Navigation – Plan du site

Tensions et dynamiques créatives : proposition d’un cadre d’analyse communicationnel de la créativité dans les organisations

Tensions and creative dynamics: a proposal for a communicational analysis framework of creativity in organizations
Dany Baillargeon et Alexandre Coutant
p. 1-13

Texte intégral

1La créativité constitue à de nombreux égards un objet contre-intuitif pour les sciences sociales. L’opinion courante l’associe davantage au trait de génie, à l’étincelle aussi brillante qu’inexpliquée. Il serait alors bien présomptueux, voire blasphématoire, de tenter d’en saisir froidement les mécanismes. Cette attitude dénonçant toute tentative de compréhension de la créativité est supportée par un ensemble de représentations et d’institutions, dont Boltanski et Thévenot (1991) ont admirablement dépeint la logique au sein de leur modèle de la « cité inspirée ». Le chercheur curieux se trouve ainsi confronté à un objet paradoxal : à la doxa sur l’inaccessibilité de la créativité à l’entendement humain se superposent des rayons de littérature managériale indiquant comment la gérer. La recherche en communication a d’ailleurs identifié comment ce flou entourant la notion permet les récupérations managériales et économiques (Andonova, 2015 ; Bouquillion, 2012).

2Cette récupération ne cesse de s’amplifier au sein d’une injonction générale à la créativité qui en fait un élément central pour les organisations. Ainsi, le terme créativité a envahies ces dernières. Plus seulement cantonnée aux métiers traditionnels de la création, la créativité domine maintenant discours et considérations organisationnelles : elle est au cœur des préoccupations des PME (Chanut-Guieu et Guieu, 2014) ; elle est une compétence prisée par les employeurs ; elle participe des discours de rationalisation et d’efficacité (Breen, 2004) ; elle est omniprésente dans les processus d’innovation (Auger, 2009), du management (Bardin, 2006 ; Davis et Scase, 2000 ; Paris, 2010) et dans les modèles économiques des milieux professionnels (Eisenberg, Goodhall et Trethwey, 2014), voire politiques (Le Corf, 2012). Au regard des métiers de la communication – censés traditionnellement la mobiliser –, en communication marketing (Cossette, 2009 ; McFall, 2004 ; Nixon, 2003 ; Tungate, 2007) mais également dans toute entreprise du savoir (Alvesson, 2004), la créativité paraît se révéler de nouvelles manières. Loin de se cantonner aux bureaux des créatifs, elle doit désormais être mobilisée par les concepteurs des différents supports de communication, les rédacteurs, les stratèges en communication et consultants spécialisés, mais aussi les chefs de projets, les animateurs de communautés, les responsables RH, la comptabilité ; bref tous sont appelés à la barre de la créativité, supposant que tous y contribuent. Dans ce régime, doit-on conclure qu’en communication, on ne peut pas ne pas être créatif ?

3Cependant, comme souligné supra, son omniprésence ne va pas sans une impression de flou associée à son emploi. Entend-on strictement la même chose dans tous ces domaines ? Peut-on distinguer au contraire différentes formes de créativité mobilisées au sein des organisations, chacune identifiable à travers les discours, mais également retrouvée dans les productions de ces dernières (Michaud, 2011) ? À quel élément essentiel à la vie des organisations est-elle censée répondre pour être ainsi constamment mobilisée, voire galvaudée ? Est-elle si facilement inoculable au sein des différents services ? Comment s’accommode-t-elle avec une logique gestionnaire de plus en plus rationalisante où le risque économique inhibe le risque inhérent à la mise en place de processus de création ?

  • 1 Voir sur ce point les réguliers numéros de la revue Communication & Professionnalisation : https:// (...)

4Toutes ces questions ne sont pas anodines lorsque l’on analyse comment se traduit l’injonction à la créativité dans le domaine des organisations : formation initiale et tout au long de la vie, « talent » valorisé par les recruteurs, organisation du travail et répartition des responsabilités, poids dans les décisions face à d’autres contraintes organisationnelles (comptables, productives, managériales, sociotechniques, etc.), évaluation individuelle et collective des actions posées, sens donné à sa pratique, etc. Pouvoir y répondre constitue un levier fondamental pour reconnaître la profession de communicateur, usuellement associée aux fonctions créatives sans qu’une autonomie lui soit pour autant reconnue (Coutant, 2009)1. Ces questions s’avèrent d’autant plus essentielles pour les communicateurs en formation que ne cesse de baisser la valeur prédictive des diplômes pour garantir la capacité à occuper un poste nécessitant des compétences créatives (Menger, 2009). Pour autant, les perceptions par les organisations demeurent très focalisées sur les talents individuels et peu enclines à prendre en compte l’influence des écosystèmes et la faculté des individus à s’insérer harmonieusement dans ces écosystèmes. Pour reprendre à nouveau les termes de Menger, ne pas faire de l’injonction à la créativité une nouvelle voie d’aliénation des travailleurs passe par une compréhension de celle-ci permettant de désindividualiser la perception des déterminants de la créativité sans dépersonnaliser l’existence de talents. La créativité relève souvent de ce que le vocabulaire managérial qualifie d’aptitudes, ces éléments peu mesurables se distinguant des compétences ou de la qualification. Focaliser l’attention sur la créativité apporte donc la nécessité de mieux comprendre ces aptitudes.

5C’est ici qu’une approche communicationnelle sensible à la complexité des médiations en organisation peut se révéler utile.

6En effet, nombre d’auteurs ont abordé la relation organisation et créativité du point de vue de la gestion de l’innovation (Auger, 2009 ; Hauch, 2002 ; King, 1990 ; Paris, 2007), du climat ou, encore, des conditions facilitatrices (Amabile et al., 1996). Plusieurs ont investi le champ des industries créatives et de la sociopolitique de la créativité et de l’innovation, tentant de repérer les conditions socioéconomiques produisant des externalités créatives (Delgado, Porter et Stern, 2010 ; Florida, 2003 ; Hutton, 2006 ; Simon, 2009). Toutefois, la dimension communicationnelle est souvent occultée, comme si les fonctions et les structures se vivaient hors des interactions et des tensions (Trujillo, 1983). Tout un ensemble de dimensions demeure alors moins pris en compte. Ainsi, quel rôle joue la communication organisationnelle dans sa dissémination, sa légitimation ou, à l’inverse, son inhibition ? Comment, d’un point de vue communicationnel, performe-t-on ou incarne-t-on la créativité au sein des organisations (Cooren, 2010 ; Gaertner, 2010), et comment se transmettent et se débattent les différentes idéologies de la créativité (Baillargeon, 2014 ; Hackley et Kover, 2007) entre les corps de métiers (Drazin, 1990, Drazin et al., 1999 ; Hirschman, 1989), malgré l’apparente incommunicabilité de la nature même de la création (Paris, 2010).

7Pour tenter de rendre plus visibles ces dimensions, que nous estimons déterminantes, et pour permettre une meilleure compréhension sociale des effets de l’injonction à la créativité, ce dossier thématique s’est donné pour objectif de proposer un cadre d’analyse communicationnel de la créativité dans les organisations. Nous entendons ici un cadre qui encourage l’étude de la créativité en interrogeant le caractère constitutif ou organisant des tensions, des performances et des discours faits au nom de cette créativité.

Étudier la créativité en organisation

8L’étude de la créativité s’est d’abord développée sous l’égide de la psychologie. Bien que l’on puisse remonter jusqu’au début du 19e siècle avec la publication de Sir Francis Galton sur le « génie héréditaire » de son cousin Charles Darwin pour voir poindre l’association intelligence et créativité, d’aucuns s’accordent pour dire que la présentation de Guilford à l’American Psychological Association a marqué le début de programmes d’étude sur la créativité (Runco et Pritzker, 1998). D’abord centrée sur le rapport entre intelligence et créativité, la psychologie s’est ensuite penchée sur les aspects cognitifs et conatifs déterminant le potentiel créatif des individus (Bardin, 2006 ; Lubart et al., 2015 ; Runco, 2007). Se sont alors développées nombre d’études psychométriques de la créativité, concernant principalement les facteurs inhibiteurs et facilitant la créativité et l’établissement de différentes typologies des personnalités créatives. Ces recherches ont donné lieu à des premiers modèles conceptualisant la production créative, vue alors comme le rapport entre l’originalité et la pertinence (Runco et Charles, 1993). Lubart et al. (2015, p. 23) résume ainsi le modèle d’originalité pertinence : « la créativité est la capacité à réaliser une production qui soit à la fois nouvelle et adaptée au contexte dans lequel elle se manifeste ».

9Alors que la nouveauté – entendue comme la faible occurrence d’une solution dans un contexte donné – semble plus rapidement faire consensus (Koslow et al., 2003), la question de la pertinence appelle nombre de critères demandant à être débattus. Cette controverse a abouti à évoquer un criterium problema à propos de la pertinence, qui encourage la cohabitation de différentes formes de jugement sur la créativité (Kaufman et Baer, 2012). L’hétérogénéité de ces critères est particulièrement élevée dans le domaine des sciences humaines et sociales (Simonton, 2009), puisque la créativité en émanant est soumise à moins de complexité, de connaissances expertes et d’immuabilité des lois présidant à son appréciation que dans les sciences dites « dures ». Dit autrement, il est plus accessible de porter un jugement sur une publicité ou une politique publique qu’apprécier le développement de l’ordinateur quantique.

10La question du « contexte » conditionnant cette évaluation a particulièrement été préemptée par les études organisationnelles. Dès lors que ce contexte influence la créativité, la psychologie organisationnelle puis le management sont partis à la recherche de ces contextes inhibiteurs et désinhibiteurs de la créativité (Amabile et al., 1996). Un florilège de travaux en management ont dès lors emboîté de le pas (Bardin, 2006 ; Davis et Scase, 2000) afin de gérer, par exemple, les créatifs eux-mêmes (Gotsi et al., 2010), l’intrapreneurship (Bouchard et Bos, 2006 ; Scuotto et al., 2017), le rapport entre innovation et créativité (Auger, 2009), la créativité elle-même, comme une ressource de l’organisation (Durand, 2006), les équipes créatives (Malmelin et Virta, 2016), les processus (Paris, 2010), et la communication stratégique comme support à la créativité (Pfeffermann et al., 2013).

11En somme, les programmes de recherche sur la créativité se sont bâtis autour de quatre perspectives, mieux connues sous le nom de matrice des 4 P : les personnes (person), les processus (process), les productions (product), l’environnement (place/press) (Runco et Kim, 2011, 2013). Bien que certaines approches systémiques de la créativité (Csikszentmihalyi, 1998) aient proposé d’en conceptualiser les interrelations, ces quatre pôles demeurent empiriquement difficiles à articuler. De fait, les différents niveaux d’émergence de cette articulation, partant du psychisme (personne) de la créativité jusqu’aux contextes macro (place/press), appellent des ontologies et des méthodologies diverses.

Vers un modèle communicationnel à l’étude de la créativité

12Face à ce constat, une approche communicationnelle de la créativité en organisation permet d’étudier la performativité de cette créativité telle qu’elle se manifeste entre les acteurs, participe au sensemaking organisationnel (Drazin et al., 1999) et donne une direction à l’action sociale. Dit autrement, les facteurs personnels, les objets produits, les processus et l’environnement se trouvent actualisés dans les interactions entre les objets et les individus (Gaertner, 2010). D’autant que, du fait du criterium problema, ce qui est original et pertinent n’est établi que par consensus social, ce qui ne va pas sans son lot de tensions, dont beaucoup se manifestent à travers le langage (Rorty, 1992) fusse-t-il verbal, écrit, non verbal, objectal. Enfin, débattre d’une définition de la créativité revient en partie à débattre de l’autorité des personnes statuant sur cette définition (Alvesson, 1994).

13Ainsi, qui est créatif est étroitement relié à ce qui est créatif. Cette légitimation de la créativité est au cœur des dynamiques organisationnelles, elles-mêmes traversées par des structures de légitimation institutionnelle (prix, concours, presse professionnelle, discours associatif, promotions, etc.). La créativité qui se « pratique » au niveau individuel ou organisationnel s’observe alors comme des reproductions de pratiques institutionnalisées (Lawrence et al., 2011), telles qu’elles sont véhiculées, entre autres, par les écoles de gestion (Whittington et al., 2003). Ces mêmes pratiques institutionnalisées viennent légitimer des formes organisationnelles (Sandhu, 2017) et les actions professionnelles qui s’y pratiquent à travers, par exemple, des chartes et des codes (de la Broise, 2013), des manifestes (Soar, 2002) et des injonctions associatives (Baillargeon et al., 2013 ; Nixon, 2003). Toutefois, la façon dont ces institutions percolent et sont enactées dans les pratiques quotidiennes demeurent peu explorées (Jarzabkowski et al., 2015).

14Ainsi, une définition communicationnelle de la créativité (Baillargeon, 2014) pourrait la présenter comme :

  1. des dynamiques de légitimation en regard d’attentes endogènes et exogènes à l’organisation ;

  2. performées à travers l’interaction entre les individus et les choses ;

  3. organisant les rapports de production et de réception ;

  4. (re)produisant une idéologie variable et potentiellement institutionnalisée de cette créativité.

15Cette définition opératoire admet que la créativité est d’abord un acte coconstruit au cœur duquel des tensions entourant qui est et ce qui est créatif sont débattus en regard d’attentes des membres de l’organisation, mais également des parties prenantes entourant l’organisation (clients, bailleurs de fonds, gouvernements, etc.). Dans cette dynamique, le langage n’est pas l’expression des idiosyncrasies des individus en présence, mais plutôt le lieu d’émergence des débats et tensions (Putnam et al., 2016). Puis, la question de la performativité de cette créativité nous permet de considérer les capacités cognitives et conatives en action, c’est-à-dire celles agissant dans les interactions à travers des actes de langage, des habiletés rhétoriques pour convaincre de la pertinence d’une idée, de la mobilisation d’arguments d’autorité historiquement et socialement inscrits. De plus, cette légitimation est certes celle de l’idée, mais également des identités individuelles ou collectives qui se construisent, se maintiennent et se défendent (Alvesson, 2001 ; Brulois et Errecart, 2016 ; Gotsi et al., 2010 ; Taylor et Littleton, 2008), et qui sont attachées à certaines représentations de ce qu’est la créativité. Sur ce point, ajoutons que les leviers de légitimation se révèlent souvent associés à l’ancrage de l’idée ou d’identités la soutenant dans des processus organisationnels reconnaissables (Brown, 2018). Ce point appelle à être particulièrement attentif aux attentes variées des différents acteurs impliqués dans le processus de création (Hirschman, 1989) et qui viendront infléchir le cours des activités.

16Ces dynamiques de légitimation impliquent plusieurs modes d’interactions qui ne peuvent se réduire au seul langage humain. De fait, dès lors que sont mobilisés des textes (contrat, plan, commande, études de marché…), mais également des objets (ordinateurs, tableau, code, mobilier…) pour concevoir, échanger, convaincre, modifier, nous pouvons considérer l’agentivité des objets dans les processus d’interaction inhérente à la créativité, comme d’autres l’ont déjà bien justifié (Gaertner, 2010 ; Michaud, 2011).

17Toutes ces interactions reproduisent en leur sein ce qui configure et donne forme à l’organisation de la créativité. Ces activités – ces rationalités – illustrent ainsi les courants qui conçoivent l’organisation comme apparaissant dans et à travers la communication (Bouillon et al., 2007 ; Schoeneborn et al., 2014). À travers ces interactions, différentes définitions, voire idéologies, de la créativité circulent, puis sont débattues, légitimées, contestées, participant ainsi à légitimer – une fois de plus – qui est et ce qui est créatif. Ces idéologies sont donc ancrées dans des pratiques institutionnalisées et les institutions, à leur tour, sont maintenues en place par ces actions communicatives (Sandhu, 2017).

18Le cadre d’analyse que nous venons de décrire propose de tenir davantage compte d’une vue dynamique et communicationnelle de la créativité que ne le font les traditionnels 4P. Il connecte les niveaux micro (individu), meso (groupe, organisation, interorganisation) et macro (socioéconomique, culturel, institutionnel, idéologique) dans une coconstruction et rend ainsi plus explicite et central dans l’analyse l’aspect fondamentalement processuel, en tension, de la créativité.

19Nous proposons de synthétiser ce cadre à travers l’acronyme TIPII pour tensions, identités, performativité, idéologies, institutionnalisation. Chaque segment pris isolément permet d’aborder la créativité dans un de ces aspects dynamiques. Observée en binôme (ex. tensions/identité ; tensions/institutionnalisation), voire en trinôme, la créativité devient un objet-frontière négociant les interactions entre les parties prenantes de son émergence. Considéré à un niveau systémique, TIPII permet de « suivre » la créativité depuis les interactions qui l’actualisent pour considérer les dynamiques interpersonnelles, intermédiaires ou interorganisationnelles qu’elle convoque et structure, et ainsi remonter vers ses effets institutionnalisant qu’elle réaffirme (Cooren et Fairhurst, 2009 ; Sandhu, 2017). Aborder les dimensions soulevées en partant de la fin de l’acronyme permet une approche plus classique de l’analyse des industries créatives : comment les idéologies institutionnalisées percolent et agissent dans les organisations et viennent contraindre ou habiliter certaines pratiques ou discours. En cela, nous invitons les chercheuses et chercheurs à user de créativité dans la façon d’explorer les relations entre les segments du TIPII.

Présentation du dossier thématique

20Ce numéro spécial de Communiquer tente justement de réfléchir de façon communicationnelle à la créativité ou, plus précisément, sur la manière dont la communication permet d’articuler les rapports entre qui « est » et ce qui « est créatif », orientant ainsi l’action collective menant à cette créativité. L’appel à article s’est focalisé sur quatre dimensions que nous estimions particulièrement stimulantes pour développer une approche communicationnelle, de questions qui nous semblaient pertinentes pour éclairer l’état de l’art sur la créativité.

  • Le management de la créativité – Les managers disposent traditionnellement d’outils de gestion les aidant à prévoir ou reproduire un ensemble d’actions (Chiapello et Gilbert, 2013). Dès lors, comment repérer des démarches créatives qui se logent souvent dans la pratique professionnelle ordinaire (Alter, 2010) ? Comment identifier des profils de praticiens susceptibles de la stimuler ? À ce titre, quelles caractéristiques professionnelles et culturelles attendre des praticiens de ces nouveaux métiers (Florida, 2012) ? Quelle forme de carrière leur prévoir ? Surtout, en regard de l’orientation communicationnelle, de quelle façon ce management de la créativité est-il pratiqué, communiqué, performé et reçu (Rouleau, Allard-Poesi et Warnier, 2007 ; Trujillo, 1983) ?

  • Légitimation, validation, évaluation et mesure pour la créativité N’est créatif que celui qui est reconnu comme tel. Au vu d’une sociologie de la créativité et des industries du savoir, la créativité est constamment sujette à des entreprises rhétoriques pour légitimer qui est et ce qui est créatif, statut jamais stabilisé et constamment mis en tension. Cette ambiguïté contribue à l’émergence de nombreux et nouveaux outils pour en évaluer l’efficacité, la pertinence, l’originalité. Quels rôles jouent ces évaluations dans la dynamique organisationnelle ? Quels (nouveaux ?) outils et (nouvelles ?) formes sont mis en œuvre pour « mesurer » cette créativité ? Quelles rationalités en justifient l’usage ?Quels discours sont portés au nom de ces outils ? Et, de nouveau, comment comprendre la circulation et l’appropriation de ces outils dans une perspective communicationnelle ?

  • Tous créatifs ? Quelles formes de créativité ordinaire, créativité marginale et de métiers paracréatifs observons-nous ? Les injonctions à la créativité sont nombreuses, cette dernière devenant une condition sine qua non à l’embauche dans de nombreux secteurs de l’organisation pourtant non associés à la création. Par ailleurs, le culte de la créativité dans l’industrie des communications est souvent préempté par les grandes agences et organisations aux budgets, forces de travail et clients nourrissant cet éthos (Dru, 1984 ; Chomarat, 2013 ; Nixon, 2003). Qu’en est-il de « l’autre » créativité, celle qui opère loin des clusters créatifs, des villes créatives (Bell et Jayne, 2006) et des grandes organisations ? Quels sont ces autres acteurs organisationnels qui influent sur la créativité, y participent sans pour autant revêtir le titre de créatif (Negus, 2002) ? Quelle place doit-on accorder à ce que nous avons convenu d’appeler les paracréatifs dans la configuration des processus créatifs ?

  • Le risque organisationnel à la créativité – Agir dans un monde incertain revient à mettre en place des outils et techniques tentant de limiter les risques (Peretti-Watel, 2010). Néanmoins, le passage de ces outils et techniques de diagnostic à une décision d’action demeure en partie une gageure. Intégrer un processus créatif à une organisation qui cherche davantage la reproductibilité et tente de minimiser les prises de risque peut alors paraître une tâche insurmontable (Paris, 2010). Comment mettre en place une organisation permettant son expression sans pour autant déstabiliser les processus organisationnels traditionnels (Bouchard et Bos, 2006) ? Au contraire, la créativité et sa libre circulation constituent-elles réellement le moyen d’assurer le passage du diagnostic à l’action ? Face à l’incertain, peut-elle même se substituer aux outils d’aide à la décision classique des managers ? Constitue-t-elle une nouvelle valeur centrale pour garantir le succès d’une entreprise innovante ? Auquel cas, est-il possible d’envisager de classer des formes de créativité en fonction de leur apport au succès d’une organisation ?

21En écho à notre proposition de considérer la créativité à travers notre matrice TIPII, les auteurs proposent différentes positions pour articuler la relation entre créativité, organisation et communication.

22Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Séverine Halimi-Falkowicz ouvrent ce dossier en partant du point de vue le plus internaliste de l’émergence d’une idée créative : quels processus cognitifs sont activés lorsque les créatifs créent ? Les auteur(e)s mobilisent une enquête qualitative comparant deux populations de créatifs plus ou moins professionnalisés pour tenter de répondre à cette question. Apparaît alors une première négociation, au sein même de l’activité consciente des individus enquêtés. Chez les praticiens les plus expérimentés, celle-ci s’apparente même à un dialogue interne impliquant cinq entités : l’internaute-récepteur, l’annonceur, l’excellent confrère créatif, le confrère informé des dernières tendances créatives et l’expérience personnelle. Au-delà des variations entre les deux populations, touchant notamment aux conceptions esthétique et sémiotique des messages, les auteur(e)s identifient trois représentations sociales partagées… et datées. La première concerne les causes des comportements des cibles, clairement associée à des causes personnelles et non environnementales. La deuxième adresse le « fonctionnement » de la personne humaine, majoritairement perçu comme rationnel et réactif aux mécanismes de punition. La troisième aborde le processus d’influence communicationnelle, envisagé comme une succession de quatre étapes : obtention de l’attention, compréhension du message, mémorisation, action. Les individus enquêté se retrouvent aussi dans la même surestimation de leur pouvoir d’influence et de la véracité des éléments sur lesquels ils fondent leurs décisions d’action.

23À un niveau interpersonnel et conversationnel, Thomas Martine et François Cooren souhaitent affranchir l’analyse de la créativité du criterium problema et de ses enjeux d’expertise – qui rendent contingents les critères d’évaluation – pour lui préférer une approche résolument communicationnelle. De fait, grâce à ce qu’ils appellent la Technique de détection des objections (TDO), Martine et Cooren observent l’évaluation de la créativité comme résultant de la mise en relations de différents « êtres » qui construisent cette créativité. Dit autrement, la créativité n’acquière sa valeur que parce qu’elle est composée d’êtres aux ontologies variables (valeurs, faits, personnes, arguments) avec lesquels elle entretient des relations rendues explicites dans les interactions. Ce postulat relationnel permet aux auteurs d’observer la robustesse d’une idée en dénombrant le nombre d’êtres rendus présents et leur connexion à la créativité : « […] cela signifie que les sujets qui font l’évaluation, les objets évalués, et une liste ouverte d’autres êtres (dont les critères d’évaluation) acquièrent leur sens et leur substance à travers les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres. » (p. 44). La TDO permet donc de repérer ces relations, les tentatives pour les briser en faisant intervenir d’autres êtres, et la composition « stabilisée » de cette idée. Audacieuse par son recadrage ontologique, la TDO ouvre l’évaluation de la créativité à un certain universalisme : qu’il s’agisse d’un tableau, d’une publicité, d’un ordinateur quantique ou d’une politique sociale, sa créativité demeure objectivement observable dans la solidité des liens qui l’attachent à ce qui la rend appréciable.

24La proposition de Damien Renard a de quoi faire sourciller les habitants de la cité inspirée de Boltanski et Thévenot ! Serait-il possible que la créativité repose davantage sur le dispositif que sur les acteurs ? Son étude de cas s’interroge sur la capacité à favoriser le processus créatif qu’ont les plateformes de crowdsourcing d’idéation coopétitives ; c’est-à-dire un « type spécifique de production participative, qui fait appel à un grand nombre de personnes, généralement des internautes » (p. 64) en cumulant incitations par la compétition et par la coopération. Après avoir expliqué les raisons pour lesquelles on estime que ces dispositifs favorisent la génération d’idées créatives, l’article soulève la diversité des rôles qu’endossent les participants : compétiteur, coopérateur, coopétiteur ou supporteur. Ces rôles se voient attribuer des importances variées dans le processus de génération d’idée, où les coopétiteurs apparaissent plus centraux et où une majorité de participants cantonnent leur rôle à l’évaluation des productions des autres participants. Ces résultats font écho d’une nouvelle manière à la distinction établie par Kelley (1999) entre les « solid performers », brillants talents aux méthodes de travail et de gestion de carrière individualistes, et les « star producers », profondément orientés vers une activité collaborative et tirant bénéfice de ce mouvement vers autrui pour se démarquer. Le dispositif est bien reconnu comme producteur d’externalités créatives par la mise en réseau complémentaire de ces différents rôles. Cependant, son cadrage des actions demeure limité puisque la coopétition encouragée n’est finalement endossée que par un nombre très réduit de participants. Le nombre d’idées générées ne s’avère pas non plus significativement augmenté, l’apport consistant davantage à renforcer l’accompagnement des quelques idées proposées.

25Le statut de créatif consiste moins dans des actions ou des attributs individuels que dans une reconnaissance par un milieu au sein duquel on revendique ce dernier. Anne Gagnebien, Christian Papilloud, Geneviève Vidal et Eva-Maria Schultze se positionnent au niveau plus général de la reconnaissance d’une profession, en l’occurrence celle d’artiste numérique. Celle-ci a effectivement la particularité de se situer au croisement de différents milieux, artistiques mais aussi de l’innovation. Il en résulte des profils d’artistes variés dont le positionnement s’adresse à un cercle plus large que les initiés. Leur enquête, comparant les situations française et allemande, met à jour une même dynamique originale de reconnaissance en quatre étapes : mobilisation d’un vaste public, implication de ce dernier dans le travail de l’artiste, détournement des technologies numériques et, enfin, valorisation auprès des secteurs économiques de l’innovation numérique. Cependant, cette dynamique ne revêt pas le même sens pour les artistes des deux pays. Les artistes allemands entretiennent effectivement un lien plus faible aux autres formes d’art là où les Français cherchent à s’inscrire dans ce monde. Cette différence se fait ressentir dans tous les axes sur lesquels les individus enquêtés ont été interrogés : public revendiqué, marché au sein duquel chercher à s’insérer, rapport au financement public et partenaires privés.

26Héloïse Boudon et Virginie Sonet contribuent elles aussi à penser de façon communicationnelle une sociologie des métiers dits créatifs. En démontrant que la créativité sert de « façade en trompe-l’œil des relations entre producteurs et diffuseurs » de fictions télévisées en France, elles soutiennent que ce sont davantage les demandes des diffuseurs qui viennent infléchir la créativité des producteurs plus qu’une logique de l’offre, qui ferait la part belle à la créativité. À une passion qui animerait les producteurs/créateurs, la créativité devient une chimère que l’on invite dans les relations entre producteurs et diffuseurs pour masquer d’autres logiques. Ainsi, le diffuseur n’est plus seulement le « sélectionneur », mais devient « co-constructeur » de ce contenu. Corollairement, le producteur passe d’idéateur spontané à « anticipateur de la demande » des diffuseurs. Or ce glissement des rôles et fonctions s’inscrit en faux avec les politiques qui prétendent structurer ce marché où « tout a été conçu et disposé en vue de garantir le maintien du principe de la logique d’offre de programmes, d’inciter à la créativité, de la garantir, et de la valoriser » (p. 114). Ainsi, les auteurs démontrent bien qu’une structure, qu’elle soit un marché ou un système politique, n’a d’agentivité que parce qu’elle est appelée et actualisée par les acteurs qui la vivent. En ce sens, les auteurs démontrent que même si elle constitue une valeur cardinale censée organiser les rapports, la créativité n’est jamais définie : « […] elle ouvre une zone de flottement où peuvent s’engouffrer les conflits. Ce sont les zones d’interférences et de négociations entre les acteurs au sein desquelles la notion de créativité passe du statut de chimère à celui de figure. Elle camoufle alors les enjeux symboliques et surtout matériels des acteurs en présence » (p. 115).

27Finalement, Bruno Lefèvre étudie les rapports de forces et les tensions au sein des clusters culturels, vus comme objet-frontière négociant la difficile cohabitation des rationalités industrielles et artistiques de ces territoires créatifs. À l’instar de Boudon et Sonet, l’auteur souligne que la créativité, bien qu’érigée en trope des industries culturelles, est reléguée au second plan, alors que les clusters créatifs viennent phagocyter les pratiques émergentes plutôt que les favoriser : « Leur capacité à créer de nouvelles formes d’action, de production ou d’organisation apparaît en effet fortement liée à des acteurs de marges, à des activités informelles, à des expérimentations esthétiques et organisationnelles non reconnues par les décideurs locaux dans ce contexte matériel et symbolique contemporain de la construction des territoires. » (p. 134). Le cluster, qui pourtant porte et valorise l’éthos de la créativité, se trouve en proie aux exigences de la mise en marché du territoire, conduisant de façon « inéluctable » à une « stérilisation » du territoire et déstructurant au passage les groupes locaux d’acteurs culturels émergents. Aussi Lefèvre pose la question à savoir si l’institutionnalisation territoriale de la créativité, par les clusters, ne conduit pas paradoxalement à l’extinction des réels mouvements créatifs : « La valorisation institutionnelle de la créativité interroge ainsi la capacité de l’acte créatif à constituer une subversion, une marge, qui serait acceptable au-delà de sa capacité à vivifier l’idéologie ou les organisations sociales contre lesquelles il s’est justement rendu nécessaire (Jouvenet, 2006) » (p. 133).

28En somme les propositions retenues dans ce numéro thématique reposent sur une performativité de la créativité, telle qu’elle est rendue présente dans les interactions, que ces dernières se tiennent à des niveaux interpersonnels, interorganisationnels, voire territoriaux. De fait, qui est et ce qui est créatif, c’est d’abord performer, c’est-à-dire, mener à terme ou donner vie (Trujillo, 1983) à cette créativité fusse-t-elle mise en scène par de schèmes intrapsychiques qui s’actualisent dans la réflexivité des interactants ; par des êtres que l’on appelle en renfort pour solidifier une idée ; par des dispositifs collaboratifs ; par les liens qui l’unissent à certaines formes d’art ; par une figure qui camoufle d’autres relations ou par des objets-frontières qui habilitent ou contraignent son émergence.

29Ainsi, proposons-nous de ramener à sa performativité l’étude de la créativité en organisation, en soutenant qu’étudier les traits, la personnalité, l’identité, puis les dispositifs, les fonctions, le climat n’ont d’intérêt que s’ils agissent dans la mise en scène de cette créativité. Nous croyons qu’avec un cadrage résolument communicationnel pour l’étude de la créativité – le modèle TIPII ou d’autres approches privilégiant les interactions faites autour et au nom de la créativité – nous ouvrirons des perspectives riches pour apprécier cette créativité comme phénomène coconstruit et dynamique.

Runco, M. A. et Kim, D. (2011). The Four Ps of Creativity: Person, Product, Process, and Press. Dans M. A. Runco et S. Pritzker (dir.), Encyclopedia of Creativity (pp. 534-537). San Diego: Academic Press.

Haut de page

Bibliographie

Alter, N. (2010). L’innovation ordinaire. Paris: Presses universitaires France.

Alvesson, M. (1994). Talking in Organizations: Managing Identity and Impressions in an Advertising Agency. Organization Studies, 15(4), 535–563. DOI: 10.1177/017084069401500403

Alvesson, M. (2001). Knowledge work: Ambiguity, image and identity. Human relations, 54(7), 863–886. DOI:10.1177/0018726701547004

Alvesson, M. (2004). Knowledge work and knowledge-intensive firms. [Kindle version]. USA: Oxford University Press.

Amabile, T., Conti, R., Coon, H., Lazenby, J. et Herron, M. (1996). Assessing the work environment for creativity. Academy of Management Journal, 39(5), 1154–1184.

Andonova, Y. (2015). Promesses et paradoxes de la référence créative. Les Enjeux de l’Information et de la Communication, 16(3B), 5-15. Repéré à https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2015-supplementB/00-Andonova/index.html

Auger, P. (2009). Créativité et innovation : distinction conceptuelle et implications organisationnelles. Gestion 2000, 26(2), 105-117.

Baillargeon, D., Brulois, V., Coyette, C., David, M. D., Lambotte, F. et Lépine, V. (2013). Figures et dynamiques de la professionnalisation des communicateurs. Revue Communication & professionnalisation, 1, 12-32. doi:10.14428/rcompro.vi1.223

Baillargeon, D. (2014). La culture créative des organisations comme substrat à l’apprentissage : le cas des petites agences de publicité en région. Communication et Professionnalisation, Pratiques et réflexions autour des dispositifs d’apprentissage et de formation des communicateurs, 124-145. Repéré à https://ojs.uclouvain.be/index.php/comprof/article/view/373

Bardin, D. (2006). Management de la créativité en entreprise. Paris: Economica.

Bell, D. et Jayne, M. (2006). Small Cities: Urban Experience Beyond the Metropolis. [Kindle version]. London: Routledge.

Boltanski, L. et Thévenot, L. (1991). De la justification : les économies de la grandeur. Paris: Gallimard.

Bouchard, V. et Bos, C. (2006). Dispositifs intrapreneuriaux et créativité organisationnelle. Une conception tronquée. Revue française de gestion, 32(161), 95-109. Repéré à http://rfg.revuesonline.com/article.jsp?articleId=7798

Bouillon, J.-L., Bourdin, S. et Loneux, C. (2007). De la communication organisationnelle aux « approches communicationnelles » des organisations : glissement paradigmatique et migrations conceptuelles. Communication et Organisation, 31, 7-25. DOI:10.4000/communicationorganisation.90

Bouquillon, P. (2012). Creative Economy, Creative Industries : des notions à traduire. Saint-Denis: Presses universitaires de Vincennes.

Breen, B. (2004). The 6 Myths of Creativity. Fast Company, 89, 75–78.

Brown, A. D. (2018). Identities in Organization Studies. Organization Studies. DOI:10.1177/0170840618765014

Brulois, V. et Errecart, A. (2016). La communication organisationnelle vue par ses acteurs : entre identité professionnelle et identité discursive. Revue française des sciences de l’information et de la communication, 9. DOI:10.4000/rfsic.2027

Chanut-Guieu, C. et Guieu, G. (2014). Quelle est la place de la créativité organisationnelle dans les PME en hypercroissance. Revue internationale P.M.E., 27(1), 35-63. Repéré à http://id.erudit.org/iderudit/1025689ar

Chiapello, È. et Gilbert, P. (2013). Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion. Paris: La Découverte.

Chomarat, L. (2013). La publicité. Paris: Presses universitaires de France.

Cossette, C. (2009). Éthique et publicité. Québec: PUL.

Cooren, F. (2010). Ventriloquie, performativité et communication. Ou comment fait-on parler les choses. Réseaux, 163(5), 33-54. DOI:10.3917/res.163.0033

Cooren, F. (2013). Manières de faire parler : Interaction et ventriloquie. Lormont: Éditions du Bord de l’Eau.

Coutant, A. (2009). Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés: le mythe de Babel vécu par les professionnels de la communication. Communication et organisation, 35, 226-239. Repéré à http://www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2009-1-page-226.htm

Csikszentmihalyi, M. (1998). Implications of a Systems Perspective for the Study of Creativity. Dans R. J. Sternberg (dir.), Handbook of Creativity (1ere édition ; pp. 313–335). New York: Cambridge University Press.

Davis, H. et Scase, R. (2000). Managing creativity: the dynamics of work and organization. Buckingham: Open University Press.

de la Broise, P. (2013). La lutte pour la reconnaissance ? Codes, chartes, référentiels et autres manifestes de professionnels français de la communication. Revue Communication & professionnalisation, 1, 33-50. doi:10.14428/rcompro.vi1.233

Delgado, M., Porter, M. E. et Stern, S. (2010). Clusters and entrepreneurship. Journal of Economic Geography, 10(4), 495–518. DOI:10.1093/jeg/lbq010

Drazin, R. (1990). Professionals and innovation: structural functional versus radical structural perspectives. Journal of Management Studies, 27(3), 245–263. Repéré à http://www.jstor.org/stable/259083

Drazin, R., Glynn, M. A. et Kazanjian, R. K. (1999). Multilevel Theorizing about Creativity in Organizations: A Sensemaking Perspective. The Academy of Management Review, 24(2), 286–307. Repéré à http://www.jstor.org/stable/259083

Dru, J-M. (1984). Le saut créatif, ces idées publicitaires qui valent des milliards. Paris: J.C Lattès.

Durand, R. (2006). Créativité organisationnelle. Revue française de gestion, 161, 91-94. Repéré à www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2006-2-page-91.htm

Eisenberg, E. M., Goodall, H. L. et Trethwey, A. (2014). Organizational Communication: Balancing Creativity and Constraint. Boston: Bedford/St. Martin’s.

Florida, R. (2003). The Rise of the Creative Class: And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life. New York: Basic Books.

Florida, R. (2012). The Rise of the Creative Class Revisited. New York: Basic Books.

Gaertner, L. (2010). De l’intuition au jugement : le rôle performatif des objets dans la conception publicitaire. Réseaux, 163(5), 55. DOI:10.3917/res.163.0055

Gotsi, M., Andriopoulos, C., Lewis, M. W. et Ingram, A. E. (2010). Managing Creatives: Paradoxical Approaches to Identity Regulation. Human Relations, 63(6), 781–805. DOI:10.1177/0018726709342929

Hackley, C. et Kover, A. J. (2007). The trouble with creatives: negotiating creative identity in advertising agencies. International Journal of Advertising, 26(1), 63–78.

Hauch, V. (2002). Créativité et décision stratégique : la nécessité d’une définition. Gestion 2000, 2, 15-30.

Hirschman, E. C. (1989). Role-based models of advertising creation and production. Journal of Advertising, 18(4), 42–53. Repéré à http://www.jstor.org/stable/4188739

Hutton, T. A. (2006). Spatiality, built form, and creative industry development in the inner city. Environment and Planning A, 38(10), 1819–1841. DOI:10.1068/a37285

Jarzabkowski, P., Burke, G. et Spee, P. (2015). Constructing Spaces for Strategic Work: A Multimodal Perspective: Constructing Spaces for Strategic Work. British Journal of Management, 26, S26-S47. DOI:10.1111/1467-8551.12082

Kaufman, J. C. et Baer, J. (2012). Beyond new and appropriate: Who decides what is creative. Creativity Research Journal, 24(1), 83–91. DOI:10.1080/10400419.2012.649237

Kelley, R. E. (1999). How to be a Star at Work: Nine Breakthrough Strategies You Need to Succeed. New York: Three Rivers Press.

King, N. (1990). Innovation at work: The research literature. Dans M. A. West et J. L. Farr (dir.), Innovation and creativity at work: Psychological and organizational strategies (pp. 15–59). Oxford: John Wiley et Sons.

Koslow, S., Sasser, S. L. et Riordan, E. A. (2003). What is creative to whom and why? Perceptions in advertising agencies. Journal of Advertising Research, 43(01), 96–110. Repéré à http://journals.cambridge.org/abstract_S0021849903030113

Lawrence, T., Suddaby, R. et Leca, B. (2011). Institutional Work: Refocusing Institutional Studies of Organization. Journal of Management Inquiry, 20(1), 52–58. DOI:10.1177/1056492610387222

Le Corf, J.-B. (2012). Le management de la créativité et de l’innovation sociale dans les services publics numériques : une conception spécifique de la « ville créative ». Dans P. Bouquillon (dir.), Creative Economy, Creative Industries : des notions à traduire (pp. 101-116). Saint-Denis: Presses universitaires de Vincennes.

Lubart, T., Mouchiroud, C., Tordjman, S. et Zenasni, F. (2015). Psychologie de la créativité (2e éd.). Paris: Armand Colin.

Malmelin, N. et Virta, S. (2016). Organising creative interaction: spontaneous and routinised spheres of team creativity. Communication Research and Practice, 1–20. DOI:10.1080/22041451.2016.1229296

McFall, L. (2004). Advertising: a cultural economy. London: Sage publications.

Menger, P.-M. (2009). Le travail créateur : S’accomplir dans l’incertain. Paris: Seuil.

Michaud, V. (2011). Proposition pour l’étude des tensions dans le mouvement, la sociomatérialité et le paradoxe. Communiquer, 5, 47-74. DOI:10.4000/communiquer

Negus, K. (2002). The work of cultural intermediaries and the enduring distance between production and consumption. Cultural Studies 16(4), 501–515. DOI:10.1080/09502380210139089

Nixon, S. (2003). Advertising Cultures: Gender, Commerce, Creativity. London: Sage publications.

Paris, T. (2007). Organisation, processus et structures de la création. Culture prospective, 5, 1-16.

Paris, T. (2010). Manager la créativité. Paris: Village Mondial.

Peretti-Watel, P. (2010). La société du risque. Paris : La découverte.

Pfeffermann, N., Minshall, T. et Mortara, L. (2013). Strategy and Communication for Innovation. Berlin, Heidelberg: Springer Berlin Heidelberg.

Putnam, L. L., Fairhurst, G. T. et Banghart, S. (2016). Contradictions, Dialectics, and Paradoxes in Organizations: A Constitutive Approach. The Academy of Management Annals, 10(1), 65–171. DOI:10.1080/19416520.2016.1162421

Rorty, R. (1992). The Linguistic Turn: Essays in Philosophical Method. Chicago: University of Chicago Press.

Rouleau, L., Allard-Poesi, F. et Warnier, V. (2007). Le management stratégique en pratiques. Revue française de gestion, 33(174), 15-24. DOI:10.3166/rfg.174.15-24

Runco, M. A. (2007). Creativity: Theories and themes: Research, development, and practice. California: Elsevier Academic Press.

Runco, M. A. et Charles, R. E. (1993). Judgments of originality and appropriateness as predictors of creativity. Personality and Individual Differences, 15(5), 537–546. DOI: 10.1016/0191-8869(93)90337-3

Runco, M. A. et Pritzker, S. R. (1998). Chronology of Events and Significant Ideas and Works on Creativity. Dans M. A. Runco (dir.), Encyclopedia of creativity (Volume 2; pp. 545–546). San Diego: Academic Press.

Runco, M. A. et Kim, D. (2013). Four Ps of Creativity and Recent Updates. Dans E. G. Carayannis (dir.),Encyclopedia of Creativity, Invention, Innovation and Entrepreneurship (pp. 755–759). New York, NY: Springer New York.

Sandhu, S. (2017). Organization as Communication and Institutional Theory: Opportunities for Communicative Convergence? Dans S. Blaschke et D. Schoeneborn (dir.), Organization as Communication: Perspectives in Dialogue (chapitre 5). New York: Routledge.

Schoeneborn, D., Blaschke, S., Cooren, F., McPhee, R. D., Seidl, D. et Taylor, J. R. (2014). The Three Schools of CCO Thinking: Interactive Dialogue and Systematic Comparison. Management Communication Quarterly, 28(2), 285–316. DOI:10.1177/0893318914527000

Scuotto, V., Santoro, G., Bresciani, S. et Del Giudice, M. (2017). Shifting intra- and inter-organizational innovation processes towards digital business: An empirical analysis of SMEs. Creativity and Innovation Management, 26(3), 247–255. DOI:10.1111/caim.12221

Simon, L. (2009). Underground, upperground et middle-ground: les collectifs créatifs et la capacité créative de la ville. Management international, 13, 37. http://id.erudit.org/iderudit/037503ar

Simonton, D. K. (2009). Varieties of (Scientific) Creativity: A Hierarchical Model of Domain-Specific Disposition, Development, and Achievement. Perspectives on Psychological Science, 4(5), 441–452. DOI:10.1111/j.1745-6924.2009.01152.x

Smith, W. K. et Lewis, M. W. (2011). Toward a theory of paradox: a dynamic equilibrium model of organizing. Academy of Management Review, 36(2), 381–403. DOI:10.5465/AMR.2011.59330958

Soar, M. (2002). The first things first manifesto and the politics of culture jamming: towards a cultural economy of graphic design and advertising. Cultural Studies, 16(4), 570–592. DOI:10.1080/09502380210139124

Taylor, S. et Littleton, K. (2008). Art work or money: Conflicts in the construction of a creative identity. The Sociological Review, 56(2), 275–292. DOI:10.1111/j.1467-954X.2008.00788.x

Trujillo, N. (1983). “Performing” Mintzberg’s roles: The nature of managerial communication. Dans L. Putnam et M. E. Pacanowsky (dir.), Communication and organizations, an interpretive approach (pp. 73–97). Newbury Park, CA: Sage publications.

Tungate, M. (2007). Adland: a global history of advertising. London: Kogan Page Publishers.

Whittington, R., Jarzabkowski, P., Mayer, M., Mounoud, E., Nahapiet, J. et Rouleau, L. (2003). Taking Strategy Seriously: Responsibility and Reform for an Important Social Practice. Journal of Management Inquiry, 12(4), 396–409. DOI:10.1177/1056492603258968

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce point les réguliers numéros de la revue Communication & Professionnalisation : https://ojs.uclouvain.be/index.php/comprof

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dany Baillargeon et Alexandre Coutant, « Tensions et dynamiques créatives : proposition d’un cadre d’analyse communicationnel de la créativité dans les organisations », Communiquer, 21 | 2017, 1-13.

Référence électronique

Dany Baillargeon et Alexandre Coutant, « Tensions et dynamiques créatives : proposition d’un cadre d’analyse communicationnel de la créativité dans les organisations », Communiquer [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2427

Haut de page

Auteurs

Dany Baillargeon

Professeur, Département de lettres et communications
Université de Sherbrooke, Canada

Alexandre Coutant

Professeur, Département de communication sociale et publique
Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals