Navigation – Plan du site
Recensions

Emma A. JANE, Misogyny Online : A Short (and Brutish) History

Thousand Oaks. London : SAGE Publications Ltd., 2017, x-142 p.
Delphine Dupré
p. 239-240
Référence(s) :

Emma A. Jane, Misogyny Online : A Short (and Brutish) History. Thousand Oaks. London : SAGE Publications Ltd., 2017, x-142 p.

Texte intégral

1Emma A. Jane est une ancienne journaliste. Lors du passage de la presse papier à l’édition numérique, l’auteure a commencé à recevoir de nombreux mails insultants de la part de lecteurs anonymes. Ces messages électroniques injurieux, qui lui étaient autrefois adressés occasionnellement par courrier, l’ont surprise par leur nombre et par l’intensité de leurs propos.

2Ces expériences l’ont fortement marquée et l’ont conduite à entreprendre une thèse sur ce qu’elle qualifie de « cyber haine genrée ». « Genrée » car ce phénomène ne touche pas les femmes et les hommes de la même manière. Alors que le caractère vexatoire des messages reçus par ses confrères journalistes réside dans la mise en doute de leur masculinité, ses collègues féminines sont réduites à de simples objets sexuels dans des mails d’une violence inouïe.

3Selon l’auteure, Internet est un environnement particulièrement hostile aux femmes. Contrairement à ce qu’affirmaient les fondateurs du réseau des réseaux, le web est loin d’être ouvert et inclusif « par essence ». L’usage de propos violents réduisant les femmes à leurs seuls attributs sexuels s’est largement répandu et banalisé. Emma Jane remarque que la rhétorique sexuelle employée par les agresseurs s’avère extrêmement codifiée et standardisée et donne l’impression que tous les messages haineux sont destinés à la même personne.

4La cyber haine genrée ne se réduit pas à des messages violents. Les victimes peuvent recevoir des photos, des vidéos, des menaces de viol ou de mort. Enfin, l’auteure relativise le caractère « numérique » de ce type de persécution. En effet, le cyber harcèlement genré commence sur le web puis se prolonge en présentiel et provoque des conséquences bien réelles telles que l’obligation de déménager pour échapper aux potentielles agressions physiques.

5Pour illustrer son propos, l’auteure cite les cas emblématiques d’Anita Sarkeesian, vidéo bloggeuse féministe et critique de jeux vidéos et Zoe Quinn, conceptrice de jeux vidéos. Le harcèlement subi par ces deux personnalités publiques, dont le seul tort est d’avoir revendiqué leur place au sein d’une chasse gardée masculine (le secteur du jeu vidéo), a fortement perturbé leur vie personnelle et entaché leur réputation professionnelle.

6Selon l’auteure, certains concepts, tels que « trolling », « actes hostiles », « harcèlement » etc. employés dans la littérature scientifique pour qualifier la cyber violence constituent des euphémismes et ne permettent pas de saisir l’ampleur de la violence réellement à l’œuvre. Elle dénonce également la minimisation de ce phénomène par ses collègues universitaires masculins, ces derniers lui conseillant, non pas de tirer la sonnette d’alarme mais de « s’endurcir » face aux insultes misogynes. « S’endurcir », « désactiver son compte » ou « cesser de s’exprimer sur le web » constituent les réponses que les plaignantes ont l’habitude d’entendre. Or, elles s’inscrivent dans la tendance à la responsabilisation de la victime. Loin d’endiguer le problème, ces méthodes légitiment implicitement les agresseurs.

7De plus, ces situations perdurent dans la plus grande impunité en raison de l’absence de régulations et de sanctions institutionnelles. L’auteure cite l’exemple d’une victime souhaitant déposer plainte pour harcèlement sur les réseaux sociaux et à laquelle un policier aurait répondu « Twitter, c’est quoi ? ». Enfin, l’auteure pointe la faiblesse de l’engagement des principales plateformes de réseaux sociaux dans la lutte contre la violence numérique genrée.

8Pour conclure, Misogyny online est un ouvrage enrichissant et fort bien illustré qui intéressera le grand public ainsi que les chercheurs souhaitant mieux comprendre un phénomène très médiatique mais peu étudié dans la littérature académique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Dupré, « Emma A. JANE, Misogyny Online : A Short (and Brutish) History », Communication et organisation, 53 | 2018, 239-240.

Référence électronique

Delphine Dupré, « Emma A. JANE, Misogyny Online : A Short (and Brutish) History », Communication et organisation [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6464

Haut de page

Auteur

Delphine Dupré

Delphine Dupré est doctorante contractuelle au sein du laboratoire MICA (EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse porte sur les incivilités par messagerie électronique et s’inscrit dans le cadre du projet régional Civilinum coordonné par Valérie Carayol et Aurélie Laborde.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals