Navigation – Plan du site
Dossier
Axe 2 | Pertinence stratégique

Mes ancêtres.com : Analyse d’une politique de création d’Open Data dans le champ patrimonial. Le cas de la généalogie en France

“Mes Ancêtres.com”: analyzing the politics of setting up Open Data in the patrimonial field. The case of genealogy in France
Christophe Alcantara, Martine Regourd et Lucile Salesses
p. 55-67

Résumés

Notre travail interroge l’Open Data dans le champ culturel et patrimonial, sur un terrain spécifique, à savoir les archives départementales et municipales. Filae, figure de proue de la généalogie en ligne, exploite les informations publiques des fonds d’archives, à d’autres fins que celles de la mission de service public pour laquelle les documents ont été produits. Dans cette optique, l’Open Data bouleverse l’équilibre du monde de la généalogie dans ses relations entre archives, associations et économie marchande, et se pose donc la question de la marchandisation des fonds d’archives. L’étude d’une chaîne d’acteurs de la généalogie en France, a permis de décrire les dynamiques à l’œuvre dans le chantier ouvert de l’Open Data.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Corpus et méthode
Vers une industrialisation de la généalogie ?
Le régime juridique actuel
La numérisation des archives, première expression de l’industrialisation en cours
Une rationalisation des moyens dédiés aux archives
Des logiques managériales à l’œuvre
Vers une marchandisation des fonds des archives ?
La société Filae, avatar de la marchandisation de l’Open Data ?
Open Data : La dimension symbolique oubliée
Relations entre archives, associations et économie marchande : un équilibre bouleversé par l’Open Data
Positionnement et usages dans la chaîne économique de la généalogie
Open Data et généalogie, les représentations à l’œuvre
Les représentations négatives : éthique, dépossession symbolique et risque économique
Des représentations positives aux stratégies de faire-face

Aperçu du début du texte

Le Big Data est une promesse économique, un levier de croissance. La marchandisation des données personnelles, la micro-segmentation des services proposés en ligne sont les raisons principales de cet engouement. Du secteur privé à la sphère politique, « toute la société connectée est concernée par le Big Data » (Bille 2015 : 308). Le concept est encore assez mal défini mais il interroge une transformation essentielle de notre société, à savoir la disponibilité croissante et massive des données numériques (Ollion et Boelaert, 2015). L’homme est à présent défini en creux à travers son ombre numérique toujours en expansion, car « on ne peut pas ne pas laisser de traces » (Merzeau 2009 : 28). Dans cet environnement digital, « l’homme est devenu un document comme les autres, disposant d’une identité dont il n’est plus propriétaire, dont il ne contrôle que peu la visibilité… et dont il sous-estime la finalité marchande. » (Ertzscheid 2009 : 38). Cela implique donc que les Big Data vont « ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Alcantara, Martine Regourd et Lucile Salesses, « Mes ancêtres.com : Analyse d’une politique de création d’Open Data dans le champ patrimonial. Le cas de la généalogie en France », Communication et organisation, 54 | 2018, 55-67.

Référence électronique

Christophe Alcantara, Martine Regourd et Lucile Salesses, « Mes ancêtres.com : Analyse d’une politique de création d’Open Data dans le champ patrimonial. Le cas de la généalogie en France », Communication et organisation [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6766 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.6766

Haut de page

Auteurs

Christophe Alcantara

Christophe Alcantara est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Toulouse 1 Capitole. Membre de l’Institut du droit de l’espace, des territoires, de la culture et de la communication (IDETCOM), ses principaux axes de recherches concernent l’e-réputation, la notion d’identité numérique et les dynamiques d’influence.

Martine Regourd

Martine Regourd est professeure des universités en Sciences de l’information et de la Communication à l’université Toulouse 1 Capitole. Membre de l’Institut du droit de l’espace, des territoires, de la culture et de la communication (IDETCOM), ses principaux axes de recherches concernent une approche communicationnelle des musées, notamment sous l’angle institutionnel, et les relations entre musées et collectivités territoriales.

Lucile Salesses

Lucile Salesses est maître de conférences en psychologie à l’Université d’Aix-Marseille. Membre du laboratoire de psychologie sociale (LPS EA849), elle est spécialiste des représentations et pratiques sociales. Ses principaux thèmes de recherche sont l’approche des représentations sociales en psychologie de la consommation et des innovations technologiques.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals