Navigation – Plan du site
Analyses

La Tunisie aux urnes. Le rôle des réseaux sociaux dans la transformation post-dictature

Tunisia to the polls: the role of social networks in the post-dictatorship transformation
Fatma Ben Saad-Dusseaut
p. 254-270

Résumés

La mobilisation citoyenne des Tunisiens sur les réseaux sociaux a continué après la révolution de 2011. Elle s’est aussi manifestée lors du deuxième tour des élections présidentielles tunisiennes de 2014. Notre travail consiste à questionner les formes les plus apparentes de cette mobilisation en mettant en lumière l’évolution du rôle du Web participatif dans la transformation sociopolitique en Tunisie. Il vise à étudier de façon plus générale les usages des TIC via une observation visuelle des actes communicationnels, une analyse sémantique des commentaires postés sur les réseaux sociaux et un échange digital et scriptural.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Tunisie a connu trois scrutins en moins de deux mois. Les législatives ont eu lieu le 26 octobre (...)

1Quatre ans après la fuite de Ben Ali, la Tunisie organise les premières élections réellement concurrentielles de son histoire1. Le second tour de la présidentielle, le 21 décembre 2014, oppose le président sortant Moncef Marzouki (33,43 %) à l’ancien chef de gouvernement Béji Caïd Essebsi (39,46 %). La cartographie électorale des législatives et du premier tour de la présidentielle révèle un certain nombre de fractures propres à la société tunisienne : un Nord majoritairement pro-Essebsi et favorable à son parti Nida Tounes et un Sud majoritairement pro-Marzouki et favorable au parti islamiste Ennahda. Les craintes réciproques des deux camps provoquent une violence verbale affichée sur les réseaux sociaux. Des Tunisiens semblent, en effet, avoir pris l’habitude d’afficher leur joie, de partager leurs peurs et d’exprimer leurs mécontentements sur le Web participatif : en témoigne le cliché du doigt maculé d’encre symbole du passage aux bureaux de vote et arboré fièrement sur les réseaux interactifs.

  • 2 Cité par Rodolphe GHIGLIONE, Analyse de contenu et contenus d’analyse, Dunod, 1991, p. 76.

2Ce travail s’intéresse aux usages citoyens des réseaux participatifs et leur degré de dépendance aux différents espaces sociaux. Comment ces NTIC ont participé à la mobilisation sociale et politique en Tunisie. Peut-on voir une nouvelle forme de cyber-mobilisation via les réseaux sociaux ? Le Web participatif crée-t-il de nouveaux cercles relationnels d’usagers appartenant, parfois, à des espaces sociaux éloignés des milieux de sociabilité ordinaires ? Partant de l’hypothèse que les TIC sont des vecteurs de mobilisation actifs dans les processus de changements socio-politiques, il est essentiel de choisir de se centrer sur un cadre spatio-temporel spécifique, celui du deuxième tour des élections présidentielles tunisiennes de 2014. Pour ce faire, nous optons pour une analyse des modalités pratiques de la mobilisation et des usages du Web participatif et des TIC. Nous nous appuyons sur l’analyse et l’observation des échanges et commentaires postés sur Facebook entre le 26 novembre (date de l’annonce officielle du deuxième tour) et le 21 décembre 2014 (jour de vote). Notre démarche s’inscrit dans le cadre de l’interactionnisme symbolique, définit par Mead comme l’étude des échanges individuels en tant que comportement symbolique. Celui-ci résulte d’un processus social d’interaction. Ce courant, né dans les années 1980, est à l’origine de tout un ensemble de travaux micro-sociologiques qui traitent des mécanismes de l’interaction au cours desquels se construit, se négocie et se modifie la réalité sociale. Selon Bachmann « les événements sociaux ne sont pas considérés comme des produits extérieurs aux pratiques sociales, mais comme des procès que les acteurs accomplissent quotidiennement » (Bachman 52)2.

  • 3 Les pages et les groupes sélectionnés seront détaillés en annexe.

3Partant du principe que les outils méthodologiques classiques de collecte et de traitement des données peuvent être réadaptés aux besoins de la recherche sur la toile numérique en tant que nouveau terrain d’observation, comme le préconisent Héas et Poutrain, nous nous sommes livrés à l’identification de certains profils Facebook de personnes de notre entourage (figurant ou non sur la liste d’amis de notre profil Facebook). Le choix de ces profils dépend principalement d’une identification réelle des profils sélectionnés (nom, prénom, situation professionnelle, photos). Nous avons ainsi cumulé 25 profils. Nous avons ensuite sélectionné les trois catégories de communautés proposées par Facebook à savoir les pages officielles, les pages communautaires et les groupes3.

  • 4 Selon les derniers sondages, 39,10 % des utilisateurs des réseaux sociaux en Tunisie ont entre 15 e (...)

4Via une analyse qualitative, nous tenterons de questionner les formes les plus apparentes de la mobilisation tunisienne en mettant en lumière l’évolution du rôle du Web participatif dans la transformation sociopolitique. Quels regards peut-on porter sur les perspectives des usages numériques en tant qu’outils de mobilisation ? S’agit-il d’un outil facilitateur pour les médias traditionnels ou d’un nouvel espace d’expression individuelle ? Quels enjeux à l’heure du tout numérique ? Notre recherche est motivée par l’envie d’apporter des tentatives de réponses à ces questions. Pour cela, nous nous intéressons dans un premier temps aux pratiques et usages des TIC (notamment Facebook) par les jeunes Tunisiens4 et les façons dont ils s’expriment sur la toile après des décennies de censure et de dictature ; dans un second temps, nous analyserons les facteurs de mobilisation sociale et politique en nous penchant particulièrement sur l’éventuel déplacement paradigmatique de l’information dans un contexte tunisien marqué par les inquiétudes d’un retour à la dictature, à la répression, et les angoisses d’une crise institutionnelle et du renforcement de la fracture régionale Nord/Sud.

  • 5 Cette expression empruntée au Web-marketing est récemment utilisée dans les études en sciences huma (...)

5Pour mener à bonne fin notre étude, nous adoptons une démarche netnographique5 permettant une observation visuelle des actes communicationnels des différents profils virtuels (Kozinets 37). Hormis l’analyse sémantique des commentaires postés sur Facebook, nous nous appuyons sur des entretiens semi-directifs et un échange digital et scriptural. Notre objectif est de comprendre comment des citoyens différents perçoivent ce deuxième tour d’élections, comment ils participent au débat public et les différentes formes de leur mobilisation en cette période post-révolution via les réseaux sociaux. Le lecteur trouvera des témoignages des opinions de ces citoyens des différents échanges dans cette étude.

Les TIC en Tunisie post-dictature

6Plusieurs auteurs ont défendu la société de l’information, pourtant sujette aux débats et controverses à partir de 1970, à l’instar de Daniel Bell (Bell 29), Zbigniew Brzesinski ou encore Alain Touraine, pour ne citer ici que ces quelques noms. Pourtant, c’est à partir des réflexions menées sur la société d’information qu’on a commencé à penser l’émergence d’une société post-moderne orientée vers les aspects anthropologiques et culturels. L’idéal informationnel se voit désormais confronté à des questionnements liés aux usages, à l’accès et à l’appropriation des innovations technologiques (Proulx 47). Le champ des sciences de l’information et de la communication s’intéresse en effet à l’approche sociopolitique des usages des TIC et met un accent particulier sur les enjeux citoyens, les risques du déficit démocratique et l’avenir du lien social (Mattelart, Tremblay, 5).

  • 6 Nous nous sommes appuyée sur les dernières statistiques révélées par l’agence de communication UM D (...)
  • 7 Selon le rapport concernant les chiffres clés d’Internet et des réseaux sociaux en Tunisie 2014 pub (...)

7Les TIC ont certes joué un rôle non négligeable dans la diffusion du soulèvement populaire tunisien. La faillite des médias tunisiens, publics et privés, les dysfonctionnements des institutions politiques et l’absence d’instances parlementaires, de structures partisanes et syndicales susceptibles d’organiser un débat public ont poussé beaucoup de Tunisiens à se tourner vers d’autres moyens d’information. Les chaînes satellitaires, à leur tête Al-Jazira mais aussi France 24 ou Al-Arabiya, ont été très suivies dès le début des manifestations de décembre 2010. Cependant, les réseaux sociaux contributifs 2.0 ont également rempli une fonction inédite dans l’histoire des médias en accompagnant de près les mobilisations populaires tunisiennes, d’abord virtuelles puis physiques. Depuis, le nombre d’utilisateurs Facebook ne cesse d’augmenter. On compte 3 436 720 d’utilisateurs en mars 2013 dans un pays qui compte 11 millions d’habitants, soit une évolution de plus de 200 % par rapport à 2010 avec un taux de pénétration de 32,46 % faisant de la Tunisie le deuxième pays africain utilisateur d’Internet après le Maroc (51 %)6. Ce chiffre s’élève désormais à 5 810 000 de personnes, avec un taux de pénétration de 53 % de la population7 ; 58,5 % des utilisateurs sont de sexe masculin. Les utilisateurs de sexe féminin représentent 41,5 % du total des facebookeurs tunisiens. Les catégories les plus représentées sont âgées entre 18-24 ans (39,1 %) et 25-34 ans avec 30,6 %, contre 3,9 % de ceux âgés de 55 ans et plus. Selon le même rapport, Facebook est le réseau social le plus populaire, bien loin devant Twitter peu utilisé en Tunisie avec seulement 38 000 utilisateurs actifs. Quant au réseau social professionnel Linkedin, il se développe progressivement avec 415 000 utilisateurs.

  • 8 Hassen ZARGOUNI, le directeur de Sigma Conseil (agence de sondages) est un des premiers à avoir ann (...)
  • 9 Chouikha LARBI, professeur à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI - Tunisie) (...)

8Dans la Tunisie post-révolution, l’annonce d’un imminent deuxième tour a d’abord circulé sur Facebook8 avant d’être confirmée officiellement par les télévisions et radios tunisiennes, renforçant davantage les paradoxes qui caractérisent le paysage médiatique tunisien depuis janvier 2011 soulignés par Larbi Chouikha qui, malgré la dynamique médiatique qui s’est installée depuis cette date, déplore l’absence d’un cadre juridique qui régit le paysage médiatique et le métier de journaliste9. Facebook continue de fonctionner comme une scène de substitution politique où sont débattues, dans des espaces virtuels et interactifs, des questions intéressant des catégories sociales différentes voire opposées. Les informations circulent désormais en dehors des lieux collectifs décisionnels, mobilisant ainsi des acteurs sociaux et induisant une fracture sociale et politique à l’intérieur d’un pays jusque-là policier et verrouillé.

Outils de mobilisation citoyenne ?

9À la lecture des commentaires postés à partir du 26 novembre 2014 et suite à l’examen attentif des échanges entre les différentes communautés virtuelles, échantillon de notre étude, plusieurs sujets de discussions, parfois virulentes, reviennent de façon récurrente. Dans un tournant important de l’histoire de la Tunisie, les inquiétudes d’un retour à la dictature et à la répression, les angoisses d’une crise institutionnelle et du renforcement de la fracture régionale Nord/Sud sont alimentées par la sensibilité nationale au sort d’autres pays : la crise syrienne et la polarisation politique violente en Libye et en Égypte. Les votes pour le second tour de l’élection présidentielle sont déterminants quant à l’avenir du pays. « Mobilisez-vous, les écarts entre Béji et Marzouki sont faibles », peut-on lire. Conscients des enjeux de cette étape importante dans l’histoire de la Tunisie post-dictature, plusieurs internautes appellent à voter pour leur candidat, celui qu’ils voient capable de « faire de la Tunisie un exemple dans la région et non une exception », selon Amel. Les internautes ne se contentent pas en effet d’afficher leur soutien à un des deux candidats. Plusieurs essayent par tous les moyens de convaincre un grand nombre d’amis et de connaissances. « L’heure est grave et nous n’avons plus le choix, il faut élire le bon candidat », disait Leila (26 ans). Les argumentaires affluent et les arguments divergent, menant parfois à une radicalisation de la protestation. Les clivages profonds que révèlent des élections se règlent sur les réseaux sociaux et s’expriment paradoxalement sous formes de craintes ou d’espoir. L’analyse des différents commentaires, photos et vidéos, nous a permis de dégager quatre thèmes principaux.

Une situation privilégiée de la femme tunisienne

  • 10 Dans son article 34, la Constitution oblige l’État à garantir la représentativité des femmes dans l (...)

10Depuis 1959, la Constitution tunisienne est considérée, dans le monde arabe et musulman, comme celle qui offre le plus de garanties pour les droits des femmes. Les débats quant au renforcement de ces droits, les craintes qui ont accompagné la rédaction de la nouvelle constitution, les pressions de certains conservateurs du parti islamique Ennahda sur les membres de l’Assemblée Nationale Constituante, placent les questions relatives au statut de la femme au cœur du débat public reprises dans les discussions et commentaires postés sur les réseaux sociaux. Bien qu’en phase de négociation entre conservatisme et modernisme, la société tunisienne a toujours placé la femme, ses droits et ses devoirs, ses obligations sociales et civiques au cœur de ses préoccupations. Pourtant, la notion de liberté de la femme en Tunisie est encore mitigée bien que garantie par le droit constitutionnel10. Les pressions sociales, le poids de la religion, parfois mal interprétée, les traditions encore présentes et pesantes, fragilisent un statut utilisé pendant plus d’un demi-siècle pour donner une image moderne, républicaine et laïque de la Tunisie. « Nous souhaitons garder nos acquis depuis l’indépendance, les renforcer et les préserver », proclamait Héla, cadre commercial.

11S’inscrivant dans le sillon de Bourguiba qui a fait de l’émancipation de la femme et de ses droits son cheval de bataille, un des thèmes forts de la campagne présidentielle de Béji Caïd Essebsi (BCE) est la défense des droits de la femme. Plusieurs internautes, majoritairement des femmes, affichent ouvertement leur préférence pour ce candidat. « Ce n’est pas avec la bande de bras cassés qui constituent l’actuel gouvernement que nous risquons de nous en sortir », disait Halima, « votons bajbouj (le surnom que les Tunisiens donnent affectueusement à BCE) », ajoute-t-elle. Pour Bouthaina, chef d’entreprise dans le textile, « je voterai pour l’avenir de mes filles », poste-t-elle sur son mur. Si le président du Nida Tounes se réclame de l’héritage de Bourguiba, le statut du militant dans la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) depuis 1980 et la figure d’opposition du régime de Ben Ali, placent son opposant Marzouki comme garant des libertés individuelles dont celles de la femme pour bon nombre de ses sympathisants. « Je ne vois pas en quoi Marzouki ferait reculer les acquis des femmes. Un acquis, par définition, ne peut être supprimé donc arrêtons de faire peur aux femmes sur ce sujet », affirme Hassan. Ce jeune fonctionnaire de 32 ans n’est pas le seul à afficher son soutien pour le président sortant. « Je suis une jeune femme et je ne voterai pas pour lui (BCE), peut-être les femmes âgées de plus de 60 ans le feront » affirme Sameh, femme au foyer de 38 ans, faisant référence à l’âge avancé (88 ans) de C. Essebsi.

12À l’approche des élections, nombreux ceux qui ont changé leurs photos de profil contre celles de femmes vêtues d’habits traditionnels. Plusieurs internautes, principalement des femmes, expriment ouvertement leur désir d’être actrices effectives et efficientes dans la reconstruction du pays ; son développement économique et sa stabilité sociale ne peuvent être garantis, selon eux, que si les divisions et les inégalités régionales sont réglées.

Le déséquilibre régional

13Les inégalités régionales ont été la base du soulèvement populaire. Depuis 2011, les régions marginalisées de l’intérieur du pays espèrent la mise en œuvre d’une décentralisation politique et un engagement réel afin qu’elles soient représentées dans les marchés publics et prises en compte dans l’affectation de crédits pour la création d’emplois, notamment pour les jeunes diplômés ou sans qualification, selon des critères méritocratiques. Les questions du déséquilibre régional restent un sujet sensible, sources de craintes et de peur pour la Tunisie post-dictature. La confrontation d’opinions est encore marquée par un demi-siècle d’hypertrophie de la présidence. Les inquiétudes des antagonismes entre les classes sociales, des rivalités entre élites établies (de Tunis et de la côte Est) et émergentes (du Sud et de l’intérieur) sont exacerbées sur les réseaux sociaux. Pour les pro-Marzouki, « Béji, c’est l’image des 50 dernières années. Marzouki, c’est une garantie pour les libertés, pour l’avenir, pour le peuple », assure Mohamed Ali. Pour Mouna, en revanche, « Béji est le seul capable de remettre la Tunisie sur la bonne voie ».

14Plusieurs échanges sur les postes Facebook tournent autour de cette thématique. Les sceptiques reprochent à BCE ce que l’on reproche souvent à la bourgeoisie tunisoise pétrie de préjugés caricaturaux sur le Sud tunisien. En revanche, Marzouki représente pour beaucoup d’internautes le porte-voix des régions intérieures dont il est originaire, permettant une représentativité plus large de la population tunisienne. Les résultats du premier tour de la présidentielle montrent une réelle division entre deux « Tunisie ». Le Nord-Ouest, le littoral et le Grand Tunis ont largement voté pour le candidat de Nidaa Tounes. À titre d’exemple, Bizerte a voté 42 % et jusqu’à 59,5 % à Monastir. Le Sud a massivement plébiscité Moncef Marzouki. Le chef de l’État sortant a recueilli jusqu’à 78 % des suffrages dans le gouvernorat de Kébili, d’où est originaire sa famille, 76 % à Tataouine, 68 % à Gabès et 67,5 % à Médenine. Il a aussi remporté une majorité relative des suffrages dans les deux circonscriptions électorales de Sfax, la deuxième métropole du pays, conservatrice et industrieuse (45,33 % à Sfax1 et 40,7 % à Sfax2). Moncef Marzouki se joue en effet du mépris que lui vouent les élites de la capitale et du Sahel et tente d’apparaître comme un candidat anti-système. Sa campagne réactive les antagonismes géographiques et culturels, les appartenances primaires, les rancœurs ancestrales. Son alliance avec le parti islamique Ennahda est source de polémiques.

La place des islamistes

  • 11 La nouvelle constitution est adoptée le 26 janvier 2014. Elle remplace la Constitution de 1959, sus (...)

15La question du rapport entre politique et religion et la bataille entre les modernistes et les islamistes surgissent avec l’échéance des élections. Loin d’une lecture simpliste d’une dichotomie entre islamistes et laïcs, une majorité des internautes affichent leur attachement aux enseignements de l’islam et de ses finalités tout en revendiquant l’ouverture et la modération. Plusieurs rappellent fièrement l’article 1 qui reconnaît la place de l’islam comme religion de la Tunisie sans mentionner la loi islamique (la charia) comme source de droit, comme le voulaient initialement les islamistes11.

16« Quel soulagement », commente Maha, médecin généraliste. Le choix d’élire un candidat, s’est transformé sur le réseau social en une promotion d’un islam modéré garanti, pour plusieurs, par Nida Tounès figure de la principale formation anti-islamiste. Les internautes opposés aux islamistes affichent ouvertement leur désespoir d’avoir vu le parti Ennahda remporter les premières élections de 2011. « Il est temps de prendre notre revanche », écrit Salah. « Ce ne sont pas ces barbus qui vont changer notre modèle de société », note Wissem, un ingénieur de 28 ans. Il voit dans Béji « un intellectuel et un homme d’expérience ». « Rached Ghannouchi [le chef d’Ennahda], nous allons le dégager, non par la force, mais de façon démocratique », tranche-t-il. En effet, le slogan « dégage » qui a largement accompagné le soulèvement populaire de 2011, refait surface sur les pages et profils Facebook. Un groupe a été créé pour l’occasion « Ennahdha dégage, lan ousawett lénnahdha » (littéralement « Je ne voterai pas pour Ennahda, Ennahda dégage »). Ce groupe compte, en décembre 2014, près de 149 760 fans.

17Conscients de la fragilité de la situation politique et de la phase transitoire qui s’ouvre à la Tunisie, plusieurs internautes appellent à la vigilance quant à la banalisation des discours islamistes radicaux. « Attention au double discours d’Ennahdha. Ce parti fait miroiter des arguments choquants : le fort taux du célibat des femmes serait dû à l’interdiction de la polygamie, le taux de chômage serait imputable aux femmes qui prennent les emplois des hommes. Il communique pourtant beaucoup sur son adhésion au principe de parité des listes », réclame Saif qui se dit militant anti-Ennahda. Rappelant ici qu’un groupe d’internautes a appelé les citoyens à s’indigner contre le gouvernement, dirigé par Ennahda, en écrivant « Ennahdha dégage » sur des billets de banque. Ceux-ci circulant partout, ne peuvent pas être censurés et ne finiront pas à la poubelle comme les autres tracts. Cette action, menée en novembre 2013, a eu un écho considérable. En moins d’une heure, plus de 939 internautes ont répondu à l’action en postant des photos de leurs billets sur lesquelles est arborée fièrement l’expression « Ennahda dégage ».

18On imagine bien que dans un tel contexte, le parti Ennahda principal allié du candidat Marzouki ne se laissera pas prendre dans la frénésie anti-islamiste. Il a toujours su mobiliser Facebook pour en faire « un outil de propagande politique »12. Certains parlent même d’une « véritable armée virtuelle qui intoxique le réseau social ». Prenant part dans cette « bataille virtuelle », beaucoup de pages officielles soutiennent Ennahda – une dizaine à peu près et la liste ne semble pas exhaustive13. Certaines pages s’affichant explicitement pro-Ennahda en mettant le nom du parti dans leur appellation à l’instar de la page créée durant la campagne électorale, « Ennahdha est mon choix et je ne reviendrai pas sur ma décision ». D’autres en revanche, sont plus difficiles à identifier puisqu’elles font l’apologie du parti sous d’autres noms en faisant un tri attentif et minutieux des informations qu’elles font circuler14.

  • 15 Les « Nahdawis » est une appellation donnée aux adhérents du parti islamiste Ennahda et à l’ensembl (...)

19Hormis les appels continus pour voter pour ou contre un candidat, plusieurs internautes insistent sur l’enjeu de ce deuxième tour déterminant pour l’avenir de la Tunisie : « l’important est de voter », appelle Fadila. « Boycotter les élections c’est permettre au tartour (appellation donnée à Moncef Marzouki, le qualifiant de marionnette aux mains des nahdawis15) et des islamistes de gouverner », affirme Hichem. « Eux (les pro-ennahda) vont voter », poste Ali. Voter contre Ennahda est un moyen, pour les uns, de préserver la Tunisie des ravages de l’extrémisme et de garantir un État de droit et des libertés individuelles. Voter pour une alliance Marzouki-Ennahda, permet, pour les autres, de « purifier » la société tunisienne de ses influences modernistes et occidentales. Le débat s’étale sur le réseau social et alimente une autre peur, celle de voir les pans de l’ancien gouvernement revenir en douce et reprendre en main le pays.

Un retour possible de l’ancien régime

20Suite à la dissolution, en mars 2011, du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), parti quasi unique de Ben Ali (1987-2011), plusieurs dirigeants et membres du parti ont été poursuivis, emprisonnés, puis relâchés par la justice. Le projet de loi qui consiste à exclure de la vie politique les ex-partisans du parti, principaux soutiens du président déchu, n’a finalement pas été voté, ouvrant aux anciens « RCDistes » le chemin d’une éventuelle réapparition.

21Depuis sa création en 2012, Nida Tounes revendique l’héritage progressiste de Bourguiba (1957-1987). Voulant intégrer « toutes les forces du pays », le parti a rassemblé des indépendants, des syndicalistes, des militants de gauche mais aussi des partisans de l’ancien président, passant outre les critiques. Plusieurs « destouriens », mis à l’index au lendemain de la révolution ont, en effet, rejoint Nida Tounes à l’approche des élections, alimentant auprès d’une frange de l’opinion le fantasme d’un « retour de l’ancien régime ». Il ne s’agit que de « ceux qui n’ont pas été impliqués dans des actes d’autoritarisme ou de corruption », affirment les responsables du parti. Pourtant, les nombreuses critiques qui ciblent son leader vont au-delà de son âge et de son état de santé. L’argument le plus fréquent est d’avoir intégré par une coalition politique les représentants des forces contre-révolutionnaires de la Tunisie et de vouloir protéger les intérêts de ceux que la révolution de décembre 2010 a voulu chasser. Le camp adverse fustige, quant à lui, le risque d’une contre-révolution. « C’est à nous de choisir si nous voulons restaurer l’ancien système ou rester fidèles aux objectifs de la révolution », déclarent les pro-Marzouki. « Allez-vous permettre aux anciennes figures de retrouver leur pouvoir ? », s’indigne Mustapha, « seul Marzouki peut contrer Béji et le retour des hommes du RCD ».

  • 16 Marzouki poste le 28 octobre 2014 sur sa page Facebook une photo de lui honorant une femme en niqab (...)

22Les représentations caricaturales des deux candidats prennent une place considérable dans les commentaires et les discussions étudiés. BCE est diabolisé et caricaturé sous les traits d’un suppôt de l’ancien régime. Ses origines bourgeoises et tunisoises sont souvent mises en avant. Face à lui, Moncef Marzouki est traité de « général sans armée », « pion » dans les mains des islamistes. Ses nombreux « dérapages verbaux » et ses appels en direction des extrémistes de l’électorat16 lui valent des commentaires moqueurs. « Je préfère être gouvernée par un RCDdiste que par un tartour (marionnette) », affirme Lamia. Soumaya, 29 ans, donnera sa voix « au vieux plutôt qu’au fou. L’avantage c’est qu’il ne fera pas plus d’un mandat ». Derrière le ton ironique se cache une réelle angoisse d’un éventuel retour des pans de la corruption et de la censure. La réapparition de plusieurs dirigeants du RCD dans de nombreux partis politiques alimente les débats publics, engendre une violence verbale sur le réseau social et tourne parfois aux insultes et aux règlements de compte. Dans la mémoire collective, la rupture avec l’ancien régime n’a pas encore été consommée. S’il s’agit de peurs amplifiées pour certains, la tension reste palpable. « Ils sont accoutumés à un régime de parti unique. Ils feront tout pour influencer l’administration publique et les syndicats », disait Mourad.

  • 17 Al Massar, La voie démocratique et sociale, est né d’une fusion entre le mouvement Ettajdid, le Par (...)

23Une partie des internautes demeure toutefois plus optimiste. « Si un parti quelconque tente à nouveau de mener une répression, alors le peuple s’y opposera », explique Sana. Certains responsables politiques ont également réagi via les réseaux sociaux. Ahmed Brahim, dirigeant d’Al Massar17, s’est adressé, dans un post Facebook, aux deux candidats à la présidentielle Marzouki et Caïd Essebsi en leur demandant de « prendre l’engagement solennel devant les électrices et les électeurs de mettre fin aux privilèges que les responsables de l’ancien régime s’étaient indûment octroyés, et auxquels les dirigeants de la défunte Troïka se sont malheureusement gardés de toucher ! ». Les craintes d’un retour de l’ancien régime et de ses représentants sont également alimentées par une probable hégémonie de Nida Tounes dans l’appareil d’État tunisien dans le cas où le parti remportera le deuxième tour. La domination de ce seul parti à l’Assemblée Nationale, au gouvernement et à la Présidence représenterait un risque considérable pour la démocratie tunisienne naissante en quête de pluralité. Nidhal, instituteur, rappelle que le candidat du Nidaa « était ministre de l’Intérieur lors de la féroce répression du mouvement estudiantin en 1968 ». Il n’est pas le seul à attribuer à l’homme un rôle, réel ou fantasmé, dans la répression sous l’ère Bourguiba.

24« Le retour de l’ancien régime » – expression qui revient en boucle sur le réseau social – est en effet nourrie de l’imaginaire politique que reflète chacun des deux candidats. Si pour BCE, la primauté de l’État et de son autorité fondent sa pensée, « un État, séculier et civil, mais non laïc, respectueux de l’identité arabo-musulmane sans en être prisonnier » (une synthèse qui trouve selon Sami Ghorbel ses fondements à la fois dans la tradition réformiste tunisienne, inaugurée par Kheireddine Pacha, et dans celle des Lumières françaises)18 ; pour Marzouki et ses alliés, la révolution doit constituer « une rupture fondamentale avec l’État post-colonial, un nouveau départ pour les oubliés et les perdants de l’Histoire ». Ces nouveaux bouleversements politiques et sociaux en Tunisie, qui trouvent un large écho grâce à la technologie numérique, sont de nature à bousculer notre perception du rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans le processus du changement et de mobilisation sociale et politique.

Un pays en pleine mutation

25Si les premières réflexions en information et communication ont révélé les nouvelles possibilités de la liberté d’expression que favorise Internet (Mazen 16), les recherches sur les usages et les pratiques des TIC en Tunisie demeurent rares. Nous souhaitons par notre contribution participer à nourrir la réflexion sur l’utilisation des TIC, notamment le Web participatif, comme outil de développement d’un lien social et de renforcement d’une appartenance culturelle. Autrement dit, nous cherchons à comprendre si les réseaux sociaux numériques permettent de structurer un lien socioculturel dans un contexte de mutations politiques. L’usage des TIC en général et des réseaux sociaux en particulier a suscité nombreuses critiques comme celles du déclin de la sociabilité (Putnam 2000). Il a toutefois nourri les réflexions sur les questions de sociabilité en face à face et la sociabilité à distance (Flichy 2005) ou sur celles du concept de « nouvelle sociabilité » (Casilli 2010). Dans le cas de la Tunisie, l’usage des réseaux sociaux, dès la mi-décembre 2010, les vidéos amateurs, tournées aux téléphones portables, postées sur des sites d’information alternative tunisiens comme Nawaat ou Takriz, reprises en boucle sur Facebook, ont participé à consolider l’audace des manifestants faisant pression sur un régime autoritaire, le poussant à fuir et à quitter le pays en janvier 2011. Depuis, plus du tiers du peuple tunisien est sur Facebook pour une population de 11 millions d’habitants. Cette forte utilisation du réseau social offre aux internautes la possibilité de mettre en avant de nouvelles formes de lien social et de communication en rendant visibles des détails de leur vie quotidienne. On attribue aux réseaux socio-numériques la capacité de constituer des supports identitaires ambivalents et de créer des cercles relationnels étendus dans lesquels les internautes s’expriment.

Le Web participatif comme espace de diversité culturelle

  • 19 Encore une fois, le rap contestataire erre à l’écart des projecteurs depuis son apparition, quitte (...)

26Sous le régime Ben Ali, plusieurs blogueurs, cinéastes et musiciens ont été arrêtés par des représentants de la sûreté de l’État. Le monde de la culture a souffert, pendant plus de vingt ans, de la dictature. La censure a étouffé la créativité de plusieurs artistes et l’absence de moyens financiers en a démotivé d’autres rendant parfois impossible la réalisation de certains spectacles ou films. L’offre culturelle était sclérosée. Nombreux sont les artistes ne disposant d’aucun relais de médiatisation hormis Internet. Le monde de l’art souffrait, comme plusieurs pans de la société, de la corruption. La commission d’achat, chargée de verser les subventions aux galeries, était en effet dirigée par des proches du pouvoir, distribuant les fonds en fonction de leurs amitiés et non en fonction de critères artistiques. La révolte populaire de 2011 a libéré plusieurs jeunes artistes. Elle a permis l’émergence d’une culture parallèle via le Web (Ben Saad-Dusseaut 183-196 ; Daghmi, Toumi, Amsiddere 183). Des jeunes rappeurs, jusque-là interdits de télé et de concert, se servent des réseaux sociaux pour contourner la censure19. Les médias alternatifs ont de fait accompagné ce mouvement qui s’est principalement développé dans les home-studios. Certains titres sont devenus de véritables hymnes au sein de la jeunesse. De jeunes activistes, des blogueurs « militants », des peintres et des artistes de rue émergent de la toile jouant un rôle considérable dans la préparation et l’accompagnement du processus révolutionnaire tunisien. Leurs productions offrent un nouveau regard sur la diversité culturelle de la Tunisie.

27Longtemps interdit, le street art a investi la rue et l’espace public tunisien. Les images et vidéos de jeunes artistes exerçant leurs œuvres dans les rues de la capitale, circulent sur le réseau social. Celui-ci joue le rôle de relais et d’espace alternatif pour ce mode d’expression artistique. Le street art et l’art underground ont connu un élan de popularité grâce aux TIC. La chanson intitulée « Enti Essout » (tu es la voix)20, créée et enregistrée par le Programme de développement des Nations Unies (PNUD) dans le cadre de sa mission d’appui au processus électoral en Tunisie, a rapidement circulé sur le réseau créant un énorme buzz. Depuis sa première mise en ligne, le 22 septembre, la vidéo aurait été vue plus de 150 000 fois sur Facebook (plus de 240 000 fois sur Youtube) et dispose d’une page qui compte plus de 14 000 fans. Cette chanson vise à sensibiliser les jeunes au vote et les inciter à se mobiliser pour prendre leur part dans l’histoire future de la Tunisie. Six artistes issus de scènes musicales underground ont été mobilisés autour de ce projet tout en gardant chacun son style, sa façon de raconter son vécu de la Tunisie d’hier, d’aujourd’hui et sa vision de celle de demain21. Engagés dans le processus transitionnel, plusieurs artistes s’affichent dans les campagnes électorales et soutiennent des candidats à la présidentielle. Le portrait géant de BCE, accompagné du message « I love Bajbouj », en plein centre-ville de Tunis, réalisé par deux graffeurs, Droom et Sajed, connus jusque-là par leur militantisme, a provoqué une réaction immédiate sur Facebook. Si sur la page de BCE le commentaire qui accompagne la photo du graffiti parle de « jeunes tunisiens (qui) expriment leur amour à Béji Caid Sebssi », les fans des deux artistes les accusent, en revanche, « d’avoir vendu l’âme de l’underground au diable » et les qualifient de « serviteurs du système ». Pour Fériel, « Le graffeur doit rester anti-système. Nous faisons des graffitis pour dénoncer le système et non pas pour faire l’éloge d’une figure politique qui incarne le système ».

28Plusieurs chansons au ton ironique ont été postées sur les réseaux sociaux. Des séquences de vidéos amateurs récoltent en peu de temps des centaines de Like. D’autres, beaucoup plus structurées, sont tournées avec des caméras professionnelles posant, par la même occasion, des questions sur leurs sources de financement. La chanson du slameur Hatem Karoui, par exemple, diffusée sous forme de vidéo-clip professionnelle « My name is Sebsi », en langue anglaise, a suscité beaucoup de commentaires. Avec un texte mirifique l’auteur dessine le portrait d’un candidat phénoménal. La chanson s’inscrit dans le registre de la politique humoristique. Elle a été jugée par certains internautes « cruelle », « tellement nulle » et « de mauvais goût » ; pour d’autres il s’agit d’un « chef d’œuvre humoristique et artistique ».

29Si l’engagement de certains artistes underground dérangent leurs fans qui dénoncent une récupération politique évidente d’un art longtemps risqué et censuré, désormais populaire et plébiscité, certaines productions sont accueillies par une quasi-unanimité à l’instar de la vidéo réalisée par le cinéaste Madih Belaid. Postée le 18 décembre 2014, la vidéo a été vue, en deux semaines, plus de 195 750 fois et partagée plus de 8 574 fois22. Appelant à voter pour Caid Essebsi, reprenant son tic de langage « fabihaythou » (littéralement : « et par conséquent »), la vidéo est tournée exclusivement avec des artistes (comédiens, chanteurs) dont le comédien franco-tunisien Michel Boujnah. L’absence d’une appréciation unanime de plusieurs œuvres relève, en définitive, d’un pluralisme d’opinion favorable à un débat démocratique pluriel, longtemps absent des plateaux de radio et de télévision et des colonnes des journaux nationaux.

Le rôle des médias traditionnels

  • 23 Anciennement appelée RTT (Radio et Télévision Tunisienne), elle devient TV7 en 1992. Le chiffre 7 r (...)
  • 24 Canal 21 est une chaîne destinée aux jeunes. Le nombre 21 évoque la Fête de la Jeunesse tenue le 21 (...)
  • 25 Hannibal TV est la première chaîne de télévision généraliste privée créée le 13 février 2005. Elle (...)
  • 26 Nessma TV est lancée le 16 mars 2007. C’est la deuxième chaîne généraliste privée. Elle couvre le G (...)

30Pendant une vingtaine d’années, les médias privés et publics ont fonctionné sous tutelle du régime de Ben Ali. Celui-ci s’est approprié la télévision comme moyen de propagande et de communication unilatérale et directive. Depuis le 14 janvier 2011, plusieurs médias se sont lancés dans la recherche de nouveaux modes opératoires afin de répondre aux attentes d’un public exigeant. La chaîne nationale TV723 a changé de nom. Elle s’appelle désormais Télévision Tunisienne Nationale 1 autrement appelée Al Wataniya 1 (Nationale 1). Canal 2124 a également changé d’identité en s’appelant Télévision Tunisienne 2. Les chaînes privées Hannibal TV25 et Nessma Tv26 accordent désormais plus d’importance aux « micros ouverts », aux témoignages en direct et aux reportages. Le contenu de l’information télévisée a sans doute connu un important revirement avec la création de nouvelles chaînes de télévision privées à l’instar de Ettounisiya TV, lancée par l’animateur et producteur tunisien Sami Fehri en 2011 et Al Qalam TV la nouvelle chaîne privée qui a commencé à diffuser ses programmes sur Nilesat, depuis la ville de Sfax, à partir du 14 janvier 2013.

31Bien que des personnalités, écartées du temps de Ben Ali, soient revenues sur le devant de la scène, les caciques des médias de l’ancien système n’ont pas totalement disparu. Certes le ton a changé mais des lignes rouges persistent. Nombre de problèmes rencontrés par le gouvernement provisoire restent peu abordés. La couverture médiatique de la campagne électorale présidentielle est donc attendue comme une preuve, fictive ou réelle, d’une liberté d’expression marquant une rupture avec les anciennes formes de propagande. Pourtant, sur les plateaux de télévision, plusieurs débats semblent se réduire à des critiques faciles et lassantes qui tournent autour des personnes des deux candidats : leur physique et leurs habits négligés pour l’un ; leur âge et leur état de santé pour l’autre. Sur les chaînes privées et publiques, les débats tournent aux talk shows qui se transforment parfois en règlements de comptes et en querelles.

  • 27 Un post est une information individuelle publiée sur le Web participatif (blog, réseau social). Il (...)

32En Tunisie, l’audience TV a connu une évolution de 2,2 % par rapport à l’année 2010, une année pourtant record en taux d’audience. Les statistiques de Sigma Conseil démontrent que la chaîne Al Watania 1 a été classée première dans le Top 5 du paysage de télévisions locales avec 30,8 % de taux d’audience suivie d’El Hiwar Ettounsi avec 28,9 %, Nessma Tv 27,3 %, Al Watania 2 avec10,7 %, puis en cinquième position s’est placée Hannibal Tv avec 8,4 %. Sous l’influence des réseaux sociaux (notamment Facebook), l’audiovisuel public (surtout la Nationale 1 et 2) a fait un grand effort d’équilibre et de contextualisation afin de donner une « valeur ajoutée » à des informations qui étaient déjà, majoritairement, en ligne. En revanche, la couverture médiatique de la campagne électorale par les télévisions privées comme Al Moutawasset et la Zeitouna Tv, réputées par leur obédience islamiste, a suscité les critiques. Le message partisan sans nuance de Nessma Tv en faveur du candidat BCS a été également largement dénoncé sur les réseaux sociaux où l’on parle d’un « festival d’approximations, de propagande et de désinformations ». Si toutes les chaînes nationales, publiques et privées, sont présentes sur le réseau social, le nombre de posts27, de Likes et d’engagement conversationnel à travers les commentaires diffère considérablement d’un média à l’autre. Al Wataniya 1 compte, par exemple, 2826 fans comparée aux 20 175 fans de La Nationale 2 ou les 2 751 218 fans de Nessma Tv.

33Sur Facebook, les internautes échangent ou s’expriment sur une émission, parfois en direct. Sur leurs pages, les deux candidats annoncent systématiquement leur passage à tel ou tel média. Bien que souvent critiquées, les chaînes locales de télévision ont été largement suivies pendant la campagne électorale, alimentant les commentaires et les échanges sur le réseau social et témoignant d’une réelle combinaison existante entre les nouveaux médias et les médias classiques. Une idée défendue par Amsidder, Daghmi et Toumi : « La mise en avant du rôle d’Internet dans l’alimentation de la protestation politique tend, de façon récurrente, à occulter celui des médias audiovisuels transnationaux. C’est oublier qu’ils forment ensemble, avec d’autres sources, un tout communicationnel » (Daghmi, Toumi, Amsiddere 151).

Un bilan mitigé

34Les TIC favorisent un modèle de communication plus transversal que les modèles précédents qui ont marqué, jusque-là, l’espace public. Leurs usages se sont transformés pour engendrer de nouvelles pratiques et de nouveaux modes d’interaction sociale. Il est évident que le développement du réseau Internet constitue un des plus vastes mouvements sociaux du XXe siècle. Devant l’ampleur et la complexité de ce vaste mouvement, plusieurs champs d’études s’offrent aux chercheurs. L’aspect culturel et le développement de nouvelles façons de communiquer sont riches en informations sur l’émergence de nouvelles pratiques sociales tout autant que les études sociohistoriques (l’évolution des mouvements sociaux via les réseaux numériques) ou les aspects politiques (les interventions politiques qui influencent l’évolution des réseaux) ainsi que les aspects économiques (les infrastructures technologiques et l’émergence de pratiques commerciales et de gestion des réseaux publics). Pour notre contribution, nous avons choisi de mobiliser les SIC en nous forçant de ne pas réduire les TIC aux effets des technologies comme le préconise l’approche techniciste et de réfléchir sur le rapport du Web participatif à l’espace public dans lequel il agit.

35Dans le cas de la Tunisie, l’usage des réseaux sociaux a été un moyen efficace pour contourner la censure. Il continue d’être un outil au service d’une e-contestation. L’impact du numérique sur le politique se confirme. Plusieurs dirigeants et personnalités disposent d’un compte ou d’une page Facebook. Nombreux sont ceux qui disposent également d’un blog marquant ainsi leur présence sur la toile. Ces nouveaux médias offrent, en effet, grâce à l’interactivité et au commentaire, une liberté d’expression non négligeable pour la démocratie naissante en Tunisie. Les commentaires sont sujets aux débats et aux échanges permettant, dans le cas de notre analyse, une réelle mobilisation dans un pays où le tiers de la population est connecté à Facebook. La mobilisation virtuelle est souvent accompagnée, dans le cas de la Tunisie, d’une mobilisation physique (traduite principalement par les manifestations de rue), certes moins importante que celles notées à la fin des années 2010 et début 2011. En revanche, certains événements mineurs sont relayés de façon disproportionnée, au moment où d’autres événements plus marquants sont parfois minorés au profit de polémiques ou de rumeurs faisant le buzz.

36Les réseaux sociaux permettent aux individus de s’orienter principalement vers les informations qui les intéressent. Ils sont un espace où les convictions politiques et citoyennes (notamment les intentions de vote) s’affichent ouvertement, comme rarement on l’a constaté jusque-là. Il est clair que pour ceux qui recherchent un lieu de débat démocratique « éclairé » moins passionnel et plus contextualisé, le choix d’autres moyens d’informations plus spécialisés, plus accessibles (le taux de pénétration de la télévision est plus important en Tunisie que celui d’Internet) et moins « fourre-tout » s’imposera. Le fonctionnement des réseaux sociaux, basé sur l’hyper-interactivité et la participativité, a pour conséquence la dissimulation rapide du message et de sa durée. En revanche, le Web participatif permet une mise en ligne continue des informations sans les contraintes classiques d’heure de bouclage et de ligne éditoriale. La temporalité médiatique étant différente, les réseaux sociaux sont plus rapides et plus réactifs et la typologie d’information n’est pas contrainte et délimitée comme dans les médias traditionnels où la caractérisation et la segmentation s’avèrent des principes structurants du format. La hiérarchie entre informations personnelles, professionnelles et les actualités d’ordre général disparaît, laissant la place à une juxtaposition voire une confusion. Si nous observons le contenu des différentes informations qui circulent sur la toile, la confusion entre les sphères publique, privée est bien réelle. Les internautes échangent facilement des contenus personnels et intimes. Ils exposent leur vie, dévoilent leur intimité et acceptent de se soustraire à un usage subtil de stratégies de sociabilité différenciées selon les groupes fréquentés. Le Web participatif serait alors un espace de sociabilité dématérialisée toujours régi par les codes de la vie réelle. Ces nouvelles formes d’usages posent le problème de l’accessibilité des données et soulèvent des questionnements sur des notions, encore méconnues telle que celle de l’e-réputation.

Haut de page

Bibliographie

AMSIDDERE Abderrahmane, DAGHMI Fathallah, TOUMI Farid, « La mobilisation sociale à l’ère des réseaux numériques. Le cas du Maroc », ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 5, no. 1(9), p. 151-161, 2012.

BACHMAN Christian et al, Langage et communications sociales, Paris, LAL, Hatier-Credif, 1981.

BELL Daniel, La Fin de l’idéologie, traduit de l’américain par Emmanuelle BAILLON, Paris, PUF, 1997.

Ben Saad-Dusseaut Fatma, « La consommation des réseaux numériques en Tunisie : un usage socio-culturel dans un pays en mutations », Les Médias font-ils les révolutions ? Regards critiques sur les soulèvements arabes, DAGHMI Fathallah, TOUMI Farid, AMSIDDERE Abderrahmane (Dir.), Éditions l’Harmattan, Coll. Communication et Civilisation, p. 183-196, Septembre 2013.

BRZESINSKI Zbigniew, La Révolution technétronique, traduction de Jean VIENNET, Paris, Collection Liberté de L’Esprit, Calmann- Lévy, 1971.

GHIGLIONE Rodolphe, Analyse de contenu et contenus d’analyse, Dunod, Broché, 1991.

HEAS Stéphane, POUTRAIN Véronique, « Les méthodes d’enquête qualitative sur Internet». ethnographiques.org, Numéro 4, novembre 2003.

JAUREGUIBERRY Francis, PROULX Serge (dir.), Internet, nouvel espace citoyen ?, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2002.

KOZINETS Robert, Netnography : Doing Ethnographic Research Online , Broché, 2009.

MATTELART Armand et TREMBLAY Gaëtan, Bogues. Globalisme et pluralisme, Tome I, TIC et société, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 2003.

MAZEN Alamir, « On the use of Nonlinear Receding Horizon Observers in Batch Terpolymerization Reactors », International Journal of Modeling, Identication and Control, Vol 4, n° 1, 2008.

MEAD Margaret, Du givre sur les ronces : autobiographie, Paris, Le Seuil, 1977, traduction de Blackberry winter, 1972.

PROULX Serge, « Les différentes problématiques de l’usage et de l’usager », Vitalis André (dir.), Médias et nouvelles technologies : pour une sociopolitique des usages, Rennes, Apogée, collection Médias et nouvelles technologies, 1994.

TOURAINE Alain, La Société post-industrielle, Paris, Denoël-Médiations, 1969.

Articles de presse électronique

http://www.leconomistemaghrebin.com/2014/11/16/tunisie-581-millions-utilisateurs-dinternet-en-2014, consulté le 16 février 2015.

http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2812p046.xml0/, consulté le 03 mars 2015.

Haut de page

Annexe

Les pages officielles, les groupes et les pages communautaires qui ont fait l’objet de notre étude sont les suivants :

Pages officielles

  • Moncef Marzouki, 541 408 Likes

  • Béji Kaid Essebsi, 185 008 Likes

  • Al Wataniya 1 Tv, 2 826 Likes

  • Al Waataniya 2 Tv, 20 175 Likes

  • Nessma TV, 2 775 611 Likes

Pages communautaires

  • Tunisia _ Touness _ Tunisie, compte, à partir du 14 janvier 2011, 1 042 880 fans

  • Tounesna (Notre Tunisie) compte 283 050 fans

  • Tounsi wou rassi 3ali (Tunisien à la tête haute) compte 73 084 fans

  • Touwansa (Tunisiens) compte 44 734 fans

Groupes

  • Ennahdha dégage, 778 membres

  • Al mo3jaboun bi Béji Caïd Essebsi, 1 476 membres

  • La campagne populaire de soutien de Moncef Marzouki aux élections au poste de Président de la Tunisie, 86 803 membres

  • <#ITALIQUES#></#ITALIQUES#>Les jeunes d’Ennahdha sur Facebook, 14 800 membres

Haut de page

Notes

1 La Tunisie a connu trois scrutins en moins de deux mois. Les législatives ont eu lieu le 26 octobre, le premier tour de la présidentielle était le 23 novembre et le second tour le 21 décembre 2014.

2 Cité par Rodolphe GHIGLIONE, Analyse de contenu et contenus d’analyse, Dunod, 1991, p. 76.

3 Les pages et les groupes sélectionnés seront détaillés en annexe.

4 Selon les derniers sondages, 39,10 % des utilisateurs des réseaux sociaux en Tunisie ont entre 15 et 24 ans et 30,60 % ont entre 24 et 35 ans.

5 Cette expression empruntée au Web-marketing est récemment utilisée dans les études en sciences humaines et sociales et désigne la collecte de données qualitatives (conversations, commentaires et échanges) postées sur Internet par les communautés virtuelles. Cette méthode analyse principalement les actes de communications des membres d’une communauté virtuelle.

6 Nous nous sommes appuyée sur les dernières statistiques révélées par l’agence de communication UM Digital Tunisie, dans son dernier rapport d’avril 2013. L’ensemble de ces travaux est consultable sur http://fr.wamda.com/2013/04/12-statistiques-cl%C3%A9s, consulté le 16 février 2015.

7 Selon le rapport concernant les chiffres clés d’Internet et des réseaux sociaux en Tunisie 2014 publié par Tunisie Sondage, consultable sur http://www.leconomistemaghrebin.com/2014/11/16/tunisie-581-millions-utilisateurs-dinternet-en-2014/, consulté le 3 mars 2015.

8 Hassen ZARGOUNI, le directeur de Sigma Conseil (agence de sondages) est un des premiers à avoir annoncé sur sa page Facebook un deuxième tour à l’élection présidentielle.

9 Chouikha LARBI, professeur à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI - Tunisie). Ces propos sont recueillis le samedi 24 novembre 2014 lors du débat intitulé « Un printemps médiatique arabe est-il possible ? » organisé par l’Institut Panos Paris à la maison de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, diffusé en direct sur Internet via la chaîne Gazelle TV.

10 Dans son article 34, la Constitution oblige l’État à garantir la représentativité des femmes dans les assemblées élues. L’article 40 affirme que « tout citoyen et toute citoyenne ont le droit au travail dans des conditions décentes et à salaire équitable ». L’article 46, consacré plus particulièrement aux droits des femmes, inscrit dans la Constitution la protection des acquis de la femme, le principe de parité et la lutte contre les violences faites aux femmes.

11 La nouvelle constitution est adoptée le 26 janvier 2014. Elle remplace la Constitution de 1959, suspendue depuis mars 2011.

12 En tête du gouvernement depuis les élections de 2011, le parti islamiste use des mêmes techniques que celles de l’ancien régime : dénigrement des opposants et glorification du parti.

13 On cite ici des pages comme Les aigles d’Ennahdha (près de 60 000 fans), Union des pages d’Ennahdha (58 000 fans), Les jeunes d’Ennahdha (17 000 fans) et Les jeunes d’Ennahdha sur Facebook (plus de 148 000 fans), Ansar Ennahdha (34 000 fans), L’Islam est ma religion, le Tunisien est mon frère et Ennahdha est mon projet (20 000 fans), Ensemble pour soutenir Ennahdha dans les élections (17 000 fans), Joyaux d’Ennahdha (11 000 fans), Ennahdha International Page dont les publications se font uniquement en anglais et Les enfants d’Ennahdha (67 000 fans).

14 On donnera l’exemple de : « Les vérités cachées / Haquaeq khafiya », « Koora Tunisie », ou « Nouvelles du gouvernement ».

15 Les « Nahdawis » est une appellation donnée aux adhérents du parti islamiste Ennahda et à l’ensemble de ses sympathisants.

16 Marzouki poste le 28 octobre 2014 sur sa page Facebook une photo de lui honorant une femme en niqab prise lors d’une cérémonie protocolaire au Palais de la République de Carthage qu’il a commentée : « Une telle photo vous ne la verrez plus, au cas où le futur président serait un membre de l’ancien régime. Alors, enterrez vos déceptions relatives aux résultats des élections législatives et concentrez toutes vos forces sur les élections présidentielles : l’avenir de nos enfants est encore entre nos mains». Parmi les fans de sa page, on trouve les pages communautaires suivantes : « Le niqab est une obligation pour la femme», « Mon niqab est ma pudeur», « La défense du niqab de la musulmane ».

17 Al Massar, La voie démocratique et sociale, est né d’une fusion entre le mouvement Ettajdid, le Parti du travail tunisien, et des indépendants du Pôle démocratique moderniste.

18 http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2812p046.xml0/ consulté le 16 février 2015.

19 Encore une fois, le rap contestataire erre à l’écart des projecteurs depuis son apparition, quitte à s’inventer parfois dans l’ombre des options politiques troubles. Une polarisation extrême que son histoire explique.

20 La chanson est visible sur https ://www.youtube.com/watch ?v =knnqohaQWA0

21 Il s’agit des artistes Bayram Kilani (alias Bendirman), Badiaa Bouhrizi, Si Lemhaf, Armada Bizerte, Yasser Jeradi et Nawel Ben Kraiem

22 https://www.facebook.com/video.php ?v =10153426852347926&set =vb.205982072925&type =2&theater, consulté le 20 décembre 2014.

23 Anciennement appelée RTT (Radio et Télévision Tunisienne), elle devient TV7 en 1992. Le chiffre 7 rappelle le 7 novembre 1987, date du coup d’État de Ben Ali qui succède à Habib Bourguiba, président depuis 1956.

24 Canal 21 est une chaîne destinée aux jeunes. Le nombre 21 évoque la Fête de la Jeunesse tenue le 21 mars. Elle démarre le 7 novembre 1994 sur instruction de Ben Ali. Son slogan : « Un espace d’expression des aptitudes, de l’intelligence et de la créativité des jeunes ».

25 Hannibal TV est la première chaîne de télévision généraliste privée créée le 13 février 2005. Elle appartient au groupe Tunimedia SARL propriété du Tunisien Larbi Nasra.

26 Nessma TV est lancée le 16 mars 2007. C’est la deuxième chaîne généraliste privée. Elle couvre le Grand Maghreb regroupant l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie. Elle appartient aux groupes Quinta Communications de Tarak Ben Ammar, Mediaset de Silvio Berlusconi et au groupe publicitaire tunisien Karoui & Karoui World.

27 Un post est une information individuelle publiée sur le Web participatif (blog, réseau social). Il peut être composé de texte, de photos, de liens externes, ou de tout autre élément que l’on peut inclure dans une page Web. Les internautes peuvent commenter le post grâce à un lien présent sur celui-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fatma Ben Saad-Dusseaut, « La Tunisie aux urnes. Le rôle des réseaux sociaux dans la transformation post-dictature », Communication et organisation, 47 | 2015, 254-270.

Référence électronique

Fatma Ben Saad-Dusseaut, « La Tunisie aux urnes. Le rôle des réseaux sociaux dans la transformation post-dictature », Communication et organisation [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/4985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.4985

Haut de page

Auteur

Fatma Ben Saad-Dusseaut

Fatma Ben Saad-Dusseaut est docteure en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle s’intéresse à l’évolution des pratiques médiatiques et questionne les nouvelles formes d’appropriation des TIC (notamment celles portées par le Web : réseaux sociaux, blogs, écritures numériques et médiatiques) dans leur diversité culturelle et sociale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals