Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros61RecensionsATIFI Hassan, 2020. Vulnérabilité...

Recensions

ATIFI Hassan, 2020. Vulnérabilité et internet au Maroc : entre précarisation et empowerment

Paris : L’Harmattan
Rachel Khoury Hanna
p. 229-231
Référence(s) :

ATIFI Hassan, 2020. Vulnérabilité et internet au Maroc : entre précarisation et empowerment. Paris : L’Harmattan. ISBN : 978-2343199702, 18,50 €.

Texte intégral

1S’inscrivant dans le champ des études des cultures numériques, l’ouvrage collectif signé par Hassan Atifi et ses collaborateurs, Vulnérabilité et internet au Maroc : entre précarisation et empowerment, propose six chapitres faisant part des effets de l’essor des médias sociaux sur le devenir de certains prototypes marocains en détresse physique et/ou morale.

2Atifi donne le ton à l’essai. Il discute de la place de la vidéo diffusée sur YouTube dans la remédiation de l’état de vulnérabilité dans lequel se trouvent d’une part les personnes malades en besoin et d’autre part les émigrés victimes de spoliation financière (chap. 1). Son interprétation montre que ce support audio-visuel constitue une tribune d’expression libre où le « je » accède à la scène publique en façonnant son ethos. Conclusions faites, quoique les vidéos en ligne ne garantissent pas une coopération de la part de l’audience, elles appellent à une remise en question des lois régissant le système juridique marocain. Sont en lien étroit avec ses réflexions les observations d’Abderrahmane Amssider et de ses collègues qui clôturent l’ouvrage (chap. 6). Leur analyse de la transcendance qu’a assurée la visibilité numérique au suicide d’Amina Filali – emblème de la femme marocaine violée, puis placée par la loi sous le joug de son agresseur – prouve davantage qu’internet s’avère indispensable aussi bien dans l’abolition que dans la modification de lois devenues désuètes. En passant des journaux électroniques aux blogs et forums puis aux pages Facebook, le fait divers gagne en ampleur puisqu’il est constamment nourri par les interventions des internautes, d’où le pouvoir d’internet à encourager l’engagement communautaire.

3Toujours dans la même veine, Driss Ablali et Bouchaib Majdoul soulignent chacun dans un chapitre à part qu’internet, lorsqu’il est mobilisé judicieusement, sert à « éradiquer la solitude » (p. 62). Pour sa part, Ablali (chap. 2) s’intéresse aux souffrances que les Marocains dissimulent dans leur entourage de peur d’être jugés, mais qu’ils expriment par le biais du tchat ou du courriel adressé à des professionnels hors de leur cercle social. Par l’entremise de ce discours numérique, la voix individuelle fragile et solitaire du souffrant retrouve son écho dans la voix collective puissante et solidaire, audible dans ce cas sur la plateforme d’une association française. Quant à Majdoul (chap. 3), il traite la vulnérabilité ressentie par les jeunes Marocains touchés par le VIH. Fragilisés par le manque de soutien dans leur entourage immédiat, les séropositifs se tournent vers les séronets où ils échangent des informations et partagent leurs expériences. Leur recours à internet fait partie d’un processus de « normification » (p. 80) à travers lequel les souffrants dénoncent les préjugés accompagnant leur maladie dans l’objectif d’être traités comme tout un chacun et de contourner l’identité fabriquée qui les réduit à des « être[s] inhabituel[s] et diabolisé[s] » (p. 81).

4C’est dans cette optique que Noureddine Bahri et ses partisans évoquent l’importance des TIC dans les organisations civiles œuvrant dans des communautés rurales au Maroc (chap. 5). En plus d’améliorer leur performance et de promouvoir leurs projets à l’échelle nationale et internationale, les ONG mettent leurs ordinateurs et leurs connaissances dans le domaine de l’informatique au service de plusieurs acteurs sociaux afin de les outiller d’un savoir-faire numérique.

5À l’encontre des résultats précédents tous unanimes, Damiano Rama (chap. 4) avance que la visibilité sur Facebook et surtout sur Instagram est, pour les jeunes Marocaines, synonyme de faiblesse. De son enquête ressortent trois enjeux de la visibilité virtuelle chez les jeunes utilisatrices d’Instagram : (1) le premier consiste à se plier aux exigences sociales en matière de pudeur par l’entremise de stratégies de dissimulation identitaire ; (2) le deuxième se rattache à la nécessité d’appartenir aux réseaux d’amis virtuels au moyen d’une mise à jour constante des photos de profil ; (3) le dernier concerne le risque de souiller sa réputation en s’ouvrant à une personne étrangère rencontrée sur la toile.

6C’est à travers ce panorama d’études réuni par Atifi que le lecteur établira des rapports solides entre les trois termes clés accentués dans le titre de l’essai : vulnérabilité, internet et empowerment. Clair et méthodique, cet ouvrage comble les attentes du lecteur amateur comme celles du chercheur chevronné étant donné que tous les questionnements lancés de prime abord sont couverts dans des chapitres bien structurés avec finesse et minutie. L’on pourrait même dire que la visée de l’ouvrage est pédagogique : non seulement les auteurs s’engagent à répondre à la problématique d’une manière scientifique, ils se servent également d’exemples qui plaisent par leur abondance et leur crédibilité. Cela dit, cette étude ouvre la voie à d’autres champs encore peu exploités, ce qui pourra intéresser plus d’un chercheur en communication et mettre à l’affût plus d’un lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Khoury Hanna, « ATIFI Hassan, 2020. Vulnérabilité et internet au Maroc : entre précarisation et empowerment »Communication et organisation, 61 | 2022, 229-231.

Référence électronique

Rachel Khoury Hanna, « ATIFI Hassan, 2020. Vulnérabilité et internet au Maroc : entre précarisation et empowerment »Communication et organisation [En ligne], 61 | 2022, mis en ligne le 02 juillet 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/11382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.11382

Haut de page

Auteur

Rachel Khoury Hanna

Rachel Khoury Hanna est doctorante à l’Université d’Ottawa. Elle y occupe le poste d’assistante d’enseignement dans le département de français.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search