Navigation – Plan du site

Architecture et communication. Beyrouth une ville en surimpression

Note de lecture
Moukarzel, J. (2016). Architecture et communication. Beyrouth une ville en surimpression. Paris: Presses des Mines.
Marie-Claude Plourde
p. 137-141
Référence(s) :

Moukarzel, J. (2016). Architecture et communication. Beyrouth une ville en surimpression. Paris : Presses des Mines.

Résumés

L’articulation claire d’une problématique entre architecture et communication, à l’ère numérique, n’est pas chose fréquente. Ce court texte résume la tentative de Joseph Moukarzel, auteur d’Architecture et communication, à pallier cette lacune. À travers l’exemple de Beyrouth, Moukarzel montre les mutations architecturales que subissent actuellement nos villes en réponse au phénomène de globalisation.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis des décennies, la conception architecturale et la signification de ses usages sont analysées et théorisées en se tournant vers la sémiotique – considérée comme un sous-champ de la communication. Autrement dit, l’architecture est souvent étudiée sous une perspective esthétique ; une tendance facilement compréhensible comme sa pratique des derniers siècles découle directement de la tradition des Beaux-Arts. Par contre, l’articulation claire d’une problématique entre l’architecture et la communication à l’ère numérique, elle, n’est pas chose fréquente. C’est à cette lacune que Joseph Moukarzel, auteur d’Architecture et communication, tente de pallier.

2Son approche s’appuie sur l’idée que l’architecture est « message » et que cela passe par son image, d’où sa démarche enracinée dans la sémiotique. Moukarzel cherche ainsi à superposer les significations issues d’une analyse « formelle » à « l’ici et maintenant » dans lequel nous propulsent aujourd’hui les communications numériques. Il se questionne alors sur la manière dont l’environnement numérique influence nos interprétations du cadre bâti. Ces prémices dans le but de montrer les mutations « architecturales » que subissent actuellement nos villes en réponse aux « critères globalisés » (p.21) portés par les nouveaux modes de communication. Comme l’intitulé l’indique, pour ce faire, l’auteur propose de prendre l’exemple de la capitale libanaise Beyrouth. Ce choix spécifique, d’une part, répond à un intérêt personnel de l’auteur ; d’autre part, est un cas particulier de construction et reconstruction architecturale provoquées par une succession de guerres. Cette ville millénaire, à elle seule, est une source inépuisable de typologies architecturales appartenant à différentes civilisations dont les contrastes identitaires (notamment le jeu entre culture locale et culture globale) sont facilement exploitables pour le propos de l’auteur.

3L’ouvrage se divise en trois chapitres traitant successivement (1) des liens entre communication et architecture, (2) du rapport entre « l’ici et maintenant » virtuel et matériel, et (3) se termine par une discussion sur les conséquences sociales de l’architecturale contemporaine. Le public cible de cet ouvrage n’est pas clairement identifiable, l’ouvrage se présente dans un langage simple révélant le désir de l’auteur de rendre ses propos accessibles autant à un auditoire provenant de la communication que de l’architecture. Ainsi, le lecteur architecte aura droit à une introduction à diverses questions d’actualités meublant le champ de la communication et sur la manière dont l’architecture est un acteur dans la montée du phénomène de globalisation. Le lecteur issu du domaine de la communication, lui, aura droit à une initiation en profondeur des éléments constitutifs de l’architecture.

4Dans le premier chapitre, Moukarzel procède à des rapprochements entre architecture et communication à plusieurs niveaux. Il les présente comme étant toutes deux des disciplines de nature pluridisciplinaire et transversale, étant donné qu’elles s’appuient et puisent dans beaucoup d’autres domaines. Toutes deux se rendent visibles au travers d’un langage leur étant propre. De plus, chacune à leur manière, elles véhiculent des identités et des cultures. Ensuite, l’auteur survole quelques tenants de la sémiotique qui lui permettent, dans les chapitres suivants, d’élaborer sur les messages que transporte la matérialité architecturale afin de les lier avec la virtualité de la communication. À titre d’exemple, sur ce rapport architecture-symbole-communication, l’auteur explique que

La course à la hauteur est une de ces performances qui a d’ailleurs toujours existé en architecture, vu l’obsession des hommes d’aller plus haut. Est-ce les réminiscences de la tour de Babel ou celles des tours bibliques ? Il est difficile de mettre ce phénomène dans un contexte précis, mais il est évident que la hauteur signifie puissance dans une lecture indicielle. (p.30)

5Ce chapitre théorique sur la sémiotique se termine de manière très intéressante, Moukarzel propose un quatrième élément à la tripartite peircienne (signifiant, signifié, référent) spécifique à un cadre architectural : la « séquentialité » (p.34). Indéniablement, l’architecture s’expérimente dans le mouvement. La lecture que s’en fera un passant, lors d’un parcours architectural, se modulera selon une séquence de perspectives en champs/contrechamps, plongées/contreplongées et zoom-in/zoom-out auxquelles il sera confronté. Ces perceptions seront de plus doublées d’impressions variant au gré de la luminosité ambiante, laquelle est perpétuellement changeante. Par conséquent, toute lecture d’un espace est fondamentalement singulière et évolutive dans le temps. En d’autres mots, Moukarzel tente ici de souligner la complexité d’un premier niveau d’interprétation de notre environnement bâti.

6L’auteur enchaine sur le rôle des technologies de l’information et de la communication (TIC) en ajoutant qu’elles raccourcissent les distances et éliminent les différences, rendant ainsi tous lieux accessibles à tous, en tout temps : le lieu se standardise peu importe sa position géographique. De fait, un deuxième niveau de lecture de l’environnement bâti se superpose au premier : en tant qu’inscription physique dans une universalité propagée par les TIC, il se lit aujourd’hui de façon totalement confuse et disparate. Ceci se répercute sur la conceptualisation architecturale. Les traditions locales, les facteurs climatiques ou, encore, les ressources de proximité ne sont même plus pris en compte dans les processus d’idéation et de construction. Par conséquent, l’architecture sert maintenant de véhicule des valeurs occidentales (ouverture, démocratie et libéralisme) à l’échelle mondiale, lesquelles menacent les frontières culturelles et identitaires, telle une « agression culturelle » (p.58). Elle se présente alors comme un facteur supplémentaire à l’angoisse des peuples orientaux de voir disparaître leur spécificité identitaire.

7Cela s’illustre par l’implantation de construction architecturale sans référence culturelle au contexte dénaturant ainsi les repères identitaires d’un lieu. Un exemple bien connu est celui du musée Guggenheim à Bilbao, un geste architectural libre qui a pour seule fonction d’impressionner afin de signifier sa présence « ici et maintenant ». Notez que c’est précisément à cette définition que l’auteur réfère lorsqu’il parle d’une architecture dite « contemporaine ». Une autre référence en ce sens, fréquemment utilisée par Moukarzel, est les tours du World Trade Center à titre de symbole de la puissance américaine. Ces tours furent l’objet d’attaque en tant que réaction violente à la peur de voir s’effacer une culture. En résumé, l’auteur nous dit que

[…] l’architecture copiée sur le modèle américain ne convient pas nécessairement aux pays dans lesquels elle s’implante. En plus du déni des valeurs culturelles et climatiques, aucune différence ou spécificité n’est prise en compte dans l’expression des idées et images qui se stéréotypent. […] L’architecture dite unificatrice ne serait donc pas durable, même si elle est démocratique à l’échelle globale (p.57).

8Dans le deuxième chapitre, suite à cette transcription générale des signes émanant de l’architecture, l’auteur revient plus concrètement et en profondeur sur les significations des contenants architecturaux. Parallèlement, il discute des conditions pour être architecturalement « présent » à l’échelle de la planète, considérant que cette présence dépend d’une capacité de communiquer physiquement et virtuellement.

9Pour ce faire, il offre en quelque sorte une base commune à ses lecteurs sur les symboliques associées aux typologies architecturales et leurs interprétations dans un monde aplati par les TIC. Cette exploration prend la forme d’une lecture sur les multiples possibilités d’envelopper un bâtiment, car « l’enveloppe est l’un des principaux facteurs qui favorisent la communication du bâtiment avec le monde extérieur » (p.81). Cette interface intérieure/extérieure, élément constitutif du volume d’une architecture, est communément désignée dans le domaine : enveloppe, coquille ou peau.

10À l’aide d’une série d’exemples de partout dans le monde, accompagnée de leur photographie, l’auteur propose des signifiés associés à différents types de peau. Ainsi, les thèmes de la transparence, perméabilité, matérialité, double couche, texture, éphémère, etc. défilent sur une cinquantaine de pages. Cette lecture sémiotique est, de plus, présentée à travers la dimension évolutive de l’architecture car, sur des décennies, un contenant autant que son contenu doivent nécessairement s’adapter, se réactualiser et se transformer. Dans un cas comme Beyrouth, l’évolution est particulièrement variée et contribue à un riche assemblage de couches architecturales issues de diverses périodes historiques.

11Forcément, tout nouveau geste architectural – que cela soit de l’ordre d’une nouvelle construction ou d’une restauration – manifestera sa présence et interagira dans une ville par rapport à l’« ancien » et, aujourd’hui, par rapport au monde entier. Selon Moukarzel, une nouveauté architecturale communiquera alors sa présence soit (p.137-138) : (1) par l’importation de l’image de l’ancien, c’est-à-dire qu’une part du concept architectural agit à titre de rappel) ; (2) par association avec l’image de l’ancien, ici, sans copier l’ancien, la nouvelle intervention architecturale se fond dans le panorama existant ; (3) en parodiant l’image de l’ancien, l’intervention se présente alors comme une fausse copie de l’ancien comme les matériaux et les détails architecturaux diffèrent nécessairement ; (4) par juxtaposition d’images entre le nouveau et l’ancien car, en proposant un contraste, cette nouveauté crée un dialogue entre différents temps historiques ; (5) par superposition du nouveau sur l’ancien, car l’ancien est complètement effacé. En d’autres mots, le panorama de Beyrouth qui offre à voir toutes ces typologies architecturales raconte « des récits diversifiés qui appartiennent au lieu et au temps » (p.140). Cela, à travers les rapports de complémentarité ou conflictualité entre les nouvelles peaux communicantes – teintées d’une perception globalisée – et les anciennes.

12Au troisième chapitre, Moukarzel consolide, à la lumière de ce qui précède, sa problématique en soutenant que l’architecture, en tant que référent identitaire et culturel, tient un rôle déterminant dans nos sociétés en pleine mutation. Cela conduit l’auteur à interpeler les architectes qui, conséquemment, occupent une position complexe dans le développement des sociétés. Indiscutablement, selon l’auteur, ces derniers se doivent aujourd’hui d’être plus sensibles aux enjeux de la globalisation. De fait, il est primordial qu’ils se questionnent sur chacune de leur intervention en observant le jeu évolutif entre la culture locale et globale d’un contexte.

13L’auteur offre des pistes de questionnement et de solution afin de les guider. Entre autres, il invite les architectes à porter un regard critique sur les notions de « modernité » et « progrès », lesquelles ne font qu’encourager le désir contemporain d’une croissance permanente portée par le capitalisme (Freitag, 2008). De manière très éloquente et en référence aux questions de « présence » précédemment abordées, il ajoute qu’à l’heure actuelle, « s’arrêter est synonyme de ne plus exister » (p.145) et « impressionner c’est exister » (p.187). Les enjeux climatiques et les crises identitaires en témoignent, il est impératif de changer de paradigme social : il nous faut passer d’un mode de production constant à une décroissance soutenable (Georgescu-Roegen, 1979). Ainsi, l’un des défis pour les architectes est de prouver que la mémoire (représentée architecturalement) n’est pas antinomique à l’évolution. Faire table rase n’est donc pas une solution (Meadows, 1972).

14Dans la dernière section de son ouvrage, en guise de conclure, Moukarzel propose en s’appuyant sur ses recherches l’improvisation pour répondre à l’enjeu de la globalisation. En d’autres mots, il ne faut pas seulement conceptualiser l’architecture sur papier et en silo, mais plutôt « en laissant le temps au temps de planifier, [ce] que nous pouvons appeler le “réflexe socio-architectural” émanant de la culture du lieu et de ses habitants, ainsi [qu’en laissant le] savoir-faire issu de leur vécu » (p.171). De cette façon seulement verrons-nous s’ériger des œuvres architecturales sensibles à leur temps et à leur contexte.

15Le propos de cet ouvrage sur la dissolution identitaire et de la disparition des spécificités culturelles causées par le phénomène de globalisation est crucial. De le voir traduit en terme architectural est, de notre point vu, d’autant plus évocateur, car cela soulève notamment du rôle clé du cadre bâti dans l’évolution des sociétés et permet de toucher un public plus large. L’urgence d’agir face à ces questions et la pertinence de l’ouvrage à ce sujet nous amène à en dresser un compte-rendu favorable. Ceci dans l’espoir que des architectes s’y penchent comme ils sont les premiers concernés par l’angle abordé. De plus, l’écriture y étant très accessible, Architecture et communication peut facilement être lu par toute personne intéressée par l’une ou l’autre des thématiques abordées ou encore souhaitant approfondir les enjeux découlant de la globalisation.

16Cependant, il convient de soulever quelques lacunes de manière à éviter des déceptions chez les futurs lecteurs. D’une part, et bien malheureusement, l’auditoire se heurtera à d’innombrables coquilles tout au long de la lecture. D’autre part, et tel que cette recension en témoigne, la personne qui se penchera sur ce livre suivant un intérêt particulier pour la ville de Beyrouth sera particulièrement déçue. En cherchant à offrir un propos des plus compréhensibles pour tous, Moukarzel mobilise fréquemment des exemples connus (des fois moins) de partout dans le monde (les tours jumelles, Dubaï, Bilbao, etc.). De fait, les liens de l’analyse avec Beyrouth se diluent totalement. Il nous semble qu’un parcours narratif à travers le bâti de cette capitale ancienne, avec un support visuel de qualité, en plus d’être suffisant pour servir le propos, aurait certainement pu offrir un voyage (imaginaire) de qualité aux lecteurs.

Haut de page

Bibliographie

Freitag, M. (2008). L’impasse de la globalisation. Une histoire sociologique et philosophique du capitalisme, propos recueillis par Patrick Ernst. Montréal: Éditions Écosociété.

Georgescu-Roegen, N. (1979). La décroissance. Paris: Éditions Sang de la Terre.

Meadows, D. H., Meadows, D. L., Randers, J. and Behrens III, W. W. (1972). The Limits to Growth: a report for the Club of Rome’s project on the predicament of mankind. Universe Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Plourde, « Architecture et communication. Beyrouth une ville en surimpression », Communiquer, 21 | 2017, 137-141.

Référence électronique

Marie-Claude Plourde, « Architecture et communication. Beyrouth une ville en surimpression », Communiquer [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2406

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Plourde

Doctorante en communication
Université du Québec à Montréal, Canada

Marie-Claude Plourde est d’abord diplômée au baccalauréat en Architecture de l’Université de Montréal. C’est en réponse à quelques années de pratique au sein de la firme de génie-conseil Nordic qu’elle a opté pour un retour aux études, non pas en architecture, mais vers les cycles supérieurs en communication afin d’approfondir sa réflexion sur les processus collaboratifs dans le milieu de l’aménagement. Aujourd’hui, sa réflexion doctorale porte sur le développement des bases d’une démarche créative en aménagement, considérant l’ensemble des dimensions d’un contexte local. Son travail a notamment été publié dans Recherches en communication, Questions de communication, Commposite, et Communication, Lettres et Sciences du langage (CLSL). Parallèlement à ses études, elle est une bénévole active dans le milieu de l’aménagement, notamment avec l’Association du design urbain du Québec. Vous pouvez aussi la lire sur le HuffingtonPost ou en tant que blogueuse invitée sur D’ici et d’ailleurs, plateforme de diffusion adressée aux professionnels de l’aménagement.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals