Navigation – Plan du site
Dossier
Axe 1 | Montée en compétences et professionnalisation

Un nouveau marché politique du Big Data électoral ?

Toward a New Political Market in Electoral Big Data?
Anaïs Theviot
p. 41-53

Résumés

Depuis 2014, de nombreuses entreprises spécialisées en Big Data électoral se sont créées en France dans la perspective de l’élection présidentielle. Pour légitimer leurs offres, les travailleurs de la donnée ont développé des argumentaires pour justifier « scientifiquement » l’efficacité de leurs dispositifs. Cette expertise dans le champ politique leur a permis de se faire connaitre médiatiquement et de développer une offre élargie vers les organisations publiques, en transférant leurs compétences vers un nouveau marché en émergence.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Construction et légitimation de leur profession
Une phase de développement entre 2014 et 2016, favorisée par une prise de conscience des enjeux stratégiques par les cadres politiques
Se démarquer des autres professions pour élaborer son « territoire » professionnel
Justifier de l’efficacité du dispositif
Un marché du Big Data électoral trop restreint qui s’étend aux politiques publiques
Survivre dans les temps « ordinaires » de la vie politique
Accroitre sa notoriété médiatique pour développer une offre dans les organisations publiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

En campagne électorale, le recours aux Big Data est devenu incontournable. Plusieurs candidats à l’élection présidentielle française de 2017 (J.-L. Mélenchon, E. Macron, etc.) se sont appuyés sur la plateforme NationBuilder, afin notamment de cibler leur communication politique et d’orchestrer la mobilisation des sympathisants. Amorcé dès la circulaire confidentielle du 28 juin 1820 qui recommandait aux préfets de « classer chaque électeur d’après ses opinions » (Voillot 2013), le travail de ciblage est devenu plus complexe avec l’ouverture du suffrage en 1848 et s’est, au fil du temps, enrichi de nouveaux outils, tels que les sondages (Desrosières, 1993) et aujourd’hui les data.

Ce « désir de données » (Carmes et Noyer 2015) s’accompagne de la mise en avant de nouvelles expertises (data-analysts, community manager, etc.), troublant ainsi « le tableau bien ordonné » (Deloye et Ihl 2008 : 460) de la spécialisation de l’activité électorale. Depuis les travaux de J. Blumber et D. Kavana...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Theviot, « Un nouveau marché politique du Big Data électoral ? », Communication et organisation, 54 | 2018, 41-53.

Référence électronique

Anaïs Theviot, « Un nouveau marché politique du Big Data électoral ? », Communication et organisation [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6724 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.6724

Haut de page

Auteur

Anaïs Theviot

Anaïs Theviot est Maitresse de conférence rattachée à ARENES (UMR 6051) et à l’Université Catholique de l’Ouest. Elle s’intéresse au militantisme partisan en ligne. Son enquête actuelle porte sur l’usage des data par les partis politiques en France et aux États-Unis. Elle participe au projet de recherche collaborative PARCIT et coordonne le projet « réenchanter la démocratie par le numérique ? ». Fin 2018, paraitra aux Presses de Septentrion, l’ouvrage « Faire campagne sur Internet ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals