Navigation – Plan du site

Concentration et convergence des médias en Amérique latine

Concentration and Convergence in Media in Latin America
Martín Becerra et Guillermo Mastrini
Traduction de Carmen Rico de Sotelo
p. 85-103
Cet article est une traduction de :
Concentración y convergencia de medios en América Latina

Résumés

L’article analyse le processus de concentration des médias et des activités convergentes tels que les télécommunications et l’Internet en Amérique latine, puisque ce processus constitue l’un des principaux percuteurs de l’adoption, par les différents gouvernements de la région, de nouvelles réglementations sur le sujet depuis une décennie. Tout en analysant la concentration des activités de production, de stockage, de distribution et d’exhibition d’information et communication, le texte caractérise les principaux conglomérats qui œuvrent dans la région, compare leur envergure économique et leurs principaux secteurs d’intervention. On présente aussi des indicateurs du processus de concentration qui contribuent à sa quantification.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une décennie s’est déjà écoulée depuis que plusieurs pays d’Amérique latine ont adopté de nouvelles régulations en matière de médias. Dans certains cas, elles dépassent l’ensemble spécifique des médias et établissent des règles du jeu sur des activités qui sont aujourd’hui convergentes, telles que les télécommunications et l’Internet. La prétention ultime de ces changements réglementaires est la réorganisation des processus de production et de circulation de l’information et du divertissement, puisqu’ils concernent non seulement les médias traditionnels, mais aussi les plateformes numériques de transmission de contenus (contrôlées auparavant par les entreprises médiatiques exclusivement) et les nouveaux intermédiaires.

2Les nouvelles régulations ont certains points en commun : d’abord, elles surgissent dans un scénario de reconfiguration du mode d’intervention étatique dans l’espace public et, par conséquent, dans le secteur de la communication industrialisée; puis, elles situent la concentration de la propriété comme un axe central. Aussi, elles rendent possible l’accès aux licences audiovisuelles pour les acteurs sans but lucratif, en même temps qu’elles établissent des critères et des exigences minimales de production de contenus nationaux, indépendants ou locaux. Quelques régulations adoptées dans la dernière décennie posent des limites à la liberté éditoriale des titulaires de licences et des propriétaires des médias.

3Dans cet article, nous aborderons particulièrement l’analyse de la concentration de la propriété des industries médiatiques et de télécommunications, considérée par les récentes régulations du secteur comme une question d’intérêt public qui a un effet sur le plein exercice du débat public. La concentration de la propriété, perçue comme dispositif de « censure indirecte » par le Bureau du rapporteur pour la liberté d’expression de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (voir Rapport spécial pour la liberté d’expression 2000 et 2004), inclut des articles spécifiques sur les régulations des médias qui cherchent à atténuer ses effets pour qu’un plus grand nombre d’acteurs puissent avoir accès à la propriété des médias de communication.

4Or quel est le degré de concentration de la structure de propriété des médias et de la convergence des activités d’information et communication en Amérique latine? Quels sont les principaux groupes concentrés dans la région? La concentration n’est-elle pas une tendance inhérente au développement des industries, dont les coûts de production requièrent l’intégration du processus productif à des échelles importantes pour y faire face? La concentration est-elle un processus qui touche tous les secteurs industriels convergents? Pour répondre à ces questions, nous présenterons un panorama descriptif de la structuration des activités d’information et communication, que nous appelons « info-communicationnelles » (sur le concept d’info-communication, voir Becerra, 2015).

5Dans son rapport 2014 sur la situation de la liberté d’expression, l’UNESCO aborde l’adoption de nouvelles lois sur les médias en Amérique latine, qui, dans bien des cas, ont transformé « des lois désuètes, telles que celles héritées des dictatures militaires », en « occasion de transformation du paysage médiatique pour le rendre plus pluriel et moins concentré » p. 7), bien que cette ouverture implique aussi, selon une autre interprétation, que les lois constituent « une occasion pour les gouvernements d’agir contre les médias critiques envers leurs gestions » (ibid.).

6Dans le paragraphe cité ut supra, nous avançons des questions fondamentales qui apparaissent dans cet article : le niveau important de concentration dans les différents systèmes de médias; le développement de nouvelles dispositions, qui visent la reconfiguration du scénario classique caractérisé par des conglomérats aux ramifications dans les secteurs de l’audiovisuel, des télécommunications et de l’Internet; et un plus grand interventionnisme étatique. Pour compléter ce panorama, il faut ajouter l’irruption des entreprises téléphoniques, qui, dans un scénario de convergence, commencent à assumer des positions dominantes dans le secteur des médias, particulièrement dans celui de la télévision câblée.

La concentration : un objet mobile

  • 1 Au moins, d’après l’indice de concentration CR4 utilisé dans des recherches précédentes, qui montre (...)
  • 2 Une conséquence du processus de conglomération des médias a été l’obligation pour les entreprises i (...)

7L’étude de la structure de propriété des médias en Amérique latine constitue un défi à plusieurs niveaux. Primo, la région présente un des taux de concentration de propriété des médias les plus élevés du monde1. Secundo, contrairement à d’autres régions, il y a en général peu de statistiques fiables fournies par les États et les entreprises médiatiques ne fournissent pas d’information sur elles-mêmes2. Tertio, le processus de convergence technologique produit une métamorphose cardinale dans la structuration des industries consacrées à la production, à la circulation et à la commercialisation de flux de communication et de culture. Cela revient à dire que la concentration est, comme la convergence, un processus en cours et, par conséquent, son caractère inachevé en fait un phénomène impossible à cerner complètement.

8Historiquement, l’Amérique latine a eu des systèmes de médias commerciaux concentrés. Depuis les deux dernières décennies du 20e siècle, les principaux groupes de communication de la région se sont transformés en grands conglomérats englobant différentes activités. Auparavant, ces groupes constituaient des entreprises familiales tendant à dominer un secteur d’activité, une industrie médiatique, ce qui s’est particulièrement cristallisé par des processus de concentration horizontale tout au long des décennies 1950 et 1960 (voir Mastrini et Becerra, 2001). Aujourd’hui, la logique d’accumulation des principaux groupes n’est plus tellement basée sur le pouvoir de concentration d’un média spécifique (télévision, radio, presse) dans un marché, ce qui leur accorderait à leur tour un statut d’interlocuteur politique privilégié, mais sur l’exercice de positions dominantes dans différents marchés simultanément, d’où leur caractère congloméral.

9En outre, les stratégies des entreprises de télécommunications ont accentué la tendance à la structuration oligopolistique de leurs activités en Amérique latine, ce qui en accélère la concentration, puisque la convergence technologique entre médias, télécommunications et Internet intègre ces secteurs, auparavant séparés, dans les mêmes plateformes de distribution. Les nouvelles activités de Telmex et de Telefónica s’orientent dans cette direction convergente. Les deux groupes ont renforcé leur présence subcontinentale au cours des deux dernières décennies. C’est pour cela que la région présente aujourd’hui un panorama qui ressemble à un duopole en ce qui concerne les télécommunications (fixes et mobiles).

10Cela peut sembler paradoxal, mais l’essor des groupes conglomérés se produit au moment où de nouveaux règlements postulent une position plus active des États et conçoivent la concentration comme un problème de politique publique. Cela est attribuable, d’une part, à l’émergence de gouvernements de gauche, de centre gauche, ou au teint populiste dans de nombreux pays de la région (Brésil, Chili, Bolivie, Équateur, Venezuela, Nicaragua, Uruguay et Argentine), parmi lesquels plusieurs ont démontré leur intérêt pour l’établissement de nouveaux cadres réglementaires pour les médias. Il est important de signaler que, parmi ceux-ci, nous ne retrouvons pas le Brésil ni le Chili. Cela dit, la convergence numérique rend floues les barrières traditionnelles entre médias et télécommunications, ce qui a aussi un impact sur le besoin de revoir les vieilles réglementations en raison de leur désuétude par rapport aux évolutions des industries faisant l’objet de la régulation.

11Les grands groupes de communication de la région s’accommodent au nouvel environnement. À l’interne, ils complètent le processus de transformation du passage d’entreprises familiales à des structures conglomérales. Plusieurs de ces groupes ont profité de la mondialisation en diversifiant leurs intérêts dans d’autres pays (notamment Televisa, Cisneros et Globo, parmi les groupes multimédia, et Telmex et Telefónica en télécommunications). Les groupes, à leur tour, doivent répondre aux défis posés autant par les secteurs politiques, qui tentent de redéfinir le cadre réglementaire, que par les stratégies corporatives des entreprises téléphoniques, devenues une concurrence bien réelle depuis la convergence technologique et l’intégration des services (comme le triple play). En ce sens, les grands groupes multimédias d’Amérique latine font face aux défis posés par un régime normatif global émergeant, se servant de leur grande capacité d’influence sur les gouvernements nationaux, malgré les contradictions qui émanent du changement de type d’intervention étatique promu par quelques gouvernements latino-américains depuis 2004.

12Ce repositionnement conserve certaines caractéristiques principales d’un système précocement commercial, appuyé sur la publicité et dominé par le secteur privé dans la plupart des cas. En ce sens, la radio et la télévision ont montré une tendance lourde à la centralisation de leurs contenus provenant des grands centres urbains. La même chose se produit avec les infrastructures des réseaux numériques, administrés majoritairement par les groupes de télécommunications. Dans son rapport, l’UNESCO remarque aussi les menaces que ce processus de concentration géographique de médias et des technologies de l’information représente pour la diversité des points de vue : il signale en effet que, « en se combinant avec la concentration de la propriété, la concentration géographique met également à mal le pluralisme et la diversité puisqu’elle génère l’uniformité des agendas et des contenus informationnels » (UNESCO, 2014, p 16).

13Les principaux groupes qui œuvrent en Amérique latine sont, dans la plupart des cas, d’origine latino-américaine, à l’exception de capitaux espagnols, comme c’est le cas pour Telefónica, ou nord-américains, comme pour DIRECTV.

14Le Tableau 1 présente un résumé économique de principaux groupes de communication de la région.

Tableau 1. Résumé économique des principaux groupes de communication d’Amérique latine

Tableau 1. Résumé économique des principaux groupes de communication d’Amérique latine

15Telle qu’elle s’observe en Amérique latine, l’échelle de revenus des compagnies téléphoniques est d’un côté bien supérieure à celle des groupes et, d’un autre côté, l’échelle de DIRECTV comme câblo-opérateur panaméricain est fort supérieure à celle des multimédias latino-américains. Ces différences d’échelle constituent une assise incontournable pour évaluer la projection de la convergence entre des industries qui exhibent des tailles et des volumes si disparates. Ces entreprises débordent le marché latino-américain, et leur champ d’affaires est d’échelle globale.

16L’on remarque aussi que, parmi les groupes multimédias d’Amérique latine, il y a deux échelles : celle des groupes majeurs du Brésil (Globo et Abril), du Mexique (Televisa), de l’Argentine (Clarín) et du Venezuela (Cisneros, même si, dans ce cas, on inclut aussi ses activités aux États-Unis), qui dépassent largement le seuil de revenu de plus de un milliard de dollars annuellement; et celle des autres pays, bien loin d’atteindre la taille des groupes mentionnés. D’une part, cela est attribuable aux différences démographiques et économiques dans la région, qui divisent l’Amérique latine en trois grands marchés en information et en communication (Brésil, Mexique et Argentine), de même qu’au fait que les groupes dans ces pays ont un plus grand développement. D’autre part, la capacité de ces groupes à se projeter sur le plan régional aux États-Unis (dans le cas des groupes mexicains) ou à exporter des contenus (Globo) compte aussi lorsqu’on analyse leurs forces.

17Un autre trait montré par le Tableau 1 est la présence d’un groupe éditorial (Abril), le deuxième en importance, alors que, dans les grands groupes multimédias d’Amérique latine (Globo, Televisa, Clarín, Cisneros, Caracol, RCN, Canal 13), le secteur audiovisuel constitue la source principale de revenus.

18Ceci signifie que les télécommunications, d’abord, et l’audiovisuel, ensuite, apparaissent comme les activités les plus puissantes du système convergeant d’information et de communication. Voilà donc une des principales raisons des fusions, des acquisitions et des achats de groupes éditoriaux par les opérateurs audiovisuels et de télécommunications.

19Il est important de signaler qu’en Amérique latine, plusieurs groupes audiovisuels sont également des fournisseurs d’accès Internet depuis des années par l’intermédiaire de leurs entreprises de télévision câblée. Le cas le plus emblématique est celui du groupe Clarín, dont l’entreprise fondatrice fut le journal qui porte son nom et qui est en tête des ventes du secteur éditorial en Argentine. Cela dit, depuis plus de dix ans, 75 % de ses revenus proviennent de son activité comme câblo-opérateur. Ce service, fourni par le groupe Clarín par la compagnie Cablevisión, est complété par la vente d’accès Internet, qui tire profit de la capillarité de son important réseau de câbles.

Les principaux groupes de la région

Telefónica et Telmex

20Telefónica est le groupe info-communicationnel le plus important de la région. Il s’agit d’un groupe aux capitaux principalement espagnols, dont l’origine est l’entreprise de monopole public de téléphones de ce pays. Elle fut privatisée pendant la période de gouvernement de José María Aznar et ce sont les grandes banques espagnoles qui en sont les principales actionnaires. Pendant les années 1990, les intérêts expansionnistes de Telefónica ont coïncidé avec le processus de privatisations des entreprises téléphoniques en Amérique latine. Dans ce contexte, Telefónica a pu prendre le contrôle d’une partie importante du marché téléphonique, principalement en Argentine, au Brésil, en Colombie, au Chili, au Pérou et au Venezuela. Actuellement, elle intervient dans les marchés de tous les pays de la région, à l’exception de la Bolivie et du Paraguay. À partir de son contrôle de la téléphonie fixe et mobile dans de nombreux marchés où elle fonctionne en régime monopolistique, Telefónica s’est étendue sur d’autres marchés pour devenir un opérateur majeur de services Internet. Elle s’est également impliquée dans les médias, faisant d’importants investissements dans la télévision par câble et la radio. Dans une moindre mesure, elle participe aussi au marché de la télévision ouverte. La plupart des revenus mondiaux de Telefónica proviennent d’Amérique latine.

21Telmex est le deuxième groupe en importance dans la région. Ses capitaux, à la différence de Telefónica, sont majoritairement régionaux, provenant notamment de Carlos Slim. Cet homme d’affaires mexicain a profité du processus de privatisation de l’entreprise publique de téléphone aztèque et a pris le contrôle quasi monopolistique de ce marché. Son expansion sur le marché latino-américain est postérieure à celle de Telefónica, mais tout aussi importante. Il est actuellement présent dans presque tous les pays de la région, à l’exception de la Bolivie et du Venezuela. Tout comme son concurrent, sa stratégie est de se développer d’abord à partir du marché téléphonique, ensuite à partir de celui de fournisseur Internet et de télévision par câble, profitant de politiques de subventions croisées. Telmex a développé une politique commerciale agressive, ce qui lui a permis de conquérir des marchés, notamment dans les secteurs populaires. Dans les dernières années, Telmex a fait face à des pressions de la part du gouvernement mexicain pour atténuer sa position dominante sur son marché téléphonique local, ce qui a freiné son développement d’offre de services de télévision et sauvegardé la position de Televisa.

22Ces deux groupes sont brièvement mentionnés, car leur importance médiatique est moindre, particulièrement en ce qui a trait à leur capacité d’influence sur l’agenda journalistique, alors qu’ils ne possèdent ni journaux ni chaînes de télévision (avec certaines exceptions). Ils sont les plus importants économiquement, mais pas forcément comme leaders d’opinion. Dans ce qui suit, nous décrirons les principaux médias de la région en distinguant ceux de grande taille (Globo, Televisa, Clarín, Cisneros), qui aspirent à participer au marché global, de ceux d’autres pays, où la taille du marché et une tradition différente en politique de communication (Colombie et Chili) génèrent une grande concentration de la propriété sur le marché endogène, en même temps qu’une plus faible capacité d’influence à l’échelle globale.

Globo

23Né en 1925 avec l’apparition du quotidien O Globo, le groupe Globo a connu un essor important avec l’accès au marché télévisuel. Au Brésil, la télévision apparaît grâce à des initiatives privées éparses dans les principales villes du pays : Sao Paulo et Rio de Janeiro. Cependant, il a fallu attendre au milieu des années 1960 pour que le holding de la famille Marinho et son quotidien O Globo aient une présence dans le marché télévisuel. D’après Fox (1990:), TV Globo est pratiquement né avec la dictature qui s’est établie en 1964 et y joua un rôle de support pour le projet militaire de modernisation conservatrice. De leur côté, les militaires n’ont pas mis d’entraves aux ententes de Marinho avec le groupe nord-américain Time-Life, malgré l’interdiction de participation de fonds étrangers dans le financement de la radiodiffusion. À partir de l’apport des investissements nord-américains, Globo a pu surpasser ses principaux concurrents, tels que Rede Tupi (qui avait commencé ses transmissions en 1950). Avec l’appui des militaires, Globo a commencé son expansion pour atteindre une couverture nationale et éliminer de facto la concurrence. Son développement interne eut lieu en profitant des considérables investissements faits par l’État pour développer les télécommunications au moyen d’EMBRATEL (Empresa Brasileña de Telecomunicaciones). Le groupe a ainsi eu la capacité de générer un produit d’appellation d’origine contrôlée : les telenovelas. De la même manière que Televisa, non seulement l’entreprise en a profité pour réaliser son intégration horizontale et verticale, mais, en plus, les telenovelas ont constitué la matière première pour l’entrée de Globo dans le marché international. Le Groupe Globo est le plus grand fournisseur de contenus au Brésil, avec une production annuelle de plus de 4 400 heures de programmation, ce qui lui permet non seulement d’approvisionner son réseau de chaînes au Brésil, mais aussi de soutenir un ambitieux plan d’exportation de sa production à l’échelle mondiale, le journal O Globo, et une participation actionnaire (28 %) chez Sky, le deuxième opérateur de télévision payante au Brésil.

24Après son désengagement de l’entreprise NET (principal câblodistributeur) en 2012, le groupe Globo s’est concentré sur la production de signaux plus que sur la distribution. Au moyen de Globosat, il contrôle les cinq signaux présents dans les paquets de base de tous les opérateurs de télévision payante : SporTV, GloboNews, GNT, Multishow et Viva. En outre, le Groupe Globo possède des compagnies de radio, de communications satellitaires et de télécommunications au moyen de GLOPAR. Avec plus de 5,700 millions de dollars de facturation annuelle en 2014, le Groupe Globo constitue le principal groupe médiatique d’Amérique latine selon ses revenus.

Televisa

25Le Mexique a été le premier pays latino-américain à se doter de la télévision. Emilio Azcárraga, fondateur du groupe Televisa, appartenait à une famille d’hommes d’affaires qui possédait déjà une expertise médiatique, alors qu’elle exploitait des stations de radios liées à des chaînes nord-américaines. Bien que la première station ne fût pas destinée à la famille Azcárraga, en 1955, celle-ci détenait déjà le contrôle du Télésystème Mexicain de Télévision (prédécesseur de Televisa), qui gérait les trois chaînes disponibles à l’époque. La concentration de la propriété de la télévision mexicaine a eu lieu pendant que leurs patrons resserraient les liens avec le parti au pouvoir, le Partido Revolucionario Institucional (PRI). Les relations entre Televisa et le PRI ont été si serrées que quelques actionnaires de l’entreprise ont quitté leur poste dans le conseil de direction pour devenir des législateurs du parti. Une fois leur mandat accompli, ils devaient retourner au conseil. Il faut remarquer que Televisa a su profiter de ses liens politiques et de son quasi-monopole pendant plus de vingt ans pour répandre son empire. En fait, pendant les années 1960, Televisa est parvenu à installer des stations dans tout le pays et il en compte actuellement plus de 258.

26Un autre trait est l’incorporation rapide de la dernière technologie disponible et sa stratégie de ventes, non seulement pour le marché latino-américain, mais également pour celui hispano-nord-américain. Televisa a été le chef de file dans l’emploi de la vidéo et le satellite (en fait, son nom actuel est une synthèse de « télévision via satellite ») et dans le développement des services télévisuels pour hispanophones par sa participation dans la chaîne Univision depuis 1976, à laquelle elle fournit actuellement 70 % de sa programmation. Soledad Robina Bustos (1996) signale que la stratégie de Televisa est basée sur le développement de ses propres produits et sur leur distribution à travers une gamme complète de médias de communication. Le groupe Televisa est ainsi devenu un groupe hautement concentré qui profita au maximum de son intégration horizontale et verticale.

  • 3 À partir des années 1990, Televisa doit faire face à la concurrence de TV Azteca dans presque tout (...)

27Le groupe a l’habitude de se présenter comme la plus grande entreprise hispanophone de médias de communication, dont l’apport à l’industrie du divertissement est l’une des plus importantes au monde. Avec une production de plus de 50 000 heures annuelles de programmes télévisuels, Televisa est aujourd’hui le plus grand producteur de langue castillane. Il obtient plus de 60 % de ses revenus du marché télévisuel. Non seulement il détient ainsi une position dominante confortable dans le marché mexicain de la télévision ouverte3, mais il s’est répandu dans le secteur de la télévision payante. Selon un rapport de l’Institut fédéral des télécommunications (IFETEL) de 2014, Televisa contrôle 60 % du marché de la télévision payante, notamment à partir de la compagnie Sky, dont il est le principal actionnaire. Televisa contrôle aussi les distributeurs de télévision et des fournisseurs de service Internet tels que Cablemás et Cablevisión. Il a aussi une participation importante dans le marché éditorial, où il occupe une place significative dans le marché des revues locales et latino-américaines, avec des titres distribués dans 20 pays du continent et qui dépassent 450 éditions régulières. Il détient une forte présence dans le marché radiophonique, où il est associé à la compagnie espagnole Prisa. Televisa possède des liens d’association avec les principales chaînes de télévision d’Amérique latine, dont il profite pour placer les heures de télévision qu’il a produites. Sa facturation annuelle tourne autour de 5,000 millions de dollars américains, ce qui fait du groupe la deuxième compagnie de médias de la région, toute proche de Globo.

Clarín

28Contrairement à des groupes décrits jusqu’ici, le groupe Clarín, en Argentine, n’a participé à la radiodiffusion qu’à partir des années 1980. La crainte de revivre l’utilisation faite des médias par le gouvernement péroniste (1945-1955) a poussé le gouvernement militaire (1955-1958) qui l’a suivi à interdire la participation du capital étranger dans la radiodiffusion et la formation des chaînes à portée nationale. Dans les années 1970, le retrait des capitaux étrangers a été complété et les premiers groupes médiatiques nationaux ont commencé à émerger. Cependant, l’État a transformé les permis de radiodiffusion pour un monopole d’État de la production et de la distribution de télévision. D’après Jones (1993), ce fait a retardé la formation de groupes multimédia, malgré des conditions de démarrage semblables à celles du Mexique, du Brésil et du Venezuela. Pendant ce temps, le quotidien Clarín renforçait sa position hégémonique dans le marché des journaux, obtenant le plus grand tirage de tous les journaux hispanophones. Sa force économique a permis au groupe d’envisager son expansion à partir de 1990 et de devenir un des principaux groupes médiatiques de la région. Avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Carlos Menem, les restrictions existantes ont été assouplies afin de permettre aux propriétaires de journaux d’acquérir des entreprises de radiodiffusion.

  • 4 Au moyen de prête-noms.

29Le Groupe Clarín, qui avait déjà commencé son processus d’expansion dans les années 1980 en achetant Mitre4, s’est lancé dans le marché télévisuel. Avec l’acquisition de la Chaîne 13, Clarín se constitue en un véritable groupe multimédia et commence un processus de croissance constante en élargissant son champ d’action du monde de l’imprimé à celui de l’audiovisuel. En 1992, il entre dans le marché de la télévision en achetant Multicanal. Ce secteur allait devenir un des piliers du groupe multimédia et avec le temps, le plus grand opérateur de câble en Argentine. En 2007, il a fusionné avec son plus grand concurrent, Cablevisión, et domine désormais 60 % de la télévision payante du pays. Alors qu’au début, il partageait la propriété de Multicanal avec Telefónica et le Citicorp Equity Investment (CEI), il a par la suite amorcé une prise de contrôle de la majorité des actions au moyen d’opérations multiples. Le groupe Clarín ne fit pas d’alliances qui l’auraient subordonné à un autre associé, même si, en 2000, il a vendu 18 % de tout le Groupe Clarín, excepté Multicanal, à la banque nord-américaine d’investissement Goldman Sachs pour 500 millions de dollars américains. Il conforte ainsi un groupe solide qui contrôle le principal journal du pays, certaines des radios les plus influentes, ainsi que la deuxième chaîne télévisée en cote d’écoute.

30En plus de la câblo-distribution, Groupe Clarín possède le signal de télévision payante aux cotes d’écoute les plus élevées du pays, Todo Noticias, présent dans presque tous les paquets d’abonnements. Il s’agit d’un éditeur important de magazines et il participe au marché de la production cinématographique. Depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Cristina Fernández de Kirchner (2007), le groupe s’est constamment confronté aux autorités du pays. Le gouvernement a notamment promu la Loi de Services de communication audiovisuelle (2009), qui limite la concentration de la propriété des médias. Pourtant, plus de cinq ans après l’approbation de la réglementation et grâce à des recours judiciaires, Clarín maintient sa structure et est l’acteur dominant du marché argentin des médias. Avec une facturation annuelle d’approximativement 2,500 millions de dollars, Clarín se place dans le trio de tête des groupes de médias latino-américains, bien qu’il se situe à une certaine distance de Globo et de Televisa. Une différence importante est que, malgré des liens avec d’autres groupes médiatiques internationaux, sa participation au marché global demeure peu significative.

Cisneros

31Au Venezuela, ce n’est qu’au début des années 1960 qu’émerge le Groupe Cisneros. À la différence des cas précédents, ce groupe fondé sur la figure de Diego Cisneros ne provenait pas de la radiodiffusion, mais plutôt d’un holding d’entreprises très diversifié. Pour consolider sa chaîne Venevisión, Cisneros a vendu une partie de ses actions à ABC et à Paramount, malgré les lois sur la radiodiffusion qui l’empêchaient encore.

32Après les longues dictatures militaires (avant 1958), la relation des propriétaires des médias vénézuéliens avec le pouvoir politique démocratique était analogue à celle des autres marchés du continent. Ce sont eux qui ont imposé de facto les règles du jeu commercial, sans compromettre le projet politique du gouvernement.

33Le groupe Cisneros présente deux grandes différences avec les autres présentées jusqu’ici. D’abord, il appartient à un holding industriel avec de nombreux investissements dans différents secteurs de l’économie, même si les industries culturelles et l’audiovisuel en particulier en constituent la principale source de capitaux. Ensuite, le groupe Cisneros ne possède ni médias écrits ni industries qui lui sont associés (agences de presse, etc.), mais a tout de même réussi à obtenir une présence importante dans la télévision ouverte et payante. Venevisión, le signal ouvert avec le plus d’audience au Venezuela, s’est étendue sur le marché de la télévision payante au Venezuela et en République dominicaine avec la compagnie Venevisión Plus, ainsi que sur le marché de la Colombie avec VmásTV.

Venevisión Internacional

34Même si le groupe Venevisión a pu conserver sa position au Venezuela, les politiques des présidents Chávez et Maduro ont eu pour conséquence l’intensification de la présence de la famille Cisneros à Miami. Le groupe Venevisión Internacional possède des studios de production dans la capitale de la Floride, d’où il distribue des contenus vers l’Amérique latine. Ce groupe a orienté une partie de ses intérêts vers le marché numérique, en mettant l’accent sur la publicité numérique, le commerce électronique et les biens virtuels. Sur ce plan, il est un des chefs de file de la région. C’est pour cela qu’il a consolidé un fond d’investissement en médias (Ibero-American Media Partners – IAMP) avec le fond financier nord-américain Hicks, Muse, Tate & Furst.

35En partenariat avec Televisa, il participe à la chaîne américaine Univisión et le signal Galavisión, ainsi qu’au système de télévision satellitaire DirectTV grâce à Galaxy Televisión América. Cisneros se place au quatrième rang des groupes médiatiques de la région, avec une facturation avoisinant 1,500 millions de dollars américains.

Abril

36De son côté, la maison d’édition Abril est un cas à part. Depuis sa mise sur pied dans les années 1950, elle a vécu un processus d’expansion continu qui l’a amenée à occuper le cinquième rang des groupes latino-américains de communication. Elle domine largement le marché des revues, où elle vend de millions de magazines toutes les semaines. Elle appartient à la famille Civita, qui n’est cependant pas présente dans d’autres secteurs médiatiques comme la radio ou la télévision.

Caracol et RCN

37En Colombie, il existe deux groupes de médias qui se détachent de l’ensemble d’entreprises journalistiques et audiovisuelles : Caracol et RCN. Caracol fait partie d’Ardila Lülle, un groupe majeur d’entreprises qui œuvre surtout dans la fabrication de bières. Son entrée dans le secteur des médias de communication s’est faite à travers la Cadena Radial Colombiana, qui l’a vendue au début du 21e siècle au groupe Prisa. Bien que la télévision soit demeurée propriété de l’État colombien jusque dans les années 1990, Caracol a été un important producteur de programmes pour ces stations.

38Lorsqu’en 1995 des licences furent octroyées au secteur privé, Caracol s’est vu offrir l’une des deux disponibles et commença la diffusion de ses émissions en 1998. Depuis lors, elle s’est positionnée comme un producteur et distributeur mondial majeur de programmes, spécialement de Telenovelas. Elle possède en plus, le journal El Espectador, un des plus importants du pays, ainsi que des investissements en cinéma et radio. Avec 377 millions de dollars américains de facturation en 2014, il s’agit du principal consortium médiatique de Colombie.

39Son plus fort rival est le groupe RCN, avec une facturation à peine inférieure. Celui-ci a également obtenu une licence de télévision dans les années 1990 et, depuis lors, il forme, avec Caracol, un duopole virtuel sur le marché télévisuel. Étant les uniques concurrents sur le marché, ils ont développé conjointement un puissant lobby pour que le gouvernement colombien ne parachève pas le processus d’appel d’offres pour une troisième chaîne, ce qui ne s’est pas encore concrétisé.

40RCN appartient au groupe Ardila Lülle, dont l’histoire est semblable à celle du groupe Santo Domingo. Sa force dans le marché de boissons sans alcool lui a permis de s’étendre à d’autres marchés, dont la radio et la production télévisuelle. Il possède aussi d’importants investissements dans les secteurs du textile et dans l’agroindustriel et est propriétaire d’une des plus grandes équipes de football de Colombie.

Edwards et Copesa

41Dans le cas chilien, aucun des groupes n’atteint les dimensions des grandes corporations régionales. Il s’agit, pourtant, d’un marché hautement concentré. Dans la presse écrite, deux groupes se partagent plus de 80 % du marché : Edwards, éditeur de El Mercurio, et Copesa, qui publie principalement La Tercera. Ces entreprises dominent largement autant le marché national que ceux de la presse régionale. Le groupe Edwards appartient à la famille du même nom, qui édite depuis plus d’un siècle les principaux journaux du pays.

42Pour sa part Copesa (Consorcio Periodístico de Chile) est un groupe de gens d’affaires qui œuvrent dans d’autres secteurs de l’économie. Ces groupes sont absolument opaques et il est presque impossible de connaître leurs résultats économiques sans en être actionnaire. Cependant, le cas de la radiodiffusion est tout autre. Contrairement aux autres pays de la région, le Chili présente une législation très souple concernant les investissements étrangers, ce qui a pour conséquences que plusieurs compagnies audiovisuelles sont dans des mains étrangères. Ainsi, des capitaux mexicains, nord-américains et chiliens participent à un marché télévisuel qui compte sept chaînes à portée nationale. De par leur facturation et leur importance se détachent Canal 13, propriété du groupe Luksic (67 %), et l’Universidad Católica de Chile (33 %). Avec une facturation de 163 millions de dollars américains annuels, ce groupe télévisuel constitue le groupe de médias le plus important du pays. Il participe au marché radiophonique par la compagnie Radiodifusión S.A., qui détient 18 licences dans tout le pays.

43Il faut souligner qu’autant le Chili que la Colombie ont constitué des exceptions au panorama dominant en Amérique latine depuis les origines de la télévision jusqu’aux années 1990. Alors que, dans la région, ce sont les chaînes privées qui l’emportaient, dans ces deux pays, la télévision demeura dans les mains de l’État, pour la Colombie), et de l’État et les universités, pour le Chili. Ce n’est que dans la décennie des années 1990 que les deux pays ont démarré des processus de libéralisation du marché, qui ont débouché par la formation de chaînes privées financées par la publicité et orientées vers la maximisation des audiences. Le retard dans la formation de puissants groupes de médias ainsi qu’une taille plus petite du marché que dans les cas du Brésil, du Mexique et de l’Argentine expliquent la moindre grandeur des groupes de ces deux pays.

Concentration et convergence

44Les groupes décrits ci-dessus sont les fers de lance d’un processus de concentration croissante de la propriété et de la centralisation des productions en information et en culture. Pour mesurer ce processus, nous avons employé l’indice Concentration Ratio (CR4), qui étudie la participation des quatre premières compagnies dans l’ensemble des marchés liés à la communication, de la presse jusqu’aux télécommunications. La recherche a prélevé des échantillons de l’état de la concentration des médias en 2000, 2004 et 2008, afin de dresser une tendance de son évolution dans la première décennie du 21e siècle.

45Les niveaux de concentration dans le marché de la presse écrite varient selon les pays. Alors qu’au Brésil la somme des revenus des quatre plus grands journaux n’atteint pas 40 % du total, en Argentine, elles dépassent 60 % et au Chili et en Uruguay, elle affiche des taux encore plus élevés. Les données présentées ici tendent à confirmer que la diversité dans le marché éditorial est liée à la taille du marché. Ce n’est qu’avec un volume élevé de lecteurs que l’on peut atteindre les économies d’échelle dont un journal a besoin pour subsister du point de vue économique.

46En ce qui concerne l’évolution du processus de concentration, nous n’observons pas de critère unique, au-delà d’une certaine stabilité dans les niveaux de concentration. Il est aussi important de remarquer que la presse apparaît comme un marché, avec des taux de concentration plus bas que ceux de la télévision ou des télécommunications (Figure 1).

Figure 1. Concentration dans le marché des journaux (% de participation des 4 premiers opérateurs)
(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)

Figure 1. Concentration dans le marché des journaux (% de participation des 4 premiers opérateurs)(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)

47Le marché télévisuel affiche aussi une haute concentration des revenus. Selon les données obtenues (voir Tableau 1), ce marché est d’ordre oligopolistique. Dans les pays du Cône Sud de l’Amérique latine en particulier, les quatre plus grandes chaînes de télévision de chaque pays contrôlent au moins 50 % du total des revenus du secteur. Ainsi, on peut affirmer qu’ils affichent des niveaux de concentration très élevés. On remarque que le Brésil, une fois encore, possède un taux de concentration inférieur à celui de ses voisins. Il faut souligner que même si la quantité de licences existantes dans les différents pays (plus de 300 au Brésil, moins de 50 en Argentine) varie considérablement, les niveaux de concentration sont élevés dans les deux cas. Cela pourrait suggérer que ceux qui parviennent à obtenir des positions dominantes de l’audimat parviennent aussi à accaparer la partie la plus significative du marché.

48Contrairement à la presse écrite, les données obtenues permettent d’établir une tendance à la croissance graduelle dans les niveaux de concentration du marché télévisuel (Figure 2). Or, dans le cas du Brésil, il faut préciser que comme le réseau Globo décentralise une partie de sa programmation quotidienne et que ceci a un impact sur le taux de concentration. Autrement dit, si l’on prenait toutes les stations qui émettent la programmation de Globo, en tant que réseau unique, le niveau de concentration serait plus élevé et dépasserait le reste de la région.

Figure 2. Concentration du marché télévisuel
(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)

Figure 2. Concentration du marché télévisuel(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)

49Pour sa part, le marché de la téléphonie mobile (Figure 3) est le plus concentré de tous ceux qui sont comparés dans cet article. Le CR4 atteint le niveau maximal possible dans tous les pays. Après avoir démantelé les monopoles publics de télécommunications qui ont existé jusque dans les années 1990, le marché est devenu en peu de temps un puissant oligopole (et dans quelques cas, un duopole), mais d’ordre privé. Même un marché de téléphonie mobile, né dans un environnement normatif dit « concurrentiel », ne permet pas le fonctionnement de plus de quatre opérateurs. Cela se passe aussi au Brésil, où la tendance à la rétraction de concurrents s’est imposée alors que le pays affichait un taux de concentration plus faible au début du siècle.

Figure 3. Concentration du marché de la téléphonie mobile
(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)

Figure 3. Concentration du marché de la téléphonie mobile(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)

Nouvelles réglementations

50Les niveaux de concentration figurant ici et le renforcement des principaux groupes de télécommunications et de médias ne seraient pas atteints sans l’encouragement régulateur et politique des divers gouvernements qui se sont succédé au cours des décennies. La concentration de la propriété et la centralisation de la production sont des processus développés sur de longues périodes et exigent, pour s’institutionnaliser, des interventions de politique publique prenant la forme d’actions, telles que des subsides, des permis, des licences, des appuis économiques et politiques, ou des lois et des décrets.

51Les groupes concentrés de la région ont participé à établir les valeurs nationales, c’est-à-dire qu’ils constituent une sorte de marque témoignant de la modernité (tardive) des pays, puisque, pendant des décennies, ils ont contribué à façonner le quotidien de leurs informations et de leurs divertissements. Cette constitution des groupes concentrés liés à l’espace public national est de plus en plus instable vu la toute nouvelle contestation sociale et politique du secteur.

52La concentration de la propriété, la ligne éditoriale intolérante aux politiques de « gauche populiste » de plusieurs gouvernements de la région depuis plus d’une décennie et le besoin de revoir des cadres réglementaires devenus désuets en raison de la convergence numérique constituent les principaux motifs de l’adoption de nouvelles réglementations des médias en Amérique latine, qui vont à contre-courant de l’assouplissement en matière de concentration promue par les gouvernements des pays centraux.

53Le contexte d’un certain nombre de nouvelles réglementations est celui des lendemains de crises de régimes politiques, notamment au Mexique, au Brésil, en Argentine, au Venezuela, en Équateur ou en Bolivie, entre la fin du 20e et le début du 21e siècle. Dans leur stratégie de résolution de ces crises, quelques gouvernements et de nombreux groupes de la société civile ont mis l’accent sur le secteur des médias traditionnels, qui avait joué, dans des pays comme l’Argentine, le Brésil, la Bolivie, l’Équateur, le Mexique ou le Venezuela, un rôle conservateur ou réactionnaire avant et pendant ces crises (appui au coup d’État contre l’ancien président Hugo Chávez au Venezuela en 2002; éditions biaisées qui ont sous-estimé ou contourné, selon le cas, la crise du modèle socioéconomique au Mexique 1994-1995, au Brésil 1997-1998 ou en Argentine 2001-2002). Les règles du jeu du secteur des médias de masse ont été remises en question.

54Les nouvelles réglementations d’Amérique latine mentionnent le problème de la concentration privée, auquel se superposent des politiques qui font de l’État l’émetteur et le responsable de la communication, subordonnant les organismes d’application des lois aux gouvernements et, dans quelques cas particuliers, contrôlant en parti les contenus. Cependant, il existe des différences entre les lois adoptées par le Venezuela, l’Argentine, l’Équateur, le Mexique ou l’Uruguay. Ces différences relèvent autant de l’objet de la réglementation que du respect de la tradition continentale de liberté d’expression reconnue comme un droit humain, que résume la doctrine de la Commission internationale des droits de l’homme.

55Ainsi, la première décennie du 21e siècle en Amérique latine s’est achevée avec la consolidation des processus de mutation historique du secteur médiatique : l’altération des liens qui s’étaient construits entre politique et médias (en particulier entre gouvernements et grosses entreprises de journaux); les déterminations d’une structure concentrée par rapport à la propriété dans le secteur; l’expansion de la télévision payante multichaîne, avec une structure elle aussi concentrée; la transformation technologique portée par la numérisation du service audiovisuel; la reconfiguration des enjeux principaux liés à la liberté d’expression; et les changements normatifs provenant d’une conception du droit à la communication qui émerge dans le contexte latino-américain avec une force singulière. Ces transformations constituent les principaux processus qui agissent présentement sur les industries de l’information et de la communication en Amérique latine, de pair avec la non-existence de médias étatiques à caractère public, puisque ceux qui existent dans la région soit dépendent à l’évidence du gouvernement, soit ont un caractère marchand (Becerra, 2015).

Conclusion

56Les systèmes médiatiques et les industries convergentes telles que les télécommunications et l’Internet présentent, en Amérique latine, une structure de propriété hautement concentrée, avec la domination de deux grands conglomérats de télécommunication, comme Telefónica et Telmex, et de groupes multimédias, comme Globo, Televisa, Cisneros ou Clarín.

57Cette structure est le fruit d’un contrôle étatique historiquement favorable à la concentration de ces marchés, où s’est répandue la maxime marchande affirmant que tout type de réglementation équivaudrait à une attaque contre la liberté de la presse.

58La concentration de ces activités a historiquement fait l’objet de résistance de la part de groupes organisés de la société civile qui sont parvenus, dans certains pays, à articuler leur défense de la liberté d’expression comme bien social avec l’insertion de ce droit au cœur d’un agenda plus large et inclusif de droits de la personne fondamentaux. Pourtant, ces revendications n’ont pas transcendé les institutions d’importance à l’échelon régional (à quelques exceptions près, pendant de petits laps de temps, dans quelques pays) jusqu’au début du 21e siècle, alors que plusieurs gouvernements latino-américains ont commencé à contester la concentration et ont essayé d’apporter des modifications dans la réglementation du secteur. Au-delà de la caractérisation de ces gouvernements comme populistes de gauche ou de nouvelle gauche, il existe une grande élasticité idéologique de la part des administrations qui ont envisagé des réformes médiatiques dans la région ces dernières années. Le facteur commun étant que leur démocratie a été secouée par de graves crises depuis la fin des années 1990.

  • 5 Néologisme des auteurs pour indiquer le caractère politique des processus de réglementation N.T.

59Les nouvelles politiques et les réglementations des médias n’ont pas atteint – sauf au Venezuela – le secteur des télécommunications ni celui des réseaux numériques – à l’exception de l’Équateur –, lesquels, contrairement à la politicité5 acquise de plus en plus par le traitement de la réglementation médiatique, semblent n’être perçus que comme des solutions technologiques dans un état d’apesanteur sociale. En outre, en Équateur seulement, un axe central de la reformulation des politiques de communication est la circulation sociale de la culture, en tant que nouvelle perspective de la propriété intellectuelle, des droits d’auteur et du domaine public (ici, par exemple, le gouvernement d’Argentine renforce le statu quo depuis quelques années à travers de nouvelles législations).

60Alors que le Venezuela, en 2004, et l’Argentine, en 2009, modifièrent leurs lois sur les services audiovisuels, l’Uruguay établissait en 2007 une nouvelle norme sur les médias communautaires et, à la fin de 2014, son parlement approuvait une loi sur les services audiovisuels, très semblable à la norme argentine. L’Équateur approuva sa Loi de la communication en 2013 et, la même année, le Mexique promulgua une ambitieuse réforme constitutionnelle. La Bolivie fit des changements constitutionnels qui ont atteint le secteur médiatique. Au Brésil et au Chili, il existe, depuis plusieurs années, des initiatives de la société civile visant au progrès des réformes de la réglementation, malgré un appui du système politique qui demeure faible. Dans presque tous les pays mentionnés, il y a consensus quant à la sauvegarde de plus du 30 % de licences audiovisuelles pour le secteur non lucratif (médias communautaires et de premières nations, fondations, coopératives).

61Les nouvelles régulations des médias établissent des limites à la propriété supérieures aux précédentes pour un même groupe (limites qui, dans certains cas, n’existaient pas). En faisant cela, la contestation de la concentration de la propriété en quelques mains se voit institutionnalisée. Toutes les réformes postulent le besoin de concours publics pour l’obtention des licences radiophoniques et télévisuelles. Ceux-ci augmentent également l’exigence de productions endogènes, nationales et indépendantes, dans le but de promouvoir des capacités productives, lesquelles se sont en général concentrées uniquement dans les centres géographiques les plus peuplés. Dans tous les cas, les médias sans but lucratif sont autorisés à devenir titulaires de licences de radiodiffusion.

62Toutefois, l’engagement pour de nouvelles régulations qui s’inscriraient dans la tradition de la liberté d’expression garantie par la circulation des diverses opinions et le contraste de perspectives antagonistes est inégal. Alors qu’au Venezuela, à travers la Loi de responsabilité de la radio et la télévision de 2004, ou en Équateur, avec la plus récente Loi de la communication de 2013, on autorise le contrôle des contenus informationnels des médias, la Loi des services de communication audiovisuelle d’Argentine de 2009 et la loi uruguayenne de 2014 élargissent de leur côté le droit à l’accès aux permis pour les organisations sans but lucratif, des normes qui respectent la liberté d’opinion de chaque émetteur.

63À l’inverse, les lois d’Argentine et d’Uruguay, en raison du respect des contenus éditoriaux et de la traduction dans ces normes des principes du droit à la culture et de la liberté d’opinion, ont connu des éloges de la part des organismes spécialisés en liberté d’expression de l’ONU et de l’Organisation des états américains, en plus du placet des organisations qui défendent le métier journalistique et la liberté d’expression, telles que Reporters sans frontières.

64Les changements des réglementations ont été conçus dans le cadre de stratégies générales de politiques publiques, lesquelles, de manière plus ou moins cohérente selon le cas, ont cherché à dépasser les contours du modèle néolibéral de l’intervention étatique.

65Souvent, ces changements ont provoqué un affrontement direct entre le gouvernement et les groupes médiatiques. Le cas le plus connu est celui de l’ancien président vénézuélien, Hugo Chávez (1999-2001, 2001-2007, 2007-2013), mais des conflits avec les grands médias ont également traversés les présidences de Lula da Silva (2003-2007, 2007-2011) et de Dilma Rousseff (2011-2015, 2015[-2019]) au Brésil, de Cristina Fernández de Kirchner (2007-2011, 2011-2015) en Argentine, d’Evo Morales (2005-2010, 2010-2015, 2015[-2020]) en Bolivie et de Rafael Correa (2007-2009, 2009-2013, 2013[-2017]) en Équateur, entre autres.

66Pourtant, les nouvelles politiques et réglementations n’ont jusqu’à présent pas altéré de manière substantielle le caractère concentré de la structure des activités d’information et de communication. Même si, dans certains pays, la corrélation des forces d’entreprises concentrées s’est modifiée, alors que des groupes ont été forcés à désinvestir ou à cesser d’opérer des licences audiovisuelles (au Venezuela et en Équateur, notamment), le niveau de concentration des marchés n’a pour l’instant pas changé de façon notable.

67Ainsi, cet article synthétise l’information sur la composition des principaux groupes de la région en précisant : le secteur concerné par leurs activités, le type de composition conglomérale du point de vue économique, les différences d’échelle entre les groupes provenant du domaine des télécommunications et ceux du secteur des médias traditionnels (et au sein de ce sous-ensemble, ceux qui ont leurs principaux revenus dans l’audiovisuel par rapport à ceux qui l’obtiennent dans l’imprimé).

Haut de page

Bibliographie

América Móvil (2014). Estados contables. Mexico, Mexique : América Móvil. Repéré
 à http://www.americamovil.com/amx/es/cm/reports/Q/2T14.pdf

Arsenault, A. et Manuel, C. (2008). The Structure and Dynamics of Global Multimedia Business Networks. International Journal of Communications, 2, 707-748.

Becerra, M. (2015). De la concentración a la convergencia: políticas de medios en Argentina y América Latina. Buenos Aires, Argentine : Paidós.

Becerra, M. et Mastrini, G. (2009). Los dueños de la palabra: acceso, estructura y concentración de los medios en la América Latina del siglo XXI. Buenos Aires, Argentine : Prometeo.

Doyle, G. (2002). Media Ownership. Londres, Angleterre : Sage Publications.

Fox, E. (1990). Días de Baile: el fracaso de la reforma de la televisión de América Latina. México, Mexique : FELAFACS-WACC.

Fox, E. et Waisbord, S. (dir.) (2002). Latin Politics, Global Media. Austin, TX : University of Texas Press.

Institute of Media and Communications Policy. (2014). Media Data Base – International Media Corporations 2014. Repéré
 à http://www.mediadb.eu/en.html

López Olarte, O. (2004). Las fuerzas económicas del mercado mundial del cine. Proyecto Economía y Cultura. Carthagènes, Colombie : Convenio Andrés Bello.

Mastrini, G. et Becerra, M. (2006). Periodistas y magnates. Estructura y concentración de las industrias culturales en América Latina. Buenos Aires, Argentine : Prometeo.

Napoli, P. (1999). Deconstructing the Diversity Principle. Journal of Communication, 49(4), 7-34.

Noam, E. (2004, 30 août). How to Measure Media Concentration. Financial Time. Repéré à http://www.citi.columbia.edu/elinoam/FT/8-30-04/measure.htm

Relatoría Especial para la Libertad de Expresión de OEA. (2000). Violaciones indirectas a la libertad de expresión: el impacto de la concentración en la propiedad de los medios de comunicación social. Washington, DC : Organisation des États Américains. Repéré
 à http://www.oas.org/es/cidh/expresion/docs/informes/medios/concentracion%20en%20medios%20Pages%20from%20Informe%20Anual%202004-3.pdf

Relatoría Especial para la Libertad de Expresión de OEA. (2004). Informe anual de la Relatoría para la Libertad de Expresión 2004. Washington, DC : Organisation des États Américains. Repéré
 à http://www.cidh.org/Relatoria/showarticle.asp?artID=459&lID=2

Telefónica. (2014). Estados contables. Madrid, Espagne : Telefónica. Repéré
 à http://www.telefonica.com/es/shareholders-investors/pdf/rdos13t4-ipp_ctas_resum_esp.pdf

Trejo Delarbre, R. (2010). Muchos medios en pocas manos: concentración televisiva y democracia en América Latina. Intercom, Revista Brasileira de Ciencias da Comunicacao, 33(1), 17-51.

UNESCO. (2014). Tendencias mundiales en libertad de expresión y desarrollo de los medios: Situación regional en América Latina y el Caribe. Montevideo, Uruguay : UNESCO.

Vidal Bonifaz, F. (2013, 3 novembre). Ventas de empresas latinoamericanas de medios. La Rueda de la Fortuna. Repéré à https://ruedadelafortuna.com.mx/category/medios-2/

Haut de page

Notes

1 Au moins, d’après l’indice de concentration CR4 utilisé dans des recherches précédentes, qui montrent que les quatre premières entreprises dominent en moyenne autour du 80 % des marchés (voir Mastrini et Becerra 2006; Becerra et Mastrini 2009).

2 Une conséquence du processus de conglomération des médias a été l’obligation pour les entreprises inscrites en bourse de fournir plus d’informations sur leurs états financiers. Depuis quelques années, nous possédons de meilleures données sur l’état économique des médias, même si ce n’est que celles de grands groupes cotés en bourse.

3 À partir des années 1990, Televisa doit faire face à la concurrence de TV Azteca dans presque tout le Mexique. Malgré cette situation, des recherches récentes démontrent que, dans son ensemble, les quatre chaînes retiennent plus du 75 % de l’audience.

4 Au moyen de prête-noms.

5 Néologisme des auteurs pour indiquer le caractère politique des processus de réglementation N.T.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Résumé économique des principaux groupes de communication d’Amérique latine
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2285/img-1.png
Fichier image/, 1,7M
Titre Figure 1. Concentration dans le marché des journaux (% de participation des 4 premiers opérateurs)(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2285/img-2.png
Fichier image/, 39k
Titre Figure 2. Concentration du marché télévisuel(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2285/img-3.png
Fichier image/, 34k
Titre Figure 3. Concentration du marché de la téléphonie mobile(Élaborée à partir de Becerra et Mastrini, 2009)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2285/img-4.png
Fichier image/, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martín Becerra et Guillermo Mastrini, « Concentration et convergence des médias en Amérique latine », Communiquer, 20 | 2017, 85-103.

Référence électronique

Martín Becerra et Guillermo Mastrini, « Concentration et convergence des médias en Amérique latine », Communiquer [En ligne], 20 | 2017, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2285 ; DOI : 10.4000/communiquer.2285

Haut de page

Auteurs

Martín Becerra

Professeur
Universidad Nacional de Quilmes, UBA, Conicet, Argentine

Guillermo Mastrini

Professeur
Universidad Nacional de Quilmes – UBA, Argentine

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals