Navigation – Plan du site
Analyses

Les réseaux sociaux numériques dans l’histoire du capitalisme et des transformations de la grande entreprise

Camille Imhoff 
p. 145-164

Résumés

Cet article vise à comprendre comment ladite « révolution numérique » et, plus précisément, la révolution du web social de ces toutes dernières années s’inscrit dans un contexte de transformations plus large, celles du capitalisme et de la grande entreprise. Avec les technologies relationnelles, le capitalisme contemporain se trouve dans une position paradoxale de réappropriation de la critique sociale sous le paradigme de la collaboration tout en développant de nouvelles formes d’aliénation et d’exploitation du social.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le néocapitalisme et les transformations de la grande entreprise
Le capitalisme dans l’histoire ou l’histoire du capitalisme ?
L’idéologie néocapitaliste ou le nouvel esprit du capitalisme : la forme « réseau »
Le néocapitalisme et les formes d’exploitation d’un capital immatériel
Le néocapitalisme et les formes d’aliénation ou de rationalisation de la subjectivité
Les réseaux numériques et le capitalisme contemporain
Le déplacement de l’idéologie du capitalisme en réseau : de la critique artiste à la critique sociale
De nouvelles logiques d’exploitation dans l’entreprise numérisée : socialisation et invisibilisation de la production
De nouvelles formes d’aliénation dans l’entreprise numérisée : rationalisation des compétences relationnelles et stratégie relationnelle
Vers un renouveau de la critique sociale : une approche compréhensive de la technologie comme pensée de la transformation sociale
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Après l’explosion des réseaux sociaux grand public, les grandes entreprises sont elles-mêmes impactées par les réseaux sociaux numériques internes depuis la fin des années 2000. Dans la communication d’entreprise et la rhétorique managériale, il s’agirait d’un décloisonnement et d’une remise en cause forcée des structures hiérarchiques. En effet, avec les réseaux sociaux d’entreprise, les grandes entreprises n’adoptent pas seulement un ensemble de technologies, mais l’idéologie ou l’esprit qui les accompagne, celui d’une ouverture de l’information, d’une plus grande horizontalité des relations, d’une répartition du pouvoir. L’expression « révolution numérique » est devenue courante, d’abord dans la société et de plus en plus dans l’entreprise pour désigner une rupture avec le fonctionnement traditionnel des organisations. Assiste-t-on pour autant, comme nombre le prétendent ou y aspirent, à une forme de démocratisation des organisations qui permettrait de briser les barr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Imhoff , « Les réseaux sociaux numériques dans l’histoire du capitalisme et des transformations de la grande entreprise », Communication et organisation, 52 | 2017, 145-164.

Référence électronique

Camille Imhoff , « Les réseaux sociaux numériques dans l’histoire du capitalisme et des transformations de la grande entreprise », Communication et organisation [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/5734 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.5734

Haut de page

Auteur

Camille Imhoff 

Camille Imhoff est doctorante contractuelle en codirection au laboratoire DICEN-IDF au Cnam et au laboratoire SOPHIAPOL à l’Université Paris-Nanterre en Sciences de l’information et de la communication ; Philosophie ; 8 rue de Prague, Escalier A. 75012 Paris ; camille.imhoff@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals