Navigation – Plan du site

Le sport au regard d’approches communicationnelles : rencontre de trajectoires en pleine expansion

Understanding the Nexus of Sport and Communication: a Growing Set of Approaches and Research Trajectories
Fannie Valois-Nadeau et Anouk Bélanger
p. 1-10

Texte intégral

1Indissociable d’une médiatisation à grande échelle et marqué par des technologies de différents ordres, le sport contemporain (tant amateur, de loisir que professionnel) est indéniablement façonné par une multiplicité d’enjeux communicationnels. Les derniers Jeux olympiques de PyeongChang évoquent à ce titre un éventail de pistes de problématisation possibles : la diffusion quasi exclusive et continue de ce spectacle médiatique mondialisé sur les chaînes de télévision d’état ; les rencontres interculturelles improbables comme celle survenue entre des patineurs nord-coréens et la musique de Ginette Reno ; l’intimidation et le « shaming » circulant sur les médias sociaux à l’intention de la patineuse canadienne Kim Boutin ; l’ajout de nouvelles options de visionnement en réalité virtuelle pour amplifier l’expérience télévisuelle ; ou encore la présence accentuée d’anciens athlètes intervenant à titre de journaliste sportif. Ce ne sont que quelques exemples témoignant de la variété des directions que prennent actuellement les recherches sur le sport et la communication. À cette liste s’ajoute une série d’approches et d’objets au cœur des études actuelles en communication.

2Cependant, en dépit de la richesse et de la pertinence de ces questions, les études alliant sport et communication demeurent relativement marginales. En effet, si on assiste actuellement à une multiplication de projets et d’espaces pour penser ces relations, rares encore sont les lieux francophones destinés à leur rencontre, et ceci en dépit de la longue histoire du sport moderne et de sa médiatisation quasi simultanée, ainsi que de son ancrage culturel important.

3Un intérêt pour le sport dans la recherche en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement en ce qui concerne la culture et les communications, se bâtit au Québec depuis une vingtaine d’années par le biais de la publication d’ouvrages provenant de différentes disciplines telles que l’histoire, la géographie, la sociologie, la philosophie et les sciences de la religion. Pensons par exemple à François Black (1997), Donald Guay (1997), Benoit Melançon (2006), Olivier Bauer et Jean-Marc Barreau (2009), Normand Baillargeon et Christian Boissinot (2009), Audrey Lamothe et Nicolas Moreau (2011), qui ont mis en exergue différentes facettes et enjeux associés au spectacle du hockey professionnel. D’autres recherches, publiées au sein de revues et de livres anglophones, ont également abordé des phénomènes sportifs québécois à travers des angles culturels et communicationnels (Bélanger, 2000 ; Harvey, 2006 ; Valois-Nadeau, 2017, pour ne nommer qu’eux). La prégnance du hockey et du club du Canadien de Montréal dans l’imaginaire et les identités montréalaises, québécoises et canadiennes, doublées du succès commercial et médiatique de ce club, ont justifié et stimulé la production de ces ouvrages. Toutefois, cette série de projets ponctuels n’a pas convergé en un « champ » commun d’études sur le sport, et encore moins sur la création d’un réseau de recherche sur le sport en communication. Notons également la présence d’une dynamique de diffusion qui a tendance à disséminer les recherches sur le sport et la communication au sein de diverses associations scientifiques (allant principalement de celles en sociologie, en passant par celles en sports studies, en culture populaire à celles en communication).

4L’objectif principal de ce numéro est donc d’offrir une occasion de présenter ensemble des analyses communicationnelles francophones des phénomènes sportifs contemporains, et conséquemment de susciter son développement. Le but est également de laisser place à l’investigation des multiples dimensions communicationnelles du sport et de souligner la contribution de cet objet aux recherches en communication.

De l’émergence à la croissance d’une recherche marginale

5Qu’il soit nommé champ, domaine, studies, etc., selon les ancrages disciplinaires et les contextes linguistiques de son développement, le paysage international de la recherche portant sur le sport et la communication profite d’une organisation désormais soutenue et structurée. Les termes d’« études communicationnelles du sport » (« communication studies of sport » (Butterworth et Kassing, 2015), de « champ communication et sport » (« field of communication and sport ») (Wenner, 2015), ou simplement de « nexus sport and communication » (Wenner, 2015), illustrent à leur manière une activité foisonnante, qui prend place de manière plus officielle dans le milieu académique. Malgré leurs différences respectives et les implications épistémologiques qu’ils soulèvent, ces qualificatifs participent à circonscrire un espace où sont travaillés ces questions et enjeux spécifiques.

6Depuis la dernière décennie, ces recherches ont connu un véritable essor et des regroupements et des associations de chercheur(e)s ont vu le jour dans les principaux réseaux de recherche en communication anglophones, comme en témoigne par exemple la création de l’International Association for Communication and Sport (IACS) en 2012, et le groupe d’intérêt « Sports communication » au sein de l’International Communication Association (ICA) au cours de la même année. Ces lieux d’échanges et de diffusion ont également trouvé une tribune au sein de revues scientifiques spécialement consacrées à cet objet, telles que le Journal of Sports Media (créé en 2006), l’International Journal of Sport Communication (créé en 2008), et Communication and Sport (créé en 2013). La publication récente du Routledge Handbook of Sport Communication (Pedersen, 2015), aura formalisé les contours de ce champ naissant, qui y trouve une nouvelle reconnaissance disciplinaire et un rayonnement inédit.

7Ce foisonnement témoigne d’un certain engouement à l’égard des objets sportifs dans les études en communication mais aussi d’un intérêt pour les enjeux, approches et concepts communicationnels au sein des études sur le sport (sport studies). À la différence de plusieurs des recherches pionnières qui ont d’abord émergé hors des études en communication (Wenner, 2017) et qui ont construit les assises d’une réflexion sur le sport en sciences sociales, les plus récentes affirment et rendent explicitent leur ancrage communicationnel. Toutefois, comme Lawrence Wenner (2015) en fait la remarque, les recherches logées sous l’étiquette « sport communication » ratissent large, à un point tel que l’existence d’un seul champ – bien que ce dernier soit posé comme étant d’emblée pluriel et interdisciplinaire – soit remis en question. En effet, les thématiques abordées dans ces nouveaux lieux couvrent autant les effets des réseaux sociaux sur l’attachement des fans sportifs, la professionnalisation du sport management et du marketing sportif, la mise en scène d’actes de résistance d’athlètes racisés, que les logiques économiques et politiques à l’œuvre au sein des industries sportives mondialisées.

8Comme le suggère également Wenner (2017), la création de ces récents espaces de réflexion s’est réalisée sur plusieurs décennies. Il aura fallu en effet une « longue lutte », pour reprendre les termes de l’auteur (2017, p.4), afin que les études sur le sport et la communication acquièrent une reconnaissance, et ce, malgré l’étendue du spectre de la médiatisation et du poids économique et culturel des phénomènes sportifs contemporains. Dans le milieu académique canadien plus spécifiquement, on a vu poindre au cours des années 1980-1990 une sociologie du sport particulièrement intéressée par l’étude des représentations culturelles, identitaires ou de genre circulant au sein du spectacle sportif et/ou de sa couverture médiatique (Laberge et Harvey, 1995). Au même moment, des recherches en sociologie critique des médias de même qu’en communication et culture populaire amorçaient l’investigation des grandes transformations du spectacle sportif survenues avec l’arrivée de la câblodistribution et la marchandisation intensifiée du sport professionnel (Bourgeois, 1995 ; Gruneau et Whitson, 1993). Ces recherches, combinées à celles qui se sont consacrées à l’histoire des développements du spectacle sportif canadien et montréalais (Metcalfe, 1983 ; Vigneault, 1986), ont contribué à jeter les bases conceptuelles et analytiques d’un « champ » jusqu’alors largement marqué par des approches culturelles et médiatiques (Butterworth et Kassing, 2015 ; Wenner, 2015 ; Wenner, 2017). Ces recherches « fondatrices » ont concouru à rendre visible – et surtout légitime – dans le milieu académique canadien et québécois, un objet à l’ubiquité médiatique pourtant indéniable.

9Le développement de ce « champ » a été marqué (et ce, tant dans les milieux académiques anglophones que francophones) par la réitération d’appels à reconnaître la valeur heuristique des objets sportifs. C’est dans cet esprit que Suzanne Laberge et Jean Harvey ont piloté le premier numéro de revue scientifique québécoise consacré au sport au milieu des années 1990 dans Sociologie et société. Comme les deux auteurs le mentionnent, le but de cette publication était de « donner un aperçu de la richesse des significations sociales du sport et [de] mettre en lumière les dimensions peu (re) connues et obscures de son pouvoir dans la construction du social » (1995, p.5). Au début des années 2000, l’historien Gilles Janson reprenait une critique similaire dans la présentation d’un numéro spécial de la revue Bulletin d’histoire politique intitulé « Le sport au Québec, un champ de recherche méprisé » (Janson, 2003), en y déplorant justement le manque de connaissances et d’intérêts pour l’objet sportif dans la discipline historique au Québec.

10Depuis la dernière décennie, on assiste à une publication de recherches francophones sur le sport et la communication plus soutenue. Dans la francophonie européenne par exemple, on remarque la venue d’études particulièrement focalisées sur les modes d’écriture des spectacles et récits sportifs (Derèze, Diana, et Standaert, 2015 ; Diana, 2013 ; Wille, 2002, 2015). Allant de pair avec la croissance de celles sur l’histoire du journalisme et des médias, ces recherches ont abordé les relations entre le sport et la communication à travers des thèmes tels que les publics, les fans, les dispositifs d’écriture du spectacle, les médiations et les enjeux de visibilité. Malgré ces avancées, Gérard Derèze, Jean-François Diana et Olivier Standaert, dans leur livre consacré aux méthodes d’analyse du journalisme sportif, présentent le « sport comme un impensé » et font état d’« une place académique à conquérir » (2015, p.10). Pour sa part, Fabien Wille propose de passer « de l’impensé à l’interdisciplinarité » (2015, p.154) dans le but de poser les jalons d’une approche communicationnelle du sport.

11Bien entendu, le défi de reconnaissance du potentiel heuristique des études sur le sport en communication a alimenté le désir de créer ce numéro. Mais surtout, nous souhaitons avec cette publication faire état des avancées conceptuelles et analytiques qui animent ce champ en grande effervescence et l’inscrire à la suite de cette activité foisonnante récente en soulignant la contribution de réflexions sur le sport aux études en communication.

Les assises des analyses médiatiques du sport. Émergence de concepts phares

12Suite au « tournant communicationnel » qui s’est opéré au sein des associations de sociologie du sport au cours des années 1980 et 1990 – et dont nous mentionnons certains développements plus haut – un intérêt croissant pour les dimensions communicationnelles et médiatiques s’est fait sentir dans les revues académiques les plus anciennes et reconnues au plan international, telles que l’International Review for the Sociology of Sport (1966) et le Sociology of Sport Journal (1984). Sans prétendre à l’exhaustivité, nous présentons néanmoins ici deux courants par lesquelles s’est produit ce tournant communicationnel, soit par l’intégration d’approches d’économie-politique culturelle et critique des médias, et de certaines en études culturelles.

13Une vague d’études d’économie-politique culturelle et critique est en effet apparue à la suite de grandes transformations qu’ont connus les milieux sportifs et médiatiques à la fin des années 1980, telles que la diffusion sur des chaînes câblées, le développement de nouveaux marchés et d’alliances stratégiques entre les industries sportives et celles des médias, du divertissement et du tourisme, les vagues de déménagement d’amphithéâtres, la spectacularisation des villes, etc. Suite à ces transformations, le sport professionnel ainsi que les grands événements sportifs amateurs se sont imposés comme aspects centraux des nouvelles industries du divertissement, du spectacle et des médias. Dès lors, le sport spectacle a servi de terrain pour mieux comprendre les enjeux et contextes sociopolitiques et médiatiques actuels, de même que le développement économique des villes post-industrielles. Dans la mesure où il entretient des rapports particuliers avec les populations, les formes culturelles et les médias locaux, le sport professionnel est alors devenu un élément clé des économies et politiques de plus en plus globalisées.

14Plus spécifiquement, les travaux qui ont développé le concept de complexe médiatico-sportif (appelé « sport media complex » et particulièrement travaillé par Sut Jhally, (1984, 1989), ont mis de l’avant le poids des contextes culturels et des rapports matériels et symboliques au sein des industries sportives. Plus qu’une lecture documentant un spectacle particulièrement lucratif (ne serait-ce qu’en raison des revenus engrangés par sa diffusion médiatique), la référence au terme « complexe » met de l’avant l’existence des rapports dialectiques entre la production du spectacle sportif et sa réception. Analysés à travers une relation d’interdépendance, les publics (locaux comme internationaux) et les industries sportives se trouvent nécessairement liés, ce qui permet d’envisager un spectacle ne pouvant être répliqué sans égard aux contextes de diffusion, mais également un sport local aux prises avec des impératifs propres à une industrie médiatique globalisée.

15Récemment, le concept de « sport media complex » a été actualisé et élargi à une compréhension de la « […] great cultural formation of which it is part » (Rowe, 2003, p.4). Approché en tant que formation culturelle, l’analyse du sport médiatisé se trouve combinée à celles des organisations, des processus, des services, des produits et des textes contribuant aux terrains contemporains des cultures sportives (Kidd, 2013 ; Maguire, 1991). Dans ce sillon, le spectacle médiatique sportif, tout comme le processus plus large de spectacularisation du sport et de ses espaces (stades, arénas, centre-ville, etc), a généré une série d’études et de publications au Canada et à l’international (Bélanger, 2000 ; Gruneau et Withson, 1996 ; Rowe, 2003 ; Valois-Nadeau, 2018) qui en documentent les enjeux et implications sur le territoire. Depuis quelques années, on assiste également à une multiplication des études à propos des méga-événements sportifs mondiaux, tels que les Jeux olympiques et la Coupe du monde de soccer (Gruneau et Horne, 2016 ; Horne et Whannel, 2016 ; Rowe 2014 ; Wenner et Billings, 2017), ajoutées à celle sur la médiatisation relativement récente du soccer en Amérique du Nord et des ligues professionnelles domestiques. Ces événements offrent de nouveaux terrain pour interroger la transformation du sport en industrie mondiale milliardaire, au sein de laquelle s’actualise des dynamiques globales et locales (Rowe, 2014, Miller et al., 2001). Ces événements sont riches au plan heuristique puisqu’ils constituent de « large-scale cultural [including commercial and sporting] events, which have a dramatic character, mass popular appeal and international significance » (Roche, 2000, p.1). Enfin, ces méga-événements sportifs permettent également d’observer les rôles que jouent les stars sportives au plan économique et symbolique de même que les apports et les effets des nouveaux médias au « sport media complex » traditionnel (Boyle, 2009 ; Hutchins, 2011).

16Un deuxième courant central, qui a participé à la structuration du « champ » sport et communication, est celui des Cultural Studies. En offrant d’autres clés d’interprétation que la critique d’une culture de masse pensée comme « opium du peuple » (Brantlinger, 1983), des ouvrages croisant les Cultural Studies britanniques d’inspiration marxiste avec une sociologie du sport ont émergé afin de rendre saillantes les dimensions culturelles et signifiantes du sport (e.g. Carrington, 2009 ; Tomlinson et Sugden, 2013). Nous amenant vers des analyses des contenus, des publics et des pratiques, ce courant a été alimenté par des études questionnant les fans de sport, et particulièrement leurs relations aux équipes, aux spectacles et aussi qu’aux stars sportives. Ce courant s’est également penché sur les dimensions de genre au cœur de la production du sport médiatisé et de ses représentations et a examiné les freins et contraintes historiques de la médiatisation du sport au féminin, qui touchent tant les journalistes et commentatrices, que les compétitions et les athlètes féminins (Cooky et al., 2015). Profitant par moments d’un intérêt plus marqué pour les celebrity studies, les postcolonial studies, et autres « studies » ciblant des rapports socioculturels spécifiques, ce courant a, de manière générale, interrogé en quoi les productions culturelles des mondes du sport participent à la création de féminité(s)/masculinité(s), à la construction de rapports sociaux de classe, et comment elles traversent les imaginaires, les mémoires et les souvenirs personnels autant que collectifs (Wheaton, 1998 ; Andrews et Jackson, 2001 ; Miller, 2001). Ce faisant, l’étude de l’objet « sport » a permis des lectures compréhensives et critiques des rapports de pouvoir au cœur de ces enjeux (Birrel et Cole, 1994 ; Messner, 2012 ; Bruce, 2013). À titre d’exemple, les travaux de Ben Carrington (2011) ont illustré les processus de construction du sujet « noir » dans les espaces médiatico-culturels du sport en Amérique du Nord et en Grande-Bretagne. En s’inspirant des travaux de Stuart Hall et de Paul Gilroy, Carrington révèle comment le sport porte en lui les expressions de l’imbrication de la culture, des identités raciales et de la communication autant sur les plans locaux, nationaux qu’internationaux. Dans la même veine mais en contexte canadien, l’ouvrage de Janelle Joseph et al. (2012) questionne à son tour les espaces culturels et médiatiques du sport en regard des constructions raciales et ethniques. Plus spécifiquement, le hockey, le football et autres sports sont mobilisés afin de mieux comprendre les enjeux de l’immigration, du racisme, de la tolérance et des représentations ethniques au Canada. Une réflexion émanant de ces études trouve écho dans les Anti-Racism Studies, les études postcoloniales, les Media Studies et les Cultural Studies canadiennes. D’une autre manière, le courant des Cultural Studies a aussi ouvert la voie à des études sur la consommation culturelle (Smart, 2005) du sport et les (trans)formations des pratiques spectatoriales (Giulianotti 2002 ; Gushwan, 2016).

17À partir de ces courants, mais aussi à partir du vaste éventail de perspectives qu’on retrouve dans les études en communication, le champ « communication and sport » poursuivit ses développements. Comme le mentionne Gary Whannel dans l’introduction inaugurale de la revue Communication and Sport en 2013 :

In recent years, […] studies by communication scholars have commingled with those of scholars with a variety of disciplinary and theoretical dispositions. With the rise of interest in cultural practices in popular contexts, increased focus on sport has been seen in journals seated in communication. At first, this was reflected primarily in journals on the media studies side of the house, but more recently interest has grown in rhetorical studies and in the many settings studied under the umbrella of communication research. (2013, p. 3)

18Marquées par des traditions académiques distinctes, les études sur le sport et la communication varient et n’ont pas connu les mêmes trajectoires de développement dans la francophonie. Par exemple, le thème des passions sportives et de leurs médiations, inspiré des travaux de Norbert Élias (1994), a stimulé l’investigation du sport comme objet d’investissement du sens et comme un phénomène télévisuel des « plus marquants » (Derèze, 1996). Approché dans son histoire longue, en tant que spectacle vivant, avec sa propre dramaturgie et narrativité, le spectacle sportif y est aussi considéré par d’autres prises que celles du complexe médiatico-sportif développé plus haut (Bonnet et Boure, 2008 ; Redeker, 2010 ; Sorez, 2013).

Vers des approches communicationnelles du sport

19Si les dimensions spectaculaires du sport, son contenu et les formes de sa médiatisation ont (et font toujours) l’objet de nombreux travaux pertinents et nécessaires, d’autres facettes du « nexus » sport et communication demeurent à explorer. Comme l’estiment Michael Butterworth et de Jeffrey Kassing, il y aurait un besoin « for broadening research on communication and sport beyond media studies and media-centric analysis to be inclusive of the breadth of lenses and concerns seen in communication studies » (2015, p. 3). L’essor que connaissent actuellement les travaux en « sport communication » est d’ailleurs marqué par la présence d’un nouveau vocabulaire et de différentes approches communicationnelles qui interrogent le sport à travers des angles jusqu’alors peu abordés. Le recours à la mediatization theory et aux approches foucaldiennes biopolitiques pour ne nommer qu’elles, tout comme l’étude des dispositifs sportifs de même que les matérialités de l’événementiel, ne représentent qu’un aperçu des avenues possibles. L’émergence de nouveaux objets et phénomènes médiatiques sportifs, comme les bracelets d’entraînement du type Fitbit ou les e-sports, participent également de l’élargissement des formes et approches médiatiques par lesquelles sont usuellement abordés les phénomènes sportifs, et contribuent par conséquent au foisonnement conceptuel et analytique du champ.

20La note de lecture de Philippe-Antoine Lupien à propos de l’ouvrage collectif Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry (Bowman, Spinda, John et Sanderson, 2016) fait état justement des nouvelles avenues des industries sportives et des nouvelles formes de divertissement sportif rendus possibles par la création de plateformes médiatiques web. Par le biais de ce numéro, nous reprenons à notre tour l’invitation à élargir l’investigation des croisements sports/communication, à travers des approches qui s’y sont peu consacrées, notamment les études posthumanistes, les disabilities studies, ou même à travers des méthodes de recherche-création. Comme le soulignent Butterworth et Kassing « the goal, we believe, is not to wipe away existing destinations from the map; rather, it is to identify new and exciting sites for discovery » (2015, p.4).

21À leur manière, les articles réunis dans ce numéro répondent à cette invitation en proposant l’investigation d’espaces et de pratiques médiatiques sportifs qui sont en marge des plus officiels, majoritaires et hégémoniques. Le numéro met en scène également une multiplicité de façons d’approcher et de penser ces relations « sports et communication » : approche compréhensive des pratiques et usages web, économie politique des médias dans un contexte globalisé, théorie des sous-cultures, récit de trajectoires professionnelles, économies culturelles du divertissement et processus de hockeyisation villes, se côtoient et offrent différentes prises sur cet objet pluriel. Les articles offrent un ensemble de pistes problématisation interrogeant les rapports hégémoniques, les marges ainsi que les nouvelles formes de visibilité du sport professionnel. La dimension du genre s’impose ici comme un élément à travers lequel se réactualisent différents rapports de force, en termes de traitements inégaux, de réactualisation de hiérarchies mais aussi de résistance très certaine. Leur réunion fait état également des actuelles transformations des industries sportives et de leurs manières de penser les relations à la localité où ils sont implantés, et ce, même à leur public et leurs fans, à travers, paradoxalement, une internationalisation des logiques à l’œuvre.

22Le premier article du numéro se consacre à l’étude des dynamiques de médiatisation d’un même sport, soit le football/soccer, à l’œuvre au sein de deux contextes sociaux, médiatiques et économiques différents. À l’aide d’une démarche contrastive, Éric George retrace l’évolution de l’achat des droits de diffusion des matchs de football en France et de soccer au Québec, et l’analyse en regard des conjonctures fordistes et postfordistes. La mise en perspective de ces deux périodes et de ces contextes culturels et politiques distincts permet non seulement d’observer des rythmes de développement différents (ne serait-ce qu’en raison de la place secondaire qu’occupe le soccer au Québec) mais également d’identifier des dynamiques semblables, notamment en ce qui a trait au passage du modèle de flot vers le modèle de club. Qu’elle demeure encore à ce jour dans l’ombre du hockey au Québec ou qu’elle occupe une véritable position hégémonique dans l’offre télévisuelle française, la diffusion du soccer/football met en scène des logiques mondialisées et de nouveaux conglomérats qui en redéfinissent les termes.

23L’article de Marilou St-Pierre se concentre pour sa part sur l’un des écueils historiques de la médiatisation sportive, soit la faible proportion de femmes journalistes sportives et, encore plus, de celles qui agissent à titre d’analyste expert. En dépit de la diversification accentuée du marché de la médiatisation sportive, des freins persistent et balisent encore la trajectoire de ces journalistes. À partir d’entrevues menées auprès de femmes journalistes et analystes œuvrant dans le milieu sportif québécois, l’auteure explore de l’« interne » comment est conçue (et critiquée) cette dite expertise, pouvant justifier la persistance de leur absence notable de certaines sphères et rôles médiatiques. L’analyse nuancée de récits met en évidence une ré-articulation des codes dominants qui structurent depuis des décennies le milieu du sport professionnel, et qui trouvent toujours des échos chez de nombreux décideurs.

24Marie-Stéphanie Abouna met également en exergue un cas où la question du genre se traduit par un traitement médiatique différencié. L’article s’intéresse à la médiatisation du football féminin français sur internet, dont la diffusion et l’attention médiatique sont marginales en comparaison au football masculin. Par le biais d’une analyse des sites internet des équipes féminines, qui vise à retracer les activités des participantes, elle interroge les modes de visibilité et de communication rendus possibles par ces nouvelles plateformes médiatiques. Traversées par les contraintes et les enjeux propres au football féminin, dont la pratique évolue souvent en échos ou miroir à celle de la pratique masculine, ces nouvelles formes de médiatisation du football féminin français font état d’une visibilité plurielle, variable et marquée par les contextes dans lesquels évoluent les clubs de football féminins.

25Les deux articles qui suivent portent un regard spécifique sur les dimensions culturelles à l’œuvre au sein des phénomènes sportifs contemporains. Bachir Sirois-Moumni explore les dynamiques et les tensions au cœur de la constitution du groupe des Ultras du club de soccer Impact de Montréal. À partir d’entrevues semi-dirigées menées avec des membres des Ultras et une observation participante à caractère ethnographique, l’article détaille la culture Ultras de Montréal et met en exergue les logiques internes de différenciation, d’identification et d’exclusion bien spécifiques. L’auteur marque également l’apport important des approches des sous-cultures pour saisir la complexité de ce mouvement de même que de l’appartenance collective qui en est générée, et qui outrepasse les relations de fandom et/ou de supportérisme usuelles. Les multiples dynamiques domination-négociation-résistance révélées par l’auteur témoignent également des articulations aux contextes sportifs locaux et internationaux qui les informent.

26Enfin, en jetant les bases d’une analyse du processus de hockeyisation de Montréal, l’article de Fannie Valois-Nadeau interroge le contexte dans lequel se développent les liens entre les industries sportives et les villes hôtes. Par le biais d’une analyse de cas, elle identifie et retrace deux projets par lesquels l’équipe de sport prend place hors des lieux usuels dédié au spectacle du hockey, ou du moins qui déplacent et multiplient ces lieux spectaculaires. Justifiés par des discours sur la responsabilité sociale d’entreprise et les économies culturelles du divertissement, ces deux projets questionnent le rôle accru des industries sportives et du divertissement dans le développement des villes post-industrielles.

Haut de page

Bibliographie

Andrews, D. L. et Jackson, S. J. (2001). Sport Stars: The Cultural Politics of Sporting Celebrity. London: Routledge.

Baillargeon, N. et Boissinot, C. (2009). La vraie dureté du mental. Hockey et Philosophie. Québec: Les presses de l’Université Laval.

Bauer, O. et Barreau, J.-M. (2009). La religion du Canadien de Montréal. Montréal: Fides.

Bélanger, A. (2009). The Urban Sport Spectacle: Towards a critical political economy of sports. Dans B. Carrington et I. MacDonald (dir.), Cultural Studies, Marxism and Sport (51–57). London: Routledge.

Bélanger, A. (2000). Sport Venues and the Spectacularization of Urban Spaces In North America: The Case of the Molson Centre in Montreal. International Review for the Sociology of Sport, 35(3), 378–397. https://doi.org/10.1177/101269000035003009

Black, F. (1997). Habitants et glorieux. Les Canadiens de 1900 à 1960. Laval: Éditions Mille-Iles.

Birrell S. et Cole, C. (1994). Women, Sport, and Culture. Urbana Champaign: Human Kinetics.

Bonnet, V. et Boure, R. (2008). À la recherche des publics sportifs et de leur médiatisation. Recherches en communication, 30, 7-13.

Bourgeois, N. (1995). Le sport, les médias et la marchandisation des identités. Sociologie et sociétés, 27(1), 151. https://doi.org/10.7202/001090ar

Boyle, R. (2009). Power Play: Sport, the Media and Popular Culture: Sport, the Media and Popular Culture. Edinburgh: Edinburgh University Press.

Brantlinger, P. (1983). Bread and Circuses. Theories of Mass Culture As Social Decay. Cornell: Cornell University Press.

Bruce, T. (2013). Reflections on Communication and Sport: On Women and Femininities. Communication & Sport, 1(1–2), 125–137.

Butterworth, M. L., et Kassing, J. W. (2015). Introduction to “Mapping the Terrain”: Shaping the Landscape of Communication and Sport Scholarship. Communication & Sport, 3(1), 3-7. https://doi.org/10.1177/2167479514544952

Carrington, B., et McDonald, I. (2009). Marxism, Cultural Studies and Sport. London: Routledge.

Carrington, B. (2011). “What I Said was Racist—But I’m Not a Racist”: Anti-Racism and the White Sports/Media Complex. Dans L. Long. et K. Spracklen (dir.), Sport and Challenges to Racism (p. 83–99). London: Palgrave Macmillan.

Cashmore, E. et Parker, A. (2003). One David Beckham? Celebrity, Masculinity, and the Soccerati. Sociology of Sport Journal, 20(3), 214–231.

Cooky, C., Messner, M. A., et Musto, M. (2015). ’Its dude time!’’: A quarter century of excluding womens sports in televised news and highlight shows. Communication and Sport, 3, 261–287.

Derèze, G. (1996). La médiatisation des passions sportives. Recherches en communication, (5), 5-9.

Derèze, G., Diana, J.-F., et Standaert, O. (2015). Journalisme sportif. Méthodes d’analyse des productions médiatiques. Louvain-la-Neuve: De Boeck.

Diana, J.-F. (2013). Spectacles sportifs, dispositifs d’écritures. Questions de communication - série actes, 19, 253-264.

Gruneau, R., et Whitson, D. (1993). Hockey night in Canada. Toronto: Grammond Press.

Gruneau, R. et Whitson, D. (1996). The (Real) lntegrated Circus: Political Economy, Popular Culture, and “Major League” Sport”. Dans W. Clement (dir.), Understanding Canada (p.359-385). Montréal: McGill-Queen’s University Press. 

Gruneau, R. et Whitson, D. (2001). Upmarket Continentalism: Major League Sport, Promotionnal Culture, and Corporate Integration. Dans V. Mosco et D. Schiller (dir.), Continental Order? Integrating North-American Cyber-capital (p. 235-264). Lanham: Roman and Littlefield.

Gruneau, R. et Horne J. (2016). Mega-Events and Globalization: Capital and Spectacle in a Changing World Order. Abington & New York: Routledge

Guay, D. (1997). La conquête du sport. Le sport et la société québécoise au XIXè siècle. Outremont: Lanctôt éditeur.

Giulianotti, R. (2002). Supporters, Followers, Fans, and Flaneurs. A taxonomy of spectator identities in football. Journal of Sport & Social Issues, 26(1), 25–46.

Guschwan, M. (2016). Special Issue: Football Fandom in Italy and Beyond: Community through Media and Performance. Soccer & Society, 17 (3), 267–273

Harvey, J. (2006). Whose Sweater Is This? The Changing Meanings of Hockey in Quebec. Dans D. Whitson et R. Gruneau (dir.), Artificial Ice. Hockey, Culture and Commerce (p. 29–52). Peterborough: Broadview Press.

Harvey, J., Law, A., et Kemp, S. (2002). The Global Sport Mass Media Oligopoly: The Three Usual Suspects and More. International Review for the Sociology of Sport37(3–4), 279–302.

Helland, K. (2007). Changing Sports, Changing Media: Mass Appeal, the Sports/Media Complex and TV Sports Rights. Nordicom Review28, 105–119.

Horne, J. et Whannel G. (2016). Understanding the Olympics. Abington & New York: Routledge.

Hutchins, B. (2011). The Acceleration of Media Sport Culture: Twitter, Telepresence and Online Messaging. Information, communication & society, 14(2), 237–257.

Janson, G. (2003). Le sport au Québec, un champ de recherche méprisé. Bulletin d’histoire politique, 11(2), 9-14.

Jhally, S. (1984). The Spectacle of Accumulation: Material and Cultural Factors in the Evolution of the Sports/Media Complex. Critical Sociology, 12(3), 41–57.

Jhally, S. (1989). Cultural Studies and the Sports/Media Complex. Dans L. A. Wenner (dir), Media, Sports and Society (pp. 70–93). Newbury Park, London, New Delhi: Sage Publications, Inc.

Kidd, B. (2013). The Olympic Movement and the Sports—Media Complex. Sport in Society16(4), 439–448.

Joseph, J., Darnell, S., et Nakamura, Y. (dir.). (2012). Race and Sport in Canada: Intersecting Inequalities. Toronto: Canadian Scholars’ Press.

Laberge, S., et Harvey, J. (1995). Présentation. Sociologie et sociétés, 27(1), 5-14. https://doi.org/10.7202/001397ar

Laurin-Lamothe, A., et Moreau, N. (2011). Le Canadien de Montréal : une légende repensée. Montréal, Canada: Presses de l’Université de Montréal.

Lowes, M. (2002). Indy Dreams and Urban Nightmares: Speed Merchants, Spectacle. Toronto: University of Toronto Press.

Maguire, J. (1991). The Media-Sport Production Complex: The case of American Football in Western European Societies. European Journal of Communication6(3), 315–335.

Melançon, B. (2006). Les yeux de Maurice Richard. Montréal: Fides.

Metcalfe, A. (1983). Le sport au Canada français au 19e siècle : le cas de Montréal, 1800–1914. Loisir et Société / Society and Leisure, 6(1), 105–120. https://doi.org/10.1080/07053436.1983.10715145

Messner, M. (2012). Reflections on Communication and Sport: On Men and Masculinities. Communication & Sport, 1, 113–124.

Miller, T. (2001). Sportsex. Philadelphia: Temple University Press.

Miller, T., Lawrence, G. A., McKay, J. et Rowe, D. (2001). Globalization and sport: Playing the world. Thousand Oaks: Sage.

Pedersen, P. M. (2015). Routledge Handbook of Sport Communication. New York: Routledge, Taylor & Francis Group.

Redeker, R. (2010). Le spectacle sportif, arraisonnement de l’existence humaine. Empan, 79 (3), 94-97. DOI : 10.3917/empa.079.0094.

Roche, M. (2000). Mega-events and Modernity, Olympics and Expos in the Growth of Global Culture. London: Routledge.

Rowe, D. (2003). Sport, Culture and Media: The Unruly Trinity. London: McGraw-Hill Education.

Rowe, D. (2014). Global Media Sport. Flows, Forms and Futures. London: Bloomsbury Academics.

Smart, B. (2005). The Sport Star: Modern Sport and the Cultural Economy of Sporting Celebrity. London: Sage Publications Ltd.

Sorez, J. (2013). Le football dans Paris et ses banlieues. Un sport devenu spectacle. Renne: PUR.

Tomlinson, A. et Sugden, J. (2013). Power games: A critical sociology of sport. London: Routledge.

Valois-Nadeau, F. (2017). Hockey and Philanthropy: the case of the Montreal Canadiens’ Children Foundation. Dans A. Holman et J. Blake (dir.), The Same, but Different: Hockey in Quebec (pp. 144–169). Toronto: Toronto Press University.

Vigneault, M. (1986). La Diffusion du Hockey a Montreal, 1895-1910. Canadian Journal of History of Sport, 17(1), 60–74. https://doi.org/10.1123/cjhs.17.1.60

Wenner, L. A. (2015). Communication and Sport, Where Art Thou? Epistemological Reflections on the Moment and Field(s) of Play. Communication & Sport, 3(3), 247–260. https://doi.org/10.1177/2167479515584781

Wenner, L. A et Billings, A.C. (2017). Sport, Media, and Mega-Events. New York: Routledge and Taylor & Francis Group.

Wenner, L. A. (2017). Communication and Sport: Reflections on the Trajectory and Future of a Disciplinary Project. Communication & Sport, 5(1), 3-9. https://doi.org/10.1177/2167479516680346

Wheaton, B. et Tomlinson A. (1998). The Changing Gender Order in Sport? The Case of Windsurfing Subcultures. Journal of Sport and Social Issues, 22, 252–274.

Wille, F. (2002). Introduction. Journalisme sportif: le défi éthique. Cahiers du journalisme, 11, 10-17.

Wille, F. (2015). Pour une approche communicationnelle du sport. Hermès, La Revue, 1(71), 153-159.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fannie Valois-Nadeau et Anouk Bélanger, « Le sport au regard d’approches communicationnelles : rencontre de trajectoires en pleine expansion », Communiquer, 22 | 2018, 1-10.

Référence électronique

Fannie Valois-Nadeau et Anouk Bélanger, « Le sport au regard d’approches communicationnelles : rencontre de trajectoires en pleine expansion », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2445

Haut de page

Auteurs

Fannie Valois-Nadeau

Chercheure en études culturelles et chargée de cours
Université du Québec en Outaouais, Canada

Articles du même auteur

Anouk Bélanger

Professeur, Département de communication sociale et publique
Université du Québec à Montréal, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals