Navigation – Plan du site
Recensions

Fabien GRANJON (Dir.), Matérialismes, culture et communication. Tome 1 : Marxismes, théorie et sociologie critiques

Paris : Presses des Mines, 2016
Eloria Vigouroux-Zugasti
p. 255-257
Référence(s) :

Fabien GRANJON (Dir.), Matérialismes, culture et communication. Tome 1 : Marxismes, théorie et sociologie critiques. Paris : Presses des Mines, 2016, 422 p. ISBN 978-2-35671-390-2, 35 €.

Texte intégral

1L’ouvrage présenté ci-après est le premier volume d’une trilogie intitulée Matérialismes, culture et communication. Le présent tome, Marxismes, Théorie et sociologie critiques, a été coordonné par Fabien Granjon, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris VIII, spécialiste des médias numériques et de la sociologie critique de la communication. L’ouvrage s’insère dans un projet encyclopédique traitant des savoirs critiques matérialistes concernant la culture et la communication. Il s’agit, pour les auteurs du présent volume, de saluer les apports scientifiques des approches marxistes, de la théorie critique et de la sociologie de la domination culturelle, lesquels « prolongent et enrichissent l’héritage classique du matérialisme historique ». Ces travaux auraient ainsi permis d’ouvrir la voie aux études des phénomènes culturels et communicationnels à l’œuvre dans les sociétés capitalistes. Ce premier tome de la trilogie est interdisciplinaire, avec des contributeurs issus de différents domaines scientifiques : philosophie, politique, SIC, sociologie, psychologie, etc.

2L’ouvrage se divise en quatre parties. La première met en perspective l’héritage marxiste, appliqué à l’idéologie (Isabelle Garo), à l’argent (Antoine Artous), à la question technique (Jean Vioulac) et à l’art (Jean-Marc Lachaud). Par exemple, Isabelle Garo analyse la perception du travail, tant manuel qu’intellectuel, au prisme de la conception marxiste de l’idéologie, en expliquant la manière dont Marx a enrichi la pensée des Lumières sur ce sujet.

3La seconde partie « Marxismes, culture et médias » porte sur l’influence de Marx sur les concepts info-communicationnels : presse, culture, information, communication, etc. Ces contributions intéresseront particulièrement les lecteurs issus des SIC, avec de nombreuses références pouvant être mobilisées pour l’étude de la communication et du traitement médiatique de l’information. Les auteurs de la troisième partie proposent un tour d’horizon des principaux courants et penseurs s’inscrivant dans le paradigme de la théorie critique : Walter Benjamin, Jürgen Habermas ou encore Axel Honneth, pour n’en citer que quelques-uns. La quatrième partie, enfin, est consacrée à Pierre Bourdieu, au travers de quatre articles, certains portant sur les principaux concepts du sociologue (la distinction, les médias, le journalisme, etc.), d’autres faisant le lien entre Bourdieu et l’idéologie marxiste.

4Nous souhaiterions insister sur la qualité de ce premier tome de Matérialismes, culture et communication. L’aspect interdisciplinaire de l’ouvrage apporte une richesse théorique et une finesse d’analyse qu’il convient de souligner. Les dimensions historiques, philosophiques ou encore scientifiques se mêlent et se démêlent, offrant une lecture captivante et passionnante. L’incessant recours à l’histoire (du marxisme, des auteurs étudiés, des contextes idéologiques, etc.) donne une ampleur dépassant la simple analyse scientifique. Ceci est fortement appréciable pour le lecteur, qui peut alors prendre plaisir à s’enrichir scientifiquement et culturellement.

5Les thématiques choisies tendent à suivre un parti pris idéologique relativement prononcé, sans pour autant tomber dans l’excès ou dans le prosélytisme. L’ouvrage s’inscrit dans une démarche informative argumentée, en proposant des analyses et des lectures de la sociologie marxiste que le lecteur peut choisir de ne pas suivre. Ainsi, bien qu’étant politiquement et scientifiquement engagés, les auteurs parviennent à préserver la liberté d’opinion et d’analyse du lecteur. L’abondance des références (historiques, scientifiques, idéologiques, etc.) représente l’un des atouts majeurs de ce tome. L’article de Fabien Granjon sur Vladimir Ilitch Lénine, par exemple, suscite la curiosité du lecteur au sujet de Lénine, au point d’aller effectuer quelques recherches complémentaires pour sa culture personnelle. La richesse des idées, la fluidité de la rédaction et l’effort de contextualisation scientifico-historique donnent à l’ensemble une forme romanesque : l’ouvrage ne se lit pas tant comme une compilation d’articles que comme un roman sur l’histoire de la pensée marxiste et de la théorie critique.

6Roman qui, malgré tout, reste quelque peu difficile à prendre en main. Effectivement, il présente les défauts de ses qualités : si les apports scientifiques et historiques contribuent à la force des propos, ils augmentent également la difficulté du lecteur à s’en saisir. Il est ainsi nécessaire pour ces derniers de disposer d’une culture générale marquée pour appréhender la richesse de l’ouvrage, malgré l’effort des auteurs pour le rendre accessible. L’ensemble du livre demande un certain effort de compréhension, voire des recherches annexes, pour être en mesure d’en apprécier la valeur. Les lecteurs dépassant ces difficultés en seront récompensés. Matérialismes, culture et communication est un ouvrage digne d’intérêt. D’une qualité théorique et rédactionnelle rare, il appelle, comme tout bon ouvrage, à la (re)lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eloria Vigouroux-Zugasti, « Fabien GRANJON (Dir.), Matérialismes, culture et communication. Tome 1 : Marxismes, théorie et sociologie critiques », Communication et organisation, 54 | 2018, 255-257.

Référence électronique

Eloria Vigouroux-Zugasti, « Fabien GRANJON (Dir.), Matérialismes, culture et communication. Tome 1 : Marxismes, théorie et sociologie critiques », Communication et organisation [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 21 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/7317

Haut de page

Auteur

Eloria Vigouroux-Zugasti

Eloria Vigouroux-Zugasti est docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, ATER à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée et chercheure associée au laboratoire MICA (EA 4426) et au laboratoire DICEN (EA 7339).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals