répétitions en ce qui a trait aux définitions des concepts et aux démarches adoptées, l’ouvrage demeure riche en références, en réflexions, en revues de la littérature liée aux pratiques socionumériques et en analyses pertinentes des pratiques qui transforment les espaces physique et numérique, notamment en matière de contestation, d’opposition et de conflit.

Haut de page

Bibliographie

PENTLAND, Alex (2014), Social Physics: How Good Ideas Spread. The Lessons from a New Science, New York, Penguin Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mustapha Belabdi, « Maude BONENFANT, Fabien DUMAIS et Gabrielle TRÉPANIER-JOBIN (dir.) (2017), Les pratiques transformatrices des espaces socionumériques »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/9506 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9506

Haut de page

Auteur

Mustapha Belabdi

Mustapha Belabdi est enseignant, Université du Québec à Montréal. Courriel : belabdi.mustapha@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search