Navigation – Plan du site
Expériences

Du coche au coach le cheval et le manager

Hélène Dufau
p. 222-228

Résumés

La connaissance des mécanismes de communication chez les chevaux peut mener à des applications inattendues : deux formateurs à l’équitation ont élaboré, avec l’aide de praticiens du coaching, un protocole grâce auquel ils peuvent faire prendre conscience à des cadres de leurs attitudes et comportements dans les situations de leadership. Cette démarche peut orienter, avec l’aide de spécialistes (coach ou thérapeutes), l’évaluation et le développement personnel.

Haut de page

Notes de la rédaction

Sur la base de l’interview de Gérard Dorsi et Guillaume Antoine, Le Cheval avec Vous réalisée le 7 juillet 2003 au Moulin de Gamachot. Guillaume Antoine et Gérard Dorsi sont tous les deux instructeurs d’Équitation. Forts d’une longue expérience de formation de cavaliers, et notamment d’enseignants en équitation, ils ont élaboré des principes d’action qu’ils mettent en œuvre au sein d’une Société, Le Cheval avec Vous, qui propose des séminaires aux entreprises et organisations de toute nature. 1 Le Cheval avec Vous, Moulin de Gamachot, 33730 Noaillan/Uzeste ; Tél/fax : 05 56 25 88 19 ; port. : 06 82 29 96 52 ; courriel : dorsi.3gb@wanadoo.fr./ site Web : voilà.fr/lechevalavecvous

Texte intégral

1C’est un excellent détecteur ou percepteur des émotions humaines, le cheval (H. Montagner, interview 1er avril 2003)

2Depuis longtemps, certains professionnels dont les activités impliquaient la présence et le travail avec des animaux ont mis à profit cette situation pour explorer diverses dimensions de la relation de l’homme au monde et à lui-même. Cette démarche a une dimension largement, pour ne pas dire totalement empirique ; elle ne devrait cependant pas être rejetée au seul prétexte qu’elle ne relève pas d’une activité répondant aux canons de la recherche scientifique. Il serait plus pertinent sans doute de la soumettre à un regard critique, ainsi qu’à des procédures de validation élaborées afin de venir en vérifier certains aspects, en redresser d’autres, infirmer certaines conclusions, etc. Dans le va-et-vient qui anime la société entre des lectures si différentes du réel que celle de l’empirisme et de l’approche scientifique, il semble souhaitable que cette dernière, finalement protégée par ses méthodes, ne se prive pas des données d’expérience accumulées depuis des années par des praticiens ; quitte à effectuer les correctifs nécessaires quant à la construction de l’objet, les interrogations à soulever, les biais à éviter, etc. Car les faits sont têtus, et on ne saurait disqualifier purement et simplement l’expérience des hommes de terrain.

3C’est ainsi que nous avons été amené à rencontrer deux hommes de cheval, dont l’expérience – sur laquelle il n’est bien sûr pas question de conclure – a du moins le mérite, par son existence et son fonctionnement, de questionner des champs aussi divers que la psychologie et les comportements, la gestion des hommes dans l’entreprise, le coaching. et finalement, le fonctionnement de la communication dans des organisations soumises à des impératifs d’efficacité et de restriction des coûts.

  • 1 Guillaume Antoine et Gérard Dorsi sont titulaires du Brevet d’Etat d’Equitation 2. et totalisent à (...)
  • 2 Le Cheval avec l’ous. Moulin de Gamachot. 33730 Noaillan / Uzeste :

4En dehors d’une démarche à proprement parler éthologique, et de toute culture livresque, ces deux instructeurs d’équitation1 ont profité de leur connaissance des chevaux, acquise au cours d’une longue pratique professionnelle, pour tenter d’éclairer les comportements de leurs « clients », et le malaise qu’ils ressentaient face aux pratiques d’enseignement auxquelles leur formation et leur activité professionnelle les confrontaient régulièrement. Après une longue phase de réflexion et d’élaboration, débutée il y a six ans. ils ont créé en 2001 une SARL Le cheval avec vous2 :. Le but en est de mettre à disposition de professionnels (psychologues ou non), concernés notamment par des activités de structures de management des ressources humaines leur expérience dans le domaine de la relation et de la communication, notamment non-verbale. Il s’agit de valoriser la capacité des chevaux à percevoir, et à réagir de manière immédiate à des « signaux non-verbaux faibles » (micromimiques, attitudes, comportements, voire libération de messages chimiques impalpables liés au stress, etc.) qui traduisent, au-delà de toute formalisation à travers le discours conscient, et de toute « intellectualité » ou réfèrent socioculturel, l’état intérieur et les intentions profondes de leurs vis-à-vis. Car on ne peut pas tricher dans ce domaine face à un cheval.

5On peut ainsi, grâce au « horse-coaching » « dresser le profil individuel des aptitudes et freins à la communication, mettre en évidence les signaux faibles dans la communication non-verbale et leurs effets qui deviennent immédiatement perceptibles, dynamiser les conduites de collaboration et de partenariat, optimiser les complémentarités individuelles dans le cadre du travail en équipe, renforcer le leadership et adapter sa démarche grâce aux effets mis en évidence dans la relation avec le cheval. » (G. Dorsi). Les participants en position de cadres, ou susceptibles de le devenir, peuvent ainsi acquérir « un nouveau positionnement comportemental et relationnel à travers une expérience guidée avec des chevaux ».

  • 3 doté, comme le dirait Hubert Montagner. des « compétences-socles » qui permettent une interaction f (...)

6Comment les fondateurs de Le cheval avec vous justifient-ils leur proposition d’intervention ? La pratique de la formation en équitation, au-delà de la dimension « concours » qui ne constitue pas la totalité de l’activité et peut laisser insatisfait, les a amenés à approfondir une réflexion sur la dimension relationnelle de cette activité. Il s’agissait notamment d’établir une cohérence entre des observations de terrain et la logique comportementale qui les sous-tend. Il n’est pas difficile de constater qu’en bonne partie, la démarche des équitants est parfois de rechercher l’exploit sportif, mais plus généralement, dans près de 90 % des cas, plutôt de rechercher le contact avec un animal fantasmatique, imposant, vif dans ses réactions, souvent incompréhensible, mais pas agressif. C’est pourquoi, dans beaucoup de cas, l’apprentissage laisse apparaître des difficultés qui dépassent largement l’acquisition du « geste technique ». Elles touchent à une dimension où se mêlent intimement émotions, affects et résultats, d’où un inconfort particulier de l’enseignant, soumis malgré tout à une obligation de résultat. Cette situation permet par ailleurs de constater à quel point le pratiquant, face à ce partenaire3, se trouve renvoyé à lui-même, à ses faiblesses, à ses mécanismes psychologiques inconscients, et combien cela le déstabilise. D’où l’idée d’utiliser ce potentiel dans le contexte particulier du management, toujours préoccupé de la dynamique interne des individus de l’interaction entre les personnes, de l’équilibre personnel des individus. Gérard Dorsi et Guillaume Antoine pensent donc pouvoir jouer un rôle de « passeurs » entre les hommes et les chevaux, et servir ainsi d’amorce à une dynamique de connaissance de soi, de changement et de développement personnel, en faisant émerger des émotions et comportement significatifs pour l’individu et dans ses relations avec les autres.

7A cet égard, les recettes transmises par les traditions équestres ne font pas vraiment apparaître de réponses explicatives quant à leurs fondements et aux raisons de leur efficacité. Leur point de vue est celui d’une technique biomécanique, qui connaît la dimension musculaire et posturale du succès en compétition, mais la question de la relation, qui est la principale source de difficulté, demeure pendante.

8La vague de l’intérêt éthologique a permis à nos interlocuteurs d’aborder une nouvelle approche, et de prendre conscience du fait que le moteur de la relation homme/animal était d’abord l’organisation sociale des chevaux. Mais également que la tradition équestre rejetait sous l’accusation de « sensiblerie » tout point de vue tendant à prendre en compte une dimension d’émotion et de sentiment dans le cadre de l’activité. (Paradoxalement, l’ouverture est venue, à l’époque contemporaine, des États-Unis, où la tradition équestre est encore une tradition de travail, où la « praticabilité » demeure une nécessité. Paradoxalement, car cette dernière était généralement obtenue jusque là – et même encore – à travers des conditionnements d’une grande brutalité.)

  • 4 Témoignage de Annie Cottet. consultante PRAXEOS Management

9À partir de ces prémices, la réflexion de Guillaume Antoine et Gérard Dorsi s’oriente vers une lecture de l’activité équestre dans laquelle il s’agit d’adopter une nouvelle philosophie, qui permette de passer « de la relation dominant/dominé propre au prédateur [...] à la relation prépondérant/acceptant, propre aux proies, et basée sur la logique de la vie, du respect et de la confiance »4. À l’attitude du prédateur qu’est l’homme, attaquer et tuer, on cherche à substituer celle du cheval, la proie, en tenant compte de paramètres comme l’attitude corporelle (avec notamment le regard, la respiration, l’intention), et le rapport à l’autorité structuré par la gestion de l’espace où interagissent les partenaires. Mais la relation prépondérant/acceptant est régulièrement remise en question par le cheval, car pour survivre, il ne peut pas se permettre de faire confiance à qui ne le mérite pas. à qui ne serait plus fiable en tant que leader. Ce dernier doit donc assumer sa place, non grâce à un autoritarisme qui ferait fuir ses congénères, mais grâce au respect qu’il inspire, et qui se lit à travers les micro-signaux évoqués plus haut. Ce sont ces dimensions qu’exploite le horse-coaching, qui exige dans une première phase que l’homme sache faire preuve de respect pour l’indépendance du cheval, et sa liberté de l’accepter, et d’accepter d’agir en coordination avec lui, tout en lui inspirant confiance par son esprit de décision, sa fermeté, son calme, sa persévérance. Quadrature du cercle, bien souvent, pour l’humain, empêtré d’origine (par sa biologie…) dans ses attitudes de domination… où la volonté de puissance, obscurcie par une mauvaise perception des signaux d’acceptation, ne cède pas volontiers, mais cherche à obtenir toujours plus, dans l’impatience, et où la crainte génère l’agressivité. Toute ressemblance avec des situations vécues à l’intérieur de l’organisation demeurant, on s’en doute, purement fortuite… De fait, les difficultés rencontrées dans les situations de communication au sein du travail se heurtent souvent à des mécanismes de ce type : instauration inutile de rapports de force, où les relations de confiance et de coopération seraient plus efficaces, et plus satisfaisantes pour tous ; recherche tous azimuts d’approbation, empiétant sur les dimensions de responsabilité, et les relations de confiance, au détriment de l’efficacité. La « navigation » entre prépondérance et acceptation telle qu’elle peut être expérimentée et perçue au cours d’une session telle qu’en organisent les fondateurs de Le cheval avec vous peut permettre aux cadres de mieux situer leurs réactions dans le contexte de leur activité professionnelle et de recadrer leurs comportements de communication, en tenant compte de ce qu’ils ont appris sur eux-mêmes dans un contexte révélateur.

  • 5 voir l’interview d’Hubert Montagner dans ce numéro
  • 6 A. Mucchielli dans Théorie des processus de la communication. A. Colin. 1998. 177 p. (U : sciences (...)

10Ces mécanismes trouvent des justifications théoriques en ce qu’ils nous renvoient très clairement aux dimensions psychobiologiques que l’homme partage, pour partie au moins, avec un certain nombre d’animaux, notamment avec les mammifères supérieurs, et qui expliquent les relations privilégiées qui s’établissent entre eux5. Donc à une forme de communication interspécifique fondée sur une réalité biologique commune, même si cette idée déplaît à beaucoup. Ils nous renvoient également aux mécanismes théoriques de l’environnement des systèmes de communication tels que définis par Alex Mucchielli, et dont nous retrouvons les différents contextes – notamment hiérarchique, spatial, temporel, physique et sensoriel, relationnel, etc...6

11Ainsi, Guillaume Antoine et Gérard Dorsi définissent, sur la base de leurs connaissances et de leur pratique, trois zones spatiales au sein et à travers desquelles sont régies les relations entre chevaux, et partant, entre eux et leurs partenaires quels qu’ils soient. Il existe entre l’homme (prédateur) et le cheval (proie) une zone de rencontre où la communication peut avoir lieu en dehors du langage, à travers des « signaux faibles », c’est la zone des expressions communes. Le cheval est par nature une proie, dont les comportements sociaux sont organisés autour du maintien de la vie (survie dans un environnement potentiellement hostile). Il faut donc que l’on puisse faire confiance à ses congénères pour la surveillance de l’environnement notamment. Cette confiance n’est jamais acquise définitivement et sans restriction. À chaque situation de tension, elle est très rapidement re-vérifiée, car il s’agit bien d’une question de survie. Les chevaux cherchent donc à vérifier sans arrêt s’ils peuvent avoir confiance et sont en permanence à la recherche de « signaux faibles » – leur physiologie est dans ce domaine très performante – qu’ils s’adressent mutuellement. Ils savent donc lire très précisément tout signe d’agression ou de danger potentiel provenant de la personne en présence, et vont réagir comme un détecteur fin de ces comportements, qui n’en sont souvent qu’au stade de l’attitude intérieure, et généralement pas complètement consciente. Il y a quasiment une lecture de l’intention de la part du cheval, et l’individu qui subit la confrontation avec ce miroir de lui-même s’en trouve fortement déstabilisé ; elle permet un autodiagnostic et une mise en évidence à laquelle on ne peut se soustraire (parce qu’elle est instantanément réactionnelle) et d’autant plus forte qu’elle n’est pas verbalisée par un interlocuteur humain, toujours suspect d’être agi par ses propres intérêts.

  • 7 cf. Edward T. Hall. La dimension cachée. Paris. Seuil. 1971

12Ainsi, dans le groupe social équin, le rapport au leader s’établirait selon quatre phases successives, qui permettent d’aboutir à une relation prépondérant/acceptant et non pas dominant/dominé. La prépondérance est au service du groupe, et constitue une confiance méritée, garante de protection et de survie. On passe ainsi de la rencontre à l’autorité identifiée, reconnue, puis acceptée, qui fonde une confiance totale, quoique soumise à questionnement permanent. Ce type de comportement n’a pas cours chez le prédateur, victime de tensions endogènes générées par sa recherche paradoxale d’acceptation dans le cadre d’une autorité fondée sur des rapports hiérarchisés. La lecture des signaux faibles s’effectue dans le cadre de l’espace virtuel de protection qui gère les réactions de fuite et d’attaque7.

13Pour les créateurs de Le cheval avec vous les dimensions de l’autorité chez les prédateurs et les proies telles que l’on peut les expérimenter dans le cadre de leurs stages relèvent des mêmes mécanismes que les difficultés rencontrées dans l’entreprise en ce qui concerne la gestion des relations interpersonnelles, des projets, des situations de collaboration. Les fonctions dirigeantes dans l’organisation entrepreneuriale exigent d’être capable de se positionner, de se confronter avec fermeté mais sans violence, de se remettre en cause, de se positionner clairement, d’accepter la différence, bref, de pouvoir passer du respect à la confiance, et de créer des relations de coopération/collaboration.

14Cette démarche trouve son écho dans les mouvements qui agissent dans l’organisation, où la recherche d’efficacité pousse vers la recherche d’une plus grande autonomie et d’une plus grande responsabilité des agents, pour lesquels il est de plus en plus nécessaire d’être pris en considération et de bénéficier d’une marge d’épanouissement.

15A partir d’une relation avec le cheval, il se produit donc une « prise de conscience des attitudes spontanées en management » qui élargit la perception que le manager peut avoir des relations dans le cadre de sa fonction. Le désir de diriger, l’analyse de ses comportements et émotions, le développement de ses attitudes managériales sont les résultats escomptés de la participation à un programme tel qu’ils l’organisent.

  • 8 Patrick Peraudeau. participant.

16Certains participants confirment à titre personnel que la démarche adoptée « est directement transposable au champ du management » ; notamment ce qui ressortit au respect de son propre territoire, et à celui de l’autre, ainsi que la détermination de ce que l’on veut faire et la meilleure façon de le faire passer, la première tentation étant « de l’imposer par la contrainte… alors qu’un fil des exercices, il apparaît que persuader par la conviction que l’on peut avoir soi-même, en suggérant, en invitant au partage, est une voie plus efficace.8

  • 9 Il s’agit de Catherine Caillard et Roland Guinchard
  • 10 Marie-France Hirigoyen. Le harcèlement moral. La violence perverse au quotidien. Paris. Syros. 1998

17Deux coaches, spécialistes de la relation managériale en entreprise, sont également impliqués dans cette expérience, et en valident l’intérêt9 Pour Catherine Caillard, fondatrice de l’Association Française de Coaching, il s’agit là d’une proposition de travail sur le « positionnement des émotions dans une communication où les mots et les habitudes n ‘ont plus tout à fait la même importance. [...] Cela permet d’inventer de nouvelles façons d’être pour soi-même, face au groupe, équipes… instances. [...] » Voire des personnalités perverses, dont le travail de M.F. Hirigoyen nous a montré qu’elles ne sont pas absentes des relations dans l’organisation.10 Bref, « l’expérience avec le cheval mobilise avec force, mais de façon contrôlée, quelques matrices fondamentales inconscientes du champ comportemental (pulsion, castration, champ fantasmatique, fonction paternelle, surmoi). »

18Pour C. Caillard, il s’agit ainsi de prendre conscience, au cours d’une expérience « pratique » et révélatrice, de ses propres réflexes dans la régulation de ses relations avec les autres, en renonçant notamment à la toute-puissance, en admettant la nécessité de réguler sans cesse ses relations avec les autres, au cours de situations de communications condamnées à être une expression imparfaite de soi, de ce que l’on est, de ce que l’on croit être, de ce que l’on pense dire… c’est à dire de prendre conscience à la fois de la nécessité d’une bonne communication dans les organisations, tout autant que de ses difficultés liées notamment aux « émetteurs ».

19À l’heure d’une mondialisation féroce, cette approche de la communication dans le cadre de l’organisation entrepreneuriale. ce passage supposé possible du rapport de force au rapport de communication et de responsabilité en faveur de l’homme au travail tient peut-être plus d’une couverture idéologique destinée à masquer la violence économique que d’une véritable révolution managériale. C’est ce que nous devraient nous dire des recherches approfondies dont nous espérons avoir ouvert la piste avec le compte-rendu de cette expérience. Affaire à suivre, donc.

Haut de page

Notes

1 Guillaume Antoine et Gérard Dorsi sont titulaires du Brevet d’Etat d’Equitation 2. et totalisent à eux deux 54 années de pratique professionnelle de formation de cavaliers, notamment pour la compétition de haut niveau. Durant les 6 années qu’ont duré l’élaboration de leurs principes d’action et de leur Société, ils se sont fondés principalement sur l’observation et sur une recherche de cohérence entre leurs constatations et une reconstruction théorisée de celles-ci. Ils ont évité la lecture d’une littérature théorique qui à leur sens ne pouvait que perturber et rendre confuse leur réflexion

2 Le Cheval avec l’ous. Moulin de Gamachot. 33730 Noaillan / Uzeste :

Tél/fax : 05 56 25 88 19 : port. : 06 82 29 96 52 : couriel : dorsi.3gb@wanadoo.fr.

Site : voilà.fr/lechevalavecvous.

3 doté, comme le dirait Hubert Montagner. des « compétences-socles » qui permettent une interaction forte avec les humains

4 Témoignage de Annie Cottet. consultante PRAXEOS Management

5 voir l’interview d’Hubert Montagner dans ce numéro

6 A. Mucchielli dans Théorie des processus de la communication. A. Colin. 1998. 177 p. (U : sciences de la communication) : voir aussi Hélène Dufau-Rossi. La relation homme-cheval, non-verbal et organisation, une communication entre pouvoir et manipulation, p. 125-150 In : Non-verbal et organisation. Paris : l’Harmattan. 2001.

7 cf. Edward T. Hall. La dimension cachée. Paris. Seuil. 1971

8 Patrick Peraudeau. participant.

9 Il s’agit de Catherine Caillard et Roland Guinchard

10 Marie-France Hirigoyen. Le harcèlement moral. La violence perverse au quotidien. Paris. Syros. 1998

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Dufau, « Du coche au coach le cheval et le manager », Communication et organisation, 23 | 2003, 222-228.

Référence électronique

Hélène Dufau, « Du coche au coach le cheval et le manager », Communication et organisation [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/2856 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2856

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals