Navigation – Plan du site
RECENSIONS

THEVIOT Anaïs et TREILLE Éric (dir.), 2019. Les « big data » au travail. Les métiers de la donnée entre expertises professionnelles et effets de croyance

Politiques de communication n° 12. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble. ISBN 978-2-7061-4327-4
Eloria Vigouroux-Zugasti
p. 196-198
Référence(s) :

THEVIOT Anaïs et TREILLE Éric (dir.), 2019. Les « big data » au travail. Les métiers de la donnée entre expertises professionnelles et effets de croyance. Politiques de communication n° 12. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble. ISBN 978-2-7061-4327-4, 25 €.

Texte intégral

1Les « big data » au travail : les métiers de la donnée entre expertises professionnelles et effets de croyance, est coordonné par Anaïs Theviot et Éric Treille. La première est Maîtresse de conférences, rattachée au laboratoire ARENES (UMR 6051), ainsi qu’à l’Université Catholique de l’Ouest, et s’intéresse particulièrement au militantisme en ligne. Le second est chercheur associé au même laboratoire. Dans cet ouvrage, ils proposent de « repeupler », pour reprendre leurs termes, l’approche et l’étude des algorithmes, notamment par le prisme de la sociologie des données. Ils s’intéressent à la question des effets de croyances, des mythes et des promesses qui sont liés à ce champ, mis en avant par les travailleurs de la donnée.

2Ce Dossier thématique de la revue Politiques de communication, se compose de quatre articles et d’un entretien avec Jacques Priol, consultant, président et fondateur du cabinet CIVITEO, spécialiste de la question des données (big data, open data, etc.), notamment à travers l’analyse des territoires (smart cities, etc.). Les articles investissent plusieurs domaines où la place accordée aux données est aujourd’hui grandissante : le journalisme, les ressources humaines ou encore la technologie politique font suite à ce dossier.

3Pour les lecteurs ayant l’habitude d’omettre les présentations introductives pour passer directement au premier chapitre d’un livre, nous vous recommandons fortement, concernant ce dossier, de changer vos habitudes. En effet, dans celui-ci, la proposition d’introduction, au-delà de sa pertinence et de la qualité de son écriture, est tout à fait enrichissante. Les concepts, notions et chiffres mobilisés permettent, à qui n’est pas familier des big data, d’appréhender ce champ et ses principaux enjeux, en quelques pages seulement. Le nombre d’auteurs et de citations, parmi lesquels apparaissent plusieurs chercheurs reconnus en sciences de l’information et de la communication, présente une richesse tout à fait appréciable, tant pour les novices que pour les experts.

4Le premier article, proposé par Ysé Vauchez, aborde les mythes professionnels des fact-checkeurs ou, en français et littéralement, « les vérificateurs d’information ». Ces mythes s’intègrent dans des rhétoriques et dans un champ journalistique lié aux évolutions de technicisation, voire de rationalisation des métiers de l’information. Ils s’inscrivent dans de nouvelles pratiques, encouragées par les entrepreneurs du Web, et fortement médiatisées. Par le biais d’entretiens avec des journalistes de presse nationale, l’auteure montre que les pratiques liées à la vérification de l’information prennent racine dans des pratiques journalistiques plus traditionnelles, lesquelles ont pour principe fondateur de tendre vers la vérité, la transparence, l’objectivité ou, encore, la pédagogie. L’auteure parvient ainsi à démontrer que, malgré leur nombre réduit et leur caractère émergent, les « vérificateurs d’information » s’ancrent, finalement, dans les pratiques journalistiques classiques et communes, en reprenant les principes et les axes rhétoriques de ces dernières.

5Le deuxième article est écrit par Camille Lévy. Il s’intéresse aux outils de big data dans les services des ressources humaines et met en regard les discours entourant ces outils avec les usages de ceux à qui ils sont destinés. L’auteure montre ainsi que les discours tendent à générer des imaginaires, puissants, au sein des organisations. Ces derniers servent l’organisation, notamment du point de vue financier, mais n’ont pas l’effet prophétisé sur les pratiques professionnelles. L’analyse développée dans cet article, fine et solide, met également en lumière les effets parfois pervers des discours managériaux, notamment en faisant référence à l’exacerbation des tensions relationnelles et aux effets délétères induits sur les salariés. Engagée et bien écrite, cette contribution met en lumière le côté parfois obscur des organisations.

6Le troisième article, co-écrit par les coordinateurs de la publication, s’intéresse à l’usage des big data par les candidats aux primaires présidentielles de la droite et du centre, durant la campagne électorale de 2016. Mobilisant un terrain riche et particulièrement pertinent, les auteurs cherchent à identifier les leviers du succès de la « science des données » face au numérique participatif. Ils relèvent ainsi l’enjeu stratégique lié aux données, notamment sous l’impulsion de la professionnalisation du champ de la politique spécialisée en communication digitale. Cette thématique entre en résonnance avec le contexte politique actuel, secoué par les tristes événements de santé publique et leur gestion politique.

7Le quatrième et dernier article du dossier, proposé par Thomas Ehrhard et al., reste dans la thématique politique et étudie les acteurs ainsi que le marché de la technologie politique en France. Il montre que la montée en puissance de la technologie politique s’explique, notamment, par l’absence de spécialistes en la matière. Les acteurs des élections 2.0 représentent un tissu épars, aussi bien du point de vue sociologique, que professionnel et économique ; acteurs qui peinent ainsi à s’imposer dans leur champ.

8Enfin, l’entretien avec Jacques Priol permet de faire une synthèse conclusive du dossier, notamment à travers l’analyse politique de l’utilisation des big data. Il ouvre la réflexion à de nouveaux axes émergents dans ce champ.

9L’originalité de ce dossier repose sur sa capacité à contrecarrer les discours entourant actuellement les big data. Il permet ainsi de mettre ces derniers à distance, de rappeler les réalités sociales, professionnelles ou politiques actuelles, ainsi que les enjeux qui leur sont liés et leurs effets parfois néfastes ou limités. Dans une logique qui s’apparente parfois à une approche barthésienne, les auteurs tendent à détricoter les mythes, pour en expliquer leur origine et leur performativité. Bien qu’il ne propose pas de définition claire de la notion de big data, le dossier participe malgré tout à en esquisser les contours et les appréhender non comme une fatalité, mais comme un outil d’exercice du pouvoir, politique ou non.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eloria Vigouroux-Zugasti, « THEVIOT Anaïs et TREILLE Éric (dir.), 2019. Les « big data » au travail. Les métiers de la donnée entre expertises professionnelles et effets de croyance », Communication et organisation, 57 | 2020, 196-198.

Référence électronique

Eloria Vigouroux-Zugasti, « THEVIOT Anaïs et TREILLE Éric (dir.), 2019. Les « big data » au travail. Les métiers de la donnée entre expertises professionnelles et effets de croyance », Communication et organisation [En ligne], 57 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/9086

Haut de page

Auteur

Eloria Vigouroux-Zugasti

Eloria Vigouroux-Zugasti est docteure en sciences de l’information, et de la communication, A.T.E.R. à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée, chercheure associée au laboratoire MICA (EA 4426) et au laboratoire DICEN-IDF (EA 7339).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals