Navigation – Plan du site

La surveillance globale dans un monde post-Snowden

Global Surveillance in a Post-Snowden World
David Lyon
Traduction de Martin Lussier
p. 49-65

Résumés

Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance de l’État ont suscité à la fois colère et recherches. Les études sur la surveillance ont été particulièrement mises au défi par trois types de problèmes. Premièrement, la méconnaissance de la recherche : les réponses aux révélations montrent l’incompréhension du dispositif complexe de surveillance ainsi que l’échelle à laquelle il opère. Deuxièmement, le déficit de la recherche : plusieurs domaines essentiels exigent beaucoup plus d’attention, notamment le rôle des conduits physiques, dont les câbles de fibres optiques, dans les rapports de pouvoir, les réseaux mondiaux de professionnels de la sécurité et de l’information, ainsi que les pratiques quotidiennes des médias sociaux. Troisièmement, la direction de la recherche : la surveillance dépend aujourd’hui fortement du numérique et du Big Data. Une question soulevée par les révélations de Snowden est l’avenir d’Internet. L’information et ses conduits sont devenus des arènes politiques sans précédent, centrées sur la surveillance et la vie privée, dont les concepts doivent être repensés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1S’il n’était pas évident que nous vivions dans un monde de surveillance globale avant les révélations faites par Edward Snowden, la chose est aujourd’hui indéniable. La surveillance est un phénomène global, dans le sens où des formes de surveillance similaires sont expérimentées partout, bien qu’elles soient influencées par les contextes locaux et régionaux. Il s’agit également d’un phénomène aux dimensions internationales complexes. La surveillance globale possède quelques-unes des caractéristiques de l’hégémonie, alors qu’elle représente un instrument de pouvoir géopolitique par lequel les États-Unis et un petit nombre d’autres pays, appelés les Five Eyes, accompagnés d’un groupe plus large d’États reliés, tentent de dominer les autres politiquement, économiquement et culturellement. Le pouvoir dont il est ici question est à la fois matériel, idéationnel et institutionnel : matériel, car il est principalement fait de systèmes technologiques; idéationnel, car fait, notamment, de justifications données pour la surveillance globale ou encore d’idées normalisées sur le « terrorisme »; et institutionnel, car rendu concret par des organisations telles que des gouvernements et des corporations (Keiber, 2015).

  • 1 Des sections de ce texte ont été publiées dans leur langue originale sous le titre « The Snowden St (...)

2Le titre de cette contribution1 souligne que ce monde en est un « post-Snowden ». Un tel marqueur historique n’est peut-être qu’une mode passagère, pas très utile en pratique; cependant, de plusieurs façons, Snowden représente un moment critique. Le volume de documents qu’il a révélé est sans précédent; sa méthode, par le truchement de journalistes qu’il a choisis, était nouvelle; et, de tous les lanceurs d’alerte de l’histoire récente, il a eu sans contredit le plus grand impact, à la fois en alarmant un large public international aux réalités de la surveillance et en forçant certains gouvernements à repenser leurs actions. L’expression « lanceur d’alerte » (whistleblower) semble inadéquate, et plus d’un commentateur a suggéré qu’il s’est engagé dans une parrhesia – « diseur de vérité » pourrait être une expression mieux adaptée pour le décrire. La contribution de Snowden peut être considérée comme un signe de résistance à l’hégémonie, une lecture qui est clairement celle du documentaire de Laura Poitras, Citizenfour (2014), et le drame documentaire d’Oliver Stone, Snowden (2016).

  • 2 Les journalistes ont fait grand usage de l’expression « surveillance de masse », mais il serait pos (...)

3Les documents révélés par Snowden témoignent des dimensions globales de la surveillance. Mais que cela signifie-t-il pour la compréhension des pratiques de surveillance d’aujourd’hui? L’affaire Snowden pose trois questions clés aux sciences sociales, alors que la situation post-Snowden montre également que les termes utilisés couramment, surveillance et vie privée, demandent d’être repensés. Sur la surveillance, les pratiques de la National Security Agency (NSA) remettent en question la distinction supposément évidente entre la surveillance « de masse2 » et « ciblée », alors que l’usage en gros de « métadonnées » soulève des débats de longue date sur la façon de définir les « données personnelles » (ou « informations personnellement identifiables »). En matière de vie privée, il y a urgence de clarifier les raisons pour lesquelles ce concept est toujours pertinent, quand des choses comme l’anonymat et le consentement semblent si difficiles à respecter aujourd’hui.

4Considérant « l’hégémonie de la surveillance », je propose que la « résistance » se déploie d’au moins trois manières : en interrogeant à la fois le pouvoir technologique, les cultures de surveillance et les institutions qui sont derrière eux. Cela implique des luttes politiques, un renouveau éthique et de véritables changements politiques.

Quels sont les enjeux?

5Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance de masse offrent une image privilégiée et détaillée du fonctionnement interne de la NSA. Entre autres choses, elles indiquent que la surveillance de masse est effectuée sur les « personnes américaines » ainsi que sur les « étrangers » et que ces derniers peuvent inclure de proches alliés. En soit, bien que la révélation soit troublante pour celles et ceux qui croient que les personnes américaines devraient être traitées différemment des étrangers, la distinction elle-même soulève des questions. Pourquoi quelqu’un devrait-il être soumis à une surveillance de masse? Bien que certains détails demeurent à ce jour incomplets, la quantité de documents diffusés par Snowden, la gamme des domaines auxquels ils se réfèrent et les grandes parties du globe qui en sont affectées sont tout à fait stupéfiants. Et bien que les divulgations aient commencé dès juin 2013, elles continuent d’être diffusées et demeurent à compléter, faisant en sorte que tout commentaire à leur propos ne peut être que partiel.

6Les questions mentionnées dans l’introduction sont considérées comme controversées par les défenseurs des pratiques de la NSA, alors que peu d’opinions sont bien établies. Alors que les données sont analysées en masse, à partir de vastes portions d’une population donnée en vue d’identifier de manière algorithmique par des corrélations qui pourrait être une « personne d’intérêt », le seuil au-delà duquel on passerait de la surveillance « de masse » à la surveillance « ciblée » est, au mieux, indéterminé. Si le type de données obtenues en premier lieu est fait de métadonnées (telles que l’adresse IP, la durée de l’appel, qui a été contacté), il ne comprend que les types d’informations qu’un détective privé pourrait rechercher : qui a parlé à qui, quand et pour combien de temps? Malgré les protestations contraires, il est difficile de nier que de telles métadonnées sont « personnelles ».

  • 3 Weber et Arendt ont beaucoup à nous apprendre sur ce qui est aujourd’hui reconnu comme de la survei (...)

7Snowden fait souvent référence à George Orwell. Étant donné que, pour une part importante de la population, le spectre de Big Brother hante toujours l’imaginaire de la surveillance de masse, il est nécessaire de placer le conte dystopique d’anticipation d’Orwell dans son contexte. Pour Snowden, il s’agit avant tout d’une question technologique : les microphones « pittoresques » cachés dans les buissons et le téléviseur qui peuvent nous observer ont cédé la place aux caméras mobiles et aux microphones réseau dans les téléphones cellulaires. Orwell ne peut être accusé d’avoir sous-estimé les conséquences de la soi-disant révolution de l’information. Or, tout comme Max Weber ou Hannah Arendt3, Orwell conçoit la surveillance en partie comme le résultat d’une rationalité implacable exprimée dans des procédures bureaucratiques. Cette condition culturelle contraignante contribue sans aucun doute à expliquer pourquoi la surveillance se nourrit elle-même.

8Snowden est persuadé que la surveillance dans le monde d’aujourd’hui est beaucoup plus imprévisible et dangereuse que ce qu’Orwell aurait pu imaginer (Snowden, cité dans Rusbridger et MacAskill, 2014). Cela représente également un véritable défi posé par Snowden, non seulement pour notre compréhension des nouvelles technologies, mais aussi pour celle de tous les systèmes technologiques situés dans leur contexte social, politico-économique et culturel. L’utilisation de métadonnées, par exemple, n’est pas qu’un simple résultat du potentiel technologique, comme l’expansion exponentielle du pouvoir de stockage, mais également des approches de gestion de risques dans les industries de la sécurité ainsi que du regroupement des consommateurs par le marketing, des phénomènes qui ont pris de l’importance dans le contexte de la globalisation – comprise comme le néolibéralisme.

9Dans ce qui suit, trois types de défis sont identifiés et discutés. Le premier, la « méconnaissance de la recherche », est en quelque sorte historique : pourquoi les révélations de Snowden ont-elles tant choqué et les réponses, été si outrées, comme si la surveillance à très grande échelle était une nouveauté du début du 21e ou même de la fin du 20e siècle? Le deuxième défi a plus à voir avec les enjeux substantiels et émergeant actuellement des révélations elles-mêmes, ce que je qualifie de « déficit de recherche ». Il s’agit de quelques domaines qui nécessitent une réévaluation sérieuse et une attention accrue pour la compréhension de la surveillance aujourd’hui. Le troisième, la « direction de la recherche », pointe plutôt vers l’avenir, suggérant que l’horizon plus large des révélations de Snowden est le destin de l’Internet. La surveillance ne doit jamais être considérée comme une dimension discrète du monde moderne. Aujourd’hui, elle ne peut être comprise sans également s’attarder à l’information ainsi qu’à son conduit actuel : Internet. Dans une coda, je reviendrai sur la façon de repenser aujourd’hui la « surveillance » et la « vie privée ».

Méconnaissance de la recherche

  • 4 C’est peut-être symptomatique de la culture de la célébrité d’aujourd’hui que la surveillance de fi (...)

10Les révélations de Snowden ont fait les manchettes au cours des dernières années, déclenchant plusieurs événements diplomatiques majeurs. Angela Merkel, chancelière allemande, et Dilma Roussef, présidente brésilienne, par exemple, ont été choquées de découvrir que leurs conversations sur les téléphones portables avaient été surveillées4. En outre, les populations de l’extérieur des États-Unis ont réagi négativement en constatant que la NSA a été active sur leurs territoires nationaux sans qu’elles ne le sachent. Au Canada, par exemple, il a été révélé que la NSA s’était installée dans la capitale, Ottawa, afin de surveiller les sommets du G8 et du G20 en juin 2010 (Weston, Greenwald et Gallagher, 2013). D’autres pays sont également impliqués et vulnérables aux pratiques de la NSA : au Japon, par exemple, un livre d’entrevues sur Snowden (Ogasawara, 2016) conteste les idées reçues concernant la surveillance gouvernementale dans ce pays.

11De manière générale, au moins trois constats sur les pratiques de surveillance sont apparus clairement au cours de l’année 2013. Le premier : les gouvernements s’engagent dans la surveillance de masse de leurs propres citoyens. La NSA travaille en étroite collaboration avec les Five Eyes de l’Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni, mais leurs activités sont également reflétées dans de nombreux autres pays. Le deuxième : les entreprises partagent les données qu’elles colligent avec les gouvernements, une pratique qui serait à l’avantage des deux partenaires. Cela se produit notamment alors que des entreprises d’Internet, sciemment de connivence avec le gouvernement ou non, partagent des données personnelles. Le troisième : les citoyennes et citoyens ordinaires participent également à la surveillance par leurs interactions en ligne – en particulier dans les médias sociaux – et l’utilisation de téléphones cellulaires. Sans en être pleinement conscients, nous fournissons toutes les données à la NSA et à ses agences affiliées, simplement en contactant d’autres personnes par voie électronique (Lyon, 2013).

12Malgré l’importance de ces révélations, il faut admettre que peu de choses dans ces constats pouvaient être considérées réellement « nouvelles ». Certes, l’apport majeur et la nouveauté des divulgations de Snowden résidaient dans la quantité substantielle de preuves claires montrant la réalité actuelle et permanente de la surveillance de masse. Lorsque la nouvelle est sortie dans The Guardian, le 5 juin 2013, plusieurs éléments ont surpris. Verizon, le géant des télécommunications, a été invité par la NSA à donner des informations sur tous les appels aux États-Unis et entre les États-Unis et d’autres pays, entre avril et juillet de la même année. Un espionnage domestique secret à une échelle incroyable se produisait ainsi sous le président Obama (Greenwald, 2013). Or le tollé international contre les réalités de la surveillance de masse révélées donne l’impression que les citoyens étaient inconscients et mal préparés à ce qui leur était divulgué.

13Il semble donc que la surveillance ne figurait pas vraiment sur le radar de la plupart des citoyennes et citoyens ordinaires. Pourtant, pour celles et ceux qui se préoccupent de la surveillance en y proposant des réponses juridiques, techniques et politiques, le sentiment d’inconscience et de surprise pourrait représenter une déception (sans doute, nous surestimons la réception de notre propre travail). En outre, la plupart des réponses aux révélations de Snowden se sont inquiétées de l’atteinte à la vie privée, interprétée comme un enjeu personnel – compris comme individuel. Ces réponses ne témoignent cependant que très peu d’une bonne compréhension de la façon dont la surveillance opère comme tri social, ciblant avant tout les groupes de population avant les individus. La principale exception à cet accent mis sur la vie privée et individuelle provient de celles et ceux dont la préoccupation principale est le viol de la confidentialité des communications, qui poserait des questions importantes sur la confiance et lierait la vie privée aux libertés civiles ainsi qu’aux droits de la personne.

14Le débat populaire et médiatique qui a suivi les révélations de Snowden s’est surtout concentré sur la surveillance de l’État en tant que menace pour les individus, à l’exception de la reconnaissance du défi que cela représente pour un Internet gratuit et ouvert. Pourtant, les indices tendent à démontrer que la pratique de la surveillance de masse s’accompagne de la mise en œuvre d’un pouvoir arbitraire contre tous les citoyennes et citoyens. Comme plusieurs l’ont souligné depuis un certain temps (Bennett et Raab, 2006; Regan, 1995; Steeves, 2009), la confidentialité ne se réduit pas à une question individuelle. La surveillance et la vie privée peuvent être considérées selon un éventail de relations, de la monade à la multitude. Par définition, la surveillance de masse signifie que tout le monde peut être pris dans son réseau. Plus l’échelle de surveillance est grande, plus il est probable que de faux positifs apparaissent. Je m’attarderai à ces questions dans les prochaines lignes.

15Malgré deux décennies de croissance des recherches sur la surveillance, il semble y avoir peu de compréhension publique de la surveillance telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui. Les pratiques découvertes par Snowden ont une longue histoire, non seulement dans les annales de la collecte de renseignements et des agences nationales de sécurité, mais aussi dans des domaines variés, allant de la police à l’administration publique, en passant par le marketing grand public. Ces filiations devraient représenter un terreau fertile pour ceux qui se consacrent à l’étude académique de la surveillance et, en fait, pour ceux qui se soucient de la liberté, de la démocratie et de la justice au 21e siècle (pour une critique sans gêne, voir Giroux, 2015). Il vaut la peine d’examiner brièvement ces développements.

16Dans les années 1980, ceux qui s’intéressaient à l’étude de la surveillance se concentraient principalement sur la surveillance de l’État d’une part (par exemple Burnham, 1983; Campbell et Connor, 1986) et la surveillance en milieu de travail, de l’autre (par exemple Webster et Robins, 1986; Zuboff, 1988). De manière plus générale, la surveillance au service du « contrôle social » a été interrogée dans ses relations avec la police et la gestion des délinquants (par exemple Cohen, 1985; Marx, 1988) et croisait déjà, en partie, des enjeux de « sécurité nationale ». Si des recherches sur la surveillance des consommateurs – et ses liens avec les systèmes d’administration publique – étaient également menées à ce moment (voir le travail pionnier de Rule, 1974), la surveillance des consommateurs n’a été reconnue comme partie intégrante de la surveillance générale qu’au cours des années 1990 (voir, notamment, Gandy, 1993). Sans exception, ces auteurs ont souligné l’impact de l’informatisation sur les façons dont ces formes de surveillance existantes, y compris les caméras vidéo publiques, se développeraient.

17Dans les années 1990, cependant, l’expression « société de surveillance » s’est généralisée, permettant d’indiquer les façons dont se répandait dans la vie quotidienne ce qui, autrefois, semblait être limité aux activités du gouvernement, de la police ou du milieu de travail (Lyon, 2001). Cette expression ne visait d’aucune façon à diminuer l’importance de la surveillance d’État, mais plutôt à indiquer que la surveillance systémique, sous différents visages, traverse maintenant notre quotidien. De plus en plus, la surveillance est devenue visible à travers l’omniprésence des caméras dans les rues et les espaces publics, tels que les centres commerciaux, l’utilisation de cartes de crédit et, de plus en plus, de cartes de fidélité, sans compter les interactions en ligne qui se sont multipliées après le développement du World Wide Web en 1994 et la commercialisation ultérieure d’Internet, à partir de 1995.

18Au début des années 2000, deux événements ont façonné la surveillance de manière décisive, bien que les liens potentiels entre eux n’aient été rendus publics qu’en 2010. L’un de ces événements fût les attentats du 11 septembre 2001 et ceux de Londres, les bombes du « 7/7 », quelque mois plus tard, dont les effets ont été d’accroître considérablement la surveillance et la sécurité au moins dans le nord. Fait intéressant, les activités du Département de sécurité intérieure états-unien, mis en place rapidement, se sont inspirées des outils développés par la gestion de relation client (Customer Relationship Management, ou CRM) dans leur quête pour une « Total Information Awareness (TIA) » (Lyon, 2003, p. 92). L’autre événement est l’invention de Facebook en 2004, qui a fait des médias sociaux une partie dominante de l’Internet, facilitant du même souffle la surveillance des consommateurs à une échelle sans précédent (sans parler de la surveillance sociale [Marwick, 2012; Trottier, 2012]), maintenant basée sur leurs préférences auto-exprimées et leurs goûts. À l’époque de l’inauguration du président Obama en 2009, le Département de sécurité intérieure a développé un Centre de surveillance des réseaux sociaux pour vérifier les « éléments d’intérêt » (Lynch, 2010).

19En un sens, les révélations de Snowden peuvent représenter un avertissement pour des publics qui n’étaient pas au fait que l’avènement de la surveillance de masse des citoyennes et citoyens ordinaires était déjà un fait accompli. Si ce n’était pas déjà clair après le 11 septembre, la « sécurité nationale » est devenue une raison importante pour une surveillance intensifiée (Ball et Webster, 2003) et, avec elle, l’utilisation de l’analyse des données (généralement appelée « Big Data » [Lyon, 2014a]). La TIA dépendait d’une base de données à très grande échelle utilisant des « new algorithms for mining, combining and refining data5 », y compris l’utilisation de la machine bancaire, les traces laissées par l’utilisation des cartes de crédit, les fichiers témoins (cookies) sur l’Internet, les dossiers médicaux, tout ce qui pourrait générer des corrélations pertinentes en indiquant des relations significatives entre les enregistrements. Les documents révélés par Snowden montrent que ces fichiers sont une méthode parmi d’autres utilisées par la NSA dans sa surveillance intérieure et à l’étranger.

20Il ne fait aucun doute que Snowden a eu raison de soulever les enjeux de vie privée et de libertés civiles – y compris la liberté d’expression, de communication et de réunion – et les droits humains exposés par ses révélations sur la NSA et les agences qui lui sont apparentées à travers le monde. De nombreuses études sur la surveillance menées au cours des deux dernières décennies ont cependant interrogé plus profondément de nombreux présupposés classiques sur les sociétés contemporaines, leurs formes de pouvoir, leurs politiques ainsi que leurs institutions et leurs processus démocratiques. Comme l’indique l’analyse ci-dessus, il ne s’agit pas seulement d’un pouvoir bureaucratique renforcé par des outils électroniques et portant sur de pauvres citoyennes et citoyens. Il s’agit aussi, et surtout, de la manière dont ces citoyennes et citoyens s’engagent dans leur quotidien, dans des communications, des interactions et des échanges, dont une grande partie est menée à l’aide de technologies numériques. Ainsi, il est possible de concevoir qu’une proportion croissante de la population mondiale vit au sein d’une culture de la surveillance (Lyon, 2014b) à laquelle elle s’est habituée pour plusieurs raisons.

21En plus des questions sociales et culturelles plus fondamentales soulevées par les révélations de Snowden, les enjeux centraux de la surveillance contemporaine peuvent également être explorés à l’aune de certaines tendances majeures qui se sont imposées au cours de la dernière décennie (et la section suivante s’attarde à comprendre comment certaines de ces tendances croisent trois questions centrales propres à l’ère post-Snowden). En plus de la croissance exponentielle de la surveillance, qui devient de plus en plus le fondement des pratiques organisationnelles, plusieurs autres tendances significatives peuvent être identifiées (pour plus de détails, voir Bennett, Haggerty; Lyon et Steeves, 2014).

22Tel qu’il a été mentionné, la sécurité devient un moteur clé de la surveillance, non seulement à l’échelle « nationale », mais aussi dans les pratiques générales de police, la sécurité urbaine et sur les lieux de travail, dans les systèmes de transport en commun ainsi que les écoles (Taylor, 2013). Pour le philosophe Giorgio Agamben (2013), le motif de la sécurité qui est visible derrière la surveillance contemporaine est peut-être un atout politique en lui-même. Ce point de vue peut au moins servir de théorème à explorer. Du même souffle, cette tendance doit être considérée avec une autre, soit l’entrelacement – et, dans certains cas, l’intégration – d’organismes publics et privés. Le gouvernemental et le corporatif ont toujours travaillé étroitement à l’ère moderne, mais l’idée toujours présente qu’ils habiteraient essentiellement des sphères différentes, avec des mandats différents, est aujourd’hui profondément remise en question. Comme l’a révélé Snowden, les entreprises de téléphone telles que Verizon et les entreprises d’Internet telles que Microsoft travaillent en tandem avec des organismes publics comme la NSA, de manière qui demeure encore à comprendre totalement.

23Plusieurs autres tendances méritent aussi d’être mentionnées, ne serait-ce que pour en signaler l’importance (et elles sont discutées dans Bennett, 2014). Entre autres, la surveillance mobile et basée sur la localisation se développe, ce qui signifie que les coordonnées spatiotemporelles de nos vies sont de plus en plus monitorées. La surveillance est de plus en plus intégrée dans des environnements quotidiens, tels que les bâtiments, les véhicules et les maisons. Les machines reconnaissent les propriétaires et les utilisateurs individuels grâce au balayage de carte ou à l’activation vocale. Le corps humain est lui-même la source de données de surveillance, alors que les enregistrements d’ADN, les empreintes digitales, la reconnaissance faciale sont considérés comme des moyens fiables d’identification et de vérification. En outre, toutes ces tendances se sont rapidement globalisées, ce qui constitue en soi une tendance à la surveillance. Tel que je l’ai souligné, la surveillance sociale par les sites de réseautage s’accélère également, nous y reviendrons plus loin. Puis, au coeur de tout cela, il devient de plus en plus difficile de savoir ce qui compte exactement comme « données personnelles » : les plaques d’immatriculation, la présence dans les photos de groupe affichées sur les médias socionumériques et, bien sûr, les métadonnées en rendent la définition difficile.

24Tout ce qui précède représente un défi pour les études sur la surveillance en particulier et, plus largement, pour tous les citoyennes et citoyens des démocraties libérales contemporaines. Il y a cependant des questions plus précises sur lesquelles j’aimerais maintenant attirer l’attention. Ce sont des domaines pour lesquels nous devons reconnaître que la recherche sur la surveillance de l’après-Snowden n’en connaît pas assez.

Déficit de recherche

25Alors qu’historiquement, le problème est le mépris apparent de la recherche sur la surveillance, ce qui serait notamment à l’origine du sentiment de surprise générale à la suite des révélations de Snowden, le problème contemporain est pour sa part que la recherche actuelle n’a pas encore rattrapé plusieurs développements vitaux de la surveillance. Pour chaque cas (les infrastructures numériques, les réseaux professionnels et les pratiques des médias sociaux), la difficulté d’identifier l’objet de la recherche est aggravée par un langage trompeur, des hypothèses douteuses et une théorie inadéquate. Il ne s’agit pas d’une conspiration, mais plutôt d’un brouillard analytique qui doit être dégagé afin de permettre aux contours de chaque situation de se manifester plus clairement.

26Le premier problème est l’un de ceux qui s’imposent de la manière la plus drastique dans le cas de l’informatique nuagique et le transfert électronique de données d’un endroit à l’autre. La métaphore du nuage a été créée dans le cadre de diagrammes destinés à démontrer comment l’information circule (Mosco, 2014). L’impression donnée – et renforcée par le marketing nuagique – est que, d’une manière ou d’une autre, les données flottent dans l’éther alors que, dans les faits, elles circulent grâce à des câbles de fibres optiques. Il y a une dimension géographique et matérielle au nuage qui détonne face à son image bénigne, moelleuse et flottante. Cet élément matériel et géographique est essentiel à l’organisation des rapports de pouvoir. Une partie de cela est liée au rôle de premier plan des États-Unis, par le truchement de la NSA. Comme le montre Andrew Clement (2013), les fichiers de données envoyés de l’Université de Toronto (Canada) au gouvernement de la province de l’Ontario (à quelques pâtés de maisons, également à Toronto) voyagent dans les câbles de fibres optiques en suivant une trajectoire « boomerang », passant par des centres de traitement de données aux États-Unis avant d’atteindre leur destination au Canada. Ils passent ainsi dans un régime de données bien différent de celui du Canada. Or de nouvelles configurations de relations de pouvoir sont également générées par la capacité d’exploiter les données numériques, qui dépend de la coopération entre les pays participants afin d’obtenir une vue globale d’Internet.

  • 6 Voir Marquis-Boire, M. (2014, 15 août). Schrodinger’s Cat Video and the Death of Clear-Text. The Ci (...)

27Les programmes de la NSA utilisent de tels câbles pour collecter (Upstream, Quantuminsert, voire aussi les versions commerciales de ces programmes de piratage6) et intercepter (Tempora) des données. Grâce à des intercepteurs placés stratégiquement le long des lignes de câble, une pratique que les révélations de Snowden ont montré être celle de nombreux pays, et à des ententes de sécurité Global Crossing avec des entreprises privées, une grande partie du câble de fibre optique mondial est accessible aux États-Unis (Timberg et Nakashima, 2013). Une surveillance plus ciblée est menée grâce à des programmes comme XKeyscore, qui est lié au programme PRISM. XKeyscore stocke également du matériel dans des caches de données réparties dans des emplacements précis à travers le monde (voir la carte dans Bennett et al., 2014, p. 113). PRISM, à son tour, se fie aux données sur les consommateurs obtenues auprès des entreprises Internet via les réseaux sociaux et les plates-formes nuagiques (comme Dropbox, voir Bauman et al., 2014, p. 123).

28Le deuxième problème est qu’il est difficile de préciser avec exactitude qui effectue la surveillance. Bien que l’expression « surveillance de l’État » soit d’usage courant, les travailleurs qui incarnent cet « État » sont nombreux et variés (ce qui n’est pas sans lien avec le flou entre les secteurs public et privé décrit précédemment). La position de Snowden avant sa fuite avec les documents illustre cela. Il travaillait en effet pour l’entreprise privée Booz Allen Hamilton, dont l’expertise a été sous-traitée à la NSA. Depuis un certain temps, Didier Bigo (2008) met en lumière la manière dont les « professionnels de la sécurité » forment désormais un réseau international de coopération, opérant dans différents pays (voir, par exemple, Bigo, 2008; aussi Bauman, 2014; Lyon et Topak, 2013); ce sont des agents de renseignements, des experts techniques, des policiers (publics et privés), des conseillers et d’autres travailleurs dont la fonction a émergé de la coopération internationale antiterroriste s’étant développée à la suite du 11 septembre 2001 et s’est étendue en un réseau d’une influence considérable.

29D’anciennes distinctions se décomposent au fur et à mesure que ce réseau de « gestionnaires du malaise » (tel que Bigo les nomme) se développe. Il entrelace les agences publiques et privées, la sécurité interne et externe, les intérêts nationaux et internationaux, etc. Le développement de ce réseau se déploie en parallèle de la numérisation de la sécurité et de la surveillance de sorte que, paradoxalement, la sécurité « nationale » n’est plus « nationale » dans son « acquisition or even analysis, of data », ce qui contribue à l’ambiguïté des « lines of what is national as well as the boundaries between law enforcement and intelligence » (Bauman, 2014, p. 125). Cet enjeu est lié à l’incertitude déjà soulignée à propos de qui pratique concrètement la surveillance actuellement, bien qu’il soit possible d’identifier une association vague d’organisations professionnelles qui travaillent ensemble, apprennent les unes des autres et développent leurs propres protocoles, rationalités et pratiques de surveillance.

30Comme le montrent les exemples provenant des États-Unis, des pratiques de surveillance similaires ont cours un peu partout, que ce soit dans le Department of Homeland Security (DHS), la CIA, le FBI ou la NSA – tout comme dans le Government Communications Headquarter (GCHQ) du Royaume-Uni ou le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) du Canada. Ces organismes de police et de renseignement « à acronymes » s’appuient également sur des organisations similaires en sous-traitance qui présentent des activités techniques, statistiques et politico-économiques analogues (voir Ball et Snider, 2013). Les services de police et les services de renseignement ont également des liens militaires qui influencent à leur tour leurs pratiques : la gestion de l’information est cruciale pour chacun, de sorte que la police devient plus lourdement dépendante des données informatiques (Haggerty et Ericson, 1997) et plus largement influencée par les méthodes militaires (Brodeur, 2010). Dans tous les cas, il est également clair que ces organisations ne réagissent pas seulement aux menaces perçues à la sécurité nationale ou aux actes criminels. Ils construisent activement les populations cibles et en affinent les justifications. C’est là que les liens commerciaux avec les entreprises technologiques deviennent centraux, notamment dans leurs collaborations avec les acteurs gouvernementaux. Les politiques influencent et sont influencées par les approches et les pratiques techniques corporatives. Au niveau de l’organisation et du réseau, les relations sont ainsi multiples et complexes.

31Le troisième problème lié au « déficit de la recherche » concerne le tissu des relations qui s’établissent entre ces réseaux organisationnels, leurs pratiques et l’objet de la surveillance ou, pour être plus précis, les populations cibles. L’Internet et surtout les réseaux socionumériques sont en ce sens centraux, bien que l’utilisation d’un téléphone cellulaire puisse également participer à tisser cette relation. Il est important de rappeler que les médias socionumériques demeurent un phénomène très récent, propre au 21e siècle. Il s’est pourtant développé à une vitesse et avec une portée mondiale étonnantes, de sorte qu’il représente aujourd’hui l’un des usages dominants de l’Internet. Si d’importantes recherches ont été menées dans ce domaine – en particulier avec l’aide d’organismes tels que l’Oxford Internet Institute du Royaume-Uni ou le programme « Internet and American Life » du Pew Research Center – comprendre comment les usagers des médias socionumériques opèrent en relation avec les pratiques et les concepts liés à la surveillance et à la vie privée demeure un sous-domaine embryonnaire et une priorité de recherche essentielle (voir, par exemple, Fuchs, 2014; Marwick, 2013; Trottier, 2012).

32En raison de leur valeur nominale, il semble étrange que les utilisateurs des réseaux socionumériques autorisent librement la large diffusion de leurs données personnelles en ligne, ce qui les rend vulnérables à une surveillance intense tant par des entreprises qui recherchent leurs informations à des fins de marketing que par des services de police et des agences de renseignement. Une telle conformité volontaire aurait certainement troublé un Orwell, sensible qu’il était à l’utilisation de nouvelles technologies pour assurer la servitude populaire à l’État. Mais la situation d’aujourd’hui est fortement post-orwellienne. Non seulement les technologies de la surveillance se sont considérablement améliorées, mais les pratiques de surveillance sont maintenant communes à toutes les organisations, ce qui nous mettrait en face de véritables « régimes de surveillance » (Giroux, 2015, p. 7) et, comme je l’ai noté précédemment, dans une culture de surveillance (Lyon, 2017). Dans une telle culture, la surveillance n’est pas seulement une forme de divertissement, mais également une partie de la vie quotidienne dans laquelle beaucoup s’engagent sciemment et activement.

  • 7 Voir : Perez, S. (2014, 26 août). Social Media Is Silencing Personal Opinion – Even In The Offline (...)

33La question de recherche qui s’impose ici est quel sera l’effet à long terme des révélations de Snowden et de leurs conséquences pour informer et peut-être réorienter les pratiques des usagers des réseaux socionumériques? Cela implique une analyse approfondie de la façon dont les utilisateurs eux-mêmes perçoivent les situations dans lesquelles ils se trouvent et leurs pratiques en ligne. Par exemple, les chercheurs du Pew Research Center ont constaté que les usagers des réseaux socionumériques hésitent à discuter de Snowden en ligne – tout comme hors ligne d’ailleurs – et préfèrent des environnements plus sûrs comme la table à manger pour de telles conversations7. Il s’agit également d’un défi pour la recherche sur les politiques qui est prête à aller au-delà de la compréhension conventionnelle de la surveillance et, en particulier, de la vie privée (voir par exemple Cohen, 2012).

  • 8 Des coalitions contre la surveillance de masse ont mené plusieurs actions concertées globales depui (...)

34Cela implique également de nouvelles études sur le potentiel de la communication sur Internet pour remettre en question et résister à des formes de surveillance jugées excessives, inutiles ou illégales. D’une part, de nombreuses ONG et groupes de pression liés à Internet ont donné forme à un mouvement social disparate exigeant l’imputabilité et la transparence des pratiques de surveillance révélées par Snowden8. D’autre part, l’engagement quotidien des utilisateurs avec les médias socionumériques peut être éclairé par une plus grande connaissance du fonctionnement de la surveillance dans le monde post-Snowden. Des concepts tels que l’exposure (Ball, 2009) ont une importance critique actuellement pour comprendre comment, à quel point et dans quelles circonstances les utilisateurs révèlent des données personnelles à d’autres.

35Ces questions aboutissent à une enquête plus générale sur l’avenir de la recherche sur la surveillance liée à l’Internet, qui, tel que je le propose dans la prochaine section, a pris une telle importance aujourd’hui qu’elle représente un domaine clé – dans le sens où il informe de nombreux autres domaines – de la recherche sur la surveillance.

Direction de la recherche

La liberté d’Internet – la latitude d’utiliser ce réseau hors des contraintes institutionnelles et sociales, hors de tout contrôle étatique, en s’affranchissant d’une peur omniprésente – est essentielle à la réalisation de [ses] promesse[s]. Convertir Internet en un système de surveillance vide le Web de ce potentiel qui en constitue le noyau. (Greenwald, 2014, p. 5.)

36Tout domaine d’études, y compris celui de la surveillance, doit revisiter périodiquement les principaux champs de force qui façonnent son objet. En ce sens, par ses nombreux liens avec la surveillance, l’Internet mérite aujourd’hui une attention particulière. Cette section propose que la recherche au sein des études sur la surveillance devrait être orientée fortement vers les enjeux de l’information et de l’Internet. Les types de surveillance qui se sont développés au cours des dernières décennies dépendent fortement du numérique – et, de plus en plus, de ce qui est maintenant appelé le « Big Data » – et s’étendent bien souvent au-delà. Comme l’indique Greenwald, les révélations de Snowden mettent en jeu l’avenir d’Internet. Bien qu’il soit vrai que les sociétés modernes ont été dès leur création des « sociétés de l’information » (Lyon, 2005) – et donc des « sociétés de surveillance » –, aujourd’hui, l’information et ses principaux canaux sont devenus des lieux de lutte politique sans précédent, centrée sur la surveillance. Cela suggère qu’à la fois analytiquement, en termes de directions de recherche, et politiquement, en termes de pratique et de politique, l’Internet et la surveillance sont liés dans une relation qui leur donne mutuellement forme.

37Le recours à l’Internet pour la surveillance n’est pas nouveau, mais sa portée n’a jamais été aussi grande. Pour beaucoup, comme Greenwald et Snowden lui-même, ceci trahit grandement la vague d’optimisme quant au potentiel démocratique d’Internet qui en a accompagné la naissance. Les bienfaits espérés pour l’humain ont précédé la commercialisation de l’Internet, mais des versions de ces bienfaits ont également été intégrées dans les aspirations de nombreuses entreprises de la Silicon Valley ou d’ailleurs, dès les années 1990. Certains écrivains populaires visionnaires tels que Ithiel de Sola Pool (1983) ont prévu le développement de ce que nous appelons aujourd’hui Internet, arguant qu’il s’agissait d’un vecteur clé de la liberté technologique. Il insistait sur le fait que la liberté d’expression devrait en être un enjeu essentiel. La façon dont la réglementation et l’accès seraient organisés permettrait de déterminer si les nouvelles communications renforceraient la démocratie à l’image de la tribune politique et de l’imprimerie qui l’ont précédé.

38Qu’est-il arrivé aux rêves utopiques de la « révolution de l’information » des années 1980? Après tout, les penseurs utopiques de cette période ont noté adéquatement les possibilités émancipatrices et démocratiques offertes par les nouvelles technologies. Cependant, Ithiel de Sola Pool et d’autres membres de son groupe n’ont peut-être pas accordé une attention suffisante à l’économie politique déjà existante informant les technologies de l’information – sans parler de la croyance culturelle globale dans le pouvoir de la Technologie. Ensemble, ils n’ont pu constater que les nouvelles technologies pouvaient être efficaces malgré des preuves contraires et n’ont pu soulever les omissions dans l’analyse qui considère la « connaissance » comme un nouveau « facteur de production » indépendant. Suivant Karl Polanyi (1944, 2001), nous pouvons concevoir l’information comme une « marchandise fictive » coupée de ses origines sociales dans le travail créatif et transformée en une forme « indépendante » au sein de systèmes experts ou de services virtuels (Hayles, 1999). Celle-ci est ensuite intégrée dans un système économique de marchandisation générale avec le profit pour principale raison d’être alors que celui-ci est alloué par le marché, où la réciprocité et la justice sociale ont peu ou pas droit au chapitre (Jessop, 2007; Schiller, 1988). La commercialisation d’Internet en 1995 s’est révélée un moment critique dans le développement plus général de l’information en tant que marchandise fictive.

39Cependant, les commentaires écrits par Sana Pool il y a une trentaine d’années sur la liberté d’expression trouvent un écho particulier dans les révélations de Snowden. Au cours de ces trente années passées, les choses se sont polarisées. Peu après la nouvelle concernant l’accès de la NSA aux données d’abonnés téléphoniques de Verizon, les révélations sur le programme PRISM impliquaient directement les grandes entreprises d’Internet telles que Microsoft, Yahoo!, Google et Facebook. Des échanges urgents ont eu lieu, certaines de ces entreprises semblaient perplexes : si elles avaient bien autorisé le partage de certaines données, les révélations semblaient indiquer que des quantités beaucoup plus importantes étaient impliquées que ce qui avait été entendu. À ce qu’il semble, en plus des ententes FISA lui donnant accès aux données détenues par les entreprises d’Internet, la NSA a également trouvé des moyens d’intercepter en amont le flux de données à l’aide de systèmes tels que Muscular, que l’agence a développée avec un partenaire des Five Eyes, le GCHQ du Royaume-Uni (Gellman et Soltani, 2013).

40Comme l’a noté Steven Levy (2014) dans un article du magazine Wired, les révélations de Snowden ont exposé un « seemingly irresolvable conflict. While Silicon Valley must be transparent in many regards, spy agencies operate under a cloak of obfuscation » (s.p.). Les découvertes de Snowden ont mis en évidence un problème dont les entreprises d’Internet étaient au fait depuis quelques années. En effet, des sociétés telles que Google, Yahoo! et Twitter ont lutté pour empêcher les tentatives du gouvernement, par l’intermédiaire du tribunal de la Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA), de les obliger à remettre les données de leurs clients. À leur décharge, les entreprises semblaient avoir tenté de contrer ces efforts de la NSA, mais le pouvoir gouvernemental combiné au fait que ces entreprises ont également des contrats gouvernementaux a quelque peu compromis leur lutte. PRISM permettait de concentrer leurs efforts, mais le secret entourant la NSA a rendu très difficile la compréhension de ce qui se passait exactement. Ils se bataitent dans le brouillard. Cela pose également des problèmes pour ceux qui cherchent à comprendre les relations de surveillance entreprises-gouvernements.

  • 9 Voir, par exemple : Eaton, J. (2013, 6 juin). Gardian announces leak of classifies NSA documents. A (...)

41Les détails des controverses et des batailles en cours peuvent être trouvés sur différents sites web9, mais le thème qui les unit est la surveillance et l’avenir d’Internet. Cela a plusieurs implications pour l’analyse et pour l’action.

42L’un des résultats importants est que ceux qui étudient la surveillance se sont rendu compte que les recherches sur les communications avaient beaucoup à offrir. Des travaux pionniers de Oscar Gandy (1993, 2012) ou de Joseph Turow (2012) sur la surveillance des consommateurs aux explorations de Mark Andrejevic (2009, 2014) ou d’Alice Marwick (2013) sur la surveillance en ligne, sans oublier le travail en cours sur la surveillance des communications elle-même, les liens sont manifestes. Par exemple, des chercheurs sur la surveillance provenant de criminologie ou de politique publique peuvent avoir besoin de renforcer leurs analyses en examinant de plus près comment l’Internet croise leur compréhension de la surveillance. De même, ceux qui s’occupent de questions sur la surveillance de l’Internet feraient bien d’examiner les littératures portant sur des conceptions plus larges de la surveillance.

43Un autre résultat d’importance consiste à poursuivre l’analyse de l’information comme une marchandise fictive. Il est par exemple possible de proposer qu’avec la forte poussée en faveur du Big Data, la distance entre l’information et ses racines sociales est désormais encore plus prononcée. Si, pour Hayles (1999), l’analyse de l’information « loses its body » (depuis l’époque des conférences Macey sur la théorie de la communication dans les années 1950), les soi-disant données personnelles pour leur part perdent progressivement leur « person » (Lyon, 2014a). Lorsque les données recueillies à des fins commerciales (marketing) – qui permettent de tisser le lien entre les données et les individus – sont réassignées et réinterprétées pour des objectifs de sécurité, des problèmes sociaux et juridiques tout à fait nouveaux apparaissent (Amoore, 2014). Trop souvent, un discours sur les « données brutes » donne l’impression qu’elles ne sont que des moyens techniques inoffensifs permettant de connecter des points à l’aide d’algorithmes. Ces pratiques et la politique des algorithmes sont complexes, mais demeurent à peine explorées (voir, aussi, Isin et Ruppert, 2015).

44Un autre sujet de préoccupation concerne les politiques d’Internet à l’ère de la surveillance de masse. Évidemment, il s’agit d’un élément clé des controverses qui ont fait suite aux révélations de Snowden. Les gouvernements, y compris l’administration américaine, ont dû répondre aux critiques continues du pouvoir de l’État et de son enchevêtrement avec les réseaux commerciaux, en particulier les entreprises d’Internet (voir, notamment, Clarke, Morrell, Stone, Sunstein et Swire, 2014). Or la politique de la surveillance de l’Internet est également un fort courant de réflexion au sein des entreprises d’Internet elles-mêmes, qui ont dû s’éloigner de la NSA tout en reconnaissant qu’elles coopèrent étroitement avec le gouvernement. Agissant en parallèle à ces zones de turbulence, de nombreuses ONG résistent à la surveillance de masse sur les fronts des libertés civiles et de la vie privée et agissent pour l’avenir de l’Internet lui-même. Les nouvelles coalitions qui se sont formées depuis Snowden, entre autres avec EPIC, EFF et ACLU aux États-Unis, ou encore sous la bannière d’OpenMedia au Canada, font des vagues par de nouveaux moyens et participent à construire le consensus de façon créative à propos de chaque nouvelle révélation de Snowden. Est-ce que cela pourrait être la réponse collective à la surveillance dont Colin Bennett regrettait l’absence au moment de la publication de son livre en 2008, The Privacy Advocates?

45L’avenir de l’Internet demeure en jeu alors que les révélations sur la surveillance de masse se poursuivent. Comme l’indique Ron Deibert dans Black Code (2013), les problèmes généraux de fermeture, de secret et de course aux armements sont tous convoqués ici. L’analyse de la propagation de la surveillance n’a jamais eu autant d’importance à une échelle globale, que ce soit pour les menaces envers les individus ou pour les conséquences pour la guerre et la paix, en passant par la richesse et la pauvreté.

Coda : Snowden, surveillance et confidentialité

46Cet article s’est intéressé à certaines des implications les plus saisissantes de ce que nous savons de la surveillance pour la « sécurité nationale » du début du 21e siècle, suivant les révélations de Snowden. Historiquement, la question est de comprendre pourquoi, alors que la société de surveillance est déjà si bien développée, les révélations de Snowden ont été reçues dans les médias comme une surprise complète. Les questions actuelles cherchent à comprendre quels sont les aspects clés de la surveillance qui nécessitent de nouvelles formes d’analyse, ainsi que des réponses politiques et réglementaires renouvelées. Dans le futur, les enjeux seront d’évaluer ce que l’Internet en est venu à signifier et comment il pourrait se rapprocher de sa promesse d’origine, alors qu’il est un lieu clé des pratiques de surveillance à plusieurs échelles.

47Nous avons cependant noté que les révélations de Snowden soulèvent des questions sur le langage même qui est couramment utilisé pour traiter du monitoring et du pistage de la vie quotidienne et des réponses à ces pratiques : la surveillance et la vie privée. Les concepts sont encore débattus, certains plus que d’autres, et les définitions sont toujours délicates, car elles font écho au temps, au lieu et aux hypothèses culturelles de leurs origines. Encore une fois, ces questions ont été soulevées par le passé, mais jamais aussi fortement qu’à l’ère post-Snowden. Si la distinction entre la surveillance ciblée et la surveillance de masse a semblé assez claire par le passé, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les frontières s’effacent sous la pression des allers-retours entre les deux – est-ce la personne ou le profil qui est surveillé? Si la vie privée a pu être interprétée principalement comme une question relative aux intérêts ou aux droits d’une personne identifiable, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Lorsque le profilage est « anticipateur » et les intuitions d’un éventuel « lien » avec le terrorisme sont la base de la suspicion, un défi nouveau et fondamental à la vie privée émerge.

  • 10 L’expression « trouver un équilibre entre la vie privée et la sécurité » est régulièrement utilisée (...)

48Les types de surveillance mis en évidence par les révélations de Snowden, d’une part, dépendent lourdement de l’information, souvent reliée à l’Internet et, d’autre part, visent la « sécurité nationale ». Dans ce contexte, le concept de sécurité appelle à être problématisé, ce qui s’annonce comme une tâche supplémentaire manifestement urgente pour la recherche multidisciplinaire d’aujourd’hui. Comme c’est le cas avec la surveillance ou la vie privée, la sécurité est difficilement définissable, en particulier dans les conditions actuelles où la sécurité (« nationale ») a été hautement prioritaire pour de nombreux gouvernements. C’est un concept qui est remis grandement en question (Zedner, 2009) et souvent utilisé en réplique aux revendications du droit à la vie privée ou des libertés civiles10. Des conceptions beaucoup plus nuancées de la sécurité sont nécessaires si l’on souhaite tenir compte des désirs, des aspirations et même du bien-être quotidien des citoyennes et citoyens. Et ceux-ci doivent être conçus en relation avec d’autres concepts (surveillance et confidentialité) qui ont également été affectés par les révélations de Snowden (voir Bigo, 2012; Raab, 2014).

49Grâce à Snowden, nous savons maintenant que la surveillance globale est protéiforme et diffère d’un pays à l’autre. Mais cette complexité ne doit pas porter ombrage au fait que les enjeux sont grands. Ceux-ci demandent une compréhension renouvelée de l’hégémonie de la surveillance et des possibilités de résistance. L’un des textes clés pour cela est Becoming Digital Citizens (Isin et Ruppert, 2015). Les auteurs y suggèrent que les types de citoyenneté émergeant au 21e siècle sont inscrits de force dans le contexte informationnel et pourraient bien transcender les anciennes politiques nationales. Les révélations de Snowden remettent ainsi en question certaines hypothèses qui allaient de soi et exposent les lacunes des connaissances actuelles.

  • 11 Par exemple, voir l’appel du politologue Charles D. Raab (2013).

50Ce ne sont pas des questions d’importance uniquement pour celles et ceux engagés dans la recherche sur la surveillance (quelle que soit la discipline, car il s’agit d’une entreprise pluridisciplinaire)11. L’enjeu est l’avenir de l’Internet en particulier et des communications numériques en général. Cette contribution a permis de montrer en partie l’ampleur de ce défi et a proposé certaines façons par lesquelles celui-ci peut au moins être décrit et analysé en dehors des hypothèses dangereusement dominantes actuellement disponibles. Mais les enjeux sont encore plus importants et incluent les possibilités politiques, démocratiques et de justice sociale d’une époque de surveillance post-Orwellienne d’une ampleur insoupçonnée.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, G. (2013). For a Theory of Destituent Power. Chronos. Repéré à http://www.chronosmag.eu/index.php/g-agamben-for-a-theory-of-destituent-power.html

Ball, K. S. (2009). Exposure: Exploring the Subject of Surveillance. Information, Communication & Society, 12(5), 639-657.

Ball, K. S. et Snider, L. (dir.) (2013). The Surveillance-Industrial Complex: A Political Economy of Surveillance. Londres, Angleterre/New York, NY : Routledge.

Ball, K. S. et Webster, F. (dir.) (2003). The Intensification of Surveillance. Londres, Angleterre : Pluto Press.

Bennett, C. (2008). The Privacy Advocates: Resisting the Spread of Surveillance. Cambridge, MA : MIT Press.

Bennett, C. et Raab, C. (2006). The Governance of Privacy: Policy Instruments in Global Perspective. Cambridge, MA : MIT Press.

Cohen, J. (2012). Configuring the Networked Self. New Haven, CT : Yale University Press.

Bigo, D. (2012[2008]). International Political Sociology. Dans P. Williams (dir.), Security Studies: An Introduction (p. 116-128). Abingdon, Angleterre : Routledge.

Clarke, R., Morrell, M., Stone, G., Sunstein, C. et Swire, P. (2014). The NSA Report: Liberty and Security in a Changing World. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Deibert, R. (2013). Black Code: Surveillance Privacy and the Dark Side of the Internet. Toronto, Ontario : Signal.

Bauman, Z., Bigo, D., Esteves, P., Guild, E., Jabri, V., Lyon, D. et Walker, R. B. (2014). After Snowden: Rethinking the impact of surveillance. International Political Sociology, 8(2), 121-144.

Bennett, C., Haggerty, K., Lyon, D. et Steeves, V. (dir.) (2014). Transparent Lives: Surveillance in Canada. Edmonton, Alberta : Athabasca University Press.

Bigo, D. (2008). Globalized (in)security: The field and the ban-opticon. Dans D. Bigo et A. Tsouskala (dir.), Terror, Insecurity and Liberty (p. 10-48). Londres, Angleterre/New York, NY : Routledge.

Brodeur, J.-P. (2010). The Policing Web. Oxford, Angleterre : Oxford University Press.

Burnham, D. (1983). The Rise of the Computer State. New York, NY : Vintage.

Cohen, S. (1991). Visions of Social Control. Cambridge, Angleterre : Polity Press.

Campbell, D. et Connor, S. (1986). On the Record: Surveillance, Computers and Privacy. Londres, Angleterre : Michael Joseph.

Clement, A. (2013). IXmaps – Tracking your personal data through the NSA’s warrantless wiretapping sites. IEEE International Symposium on Technology and Society, p. 216-223.

Dandeker, C. (1990). Surveillance Power and Modernity. New York, NY : St. Martin’s Press.

De Goede, M. (2014). The Politics of Privacy in the Age of Preemptive Security. International Political Sociology, 8(1), 101-104.

De Sola Pool, I. (1983). Technologies of Freedom: On Free Speech in an Electronic Age. Cambridge, MA : The Belknap Press.

Fuchs, C. (2014). Social Media: A Critical Introduction. Londres, Angleterre : Sage Publications.

Gandy, O. (1993). The Panoptic Sort: A Political Economy of Personal Information. Boulder, CO : Westview Press.

Gellman, B. et Soltani, A. (2013, 30 octobre). NSA infiltrates links to Yahoo, Google data centers worldwide, Snowden documents say. The Washington Post. Repéré à http://www.washingtonpost.com/world/national-security/nsa-infiltrates-links-to-yahoo-google-data-centers-worldwide-snowden-documents-say/2013/10/30/e51d661e-4166-11e3-8b74-d89d714ca4dd_story.html/

Giroux, H. (2015). Totalitarian paranoia in the post-Orwellian surveillance state. Cultural Studies, 29(2), 108-140.

Greenwald, G. (2013, 5 juin). NSA Collecting Phone Records of Millions of Verizon Customers Daily. The Guardian. Repéré à http://www.theguardian.com/world/2013/jun/06/nsa-phone-records-verizon-court-order/

Greenwald, G. (2014). Nulle part où se cacher. Paris : JC Lattès.

Haggerty, K. et Ericson, R. (1997). Policing the Risk Society. Toronto, Ontario : University of Toronto Press.

Hayles, K. (1999). How we became Posthuman: Virtual Bodies in Cybernetics, Literature, and Informatics. Chicago, IL : University of Chicago Press.

Isin, E. et Ruppert, E. (2015). Being Digital Citizens. New York, NY : Rowman et Littlefield.

Jessop, B. (2007). Knowledge as a Fictitious Commodity: Insights and Limits of a Polanyian Analysis. Dans A. Bugra et K. Agartan (dir.), Reading Karl Polanyi for the 21st Century: Market Economy as a Political Project (p. 115-134). Basingstoke, Angleterre : Palgrave.

Keiber, J. (2015). Surveillance Hegemony. Surveillance & Society, 13(2), 168-181.

Levy, S. (2014, 1er juillet). How the NSA almost killed the internet. Wired. Repéré à http://www.wired.com/2014/01/how-the-us-almost-killed-the-internet/all/

Lynch, J. (2010). New FOIA Documents Reveal DHS Social Media Monitoring During Obama Inauguration. Eletronic Frontier Foundation. Repéré à https://www.eff.org/deeplinks/2010/10/new-foia-documents-reveal-dhs-social-media/

Lyon, D. (2017). Surveillance Culture: Exposure, Engagement and Ethics in Digital Modernity. International Journal of Communication, 11, 824-842.

Lyon, D. 2015. Surveillance after Snowden. Cambridge, MA : Polity Press.

Lyon, D. (2014a). Surveillance, Snowden and Big Data: Capacities, Consequences, Critique. Big Data & Society, 1(1). Repéré à http://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/2053951714541861

Lyon, D. (2014b). The Emerging Surveillance Culture. Dans A. Jansson et M. Christensen (dir.), Media, Surveillance and Identity (p. 71-88). New York, NY : Peter Lang.

Lyon, D. (2013, 23 septembre). Can Citizens Roll back Silent Army of Watchers?. The Toronto Star. Repéré à http://www.thestar.com/opinion/commentary/2013/09/23/can_citizens_roll_back_silent_army_of_watchers.html/

Lyon, D. et Topak, Ö. (2013). Promoting Global Identification: Corporations, IGOs and ID Card Systems. Dans K. S. Ball et L. Snider (dir.), The Surveillance-Industrial Complex: A Political Economy of Surveillance (p 27-43). Londres, Angleterre/New York, NY : Routledge.

Lyon, D. (2005). A Sociology of Information. Dans C. Calhoun, C. Rojek et B. Turner (dir.), The Sage Handbook of Sociology (p. 223-235). Londres, Angleterre/New York, NY : Sage Publications.

Marwick, A. (2013). Status Update: Celebrity, Publicity and Branding in the Social Media Age. New Haven, CT : Yale University Press.

Marquez, X. (2012). Spaces of Appearance and Spaces of Surveillance. Polity, 44, 6-31.

Marwick, A. (2012). The Public Domain: Surveillance in Everyday Life. Surveillance & Society, 9(4), 378-393.

Marx, G. (1988). Undercover: Police Surveillance in America. Berkeley, CA : University of California Press.

Mosco, V. (2014). To the Cloud: Big Data in a Turbulent World. Boulder, CO/Londres, Angleterre : Paradigm Publishers.

Ogasawara, M. (2016). Snowden Talks About the Horrors of the Surveillance Society: The Complete Record of An Exclusive Interview (『スノーデン、監視社会の恐怖を語る 独占インタビュー全記録』). Tokyo, Japon : Mainichi Shimbun.

Polanyi, K. (2001). The Great Transformation: The Political and Economic Origins of Our Time (2e édition). Boston, MA : Beacon Press.

Raab, C. (2014). Privacy as a Security Value. Dans D. Wiese Schartum, L. Bygrave et A. Gunn Berge Bekken (dir.), Jon Bing: En Hyllest/A Tribute (p. 39-58). Copenhague, Danemark : Gyldendal.

Raab, C. (2013, 29 octobre). Studying Surveillance: The Contribution of Political Science?. Political Insight. Repéré à http://www.psa.ac.uk/insight-plus/blog/studying-surveillance-contribution-political-science/

Regan, P. (2009[1995]). Legislating Privacy: Technology, Social Values and Public Policy. Durham, NC : University of North Carolina Press.

Rusbridger, A. et MacAskill, E. (2014, 19 juillet). I, spy: Edward Snowden in exile. The Guardian. Repéré à https://www.theguardian.com/world/2014/jul/18/-sp-edward-snowden-interview-rusbridger-macaskill

Schiller, D. (1988). How to Think about Information. Dans V. Mosco et J. Wasko (dir.), The Political Economy of Information (p. 27-44). Madison, WI : University of Wisconsin Press.

Steeves, V. (2009). Reclaiming the Social Value of Privacy. Dans I. Kerr, C. Lucock et V. Steeves (dir.), Lessons from the Identity Trail: Anonymity, Privacy and Identity in a Networked Age (p. 191-208). New York, NY : Oxford University Press.

Taylor, E. (2013). Surveillance Schools: Security, Discipline and Control in Contemporary Education. Londres, Angleterre : Macmillan.

Timberg, C. et Nakashima, E. (2013, 6 juillet). Agreements With Private Companies Protect Access to Cables’ Data for Surveillance. The Washington Post. Repéré à http://www.washingtonpost.com/business/technology/agreements-with-private-companies-protect-us-access-to-cables-data-for-surveillance/2013/07/06/aa5d017a-df77-11e2-b2d4-ea6d8f477a01_story.html/

Trottier, D. (2012). Social Media as Surveillance. Londres, Angleterre : Ashgate.

Webster, F. et Robins, K. (1986). Information Technology: A Luddite Analysis. New York, NY : Ablex.

Weston, P., Greenwald, G. et Gallagher, R. (2013, 27 novembre). New Snowden docs show US spied during G20 in Toronto. CBC News. Repéré à http://www.cbc.ca/m/touch/news/story/1.2442448/

Zedner, L. (2009). Security. New York, NY/Londres, Angleterre : Routledge.

Zuboff, S. (1988). In the Age of the Smart Machine: The Future of Work and Power. New York, NY : Basic Books.

Haut de page

Notes

1 Des sections de ce texte ont été publiées dans leur langue originale sous le titre « The Snowden Stakes: Challenges for Understanding Surveillance Today » dans la revue Surveillance & Society, 2015, 13(2), 139-152.

2 Les journalistes ont fait grand usage de l’expression « surveillance de masse », mais il serait possible d’arguer que la surveillance « insoupçonnée » (suspicionless surveillance) est le véritable enjeu ici.

3 Weber et Arendt ont beaucoup à nous apprendre sur ce qui est aujourd’hui reconnu comme de la surveillance, notamment dans sa relation avec le maintien d’archives bureaucratiques sur les individus (Weber) ou avec les façons par lesquelles le pouvoir est généré dans des « espaces de l’apparence » (Arendt). Par exemple, voir Dandeker, 1990; Marquez 2012.

4 C’est peut-être symptomatique de la culture de la célébrité d’aujourd’hui que la surveillance de figures publiques importantes reçoive plus d’attention médiatique que la surveillance de masse de citoyens – dans ce cas, allemands – ordinaires. En même temps, la NSA n’est pas la seule à espionner d’autres leaders : l’Allemagne a aussi gardé l’œil sur d’importantes personnalités américaines, telles que John Kerry et Hillary Clinton. Voir : Williams, M. (2014, 16 août). Germany ‘Spied’ on John Kerry and Hillary Clinton – Der Spiegel. The Guardian. Repéré à http://www.theguardian.com/world/2014/aug/16/germany-spied-john-kerry-hillary-clinton-der-spiegel

5 Voir www.darpa.mil/iao/TIAsystems.htm/ [l’article n’est plus disponible].

6 Voir Marquis-Boire, M. (2014, 15 août). Schrodinger’s Cat Video and the Death of Clear-Text. The Citizen Lab. Repéré à https://citizenlab.org/2014/08/cat-video-and-the-death-of-clear-text/.

7 Voir : Perez, S. (2014, 26 août). Social Media Is Silencing Personal Opinion – Even In The Offline World. TechCrunch. Repéré à http://techcrunch.com/2014/08/26/social-media-is-silencing-personal-opinion-even-in-the-offline-world/

8 Des coalitions contre la surveillance de masse ont mené plusieurs actions concertées globales depuis le début des révélations de Snowden (voir, notamment, https://blog.wikimedia.org/2014/06/05/global-action-against-mass-surveillance-snowden-revelations/) L’enjeu de la « transparence » entre cependant quelque peu en conflit avec le besoin légitime mais limité du secret des agences de renseignement. Il pourrait être utile de mobiliser la recherche autour de cette question controversée.

9 Voir, par exemple : Eaton, J. (2013, 6 juin). Gardian announces leak of classifies NSA documents. Al Jazeera America. Repéré à http://america.aljazeera.com/articles/multimedia/timeline-edward-snowden-revelations.html; Gidda, M. (2013, 21 août). Edward Snowden and the NSA files – Timeline. The Guardian. Repéré à http://www.theguardian.com/world/2013/jun/23/edward-snowden-nsa-files-timeline/

10 L’expression « trouver un équilibre entre la vie privée et la sécurité » est régulièrement utilisée par les gouvernements et les médias. Il s’agit au mieux d’une expression vide de sens et, au pire, d’une manière détournée d’enjoliver la compromission de l’un au profit de l’autre.

11 Par exemple, voir l’appel du politologue Charles D. Raab (2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Lyon, « La surveillance globale dans un monde post-Snowden », Communiquer, 20 | 2017, 49-65.

Référence électronique

David Lyon, « La surveillance globale dans un monde post-Snowden », Communiquer [En ligne], 20 | 2017, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2315 ; DOI : 10.4000/communiquer.2315

Haut de page

Auteur

David Lyon

Professeur, Department of Sociology
Queen’s Research Chair in Surveillance Studies
Queen’s University, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals