Navigation – Plan du site
Dossier

Paradoxes de la communication numérique de recrutement, le cas des banques entre marque employeur et isomorphisme numérique

Paradoxes in digital recruitment communication, the cases of banks, between employer brand and digital isomorphism
Daniel Pélissier
p. 39-51

Résumés

La communication numérique de recrutement des banques est un construit orienté, notamment par l’usage de la marque employeur et de l’isomorphisme numérique. Cette recherche montre comment de jeunes diplômés, cibles privilégiées de ces messages, reçoivent les données consultées sur l’internet. Le cas de la BNP Paribas est étudié à travers des discours individuels recueillis au cours d’entretiens d’autoconfrontation. Les résultats montrent les paradoxes du transfert du concept marketing de marque employeur au recrutement. Par ailleurs, ils soulignent les limites de l’isomorphisme numérique. La position externaliste du chercheur est enfin questionnée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les logiques structurantes de la communication numérique de recrutement des banques, marque et isomorphisme
Mise en situation et autoconfrontation
Réception de la communication numérique de recrutement et représentations sociales
L’influence de la taille de l’organisation sur la construction de sens
Le rejet de Facebook comme dispositif de recrutement
Paradoxes d’un transfert, une critique du marketing appliqué au recrutement
Paradoxes de l’isomorphisme numérique, les usages sociaux des dispositifs
Enjeux et limites de l’approche externaliste de la communication organisationnelle

Aperçu du début du texte

Introduction

Le recrutement dans le secteur bancaire ne connait pas la crise et la FBF (Fédération Bancaire Française) annonce un volume croissant des besoins pour ce secteur centré plus particulièrement sur les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur niveau Bac + 4/5 qui représentent 54,4 % des recrutements en 2016 (FBF 2017). La communication de recrutement des banques est structurée, pour les plus grandes d’entre elles, par le concept de marque employeur (Larroche 2015). Promesse faite aux candidats d’une offre d’emploi unique et discours institutionnalisé de recrutement (Yao 2013), cette notion contribue à affirmer dans les supports de communication une identité qui serait singulière. La marque employeur a émergé avant la diffusion des technologies de l’internet (Ambler et Barrow 1996). Les sites internet institutionnels des banques ont ensuite accueilli et amplifié ces discours. La nouveauté porte plutôt sur son transfert à d’autres dispositifs comme les réseaux socionumériq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Pélissier, « Paradoxes de la communication numérique de recrutement, le cas des banques entre marque employeur et isomorphisme numérique », Communication et organisation, 53 | 2018, 39-51.

Référence électronique

Daniel Pélissier, « Paradoxes de la communication numérique de recrutement, le cas des banques entre marque employeur et isomorphisme numérique », Communication et organisation [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/5993 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.5993

Haut de page

Auteur

Daniel Pélissier

Daniel Pélissier a soutenu une thèse en Sciences de l’Information et de la Communication sur les paradoxes communicationnels du recrutement sous la direction de Martine Corral-Regourd et Robert Boure. Il est rattaché au laboratoire IDETCOM, université Toulouse 1 Capitole ; daniel2.pelissier@ut-capitole.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals