Navigation – Plan du site
Recensions

Ryan S. BISEL, Organizational Moral Learning: a Communication Approach

New York, NY : Routledge, 2017
Delphine Dupré
p. 262-264
Référence(s) :

Ryan S. BISEL, Organizational Moral Learning: a Communication Approach. New York, NY : Routledge, 2017. ISBN 978-1-138-11956-7, 40 €

Texte intégral

1Chercheur en communication, Ryan S. Bisel étudie les phénomènes organisationnels relatifs à l’éthique. Le point de départ de sa réflexion réside dans deux constats : tout d’abord, une revue de la littérature scientifique l’amène à considérer que les formations à l’éthique– dispensées tant dans le cadre universitaire que dans les organisations – sont inefficaces, au sens où elles ne contribuent que faiblement à favoriser des comportements conformes à l’éthique.

2La même conclusion s’impose concernant les chartes éthiques. Ces dernières sont souvent édictées a posteriori, afin de reconstruire la réputation et d’apporter un cadrage aux comportements. De plus, rassurés par l’existence de ces chartes, les managers tendraient à délaisser leurs actions de sensibilisation et de prévention quotidiennes.

3Pour comprendre l’échec de ces chartes ainsi que des formations à l’éthique, l’auteur recourt aux avancées récentes en neurosciences. Des expérimentations menées dernièrement suggèrent que les êtres humains disposent, dès le plus jeune âge, d’intuitions morales spontanées. Toutefois, que nos cerveaux soient programmés pour distinguer le bien du mal s’avère insuffisant pour garantir des raisonnements, des décisions et des actions éthiques. Selon l’auteur, les phénomènes relatifs à l’éthique sont principalement culturels.

4Dans les organisations, nos intuitions morales « spontanées » sont supplantées par l’exigence de conformité à un ensemble de normes relationnelles, comportementales et communicationnelles. La force de ces dernières procèdent de leur invisibilité aux yeux des individus sur lesquels elles agissent. De plus, le système de normes organisationnel peut facilement s’effacer derrière des rationalisations managériales, telles que la recherche d’efficacité, la quête du profit, la satisfaction des parties prenantes, etc.

5L’idée essentielle défendue par l’auteur est que c’est par la communication que les normes qui structurent les conduites éthiques émergent, se renforcent et s’institutionnalisent. L’auteur étaye sa démonstration en s’inspirant de la pensée de Karl Weick et du courant de la communication constitutive des organisations (CCO). Il mobilise le concept « d’effet motus » pour évoquer les contraintes qui pèsent sur les acteurs et les empêchent de parler d’éthique au quotidien. En effet, dénoncer les pratiques contraires à l’éthique est considéré comme une transgression des normes de politesse, car perçu comme moralisateur. De plus, ces discussions délicates menacent de mettre en péril tant la face des interlocuteurs que la relation qu’ils entretiennent.

6L’auteur précise que le statut des interactants n’est pas neutre. La réticence à parler d’éthique est accrue lorsque l’interlocuteur est un manager. Tout salarié faisant remonter une mauvaise nouvelle à son supérieur hiérarchique risque d’être identifié à cette dernière. Désapprouver une décision ou une pratique en invoquant des raisons morales peut être perçu comme une forme de déloyauté, susceptible d’entrainer des sanctions. Enfin, ce silence s’expliquerait par l’influence potentiellement néfaste que le manager peut exercer sur la carrière de ses subordonnés.

7Les différentes enquêtes menées par l’auteur lui ont permis d’observer les tactiques de communication mises en œuvre par les subordonnés afin d’évoquer avec leurs managers des sujets relatifs à l’éthique sans se mettre en danger. Souvent, ces derniers tendent à enrober leurs propos en recourant à des justifications managériales ou juridiques. L’auteur constate également l’usage fréquent des euphémismes. Il note que plus un sujet est délicat, plus il est exprimé de manière « feutrée ». Certes, ce « silence moral » préserve la relation, mais il alimente un cercle vicieux de tolérance à l’égard des pratiques et décisions potentiellement condamnables.

8Dans la dernière partie de l’ouvrage, l’auteur propose des pistes de réflexion en vue de façonner un « apprentissage moral », c’est-à-dire d’améliorer la capacité des organisations à identifier les manquements éthiques et à s’adapter pour les prévenir. Par exemple, les formations à l’éthique sont peu efficaces car, soit elles se résument à des raisonnements philosophiques abstraits, soit elles sont déconnectées des réalités du terrain. Or, dans leur travail, les individus ne sont pas confrontés à des choix binaires entre le bien et le mal. Au contraire, ils doivent composer avec de véritables dilemmes éthiques. L’auteur préconise de préserver du temps et d’instaurer des espaces de dialogue pour permettre aux agents de s’adonner à des discussions incarnées sur ces dilemmes. Il conseille également d’accroître les compétences communicationnelles des managers. Ces derniers devraient se montrer attentifs aux feedbacks de leurs équipes, et ne pas récompenser systématiquement ceux qui se conforment à la règle du silence.

9Pour conclure, la visée normative de l’ouvrage n’empêche pas l’auteur de proposer une analyse critique des mécanismes communicationnels et culturels qui instaurent un véritable « silence moral ». L’intérêt de l’ouvrage réside dans son ancrage pluridisciplinaire, l’auteur parvenant à articuler des apports issus de la psychologie sociale, des neurosciences et des Sciences de l’Information et de la Communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Dupré, « Ryan S. BISEL, Organizational Moral Learning: a Communication Approach », Communication et organisation, 54 | 2018, 262-264.

Référence électronique

Delphine Dupré, « Ryan S. BISEL, Organizational Moral Learning: a Communication Approach », Communication et organisation [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/7357

Haut de page

Auteur

Delphine Dupré

Delphine Dupré est doctorante contractuelle au sein du laboratoire MICA (EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse porte sur les incivilités par messagerie électronique et s’inscrit dans le cadre du projet régional Civilinum coordonné par Valérie Carayol et Aurélie Laborde.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals