Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros52DossierLa communauté : Ferdinand Tönnies...

Dossier

La communauté : Ferdinand Tönnies et la sociologie allemande

Community : Ferdinand Tönnies and German sociology
La comunidad : Ferdinand Tönnies y la sociología alemana
A comunidade: Ferdinand Tönnies e a sociologia alemã
Ingeburg Lachaussée
p. 15-23

Résumés

Ferdinand Tönnies, auteur de Communauté et société (1887), est l’un des pères-fondateurs de la sociologie allemande. Son concept de communauté est toujours actuel bien que la sociologie moderne, après 1945, l’ait écartée et se soit concentrée sur l’étude de la société. Il s’agit de réhabiliter Tönnies et son apport en montrant la portée et les limites de l’idée de communauté.

Haut de page

Texte intégral

« Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif. Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour mieux les résoudre ».
Émile Durkheim, De la Division du travail social (Durkheim, 1991 : XXXIX)

  • 1 Ferdinand Tönnies (1855-1936).

1Historiquement la sociologie commence par la distinction de la communauté et de la société et le nom qui est associé à cette nouvelle façon de voir les formes d’existence sociales possibles est Ferdinand Tönnies. Le père fondateur de la sociologie allemande, né en 1855 dans un milieu rural du Schleswig-Holstein, a assisté à la fin d’un monde et à l’émergence la société industrielle1. C’est en étudiant Hobbes à Londres, mais également en s’imprégnant des idées de Karl Marx et des anthropologues américains, principalement Morgan et Maine (Sumner Maine 1960 ; Morgan 2009), qu’il a développé sa théorie de la communauté et de la société (Tönnies 2010). L’industrialisation et la formation des « masses », les prolétaires des villes, sont les causes, sont le signe du délitement des structures sociales traditionnelles et l’avènement d’une nouvelle ère sociale. La sociologie commence avec « la question sociale ».

2Pour Tönnies, comme pour son contemporain français Emile Durkheim, il s’agit de saisir une réalité sociale nouvelle, non seulement par la délimitation d’un domaine de recherche inédit mais aussi en vue d’une action possible sur cette réalité. Cette vocation politique a accompagné la sociologie jusqu’à nos jours. Tönnies a le mérite d’avoir vu l’enjeu sémantique dans la formation des groupes sociaux et d’avoir traité avec le plus grand soin les distinctions. Grâce à sa formation de philologue, il comprend à quel point la science est d’abord un langage. Ainsi la distinction entre communauté et société est née : l’expression de deux types de rapports sociaux.

  • 2 « Du Contrat social » (1872) de Jean Jacques Rousseau en sera la version purement politique tandis (...)

3Toute vie sociale commence par la communauté, dont le sens premier est l’acceptation d’une personne par le groupe. On peut supposer que Tönnies transpose l’état de nature, au sens de Rousseau, à la sociologie de la modernité. Autrement dit, il faut un commencement positif et affirmatif, une unité originaire solide pour penser l’existence sociale des hommes. À la communauté s’oppose la société, une sphère où les êtres humains sont étrangers les uns aux autres et où ils ne cherchent que des liens contractuels en vue d’une finalité. L’originalité de Ferdinand Tönnies est d’avoir établi un lien entre la pensée politique moderne fondée sur l’idée de contrat2 – il admirait l’œuvre de Jean Jacques Rousseau – et la réflexion sur l’anthropologie. Mais contrairement à philosophie politique de Hobbes, selon lequel l’homme est contraint d’accepter le contrat social pour mettre fin à la guerre permanente entre les hommes – en raison de leur égalité naturelle –, il affirme : au début était l’amour et le partage, c’est-à-dire la communauté qui, simplement, accepte (bejahen) ses membres.

4Il serait tentant d’associer des sentiments moraux à la thèse de Tönnies. Mais il n’est pas un moraliste. Il veut être d’abord théoricien du social, un rationaliste qui cherche à relier le biologisme du XIXe siècle et le rationalisme. Certes la communauté évoque davantage la chaleur humaine et la société le libéralisme froid et le règne du pur intérêt, mais les deux concepts sont des schémas de la pensée. Et même si l’engagement de Tönnies pour le mouvement ouvrier allemand et son adhésion tardive au SPD en 1930 font de lui un sociologue engagé, les concepts communauté et société sont des faits sociologiques, des « concepts fondamentaux de la sociologie pure », comme l’indique le sous-titre de son ouvrage. Ils sont des « Normalbegriffe », des concepts-normes, appellation qu’on retrouve plus tard dans l’idée « d’idéal-type » dans l’œuvre de Max Weber. Dans la réalité sociale concrète, ces formes pures n’existent pas. On y trouve des mélanges de ces deux types d’association sociale.

Le concept de communauté

  • 3 Nous évoquerons ultérieurement l’ouvrage de Helmuth Plessner, Les limites de la communauté (1924) q (...)

5Au début est la communauté. Tel est le crédo de Tönnies. – Tout être humain naît dans une famille, sur un sol et dans une communauté. Les liens de sang, le rapport à un territoire et l’entourage constituent le cadre du début de toute vie humaine. On ne choisit donc pas sa communauté. La communauté est une donnée sociale immédiate. Elle est un organisme social vivant qui implique l’égalité de ses membres tel un corps dont les différentes parties contribuent au maintien de l’ensemble. Ce communisme originaire est corrélé à des qualités humaines, la concorde, l’entente, la sympathie et l’amitié. Pour réaliser cette communauté, le soin porté au langage est essentiel. Ici, comme ailleurs, Tönnies, le philologue et lecteur de Nietzsche, sait que l’homme est avant tout un être de langage. L’entente dans la communauté résulte de l’acceptation de la place de chaque membre, a priori, dans un groupe de petite taille, comme la famille, le voisinage, le petit village. Le grand nombre – la grande ville, l’État – est associé à la « société » qui est fondée sur les relations contractuelles entre individus isolés. Puisque la taille du groupe joue un rôle important, il faut se poser la question de la limite de la communauté3.

  • 4 Ferdinand Tönnies, Communauté et société, Paris, 2010 (1887), trad. par S. Mesure et N. Bond, p. 26 (...)

6La hiérarchie, l’acceptation de l’ordre font de la communauté un lieu où règne la stabilité au prix de la soumission à l’ordre établi. Mais l’autorité que la figure du père incarne n’est pas une domination aveugle. Elle est solidaire et aimante. Tönnies écrit : « La vie communautaire est possession et jouissance mutuelles, en même temps que possession et jouissance des biens communs4. » Dans la communauté l’être humain est avant tout considéré comme une personne digne avant d’être un simple individu qui a des droits. Les liens communautaires peuvent se prolonger au-delà du cercle familial sous la forme de l’amitié telle qu’elle est décrite dans l’idéal platonicien de l’entente intellectuelle entre esprits philosophiques. Avoir le même but, « regarder dans la même direction » est la condition d’existence de ce type de communauté.

  • 5 « La volonté et l’entendement sont une seule et même chose ».

7Le concept de communauté – comme celui de société – est relié à l’anthropologie. Il repose sur une forme de volonté particulière que Tönnies appelle « Wesenwille » (volonté essentielle ou organique). Cette volonté désigne une énergie première en l’homme, indissociable de sa nature, une force qui le pousse à accomplir des actes. Dans sa conception de la volonté, Tönnies se réfère certes à Schopenhauer (Schopenhauer 2014), mais surtout à Spinoza qu’il cite à maintes reprises. « Voluntas atque intellectus unum et idem sunt5. » (Tönnies : 91) Fondamentalement, toute volonté est force vitale et intellectuelle. Il serait erroné de la réduire à un phénomène psychologique. Bien au contraire, pour Tönnies, dans les corps sociaux la rationalité et vie sont réunies.

  • 6 Cf. H. S. Maine, op. cit., La distinction de « statut » et du « contrat » a été reprise par Tönnies (...)
  • 7 Ferdinand Tönnies, op. cit., p. XXXV.
  • 8 Il serait intéressant d’établir un lien avec Freud et les thèses de la psychanalyse, notamment sur (...)

8Un trait caractéristique de la « communauté » est son lien avec « la société ». Tandis que la communauté relie l’homme à son passé, au lieu d’où il vient, donc à son histoire, la société désigne l’avenir. Tönnies souscrit à une conception hégélienne de l’histoire dans laquelle l’esprit objectif se réalise. Toute communauté tend vers la société. Elle est dépassée par la société. Mais, à divers degrés, d’autres communautés se formeront. Dans cette dialectique de la communauté et de la société il est important de souligner la complémentarité des deux. La société incarne le progrès et l’ouverture. En revanche, la communauté représente la stabilité et le passé. La société est produite par la volonté réfléchie (Kürwille), fondée sur le consentement mutuel de ses membres6. À la suite du Léviathan de Hobbes, Tönnies qualifie la société de « fiction » et l’individu comme une invention. À ce propos, il écrit dans la préface de la première édition : … « il n’y a pas d’individualisme dans l’histoire et la culture qui ne soit issu de la communauté et conditionné par elle ; il n’y a pas d’individualisme autre que celui qui produit et soutient la société7. » Tönnies pense que l’homme est fondamentalement un être social, mais la sociabilité a deux racines, l’une – la communauté – est immuable, et l’autre – la société – amovible8.

9Pour Tönnies la forme la plus élaborée de la communauté est ce que nous appelons aujourd’hui État social. « l’État capitaliste » sans la solidarité avec les plus faibles relève de la « société ». Tönnies imagine aussi – à la suite de Kant – un gouvernement mondial qui sera à même de régler les conflits entre les pays.

Les dérives de la communauté

  • 9 Plus précisément après la troisième édition, en 1911.

10Communauté et société n’a connu un véritable succès qu’au début du XXe siècle9.

  • 10 La traduction française paraîtra en 2018.

11Mais c’est d’un œil critique et méfiant que Tönnies constate la récupération de l’idée de communauté par des groupements politiques et des mouvements de la jeunesse allemande. Citons le plus connu, le « Wandervogel » (l’oiseau migrateur) qui prône un retour à des formes de vie proche de la nature et la vie communautaire. C’est un petit ouvrage, écrit par le jeune Helmuth Plessner en 1924, qui examine les dérives de la communauté. « Les limites de la communauté » est une analyse du radicalisme social qui se transforme en piège pour les membres en quête d’authenticité et de pureté (Plessner 2001)10. Son analyse pertinente met l’accent sur les dangers inhérents à l’idée de communauté quand elle est synonyme de repli et de fermeture. L’auteur prend la défense de la « société ». La distance bien réglée entre les individus devient alors une vertu, « l’hygiène du tact ». Elle est, selon lui, nécessaire à la sociabilité parce qu’elle contribue à sauvegarder l’intimité des personnes, la sphère privée. Quand Tönnies écrit : « On entre dans la société comme en terre étrangère », il valorise indirectement la communauté par rapport à l’espace public où la prudence et la méfiance sont de mise (Tönnies 2010 : 6). L’homme s’expose et doit adopter des comportements propres à déjouer des attaques qui pourraient l’atteindre en son for intérieur. Pour Plessner, le masque est essentiel à qui s’avance sur le terrain de la société. Tönnies et Plessner sont d’accord sur ce point : Le culte de la communauté dénature la communauté et affaiblit la société dans sa vocation critique.

La sociologie allemande après Ferdinand Tönnies

12Décrire la place de Ferdinand Tönnies dans le paysage intellectuel allemand et le cheminement du concept de communauté ne peut se faire, dans le cadre de cet article, que dans les grands traits, avec quelques points de repère.

13L’idéal de Ferdinand Tönnies est la communauté ou les formes de vie communautaire. Or il connaît la difficulté et les limites de la réalisation de celle-ci. Loin de lui, toute rêverie sociale, l’idée du retour à un âge d’or perdu. Le rationaliste Tönnies a une vision pertinente de l’homme moderne. Il connaît le prix à payer pour cette modernité, à savoir résister aux illusions, à l’obscurantisme que le capitalisme a produit. Il pense que le socialisme est l’avenir de l’humanité. Malgré le fait que Tönnies lui-même ait toujours été lié à la gauche allemande, l’idéologie nazie a empêché la juste appréciation de son œuvre. Comme pour l’œuvre de Nietzsche, les détenteurs du pouvoir se sont servis du thème de la communauté. La communauté de destin, la communauté de sang et de race sont des marqueurs d’une politique qui visait à exclure tout ce qui était étranger au supposé caractère allemand.

14On peut comprendre aisément pourquoi la sociologie allemande s’est détournée de la communauté après 1945. Le poids de l’expérience nazie a fait que la communauté était marquée à jamais du sceau du totalitarisme. Par un mouvement de balancier, « la société » occupa le devant de la scène. En cela, l’histoire suit ce que Tönnies, et avant lui Alexis de Tocqueville, avait prédit : l’évolution de la société moderne suit le chemin de l’individualisation, donc de l’émancipation de l’individu des liens organiques, liens qui le relient à sa communauté. La communauté a été ainsi discréditée et sacrifiée sur l’autel de la modernité qui cherchait à faire table rase de tous les souvenirs encombrants. Et la communauté en faisait partie.

15Parmi les trois grands sociologues de la première heure – Ferdinand Tönnies, Georg Simmel et Max Weber – seul Max Weber a connu une grande notoriété après sa mort. Or, il faut bien le reconnaître, ses concepts de « Vergemeinschaftung » (communalisation) et « Vergesellschaftung » (sociation) font directement écho à la théorie de Tönnies. Mais la dimension herméneutique de la « sociologie compréhensive » de Weber et la question du sens font de Weber un auteur « plus moderne » porté par l’intérêt de toute une génération pour la philosophie du langage.

16Après 1945, la sociologie de Ferdinand Tönnies tombe dans l’oubli. D’un côté, on la qualifie de nostalgique et réduit la communauté à un havre de paix et à un romantisme social. D’un autre côté, la philosophie et les sciences sociales allemandes se tournent vers l’anthropologie philosophique. Il n’est pas difficile de comprendre, que, dans l’Allemagne meurtrie de l’après-guerre la science participe de la reconstruction et de l’affirmation de la démocratie libérale. La sortie de crise ne pouvait se faire par la constitution d’un nouvel espace public. La figure de proue de ce mouvement, le philosophe Jürgen Habermas, définit la restructuration de l’espace public par les concepts d’« éthique de la discussion » et de « patriotisme constitutionnel ». Habermas cherche à civiliser la sphère publique par la communication et la controverse argumentée entre les citoyens. De ce fait, l’idée de « communauté » est écartée du débat et reléguée du côté de l’idéalisme.

17C’est seulement dans les années 90, sous l’influence des communautariens américains (Michael Sandel, Charles Taylor) que l’intérêt pour la communauté s’éveille à nouveau. L’hégélien Axel Honneth qui développe une théorie de la reconnaissance, se détourne délibérément de Tönnies pour parler des communautés post-traditionnelles (Honneth 2000). Néanmoins l’idée de communauté est présente, revisitée par des raisonnements moraux, l’idée de justice et du bien commun. Ce qui est en jeu est l’État social ou l’économie sociale de marché, donc la communauté économico-politique. À travers les conflits de la reconnaissance – en termes tönniesiens : le fait d’être accepté dans la communauté – la société capitaliste affiche ses faiblesses ce qui revient à admettre que toute société doit affronter les questions de partage et de solidarité. La campagne électorale avant les élections législatives allemandes de 2013 avait comme thème principal le « collectif », le « nous ». Ces choix sémantiques montrent que c’est là où le bât blesse.

  • 11 C’est avec la philosophie de Hegel que la notion de « société civile » a été introduite et est deve (...)

18À l’heure où, en France, on combat le communautarisme, les politiques allemands mettent en garde contre les « sociétés parallèles » (Parallelgesellschaften). Dans cet écart de dénomination, il est intéressant de constater que pour la République française, depuis la Révolution française, on pense que les communautés menacent l’union nationale. Tandis qu’en Allemagne, le danger semble venir des clivages de la société qui empêcheraient la cohésion de la société. Outre-Rhin on semble faire davantage confiance aux forces vives de la société11. En France, le politique doit assurer la cohésion de la communauté nationale. En Allemagne, de par son histoire, le refus de la communauté dans sa version traditionnelle a ainsi contribué à réactiver les valeurs communautaires au sein de la société.

L’énigme de la communauté

19La communauté – nous l’avons vu – est exposée à des dangers. Elle peut se transformer en un absolu et se refermer sur elle-même. C’est le cas quand elle s’autonomise en dehors du champ sociétal. Un petit texte de Franz Kafka qui date de 1909 est un témoignage littéraire qui illustre cette tendance. Qu’il nous soit permis d’intégrer cette excursion littéraire dans le raisonnement sociologique. Avec Kafka nous sommes apparemment aux antipodes de la sociologie de Tönnies. Voici ce que Kafka écrit :

Nous sommes cinq amis, un jour nous sommes sortis d’une maison l’un derrière l’autre, d’abord le premier est venu et s’est mis près de la porte, puis le second est venu ou plutôt a glissé par la porte cochère aussi légèrement que glisse une boule de mercure, et il s’est mis pas loin du premier, puis le troisième, puis le quatrième, puis le cinquième. À la fin nous formions une seule rangée. Les gens nous ont remarqués, nous ont pointés du doigt, et ils ont dit : ces cinq-là sont sortis de cette maison. Depuis nous vivons ensemble, ce serait une vie tranquille s’il n’y avait pas toujours un sixième qui ne cessait de se mêler à nous. Il ne nous fait rien, mais il nous gêne, c’est suffisant ; pourquoi est-ce qu’il s’incruste alors qu’on ne veut pas de lui ? Nous ne le connaissons pas et nous ne voulons pas l’avoir parmi nous. C’est vrai que nous cinq on ne se connaissait pas non plus avant, et si l’on veut nous ne nous connaissons toujours pas aujourd’hui, mais ce qui est possible à cinq et ce qui est toléré n’est pas possible avec ce sixième et n’est pas toléré. En plus nous sommes cinq et nous ne voulons pas être six. Et puis quel sens peut donc avoir cette vie commune à longueur de journée, à cinq elle n’a déjà pas de sens, mais comme maintenant nous sommes ensemble nous restons ensemble, et ne voulons pas d’une nouvelle association, justement en raison de nos expériences. Mais comment pouvons-nous faire comprendre ça au sixième, de longues explications seraient presque perçues comme une admission dans notre groupe, nous préférons ne rien expliquer en ne l’intégrant pas. Il peut faire la moue autant qu’il veut, nous le repoussons du coude, mais nous pouvons le repousser autant que nous voulons, il revient. (Kafka 2014)

20Kafka décrit à merveille le processus qui détourne la communauté de son essence et fait d’elle un ensemble vide, fermé hermétiquement aux intrus. C’est du vide qui se maintient en s’appuyant sur le vide, une sorte de mise en abîme du vide. En même temps, on peut se demander si ce texte tragi-comique ne nous livre pas des traits essentiels des communautés. Plusieurs constats s’imposent. L’origine de la communauté est un mythe, autrement dit une narration qui fait sens pour un groupe humain déterminé en excluant les autres, les étrangers. Cette communauté est un non-lieu, une « utopie », qui rend la communauté intemporelle. Il n’y a ni début, ni fin. Et enfin, toute communauté, pour exister, exerce la violence sur les autres, mais aussi sur ses propres membres. Kafka montre la face sombre de la communauté, le mécanisme implacable de sa cohésion. Même si Tönnies n’a jamais décrit la communauté en ces termes, pour lui aussi, la communauté se défend, elle aspire à exister, coûte que coûte.

Les exigences de la communauté

  • 12 (trad. de l’allemand par Pierre Osmo).

21Compte tenu des enseignements de Tönnies, mais aussi au-delà de sa théorie sociologique nous pouvons dire que bien que, d’un point de vue anthropologique, la communauté soit prépondérante pour l’homme, il y a un devoir de société. La communauté génère l’ambivalence quand elle est mise au service d’une cause aliénante. Tönnies lui-même, en publiant un important volume sur la question de l’espace public, Critique de l’opinion publique (Tönnies 2012 : 192), comprend l’opinion publique comme religion des temps modernes12. Mais son optimisme social lui interdit d’imaginer l’arrêt de l’histoire. Les communautés évoluent, elles sont vouées à se transformer, à disparaître, mais d’autres surgiront. Avec clairvoyance il prédit (en 1887) l’émancipation des femmes, leur sortie de la communauté et leur intégration dans la société. C’est le sens de l’histoire et du progrès de l’humanité.

  • 13 (1939) (p. 66, trad. par nous-mêmes).

22Contrairement à ce que les critiques de Tönnies prétendent, la communauté n’est pas la voie de la facilité. Elle exige de ses membres une volonté et un engagement. Dietrich Bonhoeffer, théologien allemand et victime du régime nazi, a exprimé cette exigence ainsi : « Qui ne peut être seul, doit se méfier de la communauté13 » (Bonhoeffer 2014). Cela vaut également pour la communauté tönniesienne. L’intégrité humaine doit être garantie.

23À l’heure actuelle, les sociétés différenciées, nous renvoient au problème de la communauté. La société, libérale dans son essence, ne se suffit pas à elle-même. Communauté et société n’a rien perdu de son actualité car les concepts tönniesiens aident à reformuler la question du lien social et de la cohésion. L’esprit critique moderne, malgré son goût pour la liberté et l’indépendance, a aussi besoin de la communauté, non pas comme un simple supplément d’âme, mais comme ancrage dans l’existence. Ferdinand Tönnies a compris l’importance de la Lebenswelt, le cadre de vie, le monde premier qui fait sens pour le développement de la personne et qui conditionne aussi la société. Mais ce qu’il faut avant tout retenir de sa sociologie c’est que toute organisation sociale existe par la volonté de ses membres.

Haut de page

Bibliographie

BONHOEFFER Dietrich, 2014, Gemeinsames Leben, Gütersloh (1939) (p. 66, trad. par nous-mêmes).

DURKHEIM Émile, 1991, De la division du travail social, préface de la première édition, Paris (1893), p. XXXIX.

FERDINAND Tönnies, 2012, Critique de l’opinion publique, Paris (1922).

HONNETH Axel, 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris.

KAFKA Franz, 2014, Je combats, Paris.

PLESSNER Helmuth, 2001, Grenzen der Gemeinschaft, Francfort (1924).

SCHOPENHAUER Arthur, 2014, Le monde comme volonté et représentation, Paris (1818).

SUMNER MAINE Henry, 2009, Ancient Law, London, 1960 (1861) ; Lewis H. MORGAN, Ancient society (1877).

TÖNNIES Ferdinand, 2010, Communauté et société, Paris (1887).

— 2012, Critique de l’opinion publique, Paris : 192 (première publication 1922).

Haut de page

Notes

1 Ferdinand Tönnies (1855-1936).

2 « Du Contrat social » (1872) de Jean Jacques Rousseau en sera la version purement politique tandis que Hobbes donne une assise plus large à son ouvrage, assise anthropologique et linguistique.

3 Nous évoquerons ultérieurement l’ouvrage de Helmuth Plessner, Les limites de la communauté (1924) qui examine la délimitation de la communauté.

4 Ferdinand Tönnies, Communauté et société, Paris, 2010 (1887), trad. par S. Mesure et N. Bond, p. 26 (mots en italiques dans le texte original).

5 « La volonté et l’entendement sont une seule et même chose ».

6 Cf. H. S. Maine, op. cit., La distinction de « statut » et du « contrat » a été reprise par Tönnies dans le binôme communauté et société.

7 Ferdinand Tönnies, op. cit., p. XXXV.

8 Il serait intéressant d’établir un lien avec Freud et les thèses de la psychanalyse, notamment sur le point de la sublimation.

9 Plus précisément après la troisième édition, en 1911.

10 La traduction française paraîtra en 2018.

11 C’est avec la philosophie de Hegel que la notion de « société civile » a été introduite et est devenue une constante dans le débat intellectuel.

12 (trad. de l’allemand par Pierre Osmo).

13 (1939) (p. 66, trad. par nous-mêmes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ingeburg Lachaussée, « La communauté : Ferdinand Tönnies et la sociologie allemande »Communication et organisation, 52 | 2017, 15-23.

Référence électronique

Ingeburg Lachaussée, « La communauté : Ferdinand Tönnies et la sociologie allemande »Communication et organisation [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/5619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.5619

Haut de page

Auteur

Ingeburg Lachaussée

Ingeburg Lachaussée (CEVIPOF) est Professeure agrégée d’allemand en classes préparatoires à Paris, docteure en Études germaniques et traductrice (Karl Jaspers, Helmuth Plessner). Auteure d’une thèse : « Georg Simmel : de l’argent à la philosophie » ; ingeburg_lachaussee@msn.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search