Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesTim MARKHAM et Scott RODGERS (dir...

Lectures

Tim MARKHAM et Scott RODGERS (dir.) (2017), Conditions of Mediation: Phenomenological Perspectives on Media

New York, Peter Lang
Luciana Radut-Gaghi
Référence(s) :

Tim MARKHAM et Scott RODGERS (dir.) (2017), Conditions of Mediation: Phenomenological Perspectives on Media, New York, Peter Lang

Texte intégral

1La phénoménologie et les médias, cela va de soi…

2Conditions of mediation: Phenomenological perspectives on Media fut un colloque tenu au Collège Birkbeck, de l’Université de Londres, en 2013. Quatre ans après, le livre homonyme tient à la fois de la dynamique de la rencontre en face à face et de l’originalité des recherches individuelles et de groupe. Toutes les contributions vont dans le même sens : discuter les nouvelles visions qu’offre la phénoménologie aux études des médias.

3Ancienne par ses ancrages, la théorisation des médias d’un point de vue phénoménologique n’est pas chose commune, au moins dans les approches françaises des médias et de la communication. L’excellente Sociologie de la communication et des médias d’Éric Maigret (2003) n’en porte pas trace, dans ses 16 chapitres exhaustifs par ailleurs. On trouve certes, dans la collection « Philo » des Éditions Ellipses, une Phénoménologie de la communication de Guy-Félix Duportail (1999). C’est une bonne traduction et une analyse du texte d’Edmund Husserl de 1932. En 2002, CNRS Éditions publiait Naturaliser la phénoménologie. Essais sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives, par Jean Petitot, Jean-Michel Roy, Bernard Pachoud et Francisco J. Varela. L’approche n’y est pas communicationnelle ni centrée sur les médias. Du côté de la sociologie, les ouvrages sont plus abondants : Phénoménologie et sociologie, de Jocelyn Benoist et Bruno Karsenti (dir.) (2001), Alfred Schütz et le projet d’une sociologie phénoménologique, de Frédéric Tellier (2003) ou encore les travaux de Thierry Blin (1998, 2010). Le constat ne peut être que celui de l’omission ou de l’absence de cette démarche de recherche du champ français de la communication. Est-ce parce qu’en France nous n’avons pas de medias studies comme ailleurs ? Ou parce que nous osons seulement en principe l’interdisciplinarité ? Quoi qu’il en soit, l’intérêt d’une phénoménologie des médias repose sur ses qualités heuristiques aussi bien que sur ses potentiels comparatifs dans des projets internationaux de recherche.

4Une synthèse des fondements de la phénoménologie des médias est développée dans l’ouvrage dirigé par Tim Markham et Scott Rodgers à plusieurs endroits, mais spécialement dans l’introduction et dans les deux dialogues critiques placés en début d’ouvrage et chacun suivi d’une discussion (première partie). La chose elle-même et la connaissance de la chose : voici la grande distinction kantienne entre noumène et phénomène. La phénoménologie voit les signes du jour quand Hegel rejette cette distinction et pose que même une pré-cognition sur la non-connaissance de la chose représente une connaissance. Le noumène pourrait être expérimenté et serait façonné par l’expérience humaine. On entre au XXe siècle avec cet acquis, et Husserl, grand-père de la phénoménologie, tâche de (faire) comprendre l’expérience consciente. Sa notion phare est l’intention et surtout l’intentionnalité — « les formes contingentes, collectives, et non instrumentales que prend l’intention » (p. 4). L’intention modèle le monde, mais l’intentionnalité appartient au Lebenswelt, le monde de la vie, et ne peut pas être prise pour de la volonté ou le désir. Ce que les chercheurs en études des médias retiennent de la pensée de Husserl, c’est le flux considéré comme acquis (taken-for-granted) de « routines, intentions et événements quotidiens, qui constituent aussi bien l’expérience individuelle que sociale » (p. 5). Il faut continuer avec la théorie de Martin Heidegger, élève de Husserl, pour étudier « comment l’essence des objets émerge quand on n’y pense pas du tout, mais qu’ils passent à l’arrière-plan de l’action pratique » (id.). Le monde qui nous entoure peut être compris sans qu’on y pense, mais seulement si l’on interagit avec lui. Voici le questionnement phénoménologique : « […] comment, au niveau quotidien, les mondes peuvent être expérimentés comme allant de soi ? […] comment cela arrive à être vécu comme normal ? […] de Dieu à Facebook » (id.). Maurice Merleau-Ponty, finalement, est cité dans la triade de tête des phénoménologues pour sa théorie sur l’expérience du monde par le corps.

5Husserl-Heidegger-Merleau-Ponty représentent la toile de fond de presque tous les textes de l’ouvrage. Quelques-uns citent la sociologie de la vie quotidienne d’Erving Goffman, d’autres font le détour par Bruno Latour, Georg Simmel est rattrapé en fin d’ouvrage. Aucune référence à Alfred Schütz, qui fit le lien entre Husserl et les sciences sociales et divisa le Lebenswelt en quatre catégories pour introduire une sorte de temporisation des mondes entre prédécesseurs, contemporains et successeurs (voir Schütz, préface Blin, 2007). Mais il faut dire que les sciences sociales non plus ne reconnaissent pas encore entièrement cette contribution, en France comme ailleurs.

6En revanche, les années 2000 voient l’arrivée d’une relativement abondante vague de recherches en phénoménologie des médias. Les prédécesseurs de ce nouveau courant sont Vivian Sobchack, The Address of the Eye (1992), ouvrage sur le cinéma, et Paddy Scannell, Radio and Television in Modern Life (1996). Les études des médias connaissent un tournant décisif vers la pratique (Bräuchler et Postill, 2010 ; Couldry, 2004). Les chercheurs vont s’intéresser davantage aux activités par lesquelles des « médias émergent comme telles » qu’aux médias per se (p. 7). L’expérience que l’on fait des médias remplace les médias comme élément structural dans le champ d’intérêt des chercheurs. Morley (2007, 2009) lance les non-media-centric media studies. Moores (2012) fonde une phénoménologie qui s’intéresse à la manière dont « les médias sont entrelacés avec des pratiques et des technologies qui ne sont pas clairement vouées à la pratique ou à la consommation des médias, comme par exemple des pratiques mobiles comme marcher, conduire ou voyager en avion » (id.). Les contributions à cet ouvrage sont vues comme alignées sur un continuum « de la compréhension de l’expérience médiée à la technique des médias qui forme sa condition de possibilité » (p. 10).

7L’expérience du monde numérique est celle qui bouleverse le plus aujourd’hui. Nick Couldry propose une mise en perspective critique de la phénoménologie et pose dans le titre la question « Pourquoi avons-nous besoin d’une phénoménologie du monde numérique ? ». Son travail est orienté selon deux axes. Le premier porte sur la question de la normativité dans le monde numérique à l’heure de « l’emmêlement » qu’il connaît aujourd’hui. Le deuxième traite de l’omniprésence du pouvoir algorithmique, avec des effets notamment dans les organisations sociales contemporaines. Couldry pose quelques questions ancrées phénoménologiquement sur le débat éthique que Sherry Turkle avait déjà développé au sujet de la modification de nos manières de communiquer par les plateformes numériques. Ces questions visent à comprendre des sujets liés au lieu, au temps, l’ordre instauré par le monde numérique. Cela pour faire comprendre que les outils numériques nous catégorisent selon des algorithmes et que ces catégories « affecteront nos conditions d’action » (p. 70). Ces outils, comme Facebook, « par notre manière de les utiliser, nous ont déjà utilisés » (id.). Couldry prône la réversibilité des outils, ce qui signifie le développement d’une « relation réflexive » avec les outils (p. 71), qui implique la possibilité et la capacité des utilisateurs d’agir sur les outils. Le terme social analytics émerge pour désigner les nouvelles manières d’échanger des histoires et des connaissances sur les réseaux. Ainsi, au lieu de s’admettre impuissant et envahi par les algorithmes, Couldry propose de se concentrer sur les nouvelles épistémologies rendues possibles par le monde numérique qui sont liées justement à la capacité réflexive des utilisateurs, la priorisation de certains contenus sur d’autres, des adaptations mutuelles des utilisateurs, la faveur accordée à certaines narrations qui impliquent une re-narration de leur présence numérique, finalement, l’organisation entière du contenu numérique (p. 72). Il s’agit, in fine, de tout autant de questions que la phénoménologie ne cesse de poser au sujet du « monde de la vie », en général.

8Les applications de la théorie sont multiples et parfois surprenantes. Les contributions de l’ouvrage sont organisées selon trois axes. Le premier (deuxième partie du livre composé de cinq chapitres) est intitulé « Corps, techniques, agentivité » (reprenons cette traduction plutôt canadienne du terme agency utilisé dans l’original). Il y est question des relations entre la technique et ses utilisateurs ainsi que du potentiel d’action qui en découle. Le deuxième (troisième partie qui contient quatre chapitres) est celui consacré aux espaces, lieux, environnements. Les médias y sont conçus dans leur composante géographique, environnementale (comme l’anglais ambient), spatiale ou même atmosphérique. Le troisième axe (quatrième partie de l’ouvrage, faite de quatre chapitres aussi) est celui des significations, politics, ethics (politiques publiques, significations et éthique). Il y est question de poulets qui aiment Pink Floyd, de marteaux et d’interfaces ou de « silence commode ». Il y est question aussi et notamment de création de nouvelles formes de signification ou de praxis politique par l’expérience médiée, ce qui remet en question la vision de la phénoménologie comme apolitique, selon les éditeurs.

9Tout chercheur des médias trouve son compte dans la richesse des contributions de l’ouvrage. La perspective phénoménologie semble renverser l’ordre des questions classiquement posées par les chercheurs. Eve Forrest questionne ce que « le corps sait de la photographie » et interroge les sens, le rythme et les limites corporelles. Eyal Lavi suggère que l’orientation spatiale et les outils créés pour l’appuyer font partie d’un dispositif identitaire étroitement lié aux médias et démontre son idée en analysant la relation à Israël développée par les Juifs britanniques qui vivent à Londres. Catalin Brylla est à la recherche de la « synergie entre perception et le monde matériel » (p. 223), à la manière des parents de la phénoménologie, et s’appuie sur les points de vue subjectifs et les méthodologies objectives à l’œuvre dans la réalisation des films documentaires. Dans tout l’ouvrage, il est question de matérialité, de terrain, d’objets. Comme pour inciter les chercheurs à aller chercher le premier degré de l’analyse, à reformuler les théories sociales qui commencent trop à ressembler à des théorèmes mathématiques au détriment d’une connaissance du terrain. Aller comprendre pourquoi les choses sont ainsi et pourquoi les gens s’entendent sur cette compréhension, entre eux. Aller comprendre les conditions de la médiation, comme dans le titre, au bon risque de trouver des résultats inédits, tellement ils avaient l’air d’aller de soi sans besoin de s’y pencher, avant d’ouvrir le grimoire phénoménologique. Un peu trop, peut-être, parfois, car la description de l’action quotidienne ne semble pas mener toujours à une connaissance supplémentaire. Et ce, si nous voulons distinguer prise de conscience et connaissance, ce qui nous renvoie à l’opposition fondamentale entre Kant et Hegel, mais le lieu n’y est pas pour recommencer à la discuter.

Haut de page

Bibliographie

BENOIST, Jocelyn et Bruno KARSENTI (dir.) (2001), Phénoménologie et sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

BLIN, Thierry (2010), Requiem pour une phénoménologie. Sur Alfred Schütz, Merleau-Ponty et quelques autres, Paris, Éditions du Félin, Coll. « Kiron ».

BRÄUCHLERm Birgit et John POSTILL (2010), Theorising Media and Practice, New York, Berghan Books.

COULDRY, Nick (2004), « Theorising media as practice », Social Semiotics, 14(2) : 115-132.

DUPORTAIL, Guy-Félix (1999), Phénoménologie de la communication, Paris, Ellipses.

MAIGRET, Éric (2003), Sociologie de la communication et des médias, Paris, Armand Colin, Coll. « U ».

MOORES, Shaun (2012), Media, Place and Mobility, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

MORLEY, David (2007), Media, Modernity and Technology: The Geography of the News, London, Routledge.

MORLEY, David (2009), « For a materialist, non-media-centric media studies », Television and New Media, 10(1) : 114-116.

PETITOT, Jean et al. (2002), Naturaliser la phénoménologie. Essais sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives, Paris, CNRS Éditions.

SCANNELL, Paddy (1996), Radio and Television in Modern Life, Oxford, Blackwell.

SCHÜTZ, Alfred (2007), Essais sur le monde ordinaire, préface et traduction de Thierry BLIN, Paris, Éditions du Félin, Coll. « Kiron ».

SOBCHACK, Vivian (1992), The Address of the Eye. A Phenomenology of Film Experience, Princeton, Princeton University Press.

TELLIER, Frédéric (2003), Alfred Schütz et le projet d’une sociologie phénoménologique, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luciana Radut-Gaghi, « Tim MARKHAM et Scott RODGERS (dir.) (2017), Conditions of Mediation: Phenomenological Perspectives on Media  »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/9586 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9586

Haut de page

Auteur

Luciana Radut-Gaghi

Luciana Radut-Gaghi est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire LT2D. Courriel : luciana.radut-gaghi@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search