Navigation – Plan du site
Dossier

La paix au pied du mur : quand Bogotá devient artiviste

The writing of peace is on the wall: when the city of Bogota becomes artivist
La paz como última opcion: cuando Bogotá se convierte en artivista
Quando a paz é a unica opção: quando Bogotá se torna artivista
Oscar Motta Ramirez
p. 99-112

Résumés

52 années de guerre civile ont ravagé la Colombie. Alors qu’un accord de paix venait d’être signé entre la guérilla des FARC et le gouvernement après plusieurs années de négociations, la population colombienne a pourtant rejeté par referendum cette ratification, plongeant le pays dans l’incertitude absolue. Seules 60 000 voix ont fait l’écart. Tous les Colombiens ne se sont pas forcément sentis entendus ou représentés dans cette victoire du non. Aussi des communautés citoyennes (anonymes, cercles d’amis, voisins, quartiers entiers) se sont spontanément mobilisées afin de renouveler les formes d’intervention en faveur du processus de paix, par le biais de pratiques artistiques. Cet article vise dans un premier temps, à mettre en exergue les arts urbains qui se sont révélés être, dans ce contexte de clivage politique et social fort, un nouveau moyen d’expression. Il cherche également à analyser la manière dont la communauté, et tout particulièrement celle de Bogotá, s’est mobilisée et organisée pour proposer un réinvestissement créatif et esthétique de la contestation. Enfin il souhaite montrer comment les messages artivistes de la communauté sont devenus performatifs, créant de nouveaux espaces de socialisation et d’éducation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Quand la communauté colombienne se saisit du processus de paix
Contexte général du conflit armé et du processus de paix
Détracteurs et frondeurs qui opacifient le processus de paix
Les arts au-delà des mots
La recherche du commun par le biais du street art
Le street art à Bogotá : de l’idée politique à la légifération
La participation des habitants, un nouvel enjeu démocratique
La participation des habitants, un travail de mémoire
L’artivisme ou l’art de la communauté devenue militante
De l’artiste militant à l’artivisme communautaire
L’artivisme communautaire comme espace d’éducation
De l’artivisme communautaire à l’institutionnalisation sociale
Conclusion

Aperçu du début du texte

Quando a paz é a unica opção: quando Bogotá se torna artivista

Introduction

« La paix commence à être plus qu’un rêve, elle est plus proche que jamais » (Santos 2015). L’allocution vibrante du Président Santos, au soir de Noël 2015, ne laissait entrevoir un doute. Les négociations de paix menées de façon bilatérale depuis des années permettaient enfin d’envisager fermement un retour à la paix en Colombie après 52 années d’affrontements. Le gouvernement en place, la scène politique nationale, les FARC-EP, la communauté internationale, les leaders d’opinion, autant d’acteurs impliqués pour encourager un dialogue commun qui allait enfin aboutir durablement. Quelques mois plus tard, à la surprise générale, les Colombiens ont pourtant rejeté par référendum l’accord signé entre le gouvernement et la guérilla, plongeant la Colombie dans l’incertitude absolue. Dans ce contexte controversé, des communautés de citoyens se sont spontanément constituées à travers tout le pays pour valoriser ce pr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oscar Motta Ramirez, « La paix au pied du mur : quand Bogotá devient artiviste », Communication et organisation, 52 | 2017, 99-112.

Référence électronique

Oscar Motta Ramirez, « La paix au pied du mur : quand Bogotá devient artiviste », Communication et organisation [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/5688 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.5688

Haut de page

Auteur

Oscar Motta Ramirez

Oscar Motta est doctorant en Histoire de l’art auprès de l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Rattaché au laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités - EA 3002), sous la direction du Professeur Sabine Forero-Mendoza, il articule ses travaux de recherche autour de plusieurs axes de travail : les processus de création au travers des pratiques artistiques et culturelles, l’artivisme, la médiation culturelle, les territoires et liens sociaux ainsi que les nouveaux publics. Laboratoire ITEM, EA 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; oscarmotta@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals