Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros54DossierAxe 2 | Pertinence stratégiqueMes ancêtres.com : Analyse d’une ...

Dossier
Axe 2 | Pertinence stratégique

Mes ancêtres.com : Analyse d’une politique de création d’Open Data dans le champ patrimonial. Le cas de la généalogie en France

“Mes Ancêtres.com”: analyzing the politics of setting up Open Data in the patrimonial field. The case of genealogy in France
Christophe Alcantara, Martine Regourd et Lucile Salesses
p. 55-67

Résumés

Notre travail interroge l’Open Data dans le champ culturel et patrimonial, sur un terrain spécifique, à savoir les archives départementales et municipales. Filae, figure de proue de la généalogie en ligne, exploite les informations publiques des fonds d’archives, à d’autres fins que celles de la mission de service public pour laquelle les documents ont été produits. Dans cette optique, l’Open Data bouleverse l’équilibre du monde de la généalogie dans ses relations entre archives, associations et économie marchande, et se pose donc la question de la marchandisation des fonds d’archives. L’étude d’une chaîne d’acteurs de la généalogie en France, a permis de décrire les dynamiques à l’œuvre dans le chantier ouvert de l’Open Data.

Haut de page

Texte intégral

1Le Big Data est une promesse économique, un levier de croissance. La marchandisation des données personnelles, la micro-segmentation des services proposés en ligne sont les raisons principales de cet engouement. Du secteur privé à la sphère politique, « toute la société connectée est concernée par le Big Data » (Bille 2015 : 308). Le concept est encore assez mal défini mais il interroge une transformation essentielle de notre société, à savoir la disponibilité croissante et massive des données numériques (Ollion et Boelaert, 2015). L’homme est à présent défini en creux à travers son ombre numérique toujours en expansion, car « on ne peut pas ne pas laisser de traces » (Merzeau 2009 : 28). Dans cet environnement digital, « l’homme est devenu un document comme les autres, disposant d’une identité dont il n’est plus propriétaire, dont il ne contrôle que peu la visibilité… et dont il sous-estime la finalité marchande. » (Ertzscheid 2009 : 38). Cela implique donc que les Big Data vont « modifier en profondeur les humanités, transformer les sciences sociales » (Aiden et Michel 2013 : 8). La notion de traces est alors une composante essentielle du Big Data. Les promesses que porte ce nouveau gisement de croissance est un sujet stratégique pour l’union européenne qui a organisé le sommet numérique de Tallin, le 29 septembre 2017, étape de coordination des états membres pour construire ce nouveau marché des données digitales sans frontières.

2Notre travail interroge le phénomène de l’Open Data, c’est-à-dire le Big Data appliqué au terrain des données publiques, dans le champ culturel et patrimonial, sur un terrain spécifique, à savoir les archives départementales et municipales. Ce secteur a la particularité de traiter des données personnelles puisque les missions de ce service public sont de collecter, classer, conserver et communiquer des archives que nous produisons chaque jour. Ce terrain d’étude fut l’objet de polémiques récentes1 du fait de l’arrivée d’acteurs privés sur le marché naissant de la généalogie grand public en France. Ces nouveaux acteurs dont la société Filae est la figure de proue, exploitent la réutilisation des informations publiques. Cette communication a donc pour objet d’interroger une chaîne d’acteurs de la généalogie en France pour percevoir et décrire les dynamiques à l’œuvre dans le chantier ouvert de l’Open Data au niveau des acteurs publics, des acteurs privés et de leur collaboration éventuelle. On prendra appui sur les représentations sociales (Jodelet 2015), les usages (Vidal 2012), et les actions déclarées par les responsables des archives départementales et municipales, des généalogistes qualifiés et le directeur général de la société Filae.

Corpus et méthode

3Notre corpus repose sur l’interrogation de treize acteurs de terrain, à savoir quatre responsables d’archives départementales et municipales de la région Occitanie, soit les archives départementales du Lot, du Tarn, du Tarn et Garonne et les archives municipales de Toulouse. Notre choix est fondé sur le fait que « 95 % des consultations en ligne des archives départementales reposent sur une motivation d’ordre généalogique », (Guigueno et Penicault, 18). Nous avons réalisé un entretien auprès du directeur général de Filae, qui est le premier opérateur commercial de généalogie grand public en France. Nous avons également mené des entretiens auprès d’usagers et en particulier de généalogistes confirmés basés en région PACA. Nos enquêtes menées entre juin et septembre 2017, furent réalisées soit lors de rendez-vous physiques, soit par téléphone selon un schéma d’entretiens semi-directif avec une grille d’entretien commune à chaque type de renseignant, pour une durée d’échange allant d’une heure à une heure trente.

Vers une industrialisation de la généalogie ?

Le régime juridique actuel

  • 2 Les services des archives départementales ont assuré la numérisation de 90 % des 440 millions de do (...)

4Le régime juridique instauré par la loi Valter, relative à la réutilisation des informations du secteur public et la loi pour une république numérique est destiné à favoriser la réutilisation des informations publiques. Ces lois élargissent le champ d’application du droit de la réutilisation, en particulier pour les établissements et services culturels auxquels les archives sont rattachées. Ce nouveau régime pose le principe de la gratuité de la réutilisation des informations publiques, dans le but de stimuler la prise d’initiative par le secteur privé pour créer de nouveaux services et de nouveaux marchés à partir de ces data. On peut dès à présent remarquer que les services des archives interrogés n’ont pas attendu le cadre juridique actuel pour s’engager dans le vaste chantier de la numérisation, amorcé dans les années 20002. Le premier site web à Toulouse fut mis en ligne dès 2002 et pour les autres départements, cela s’est fait entre 2005 et 2007 avec des services aux usagers proposés en ligne sur la base des premiers fonds documentaires numérisés.

La numérisation des archives, première expression de l’industrialisation en cours

5On peut parler d’industrialisation à ce sujet (Moeglin 1998). En effet, à partir de la définition de Pierre Moeglin, on constate que l’industrialisation d’un champ culturel s’opère lorsqu’il y a de façon concomitante une dynamique de technologisation, de rationalisation et une idéologisation. Dans le cas particulier de la généalogie, la technologisation se manifeste par l’intégration du média web et la production de service en ligne grâce à la numérisation des archives dans une logique d’Open Data. La rationalisation passe, quant à elle, par une forme de standardisation et l’élaboration de processus pour optimiser les tâches de numérisation qui durent depuis des années. L’idéologie repose dans notre cas sur une pensée managériale qui se développe dans l’univers patrimonial qui auparavant était très loin des logiques d’optimisation de ressources, de stimulation et d’implication par projet. Dans la suite de notre propos, nous ne parlerons pas d’idéologie mais de logiques managériales, expression qui traduira mieux ce que nous avons pu observer sur notre terrain d’étude.

6La numérisation du riche et dense fonds des archives est un chantier de long terme. À ce sujet, les archivistes interrogés ont témoigné de la mise en œuvre de véritables stratégies pour s’inscrire dans la durée et trouver les financements correspondants. Le virage numérique a été pris depuis dix à douze ans. Les volumétries numérisées sont considérables à ce jour. Plus de 60 000 iconographies numérisées et accessibles en ligne pour les archives municipales de Toulouse pour 110 000 possibles ; plus de trois millions de pages numérisées dans le Tarn, etc. Cette politique de numérisation s’est parfois faite de façon opportuniste. Dans le Lot, par exemple, on a saisi l’occasion des subventions allouées pour numériser les matricules militaires de la grande guerre pour donner un nouveau souffle au plan de numérisation du département.

Une rationalisation des moyens dédiés aux archives

7Si l’on considère la rationalisation comme le fait de standardiser des actions avec une logique d’optimisation économique, de faire des arbitrages en fonction des moyens alloués, alors on peut affirmer qu’une telle tendance existe au sein des services d’archivages interrogés. Pour l’archiviste du Lot, il faut faire des choix et arbitrer pour servir au mieux le public. À ce sujet, elle nous précise : « Quel est l’intérêt de tout numériser ? Il faut rationaliser la numérisation en fonction de la demande ». Puisque les archives ont également une mission de conservation, le choix a été fait de numériser d’abord les ressources les plus demandées. On perçoit également cette rationalisation dans l’analyse des publics qui viennent en salle de lecture. L’ensemble des archivistes déclarent que ces publics évoluent. Un nombre croissant d’usagers administratifs se déplacent, le plus souvent pour la première fois. Les généalogistes professionnels quant à eux utilisent les services en ligne car ils désirent optimiser leur coût de recherche. À Toulouse, la rationalisation, c’est aussi la création et le déploiement d’un écosystème web organisé pour les publics ciblés. Par exemple, la base iconographique est mise en valeur sur le réseau social Flickr. Elle sert aux scolaires de la ville, en collaboration avec les enseignants pour proposer des ressources pédagogiques. Les archives de Toulouse testent, expérimentent et développent un esprit d’entreprise dont l’application UrbanHist3 est un très bon exemple : Elle est une collaboration pluridisciplinaire entre les services de valorisation du patrimoine de la ville, des historiens, des archéologues et des informaticiens pour produire une application grand public, particulièrement plébiscitée par les touristes de la ville.

Des logiques managériales à l’œuvre

8La dimension managériale est d’abord incarnée par les responsables des archives ou les élus de tutelle. Dans le Tarn, l’archiviste interrogée déclare que « le virage de la numérisation a été pris il y a dix ans grâce à l’appui et la volonté affichée du président du département de l’époque ». Dans le Lot et à Toulouse, ce sont les personnalités des directeurs des archives qui sont mises en avant pour expliquer les actions volontaristes de création de l’Open Data. C’est l’esprit pionnier d’un petit groupe, porté par des personnalités charismatiques et visionnaires qui participe à sa diffusion massive. L’esprit managérial s’affirme également dans la connaissance fine des archivistes de leur public et de l’évolution de leurs pratiques et des tactiques opérationnelles pour proposer des services à valeur ajoutée. L’archiviste du Lot nous informe que « l’on glisse du champ de la conservation vers celui de la communication, qui risque de prédominer sur nos autres missions ». Pour d’autres structures, souvent mieux dotées en moyens, la communication est clairement appréhendée et intégrée dans les missions des services d’archives. L’archiviste de Toulouse note que l’« on s’adresse de plus en plus à un large public à qui on propose des services nouveaux ». Elle nous précise que « le web est indispensable. Pour le grand public, ce qui n’existe pas sur Internet n’existe pas du tout ». Cette dimension managériale s’exprime enfin dans la volonté de pérenniser des sources de financement pour poursuivre le chantier de l’Open Data et proposer des services innovants. Collaborer avec des acteurs privés n’est plus tabou et l’hypothèse d’une collaboration avec la société Filae, leader du marché de la généalogie grand public est régulièrement évoquée dans les entretiens avec des archivistes. Pour certains, « cela serait un mal pour un bien » et pour d’autres, « il faut dépasser les positions de principe pour avancer ensemble, les usagers y gagneront ».

Vers une marchandisation des fonds des archives ?

9Industrialisation ne veut pas dire marchandisation. Celle-ci repose sur un marché constitué d’offreurs, de demandeurs et d’un prix d’échange, par définition. Or, le cadre légal consacre un Open Data où la gratuité est la règle et les régimes d’exception encadrés pour proposer un prix faible pour ne pas être un frein à l’entrée pour de nouveaux acteurs privés. La société Filae incarne auprès de ses détracteurs une forme de marchandisation à dénoncer. Nous nous proposons dans un premier point de cerner le modèle économique de Filae puis nous analyserons dans un deuxième point sa perception auprès des archivistes et des généalogistes interrogés.

La société Filae, avatar de la marchandisation de l’Open Data ?

10La société Filae, créée en 2009, est la première entreprise commerciale sur le marché de la généalogie grand public. Selon les propos tenus par son directeur général lors de notre entretien, Filae incarne une rupture qui repose sur des innovations majeures : proposer un logiciel de création de son arbre généalogique, et un moteur de recherche grand public qui indexe de façon nominative les archives généalogiques de France. Filae modifie le paradigme de la recherche généalogique et cela se perçoit à différents niveaux. Du côté des généalogistes, on ne corrobore plus une information par une recherche en ligne, mais on produit une information par les croisements de données indexées possibles. Cela a une incidence certaine sur leurs compétences qui nécessairement évoluent. Comme nous le verrons dans l’étude menée auprès des professionnels, cela remet également en cause l’identité professionnelle des généalogistes avec un processus d’institutionnalisation renouvelé, fruit de l’impact de l’Open Data dans le champ des archives. Pour les professionnels archivistes, Filae n’est pas perçu comme un concurrent, et n’est plus appréhendé comme une menace. En effet, les archivistes interrogés déclarent tous que Filae propose un service qui n’existe pas ailleurs. L’innovation est réelle pour eux. Grâce à des positionnements complémentaires, des clivages appartenant au passé, ainsi que par un cadre juridique clair, des collaborations s’engagent à présent entre Filae et certaines archives départementales. Cela peut prendre différentes formes. Par exemple, Filae propose des accès gratuits à ses services de recherche en ligne, à partir de bornes installées dans les salles de lecture des archives. Qu’en est-il alors de la faille que certains dénoncent dans la loi Valter sur les données culturelles ? On peut affirmer que c’est l’objet même de la loi que de permettre une réutilisation des informations publiques à moindres frais. Ce n’est pas une faille, mais une volonté du législateur, que de permettre à des acteurs privés d’innover à partir de cette « matière brute ».

Open Data : La dimension symbolique oubliée

11Il serait réducteur de ne pas évoquer les freins et les interrogations qui ont existé et qui demeurent encore auprès de certains archivistes. « Les plateformes numériques doivent créer de la valeur et non pas être des parasites » (Tirole 530). Si l’objet d’un service marchand web est d’extraire une rente par un système de péage pour accéder à des données issues de l’Open Data sans autre forme d’innovation et de service enrichi, alors le système de l’Open Data est phagocyté ! C’est très certainement pour se prémunir de telles actions parasites que beaucoup d’archives départementales ont mis en place avant la loi Valter des tarifs de réutilisation des données qualifiés de « prohibitifs » par le directeur général de Filae et de « dissuasifs » par les archivistes interrogés. La loi Valter, ayant fixé la gratuité par défaut, ce frein a donc été effacé. Mais il demeure une question essentielle : l’accès gratuit à un travail réalisé par des acteurs de service public, à destination des acteurs privés et marchands sans aucune compensation symbolique ou simple reconnaissance est parfois mal vécu. C’est de l’ordre d’une dépossession symbolique. L’archiviste du Tarn nous déclare à ce sujet : « Jusqu’où devons-nous investir dans la médiatisation ? On lâche tout ou pas ? Quel regard de service public pouvons-nous avoir sur ce qui sera exploité ? ». Ces questions sont légitimes et interrogent le financement initial des chantiers de la numérisation récente des archives.

Relations entre archives, associations et économie marchande : un équilibre bouleversé par l’Open Data

12Si une démarche d’industrialisation s’est effectivement mise en place dans le champ des archives, en s’inscrivant dans l’évolution des usages numériques afin de répondre à la mission de communication tout en servant le chantier de l’Open Data, cette dynamique concerne étroitement les généalogistes. Professionnels ou amateurs, ils ont en commun un certain nombre d’aspirations, d’usages et de représentations. Leur interrogation doit nous permettre d’appréhender les interactions à l’œuvre dans le développement de l’Open Data dans le champ patrimonial et de contribuer à une analyse fine des relations entre acteurs publics et privés de la généalogie en France. Dans un premier temps nous définirons les différents axes professionnels de la pratique de la généalogie, puis analyserons l’impact de l’ouverture de Filae sur les usages et représentations des différents acteurs concernés.

Positionnement et usages dans la chaîne économique de la généalogie

13Les généalogistes professionnels interviennent dans deux domaines, familial et successoral. Parallèlement aux généalogistes professionnels, des généalogistes amateurs se sont regroupés en mode associatif. Les associations de généalogistes ont une mission de sauvegarde du Patrimoine National ; selon un de nos renseignants « depuis plus d’une quarantaine d’années, les associations ont pratiqué bénévolement l’indexation systématique d’actes de toute nature, évitant la manipulation de registres avant la naissance de la numérisation, sauvant d’une disparition certaine des documents en mauvais état ». Ces associations sont pour la plupart d’entre elles, affiliées à la Fédération Française de Généalogie, reconnue d’utilité publique depuis avril 2017, voyant ainsi ses actions légitimées. Ce mouvement associatif est lui aussi confronté à cette nouvelle forme de concurrence que sont les sociétés de généalogie en ligne, ce qui nécessite de sa part s’il souhaite perdurer, un repensé de son modèle économique. Filae sous sa forme de nouvel entrant économique, utilisant l’économie collaborative, conduit ainsi l’ensemble de la sphère généalogique à se questionner sur les relations entre acteurs du domaine. Comment trouver un équilibre entre les missions des archives, le travail bénévole des associations et la place croissante des produits proposés par les entreprises commerciales en ligne ? Des liens contractuels entre certaines associations de généalogistes, les archives et des sociétés commerciales existent déjà, portant essentiellement sur la diffusion des bases de données associatives en échange d’accès gratuit sur les sites ou de réduction d’abonnement. On constate également l’émergence de listes de discussion et de sites Internet indépendants, créés par des généalogistes du milieu associatif, incluant des relevés ou des bases de données entières en provenance de l’association d’origine.

14On observe donc bien, entre généalogistes professionnels, du monde associatif et secteur marchand, à l’instar des liens entre les archives et les sociétés privées en ligne, un processus d’industrialisation opéré dans une dynamique de technologisation, de rationalisation et d’idéologisation. Si cette (r)évolution est amorcée, qu’en est-il des phénomènes représentatifs à l’œuvre sur ce terrain sensible, inscrit dans une modification parfois contrainte des usages ? Notre travail d’analyse du discours a permis précisément d’étudier la place de l’expérience vécue, de faire émerger, donner du sens, aux informations livrées dans la communication sociale.

Open Data et généalogie, les représentations à l’œuvre

15L’arrivée d’acteurs privés sur le marché de la généalogie grand public en France, dont Filae est le protagoniste majeur, fait l’objet d’interprétations, de débats, aboutissant à des situations de consensus ou de dissensus. Ce faisant, les domaines représentationnels par rapport auxquels l’objet/événement étudié est situé, trouvent leur source dans des systèmes de représentations transubjectives, soit des idées facilement acceptables par un ensemble de personnes, façonnant et nuançant les perceptions. Ayant défini ci-dessus le cadre matériel et social dans lequel Filae s’est imposé, nous allons maintenant analyser son incidence sur l’élaboration des significations propres à cette situation, se définissant dans les énonciations interlocutives.

Les représentations négatives : éthique, dépossession symbolique et risque économique

16Du côté des généalogistes professionnels ou issus du monde associatif défavorables à l’existence de Filae, on distingue des références à l’éthique, à la dépossession symbolique comme chez les archivistes, aux carences technologiques, aux lacunes de contenu, à une résistance face à la remise en question d’un modèle économique existant. 1- Les perspectives éthiques, conduisent certains de nos renseignants à qualifier d’immorales les pratiques de Filae : « ils ont aspiré des données pour lesquelles d’autres ont consacré du temps bénévolement », « ils récupèrent le fruit d’un travail rémunéré par le contribuable », « c’est légal mais pas éthique », « c’est un vol de patrimoine », « l’esprit mercantile est en contradiction avec les valeurs de la généalogie française, dans la culture du don ». Les éléments représentationnels de l’ordre de l’éthique trouvent leur ancrage dans une idéologie du don, perçue comme malmenée, et dans une idéologie mercantiliste, à l’origine d’usages déviants. 2- La dépossession symbolique quant à elle s’exprime préférentiellement chez les généalogistes du mouvement associatif, même si elle n’est pas exclue des discours des généalogistes successoraux ou familiaux professionnels : « il faut penser aux cercles, aux associations, à tous ces bénévoles dont les dépouillements ont grandement facilité notre travail ». 3- L’horizon technologique alimente un imaginaire en lien avec les défaillances techniques et de contenu. Nos interviewés pointent des problèmes de précision des sources, de qualité de certaines images, de données manquantes, mal indexées. 4- La dimension économique s’inscrit dans la conviction que le modèle actuel est obsolète. Que l’on assiste à une nouvelle forme de concurrence, une redistribution des rôles, et qu’un risque de concentration du marché est probable.

Des représentations positives aux stratégies de faire-face

  • 4 Notion discutée par Fraisopi (2010).

17Du côté de ceux qui sont favorables à l’existence de Filae, les renseignants se situent dans deux horizons4 de référence, celui de la reconnaissance et celui de l’adaptation. 1-Une reconnaissance technologique : l’interface est reconnue par tous comme simple d’accès, d’une appropriation facile, esthétique et performante. On observe une reconnaissance entrepreneuriale, celle d’un investissement colossal, d’une innovation remarquable et la création de valeur ajoutée pour la profession, rendant acceptable et légitime, la rémunération du service proposé. Parallèlement, on relève une reconnaissance économique, lorsque cette entreprise est assimilée à un nouveau modèle inscrit dans l’économie participative et une reconnaissance sociale, en ce qu’elle rend la généalogie facilement accessible à tous, donc moins confidentielle. Enfin, en ce qui concerne les apports reconnus par les généalogistes dans les usages, le matériau de travail est décuplé, le gain de temps dans les recherches génère une meilleure productivité. 2- Dans une dynamique d’adaptation des usages, on observe un phénomène de rationalisation dans l’appréhension de l’objet. Si Filae rend la recherche plus efficiente, la vie des ancêtres ne peut toutefois se résumer à trois actes, et l’on ne peut trouver en ligne que ce qui a été indexé, d’autres sources sont incontournables. En ce qui concerne l’adaptation aux pratiques de recherche, l’accès aux données numérisées et centralisées rend plus efficaces les pratiques professionnelles, comme le fait remarquer l’un de nos répondants : « de nombreux déplacements coûteux en temps, en fatigue et en argent, sont évités » ; ou encore favorise la sérendipité (Cattelin). « Lorsque je cherche une information précise, il se peut que viennent à moi des actes auxquels je n’avais pas pensé », nous précise l’un d’eux. De même, l’accès aux plateformes de généalogie facilitant les recherches du grand public, le monde de la généalogie se trouve confronté à la nécessité d’améliorer et d’élargir son offre. Les généalogistes, dans une stratégie de faire-face (Callahan, Chabrol 2013), se transforment en experts, proposant des services nouveaux dans les domaines complémentaires à ceux des plateformes payantes, utilisant les opportunités générées, tirant profit des insuffisances ou encore des défaillances.

18Pour conclure, le Big Data constitue-t-il une promesse économique, un levier de croissance pour le marché de la généalogie ? Si l’on considère que Filae est un acteur majeur de la généalogie française, cela ne fait pas de doute, l’Open Data sert la généalogie, ou une certaine généalogie. Dépoussiérée ? Entrant dans la modernité ? Si l’on considère par ailleurs que les archivistes, généalogistes professionnels ou issus du monde associatif, confrontés à ces nouveaux entrants, s’interrogent sur leurs pratiques, se questionnent sur leur raison d’être, réfléchissent à leur singularité, se penchent sur de nouvelles stratégies d’usages, alors oui, là encore, l’Open Data, tient ses promesses. L’ancrage de l’événement que constitue Filae dans le monde de la généalogie dans le système de pensée préexistant des acteurs concernés, inscrit qui plus est dans une évolution sociétale forte en lien avec les usages numériques, génère de nombreuses résistances, trouvant leur source dans un ensemble de représentations négatives. Mais dans le même temps, le jeu des contraintes, certains systèmes de normes et de valeurs, donnent lieu à un autre principe d’évidence, celui d’une vision positive et optimiste, parfois opportuniste.

Haut de page

Bibliographie

AIDEN Erez., MICHEL Jean-Baptiste, 2013, Uncharted : Big Data as a Lens on Human Culture, New York, Riverhead Books, Penguin Books, 288 p.

BILLE Jacques, 2015 « marketing politique et Big Data », Commentaire 2015/2 n° 150, 307-314.

BOULLIER Dominique, 2015, « Les sciences sociales face aux traces du Big Data. Société, opinions ou vibrations ? », Revue française de science politique 2015/5 (vol. 65), 805-828.

BOUQUILLON Philippe, MIEGE Bernard, MOEGLIN Pierre, 2013, L’industrialisation des biens symboliques : les industries créatives en regard des industries culturelles, Grenoble, PUG, 252 p.

CARDON Dominique, 2015, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des Big Data, Paris, Seuil, 112 p.

CALLAHAN Stacey, CHABROL Henri., 2013, Mécanismes de défense et coping, Paris, Dunod, 320 p.

CATELLIN Sylvie, 2014, Sérendipité. Du conte au concept. Paris, Seuil, 270 p.

Chiffres Clés Statistiques de la Culture et de la Communication. 2015, Paris, La documentation Française, 2015, p. 113.

DELORT Pierre, 2015, Le Big Data, Paris,Que sais-je ? PUF, 128 p.

ERTZCHEID Olivier, 2009, « L’homme, un document comme les autres », Hermès N° 53, traçabilité et réseaux, 33-40.

FRAISOPI Fausto, 2010, « Questions de co-intentionnalité : Expérience et structure d’horizon », Bulletin d’analyse phénoménologique VI 8, 46-63.

GALINON-MELENEC Béatrice, -sous la dir-, 2011, L’homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS éditions, 410 p.

GUIGUENO Brigitte, PENICAUT Emmanuel, 2016, Qui sont les publics des archives ?Enquête sur les lecteurs, les internautes et le public des activités culturelles dans les services publics d’archives (2013-2014,) Paris, Service interministériel des archives de France, en collaboration avec le Département de la politique des publics, 105 p.

JODELET Denise, 2015, Représentations sociales et mondes de vie, Paris, Éditions des archives contemporaines, Collection psychologie du social, 372 p.

MERZEAU Louise, 2009, « Du signe à la trace : l’information sur mesure », Hermès N° 53, traçabilité et réseaux, 23-29.

MOEGLIN Pierre, 1998, « entre service et self-service », in l’industrialisation de la formation, sous la direction de Pierre Moeglin, Paris, CNDP, 107-131.

OLLION Etienne, BOELAERT Julien, 2015, « Au delà des Big Data. Les sciences sociales et la multiplication des données numériques », Sociologie 2015/3 (Vol. 6), 295-310.

TIROLE Jean, 2016, Économie du bien commun, Paris, PUF, 629 p.

VIDAL Geneviève, 2012, La sociologie des usages, continuités et transformations, Paris, Lavoisier, coll. « Environnement et services numériques d’information », 251 p.

Haut de page

Notes

1 https://scinfolex.com/2016/12/13/une-enorme-faille-dans-la-loi-valter-sur-les-donnees-culturelles/ (consulté le 25/08/2017)

2 Les services des archives départementales ont assuré la numérisation de 90 % des 440 millions de documents disponibles. La majorité (76 %) est consultable en ligne. Chiffres Clés Statistiques de la Culture et de la Communication, 2015. La documentation Française, Paris, 2015, p. 113.

3 https://www.urban-hist.toulouse.fr/

4 Notion discutée par Fraisopi (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Alcantara, Martine Regourd et Lucile Salesses, « Mes ancêtres.com : Analyse d’une politique de création d’Open Data dans le champ patrimonial. Le cas de la généalogie en France »Communication et organisation, 54 | 2018, 55-67.

Référence électronique

Christophe Alcantara, Martine Regourd et Lucile Salesses, « Mes ancêtres.com : Analyse d’une politique de création d’Open Data dans le champ patrimonial. Le cas de la généalogie en France »Communication et organisation [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6766 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.6766

Haut de page

Auteurs

Christophe Alcantara

Christophe Alcantara est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Toulouse 1 Capitole. Membre de l’Institut du droit de l’espace, des territoires, de la culture et de la communication (IDETCOM), ses principaux axes de recherches concernent l’e-réputation, la notion d’identité numérique et les dynamiques d’influence.

Martine Regourd

Martine Regourd est professeure des universités en Sciences de l’information et de la Communication à l’université Toulouse 1 Capitole. Membre de l’Institut du droit de l’espace, des territoires, de la culture et de la communication (IDETCOM), ses principaux axes de recherches concernent une approche communicationnelle des musées, notamment sous l’angle institutionnel, et les relations entre musées et collectivités territoriales.

Lucile Salesses

Lucile Salesses est maître de conférences en psychologie à l’Université d’Aix-Marseille. Membre du laboratoire de psychologie sociale (LPS EA849), elle est spécialiste des représentations et pratiques sociales. Ses principaux thèmes de recherche sont l’approche des représentations sociales en psychologie de la consommation et des innovations technologiques.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search