Navigation – Plan du site
Recensions

France AUBIN et Julien RUEFF, Perspectives critiques en communication : contextes, théories et recherches empiriques

Québec : Presses de l’Université du Québec, 2016, xiv-324.
Claire d’Hennezel
p. 241-242

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui ne se destine pas aux spécialistes, vise à réunir un ensemble de contributions sur les théories critiques et leur lien avec la communication.

2L’intérêt principal de cet ouvrage est son caractère pédagogique. Dans chaque chapitre, le lecteur trouvera une définition des concepts présents dans les œuvres évoquées ainsi qu’une mise en perspective des recherches exposées dans l’histoire des idées et dans leur école de pensée en particulier. La conclusion des chapitres est souvent centrée sur les éléments mobilisables pour une recherche en communication.

3L’ouvrage s’articule en trois grandes parties : l’économie politique, l’idéologie et la culture et les théories féministes.

4La première partie, en quatre chapitres, vise à définir le terme « critique » en s’appuyant sur la pensée de Kant, Horkheimer et Foucault. Débutant sur la présentation des éléments les plus pertinents du kantisme pour penser les phénomènes communicationnels et la communication comme discipline, cette section se prolonge par l’analyse de la philosophie sociale et notamment la manière dont le projet hégélien s’actualise dans les recherches de Max Horkheimer, figure centrale de la première génération de l’École de Francfort. Elle se termine par l’analyse des contributions de la critique Foucaldienne aux études en communication.

5La deuxième partie porte sur les premiers auteurs de l’École de Francfort et leurs réflexions sur l’industrie culturelle. Elle présente les développements théoriques de Jünger Habermas sur l’espace public, l’agir communicationnel et la théorie discursive de la morale. On appréciera ici le souci pédagogique de France Aubin, l’auteure de ce chapitre sur Habermas, qui a détaillé les différentes traductions ou expressions recensées dans la littérature au sujet d’Habermas et de son œuvre. Cette seconde partie se conclut sur les travaux d’Axel Honneth sur la reconnaissance sociale, qui sont soumis au lecteur comme étant les plus riches en potentiel pour la recherche en communication.

6La troisième partie, centrée sur l’économie politique, développe dans un premier chapitre le cadre de ce paradigme : les concepts fondamentaux ainsi qu’une analyse de l’économie politique des médias en termes géographiques (Amérique du Nord, Europe et parties du monde « en développement »). Un second chapitre est consacré à la pertinence de la critique marxiste pour l’étude de la communication. Maxime Ouellet y analyse l’appropriation de la critique de l’économie politique dans le cadre de la théorie de l’industrie culturelle de la première génération de l’École de Francfort, puis dans le contexte des études pionnières de Nicholas Garnham et Dallas W. Smythe en économie politique de la communication. Il conclut par une explicitation des théories récentes du « capitalisme cognitif », du « capitalisme informationnel » et du « travail immatériel ».

7Dans un troisième chapitre, une critique des récentes transformations du capitalisme est développée, et plus particulièrement l’hypothèse du capitalisme cognitif. Dans un premier temps, Serge Proulx s’attache à délimiter les principaux concepts soutenant cette théorie, puis dans un second temps il procède à une évaluation de leur portée politique. Il illustre sa réflexion en concluant ce chapitre sur la question du travail des internautes.

8La quatrième partie de l’ouvrage, idéologie et culture, aborde les perspectives critiques présentes dans les œuvres de Marx, d’Engels, de Bourdieu et des cultural studies. Dans un premier temps, les significations du concept d’idéologie dans l’œuvre de Marx et d’Engels sont présentées. Le second chapitre propose de se pencher sur les apports et les limites de l’œuvre de Bourdieu. Le troisième chapitre analyse les dimensions critiques des cultural studies.

9La cinquième et dernière partie du livre porte sur les théories féministes. Dans une optique épistémologique, les principales contributions des féministes aux études en communication médiatique sont développées, tout en dressant un portrait de leur histoire. Le lecteur pourra prendre connaissance du contexte sociohistorique et intellectuel de ce mouvement et de quelques figures marquantes des vagues successives du féminisme en France et dans les pays anglo-saxons. Un dernier chapitre sur le féminisme poststructuraliste expose les tensions des approches critiques sur le genre et la communication.

10Le caractère distinctif, et réussi, de cet ouvrage est de proposer une synthèse des avancées théoriques et scientifiques des approches critiques en communication, sans s’écarter du souci constant de valoriser les éléments potentiels pour une recherche en communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire d’Hennezel, « France AUBIN et Julien RUEFF, Perspectives critiques en communication : contextes, théories et recherches empiriques », Communication et organisation, 53 | 2018, 241-242.

Référence électronique

Claire d’Hennezel, « France AUBIN et Julien RUEFF, Perspectives critiques en communication : contextes, théories et recherches empiriques », Communication et organisation [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6473

Haut de page

Auteur

Claire d’Hennezel

Claire D’Hennezel est docteure en sciences de l’information et de la communication et chercheure associée au laboratoire MICA (EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne. Ses travaux portent sur l’intelligence économique, la veille, la communication des organisations, l’ubérisation et l’innovation organisationnelle. Elle enseigne par ailleurs depuis de nombreuses années comme professeure certifiée en Économie Gestion.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals