Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros59RecensionsSIMON, Emmanuelle, ARBORIO, Sophi...

Recensions

SIMON, Emmanuelle, ARBORIO, Sophie, HALLOY, Arnaud et HEJOAKA, Fabienne (dir.), 2020. Les savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémiques et enjeux identitaires. Questions de communication, série actes 40

Nancy : Presses Universitaires de Nancy
Eloria Vigouroux-Zugasti
p. 298-300
Référence(s) :

SIMON, Emmanuelle, ARBORIO, Sophie, HALLOY, Arnaud et HEJOAKA, Fabienne (dir.), 2020. Les savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémiques et enjeux identitaires. Questions de communication, série actes 40. Nancy : Presses Universitaires de Nancy. ISBN 978-2-8143-0564-9, 20 €.

Texte intégral

  • 1 Dite également « spasmes infantiles », forme rare et sévère d’épilepsie du nourrisson.

1Les savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémologiques et enjeux identitaires est un ouvrage collectif coordonné par Emmanuelle Simon, Sophie Arborio, Arnaud Halloy et Fabienne Hejoaka. Cet ensemble de contributions présente une certaine polysémie scientifique, alliant l’anthropologie (Arnaud Halloy et Sophie Arborio) aux sciences de l’information et de la communication (Emmanuelle Simon), ainsi qu’à l’expertise patient (Fabienne Hejoaka). Cette démarche scientifique permet, dès la lecture de la quatrième de couverture, de comprendre la volonté de croiser les regards sur les savoirs expérientiels en santé. L’ouvrage regroupe une série d’actes faisant suite au colloque international éponyme, qui s’est tenu à l’Université de Lorraine les 24 et 25 octobre 2016. Cette manifestation s’intègre dans le programme de recherche portant sur les savoirs expérientiels concernant le syndrome West1.

2Les différentes approches théoriques mobilisées par les auteurs témoignent de la volonté de diversifier les horizons et les conceptualisations du sujet. Nous retrouvons ainsi onze articles, rédigés aussi bien par des chercheurs en SIC, en anthropologie sociale, en sciences de l’éducation (orientation socio-anthropologique), en épistémologie de la littérature et des arts vivants ou encore en philosophie, pour ne citer que quelques champs. Néanmoins, la présentation de cet ouvrage serait incomplète si les actrices et acteurs non universitaires n’étaient pas cités. L’originalité de l’approche repose en effet sur une complémentarité entre chercheurs et acteurs de terrain, comme l’intervention d’Isabelle de Mézerac, présidente de l’association «  Soins palliatifs et accompagnement en maternité  » (SPAMA).

3L’enjeu de l’ouvrage consiste à circonscrire l’approche épistémologique de savoir expérientiel. Comme le rappellent la préface et l’introduction, ces dernières années le savoir expérientiel en santé a fait l’objet de nombreuses publications, manifestations et approches scientifiques. Malgré cette profusion, le champ du « savoir d’expérience » en santé ne dispose pas d’une définition claire et précise. L’ouvrage propose ainsi d’aborder cette thématique, en se concentrant sur les formes d’expertise des patients et les points de vue subjectifs des auteurs.

4Pour qui s’intéresse à la santé et notamment à l’approche patient, ce recueil constitue une source de réflexion et d’inspiration particulièrement importante. L’expérience vécue représente aujourd’hui un enjeu de poids dans l’évolution de notre système de santé et des pratiques de soin quotidiennes. Or, le vécu de la maladie par le patient et le processus de subjectivation sous-jacent sont des éléments complexes et incontournables. Complexes, d’une part, puisqu’ils dépendent du caractère individuel de chacun. Ils recouvrent ainsi une pluralité de pratiques, de modalités d’appropriation et de médiation, qui nécessitent une approche particulièrement fine et approfondie. De plus, comme le rappellent justement plusieurs auteurs de l’ouvrage, les usagers de santé, souvent nommés « experts profanes », peinent encore aujourd’hui à être reconnus par les autorités de santé comme des « actifs de la connaissance » (Tourette-Turgis, p. 8). Incontournables, d’autre part, du fait de leur place prédominante dans l’approche scientifique du domaine de la santé, des soins et de leur prise en charge. Au sein de l’ouvrage, nous retrouvons les enjeux relatifs à l’expérience dans la gestion des événements de santé. Les articles abordent aussi bien le domaine de la cancérologie, de la fin de vie en néo-natalité que celui de la narration de soi et de la maladie, qu’elle soit appréhendée du point de vue individuel ou collectif, par le biais de médias numériques (blogs) ou non. Cette pluralité d’approches rappelle aux lectrices et lecteurs l’enchevêtrement des dimensions à prendre en compte : communicationnelles, expérientielles, subjectives, médiatisées, métaphoriques, culturelles, etc.

5Le point central de l’ouvrage repose sur la définition du concept de savoir expérientiel, et surtout sur les enjeux des débats qu’il alimente, ainsi que leurs conséquences sur la pensée médicale. À travers les articles, d’une grande qualité et d’une pertinence particulièrement appréciable, l’ouvrage propose d’aborder tour à tour des concepts reliés au savoir expérientiel. Les contributions avancent des pistes de réflexion et proposent des voies à investir pour sortir de la confrontation entre « sciences médicales » et expérience des patients. L’enjeu méthodologique et épistémologique, fil rouge des articles, cherche ainsi à identifier des pistes de discussion communes et de questionnement des pratiques de prise en charge de la santé.

6Varié dans ses approches et absorbant par les questions et les méthodes qu’il aborde, cet ouvrage s’impose comme une contribution réflexive et indispensable pour les chercheurs s’intéressant au sujet. Pour les lectrices et lecteurs néophytes, cet ouvrage représente une voie d’entrée privilégiée, qui met rapidement « dans le bain » grâce à la revue de littérature du premier article (Hejoaka, Halloy et Simon), tout en jalonnant la lecture de points de repères guidant la réflexion.

Haut de page

Notes

1 Dite également « spasmes infantiles », forme rare et sévère d’épilepsie du nourrisson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eloria Vigouroux-Zugasti, « SIMON, Emmanuelle, ARBORIO, Sophie, HALLOY, Arnaud et HEJOAKA, Fabienne (dir.), 2020. Les savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémiques et enjeux identitaires. Questions de communication, série actes 40 »Communication et organisation, 59 | 2021, 298-300.

Référence électronique

Eloria Vigouroux-Zugasti, « SIMON, Emmanuelle, ARBORIO, Sophie, HALLOY, Arnaud et HEJOAKA, Fabienne (dir.), 2020. Les savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémiques et enjeux identitaires. Questions de communication, série actes 40 »Communication et organisation [En ligne], 59 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/9639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.9639

Haut de page

Auteur

Eloria Vigouroux-Zugasti

Eloria Vigouroux-Zugasti est docteure en sciences de l’information et de la communication, A.T.E.R. à l’Université Gustave Eiffel et chercheure associée au laboratoire MICA (EA 4426) et au laboratoire DICEN-IDF (EA 7339).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search