Navigation – Plan du site

Présentation

Fondée en 1991, la revue Communication & Organisation est la seule revue scientifique francophone dédiée à la communication des organisations sous toutes leurs formes : entreprises, institutions, associations, etc. Le premier numéro de la revue a été publié en 1992, sa diffusion est semestrielle.  Éditée par les Presses universitaires de Bordeaux, cette publication internationale ouvre ses colonnes à des chercheurs reconnus, à de grandes signatures, à de jeunes chercheurs aussi, dont on ne saurait méconnaitre l’originalité de l'apport. Elle publie des articles scientifiques sur la base d’une expertise en double aveugle, avec un grand souci de rigueur, pour promouvoir une recherche répondant aux standards de qualité les plus élevés.
Lire la suite…

Dernier numéro en ligne
52 | 2017
Communauté, sociabilité et bien commun: approche internationale

La communauté doit être comprise comme un processus organisant et organisé résultant de la constitution permanente de peuples, de collectifs et de groupes qui cherchent à articuler leurs singularités avec une vie sociale collective marquée par des relations de proximité et par la recherche du commun. La notion de communauté sera ici pensée comme un travail : travail de discussion de valeurs, d’élaboration de normes ou principes, travail d’auto-organisation et de stabilisation de groupes sociaux. L’approche sociologique de F. Tönnies a construit au début du XXe siècle le concept de communauté de manière binaire, distinguant les relations communautaires et les relations sociétaires et les mettant en opposition. Selon l’auteur, les relations communautaires se caractérisent par la convivialité et l’intimité fondées sur des relations de parenté ou de voisinage présentes dans les sociétés traditionnelles et rurales où se perpétuent des coutumes et habitudes liées à une économie domestique et agricole. Le passage à la modernité industrielle provoque des ruptures dans les relations de sociabilité et se développent de nouvelles formes de vivre ensemble. Si auparavant, le vivre ensemble se faisait sur la base d’affects, de complicités, de proximité et de compagnonnage, dans les relations sociétaires prédomine le mode du contrat, de la sociabilité marchande qui comporte une grande part de rationalité. Nous retenons deux pistes issues de la perspective de Tönnies. D’une part le fait que la question de la communauté se pose à un moment de transformation sociale majeure, celle que Tönnies observe en son temps et celle que nous connaissons un siècle plus tard, dans nos sociétés mondialisées, globalisées et numérisées. D’autre part, nous en retenons l’importance de la question des relations en présence, relations aujourd’hui renouvelées, complexifiées et dont nous proposons d’explorer la dimension agissante, notamment dans la perspective des formations-transformations sociales en cours de part et d’autre de l’Atlantique. Ce dossier met ainsi en question et en débat les manières de comprendre les relations entre organisations et communautés, envisageant le rôle des conflits, la présence de formes de violence, les tentatives d’instauration d’une justice économique et sociale, au point d’articulation entre intérêts corporatifs et demandes sociales-civiques (Deetz 1992, Bauman 2003). Ceci souligne le croisement existant entre les perspectives sociale, économique et historique présentes dans le concept de communauté.

 

  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals