Navigation – Plan du site

L’injonction à participer au monde numérique

The Injonction to Participate in the Digital World
Serge Proulx
p. 15-27

Résumés

Cet article interroge les discours des chercheurs qui mettent de l’avant, depuis les décennies 2000 et 2010, l’idée que le Web serait constitué par une « participation » des internautes au monde numérique. Mais qu’entendons-nous par l’expression « participation » : ne s’agirait-il pas d’une simple illusion, d’une ruse sémantique des puissants de ce monde pour exploiter plus subtilement leurs subordonnés ? Ou, au contraire, ce type d’interpellation pourrait-il conduire à distribuer plus démocratiquement la capacité d’agir vers des agents a priori éloignés des centres du pouvoir ? Participer suppose que l’individu prenne part à la situation de façon telle qu’il puisse éventuellement modifier cet état des choses par ses gestes contributifs. L’insistance rhétorique des analystes à constater l’existence de cette « participation » n’équivaudrait-elle pas à faire le jeu des grandes entreprises de l’Internet ? Aujourd’hui, une logique d’extraction de données qui fonctionne complètement à l’insu des personnes dont les traces d’activité font l’objet de la captation se met en place. Ces processus de captation permanente de la présence ouvrent la porte à une marchandisation permanente du temps humain et à l’implantation de nouveaux dispositifs de monétisation de l’attention.

Haut de page

Texte intégral

1L’injonction à la participation se repère aujourd’hui dans de nombreux narratifs liés à différents domaines de la vie. Que l’on songe seulement à la politique et la démocratie soi-disant participatives, à l’art et la technologie participatifs, au domaine de la science ou de la recherche participatives, voire à l’injonction religieuse invitant les croyants à une participation active aux rituels et aux cérémonies. Encore faut-il savoir ce que l’on entend par l’expression « participation » : ne s’agirait-il pas d’une simple illusion, d’une ruse sémantique des puissants de ce monde pour exploiter plus subtilement leurs subordonnés ? Ou, au contraire, ce type d’interpellation pourrait-il conduire à distribuer plus démocratiquement la capacité d’agir vers des agents a priori éloignés des centres du pouvoir ? En ce qui concerne le monde numérique, en tout cas, l’injonction à participer est d’abord formulée du haut vers le bas (top-down) dans la mesure où, depuis l’invention du Web 2.0 et, surtout aujourd’hui, avec le Web des plateformes, l’utilisateur est la plupart du temps contraint de s’inscrire d’abord sur la plateforme qu’il veut fréquenter, puis de suivre les consignes établies par les algorithmes (Cardon, 2015), ceux-ci ayant été mis en place par les organisations propriétaires contrôlant l’espace médiatique du Web.

2Le chercheur Antonio Casilli (2015) parle, dans ce cas de figure, d’un « Web d’inscription » :

c’est-à-dire un contexte dans lequel on ne peut pratiquement pas passer d’une page à l’autre sans avoir à franchir des CheckPoints qui vous demandent constamment de décliner votre nom, votre mot de passe, etc. Donc, l’identification de l’utilisateur fait en sorte que le traçage [est] constant […] (p. 8).

3Cette inscription de l’usager sur la plateforme constitue le passage obligé de la « bonne participation » en ligne, correspondant au besoin des entreprises géantes de l’Internet (GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) dont la captation des traces constitue le rouage principal du processus de production de la valeur économique. L’usager est obligé de « participer » dans ce contexte numérique, au sens où il se doit de contribuer, par exemple à travers ses « publications » sur les « murs » de ses contacts dans les réseaux sociaux, ou encore par ses évaluations et ses recommandations personnelles sur les sites des restaurants et des commerces qu’il a fréquentés, etc.

Que veut dire « participer » à l’ère du numérique ?

4Cette participation en ligne a ainsi changé de forme avec la transition sociotechnique de l’ancien Web des pages (Homepage Web) – l’environnement numérique propre aux années 1990 où l’internaute « butinait » et « surfait » en passant d’une page à l’autre avec un sentiment subjectif de relative liberté – vers le Web des plateformes, le cyberespace des décennies 2000 et 2010, qui contraint fortement les pratiques des internautes par le biais d’algorithmes et d’interfaces prescriptifs. Cette nouvelle forme du Web impose fermement ses logiques de captation permanente des traces des activités en ligne. Le Web des plateformes met à disposition de l’internaute un éventail plus grand de possibilités, mais, en même temps, il le contraint davantage à suivre les chemins déjà tracés et mis en place par les entreprises propriétaires des sites.

5Or l’injonction à participer au monde numérique est aussi affirmée à partir du bas (bottom-up), dans la mesure où l’usager développe un sentiment subjectif d’appartenance à l’égard de diverses « communautés d’usagers » devenues, au fil des routines de pratiques et des patterns d’usages, un véritable milieu intégrateur dont l’internaute intériorise les normes de comportement et les valeurs partagées. L’usager se sent ainsi, en quelque sorte, « obligé » de participer à ces réseaux d’échange (souvent pair à pair) et à ces communautés d’appartenance, en approvisionnant par exemple de ses messages et de ses interventions les listes de discussion et les forums qui leur sont rattachés.

6Mais que veut dire, au juste, « participer » ? La participation concerne le pouvoir : si mon geste participatif n’exerce aucune influence sur la situation, comme dans le fait de s’engager dans des dispositifs préexistants définis d’abord par des algorithmes sur lesquels nous n’avons aucun contrôle et qui contraignent fortement les choix des réponses possibles, il s’agit alors d’une forme superficielle de participation. Selon la philosophe Joëlle Zask (2014), la forme « participation » entendue au sens fort implique davantage que cet engagement de surface dans des dispositifs préexistants. Participer suppose que l’individu prenne part à la situation de façon telle qu’il puisse éventuellement modifier cet état des choses par ses gestes contributifs. Un tel contexte participatif implique que l’on mette effectivement à disposition des ressources, des outils, des moyens pour que le participant puisse intervenir de manière significative dans la situation. Le participant apparaît alors comme un « bénéficiaire » et c’est bien ce qui lui permet par ailleurs d’être un « contributeur ». Zask (2011) montre que la participation à la vie démocratique articule trois actions : prendre part activement au processus (plutôt que de simplement en « faire partie ») ; contribuer (ce qui veut dire « apporter une part ») ; et bénéficier (c’est-à-dire « recevoir une part »). Or ces trois types d’action constituent les pivots de l’idéal démocratique selon John Dewey : « La participation est un idéal à ne pas brader, qui exige une pensée sociale et politique fortement critique à l’égard de nos habitudes culturelles elles-mêmes » (Zask, 2014, p. 16). Au fil de ses travaux concernant l’art dit « participatif », la philosophe en vient à souligner que le danger pour la démocratie consiste à « enrôler les gens dans un dispositif de participation fallacieuse qui est l’exact inverse d’un dispositif de création artistique et esthétique, donc d’un processus d’individuation générale des membres d’une société donnée » (ibid., p. 15).

7Depuis 2004, plusieurs courants de recherche ont documenté cette thématique de la participation au monde numérique. Il y a d’abord eu une réflexion importante offerte du côté de la thèse d’une participation des amateurs à l’innovation et à la disruption (Leadbeater et Miller, 2004) : en mettant l’accent sur l’émergence d’une nouvelle catégorie d’agents – les « pro-am », c’est-à-dire des amateurs qui développent des compétences techniques et cognitives semblables aux professionnels à partir de l’expression de leur enthousiasme et de leur passion concernant un type particulier d’activités (rap, linux, astronomie, sims) – Leadbeater et Miller insistent sur une capacité spécifique de création et d’innovation dont seraient porteurs ces nouveaux agents pro-am. Comme ils sont dégagés des routines de production habituellement suivies par les professionnels, ils peuvent prendre en compte leur statut même d’usagers dans un processus réflexif d’innovation centrée sur l’invention de nouveaux usages et de nouveaux dispositifs mieux adaptés aux désirs et aux besoins des utilisateurs ordinaires. Ce mouvement de contribution des amateurs à l’innovation participait d’ailleurs d’une tendance émergente du côté de la recherche et du développement (R&D) dans les industries de l’informatique et des opérateurs en télécommunications consistant à s’éloigner de l’innovation réalisée exclusivement en laboratoire sous la gouverne des ingénieurs, pour s’approcher davantage des usagers innovants (où les spécialistes du marketing jouent un rôle de plus en plus important) (Von Hippel, 2005). Par contre, depuis quinze ans, la problématisation de l’innovation dans les termes exclusifs d’un apport cognitif et technique des amateurs s’est relativement affaiblie au détriment d’une complexification conceptuelle mettant en scène, notamment, la contribution collective (collaboration, coopération) de « communautés interprétatives » (Citton, 2007) ou de « communautés épistémiques » (Proulx, 2017a) donnant lieu à des arrangements sociaux plus sophistiqués entre différentes catégories d’agents innovants.

8En juin 2006, le journaliste et blogueur Jeff Howe publiait dans la revue Wired un texte qui fut depuis largement discuté : « The Rise of Crowdsourcing ». Dans cet article, l’auteur reprend la problématique de la contribution des amateurs qui remplace une partie du travail des professionnels, partant de l’exemple d’une responsable du National Health Museum de Washington (D.C.) qui avait réussi à obtenir à très bon prix (un dollar par photo) les droits de reproduction de photos spécialisées à partir du site iStockphoto. Cette transaction éloignait par le fait même un photographe pigiste prêt à céder les droits à taux réduit « pour organismes non lucratifs » (environ 150 $ par photo), tarif tout de même largement supérieur à celui du site contributif. Ce site participait de fait à la création d’un nouveau marché pour les photographes amateurs. Au fil du temps, ce type de sites s’est multiplié et a contribué à rendre plus difficiles les conditions de travail des photographes pigistes. Signalons qu’en ce qui concerne spécifiquement le site iStockphoto, il a été racheté par Getty Images en février 2006. Bref, cet exemple montre l’instauration d’une nouvelle compétition de la part des amateurs (adoptant des standards de pro) qui affaiblit significativement les possibilités de travail pour les professionnels de la photographie et du graphisme.

9L’abaissement du coût des outils professionnels et du niveau de compétence pour les maîtriser est certainement un facteur à prendre en considération, mais qui ne suffit pas à expliquer complètement ce basculement du marché. Ces nouvelles approches mettant en scène des amateurs et des pro-am révèlent une tendance de fond, à savoir celle de solliciter et de faire confiance à un plus grand nombre d’agents anonymes non spécialisés plutôt qu’exclusivement à un cercle dédié d’experts pour trouver des solutions aux problèmes auxquels se confrontent les entreprises (push crowdsourcing), ou pour faire appel à de nouvelles activités d’invention et de cocréation (pull crowdsourcing) (Surowiecki, 2004). Le dispositif du crowdsourcing s’est déployé dans de nombreux secteurs, notamment en management stratégique :

La littérature récente a démontré l’influence positive de l’innovation ouverte sur la performance des entreprises. Il existe de nombreuses méthodes et outils permettant aux firmes d’intégrer des connaissances externes. Le crowdsourcing (CS) est un de ces dispositifs qui consiste à externaliser une tâche auprès d’un vaste réseau d’individus (le plus souvent anonymes) au moyen d’un appel ouvert. Depuis les années 90, il se diffuse au sein de nombreuses entreprises (Procter & Gamble, Lego, Starbucks, Unilever, etc.). Ses avantages sont multiples. Dans certains cas, il permet d’accélérer le processus d’innovation et dans d’autres, il donne accès à des connaissances inédites pour la R&D (Ruiz, Brion et Parmentier, 2015, p 1).

10En philosophie politique, ce type de mobilisation à grande échelle d’agents sociaux anonymes ouvre vers des réflexions contradictoires et des controverses concernant la possible instauration d’un nouveau régime de vérité, à savoir la « sagesse collective » (Andler, 2012).

Cultures médiatiques participatives

11Poursuivons notre brève description des principaux courants ayant documenté la thématique de la participation au monde numérique. Malgré de nombreuses critiques pertinentes (Hay et Couldry, 2011 ; Couldry, 2011 ; Fuchs, 2011 ; François, 2009), les travaux d’Henry Jenkins sur la culture participative méritent d’être pris au sérieux. La genèse de la démarche de ce chercheur remonte à la publication, en 1992, de son premier ouvrage sur les « textual poachers » (braconniers du texte). Jenkins procède alors à une ethnographie participative (teintée de notes autobiographiques) de la « culture des fans », c’est-à-dire de l’engagement et de l’investissement d’amateurs passionnés pour certaines bandes dessinées, films-cultes ou pour certaines séries télévisées (comme Star Trek). Ces amateurs passionnés se constituent en « communautés interprétatives » (Citton, 2007) et inventent collectivement des scénarios alternatifs, des courts-métrages parodiques ou rédigent d’autres textes à propos de ces contenus médiatiques qui les passionnent (fanzines). Le premier livre de Jenkins est qualifié par Suzanne Scott (2013) de « canonique », voire de « transformateur » du domaine d’étude des audiences. Scott a interviewé longuement Jenkins à l’occasion de la réédition de son ouvrage en 2013. Le travail de type ethnographique de Jenkins s’inscrit dans la tradition des Cultural Studies ; il participera, conjointement avec quelques autres auteurs clés, au tournant des années 2000, à l’émergence d’un nouveau domaine d’étude qualifié depuis de Fan Studies (Bourdaa, 2015).

12Sans vouloir nous étendre sur la description longue de l’itinéraire de Jenkins – en particulier sur son ouvrage décrivant la culture de convergence (Jenkins, 2006), qui traite de la culture participative et tactique des amateurs (nouveaux médias) dans un rapport dialectique avec le cadre et les stratégies variables de réponse de la part des industries culturelles (médias traditionnels) –, l’on s’aperçoit que le noyau définitionnel des « cultures de la participation » qu’il évoque est déjà contenu dans son premier ouvrage. Cette culture médiatique d’un style interactif s’oppose à l’ancienne « culture de consommation » ; les individus qui forment ces nouveaux publics agissent davantage comme des producteurs de contenus (« prosumers », à la fois producteurs et consommateurs), comme des contributeurs qui, aidés par les outils du Web 2.0, partagent, se réapproprient et vont jusqu’à « remixer » (Gunkel, 2016 ; Lessig, 2008) les contenus médiatiques pour engendrer un style nouveau de création dans l’univers en ligne (une « économie hybride du Web », comme l’écrira Lessig). Ces cultures de participation sont produites essentiellement à travers des interactions visibles dans des collectifs et les communautés en ligne. Par ailleurs aidé d’une équipe de collaborateurs, Henry Jenkins produira en 2005 un livre blanc sur les défis posés à l’éducation par les cultures participatives (rapport qui sera publié sous forme d’ouvrage en 2009) :

A participatory culture is a culture with relatively low barriers to artistic expression and civic engagement, strong support for creating and sharing creations, and some type of informal mentorship whereby experienced participants pass along knowledge to novices. In a participatory culture, members also believe their contributions matter and feel some degree of social connection with one another (at the least, members care about others’ opinions of what they have created). (Jenkins et al., 2009, p. xi.)

13Ces cultures participatives empruntent diverses formes pratiques : simples inscriptions dans des réseaux socionumériques et des communautés en ligne ; production et création expressive de nouveaux contenus et mash-ups ; participation à la découverte de solutions collaboratives (crowdsourcing) et production de nouvelles encyclopédies en ligne (Wikipedia) ; inventions collectives de nouvelles formes de circulation et de partage des contenus (podcasting, blogging). Les auteurs de ce livre blanc sur l’éducation à l’ère numérique soulignent que ces cultures participatives peuvent appuyer, voire engendrer, de nouvelles manières de faire et de penser dans les écoles, les collèges et les universités : apprentissage pair à pair ; changement d’attitude à l’égard de la question de la propriété intellectuelle ; diversification des expressions culturelles ; développement de nouvelles compétences pouvant être valorisées sur le marché du travail ; accroissement d’une capacité à l’expression de nouvelles formes de citoyenneté. En conséquence, selon Jenkins, les réponses à trois défis pourraient structurer l’élaboration de nouvelles politiques pour l’éducation au temps du numérique : les inégalités d’accès à ces nouveaux outils (participation gap) ; l’éducation critique au monde numérique (devenir conscients du fait que les médias anciens et nouveaux contribuent significativement à une certaine construction sociale de la réalité) ; et les défis éthiques posés par ces cultures participatives (distinguer le vrai du faux, l’information de l’opinion, l’exigence de crédibilité des sources…). Selon Jenkins et son équipe, les prochains programmes éducatifs pour les jeunes du 21e siècle devraient pouvoir inclure l’acquisition systématique de nouvelles compétences pour bien composer avec le nouveau monde numérique, notamment l’appropriation maîtrisée des nouveaux outils et les capacités à la prise de décision en collectif, au réseautage et à la négociation.

14La revue Cultural Studies a consacré, en 2011, un numéro thématique complet à une évaluation critique de ces perspectives nouvelles sur les cultures participatives se déployant dans un contexte de convergence entre les anciens et les nouveaux médias (Hay et Couldry, 2011). L’approche de Jenkins fut au centre de cette évaluation critique. Les principaux reproches concernent : la pertinence sociologique et explicative du concept de culture participative ; l’articulation ambivalente entre participation culturelle et participation politique ; la visée démocratique insuffisamment affirmée des pratiques participatives ; le poids d’une détermination des structures institutionnelles dans le cadrage de ces pratiques ; les inégalités d’accès aux moyens de production et de partage ; et la prise en compte insuffisante du contexte économique et politique du néolibéralisme dans l’explication et l’analyse de l’émergence de l’idéologie de la participation.

15Dans un article publié par la même revue en 2014, Jenkins tente de répondre et de prendre en compte ces nombreuses critiques en présentant ce qu’il appelle l’évolution de sa pensée sur la participation médiatique (Jenkins, 2014). Ainsi, il prend ses distances vis-à-vis de la catégorie du déterminisme technologique en insistant sur les dimensions sociales, culturelles et politiques du « participatory turn ». Il refuse la rhétorique de « l’inévitabilité » de l’état des choses : des brèches peuvent apparaître, de sorte que certaines pratiques participatives peuvent opérer des basculements quant aux tendances dominantes dites « immuables ». En même temps, il prétend avoir progressivement abandonné la posture euphorique ayant marqué ses premières approches pour adopter une perspective nettement plus critique. Il reconnaît que la question de la participation concerne d’abord une redistribution possible du pouvoir. Il tente aussi de se dégager d’une approche exclusivement individuelle de la capacité d’agir (individual agency), une orientation néolibérale qui lui a souvent été reprochée (Couldry, 2011). Il met plutôt en relief la nécessité d’acquérir des compétences sociales et politiques pour pouvoir déployer une capacité d’agir à l’échelle des communautés, des réseaux et des organisations dans un contexte de crise où l’avènement de cultures authentiquement démocratiques est difficile. Les recherches récentes de ses équipes se sont donc rapprochées d’une caractérisation de pratiques participatives davantage politisées (luttes contre des postures antisyndicales de certains élus ; usages des médias sociaux par le mouvement Occupy Wall Street ; tactiques médiatiques mobilisées dans des campagnes antiracistes ou prosyndicales, etc.). Finalement, ses intérêts récents concernent le dépassement d’une posture critique exclusivement théorique (académique) afin de la transformer en une série d’interventions politiques concrètes auprès des instances décisionnelles et des gouvernements : « However flawed, the concept of “participatory culture” allows us to describe a set of criteria by which we might judge progress made or battles lost in our struggles towards a more diverse and democratic culture. » (Jenkins, 2014, p. 289.)

Contributions en ligne

16En 2008, le chercheur australien Axel Bruns publie un ouvrage intitulé Blogs, Wikipedia, Second Life, and Beyond : From Production to Produsage dans lequel il suggère d’utiliser la notion de produsage pour fédérer l’ensemble des réflexions analytiques concernant les différentes manières empruntées par les usagers d’Internet pour produire activement des contenus sur le Web. Cette notion renvoie à l’idée de « user-generated content » (UGC), c’est-à-dire les contenus produits et publiés activement sur le Web par ses usagers. Nous sommes ici dans une constellation de réflexions associées à l’idée d’un Web participatif, l’une des figures issues du basculement paradigmatique que constitua la nouvelle manière de penser l’Internet à partir de la notion de Web 2.0, terme introduit par Tim O’Reilly lors d’un séminaire d’entreprise en octobre 2004 pour décrire en termes techniques, commerciaux et industriels une nouvelle génération de logiciels pour le Web (O’Reilly, 2006). Dans ce nouvel environnement numérique, les usagers sont considérés comme des participants actifs dans la création/production, le remixage et la diffusion des contenus qui circulent sur la Toile (Millerand, Proulx et Rueff, 2010).

17La notion de produsage consiste en une hybridation des termes production et usage pour bien mettre en évidence le nouveau rôle actif de producteur tenu par les usagers dans l’univers numérique, remplaçant une vision périmée de consommateurs passifs liée davantage au monde des anciens médias. L’un des courants fondateurs de cette nouvelle manière de penser l’activité des usagers a certainement été porté par les développeurs du logiciel libre et de l’open source, qui s’étaient particulièrement intéressés aux apports et aux correctifs suggérés par les usagers de leurs logiciels (Broca, 2013). L’une des idées clé du développement du logiciel libre aura certainement été celle de la prise en compte systématique des contributions des utilisateurs dans l’élaboration des versions ultérieures des logiciels. Il se trouve ici une reconnaissance de fait de la part des experts en logiciels que sont les développeurs du libre, d’une compétence avérée des usagers ordinaires acquise à travers leurs expériences quotidiennes d’utilisation.

18Bref, les rôles de producteur et d’usager se fusionnent dans la nouvelle figure du « produser ». À travers ces descriptions de ce type d’activités de l’internaute, l’accent est mis notamment sur les dimensions collaborative et coopérative de la production des contenus médiatiques sur le Web. L’activité en ligne des usagers – plus performante – a été rendue possible non seulement par la plus grande facilité d’accès aux réseaux techniques plus rapides et la mise à disposition d’outils toujours plus performants et conviviaux. Après les vagues de popularité des blogues et des forums, la prégnance des réseaux dits « socionumériques » (Facebook, Twitter…) a suscité une multiplication des interactions en ligne et de nouvelles manières extéro-déterminées de s’informer et de se divertir, pratiques mues par l’importance accordée au regard de l’Autre sur Soi et par de fortes envies d’expressivité semi-publiques qui accaparent l’attention, la curiosité et l’engagement des internautes. Nous sommes aujourd’hui sous l’emprise de pratiques de communication phatique souvent superficielles (« T’es où ? Bon, je te rappelle ») l’emportant sur des pratiques de transmission intergénérationnelle d’un patrimoine culturel plus significatif (Debray, 1997).

19Pour synthétiser l’ensemble des problématisations et des découvertes réalisées à travers ces différents courants de recherche sur la participation aux mondes numériques, nous pouvons mettre en évidence le fait que les modes de création et de diffusion des contenus numériques ont connu, depuis deux décennies, des transformations importantes, bouleversant les modèles traditionnels des industries culturelles. Quatre traits significatifs caractérisent en effet ces évolutions : a) les usagers sont aujourd’hui considérés par ces industries comme étant au centre des dispositifs ; b) cette participation semble facilitée par la faiblesse des efforts cognitifs et techniques requis pour exploiter les outils de ces nouvelles plateformes ; c) ces mutations s’appuient sur le développement de grands collectifs en ligne ou de communautés élargies d’usagers, organisés en réseaux et structurés a priori de manière hétérarchique (non hiérarchique) ; et d) ces transformations font naître des modèles économiques originaux – et, en particulier, des modèles d’affaires (business models) – fondés sur des agrégations gigantesques (big data) de données personnelles.

20De nombreuses pistes d’analyse ont émergé de ces travaux pionniers. L’un de nos programmes de recherche (2009-2014) a ainsi porté sur les pratiques de contribution en ligne. Notre problématique a été construite à partir d’une synthèse des diverses traditions de recherche présentées précédemment, pour ensuite mettre en valeur, à partir d’une série d’enquêtes de terrain, la nature spécifique de la « forme contribution » dans l’univers numérique (Proulx, Garcia, et Heaton, 2014). Ce programme de recherche a permis de décrire finement un ensemble de pratiques collaboratives d’échange et de création, pratiques que nous avons désignées par l’expression « contribution en ligne ». Deux axes ont structuré nos analyses, l’un portant sur les formes sociales de ces pratiques collaboratives et l’autre concernant les ressorts subjectifs de ces usages d’Internet. Dans le premier axe, le concept de forme sociale désigne non seulement les motivations ou les finalités des agents, mais aussi les modalités de leurs actions réciproques, c’est-à-dire les manières par lesquelles les individus interagissent entre eux, ce que Simmel (1981) appelle les « associations ». Ainsi, la compétition, le conflit, la coopération sont des formes sociales. En cherchant à identifier une forme sociale propre, nous avons identifié ce qui est commun aux pratiques contributives diverses et apparemment hétérogènes de nos études de cas : un consensus autour d’une finalité de partage, de valeurs collectives de coopération et d’échange, et de motivations personnelles qui se situent en dehors de la sphère économique dite de l’« Homo oeconomicus ». Quant au deuxième axe d’analyse, dans la mesure où les usages contributifs ne sont généralement pas rémunérés financièrement, ces pratiques semblent motivées par de puissantes gratifications symboliques. C’est pourquoi nous avons constaté, dans ces environnements numériques, l’importance des pratiques de reconnaissance, c’est-à-dire la confirmation de la valeur sociale d’un sujet par autrui (Honneth, 2004) :

nous devrions orienter aujourd’hui une éthique politique ou une morale sociale en fonction des trois principes de la reconnaissance qui indiquent, dans nos sociétés, quelles attentes légitimes peuvent constituer l’exigence de reconnaissance de soi de la part des autres membres de la société. Il s’agit selon moi des trois principes institutionnalisés de l’amour, de l’égalité et du mérite qui, pris ensemble, déterminent ce qu’aujourd’hui, nous devons comprendre sous le terme de justice sociale (p. 136).

21Ainsi sommes-nous en droit de nous demander si le fait d’affirmer l’existence d’une « participation » des internautes dans l’univers numérique ne relèverait pas en partie du registre de la chimère et de l’illusion. L’insistance rhétorique des analystes à constater l’existence de cette « participation » n’équivaudrait-elle pas à faire le jeu des grandes entreprises de l’Internet ? L’injonction de ces grands acteurs industriels à l’égard des internautes, qui consiste à exiger d’eux qu’ils « participent » au monde numérique ne serait-elle pas une injonction paradoxale ? En ce sens que la participation évoquée entraînerait bien sûr l’internaute à s’inscrire sur le Web pour son plaisir (et son émancipation possible), mais, simultanément, le fait de participer voudrait dire se soumettre volontairement au processus de captation et de capitalisation de ses traces et de ses métadonnées par les entreprises géantes de l’Internet.

22La situation apparaît paradoxale en ce sens que cette possible émancipation de l’internaute se traduit automatiquement en une activité de contrôle et de surveillance de la part des géants de l’Internet, voire – nous en sommes convaincus depuis les révélations d’Edward Snowden en 2013 (Greenwald, 2014) – une surveillance de la part des États, en particulier des services secrets du gouvernement américain (NSA). Cet état des choses nous invite à renouer, ici, avec la critique formulée pendant les décennies 1960-1970 au sujet de la prégnance d’une « idéologie de la participation ». Cette critique avait été popularisée au moment du mouvement de Mai 68 en France, notamment par l’inscription célèbre sur les murs de la Sorbonne : « Je participe. Tu participes. Nous participons. Ils nous exploitent. »

La fragilité paradoxale des subjectivités dans un capitalisme informationnel

23Cette injonction paradoxale est partie prenante au fonctionnement d’un capitalisme informationnel où l’usager (produser) n’est pas seulement un producteur de contenus médiatiques propres (content producer), mais aussi un fournisseur individuel de données (data provider). Ces productions personnelles, ces traces, ces données et ces métadonnées sont captées par les entreprises qui contrôlent les plateformes Web. Elles sont capitalisées dans des bases relationnelles de données ; le croisement automatisé entre ces bases de données (Machine2Machine communication – M2M) permet la production de profils de consommation servant à générer des stratégies et des tactiques de communication personnalisée au consommateur (marketing et publicité) qui ciblent les internautes de manière de plus en plus précise et informée.

24Nous assistons aujourd’hui à un basculement dans la nature des mécanismes de captation des traces des pratiques en ligne des internautes. Alors que, jusqu’ici, ce qui était capté s’appuyait sur les gestes explicites des internautes (interrogation d’un moteur de recherche à partir de mots-clés, achat en ligne, actualisation d’un profil dans un réseau socionumérique). Aujourd’hui, avec l’Internet des objets connectés et l’omniprésence des capteurs de traces (que les personnes laissent à travers leurs activités par téléphones intelligents et tablettes, dans la maison, au bureau, au restaurant, sur la rue pendant qu’elles marchent, etc.), la simple présence des individus dans un environnement donné suffit pour permettre la génération de données et de métadonnées par des algorithmes de plus en plus sophistiqués et des systèmes de captation de plus en plus invisibles. Il se met en place, ici, une logique d’extraction de données qui fonctionne complètement à l’insu des personnes dont les traces d’activité font l’objet de la captation. Ces processus de captation permanente de la présence ouvrent la porte à une éventuelle marchandisation tout aussi permanente du temps humain (Rifkin, 2005) et à l’implantation de nouveaux dispositifs de captation et de monétisation de l’attention (Citton, 2014).

25Malgré tout, l’activité en ligne n’est pas uniquement (et heureusement !) une source d’aliénation et de domination. Il y a pour l’usager actif des plateformes – nous l’avons vu précédemment – une série de motivations diverses liées notamment au « plaisir de participer » au monde du numérique. Les contributeurs trouvent ainsi des motivations hors du champ exclusif de l’intérêt économique (désintéressement) ; ils visent l’acquisition – par le jeu des essais et erreurs sur le Web – d’expertises et de compétences techniques ou cognitives spécifiques ; ils éprouvent du plaisir à être associés à la création collective d’un bien commun ou à partager des liens de qualité avec les internautes réunis autour d’activités de collaboration et de coopération en ligne ; ils éprouvent de la joie liée aux contraintes et aux possibilités offertes par leurs communautés d’appartenance sur le Net, communautés élargies devenues milieu intégrateur de sociabilités et d’engagements ; et le fait de participer au monde en ligne apparaît une source importante de reconnaissance par les pairs, en même temps qu’un processus autocréateur d’un capital de réputation auprès du public en réseau qu’ils contribuent à produire. D’un point de vue symbolique, ces gestes de participation au monde numérique sont pour les utilisateurs l’équivalent d’une adhésion à la modernité, associée notamment aux mouvements de globalisation de l’économie et de mondialisation de la culture.

26Dans le régime du capitalisme informationnel, nous le signalions précédemment, l’une des sources de création de la valeur économique réside, pour les entreprises du numérique, dans la captation des traces laissées par les contributions minuscules des usagers ordinaires. Traité sous l’angle cognitif (Moulier Boutang, 2007 ; Proulx, 2016), et dans la suite des analyses du postfordisme (Corsani, 2000), ce nouveau capitalisme laisse entrevoir une forme d’exploitation « de second degré » des travailleurs connectés de l’économie numérique.

C’est précisément de cette intelligence humaine créatrice – de ce travail de « production de soi » (Gorz, 2003 : 20) – dont ont besoin les entreprises du capitalisme cognitif : « il s’agit de coopération, d’une implication des subjectivités qui ne peut pas s’obtenir par des procédures automatisées » (Moulier Boutang). Or, c’est la captation de cette capacité d’innover qui définit en même temps les nouvelles modalités de l’exploitation des travailleurs en réseau aujourd’hui. Et cette exploitation concerne une intelligence collective dans la mesure où cette capacité d’invention est le fait d’individus connectés numériquement. C’est l’habileté à faire lien, l’aptitude à réagir rapidement en collectif, la faculté de coopération et d’attention aux autres qui caractérisent le mieux cette compétence intersubjective à l’innovation qui est dans la mire des entreprises. Il s’agit de ce que Moulier Boutang (2007 : 148-153) appelle « l’exploitation de deuxième degré » c’est-à-dire la captation par la gestion capitaliste, de la force-invention des travailleurs connectés en réseau. Cette capacité créative des travailleurs est un travail vivant maintenu comme tel tout au long du cycle productif. Ce travail vivant constitue leur « capital intellectuel » c’est-à-dire l’accumulation des éléments de connaissance qui résistent à la codification numérique. Par conséquent, la captation de cette force-invention devient l’enjeu central du capitalisme cognitif, étant entendu qu’une partie de ce « capital intellectuel » se dérobe en permanence aux ruses et nouvelles modalités de l’exploitation capitaliste. Ainsi, par exemple, des aptitudes artistiques pour la création ou des compétences à s’exprimer et à communiquer acquises ou cultivées par les travailleurs au fil des ans, indépendamment de leur cursus formel de formation, peuvent constituer pour eux une sorte de rempart leur servant à résister aux ruses de la gestion participative cherchant à encadrer cette force-invention. (Proulx, 2016, p. 203.)

27Nous l’avons vu, ce mode de production ancré dans la captation et l’accumulation de l’information et de la connaissance a besoin de monétiser la force expressive des contributeurs pour créer de la valeur. Simultanément, le déploiement de cette intelligence expressive et collective constitue une potentialité subversive en ce sens que l’expression (spontanée ou organisée) de certains individus ou de collectifs pourrait introduire des graines d’indiscipline dans le système. La question se pose alors : comment imaginer des alternatives à ce capitalisme numérique envahissant ? Des alternatives peuvent-elles se trouver du côté du Mouvement des communs (Dardot et Laval, 2014) ? En ce qui concerne les pratiques d’information et de communication, faire sienne la problématique des communs informationnels signifie-t-il résister à la marchandisation de l’information et penser l’information comme un bien commun ?

Créer des brèches dans la logique de monétisation galopante de l’économie numérique ?

28Tout d’abord, il est nécessaire de prendre une distance critique vis-à-vis de cette injonction au « tout connecté » à laquelle nous sommes aujourd’hui assujettis. Ce « tout au numérique » s’exprimant par exemple par le fait que de nombreux services gouvernementaux, y compris fiscaux ou de recherche d’emplois, exigent que le citoyen ordinaire transite par une interface numérique pour les rejoindre. Idem pour un grand nombre d’entreprises privées qui ont pris l’habitude de mettre sur leur site en ligne ou sur Facebook des informations importantes pour leurs clients. Prendre une distance vis-à-vis de ce « tout au numérique » signifie que pourra se mettre en place un nécessaire processus de subjectivation, c’est-à-dire que nous pourrons dans ces conditions adopter une véritable posture de sujet vis-à-vis de cette situation, que nous pourrons nous mettre en position personnelle de contrôle relatif dans un environnement informationnel qui nous submerge et nous étrangle. Sans nécessairement revenir à une posture « luddite » de refus de la machine, nous pourrions ainsi être en mesure de dire non à cette injonction de participation au monde numérique lorsque l’on considère que c’en est trop. Et qu’il y a même un risque de dépendance au numérique (dépendance à l’usage de son smartphone ; dépendance à l’usage de Facebook). Il devient nécessaire de pouvoir se déconnecter si l’envie nous en prend. Une manière d’affirmer notre liberté.

29Des fissures sont ouvertes par certaines pratiques des hackers. Les brèches les plus spectaculaires ont d’abord été le fait de WikiLeaks. Cette organisation a instauré la pratique de la fuite d’informations et de la fuite de données (leaks) comme manière de contester l’opacité des gouvernements en exercice. Ces pratiques ont contribué à définir un nouveau type de journalisme (data journalism) qui instaure la transparence comme valeur démocratique. Le groupe Anonymus a aussi réalisé quelques actions spectaculaires, comme celle d’aider les activistes du Printemps arabe en Tunisie en 2011. Les fuites les plus névralgiques d’un point de vue stratégique et géopolitique ont été le fait d’Edward Snowden en 2013 (Greenwald, 2014). Ces révélations ont dévoilé non seulement le degré de cynisme abyssal atteint par le pouvoir politique aujourd’hui, mais en même temps elles mettent en relief le fait qu’Internet est devenu un système global de surveillance de masse que même Orwell n’aurait pu imaginer. On peut dire qu’il y a une perception d’Internet avant et après Snowden : la promesse démocratique des pionniers de l’Internet est bien morte et enterrée avec les révélations d’Edward Snowden. Difficile d’être encore optimistes après ces révélations.

30Des ouvertures émergent de manière plus positive du côté du Mouvement des communs, et c’est l’apparition de ces pratiques qui permet de garder quand même un espoir de démocratisation associée au monde des réseaux et aux pratiques de production pair-à-pair (Bauwens, 2015). Pensons en particulier aux communs de la connaissance dont Wikipédia est emblématique. Je pense aussi à un groupe associatif en France avec lequel notre équipe de recherche a réalisé plusieurs travaux ethnographiques depuis une décennie (Heaton, Millerand, Crespel, et Proulx, 2011). Il s’agit du groupe Tela Botanica, une organisation qui opère exclusivement en ligne et qui produit et diffuse de nouvelles connaissances en botanique par la mise en réseau des travaux et des observations de novices, d’amateurs et de professionnels en botanique qui communiquent entre eux via la plateforme du groupe (Proulx, 2017b). Cette approche contribue à faire voler en éclats les anciennes manières de penser la question de la production de la connaissance scientifique réservée jusqu’ici aux « scientifiques reconnus ». Ce genre d’expérimentations cognitives par les réseaux socionumériques ouvre vers de nouvelles conceptions d’une « science participative » qui permet au plus grand nombre de s’engager activement dans des démarches naturalistes et scientifiques. Nous voilà ici revenus à la question initiale de la participation en ligne. Dans ce cas, toutefois, il ne s’agit pas d’une simple illusion de participation. Ces pratiques conjointes d’amateurs et de professionnels en botanique contribuent à faire se transformer les cadres sociaux de l’expertise scientifique à l’ère du numérique et de l’émergence d’une science participative vécue.

Haut de page

Bibliographie

Andler, D. (2012). What has collective wisdom to do with wisdom ?. Dans H. Landemore et J. Elster (dir.), Collective Wisdom : Principles and Mechanisms. New York, NY : Cambridge University Press. Repéré à http://andler.dec.ens.fr/pdf/108.pdf

Bauwens, M. (2015). Sauver le monde. Vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer. Paris, France : Les liens qui libèrent.

Bourdaa, M. (2015). Les fans studies en question : perspectives et enjeux. Revue Française des sciences de l’information et de la communication, (7). Repéré
 à http://rfsic.revues.org/1644

Broca, S. (2013). Utopie du logiciel libre. Du bricolage technologique à la réinvention sociale. Neuvy-en-Champagne, France : Le passager clandestin.

Bruns, A. (2008). Blogs, Wikipedia, Second Life, and Beyond : From Production to Produsage. New York, NY : Peter Lang.

Cardon, D. (2015). À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des Big Data. Paris, France : Seuil.

Casilli, A. (2015, 11 février). Le partage. Compte-rendu d’une intervention au Séminaire « L’Humain face au défi du Numérique », Chaire des Bernardins, Paris, France.

Citton, Y. (2007). Puissance des communautés interprétatives (préface). Dans S. Fish (dir.), Quand lire, c’est faire (p. 5-27). Paris, France : Éditions des Prairies ordinaires.

Citton, Y. (dir.) (2014). L’économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ?. Paris, France : La Découverte.

Corsani, A. (2000). Production de connaissance et valeur dans le postfordisme (entretien avec Enzo Rullani). Multitudes, (2), 97-110.

Couldry, N. (2011). More Sociology, More Culture, More Politics. Or, a modest proposal for “convergence” studies. Cultural Studies, 25(4-5), 487-501.

Dardot, P. et Laval, C. (2014). Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle. Paris, France : La Découverte.

Debray, R. (1997). Transmettre. Paris, France : Odile Jacob.

François, S. (2009). La participation médiatique selon Henry Jenkins (note critique). Terrains & travaux, 1(15), 213-224.

Fuchs, C. (2011, janvier). Against Henry Jenkins. Remarks on Henry Jenkins’ ICA Talk “Spreadable Media”. Repéré à http://fuchs.uti.at/570/

Gorz, A. (2003). L’immatériel. Connaissance, valeur et capital. Paris, France : Galilée.

Greenwald, G. (2014). No Place to Hide : Edward Snowden, the NSA, and the U.S. Surveillance State. New York, NY : Picador.

Gunkel, D. J. (2016). Of Remixology. Ethics and Aesthetics after Remix. Cambridge, MA : The MIT Press.

Hay, J. et Couldry, N. (2011). Rethinking convergence/culture. Cultural Studies, 25(4-5), 473-486.

Heaton, L., Millerand, F., Crespel, E. et Proulx, S. (2011). La réactualisation de la contribution des amateurs à la botanique – Le collectif en ligne Tela Botanica. Terrains et travaux, 18(1), 155-173.

Honneth, A. (2004). La théorie de la reconnaissance : une esquisse. Revue du MAUSS, (23), 133-136.

Howe, J. (2006, 6 janvier). The Rise of Crowdsourcing. Wired. Repéré à https://www.wired.com/2006/06/crowds/

Jenkins, H. (1992). Textual Poachers : Television Fans & Participatory Culture (Updated Twentieth Anniversary Edition). New York, NY : Routledge.

Jenkins, H. (2006). Convergence Culture. Where Old and New Media Collide. New York, NY : New York University Press.

Jenkins, H. (2014). Rethinking “Rethinking Convergence/Culture”. Cultural Studies, 28(2), 267-297.

Jenkins, H., Puroshotma, R., Weigel, M., Clinton, K. et Robison, A. J. (2009). Confronting the Challenges of Participatory Culture. Media Education for the 21st Century. Cambridge, MA : The MIT Press.

Leadbeater, C. et Miller, P. (2004). The Pro-Am Revolution. How enthusiasts are changing our economy and society. Londres, Angleterre : Demos. Repéré à https://www.demos.co.uk/files/proamrevolutionfinal.pdf

Lessig, L. (2008). Remix. Making Art and Commerce Thrive in the Hybrid Economy. New York, NY : The Penguin Press.

Millerand, F., Proulx, S. et Rueff, J. (dir.) (2010). Web social. Mutation de la communication. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Moulier Boutang, Y. (2007). Le capitalisme cognitif. La nouvelle Grande Transformation (nouvelle édition augmentée). Paris, France : Éditions Amsterdam.

O’Reilly, T. (2006). Qu’est-ce que le Web 2.0 : modèles de conception et d’affaires pour la prochaine génération de logiciels. Repéré à http://www.internetactu.net/2006/04/21/quest-ce-que-le-web-20-modeles-de-conception-et-daffaires-pour-la-prochaine-generation-de-logiciels/

Proulx, S. (2017a). Communauté épistémique. Dans M. Cornu, F. Orsi et J. Rochfeld (dir.), Dictionnaire des biens communs. Paris, France : Presses universitaires de France.

Proulx, S. (2017b). Tela Botanica. Dans M. Cornu, F. Orsi et J. Rochfeld (dir.), Dictionnaire des biens communs. Paris, France : Presses universitaires de France.

Proulx, S. (2016). La critique du capitalisme cognitif. Dans F. Aubin et J. Rueff (dir.), Perspectives critiques en communication (p. 191-212). Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Proulx, S., Garcia, J. L. et Heaton, L. (dir.) (2014). La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Rifkin, J. (2005). L’âge de l’accès. La nouvelle culture du capitalisme. Paris, France : La Découverte.

Ruiz, É., Brion, S et Parmentier, G. (2015). Les barrières à l’adoption du crowdsourcing pour innover. Repéré à http://www.strategie-aims.com/events/conferences/25-xxiveme-conference-de-l-aims/communications/3528-les-barrieres-a-ladoption-du-crowdsourcing-pour-innover/download

Simmel, G. (1981). Sociologie et épistémologie. Paris, France : Presses universitaires de France.

Scott, S. (2013). Textual Poachers, Twenty Years Later : A Conversation between Henry Jenkins and Suzanne Scott (préface). Dans H. Jenkins (dir.), Textual Poachers : Television Fans & Participatory Culture (p. vii-xlviii). New York, NY : Routledge.

Surowiecki, J. (2004). The Wisdom of Crowds : Why the Many are Smarter than the Few. New York, NY : Doubleday.

Von Hippel, E. (2005). Democratizing Innovation. Cambridge, MA : The MIT Press.

Zask, J. (2011). Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation. Paris, France : Le Bord de l’eau.

Zask, J. (2014). L’art participatif et sa portée critique. Dans S. Airaud (dir.), Participa(c)tion (p. 11-17). Vitry-sur-Seine, France : Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Proulx, « L’injonction à participer au monde numérique », Communiquer, 20 | 2017, 15-27.

Référence électronique

Serge Proulx, « L’injonction à participer au monde numérique », Communiquer [En ligne], 20 | 2017, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2308 ; DOI : 10.4000/communiquer.2308

Haut de page

Auteur

Serge Proulx

Professeur émérite, École des médias
Université du Québec à Montréal, Canada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals