Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros61RecensionsTHEVIOT Anaïs, 2019. Big Data Ele...

Recensions

THEVIOT Anaïs, 2019. Big Data Electoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter

Lormont : Le Bord de l’Eau
Simon Gadras
p. 223-224
Référence(s) :

THEVIOT Anaïs, 2019. Big Data Electoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter. Lormont : Le Bord de l’Eau. ISBN : 978-2356876287, 18 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’intéresse à l’utilisation du big data par les partis politique et les candidats aux principales élections françaises. Derrière le recours à une expression à la mode, big data, les 197 pages de l’ouvrage traitent plus largement du recours aux outils numérique, en particulier le web et la collecte plus ou moins massive de données. Malgré un titre accrocheur, les trois « ambitions » (p. 8) de l’ouvrage, annoncées en introduction, sont classiques : « apprivoiser ce que sont les données et ce que l’on peut en faire en campagne électorale » (p. 8) ; comprendre qui sont les « nouveaux travailleurs de la donnée politique » (p.10-11), ces prestataires privés qui accompagne les partis ; mettre en perspective historique le « succès de l’usage de ces données massives en politique » (p. 11). Ce triple objectif est traité sur la base d’une « série d’enquêtes empiriques » (p. 11) réalisées par l’auteure entre 2012 à 2017 au sein de trois partis politiques (Parti Socialiste, Union pour un Mouvement Populaire/Les Républicains et La République en Marche) et de plusieurs prestataires privés.

2L’ouvrage est structuré autour de trois chapitres. Le premier, le plus long des trois, revient sur l’histoire du recours à internet et au numérique pendant les campagnes électorales françaises. L’auteure fait remonter l’usage du numérique au début des années 2000 avec les premiers web sites de campagnes qui apparaissent pour les élections municipales de 2001. Deux des sept sections de ce chapitre sont ensuite consacrées aux tentatives du PS en 2006 et 2007, à travers l’adhésion en ligne à vingt euros et la campagne participative de Ségolène Royal pour la présidentielle. Après l’échec des réseaux sociaux partisans, l’auteure s’arrête sur une série de dispositifs critiquées l’UMP sur le web. Les deux dernières sections s’intéressent respectivement à l’investissement des candidats sur les réseaux sociaux pendant la campagne pour la présidentielle 2012 et au développement des « fausses informations » (p. 72) pendant celle de 2017. S’il ne peut prétendre à une histoire exhaustive du recours au numérique pendant les campagnes électorales, ce chapitre en met en lumière quelques éléments marquants.

3Le chapitre suivant propose « d’ouvrir la boîte noire du big data électoral » (p. 75). Il commence par rappeler, fort judicieusement, que la récolte de données sur les électrices et électeurs est une pratique bien plus ancienne que l’avènement des outils numériques contemporains. Le chapitre s’arrête ensuite longuement sur les campagnes présidentielles américaines, pionnières en la matière, et modèles mobilisés par plusieurs campagnes françaises. La troisième section porte sur la « récolte des bases de données par les partis politiques français de 2012 à 2017 » (p. 96). Il s’agit en fait d’une focale sur le travail dans ce domaine du PS et, dans une moindre mesure, de l’UMP/LR. La dernière section décrit le marché français des logiciels électoraux, et leurs principales fonctionnalités. Ce chapitre pointe aussi les limites du recours aux bases de données dans les campagnes électorales françaises, liées autant à un cadre juridique plus contraignant qu’aux Etats-Unis qu’à un fonctionnement partisan et des modalités électorales qui se prêtent moins à ces outils.

4L’importance accordée aux outils numériques par les campagne de F.Hollande et d’E.Macron semble justifier de consacrer le troisième et dernier chapitre à la période 2012-2017, pour interroger la place et le rôle des big data dans ces campagnes. L’opération « porte-à-porte » (p. 121) du PS est présentée avec force détail, débordant parfois le sujet des big data. L’ouvrage raconte ensuite la façon dont quelques agences se sont développées dans ce domaine à la suite de leurs contributions à la campagne de 2012. L’avant dernière section décrit les techniques utilisées lors la primaire de la droite et du centre de 2016, et notamment avec beaucoup de détail le recours au logiciel américaine NationBuilder par une partie des candidats et candidates. La dernière section se concentre sur LREM, pour montrer que les outils relevant du big data n’ont pas tant été utilisés pendant de la campagne présidentielle de 2017, qu’en amont, lors de la « Grande marche », et en aval, pour les élections législatives.

5La conclusion de l’ouvrage ancre la question des big data dans l’actualité, suite au scandale Cambridge Analytica, la mise en place du RGPD en Europe, le rôle de la CNIL en France, pour se terminer sur des recommandations quant à la protection de nos données individuelles sur le web.

6Cet ouvrage semble en bonne partie construit sur les nombreux travaux antérieurs de l’auteure, pour partie référencés en bibliographie. Cela implique une attention particulière sur certains épisodes ou certains partis, des niveaux de détails qui dénotent parfois de l’ambition générale de l’ouvrage, et des répétitions inutiles. La présentation sur la quatrième de couverture indique que l’objectif de l’ouvrage est « surtout d’armer le citoyen ». Cette précision est d’importance : cet ouvrage ne se veut pas une ressource pointue pour des spécialistes du sujet ; il éclairera des lectrices et lecteurs non experts de la question en leur faisant découvrir un certain nombre d’enjeux et de limites du recours au numérique pendant les campagnes électorales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Gadras, « THEVIOT Anaïs, 2019. Big Data Electoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter »Communication et organisation, 61 | 2022, 223-224.

Référence électronique

Simon Gadras, « THEVIOT Anaïs, 2019. Big Data Electoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter »Communication et organisation [En ligne], 61 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/11347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.11347

Haut de page

Auteur

Simon Gadras

Simon Gadras est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2. Chercheur au laboratoire ELICO (UR 4147), ses travaux portent sur les mutations contemporaines de l’espace public, notamment dans ses dimensions territoriales, et sur les enjeux socio-professionnels du recours au web pour les pratiques de production d’information et de communication politique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search