Navigation – Plan du site
Hors thème

Difficile émergence d’un journalisme objectif en Afrique

Origine du drame et pistes de solution
Osée Kamga

Résumés

L’émergence d’une presse plurielle en Afrique subsaharienne au début des années 1990 a nourri l’espoir de l’avènement d’un journalisme authentique. Or, depuis, la littérature ne cesse de relever les profondes lacunes de cette presse. À partir d’une analyse du type documentaire, l’auteur émet l’hypothèse que les politiques publiques en matière de médias qu’adoptent les jeunes États indépendants des années 1990 expliquent ces lacunes et la difficile émergence d’un journalisme authentique.

Haut de page

Texte intégral

1L’émergence de la presse multiple qui marque la fin du monolithisme politique en Afrique subsaharienne au début des années 1990 nourrit l’espoir de l’avènement d’un journalisme authentique, c’est-à-dire « ni animé par les intérêts personnels, ni vendu à ceux des autres, ni stratège sournois, ni benêt ni manipulé » (Cornu, 2009 : 384). Cependant, depuis lors, la littérature n’a cessé de relever les profondes lacunes de cette presse : manque de professionnalisme, bidonnage, insultes, diffamation, et même incitations à la haine. Dans son article sur la crise du journalisme et de l’espace public en Afrique, Ollo Pépin Hien parle alors d’un « journalisme dévoyé et fourvoyé » (2005 : 106). En somme, la littérature présente le portrait d’un journalisme dépourvu de normes classiques d’objectivité, c’est-à-dire de cette « distance critique face à la réalité » qui a permis à la pratique « d’apparaître légitime dans le mouvement de constitution d’un espace public de débat » (Pichette, 2007 : en ligne).

2La question qui nous intéresse est celle de savoir comment expliquer cette difficile émergence. L’explication économique a souvent été proposée, c’est-à-dire l’argument selon lequel le manque de ressources financières non seulement constitue un obstacle à une formation adéquate de professionnels de l’information, mais en plus contraint souvent ces derniers à se livrer à des pratiques journalistiques équivoques. Parlant du cas sénégalais par exemple, Frank Wittmann (2006) note l’effet déstabilisant de la précarité financière des entreprises de presse sur la stabilité et la professionnalisation des équipes rédactionnelles. Perspective largement récurrente dans la critique, qui met systématiquement en avant les répercussions de mauvaises conditions matérielles de travail sur la qualité du contenu journalistique (de la Brosse, 1999 ; Loum, 2003 ; Diouf, 2004 ; Frère, 2005 ; Kakdeu, 2015).

3Nous pensons que l’explication économique, bien que valide, demeure insuffisante pour rendre compte des difficultés structurelles que connaît le journalisme africain depuis l’avènement de l’ère multipartite. Notre hypothèse est que ces lacunes profondes s’expliquent par ce que nous appellerons une ratée historique, soit l’omission de mettre sur pied, dès la libéralisation du paysage médiatique à l’aube des années 1990, aussi bien une déontologie pensée qui encadre la profession qu’une base philosophie cohérente qui en sustente le fonctionnement. La presse privée qui émerge alors à la faveur de l’ouverture démocratique se contentera de reprendre à son compte la manière de gérer des médias sous contrôle étatique.

4Sur le plan méthodologique, notre travail consiste en une analyse du type documentaire : exploiter un ensemble de textes consacrés aux défis du journalisme africain des quelque trois dernières décennies, faire une synthèse de l’hypothèse qui en ressort, en définir les limites. Par la suite, nous tenterons d’explorer l’hypothèse de la déficience historique que nous estimons plus concluante. La mise en dialogue des textes analysés et les interrogations qu’ils suscitent autorisent une nouvelle hypothèse. Ainsi la démarche trouve-t-elle sa valeur heuristique dans une meilleure compréhension de cette crise du journalisme africain. Nous tenterons d’abord de relever les assises idéologiques des politiques médiatiques en Afrique subsaharienne au lendemain des indépendances. Nous pensons que ces assises ont catalysé les travers de la presse qui survivront à la fin du monopole d’État au début des années 1990. Ensuite, nous essayerons d’articuler ce qu’est un journalisme objectif. L’exercice est d’autant plus essentiel que le concept même d’objectivité ne fait pas l’unanimité. Nous montrerons par après comment la difficile émergence d’un journalisme objectif en Afrique plonge ses racines dans les politiques publiques en matière de médias qu’adoptent les jeunes États indépendants. Finalement, nous discuterons de quelques mesures que l’industrie de l’information dans chacun des pays de la région peut prendre pour donner à son journalisme plus de crédibilité, avec à la clé le rappel d’irréductibles principes déontologiques et éthiques qui fondent une presse authentique. Car, comme le remarque Marc-François Bernier,

dans les sociétés où la lutte pour la démocratie et le pluralisme est en quelque sorte une urgence nationale, ce rappel pourrait alimenter et encourager la résistance aux médias à la solde des régimes autoritaires ou antidémocratiques tout en favorisant l’éclosion d’une presse citoyenne, libre et responsable (2004 : 3).

Les doctrines autoritariste et développementiste et leur incidence sur la gestion des médias

5Dès le début des années 1960, deux priorités animent les leaders des pays africains qui accèdent à l’indépendance : la stabilité nationale et le développement socioéconomique. Ces priorités seront déterminantes dans les modèles de politique publique en matière de médias qu’ils adopteront. Il faut rappeler qu’à la suite des indépendances, nombre de pays africains entrent dans une période tourmentée. Certains seront le site d’une guerre par procuration entre les deux superpuissances d’alors, les Américains et les Soviétiques, engagés dans une conquête idéologique du monde. Ce sera notamment le cas du Congo-Kinshasa, où la vision sociale de l’indépendantiste Patrice Lumumba qui dérangeait sérieusement les Américains le conduira à la perte. Ailleurs, l’enjeu sera le néocolonialisme, avec une suspicion populaire très marquée à l’endroit des nouvelles autorités. Le cas du Cameroun en est une illustration parfaite. Là-bas, l’Union des populations camerounaises (UPC), parti fondé par l’indépendantiste Um Nyobe, considérait que le nouveau gouvernement, à la solde de la France, manquait de légitimité, et elle lui opposera une farouche résistance. D’autres pays seront traversés par des luttes intestines sur fond ethnoreligieux, avec pour véritable enjeu le contrôle du pouvoir. Ce sera par exemple le cas du Nigéria où les clivages ethnoreligieux donneront lieu à des flambées de violence et favoriseront un climat politique instable caractérisé par une succession de coups d’État. On comprend ainsi que ces pays aient fait de la stabilité et de l’unité nationales l’une de leurs principales préoccupations. Comment cette perspective influencera-t-elle leur politique des médias ?

6Thomas McPhail et Brenda McPhail (1990) articulent un certain nombre de doctrines permettant de comprendre les politiques médiatiques, dont la doctrine autoritariste qui constituera, dans les pays africains, l’une des assises des politiques publiques en matière de médias. La doctrine autoritariste postule la légitimité absolue de l’État et la nécessité qui lui incombe de subsumer les individualités. De Platon (428-347 av. J.-C.) à Hegel (1770-1831) en passant par Machiavel (1469-1521) et Hobbes (1588-1679), les tenants de cette doctrine vont tous douter des vertus d’un système démocratique, persuadés que les vices, les désirs et aversions, la volonté du pouvoir et l’égoïsme des individus en faisaient des êtres peu enclins à la poursuite du bien collectif. La stabilité et l’ordre sociaux, l’épanouissement individuel et le bien-être collectif ainsi que la pérennité même de l’État sont ici considérés comme les plus hautes responsabilités de cet État. Dès lors, le contrôle étatique des médias d’information constitue une absolue nécessité. Ces responsabilités primordiales mettent l’État en droit « d’interdire les opinions qui calomnient les individus, discréditent des représentants de l’État, se moquent des lois, incitent à la révolte ou propagent le crime » (Piotte, 1999 : 368). Cette doctrine préconise donc la mainmise gouvernementale sur les fonctions et les opérations des médias (Siebert, Peterson et Schramm, 1976). Récusant l’indépendance des médias, elle n’envisage ceux-ci que comme des outils au service de la promotion des objectifs étatiques (Rivers et Schramm, 1969). Animées par une telle conception, les nouvelles autorités africaines s’assureront d’une mainmise totale sur les médias.

7L’autre priorité sera l’exigence même du développement économique et social. À la décolonisation, les leaders africains font face à l’entreprise gigantesque consistant à mettre leur pays sur la voie du développement. Tout est à bâtir, des infrastructures de base (routes, chemins de fer, écoles, hôpitaux, etc.) aux structures sociales (éducation, santé, justice, sécurité, etc.), en passant l’économie, un État moderne ainsi que la diplomatie. À l’époque, nombre de théoriciens de la modernisation, influencés par les thèses keynésiennes, mettent invariablement l’État au centre des stratégies du développement (Lerner, 1958 ; Schramm, 1948, 1964 ; Rogers, 1983). Leurs théories vont profondément influencer la dynamique de l’aide internationale et favoriser l’émergence d’une forme d’aide qui misera essentiellement sur l’État comme agent de développement (Gélinas, 1994). Cependant, ce qu’il faut souligner et qui importe véritablement pour notre propos, c’est la façon dont les dirigeants de ces pays nouvellement décolonisés, bien souvent appuyés par leurs souteneurs occidentaux (Tudesq et Nédélec, 1998), vont envisager la fonction de l’État :

Ils — les constituants africains — ont fait valoir que des États nouveaux, qui ne correspondent pas toujours à des nations déjà intégrées, à une volonté préexistante dans les esprits, ne pourraient résister aux forces centrifuges des particularismes locaux ou ethniques, au « régionalisme » ou au « tribalisme », que par la force du pouvoir central, c’est-à-dire essentiellement du pouvoir gouvernemental. Ils ont dit aussi que la transformation des conditions économiques nécessaires à des pays encore insuffisamment développés avait pour condition une discipline des activités de production, qui supposait elle-même une action ferme et continue, menée par un pouvoir assuré de la durée (Lampué, 1983 : 2).

8À l’époque, la pensée développementiste bat son plein, qui envisage « le développement comme transition ou transformation vers une économie moderne, industrielle, capitaliste et […] comme amélioration de la qualité et du niveau de vie » (Paquot, 2002 : en ligne). La doctrine développementiste veut que les médias, comme toutes les autres ressources nationales, soient mis au service du développement et donc des initiatives étatiques. Selon cette logique, note Mort Rosenblum, « le contrôle des informations n’est pas seulement un droit légitime, c’est une nécessité politique nationale » (1979 : 206). Comme le souligne Marie-Soleil Frère,

dans les faits, ce type d’argumentation a surtout permis aux États africains de renforcer leur mainmise sur le champ médiatique national, arguant que des populations démunies et vouées à progresser sur la voie de la modernisation ne pouvaient pas se permettre le luxe d’injonctions contradictoires (op. cit. : 8).

9Dans les pays africains traversés par cette doctrine, les médias seront généralement la propriété de l’État. Les autorités publiques, le cas échéant, mettront tout en œuvre pour contenir les journaux privés : largesses de l’État au besoin, mais si nécessaire, intimidation de journalises, perquisitions intempestives, fermetures temporaires et même définitives de locaux, confiscations de biens, sans compter des procès en série. Au Nigéria par exemple, jusqu’en 1990, la plupart des publications appartenaient au gouvernement, à l’exception de quelques journaux privés tels que le Nigerian Tribune, The Punch, Vanguard ou le Guardian qui seront constamment soumis au harcèlement des autorités publiques (Green et Karolides, 2014). Au Cameroun, le journal gouvernemental Cameroon Tribune sera l’absolu maître du jeu de la presse écrite, jusqu’à l’avènement du journal Le Messager de Pius Njawe en 1979 qui subira d’énormes pressions étatiques. On notera en passant que Njawe, avant sa mort survenue en 2010 des suites d’un accident de circulation, comptait à son actif plus de 120 arrestations (Lewis, 2010). Divers mécanismes de contrôle, y compris toute forme de censure, seront ainsi utilisés pour briser tout média qui affiche quelque indépendance aux volontés du gouvernement. En somme, les velléités autoritaristes et une certaine conception de l’État comme ultime agent de développement se combineront pour créer un environnement médiatique dominé par la propagande d’État. Émile Tozzo résume bien la situation :

De 1960 à la fin des années 1980, la plupart des régimes, civils comme militaires, libéraux comme marxistes, ont adopté le même modèle de médias publics étroitement contrôlés par le gouvernement, par le biais du ministère responsable de l’Information. Le journal national (ou lié au parti unique), la radio et la télévision étaient conçus et reçus comme la voix du pays et de ses dirigeants. Les médias, en situation de monopole, étaient commis à la propagande gouvernementale de façon à mobiliser les énergies de toutes les forces vives du pays vers l’unité nationale et le développement, les deux « veaux d’or » des régimes de parti unique. Les journalistes étaient des fonctionnaires de l’État, des « soldats du développement », des promoteurs du « militantisme révolutionnaire » (2005 : 101).

10La mission de la presse ainsi définie, elle aura pour tâche « d’illustrer, de mettre en perspective l’action de l’État, d’en donner une traduction plus didactique, et le cas échéant, verra sa marge de manœuvre élargie à une forme de critique “constructive” alors très en vogue » (Perret, 2001 : 158). Cependant, à ce journalisme commis à la propagande d’État va très rapidement se greffer le culte de la personnalité (Badibanga, 1979). C’est ce régime de presse, loin de la rigueur d’un journalisme objectif, qui dominera le paysage médiatique africain pendant quelque trois décennies.

De l’objectivité journalistique en question

11Avancer l’idée que le journalisme africain connaît de sérieuses lacunes, c’est suggérer par le fait même qu’il existe un standard qui sert de base d’évaluation. En effet, le journalisme n’aurait su s’instituer sans un ensemble de règles qui le fondent comme discipline (Goodwin, 1987). Au cœur de ces règles, on trouve le concept à la fois fondamental et controversé d’objectivité. Frank D. Durham (2001 : 117) signale en effet que pour une bonne partie du XXe siècle, l’objectivité sera considérée comme marque institutionnalisée de l’excellence journalistique. Dès le début dudit siècle, Walter Lippmann (1920) exhorte les journalistes à considérer l’objectivité comme la plus haute approche de la collecte de l’information. Plaidoirie dont de nombreux autres chercheurs se feront l’écho, convaincus que les journalistes devaient être aussi « impartiaux et objectifs que possible » et se montrer « de neutres observateurs », plutôt que des participants de l’actualité qu’ils rapportent (Bender et al., 2009 : 72). Pour Michael Schudson (1978), bien que le terme d’objectivité ne fasse son entrée dans la sphère de l’information qu’au XXe siècle, l’idée qu’il véhicule est bel et bien constitutive des débats sur la presse aux États-Unis dès l’émergence des journaux modernes, soit au début du XIXe siècle.

12Mais qu’est-ce que l’objectivité journalistique, au sujet ? Le dictionnaire Larousse définit le terme d’objectivité comme la « qualité de ce qui est conforme à la réalité » ou comme « l’absence de parti pris, l’impartialité, sans intervention d’éléments affectifs et personnels, qui décrit la réalité avec exactitude ». Le Littré en parle comme de ce qui a « une existence en dehors de nous ». Dans la littérature savante, l’une ou l’autre de ces définitions traversent les conceptions de l’objectivité journalistique. Ainsi va-t-elle impliquer de s’en tenir aux faits, c’est-à-dire présenter une information dépouillée de toute opinion, avec à la clé les principes de neutralité, d’impartialité, d’équilibre (Goodwin, op. cit. ; Cornu, 1994 ; Chalaby, 1998). Le chercheur Si Sheppard (2008) regroupe les normes de l’objectivité en trois catégories : ontologique, c’est-à-dire quand les reportages se contentent d’une description exacte et fidèle des faits et événements ; épistémologique, c’est-à-dire quand ils adhèrent aux standards et méthodes d’un bon reportage ; et finalement, procédural. Dans ce dernier cas, il s’agit de présenter l’information de manière aussi bien respectueuse des sources qu’équitable pour les points de vue opposés.

13Le concept d’objectivité journalistique a largement été remis en question. Il va notamment faire face à une opposition épistémologique, basée sur l’idée qu’il est tout simplement impossible d’accéder à une connaissance complète de la réalité (Gautier, 1991). De ce point de vue, le discours dit objectif ne serait en fait qu’une interprétation de la réalité, présentée selon des procédés narratifs qui créent l’illusion réaliste (Mitterand, 1986 ; Esquenazi, 2002 ; Neveu, 2001). D’autres, à l’instar d’Eugene H. Goodwin (op. cit.), estimeront qu’il est difficile pour les journalistes de faire le travail de précision qu’exige l’objectivité, étant donné que ces derniers sont constamment portés par une volonté, mal placée au demeurant, de satisfaire les attentes irréalistes du public. Pour d’autres encore, la « financiarisation de l’information » (Almiron, 2010) rend illusoire l’autonomie éditoriale des salles de presse, dans la mesure où celles-ci ne reflètent que les valeurs des grandes entreprises auxquelles elles sont redevables. Un véritable écho à La fabrique de l’opinion publique. La politique économique des médias américains (2003), ouvrage d’Edward Herman et Noam Chomsky, où les auteurs montrent que les médias dominants américains n’exercent en réalité qu’une fonction de relayeur des propagandes du complexe politico-industriel. Pour maintenir leur accès privilégié, estiment Herman et Chomsky, les journalistes tendent à se montrer complaisants face aux sources officielles, gouvernementales ou corporatives, sur lesquelles ils s’appuient fortement pour obtenir des informations. Selon Tom Goldstein (2007), cette complaisance des journalistes contemporains va contribuer à l’érosion même d’un journalisme basé sur les faits. Et Durham (op. cit.) d’affirmer que le paradigme de l’objectivité a chuté de son piédestal. Faisant le point sur les critiques de l’objectivité, Gilles Gauthier note que

toutes sortes de contraintes relatives à la subjectivité des journalistes, au contexte de la pratique du métier et à ses conditions de production ainsi qu’à la nature de la réalité sociale sur laquelle porte le journalisme tout en en étant partie prenante sont invoquées pour prétendre que l’objectivité est un idéal qui y est inatteignable (2010 : 122).

14L’objectivité journalistique, qu’elle soit prise ontologiquement, épistémologiquement ou sur le plan procédural, ne saurait donc être envisagée de manière absolue. Une correspondance absolue du discours avec la réalité n’est pas possible, tout comme il est impossible aux méthodes standardisées, en situation concrète, d’évacuer complètement le jugement, c’est-à-dire la subjectivité même de l’agent d’information. Et quant au respect des sources ou des points de vue opposés, le degré demeure une question de jugement. Malgré ces critiques, en attendant l’avènement d’un nouveau paradigme, l’objectivité demeure la mesure d’un journalisme authentique (Muñoz-Torres, 2012). L’hypothèse de l’objectivité en journalisme constitue en fait une nécessité existentielle pour le champ. Comme nous l’avons avancé un peu plus tôt, c’est elle qui le fonde.

15Sans normes déontologiques et éthiques, le journalisme perdrait les assises qui lui confèrent le rôle de gardien de l’intérêt public. Avancer l’idée d’une objectivité journalistique n’est donc pas qu’une nécessité conceptuelle, c’est-à-dire qui vise à cerner un champ, c’est une exigence morale. On comprend que dans les démocraties libérales, les professionnels de l’information se soient généralement dotés d’un guide déontologique visant à orienter leur travail et à établir leur crédibilité. Au Québec par exemple, le Guide déontologique de la Fédération professionnelle des journalistes adopté en 1996, puis amendé en 2010, souligne l’obligation pour les journalistes de « s’assurer de la véracité des faits qu’ils rapportent », de « respecter fidèlement le sens des propos qu’ils rapportent », d’« éviter les situations de conflits d’intérêts et d’apparence de conflits d’intérêts », ou encore de la nécessité « d’être honnêtes et impartiaux » (2010/1996 : en ligne).

16Nous entendons donc par objectivité journalistique l’effort que chaque journaliste, dans son contexte, fournit pour respecter ces conventions qui encadrent sa pratique. L’objectivité, c’est donc la propension qu’a le journaliste à recouper les faits à partir de sources indépendantes, à rendre fidèlement la pensée des auteurs cités en tenant compte du contexte dans lequel les extraits ont été énoncés, à décliner au besoin sa position idéologique ou ses préférences politiques et par-dessus tout, à écrire dans un style honnête, c’est-à-dire qui respecte les exigences du genre. De sorte qu’un reportage soit clairement un reportage, et non un éditorial masqué, qu’un compte rendu en soit véritablement un et non une critique qui ne dit pas son nom.

La presse privée et le défi de l’objectivité en Afrique subsaharienne

17Le début des années 1990 marque une ère nouvelle pour la presse africaine. On est dans la foulée de la fin de la guerre froide (1989) et de la dislocation de l’Union soviétique (1991). Francis Fukuyama (1992), qui proclame alors la fin de l’histoire, soutient que l’évolution idéologique de l’humanité culmine dans le triomphe des démocraties libérales. Un vent de démocratie souffle un peu partout à travers la planète. Les leaders africains, pressés aussi bien par des populations éprises de liberté que par les bailleurs fonds internationaux, montrent une ouverture au pluralisme politique et médiatique. L’expression, longtemps brimée par les pouvoirs publics, connaît alors une certaine libération. Comme le note Frère, « dans la plupart des pays, des révisions constitutionnelles et légales entérinent le pluralisme médiatique et les dirigeants, nouvellement élus […] ou convertis à la démocratie pour sauver leur pouvoir […], déclarent leur attachement à la liberté de la presse » (op. cit. : 11). Les premières années de la décennie 1990 seront ainsi marquées par l’éclosion de titres privés en presse écrite, bien que les médias audiovisuels demeurent l’apanage de l’État pour un peu plus longtemps (Tidiane, Demba et de la Brosse, 1997). En somme, l’ensemble du continent voit « la création de milliers de nouvelles publications privées (journaux, magazines, etc.), à la parution aléatoire » (de la Brosse, op. cit. : 102). Un véritable pied de nez à Rosalynde Ainslie (1966) qui soutenait que ce sont la prospérité et la stabilité sociales qui contribueront à l’émergence d’un espace public en Afrique. Car, estimait-elle, c’est fortes de ces conditions que les populations seront portées à réclamer plus de liberté.

18Les pays se dotent alors d’organes de régulation. C’est notamment le cas du Cameroun qui crée en 1990 son Conseil national de la communication (CNC), lequel visera à travailler à l’émergence d’une presse professionnelle, libre et responsable, à contribuer à la professionnalisation du secteur médiatique dans toutes ses composantes. La Côte d’Ivoire met sur pied en 1991 le Conseil national de la presse (CNP), qui sera chargé de veiller au pluralisme de la presse. En 1992, le Bénin crée la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) qui visera notamment à assurer la liberté de la presse et de tous les moyens de communication de masse. La même année, le Burundi met sur pied son Conseil national de la communication qui aura pour objectif de garantir la diversité des voix médiatiques, de réduire la mainmise de l’État sur le secteur de l’information. En 1993, le Malawi, qui entreprend la réforme son Code pénal, amende alors sa loi sur la sédition et assouplit les restrictions à la liberté d’expression.

19Dans la première moitié des années 1990, de telles initiatives seront engagées d’un pays à l’autre en Afrique subsaharienne. On a alors l’impression qu’un véritable espace public y émerge, à la viabilité assurée par des dispositifs législatifs. La presse privée, en plein essor, va saisir l’occasion et sera marquée à ses débuts par la dénonciation de l’État. Ndiaga Loum (op. cit.) parle de la « contestation du pouvoir de l’État », et plus spécifiquement de la remise en cause de son modèle de fonctionnement néo-patrimonial basé sur le « prébendalisme », c’est-à-dire le détournement des ressources économiques et financières de l’État à des fins personnelles ou partisanes, la cleptomanie ou cette irrésistible pulsion, dénuée de toute justification économique à la base de ces détournements, et le clientélisme. Face à la complaisante presse étatique engluée dans la propagande d’État et ne ratant pas la moindre occasion de chanter les louanges des autorités publiques et singulièrement celles du chef de l’État, la presse privée se voudra championne de l’intérêt public et se montrera particulièrement disposée à « briser le veau sacré de la dictature » et à « renverser les tablettes de la loi » qui ont muselé le peuple pendant tant de décennies (Mbembe, 1992 : 15). Cependant, cet engagement se fera selon les excès qui minent encore la pratique journalistique sur le continent. En 2013, Eugénie Aw s’interrogeait : « Que fait donc la presse de la déontologie ? » Puis, elle soulignait quelques indignations et dénonciations aussi bien d’organes régulateurs, d’associations médiatiques que de journalismes dans différents pays africains, au regard des manquements systématiques de la presse à la déontologie et aux principes éthiques.

20La transition démocratique du début des années 1990 marque la fin du monolithisme politique en Afrique. Des alliances se nouent rapidement entre les partis d’opposition naissants et les journaux privés. Pour ceux-ci, il s’agira bien souvent d’une stratégie de survie économique (de la Brosse, op. cit. ; Loum, op. cit. ; Tozzo, op. cit. ; Kakdeu, op. cit.). Quant aux partis politiques, ils disposeront ainsi d’un porte-voix dans l’espace public. Et cette dynamique perdure encore. Dans son analyse du cas sénégalais, Loum analyse « l’impossible autonomie » des médias, qui les rend incapables de véritablement jouer leur rôle de quatrième pouvoir. Avec pour objectifs premiers de détruire la concurrence, l’injure, l’outrage et la diffamation se veulent les outils privilégiés de cette presse cooptée. Wittmann remarque que « [s]i la presse écrite sénégalaise s’est démocratisée et pluralisée de façon remarquable, la liberté de la presse, la rentabilité et la professionnalisation insuffisante restent des handicaps majeurs » (op. cit. : 186). Louis-Marie Kakdeu constatait qu’en Afrique subsaharienne, « beaucoup de journalistes sont politisés et instrumentalisés. Ils sont plus lobbyistes et attachés de presse que professionnels de l’information » (2015 : en ligne). Ce travestissement de la presse est tel que, dans la population, « on attend du journaliste professionnel africain qu’il fasse passer un message, qu’il accomplisse les mêmes missions que celles dévolues aux chargés de communication » (Balima, 2006 : 192).

21Dans leur versant radical, ces excès de la presse privée peuvent ouvrir sur d’atroces tragédies. Revenant sur le cas rwandais où la presse a servi d’instrument au génocide de 1994, Thierry Perret tire la leçon suivante : « […] la presse, les médias, ne sont pas que des vecteurs d’émancipation et de progrès ; ils peuvent fort bien se transformer insensiblement en levier de manipulation » (2005 : 55). Pour Renaud de la Brosse, le caractère fortement politisé de la presse en Afrique subsaharienne « en fait une presse d’opinion fort éloignée des canons de l’objectivité de l’information prévalant aujourd’hui dans les pays occidentaux » (op. cit. : 102-103).

Les insuffisances du journalisme africain : dépasser l’explication économique

22Dans son article « Le journaliste africain face à son statut », Perret évoque les difficultés de la presse africaine : « […] manque de moyens matériels, pénurie de personnels formés et expérimentés, assujettissement à une réalité locale encore marquée par l’autoritarisme, faible structuration du jeu politique ou absence de codification claire des rapports » (2001 : 157). En somme, une carence en ressources matérielles qui rend pénible l’exercice du métier et met en péril la viabilité des organes de presse. Partant de l’exemple sénégalais, Loum constate que « dans un pays fortement touché par la crise économique, socialement marqué par les retombées catastrophiques des plans d’ajustement structurel et de la dévaluation du franc CFA, il faut dire qu’il est très difficile de faire vivre un journalisme indépendant » (op. cit. : 131).

23Ces carences ont souvent été évoquées pour expliquer les travers fréquemment décriés du journalisme africain. L’analyse de Yacine Diouf est typique : « Revêtant auprès des autres un standing social qu’il n’a pas, mal payé, le journaliste se trouve dans une situation délicate qui fait de lui un élément zigzaguant, face à une situation économique et sociale faite de manque et qui l’expose à toutes les tentations » (2005 : 36). Même perspective chez Wittmann qui attribue la « professionnalisation insuffisante » du journalisme sénégalais, du moins partiellement, à son « instabilité financière » (op. cit. : 185). Pour lui, la fragilité économique rend impossible la mise en place d’une infrastructure logistique solide (appareils d’enregistrement, ordinateurs, véhicules, etc.) et est également responsable du très bas niveau des salaires. Selon Frère, « le contexte économique défavorable et le manque de formation de jeunes journalistes venus au métier par hasard ont entraîné des dérives dans la pratique professionnelle » (2001 : 30). Et Perret d’avancer que le manque de ressources adéquates trouve sa « traduction dans la difficile pérennisation des entreprises de presse, et dans les carences professionnelles fréquemment observées et dénoncées » (2001 : 157).

24Cependant, cette lecture, malgré quelque validité, comporte des faiblesses. Tout d’abord, elle est de nature à légitimer un journalisme réputé travesti en suggérant que ce sont les conditions économiques qui déterminent l’éthique journalistique. Or, l’intégrité journalistique ne saurait être relative ou circonstancielle. Elle ne saurait dépendre du contexte, autrement, le journalisme perdrait sa fonction fondamentale, celle d’être « essentiellement orienté à la vérité » (Cornu, 1998 : 13). Aussi la lecture économique ne résiste-t-elle pas toujours aux faits. Car nombre d’exemples montrent que dans des conjonctures socioéconomiques difficiles, des journaux ont bravé la précarité et rempli leur fonction avec intégrité. Loum analyse longuement le cas des quotidiens du groupe Sud Quotidien au Sénégal dont les révélations et la rigueur des enquêtes réussiront, sinon à ébranler le gouvernement du président Diouf, du moins à l’inquiéter suffisamment pour qu’il se sente contraint « d’avancer des justifications, de fournir des explications détaillées pour se protéger de la colère du peuple » (op. cit. : 59). Malgré les pressions économiques et politiques, les journalistes de Sud Quotidien se sont investis dans un travail systématique de collecte de faits et de leur traitement rigoureux, ce qui leur aura permis de mettre à nu de manière crédible la corruption des autorités publiques. Ce souci d’objectivité sera aussi celui du Messager au Cameroun ou encore de La Gazette du golfe au Bénin, saluée dans le Courrier international (2018) comme « l’une des plus belles réussites de la presse africaine francophone ». Et Hien de souligner qu’« au Niger, en Sierra Léone, au Burkina Faso ou en Ouganda, des journaux se sont attelés à promouvoir “l’examen raisonné et la résolution pacifique des contradictions internes à leurs sociétés” en faisant preuve de professionnalisme, de courage et de probité morale » (op. cit. : 108).

25Sans réfuter catégoriquement l’effet des conditions de travail sur la pratique journalistique en Afrique, nous pensons, plus fondamentalement, que les dérives de la presse privée sont davantage dues à l’absence aussi bien d’un cadre déontologique pensé que d’une base philosophie cohérente qui se pose comme solution de rechange à celle qui, pendant des décennies, a articulé les politiques publiques en matière de médias. Les leaders africains issus de l’indépendance avaient adopté une posture autoritariste en cette matière. Mettant en avant les impératifs du développement ainsi que de l’unité et de la stabilité nationales, ils avaient fait de la presse le bras propagandiste du pouvoir. Le journaliste avait alors comme mandat de travailler avec en vue l’ambition et les aspirations de l’État définies par les pouvoirs publics.

26Les tensions sociales et autres guerres civiles qui persistent sur le continent, de même que le sous-développement endémique qui le caractérise, autorisent de légitimes interrogations sur la validité et l’efficacité de cette philosophie de départ. Cependant, ce que nous voulons signaler, c’est qu’une doctrine de gestion des médias existait bel et bien, qui se traduisait par des politiques publiques bien concrètes. L’espace public était du type féodal, c’est-à-dire « structuré par la représentation » publique de l’autorité étatique (Habermas, 1992 : 19-20). Dans un tel contexte, il n’y avait de règles que celles des pouvoirs publics. En somme, le modèle autoritariste va étouffer l’émergence d’une presse authentique, c’est-à-dire qui respecte les conventions qui encadrent ses pratiques et fondent par le fait même le genre journalistique. Louise M. Bourgault (1995) voit juste quand elle affirme que les régimes de parti unique en Afrique, en tordant habilement le style du discours pour satisfaire leurs propres appétences, ont contrecarré le développement d’un discours rationnel nécessaire à l’échange de vues entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés.

27L’espace d’expression qui se libère au début des années 1990 donne naissance à une multiplicité de voix. Cependant, en empruntant la voie de la surenchère et de la démagogie comme moteur d’expression, la presse privée, loin d’apparaître comme une contestation du modèle de la presse d’État, s’inscrira sur son registre, c’est-à-dire fonctionnera sur le mode de la non-retenue et de l’excès. On peut évoquer la thèse de l’aliénation culturelle développée par Frantz Fanon dans Peau noire, masques blancs pour rendre compte de ce phénomène. Il montre comment, grâce à « l’arsenal conceptuel » (Fanon, 1952 : 24) qui germe dans une situation de domination, la structure dominante peut imposer à celle dominée une « déviation existentielle » (ibid. : 11). Avec pour résultat une véritable aliénation qui fait que même libéré, le dominé adopte un comportement délirant, produit des schèmes intériorisés. La presse privée africaine naît dans l’aliénation, soit dans le contexte d’un journalisme travesti, et manquera de se doter, dès le départ, des moyens d’émancipation. Les efforts fournis depuis quelque temps pour rectifier le tir demeurent peu fructueux. Domitille Duplat (2002) dans son ouvrage Liberté de la presse, responsabilité des médias, l’Afrique sur la voie de l’autorégulation, met en évidence les initiatives entreprises au tournant du siècle pour orienter la presse vers le professionnalisme. Elle souligne notamment l’émergence d’instances d’autorégulation et la création d’organes de vigilance tels que l’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie (OLPED) en Côte d’Ivoire, ou encore l’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (ODEM) au Bénin.

28Cependant, comme le souligne Tozzo,

l’étude de l’évolution manquée de ces médias vers des organes de service public et l’examen des obstacles juridiques et humains à cette mutation permettent de souligner le manque de volonté politique des gouvernants et le peu d’intérêt des professionnels du secteur pour de réelles réformes (op. cit. : 100).

29Qui plus est, Internet et les nouveaux médias vont contribuer à complexifier ce virage, en facilitant la production et la diffusion à grande échelle d’informations résolument fabriquées. Un article de Jeune Afrique intitulé « Plongée dans les poubelles de l’info du Web africain » résume ainsi la situation :

Si internet a permis à la liberté d’informer d’y progresser, cette révolution virtuelle a aussi contribué à la prolifération de journalistes autoproclamés, à la déontologie douteuse, qui disséminent rumeurs et fake news. Faits non vérifiés, sensationnalisme et plagiat compulsif constituent désormais les principaux ingrédients de nombreux médias africains en ligne (Yansané, 2017).

Une objectivité à vocation nationaliste

30Nous pensons que le souci d’objectivité comme point de départ aurait eu de meilleurs résultats en matière de construction et de consolidation d’un véritable espace public en Afrique subsaharienne. Non pas que les préceptes déontologiques et éthiques auraient servi de bouclier aux attaques des autorités étatiques à l’endroit de la presse. En fait, rien ne fait plus peur aux régimes autoritaristes que la véracité des faits que dénonce la presse. Dans ces régimes, les tenants du pouvoir peuvent trouver agaçantes l’insulte et les autres formes d’outrance verbale ; les autorités peuvent s’offusquer de propos perçus comme diffamatoires (qu’elles ont d’ailleurs tôt fait de porter devant les tribunaux). Mais ce qui les terrifie véritablement, c’est un article de presse objectif, c’est-à-dire dont le contenu, qui repose sur les faits, apparaît inattaquable. Au Sénégal, les « harcèlements judiciaires » (Loum, op. cit. : 69) de Sud Quotidien dans les années 1990 en constituent une parfaite illustration. Seule la révélation de faits est de nature à représenter une véritable menace existentielle. Raison pour laquelle les journaux les plus inquiétés sont souvent ceux qui révèlent des faits, qui mettent à nu, preuve à l’appui, la corruption des autorités publiques. Ainsi ne posons-nous pas l’objectivité comme rempart contre l’oppression.

31Plutôt, notre posture est qu’un journalisme objectif pose les assises de cette confiance publique dont la presse a besoin pour bien jouer son double rôle, celui notamment de représenter l’opinion publique et de contrôler l’action et les décisions étatiques pour en prévenir les dérives et, le cas échéant, en dénoncer les abus. En Afrique subsaharienne, on est loin du compte. Comme Bourgault le notait avec justesse, pour qu’une presse standard se développe et se maintienne sur le continent, « le style du discours manipulatoire qui a formé la façon de penser des masses au cours de trois dernières décennies aura besoin d’un sérieux ajustement » (op. cit. : 200). Il serait bien entendu illusoire de s’attendre à ce que cet ajustement vienne de l’État. Qui plus est, l’État ne saurait imposer aux journalistes d’être neutres ou impartiaux dans leur traitement de l’information. Le travail doit être avant tout celui de l’industrie de l’information dans chacun des pays de la région. Chacune de ces industries doit se doter d’un cadre déontologique, accompagné d’initiatives qui contribueraient à le rendre efficace. Nous pensons par exemple à un jeu de gratification qui promouvrait les bonnes habitudes (prix journalistiques par exemple), et un autre de marginalisation, centré autour des pratiques de fact-checking, qui viserait à dissuader les non-conformités. Un cadre déontologique donc, qui s’articulerait autour de trois piliers fondamentaux :

  • Le principe d’indépendance, qui voudrait que les journalistes tout comme les rédactions prennent des distances par rapport aux formes de gratification qui pourraient créer « un sentiment d’obligeance chez le journaliste » (Aubin et al., 1991 : 20). Un tel code insisterait ainsi sur la nécessité, pour les rédactions, de définir leurs propres politiques éditoriales plutôt que de se les laisser imposer par quelque force extérieure. Il insisterait aussi sur la nécessité, pour chaque journaliste, d’éviter de se compromettre par les largesses de personnes, morales ou physiques, qui pourraient faire l’objet de leur investigation ou devenir le sujet de leur article. En somme, le journaliste s’assurerait d’éviter ces présents qui pourraient créer un conflit d’intérêts ou son apparence. Car, comme le souligne Yves Agnès, ces cadeaux ont pour but « d’aliéner l’indépendance d’esprit du journaliste, s’en faire un allié et un faire-valoir pour les produits ou les idées que proposent ces généreux donateurs » (2008 : 426). Comme nous l’avons signalé plus haut, il y a une tendance dans la littérature à expliquer l’absence marquée d’indépendance journalistique dans la presse africaine par la précarité des conditions de travail des journalistes. Ces explications apparaissent souvent comme des justifications. Perspective que nous rejetons, car nous sommes convaincu que le comportement éthique et moral n’est pas tributaire de conditions économiques.

  • Le principe de neutralité, qui voudrait que le journaliste évite toute activité politique qui pourrait compromettre son intégrité et celle de sa rédaction. En effet, comme le souligne Armande Saint-Jean, « le fait pour un-e journaliste d’appartenir à un parti politique est susceptible de faire craindre au public que sa couverture soit marquée par un intérêt plus grand envers cette formation que les autres. Une allégeance entre donc directement en conflit avec l’obligation impartialité que tout-e doit démontrer dans l’exercice de son métier » (1991 : 45). Comme tout citoyen, le journaliste a droit à ses préférences politiques. Cependant, il perdrait sa crédibilité comme serviteur de l’intérêt public s’il affichait publiquement ses couleurs ou s’associait ouvertement à un parti donné. En Afrique subsaharienne, des journaux s’affichent ouvertement comme étant de l’opposition, comme si le simple fait de s’opposer au pouvoir constituait en soi une vertu. Bon nombre de titres n’éprouvent aucun malaise à embrasser les couleurs d’un parti. Le principe de neutralité devrait donc faire valoir qu’un journal authentique ne saurait être l’organe officiel ou non officiel de quelque parti politique.

  • Le principe d’honnêteté, selon lequel les journalistes ne sauraient mentir ni sur leurs intentions ni sur le but de leur reportage. Carole Beaulieu rappelle que « le journaliste doit servir le public, non lui mentir, le harceler, le manipuler ou se servir de lui pour arriver à ses fins » (dans Aubin et al., 1991 : 55). Honnêteté dans la collecte de l’information, mais aussi dans son traitement et sa diffusion. Recueillir l’information en déclinant son identité, en signalant clairement l’utilisation potentielle de cette information et en respectant la vie privée des informateurs. Contextualiser l’information lors de son traitement et la diffuser selon les termes des promesses faites aux informateurs et en tenant compte des principes de la dignité humaine. Il s’agit aussi de respecter les « personnes sur lesquelles on écrit ou que l’on photographie, qu’elles soient ou non acteurs de la vie publique » (Agnès, op. cit. : 421).

32Ces trois principes nous semblent fondateurs dans l’élaboration d’un code déontologique qui permettrait de promouvoir un journalisme objectif, c’est-à-dire professionnel. Cependant, cette professionnalisation devrait reposer sur le nationalisme comme socle doctrinal qui en oriente le déploiement. Nationalisme envisagé selon le critère de civilisation que définit Raoul Girardet, soit « l’effort qu’accomplit une société pour se posséder intégralement elle-même » (1965 : 437), c’est-à-dire comme démarche visant l’affirmation et l’épanouissement nationaux. Une telle démarche prend des formes spécifiques selon les régions, en fonction des configurations sociohistoriques et des orientations politiques propres. Comme le souligne Girardet, il serait ainsi possible de

définir un nationalisme de type occidental, un nationalisme de type africain, un nationalisme de type arabe, […] etc., chacun de ces nationalismes se trouvant intégré dans un système de valeurs sociales, intellectuelles, esthétiques et morales propre à chacune des civilisations en question (ibid.).

33Ainsi un journalisme nationaliste mettrait-il les enjeux nationaux au centre de ses préoccupations.

34C’est là une posture jeffersonienne. Le troisième président américain, Thomas Jefferson, père de la Déclaration d’indépendance, est aussi bien connu pour sa défense de la liberté de presse. Sa fameuse formule souvent répétée par les partisans de la liberté de presse en est une illustration : « S’il me fallait choisir entre un gouvernement sans journaux ou des journaux sans gouvernement, j’opterais sans hésiter pour la seconde proposition. » Cependant, comme le souligne Richard Reeb (1999), Jefferson ne contestait pas à la presse une responsabilité politique. Reeb rappelle que, pour Jefferson, un bon journalisme était soucieux de l’égalité des droits des citoyens, du fonctionnement républicain du gouvernement, mais en même temps de l’exactitude de l’information, c’est-à-dire de la vérité des faits. Ces deux exigences ne lui semblaient aucunement conflictuelles.

35L’objectivité comme mesure d’un journalisme authentique est donc un point de départ essentiel, mais qui demeure insuffisante si elle est repliée sur elle-même, c’est-à-dire si elle n’est pas socialement engagée. Autrement dit, la presse ne saurait être indifférente aux questions sociopolitiques fondamentales que se posent les sociétés africaines. En ce moment où la vieille garde politique héritée des indépendances s’éteint peu à peu, la question brûlante de l’heure est celle du néocolonialisme, ravivée autour de la problématique de la monnaie (particulièrement dans les pays de la zone franc CFA), des Accords de partenariat économiques (APE) qui déchaînent les passions en ligne, ou encore celle de la présence toujours plus grandissante de la Chine sur le continent. La presse africaine doit se positionner par rapport au devenir du continent. Tout comme la presse des années 1940 et 1950 s’est dévouée à la décolonisation malgré les pressions du colon, tout comme la presse étatique qui voit le jour avec les indépendances s’est mise au service des politiques étatiques, la génération actuelle de la presse africaine doit se poser la question de l’endémique néocolonialisme tant décrié et y répondre. Une presse objective, certes, mais traversée et même travaillée par une orientation doctrinaire affirmée, c’est-à-dire qui s’assure que ce qu’elle raconte et la manière dont elle le raconte servent le bien commun, l’intérêt national.

Conclusion

36À l’heure où de plus en plus de voix s’interrogent sur le sort du journalisme africain, il nous a semblé nécessaire de commencer par comprendre ce qui explique ses dérives, de comprendre pourquoi les espoirs qu’un véritable espace public émerge avec l’avènement du pluralisme partite sur le continent se sont bien vite évanouis. Comme nous l’avons montré, la presse privée qui voit le jour alors, en se positionnant essentiellement comme pourfendeuse de l’État, n’a pas pris la peine de s’instituer, c’est-à-dire de poser les balises qui fonderaient son authenticité. Elle s’est contentée, dans son fonctionnement, de reprendre les excès de passion inhérents aux médias à la solde de l’État. Sans claire déontologie ni principes éthiques qui l’encadrent, sans orientation philosophique qui agrège son travail, le journalisme africain de l’ère multipartite naît dans la dérive et bien largement, n’a cessé de s’y vautrer.

37Certes, la presse doit dénoncer les abus de l’État. Plus qu’un simple rôle, il s’agit d’une de ses responsabilités fondamentales. Mais une dénonciation sur la base des faits, bien documentée, fruit d’un travail d’investigation mené selon les règles et procédés journalistiques établis, est le moyen essentiel d’apporter sa contribution à la bonne gouvernance et au progrès social. Nous sommes bien conscient que le concept d’objectivité est particulièrement controversé. Mais faute de mieux pour rendre compte du professionnalisme dans le travail journalistique, il demeure le concept de référence, « la qualité première requise de l’ensemble des pratiques journalistiques » (Cornu, op. cit. : 13-14). Ce qui importe, c’est moins le concept en tant que tel que l’établissement de standards qui distinguent le journalisme de toute autre forme de communication publique. Standards qui, bien que basés sur des principes universellement reconnus, tels que l’indépendance journalistique, la neutralité ou l’honnêteté, doivent s’articuler aux exigences contextuelles, c’est-à-dire à une approche rédactionnelle dont l’ambition n’est pas la Vérité, mais toute vérité qui serve un projet national. Une telle approche éviterait par exemple à la presse de se disperser inutilement, de se banaliser par un lourd penchant pour les faits divers, et lui permettrait ainsi de faire des choix rédactionnels pertinents.

38Nous prenons le parti que la crise du journalisme africain est non pas conjoncturelle, mais structurelle et qu’elle résulte des doctrines de gestion de la presse qu’ont adoptées les régimes africains au lendemain des indépendances. Dès lors, toute sérieuse proposition en vue de la résorber devrait tenir compte de cette prémisse. Autrement dit, il faut beaucoup plus que de meilleures infrastructures, de meilleurs salaires ou une meilleure formation de journalistes pour redorer le blason du journalisme africain. Il faut lui définir une nouvelle vocation, articuler une nouvelle doctrine à partir de laquelle repenser la politique de l’information.

39Il est encourageant de voir qu’aujourd’hui, l’éveil des consciences sur l’état de la presse en Afrique va au-delà de simples indignations. On assiste à un certain nombre d’initiatives au potentiel porteur. On peut souligner ici le travail d’African Media Initiative (AMI), une organisation panafricaine dont l’action (rapports, réseautage de médias panafricains, prix journalistiques, etc.) vise à transformer le paysage médiatique du continent. Il faut aussi mentionner les festivals et autres prix journalistiques qui se créent à l’échelle nationale et continentale. Ces initiatives permettront-elles l’émergence d’un journalisme qui maintienne dans sa circularité les principes déontologiques et éthiques qui fondent son authenticité ?

Haut de page

Bibliographie

AGNÈS, Yves (2008), Manuel de journalisme, Paris, La Découverte.

AINSLIE, Rosalynde (1966), The Press in Africa Communications Past and Present, London, Victor Gollancs LTD.

ALMIRON, Núria (2010), Journalism in Crisis: Corporate Media and Financilization, Cresskill, Hampton Press.

ATENGA, Thomas (2005), « La presse privée et le pouvoir au Cameroun. Quinze ans de cohabitation houleuse », Politique africaine, 97(1) : 33-48.

AUBERT, Aurélie (2009), « Le paradoxe du journalisme participatif », Terrains & travaux, 1(15) : 171-190.

AUBIN, Henry et al. (1991), Questions d’éthique : jusqu’où peuvent aller les journalistes, Montréal, Québec Amérique.

AW, Eugénie (2013), « La déontologie à l’épreuve des médias, de quelques cas en Afrique de l’Ouest francophone », Éthique publique, 15(1). [En ligne]. http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1058. Page consultée le 9 janvier 2018.

BADIBANGA, André (1979), « La presse africaine et le culte de la personnalité », Revue française d’études politiques africaines, 14(159) : 40-57.

BALIMA, Serge Théophile (2006), « Un journaliste professionnel est-il universel ? Réflexion sur la pratique journalistique en contexte africain », Les Cahiers du journalisme, 16 : 190-197.

BENDER, John R. et al. (2009), Reporting for the Media, New York, Oxford University Press.

BERNIER, Marc-François (2004), Éthique et déontologie du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval.

BOURGAULT, Louise M. (1995), Mass Media in Sub-Saharan Africa, Bloomington, Indiana University Press.

BROSSE, Renaud de la (1999), « Afrique subsaharienne en transition : des journaux nécessairement engagés », Les Cahiers du journalisme, 6 : 102-122.

CARELESS, Sue (2000), « Advocacy journalism », The Interim. [En ligne]. http://www.theinterim.com/2000/may/10advocacy.html. Page consultée le 27 décembre 2017.

CHALABY, Jean K. (1998), The Invention of Journalism, London, MacMillan Press LTD.

CORNU, Daniel (1994), Journalisme et vérité. Pour une éthique de l’information, Genève, Labor et Fides.

CORNU, Daniel (1998), « Journalisme et la vérité », Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, 58 : 13-27.

CORNU, Daniel (2009), Journalisme et vérité: l'éthique de l'information au défi du changement, Genève, Labor et Fides

COURRIER INTERNATIONAL (2018), « La Gazette du Golfe » [En ligne]. https://www.courrierinternational.com/notule-source/la-gazette-du-golfe. Page consultée le 10 janvier 2018.

DIOUF, Yacine (2004), « Les journalistes : des corrompus ? », dans Martin TAUREG et Frank WITTMANN (dir.), Entre tradition orale et nouvelles technologies : où vont les mass médias au Sénégal ?, Dakar, Enda Tiers Monde, p. 33-36.

DUPLAT, Domitille (2002), Liberté de la presse, responsabilité des médias, l’Afrique sur la voie de l’autorégulation, Paris, Gret.

DURHAM, Frank D. (2001), « Breaching powerful boundaries: A postmodern critique of framing », dans Stephen D. REESE, Oscar H. Jr. GANDY et August E. GRANT. (dir), Framing Public Life: Perspectives on Media and Our Understanding of the Social World, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, p. 123-138.

ESQUENAZI, Jean-Pierre (2002), L’écriture de l’actualité. Pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

FANON, Frantz (1952), Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil.

FISHER, Caroline (2016), « The advocacy continuum: Towards a theory of advocacy in journalism », Journalism, 17(6) : 711-726.

FÉDÉRATION PROFESSIONNELLE DES JOURNALISTES DU QUÉBEC (2010/1996), Guide déontologique. [En ligne]. https://www.fpjq.org/deontologie/guide-de-deontologie/. Page consultée le 28 décembre 2017.

FRÈRE, Marie-Soleil (2001), « République Démocratique du Congo : les médias en transition », Les Cahiers du journalisme, 9 : 28-58.

FRÈRE, Marie-Soleil (2005), « Médias en mutation : de l’émancipation aux nouvelles contraintes », Politique africaine, 1(97) : 5-17.

FUKUYAMA, Francis (1992), La fin de l’histoire et le Dernier Homme, Paris, Flammarion.

GAUTHIER, Gilles (1991), « La mise en cause de l’objectivité journalistique », Communication, 12(2) : 81-115.

GÉLINAS, Jacques B. (1994), Et si le tiers monde s’autofinançait de l’endettement à l’épargne, Montréal, Écosociété.

GILBERT, Michael (1997), Coalescent Argumentation, Mahwah, Erlbaum.

GIRARDET, Raoul (1965), « Autour de l’idéologie nationaliste : perspectives de recherches », Revue française de science politique, 15(3) : 423-445.

GOLDSTEIN, Tom (2007), Journalism and Truth, Strange Bedfellows, Evanston, Northwestern University Press.

GOODWIN, Eugene H. (1987), Groping for Ethics in Journalism, Ames, Iowa State University.

GREEN, Jonathon et Nicholas J. KAROLIDES (2014), « Nigeria », dans Encyclopedia of Censorship, New York, Infobase Publishing, p. 391-394.

HABERMAS, Jürgen (1992), L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

HENRY III, William A. (1985), « Journalism under fire », dans Don FRY (dir.), Believing the News, Saint Petersburg, Poynter Institute Ethics Center Report, p. 291-292.

HERMAN, Edward S. et Noam CHOMSKY (1988), La fabrique de l’opinion publique. La politique économique des médias américains, Paris, Le Serpent à plumes.

HIEN, Ollo Pépin (2005), « Crise du journalisme et de l’espace public en Afrique : quelles alternatives pour l’Afrique », Revue africaine des médias, 13(2) : 104-122.

KAKDEU, Louis-Marie (2015), « Crise du journalisme en Afrique subsaharienne », Libre Afrique. [En ligne]. http://www.libreafrique.org/Kakdeu-crise-journalisme-091015. Page consultée le 26 décembre 2017.

MCPHAIL, Thomas L. et Brenda M. MCPHAIL (1990), Communication: The Canadian Experience, Toronto, Copp Clark Pitman.

LAMPUÉ, Pierre (1962), Les Constitutions des États africains d’expression française, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

LERNER, Daniel (1958), The Passing of Traditional Society: Modernizing the Middle East, New York, Free Press.

LEWIS, Charles (2010), « Tribute to Pius Njawé: More powerful than a weapon », Le site national pour la Résistance — Mouvement Umnyobiste (CNR — MUN). [En ligne]. http://cnrmun.afrikblog.com/archives/2010/07/19/18643276.html. Page consultée le 26 décembre 2017.

LIPPMANN, Walter (1920), Liberty and the News, New York/Harcourt, Brace and Howe.

LOUM, Ndiaga (2003), Médias et l’État au Sénégal : l’impossible autonomie, Paris, L’Harmattan.

MBEMBE, Archille (1992), « The banality of power and the aesthetic of vulgarity in the postcolony », Public Culture, 4(2) : 1-30.

MITTERAND, Henri (1986), Le discours du roman, Paris, Presses universitaires de France.

MUÑOZ-TORRES, Juan Ramón (2012), « Truth and objectivity in journalism. Anatomy of an endless misunderstanding », Journalism Studies, 13(4) : 566-582.

NEVEU, Érik (2001), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

PAQUOT, Élisabeth (2002), « Regards sur la culture développementiste : représentations et effets non intentionnels ». [En ligne]. http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-6349.html. Page consultée le 3 juillet 2018.

PERRET, Thierry (2001) « Le journaliste africain face à son statut », Les Cahiers du journalisme, 9 : 154-168.

PERRET, Thierry (2005), Le temps des journalistes : l’invention de la presse en Afrique francophone, Paris, Karthala.

PICHETTE, Jean (2007), « Penser le journalisme dans un monde en crise », À bâbord !, 18. [En ligne]. https://www.ababord.org/Penser-le-journalisme-dans-un. Page consultée le 7 juin 2018.

PIOTTE, Jean-Marc (1999), Les grands penseurs du monde occidental : l’éthique et la politique de Platon à nos jours, Montréal, Fides.

REEB, Richard H. (1999), Taking Journalism Seriously: « Objectivity » as a Partisan Cause, Lanham, University Press of America.

RIVERS, William L. et Wilbur SCHRAMM (1969), Responsibility in Mass Communication, New York, Harper & Row

ROGERS, Everett (1983), Diffusion of Innovations, 3e édition, New York/London, Free Press/Collier Macmillan.

ROGERS, Everett et Lynne SVENNING (1969), Modernisation Among Peasants. The Impact of Communication, New York, Holt, Rinehart & Winston.

ROSENBLUM, Mort (1979), Coups and Earthquakes, New York, Harper and Row.

SCHRAMM, Wilbur (1948), Communication in Modern Society, Urbana, University of Illinois Press.

SCHRAMM, Wilbur (1964), Mass Media and National Development, Stanford, Stanford University Press.

SCHUDSON, Michael (1978), Discovering the News: A Social History of American Newspapers, New York, Basic Books.

SECK-SARR, Sokhna Fatou (2017), La presse en ligne en Afrique francophone : dynamiques et défis d’une filière en construction, Paris, L’Harmattan.

SERRANO, Yeny (2007), « L’“objectivité” journalistique : droit des citoyens, devoir des journalistes ? », Les Cahiers psychologie politique, 10. [En ligne]. http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=914. Page consultée le 27 décembre 2017.

SHEPPARD, Si (2008), The Partisan Press. A History of Media Bias in the United States, Jefferson NC, McFarland & Company Inc.

SIEBERT, Fred S., Theodore PETERSON et Wilbur SCHRAMM (1976), Four Theories of the Press – The Authoritarian, Libertarian, Social, Responsibility and Soviet Communist Concepts of What the Press Should Be and Do, Urbana, Chicago, London, University of Illinois Press.

TIDIANE, Thiam Cheikh, Sy DEMBA et Renaud de la BROSSE (1997), Législations et pluralisme radiophonique en Afrique de l’Ouest, Paris, Institut Panos/L’Harmattan.

TOZZO, Émile A. (2005), « La réforme des médias publics en Afrique de l’Ouest. Servir le gouvernement ou le citoyen ? », Politique africaine, 1(97) : 99-115.

TUDESQ, André-Jean et Serge NÉDÉLEC (1998), Journaux et radios en Afrique aux XIXe et XXe siècles, Paris, Gret.

WITTMANN, Frank (2006) « La presse écrite sénégalaise et ses dérives. Précarité, informalité, illégalité », Politique africaine, 101(1) : 181-194.

YACINE-TOURÉ, Ben (1983), Afrique : l’épreuve de l’indépendance, Genève, Graduate Institute Publications.

YANSANÉ, Sidy (2017), « Plongée dans les poubelles de l’info du Web africain », Jeune Afrique. [En ligne]. http://www.jeuneafrique.com/mag/457303/culture/plongee-des-les-poubelles-de-linfo-du-web-africain/. Page consultée le 10 janvier 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Osée Kamga, « Difficile émergence d’un journalisme objectif en Afrique », Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/9827 ; DOI : 10.4000/communication.9827

Haut de page

Auteur

Osée Kamga

Osée Kamga est professeur invité, Carleton School of Information Technology, Carleton University (Ottawa). Courriel : okamga@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals