Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros58ÉTAT DE LA RECHERCHE ET DES LABOR...Le groupe de recherche sur le lan...

ÉTAT DE LA RECHERCHE ET DES LABORATOIRES

Le groupe de recherche sur le langage, l’organisation et la gouvernance (LOG) de l’université de Montréal

Propos recueillis par Nadège Soubiale auprès de François Cooren pour le groupe de recherche LOG de l’université de Montréal.
The research group on language, organization and governance (LOG Group) - University of Montréal
Nadège Soubiale et François Cooren
p. 111-118

Texte intégral

1Le groupe de recherche Langage Organisation Gouvernance (LOG) a été créé en 2002 par Daniel Robichaud et Chantal Benoît-Barné du Département de communication de l’Université de Montréal. Il est actuellement composé de six professeurs : Chantal Benoît-Barné, Boris H. J. M. Brummans, François Cooren, Stephanie Fox, Kirstie McAllum et Daniel Robichaud.

2Chantal Benoît-Barné travaille à l’intersection de la rhétorique, de la communication politique et de la communication organisationnelle. Elle est rhétoricienne de formation, diplômée de l’université de Colorado à Boulder. Ses études les plus récentes portent sur les dynamiques et pratiques de communication qui sous-tendent la gouvernance collaborative, notamment les propriétés organisantes de la représentation (elle s’intéresse particulièrement aux pratiques des porte-parole) et de la prise de décision par consensus.

3Les intérêts de recherche de Boris Brummans portent sur l’agentivité, le mindful organizing, la communication organisationnelle, l’ethnographie organisationnelle et la philosophie processuelle. Il a fait plusieurs recherches ethnographiques sur des organisations bouddhistes, qu’elles soient purement religieuses (un de ses terrains en Inde a été un monastère d’une région difficile d’accès dans l’Himalaya), ou sécularisées et d’inspiration bouddhiste (un autre de ses terrains à Taïwan a été l’organisation humanitaire Tzu Chi).

4François Cooren développe depuis plusieurs années, dans le champ des théories de la communication organisationnelle, des recherches sur l’approche dite constitutive de la communication. Dans ce cadre, il a mené, entre autres, des études de terrain dans le champ humanitaire, par exemple avec Médecins Sans Frontières, afin d’étudier la façon dont cette ONG organise ses opérations et communique avec les populations qu’elle tente d’aider. Il s’est également intéressé aux processus de créativité collaborative favorisant l’innovation dans les groupes de travail, ce qu’on appelle au Québec des « remue-méninges » (néologisme se substituant à brainstorming en anglais). Depuis quatre ans, il mène des travaux sur les processus de médiation dans le cadre de la gestion de conflits interpersonnels. Enfin, plus récemment, et en collaboration avec Boris Brummans et un collègue de l’ESG, Olivier Germain, il s’intéresse à la question de l’entrepreneuriat d’un point de vue relationnel.

5Stephanie Fox travaille sur la communication dans le domaine de la santé et les services sociaux, et plus particulièrement sur les pratiques de collaboration interprofessionnelles. Ses travaux se situent à l’intersection du sous-champ de la communication organisationnelle et de la communication en matière de santé (health communication en anglais).

6Kirstie McAllum, d’origine néo-zélandaise, est membre du groupe depuis six ans. Elle mène des recherches sur le bénévolat dans les organisations à but non lucratif, et questionne le rapport entre bénévolat et professionnalisme.

7Enfin, Daniel Robichaud s’intéresse plus particulièrement aux propriétés organisantes de la communication, à la sémiotique et la pragmatique du langage et des discours (avec des ancrages théoriques classiques comme ceux de Charles Sanders Peirce).

8Les thèses et mémoires encadrés par les membres du groupe de recherche s’inscrivent dans des problématiques reliées à la communication organisationnelle, mais peuvent aussi aborder des thématiques plus larges comme l’étude des interactions sociales ou l’analyse du discours. Elles peuvent également porter sur des sujets variés, situés, par exemple, à l’intersection de la communication et des études de l’art, ou encore de la communication et du droit.

  • 1 B. H. J. M. Brummans (2006). The Montréal School and the question of agency. In F. Cooren, J. R. Ta (...)

9Sur le plan de l’identité du groupe de recherche, telle qu’elle est référencée dans les publications internationales, la dénomination « École de Montréal » (« Montreal School », en anglais) reste une référence forte, pas forcément d’ailleurs à l’initiative des membres du LOG eux-mêmes. Cette qualification peut en effet parfois gommer la diversité des travaux théoriques et empiriques menés au sein du groupe de recherche. L’autre dénomination usuelle du groupe est celle de CCO (pour communication constitutive des organisations en français ; communicative constitution of organization en anglais). Pour rappel, ce courant théorique a été initié vers la fin des années 1980 par James R. Taylor, ancien professeur de l’université de Montréal, aujourd’hui à la retraite. Un article collectif de James R. Taylor, F. Cooren, N. Giroux et D. Robichaud, intitulé « The Communicational Basis of Organization : Between the Conversation and the Text », paru en 1996 dans la revue Communication Theory, a plus particulièrement fait la renommée de l’École de Montréal (voir aussi Brummans, 20061). Le groupe de recherche LOG a dès lors été identifié comme représentant de cette école, bien qu’il ne soit pas le seul aujourd’hui sur le plan international. Actuellement en effet, un réseau assez dense de chercheurs québécois se regroupe autour de ce courant, via notamment le groupe de recherche sur la communication organisante (reCOR) de l’Université du Québec à Montréal, codirigé par Consuelo Vásquez, actuellement membre associée du LOG.

10D’autres chercheur.e.s canadien.ne.s, comme Frédérik Matte et Sylvie Grosjean, de l’université d’Ottawa, Dany Baillargeon et Geneviève Boivin, de l’université de Sherbrooke, Nicolas Bencherki, Mathieu Chaput et Joëlle Basque de la Téluq, Alaric Bourgouin, de HEC Montréal, Bertrand Fauré de l’université de Toulouse Paul Sabatier, Benoit Cordelier de l’UQAM, Sophie Del Fa, de l’UQAC, James Lapalme de l’ETS, Jo Katambwe de l’UQTR et Viviane Sergi, de l’ESG s’intéressent également aux orientations du groupe de recherche LOG, et participent par leurs travaux au courant de pensée de la CCO.

11Comment penser la CCO ? Le postulat de base est que c’est par la communication que l’organisation se constitue, ou qu’il n’y a pas d’organisation sans communication. Plutôt que de penser la communication sous l’angle exclusif de l’image que les entreprises renvoient vers l’extérieur, la CCO s’oriente souvent (mais pas exclusivement) vers des problématiques de communication interne. Elle part d’une question centrale : comment faire vivre une organisation ? Pour s’organiser, il faut communiquer. C’est l’idée maîtresse que James R. Taylor emprunte dès le début de sa réflexion au philosophe pragmatiste John Dewey (1859-1952). Dewey, dans son ouvrage célèbre Démocratie et éducation (1916) défend, en effet, l’idée que la société n’existe que dans et par la communication.

12Au sein du LOG, la philosophie pragmatiste héritée de Charles Sanders Peirce, William James, John Dewey et George Herbert Mead se conçoit et se décline de plusieurs façons. L’ensemble des membres du groupe de recherche sont néanmoins attachés à l’un des postulats fondamentaux du pragmatisme (voir aussi Brummans, 2006), selon lequel on ne construit pas seulement, par l’interaction, le monde qui nous entoure, mais on y réagit aussi. Cette posture renvoie à une vision plus inclusive dans la mesure où les êtres humains ne sont pas les seuls à participer à la construction des situations auxquelles ils répondent. Nous réagissons, en effet, à ce que nous disent aussi les éléments d’un environnement, lesquels co-participent à la construction d’une situation donnée. On se situe donc ici dans un registre où le monde nous interpelle et nous permet éventuellement de corriger nos erreurs. La philosophie pragmatiste renvoie plus largement à l’idée d’adaptation aux situations ou de possibilité de modifier ces dernières. Elle permet en ce sens de concevoir la relation du sujet à son environnement comme une position d’écoute plutôt que de soumission aux situations. Si dans le champ politique, le pragmatisme a souvent mauvaise presse, les chercheurs du LOG n’en demeurent pas moins convaincus qu’il reste un principe clé pour penser l’organisation, le politique et la réalité plus généralement.

13Les recherches développées au sein du LOG se nourrissent également d’autres courants théoriques, comme celui des actes de langage de John Langshaw Austin, même si à l’origine, faut-il le rappeler, il n’y a pratiquement aucun lien entre les travaux de ce philosophe et ceux des philosophes pragmatistes. Néanmoins, les chercheurs du LOG accordent collectivement un intérêt à l’approche performative du langage proposée par l’auteur oxonien. L’idée essentielle retenue ici est que lorsqu’on communique, on agit soi-même sur le monde, on demande à d’autres d’agir, on fait des affirmations, on nomme des personnes, on s’engage, on s’excuse, etc. On rejoint là encore la vision pragmatiste du langage, au travers de la question de savoir ce que l’on peut faire avec les mots, que ce soit dans leur forme écrite ou orale, mais aussi, au-delà, dans leur forme interactionnelle. C’est bien en ce sens que la performativité de la communication a des propriétés organisantes : on s’organise en communiquant. On crée des plans stratégiques, des règlements, des procédures, des protocoles. Tous ces processus sont très communicationnels, et c’est ce qui caractérise le mode de fonctionnement des sociétés en général, mais aussi des organisations en particulier.

14La théorie de l’acteur-réseau développée par Bruno Latour et Michel Callon du côté francophone, et par John Law du côté anglo-saxon, constitue un autre point d’ancrage conceptuel commun aux chercheurs du LOG. On retrouve dans cet autre courant théorique l’idée princeps que le monde qui nous entoure est aussi agissant que nous le sommes. Latour a été doublement influencé, par la pensée de John Dewey d’abord, puis par les travaux du sémioticien Algirdas Julien Greimas développés dans les années 1960-1980. Ces auteurs ont également inspiré l’approche de James R. Taylor et celle du LOG à partir des années 1990.

15Le développement de la théorie des propriétés organisantes de la communication au sein du LOG doit aussi à l’expertise que fournissent l’éthnométhodologie de Harold Garfinkel et l’analyse de conversation de Harvey Sacks en matière d’analyse des interactions, ce en dépit de la critique récurrente d’humano-centrisme dont fait l’objet cette dernière approche.

16L’attrait partagé au sein du LOG pour la philosophie pragmatiste, la sémiotique greimassienne, la performativité des actes de langage, la théorie de l’acteur-réseau et l’analyse conversationnelle s’inscrit dans une démarche assez cohérente, pour travailler, dans le sillage de ces conceptions théoriques, sur les phénomènes d’agentivité. Peu importe que cette agentivité soit l’œuvre des êtres humains eux-mêmes, ou le fait d’artéfacts, ou de technologies qu’on utilise, ou de documents qu’on mobilise, ou encore de procédures…

17Les chercheurs du LOG s’intéressent aussi plus récemment, sous l’impulsion d’autres travaux de François Cooren, à de nouvelles pistes de réflexion qui ont trait à des problématiques reliées à la matérialité de la communication. Leur posture part là encore d’un postulat partagé : la matérialisation ne concerne pas que les objets physiques de notre environnement, mais aussi la communication elle-même. En ce sens, parler de quelqu’un, de quelque chose revient à matérialiser leur présence dans le discours. Cette conception de la matérialité permet de dépasser la simple question de la matière tangible, rigide ou encore directement visible. L’imagerie symbolique de la langue elle-même en fournit des exemples. Ne dit-on pas ainsi « qu’il y a matière à discussion, à préoccupation ». En fait, ces expressions ne sont pas si imagées que cela dans la mesure où la matérialité de la communication est un phénomène que les représentants du LOG considèrent comme irréductible. Par exemple, on peut se parler, comme ici pour un entretien de recherche, à 5000 kms de distance entre la France et le Québec, parce que d’un côté la voix de celui qui parle est transformée pour être restituée de l’autre côté de celui qui écoute grâce à la « magie de l’internet ». La question de la matérialité de la communication renvoie ici aussi à d’autres modèles et théories, comme ceux de relationnalité ou d’ontologie relationnelle, développés en collaboration par François Cooren, Boris Brummans et Nicolas Bencherki.

18Les principes de philosophie pragmatiste, de communication inclusive et de matérialité guident et imprègnent également les pratiques de travail du groupe de recherche. Ainsi, jusqu’à une période récente avant la pandémie COVID19, les chercheurs du LOG organisaient leurs réunions de recherche en s’inspirant du modèle de l’OuLiPo, acronyme pour Ouvroir de Littérature Potentielle, mouvement de création littéraire fondé en 1960 par l’écrivain Raymond Queneau et le mathématicien François Le Lionnais. Le groupe LOG organisait ainsi à un rythme bimensuel un OuRePo, acronyme pour Ouvroir de Recherche Potentielle. Chercheurs et doctorants y présentaient leurs réflexions et les avancées de leurs travaux une semaine sur deux. Ces séances alternaient avec d’autres séances bimensuelles d’analyses de données réalisées collectivement, à partir de données audio, vidéos ou textuelles amenées par les chercheurs et doctorants. Ces autres rencontres autour de l’analyse collective des données constituent une autre spécificité du LOG, et permettent de faire sens du matériel produit et analysé afin de penser la production ultérieure d’articles. Quand bien même la réputation du LOG renvoie l’image d’un laboratoire essentiellement pourvoyeur d’approches théoriques, ses membres ont le souci d’examiner et d’analyser les situations organisationnelles concrètes afin de mieux les comprendre. C’est également à ce titre que les travaux du LOG sont reconnus et appréciés par la communauté scientifique internationale en sciences de l’information de communication et en sciences humaines et sociales.

19Cet intérêt prononcé pour les situations concrètes de terrain autant que pour la réflexion théorique est transmis aux doctorants, qui sont encouragés à suivre les acteurs et actrices dans leurs activités réelles, comme l’enseigne Bruno Latour. Cette orientation méthodologique se traduit par divers procédés de recueil de données sur le terrain, que ce soit en prenant des notes, en enregistrant ce que disent les acteurs et actrices sociales, ou en les filmant. Ces démarches constituent le plus souvent un défi pour les chercheurs et les doctorants du LOG, car les organisations sont en général assez fermées, surtout lorsqu’il s’agit de les filmer. Mais les opportunités ne manquent pas pour autant. François Cooren a ainsi eu la chance de pouvoir filmer les activités de Médecins Sans Frontières dans divers pays, comme la République démocratique du Congo (RDC) ou le Mozambique ; l’un de ses anciens doctorants, Frédérik Matte, a pu aussi se rendre au Zwaziland, en Jordanie, au Sri Lanka… L’enregistrement vidéo permet vraiment d’observer ce qui se passe en temps réel pour comprendre ce que signifie s’organiser dans de multiples situations.

20L’héritage du pragmatisme tel qu’il est partagé et développé au sein du LOG peut se penser dans la veine de ce que Philippe Lorino, professeur émérite à l’ESSEC (Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Cergy) expose de ce courant dans son ouvrage Pragmatisme et études des organisations (2020). L’auteur y rappelle que les conceptions pragmatistes originelles ont souvent été dévoyées. Il explique par exemple comment les convictions de W. Edwards Deming en matière d’amélioration de la qualité dans les organisations ont été trahies dans des modèles qui conçoivent aujourd’hui la qualité dans les entreprises d’une façon beaucoup plus procédurière.

21Le pragmatisme est en réalité davantage une manière de construire du savoir en composant avec une situation, même si cette vision peut parfois comporter le risque de déboucher sur des conduites d’arrivisme ou d’opportunisme. Mais réduire le pragmatisme à la seule poursuite du succès économique est pour les chercheurs du LOG une erreur d’appréciation de ce courant de pensée. On peut être pragmatiste et être habité par des considérations éthiques et sociales. Le pragmatisme vise plutôt à prendre en compte la complexité des situations, et c’est sous cet angle d’approche que pragmatisme politique et pragmatisme philosophique peuvent se rejoindre. Cette idée résonne d’un écho particulier en cette période de crise sanitaire internationale. Faut-il juste écouter les médecins qui nous disent qu’il faut tout confiner, ou est-ce qu’il faut aussi écouter des entreprises qui nous disent qu’il faut limiter de tels confinements ? On peut adopter à cet endroit des postures purement idéologiques. On peut rétorquer aussi que le pragmatisme est également une idéologie, puisque c’est effectivement une façon de penser le monde. Mais c’est une idéologie qui se donne comme devoir d’être à l’écoute du monde ou de ce que semble nous dire une situation.

22Au final, l’attitude pragmatique relève d’une posture politique, alors que le pragmatisme relève d’une conception philosophique. Mais le pragmatiste, comme le pragmatique, est celui qui est à l’écoute de ce que la situation, selon lui, exige. On ne sait jamais pour autant a priori ce que la situation exige exactement. L’exigence de la situation renvoie ici plutôt à une question ouverte. Le pragmatisme permet donc d’essayer de comprendre ce que la situation nous indique de faire ou nous invite à faire, ce qu’elle requiert. Lorsque, par exemple, Jürgen Habermas parle de pragmatisme universel, il tente de montrer que par la voie du consensus, on peut finalement tenter de mieux comprendre ce qu’une situation exige d’un point de vue éthique ou d’un point de vue pratique. La philosophie pragmatiste exige donc de la part des chercheurs qui s’y engagent un effort, celui de l’inquiry, ou de l’enquête au sens où l’entendait John Dewey, où il est nécessaire de prendre le temps de comprendre la complexité d’une situation, en se montrant attentif à ce qui peut éventuellement contredire nos convictions. Cette démarche est particulièrement difficile en raison des biais cognitifs qui altèrent justement nos capacités de compréhension, comme la dissonance cognitive bien connue des psychologues sociaux. Dans son article « The fixation of beliefs » de 1877, Charles Sanders Peirce défendait déjà de telles conceptions anticartésiennes, selon lesquelles le réel peut venir contredire nos croyances, remettre en question nos convictions, qu’elles soient individuelles ou collectives

23Le pragmatisme peut au final être conçu comme une prédisposition collective qu’il s’agit de développer afin de se situer dans une vision où l’on est à l’écoute du réel. Autrement dit, il enjoint les chercheurs, comme les politiques ou les gestionnaires, à se souvenir que nos convictions et nos attachements doivent aussi tenir compte de l’exigence du vivre ensemble. Il s’agit ainsi de trouver les moyens d’agir collectivement pour créer les conditions d’une société et d’organisations plus justes. Le pragmatisme n’est, dans ce cas, nullement incompatible avec l’utopie, si on se souvient notamment comment John Dewey a pu être utopiste dans sa vision de l’éducation et du politique. John Dewey développait en même temps une approche très concrète ou très communicationnelle de cette vision. Tout comme ultérieurement Jürgen Habermas fondera son modèle communicationnel sur des principes concrets de négociation, et non sur la raison kantienne abstraite et individualiste.

24Parler, communiquer, permet de nous complexifier en nous confrontant à d’autres opinions, à d’autres manières de voir les choses. Cette conception communicationnelle, autant qu’elle puisse paraître utopique à certains de ses détracteurs, est pourtant fondamentale pour les organisations. Charles Sanders Peirce insistait également sur ce point : nous sommes des êtres d’habitudes, et ces dernières peuvent être néanmoins confrontées à des situations qui les remettent en cause. Les organisations sont des championnes de l’habitude, de la procédure, du protocole. Néanmoins, comme le défend Karl Weick, il est indispensable de désapprendre pour se complexifier, ce qui veut dire que l’organisation doit apprendre à se méfier d’elle-même, de ses habitudes de faire et de penser. Vu sous cet angle, le pragmatisme philosophique semble au final constituer un horizon indépassable dans la façon de concevoir, étudier et comprendre la communication organisationnelle. Les chercheurs du LOG de l’université de Montréal s’emploient avec conviction, individuellement et collectivement, à perpétuer et renouveler cet héritage philosophique, et à en assurer la diffusion à l’échelle internationale.

Haut de page

Notes

1 B. H. J. M. Brummans (2006). The Montréal School and the question of agency. In F. Cooren, J. R. Taylor, & E. J. Van Every (Eds.), Communication as organizing: Empirical and theoretical explorations in the dynamic of text and conversation (pp. 197-211). Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadège Soubiale et François Cooren, « Le groupe de recherche sur le langage, l’organisation et la gouvernance (LOG) de l’université de Montréal »Communication et organisation, 58 | 2020, 111-118.

Référence électronique

Nadège Soubiale et François Cooren, « Le groupe de recherche sur le langage, l’organisation et la gouvernance (LOG) de l’université de Montréal »Communication et organisation [En ligne], 58 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/9452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.9452

Haut de page

Auteurs

Nadège Soubiale

Articles du même auteur

François Cooren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search