Navigation – Plan du site

La médiatisation du football/soccer à la télévision : Éléments issus d’une démarche contrastive France/Canada

Soccer TV Coverage: Elements from a Contrastive Approach France/Canada
Éric George
p. 11-28

Résumés

Dans ce texte, nous porterons notre attention sur l’évolution de la médiatisation du football/soccer, à la télévision en France et au Québec/Canada à partir de l’étude de l’obtention des droits de diffusion des matchs. Nous constaterons que si les places du football/soccer à la télévision sont différentes de chaque côté de l’océan atlantique, en revanche, il y a une certaine convergence, notamment avec le développement de la télévision spécialisée dans le contexte de la société post-fordiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous parlerons de « football » quand nous aborderons ce sport du point de vue de la France et de l’ (...)

1Le sport de compétition est considéré comme une manifestation exemplaire du capitalisme globalisé et financiarisé fondé sur la compétition généralisée entre les êtres humains. Les développements du sport professionnel et des médias, notamment la télévision, sont même tellement enchevêtrés depuis plusieurs décennies qu’il est dorénavant possible de parler de Global Media Sport Complex (Maguire, 2011). Jean-François Bourg résume bien la situation de ces relations : « le sport est un gisement de programmes et d’audience pour la télévision qui est, elle-même, un gisement financier et un vecteur de promotion pour le sport » (2007, p. 81). Tel est le thème que nous allons aborder dans ce texte en traitant conjointement des changements qui ont marqué d’une part l’industrie télévisuelle depuis sa création dans les années 1950, et d’autre part la médiatisation du football/soccer1, le sport le plus suivi sur le « petit écran ».

2Nous travaillerons principalement sur la médiatisation de ce sport à partir de la prise en compte des pratiques d’achat des droits de diffusion des matchs de football/soccer par les chaînes de télévision. Certes, l’achat de droit constitue une dimension tout à fait cruciale de la médiatisation d’un sport, mais il n’en constitue qu’une dimension parmi d’autres. Nous n’analyserons guère en revanche la façon dont ces contenus achetés sont agencés et présentés dans les grilles de programme des différents services, ni les stratégies des télédiffuseurs auxquels nous nous intéresserons. À l’aide d’une démarche contrastive, nous porterons plutôt notre attention sur deux types de dynamiques à l’œuvre au sein des relations entre sport et médias en France et au Québec/Canada, sans néanmoins effectuer une comparaison en tant que telle (qui serait d’autant plus difficile à réaliser que les situations sont différentes). Les milieux dans lesquels le football/soccer et les médias, dont la télévision, se sont développés, s’avèrent en effet notablement distincts. Alors que le football est devenu très vite le sport le plus populaire en France, le soccer demeure secondaire au Québec et au Canada, tout en étant en développement. Aussi, comme nous le verrons, la télévision elle-même a connu des situations passablement différentes d’un lieu à l’autre, tout en présentant des tendances assez convergentes. Mais, au-delà des différences en termes historiques, économiques, politiques, sociaux et culturels, la France d’une part, le Québec et le Canada d’autre part, présentent certains points communs, à commencer par le fait qu’ils connaissent des « niveaux de développement » économique, médiatique et sportif relativement semblables.

3Nous développerons notre analyse de l’évolution de l’achat des droits de diffusion des matchs de football/soccer en replaçant les éléments dans leur contexte sociohistorique, caractérisé principalement par la succession de deux périodes : le fordisme de la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 1970 et le post-fordisme par la suite. Émanant d’une école de pensée issue des sciences économiques, cette théorie de la régulation (Aglietta, Boyer, et Lipietz, 1976) refuse de penser l’économie de façon séparée de l’histoire et du social. Bien au contraire, elle insiste sur les rôles et les dynamiques socioéconomiques à l’œuvre au sein des composantes de l’État, du marché et de la société civile. La mise en perspective de ces deux périodes permet également de retrouver des situations assez semblables, au-delà de différences notables, des deux côtés de l’Atlantique. Nous mettrons également l’accent sur deux modèles de développement de la télévision, le modèle de flot et le modèle de club.

Précisions d’ordre méthodologique autour d’une démarche contrastive

4Nous avons opté pour une démarche contrastive afin de saisir les dynamiques existant entre sport (football/soccer) et télévision, à la fois en France et au Québec/Canada, en replaçant celles-ci dans leur contexte sociohistorique. Lequel se voit marqué par la mise en évidence de deux périodes, dites fordiste et post-fordiste, que l’on retrouve des deux côtés de l’océan. Une telle approche, si elle ne permet pas d’effectuer une comparaison systématique étant donné les différences entre les contextes nationaux, s’avère particulièrement riche à plusieurs titres. D’une part, elle fournit la possibilité de mettre en évidence combien les situations étudiées relèvent de constructions sociales – ici nationales – reposant sur des éléments qui présentent une certaine contingence. Par conséquent, cette méthode contribue à repousser toute tentation ethnocentrique qui viserait, consciemment ou non, à considérer comme étant positive telle situation par rapport à telle autre. L’objectif de l’analyse « n’est pas de déterminer quel est le meilleur des systèmes considérés mais bien de les comprendre dans leur complexité et de mettre en exergue les points communs comme les aspects différentiels, afin de saisir les conditions générales et spécifiques de leur structuration » (Tremblay et Lacroix, 1994, p. 232).

5Cette démarche contribue également à mettre l’accent sur un certain nombre d’éléments en commun, au-delà des différences situationnelles, et à révéler l’adoption de logiques qui peuvent s’avérer conjointes au-delà justement des spécificités nationales ou autres. Concept à mobiliser avec prudence tellement il renvoie à de nombreuses et différentes acceptions, la mondialisation s’avère ici présente en toile de fond, non pas comme réalité, mais comme horizon. C’est ainsi que nous pourrons voir au fil du texte, et donc des décennies, que si la médiatisation du football/soccer à la télévision présente des caractéristiques différentes en France et au Québec/Canada, il y a tout de même un certain nombre d’éléments de convergence, notamment autour du développement de chaînes de télévision spécialisées. Sport principal en France alors qu’il demeure secondaire au Québec/Canada, le football/soccer n’en participe pas moins à une mondialisation qui est à la fois d’ordre économique – le développement international des chaînes de sport du conglomérat qatari BeIN Media Group en témoigne – et d’ordre culturel, à travers par exemple la croissance de la pratique de ce sport à une échelle toujours plus vaste.

  • 2 En fait, si nous nous intéressons depuis de nombreuses années aux industries culturelles (de George (...)

6Le « temps long » constitue donc à la fois une dimension importante de notre analyse et un enjeu considérable d’un point de vue méthodologique. Armand Mattelart explique bien que l’oubli de l’histoire constitue « un fait récurrent de la construction des savoirs des sciences de l’information et de la communication (SIC) » (2014, p. 13) et que cette amnésie revient à faire abstraction des contextes sociohistoriques. Et ce, au point d’en oublier la place centrale du capitalisme et des formes qu’il prend dans nos sociétés, ainsi que les rapports de force entre acteurs sociaux, à commencer par ceux existant entre les trois principales composantes de nos sociétés : les entreprises privées, les composantes de l’État et les constituantes de la société civile. Toutefois, porter notre attention sur une période qui couvre plus d’un demi-siècle n’est guère chose aisée. Toute démarche reposant sur l’intégration du temps long dans une analyse, ainsi que relevant de l’échelle macro, perd évidemment en précision ce qu’une autre démarche fondée sur la quotidienneté et l’échelle micro y gagnerait. Cette approche repose donc sur une lente accumulation de données aux origines extrêmement variées (livres, rapports, articles de presse, communiqués) qui remonte maintenant à plusieurs décennies2. La grille d’analyse, qui contextualise le dynamisme des relations entre sports et médias, a été constituée en regard des éléments qui permettent d’identifier les périodes dites fordiste et post-fordiste dans deux espaces géographiques différents et à partir de la prise en compte des modèles de flot et de club.

Période fordiste, télévision généraliste et place modeste du football/soccer sur les écrans

7La télévision s’est développée après la fin de la Seconde Guerre mondiale en pleine période fordiste (Aglietta, 1976 ; Boyer, 1986), fondée sur une production de masse relativement indifférenciée et marquée par une forte croissance économique en Amérique du Nord, en Europe occidentale et au Japon. La période a aussi été caractérisée par le développement d’un État souvent qualifié de providentialiste qui a joué un rôle de plus en plus important dans des secteurs tels que la santé, l’éducation, la culture et… les médias. Ce fut une période de domination de la télévision généraliste de flot (Miège, Pajon et Salaün, 1986) dont le contenu reposait sur l’élaboration d’une grille de programmes cherchant à fidéliser un auditoire le plus vaste possible, tout en étant d’accès soi-disant « gratuit ». Selon les pays, les chaînes étaient avant tout publiques ou privées. Les chaînes privées étaient financées par la publicité, alors que, selon les cas, les chaînes publiques l’étaient plus ou moins par cette même publicité ou par des systèmes d’imposition prenant deux aspects selon les pays ; soit une intégration au système fiscal des impôts d’un côté (cas au Canada), soit la forme d’une taxe parafiscale (cas de la redevance en France). L’objectif consistait à proposer une programmation susceptible de fidéliser un maximum de personnes, ce qui expliquait le rôle central de la fonction de programmateur (Miège et al., 1986). La production correspondante était continue. De nouveaux produits rendaient en effet très vite ceux précédemment diffusés obsolètes. Comme nous allons le constater, en France, c’est le (quasi)monopole public qui domina la période fordiste, alors qu’au Canada, dès le départ, le système fut mixte public/privé s’inspirant plutôt du modèle britannique.

8En France, la télévision lancée dès la fin de la Seconde Guerre mondiale relevait du monopole public. L’organisme de radiodiffusion publique, la Radiodiffusion-télévision française (RTF), fut créé en 1945. Il sera remplacé en 1964 par l’Office de la radio-télédiffusion française (ORTF), qui sera lui-même dissous dix ans plus tard au profit de la création de sept sociétés, dont les trois chaînes de télévision publique, TF1, Antenne 2 et FR3. Ce monopole sera seulement remis en cause en 1981 avec l’autorisation de licences accordées à des entreprises privées. Or, si le football, inventé chez le voisin anglais, est déjà devenu un fait culturel notable en France, celui-ci ne va pas s’imposer rapidement comme un programme phare à la télévision. Ainsi, il faudra attendre un minimum de concurrence entre chaînes pour le voir y prendre sa place. Pourtant, on commence à y jouer dans les écoles dès la fin du 19e siècle et la France fait partie des pays – avec l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, les Pays-Bas, la Suède et la Suisse – qui fondent la FIFA (Fédération internationale de football association) en 1904 à Paris.

9En effet, au moment où la télévision commence à prendre place parmi les principaux médias, peu de matchs sont diffusés. Toutefois, 1952 apparaît une année symbolique à ce sujet, car il est possible d’y voir tour à tour un affrontement entre l’OGC Nice et les Girondins de Bordeaux en finale de la Coupe de France, puis une opposition entre l’équipe nationale et l’Allemagne. Toujours la même année, est créée l’Eurovision, un réseau d’échanges de programmes des chaînes de télévision publiques membres de l’Union européenne de radiodiffusion (UER) d’Allemagne, de Belgique, du Danemark, de France, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de Suisse. Grâce à cette alliance, plusieurs affrontements de la Coupe du Monde de 1954 qui se tient en Suisse sont diffusés sur les chaînes publiques. Toutefois, la diffusion demeure modeste et erratique. En 1955, alors qu’on aurait pu croire à un élan pris suite à la médiatisation de l’événement organisé par les Helvètes, aucun match n’est diffusé hormis la finale de la Coupe de France. C’est seulement l’année suivante qu’un premier match de championnat de France de division 1 (Ligue 1 maintenant) est retransmis entre le Stade de Reims et le FC Metz. La télévision publique paie alors à l’équipe qui accueille le spectacle la différence entre les revenus obtenus pour le match télédiffusé et la moyenne des recettes du club ! Sont aussi diffusés au fil des années quelques affrontements entre les équipes participantes à la Coupe d’Europe des Clubs Champions (maintenant Ligue des Champions de l’UEFA [Union européenne de football]). Certains sont retransmis soit en direct, mais seulement partiellement, soit en léger différé. La situation va quelque peu changer avec la création d’une deuxième chaîne de télévision publique suivant la création de l’ORTF en 1964. Il est dorénavant possible pour l’organisme public de diffuser deux matchs par mois. Toutefois, la diffusion redevient vite plus ou moins aléatoire, hormis celle des Coupes du Monde tous les quatre ans. L’office public achète bien les droits de diffusion du Championnat de France, mais ne verse que peu d’argent. Ainsi, pour l’année 1973/1974, il ne transfert que l’équivalent de 80 000 euros aux clubs professionnels (Andreff, 2012, p. 184). Il arrivait même à cette époque que les promoteurs d’activités sportives doivent payer pour que leur spectacle soit diffusé à la télévision (Bourg, Nys et Andreff, 1987) !

10Néanmoins, 1974 marque une nouvelle étape pour la télévision française avec le démantèlement de l’ORTF. La première chaîne devient TF1 et la deuxième Antenne 2. Même si elles sont toutes les deux publiques, un début de compétition commence entre elles. Et c’est justement à ce moment que l’AS Saint-Étienne devient l’une des meilleures équipes d’Europe. En 1976, lorsque cette équipe arrive en finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions, la Ligue de football professionnel (LFP) souhaite en profiter. Et quoi de mieux que la télévision pour médiatiser le sport auprès d’une vaste population. Elle propose par conséquent à la deuxième chaîne publique, Antenne 2, un magazine consacré entièrement au football. Mais la direction des sports, animée par Robert Chapatte, grand spécialiste du cyclisme, refuse. Finalement, ce sera TF1 qui accueillera cette émission devenue emblématique au fil des années. Téléfoot propose alors des images des dix matchs du Championnat de France de première division une trentaine de minutes après la fin des oppositions le samedi soir. Le succès est au rendez-vous. La chaîne qui payait l’équivalent de moins de 100 000 euros pour la diffusion de ce magazine la première année voit le montant du contrat tripler les années suivantes, avant de croître encore par la suite.

11Au Canada, c’est la Société Radio-Canada (SRC), à l’origine du déploiement des réseaux radiophoniques de langues française et anglaise, qui développe la télévision à partir de 1952. Dès le départ, le secteur privé est présent car, même si les réseaux publics sont en situation de monopole, les entrepreneurs privés se lancent dans la création d’antennes raccordées aux réseaux publics anglophone et francophone dans les villes où l’organisme public ne crée pas de stations locales. Cette situation perdurera jusqu’en 1958 alors qu’il devient possible grâce à une nouvelle loi de créer à une échelle locale plus d’une station. On assiste dès lors à la création des premières entreprises privées locales qui vont lancer des réseaux privés, l’anglophone CTV et le francophone TVA. Sur le modèle britannique, la télévision canadienne est donc très rapidement marquée par la domination d’un duopole public/privé.

12Le soccer est pratiqué en Amérique du Nord, et plus particulièrement au Canada, depuis le début du 20e siècle. Toutefois, il ne s’agit pas dans un premier temps d’une activité très répandue. C’est surtout avec l’arrivée de nouveaux immigrants, notamment après la fin de la Seconde Guerre mondiale, qu’il se développe aux États-Unis et au Canada. La progression va s’avérer lente. Alors que la première Coupe du Monde a lieu en 1930, il faudra attendre vingt ans pour que le Canada ait une équipe nationale qui participe aux côtés des États-Unis et du Mexique aux éliminatoires d’une Coupe du Monde. Parallèlement, pendant une vingtaine d’années, la présence du soccer à la télévision, uniquement sur Radio-Canada, est très fragmentaire.

13Selon la Fédération de soccer du Québec (2011), c’est seulement dans les années 1970 que ce sport connaît un certain essor. En témoigne le fait qu’une majorité des associations régionales voient le jour dans les 18 régions de la province durant cette décennie. Il faut aussi attendre ces années-là pour voir le soccer prendre une petite place à la télévision (Schwartz et Gagnon, 2003). En 1971, Radio-Canada va diffuser neuf matchs de la North American Soccer League (NASL) à laquelle participent les deux équipes canadiennes, soit l’Olympique de Montréal et les Metropolitans de Toronto. C’est la première retransmission régulière d’un événement qui prend place pendant une partie de l’année. En 1974, une belle place est aussi accordée à la Coupe du Monde. Toutefois, la présence du soccer à la télévision demeure faible et intermittente, un peu sur le même registre que la présence d’une équipe montréalaise dans une ligue de soccer professionnel. L’Olympique de Montréal disparaît d’ailleurs en 1973.

14Alors que la NASL fait parler d’elle grâce aux embauches de vedettes sur le bord de la retraite – tels le brésilien Pelé, l’allemand Beckenbauer et le néerlandais Cruyiff dans l’équipe du Cosmos de New York – Montréal voit la création du Manic en 1981 qui va attirer plus de 50 000 personnes au stade olympique. Fait nouveau, plusieurs affrontements sont alors diffusés sur TVA, mais la programmation ne s’avère pas plus régulière et le Manic ne vit d’ailleurs à son tour que pendant trois ans. Au même moment, l’équipe nationale du Canada demeure une « faible puissance » à l’échelle internationale, excepté en 1986, année où elle se qualifie pour la phase finale de la Coupe du monde qui se tient au Mexique. Cependant, à part cette année-là, elle est systématiquement éliminée dès la phase préliminaire organisée à l’échelle du continent par la CONCACAF (Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes) alors que le nombre de pays qualifiés ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que le football s’internationalise. C’est dire le faible niveau d’ensemble du soccer professionnel au Canada. Pendant ce temps, l’équipe de hockey du Canadien de Montréal fait le bonheur des cotes d’écoute des chaînes de télévision généraliste, Radio-Canada et TVA puis TQS pendant de nombreuses années, et de ce fait favorise la rentrée de recettes publicitaires. Le soccer voit donc toujours sa place demeurer faible, du moins jusqu’aux années 1990. Pourtant, les choses sont en train de changer car la pratique amateur et la demande de spectacles sportifs sur les chaînes de télévision sont en augmentation.

Période post-fordiste, triomphe du modèle de club et augmentation notable de la place du football/soccer à la télévision

15Après la forte croissance dans les années 1950 et 1960, les années 1970 sont celles de la remise en cause du développement de type fordiste. Pour perdurer, la croissance ne pouvait plus reposer sur l’expansion des marchés auprès d’un nombre toujours plus large de consommateurs. Une période de surcapacité de production apparaît, où il importe de trouver de nouveaux « gisements » pour écouler les surplus. Concrètement, étant donné que la grande majorité des foyers avait maintenant accès à un vaste ensemble de biens, comme la voiture et le téléviseur, il importait que les biens se multiplient par foyer et que leur remplacement soit le plus souvent possible favorisé. Ce régime post-fordiste (Lipietz, 1996 ; Zarifian, 1996 ; Gorz, 1997) se caractérise aussi par une libéralisation des secteurs dans le but d’accroître un dynamisme économique. Les situations de monopole public ou privé ont été considérées d’un point de vue négatif dans le contexte de la montée en puissance de ce que l’on va appeler l’idéologie du néolibéralisme. Cette dernière va d’ailleurs largement contribuer à repenser le rôle de l’État, lequel se voit invité de plus en plus à devenir accompagnateur des dynamiques portées par le marché déréglementé, voire libéralisé (Vedel, 1999).

16Certes, ces changements ont pris des formes variées selon les pays comme leurs contextes économiques, politiques et culturels s’avéraient différents. Toutefois, dans le secteur télévisuel qui nous intéresse plus particulièrement, le début des années 1980 a été celui de changements importants dans les deux pays. En France, après l’apparition des radios pirates, dites libres, s’est opérée une libéralisation du paysage audiovisuel, perceptible, entre autres, par la création de la première chaîne de télévision privée, Canal +. Au Canada, la situation était évidemment différente puisque cela faisait plusieurs décennies que le secteur de la télévision était caractérisé par un duopole public/privé. Néanmoins, tout comme en France, les années 1980 ont également été marquées par la libéralisation du secteur des médias, notamment de la télévision, ce qui a entraîné une augmentation progressive du nombre de services. La création de ces nouveaux canaux a dans un premier temps été fort lente, mais prendra son envol une décennie plus tard, du moins en ce qui concerne celle de canaux de sport. Le Canada connaît alors le déploiement de la télévision dite de club (Tremblay et Lacroix, 1991), qui se concrétise par la place de plus en plus importante prise par les acteurs de la distribution – câble et satellite – proposant des chaînes de télévision spécialisées, le plus souvent payantes par abonnement. Comme l’argue Gaëtan Tremblay :

en consacrant l’hégémonie de la distribution, elle met à l’avant-scène le rôle du serveur humain et/ou électronique. Dans cette logique, c’est le serveur qui occupe la fonction principale : il négocie des droits de diffusion ou de distribution, élabore des stratégies de marketing et offre, contre abonnement, un ensemble de services (y compris de navigation) et de produits pour un temps donné d’utilisation (1997, p. 20).

17On voit bien ici que les notions de modèles de flot et de club portent en elle le positionnement de différents acteurs sociaux les uns par rapport aux autres, ceux-ci entretenant des relations de dépendance inégales. Dans le cadre de la télévision de flot, l’objectif consiste à toujours maximiser les audiences, soit pour les chaînes privées afin d’attirer le maximum de recettes publicitaires, soit pour les chaînes publiques afin de revendiquer une assise « populaire » et notable en termes d’audience. Dans celui de la télévision de club, l’objectif principal consiste dorénavant à attirer et à garder le plus grand nombre possible d’abonnés, car les recettes proviennent non seulement de la publicité mais également, et surtout, des frais d’abonnement.

18En France, la première chaîne privée commence donc à proposer ses programmes en 1984. Il s’agit de Canal + qui se fait connaître pour son offre de films de cinéma – elle va devenir le principal financeur du long métrage dans ce pays – et de retransmissions sportives, à commencer par le football. Son statut est quelque peu particulier car elle est diffusée par la voie hertzienne et non par câble ou satellite, alors très peu développés. Les premiers matchs de football qui y sont diffusés sont ceux du championnat national. Nouveauté : alors que jusque-là, les retransmissions commençaient seulement quelques minutes avant le coup d’envoi, dorénavant, la chaîne accorde plus de temps à l’« avant-match ». Il faut dire que celui-ci est diffusé gratuitement. Par conséquent, une grande majorité des téléspectateurs y a accès jusqu’au coup de sifflet de l’arbitre annonçant le début de la rencontre. Au cours de la même année, TF1 commence à revendiquer sa préséance parmi les chaînes généralistes sur le football. La France vient alors de gagner le titre de Champion d’Europe des Nations. La première chaîne de télévision obtient le « transfert » des deux commentateurs historiques des matchs de l’équipe nationale, Thierry Roland et Jean-Michel Larqué de sa concurrente publique Antenne 2, et se considère dorénavant comme LE diffuseur du football. C’est d’ailleurs avec les Bleus qu’elle va atteindre ses taux d’audience les plus élevés de son histoire. Capter le plus grand nombre possible de téléspectateurs devient d’autant plus crucial pour TF1 en 1986 que celle-ci, fait rare au monde, est privatisée. Cette privatisation change d’ailleurs notablement le paysage audiovisuel français. Les chaînes commerciales deviennent « instantanément » dominantes en termes de parts de marché, avec une chaîne principale totalisant à la fin des années 1980 environ 40 % de l’auditoire et 50 % des revenus totaux générés par la publicité à la télévision. (George, 1998, p. 7). C’est une illustration parfaite du modèle de flot.

19Le football étant le sport qui attire les audiences les plus fortes en France, il devient dès lors un programme de plus en plus prisé à partir même du moment où la compétition entre diffuseurs augmente. L’information sportive devient une marchandise (Papa, 2002), une marchandise qui nécessite des investissements considérables de la part des entreprises chargées de l’achat des droits qui commencent à croître dans ce contexte. Symbole de la transformation en cours, c’est en 1986 qu’est introduite la pratique de l’appel d’offres. Les responsables du football français ont bien compris qu’il était temps pour eux d’obtenir des sommes beaucoup plus considérables de la part des diffuseurs qui, eux-mêmes, utilisent le spectacle sportif pour amasser les recettes en termes de publicité (pour TF1) et avant tout en termes d’abonnement (pour Canal +).

20En 1990, les droits TV qui comptaient pour moins de 1 % des recettes dix ans plus tôt représentent dorénavant presque le quart des ressources des clubs de football professionnel. L’année suivante, alors qu’aux niveaux national et international l’Olympique de Marseille (OM) de l’homme d’affaires français Bernard Tapie s’avère incontestablement l’équipe française dominante, Canal + rachète l’équipe du Paris Saint-Germain (PSG). Afin de rendre plus spectaculaires les matchs entre l’OM et le PSG, Canal + investit beaucoup d’argent et favorise l’émergence d’une rivalité entre les deux clubs de Marseille et de Paris sur la base de la « vieille opposition » entre la capitale et la cité phocéenne. Les affrontements entre les deux équipes, baptisés le classique vont d’ailleurs devenir parmi ceux qui attirent le plus grand nombre d’abonnés de la chaîne.

  • 3 1€ = 6.55957FF.

21Canal + réussit à demeurer le principal diffuseur du football « payant » en France alors que TF1 le reste pour le football gratuit. Il n’est pas rare d’ailleurs que les deux entreprises s’allient. La Coupe du Monde de 1998, tenue en France, constitue en la matière un événement emblématique. TF1 organise sa grille de programmes autour des matchs les plus prometteurs de la compétition en termes d’audience (matchs de l’équipe de France, ¼ de finale, ½ finale et finale). Canal + diffuse également ces matchs, mais elle retransmet aussi tous les autres. De plus, alors que TF1 se limite principalement à la retransmission des oppositions, sa « concurrente » développe un vaste ensemble de programmes complémentaires prenant la forme d’avant-matchs, d’après-matchs, de reportages, voire de documentaires. L’objectif consiste à s’adresser à ses abonnés ; les « vrais » amateurs de football. Dans le cadre du modèle de club, son objectif consiste bien à augmenter ce nombre d’abonnés et à en retenir le plus possible. Le jour de la finale constitue une « bonne affaire » pour les deux entreprises qui diffusent celle-ci en partageant un même signal vidéo, mais disposant de caméras supplémentaires et de leurs propres commentateurs chacune de leur côté. Les Bleus jouent contre le pays par excellence du football, le Brésil. L’événement attire en France presque 25 millions de téléspectateurs, dont plus de 20 millions sur TF1 et plus de 3 millions sur Canal + (Albouy, 2000, p. 49). À cette occasion, le spot de publicité atteint 1,5 million de francs. TF1 ramasse alors en quelques minutes plus de 60 millions de francs3. Un record pour l’époque.

  • 4 Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/TPS_%28entreprise%29

22En France, la deuxième moitié des années 1990 est aussi celle de l’intensification de la compétition entre opérateurs de chaînes spécialisées. En 1996, un bouquet de chaînes concurrentes à celui de Canalsatellite, Télévision Par Satellite (TPS), est lancé par des actionnaires parmi lesquels on retrouve presque tous les concurrents du groupe Canal + dans le secteur de la télévision, voire au-delà, à savoir : les entreprises de télévision privée TF1 et M6/CLT, l’organisme de télédiffusion publique, France Télévisions, l’opérateur historique de télécommunications, France Télécom (maintenant Orange) et le câblodistributeur, Lyonnaise des Eaux. Une chaîne d’information sportive, Infosport, est alors créée. Mais surtout, TPS se lance en 1999 dans la bataille des droits de diffusion des matchs du championnat contre Canal +. La Ligue nationale de football finit par partager l’offre en laissant toutefois le premier choix au diffuseur historique. Il y a toutefois un début de concurrence. Deux années plus tard, TPS remporte l’appel d’offres à propos de la couverture de la Premier League (Angleterre) et de la Bundesliga (Allemagne). La bataille a également lieu sur le terrain des championnats étrangers. Celui d’Angleterre commence d’ailleurs à faire recette dans le monde entier. TPS l’a pris à Canal + en achetant les droits pendant trois ans pour 30 millions d’euros, ce qui correspond à une augmentation des tarifs de 200 %. En ce qui concerne le Championnat de France de Ligue 1, Canal + tente en 2002 d’obtenir à nouveau l’exclusivité pour 480 millions d’euros par saison, mais TPS obtient de la part de la justice un statu quo. Néanmoins, en 2006, Canal + remporte à nouveau la donne en mettant 600 millions d’euros par saison sur la table4. Dès lors, les revenus issus de la télévision comptent pour plus de la moitié des recettes des clubs français (Andreff, 2012, p. 162).

23Cela dit, si la concurrence entre Canal + et TPS fait les affaires des équipes de football professionnelles, surtout de Ligue 1, voire d’autres championnats, elle pose problème du côté des diffuseurs qui ont bien des difficultés à assurer la rentabilité des activités télévisuelles. Résultat : en 2005, Vivendi, maison mère de Canal +, annonce la fusion avec TPS. En fait, il s’agit d’une acquisition de TPS alors détenue par TF1 et M6, qui sera dissoute dans Canalsatellite, devenue Canalsat. La deuxième moitié des années 2000 consacre le triomphe du groupe Canal + qui concentre l’essentiel des droits du championnat de France et des principaux championnats étrangers (Allemagne, Angleterre, Espagne et Italie). Quant à la Ligue des Champions de l’UEFA, elle est dorénavant partagée entre Canal + et TF1, cette dernière retransmettant les matchs les plus prestigieux de cette compétition de plus en plus considérée comme celle qui a le niveau de jeu le plus élevé au monde.

  • 5 BeIN Sports France appartient maintenant à BeIN Media Group suite à la création de cette entreprise (...)

24La décennie 2010 va encore changer la donne. Ces années sont en effet marquées par le lancement d’un nouveau concurrent pour le groupe Canal +, à savoir les chaînes BeIN Sports, créées par le conglomérat qatari, Al Jazeera5. Cela fait bientôt trente ans que le football fait partie de l’offre de Canal + et, incontestablement, il est de ceux qui ont permis à l’entreprise d’attirer bon nombre d’abonnés. On estime en effet que le football et au-delà le sport constituent presque les ¾ des motivations en termes d’abonnement et de réabonnement (Bourg, 2007) de la chaîne et de ses variantes, à commencer par Canal + Sport. Or, à son arrivée sur le marché français, le groupe qatari commence par acheter la majorité des droits de la Ligue des Champions de l’UEFA que se partageaient auparavant Canal + et TF1, et ce avant même de lancer ses propres chaînes. Al Jazeera aurait obtenu la diffusion de l’essentiel des matchs pour plus de 60 millions d’euros par an. TF1 a décidé de ne pas suivre la surenchère, d’autant plus qu’aucune équipe française n’a gagné la prestigieuse compétition depuis l’OM en 1993. Autrement dit, les audiences ne sont guère au rendez-vous. Ces matchs s’avèrent en tout cas nettement moins rentables que ceux de l’équipe nationale. Dans la nouvelle configuration, Canal + réussi à garder quelques oppositions de la Ligue européenne en achetant le « lot » le plus prestigieux. Par la suite, le groupe Al Jazeera acquiert également l’essentiel des droits du Championnat de France de Ligue 1, mais cette fois encore, c’est Canal + qui garde les oppositions les plus intéressantes. Avec le catalogue qu’elle vient d’acquérir, Al Jazeera crée plusieurs chaînes uniquement spécialisées dans le sport, et principalement dans le football. Afin de bien marquer sa différence avec Canal +, l’abonnement aux chaînes BeIN Sports 1 et 2 est fixé à seulement 11 euros par mois contre 39 euros pour Canal +. De plus, il est sans engagement, alors que pour Canal +, la durée d’abonnement est d’un an minimum. Pendant ce temps, TF1 s’est donc concentrée sur l’acquisition des droits des matchs de l’équipe de France qui ne peuvent être retransmis que sur des chaînes gratuites. En 2009, la Fédération Française de Football (FFF) annonce que la chaîne historique va payer 45 millions d’euros par an jusqu’en 2014 pour garder l’exclusivité des Bleus. TF1 achète également l’exclusivité des droits de la Coupe du Monde 2014 pour la somme de 130 millions d’euros, mais revend 36 des 64 matchs de la compétition la plus importante au monde à BeIN Sports, qui souhaite ainsi renforcer son offre afin d’augmenter encore plus son nombre d’abonnés. C’est d’ailleurs à cette occasion que les chaînes qataries dépasseront la barre des 2 millions d’abonnés en France.

25Au Canada, c’est en 1984 qu’est lancée la première chaîne de télévision spécialisée en sport, The Sports Network (TSN), alors propriété du brasseur de bière Labatt. Par la suite, l’entreprise majeure des communications au pays, Bell Canada Entreprises (BCE), en sera le principal actionnaire. Contrairement à la France, ce déploiement progressif de nouveaux services spécialisés passe avant tout par le câble, notamment Vidéotron (Québecor) au Québec et Rogers en Ontario, et secondairement par le satellite, notamment Bell Expressvu (devenu Bell télé par la suite). La sœur francophone de TSN, RDS (le Réseau des Sports), est, elle, lancée cinq ans plus tard. Logiquement, leur place dans la diffusion d’événements sportifs augmente alors même que celle du télédiffuseur public, Radio-Canada, diminue (Lupien, 2013). Ce changement est symbolisé par la perte des droits de la Soirée du hockey, avec la diffusion des matchs du Canadien de Montréal qui occupait les écrans de la télévision publique francophone le samedi soir. Dorénavant, cet événement prend place sur RDS qui va d’ailleurs s’imposer au fil des années comme l’une des chaînes spécialisées les plus rentables, grâce évidemment aux retransmissions des matchs du Canadien. Quant à Radio-Canada, sa programmation sportive devient quasi nulle au début des années 2000. Dans cette bataille qui se joue principalement sur le terrain du hockey sur glace, mais aussi sur d’autres, à commencer par les Jeux olympiques, le soccer a toujours une place moindre mais en augmentation. C’est la phase finale de la Coupe du Monde qui s’avère comme la compétition principale et elle occupe les ondes tous les quatre ans, principalement sur RDS et TSN, mais également parfois sur Radio-Canada/CBC. En 1990, RDS et TSN diffusent l’ensemble des 52 matchs de la phase finale. Bachir Sirois-Moumni écrit à ce sujet :

Grâce à cet événement planétaire et après seulement neuf mois d’existence, RDS égale les audiences du hockey de la NHL et dépasse celles du base-ball. Toutefois, ce succès est ponctuel et n’est pas forcément révélateur d’une appropriation du soccer par les médias québécois (2015, p. 13).

26En 1992, l’Impact de Montréal, propriété du Groupe Saputo, obtient une franchise au sein de l’American Professional Soccer League (APSL) et, seulement deux ans plus tard, l’équipe remporte le championnat en battant les Colorado Foxes. Douze ans après la disparition de la NASL, nait en 1996 la Major League Soccer (MLS). Mais alors que la première avait mis l’accent sur l’acquisition de joueurs vedettes vieillissants en provenance d’Europe et d’Amérique du Sud, la deuxième mise sur la formation de jeunes. On applique enfin le principe selon lequel le soccer en tant que sport professionnel ne peut pas se développer sur le continent nord-américain sans ancrage parmi les pratiques culturelles. Démarrée avec dix clubs en 1996, la MLS en compte le double vingt ans plus tard, parmi lesquelles l’Impact de Montréal, le Toronto FC et les Whitecaps de Vancouver. Si la Coupe du Monde et dans une moindre mesure le Championnat d’Europe des Nations attirent des spectateurs en alternance tous les deux ans à la télévision, notamment sur RDS et TSN, la participation d’une équipe montréalaise au plus haut niveau du soccer nord-américain apparaît importante pour fidéliser à l’antenne les Québécois. Bachir Sirois-Moumni écrit à ce sujet :

On constate donc une progressive ascension/ou popularité du soccer accompagnée de sa médiatisation, de sa commercialisation et de l’enchaînement d’événements sportifs mondiaux. L’Impact de Montréal comme porte-étendard du soccer québécois de l’époque a permis au soccer de sortir du statut de sport mineur, exclusivement ancré jusque-là comme pratique amateur grandissante, et donné aux Québécois le goût, ou du moins l’intérêt, pour ce sport spectacle faisant, par le fait même, émerger une véritable culture du soccer québécoise. (Sirois-Moumni, 2015, p. 14).

27Désormais, tous les matchs de la Coupe du Monde sont diffusés en direct, et ce même si le décalage horaire est important, quitte à ce que plusieurs télédiffuseurs se partagent les affrontements. Ainsi, Radio-Canada/CBC et RDS/TSN achètent conjointement les droits de diffusion de la Coupe du Monde de 2002. Cette augmentation progressive de la place du soccer à la télévision québécoise et canadienne a lieu dans un contexte marqué à la fois par la croissance de l’offre en matière de chaînes sportives et par celle de la pratique amateur. Le soccer devient même en 1996 le sport le plus pratiqué par des amateurs au Québec avec plus de 100 000 licenciés. Il dépasse pour la première fois le hockey. Une nouvelle période de développement du soccer commence. La Fédération de soccer du Québec comprend environ 185 000 membres – dont 40 % de femmes – à partir du début des années 2010. La place du soccer à la télévision a aussi pris une place bien plus importante au fil des années, et ceci non sans lien avec le changement du paysage télévisuel.

28Parallèlement, l’Impact « grandit ». Vainqueur en 2008 du mini-championnat canadien qui l’oppose au Toronto FC et aux Whitecaps de Vancouver, l’équipe se retrouve l’année suivante en demi-finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF contre l’équipe mexicaine de Santos Laguna. Le match attire 55 571 spectateurs au Stade olympique et est diffusé sur RDS. L’équipe est malheureusement éliminée au match retour par son adversaire mexicaine et ne peut donc atteindre la finale. Il devient alors question d’intégrer la MLS, ce qu’elle fera en 2011. À partir de ce moment, et c’est un phénomène nouveau pour le soccer à la télévision, la diffusion de la ligue, et notamment de l’Impact, est disputée entre plusieurs entreprises. Si Radio-Canada semble avoir abandonné toute ambition en la matière, le tandem du conglomérat Bell Canada, RDS/TSN trouve de nouveaux compétiteurs. Sur le marché anglophone tout d’abord, TSN se voit confrontée à un nouveau concurrent avec la création en 1998 de Sportsnet. Sont ajoutées progressivement trois autres chaînes par création ou rachat, Sportsnet One, Sportsnet 365 (ex-Score) et Sportsnet World (ex- Setanta Sports). De son côté, TSN crée cinq canaux complémentaires les uns des autres en 2014 (TSN 1, TSN 2, TSN 3, TSN 4 et TSN 5). Entre-temps, Rogers dépose en 2011 une demande auprès du CRTC afin de créer une chaîne sportive en français qui ferait concurrence à RDS et à RDS Info. Mais in fine, Québecor ayant déposé et obtenu une licence pour un nouveau canal, TVA Sports, Rogers favorise un partenariat avec cette dernière. La confrontation entre les groupes, Bell Canada d’un côté et Québecor de l’autre se constate au moment où des interrogations pèsent sur la diffusion de TVA Sports par l’opérateur Bell télé et sur celle de la nouvelle venue RDS 2 par l’opérateur Vidéotron qui appartient à Québecor. Serait-il envisageable que les maisons mères favorisent uniquement leurs filiales ? L’organisme de réglementation, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) serait-il d’accord avec cette stratégie ? Finalement, Bell télé accepte de diffuser TVA Sports à partir de 2011 et TVA Sports 2 dès son lancement en 2014. Vidéotron reprend rapidement le signal de RDS 2, lancée – comme par hasard – quelques semaines seulement après TVA Sports.

29L’offre en matière de télévision spécialisée dans le sport augmente donc notablement et les parties de l’Impact deviennent dans ce contexte un enjeu notable, même si le club demeure évidemment moins important que celui de l’équipe de hockey du Canadien. À ce sujet, après s’être opposées, les deux entreprises majeures de la télévision au Québec se retrouvent chacune avec une partie du « gâteau ». TVA Sports gagne le statut de diffuseur officiel de l’Impact sur le marché local et obtient le droit de retransmettre 24 matchs de l’équipe, alors que RDS devient le diffuseur francophone officiel de la MLS et, par conséquent, retransmet les 12 autres matchs joués par l’équipe en saison régulière. De plus, si l’Impact se qualifie pour les séries, la phase finale de la MLS qui mène au gain de la Coupe, les matchs sont alors tous diffusés par RDS. Du reste, RDS, RDS 2 et RDS Info diffusent d’autres matchs du championnat chaque semaine dont plusieurs du Toronto FC et des Whitecaps de Vancouver. D’aucuns trouveraient peut-être cette situation quelque peu étonnante. Toutefois, celle-ci nous apparaît tout à fait compatible avec le fait que pour les groupes Bell, Québecor et Rogers, c’est le nombre d’abonnés qui demeure essentiel. Par conséquent, tout supporter de l’Impact doit en fait être abonné à la fois à RDS, RDS 2 et RDS Info d’une part, à TVA Sports et à TVA Sports 2 d’autre part pour avoir accès à l’ensemble des parties de son équipe. Cette tendance au « partage » n’est pas unique en son genre. Pourtant concurrents sur le terrain anglophone, Bell et Rogers se partagent néanmoins chaque semaine la diffusion de la totalité des matchs de la Premier League en provenance d’Angleterre.

30Enfin, la diffusion du soccer augmente encore en 2014 avec le lancement au Canada de deux chaînes BeIN Sports, l’une en anglais et l’autre en espagnol. Cette nouvelle entreprise bénéficie non seulement du soutien de la maison mère Al Jazeera, comme en France, mais aussi de son partenaire canadien, Ethnic Channels Group. BeIN Sports déjà présente aux États-Unis depuis deux ans avait bien essayé de pénétrer toute seule le marché canadien au cours de l’année précédente, mais cela s’était avéré impossible étant donné les règles concernant la propriété, nécessairement canadienne, des entreprises de télédiffusion. D’où l’alliance avec Ethnic Channels Group, fournisseur dans le pays de plus d’une centaine de chaînes de télévision à des publics d’origines ethniques diverses. Coïncidence ? La programmation de BeIN Sports étant principalement consacrée au soccer, c’est comme si ce dernier demeurait avant tout comme un programme ethnique, du moins du point de vue du CRTC. Dès leur lancement, les chaînes en anglais et espagnol se sont mises à diffuser les matchs des compétitions dont les droits ont été achetés, soit les championnats nationaux espagnols (la Liga), considéré comme le meilleur au monde avec l’anglais, français (la Ligue 1) et italien (la Serie A), mais elles ont aussi acheté les droits des éliminatoires de la Coupe du Monde pour les zones de la CONCACAF (Amérique du Nord, Amérique Centrale et Caraïbes) et de la CONMEBOL (Amérique du Sud), de la Copa America ainsi que ceux de la Ligue des Champions européens et de sa petite sœur, la ligue Europa, et ce avec… TSN et RDS. Où l’on retrouve finalement l’idée selon laquelle la stratégie peut également consister à se partager un marché dans le cadre de la domination de la télévision de club. On constate par ailleurs que la stratégie de BeIN Sports repose à une échelle internationale sur l’idée qu’il apparaît plus rentable à terme d’acheter des droits de diffusion de façon groupée sur plusieurs marchés.

Retour sur quelques éléments issus de l’analyse et pistes de réflexion

31Il est maintenant loin le temps où l’on redoutait que la place prise par le sport à la télévision ne contribue à vider les stades, ainsi que le montrent Patrick Clastres et Cécile Méadel (2007). Aborder la question de la médiatisation du football/soccer à la télévision par le biais de l’achat des droits de diffusion a permis de constater qu’en France, le football est demeuré relativement peu présent pendant plusieurs décennies alors qu’il était déjà très répandu comme pratique culturelle. C’est seulement au début des années 1980, au moment où les chaînes de télévision se sont retrouvées en situation de concurrence les unes avec les autres que la situation a changé notablement. Ce sport est alors devenu un enjeu de compétition pour l’acquisition des droits de diffusion et se trouve au cœur de luttes entre plusieurs acteurs, notamment dans un contexte où la télévision traditionnelle, généraliste ou spécialisée, perd de l’importance au profit de la télévision dite de contournement, pour reprendre l’expression du CRTC. Puisque la majorité des émissions sportives reposent sur la retransmission de spectacles en direct, soit des matchs proprement dits, soit des émissions accompagnatrices (pronostics avant les rencontres, commentaires, entretiens après, etc.), celles-ci tendent à devenir la figure emblématique de la télévision de flux.

32Au Québec et au Canada, la situation est différente tout en présentant des points communs. Tout comme en France, le sport tient une place importante dans les programmes de flux diffusés à la télévision traditionnelle, que celle-ci soit généraliste ou spécialisée, distribuée par le câble, le satellite ou les réseaux numériques, dont l’internet. Toutefois, à la différence de ce qui se passe en France, le soccer constitue au Québec et au Canada un programme de sport de complément, notamment par rapport au hockey sur glace. Il ne peut donc pas servir de source importante de financement, tant en termes de revenus publicitaires que de recettes d’abonnement, et ne constitue pas un objet de luttes de grande ampleur en termes de droits de diffusion, même s’il y a maintenant compétition entre plusieurs entreprises. Néanmoins, la place du soccer à la télévision est en augmentation très forte, notamment suite à la multiplication des chaînes spécialisées.

33Notre analyse montre aussi comment la notion de « modèle de flot » permet de comprendre pourquoi, lorsqu’il est question de diffuser du sport sur les chaînes de télévision qui fonctionnent selon ce principe, seuls les événements susceptibles d’attirer des audiences importantes se révèlent intéressants pour les programmateurs. Entre 1989 et 2015, seuls cinq programmes ont dépassé les 20 millions d’audiences à la télévision française en obtenant entre 75 % et 80 % de parts de marché, alors qu’il s’agissait de quatre matchs de l’équipe de France de football et de la remise du trophée de Champion d’Europe en 2000 à la… France (Wikipedia, n.d.). C’est d’ailleurs pour cette raison que les chaînes généralistes sont intéressées par la diffusion de la Coupe du Monde de football. TF1 (2006, 2010, 2014 et 2018), voire France Télévisions (2010) ou M6 (2006), diffusent d’ailleurs les matchs de cet événement qui sont considérés comme les plus attrayants, alors qu’elles laissent à d’autres opérateurs, des chaînes de télévision spécialisée, la possibilité d’acheter les autres rencontres (Canal + en 2006 et 2010, BeIN Sports en 2014 et 2018). Les deux opérateurs, Canal + et BeIN Sports en ont profité pour augmenter leurs nombres d’abonnés à ces occasions. Au Québec et au Canada, le soccer ne joue évidemment pas un tel rôle rassembleur et, en conséquence, il n’est jamais ou presque diffusé par les chaînes généralistes. On peut noter une seule exception, à savoir la Coupe du Monde qui a déjà été retransmise par l’organisme de radiodiffusion public, la SRC/CBC. Tel a été le cas par exemple pour la Coupe du Monde de 2010 en Afrique du Sud et en partie pour la Coupe du Monde de 2014 au Brésil (en partage avec les chaînes de télévision spécialisée, TVA Sports en français et Rogers Sportsnet en anglais). L’inscription du sport dans la programmation télévisuelle correspondant au modèle de flot témoigne bien de la dimension massive de l’écoute recherchée. Pour reprendre les propos de Pierre Mœglin, la « culture de masse » est « sous-jacente » dans le cas de la télévision de flot alors que « le sentiment d’appartenance à une communauté ou à une coopérative [est] inscrit en filigrane dans le modèle du club » (2007, p. 159).

34Notre analyse montre également qu’il y a eu une certaine convergence entre les situations en France et au Québec/Canada en ce sens où le football/soccer y a vu sa place augmenter de façon notable avec la transformation du paysage télévisuel, d’une situation dominée par le modèle de flot à une situation marquée par le modèle de club. Parmi les points communs, il importe de souligner qu’il y a, selon les moments, compétition ou coopération entre entreprises. On le voit par exemple lors de certaines Coupes du Monde dont les matchs, de plus en plus nombreux, sont retransmis par plusieurs diffuseurs, plutôt qu’un seul. Et parfois, il peut s’agir à la fois d’un diffuseur qui relève du modèle de flot comme TF1 ou la SRC et d’un diffuseur qui relève plutôt du modèle de club tel que BeIN Sports ou RDS/TSN. Pour voir l’ensemble des matchs de la Ligue 1 et de la Ligue des Champions en France, il est maintenant nécessaire d’être abonné à la fois à BeIN Sports et à Canal +. Pour regarder tous les matchs de l’Impact, il importe d’avoir accès aux chaînes RDS et TVA Sport, alors que pour avoir accès à la Ligue des Champions de l’UEFA, il est nécessaire de s’abonner à RDS/TSN et à BeIN Sports. Ces accords peuvent être temporaires, mais ils renvoient à l’idée selon laquelle chaque entreprise n’a pas forcément pour objectif de « supprimer » l’autre. D’ailleurs les groupes RDS/TSN et BeIN Sports annoncent la diffusion des matchs sur l’antenne concurrente. L’essentiel consiste à atteindre une situation d’équilibre jusqu’à ce que l’offre de chacun des côtés soit suffisante pour susciter de nouveaux abonnements et le renouvellement de ces mêmes abonnements.

  • 6 On a appris dans l’ouvrage de deux journalistes, Fabrice Lhomme et Gérard Davet (2016), consacré à (...)

35Toutefois, ces situations d’équilibre peuvent être « bousculées » par l’entrée de nouveaux acteurs. Cela a par exemple été le cas tour à tour en France puis au Canada avec l’arrivée du groupe qatari, Al Jazeera. Nous avons vu qu’au Canada, l’arrivée de BeIN Sports s’est accompagnée à la fois d’achats de droits notables et d’un partage de certains d’entre eux avec des entreprises « locales ». En France, depuis 2011, un certain équilibre entre BeIN Sports et Canal + avait été à nouveau trouvé, mais il est à ce jour toujours fragile. D’une part, cette surenchère sur les droits constitue un danger pour les finances des entreprises. Ainsi, cinq ans après son implantation en France, BeIN Sports est manifestement toujours déficitaire malgré une certaine réussite en termes de nombre d’abonnés, celui-ci touchant actuellement les 3 millions. Au mieux, selon le cabinet Natixis, ce niveau d’abonnement pourrait générer un total de 275 millions d’euros de recettes annuelles alors que la grille de programme des chaînes du groupe coûte environ 400 millions (Ecofoot.fr, 2015 b). Maintenir un coût d’abonnement relativement faible de 13 euros par mois serait-il incompatible avec la recherche de rentabilité ? Cet équilibre précaire a aussi été remis en cause lors de l’arrivée d’un nouveau « joueur » sur le terrain. Nous avons pu le constater en France alors que les droits de la Premier League ont été achetés par un nouveau venu en 2015, la multinationale Altice, spécialisée dans les télécommunications. Grâce à une surface financière importante, l’entreprise a payé plus de 120 millions d’euros par an pour acheter ce qui demeure un championnat étranger, alors que Canal + déboursait seulement la moitié auparavant. Problème, Canal + s’était vu auparavant privé des droits d’une partie de la Ligue 1, ainsi que de la totalité des droits de la Bundesliga, de la Liga et de la Serie A par BeIN Sports. Elle s’est aussi retrouvée en compétition aux côtés d’autres pour l’acquisition de films de cinéma, son autre contenu historique, à commencer par Netflix. Résultat : le nombre d’abonnés supérieur à 6,4 millions en 2008 est descendu en dessous de 6 millions en 2015. Les pertes sont considérables : 180 millions en 2014, 250 millions en 2015 et peut-être jusqu’à 400 millions d’euros en 2016. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi la direction du groupe Canal + a cherché à passer un accord6 avec BeIN Sports contre leur nouvel ennemi commun, Altice. Un accord qui a été refusé par l’Autorité de la concurrence.

36Bernard Lecomte nous explique que

si le sport a besoin de la télévision pour remplir ses caisses (droit de diffusion, redevances, produits dérivés, etc.), la télévision a besoin de sport pour remplir, d’une manière potentiellement infinie ses grilles de programme (heures d’antenne qui ne cessent d’augmenter à cause de la prolifération des réseaux) (2000, p. 9).

37On comprend dès lors l’augmentation considérable de la diffusion des matchs de football des deux côtés de l’Atlantique. En France, plusieurs parties opposant des équipes de ligues telles que celles du Portugal ou de Russie sont diffusées sur des chaînes qui jusque-là ne jouaient qu’un rôle mineur à ce sujet. Cette médiatisation profite aussi aux équipes de division inférieure ainsi qu’aux équipes féminines. De plus, un nombre notable d’émissions traitant de football sont apparues sur les écrans. La chaîne L’Équipe s’est fait connaître par des émissions de débat sur le sport et notamment le football avant même de retransmettre des matchs de ce sport.

38Au Canada, la place du soccer a aussi significativement augmenté, mais il s’agit – encore du moins – d’un programme d’accompagnement. Les matchs en soirée au moment où les cotes d’écoute de la télévision sont les plus élevées, sont beaucoup plus rares, ne serait-ce qu’en raison du décalage horaire avec l’Europe. En outre, la place du soccer dans les journaux d’information télévisée et les magazines demeure également modeste alors qu’elle est notable, voire centrale en France. Néanmoins, il semble que cette fois, les États-Unis ont mis sur pied une ligue plus solide que les précédentes. La direction de la MLS a d’ailleurs pour ambition de faire passer le nombre de franchises de 20 à 28 d’ici 2020, et ce, afin notamment de favoriser une couverture télévisuelle complète sur l’ensemble du territoire étatsunien.

39Un autre dossier à suivre au cours des prochaines années sera celui de l’intégration des « nouveaux médias » dans la diffusion du football/soccer et le développement de la télévision de contournement... À l’instar de BeIN Sports, certaines chaînes spécialisées achètent les droits pour la télévision mais également pour les ordinateurs, les tablettes et autres téléphones. L’entreprise qatarie y a tout intérêt car si son offre sur téléviseur au Canada est très limitée, avec seulement deux canaux, celle sur les autres supports est beaucoup plus vaste. Sur le web et autres plateformes mobiles, dix canaux sont alors susceptibles de diffuser des rencontres en simultané et il est par ailleurs possible de reprendre des commentaires effectués dans plusieurs langues. De plus, d’autres services, à commencer par Twitter, peuvent s’avérer fort utiles, afin par exemple de dialoguer avec les téléspectateurs. À cette occasion, est mise en place une certaine interaction avec un public « participatif ». BeIN Sport France diffuse même certains matchs en permettant à tout un chacun de choisir ses caméras préférées. La création de programmes complémentaires des matchs est d’ailleurs d’autant plus importante que la lutte sur le terrain des droits peut entraîner une diminution des rencontres diffusées.

40Enfin, au-delà des différences entre les situations en France et au Québec/Canada, il nous apparaît intéressant de porter notre attention sur la nature des chaînes et au-delà des services qui diffusent les matchs. Dorénavant, la plupart des retransmissions ne sont accessibles que par abonnements, hormis les rares cas où les affrontements sont encore diffusés par des chaînes financées uniquement ou principalement par la publicité, à l’image de TF1. Or, la diffusion sur des canaux qui sont réservés à une partie seulement de la population – qu’il s’agisse de BeIN Sports Canada ou France, de Canal +, de RDS ou de TVA Sport – conduit à s’interroger sur la possibilité pour une population importante d’avoir accès au spectacle. Le football/soccer retire de manière certaine, à une échelle internationale, des bénéfices considérables à être diffusé sur des chaînes de télévision spécialisée et de plus en plus sur de nouveaux dispositifs mobiles. Bien qu’elle soit une organisation à but non lucratif, la FIFA gère tout de même un budget bien supérieur à 1 milliard de dollars chaque année, qui pourrait encore augmenter avec la « conquête » de l’Asie, à commencer par la Chine et l’Inde. Mais réserver de plus en plus la diffusion à des services payants, que ce soit à la télévision ou sur d’autres plateformes, ne risque-t-il pas d’avoir à terme des conséquences fâcheuses ? La FIFA, mais aussi d’autres organisations comme l’UEFA et la CONCACAF, n’auraient-elles pas intérêt à ce qu’une partie des compétitions qu’elles organisent soit diffusée par des chaînes qui demeurent gratuites afin que ce sport demeure avant tout une activité largement pratiquée de par le monde ? In fine, nous nous demandons si la médiatisation du spectacle footballistique par les services payants n’est pas dans un certain sens contraire à son universalisation. Au-delà, n’y aurait-il pas un indice d’une tension entre logiques culturelle et économique suite à la place toujours croissante prise par cette dernière ? Cette question mérite d’autant plus d’être posée que la quasi-totalité du « monde du football »est maintenant marquée par une compétition généralisée quant à la lutte pour l’achat des meilleurs joueurs, notamment depuis la décision – connue sous le vocable d’« arrêt Bosman » – de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE). Rendue le 15 décembre 1995, cette décision du CJCE a entériné la libre circulation des sportifs au sein de l’Union européenne. À partir de ce moment, il a résulté une concentration croissante des meilleurs joueurs dans les équipes et les championnats les plus riches, ceux-ci bénéficiant, nous l’avons vu dans ce texte, d’apports croissants de recettes en provenance des entreprises de télévision. Cette concurrence concerne non seulement les footballeurs européens, mais aussi dans une plus large mesure ceux qui sont originaires d’Afrique et d’Amérique du Sud. Aujourd’hui, ce sont quelques championnats, à commencer par la Premier League anglaise et la Liga espagnole qui en profitent, mais le championnat chinois commence lui-même à attirer plusieurs des meilleurs joueurs au monde. Avec un nombre croissant de footballeurs qui se transforment en « mercenaires » pour des raisons principalement économiques, le temps où certains d’entre eux – à l’instar de Ryan Giggs et Paolo Maldini qui sont restés respectivement à Manchester United et à l’AC Milan pendant plus de vingt ans – constituaient de véritables figures emblématiques de leurs équipes, auxquelles les fans s’identifiaient, est-il révolu ? Évidemment, la surenchère actuelle en Europe sur l’achat des droits de diffusion des matchs n’est qu’une dimension parmi d’autres de la situation actuelle, mais elle illustre bien le rôle croissant pris par l’économie dans ce sport. À certains égards, la réglementation en vigueur au sein de la MLS nord-américaine pourrait peut-être s’avérer une source d’inspiration.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, M. (1976). Régulation et crise du capitalisme. Paris: Calmann-Lévy.

Albouy, M. (2000). Le sport à la télévision ou le « stade élargi » : analyse des audiences de l’année 1998. Dans P. Gabaston, B. Leconte (dir.), Sports et télévision : regards croisés (pp. 49 - 63). Paris: L’Harmattan.

Andreff, W. (2012). Mondialisation économique du sport. Paris : De Boeck.

Andreff W., Nys J.-F. et Bourg J.-F. (1987). Le sport et la télévision. Relations économiques : pluralité d’intérêts et sources d’ambiguïtés. Paris: Dalloz.

BeIN Media Group. (2017). Site web officiel. Repéré à https://beinmediagroup.com/fr/.

Bourg, J.-F. (2007). La télévision fait le sport : l’équité à l’épreuve du marché. Finance & Bien Commun, 26, 81-89. Repéré à http://www.cairn.info/revue-finance-et-bien-commun-2007-1-page-81.htm

Boyer, R. (1986). La théorie de la régulation, une analyse critique. Paris: La Découverte.

Ecofoot.fr. (2015a). Les droits TV domestiques de Premier League atteignent un nouveau record. Repéré à https://www.ecofoot.fr/droits-tv-domestiques-premier-league-2016-19-record/.

Ecofoot.fr. (2015b). BeIN Sports condamné à être déficitaire ? Repéré à https://www.ecofoot.fr/bein-sports-condamne-deficitaire/

Fédération de soccer du Québec. (2011). Site web officiel. Repéré à http://www.federation-soccer.qc.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=104&Itemid=402&lang=fr

Canal + Groupe. (2017). Site web de l’entreprise. Repéré à http://www.canalplusgroupe.com/

Clastres, P. et Méadel, C. (2007). Présentation. Quelle fabrique du sport ? Quelques éléments introductifs. Le Temps des médias, 2(9), 6-18. Repéré à http://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2007-2-page-6.htm

Flichy, P. (1980). Les industries de l’imaginaire : Pour une analyse économique des médias. Grenoble: Presses universitaires de Grenoble.

Gorz, A. (1997). Misères du présent, richesse du possible. Paris: Galilée.

Lipietz, A. (1996). La société en sablier. Le partage du travail contre la déchirure sociale. Paris: La Découverte.

Lecompte, B. (2000). Ouverture. Dans P. Gabaston, B. Leconte (dir.), Sports et télévision : regards croisés (pp. 5 - 18). Paris: L’Harmattan.

Lhomme, F. et Davet G., (2016). Un président ne devrait pas dire ça. Paris: Stock.

Lupien, P.A. (2013). Le sport et la télévision québécoise de 1952 à 2004 : la programmation sportive de Radio-Canada déjouée par la privatisation du service public canadien (mémoire de maîtrise en communication). Université du Québec à Montréal. Repéré à https://archipel.uqam.ca/5415/

Mattelart A. (2014). De la difficulté à penser l’international au regard de l’histoire. Dans É. George et F. Granjon (dir.), Critique, sciences sociales et communication, (pp. 21-28). Paris : Mare et Martin.

Maguire, J.-A. (2004). The global media sports complex: key issues and concerns. Media and Journalism, 4 (3), 7–26.

Miège, B., Pajon, P. et Salaün J.-M. (1986). L’industrialisation de l’audiovisuel. Des programmes pour les nouveaux médias. Paris: Aubier.

Miège, B. (2000). Les Industries du contenu face à l’ordre informationnel. Grenoble: Presses universitaires de Grenoble.

Mœglin, P. (2007). Des modèles socio-économiques en mutation. Dans P. Bouquillion et Y. Combès (dir.), Les industries de la culture et de la communication en mutation (pp. 151-162). Paris: L’Harmattan.

Mœglin, P. (2010). Les industries éducatives. Paris: Presses Universitaires de France.

Nys, J.-F. (2000). Les relations économiques entre le sport et la télévision : entre complémentarité et ambiguïté. Dans P. Gabaston, B. Leconte (dir.), Sports et télévision : regards croisés (pp. 443-463). Paris: L’Harmattan.

Schwartz G. et Gagnon J. (2003). Histoire du soccer québécois. Montréal: Pascal Cifarelli.

Sirois-Moumni, B. (2015). « Allez l’Impact allez » : le rôle des groupes de supporters « ultras » dans la popularisation du sport-spectacle du soccer au Québec, (mémoire de maîtrise en communication). Université du Québec à Montréal. Repéré à https://archipel.uqam.ca/7606/

Tremblay, G. (1990). Les industries de la culture et de la communication au Québec et au Canada. Québec: Presses de l’Université du Québec, Télé-Université.

Tremblay, G. (1997). La théorie des industries culturelles face au progrès de la numérisation et de la convergence. Sciences de la société, 40, 11-22.

Tremblay, G. et Lacroix, J.G. (1994). La reconduction du grand projet. Dans J.-G. Lacroix, B. Miège et G. Tremblay (dir.), De la télématique aux autoroutes électroniques. Le grand projet reconduit (pp. 227-255). Québec: Presses de l’Université du Québec. Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble.

Tremblay, G. et Lacroix, J.-G. (1991). Télévision Deuxième Dynastie. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Vedel, T., (1999). La gouvernance des réseaux mondiaux de communication. Politique et Sociétés, 18(2), 9-36.

Wikipedia. (n.d.). Audience de la télévision française. Repéré à https://fr.wikipedia.org/wiki/Audiences_de_la_t%C3%A9l%C3%A9vision_fran%C3%A7aise

Wikipedia. (n.d.). Canal (opérateur de télévision)  (anciennement intitulé : « Canalsat »). Repéré à https://fr.wikipedia.org/wiki/Canal_(op%C3%A9rateur_de_t%C3%A9l%C3%A9vision)

Wikipedia. (n.d.). Canal+. Repéré à https://fr.wikipedia.org/wiki/Canal%2B

Wikipedia. (n.d.). Groupe Canal+. Repéré à https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Canal%2B

Wikipedia. (n.d.). TPS (entreprise). Repéré à https://fr.wikipedia.org/wiki/TPS_%28entreprise%29

Zarifian, P. (1996). Travail et communication. Paris: Presses Universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Nous parlerons de « football » quand nous aborderons ce sport du point de vue de la France et de l’international hors Canada et États-Unis. Nous emploierons le terme « soccer » quand il en sera question dans les contextes du Québec, du Canada et des États-Unis.

2 En fait, si nous nous intéressons depuis de nombreuses années aux industries culturelles (de George, 1998 à George, 2014), il se trouve en revanche que malgré notre « passion » pour le football/soccer, nous n’avions jamais effectué de recherche sur les relations entre sports et médias avant la période actuelle.

3 1€ = 6.55957FF.

4 Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/TPS_%28entreprise%29

5 BeIN Sports France appartient maintenant à BeIN Media Group suite à la création de cette entreprise par Al Jazeera. Il en est de même de BeIN Sports Canada.

6 On a appris dans l’ouvrage de deux journalistes, Fabrice Lhomme et Gérard Davet (2016), consacré à l’ex-Président de la République française François Hollande, que celui-ci est intervenu auprès des dirigeants du Qatar afin que Canal + conserve les meilleurs matchs de la Ligue 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric George, « La médiatisation du football/soccer à la télévision : Éléments issus d’une démarche contrastive France/Canada », Communiquer, 22 | 2018, 11-28.

Référence électronique

Éric George, « La médiatisation du football/soccer à la télévision : Éléments issus d’une démarche contrastive France/Canada », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2464 ; DOI : 10.4000/communiquer.2464

Haut de page

Auteur

Éric George

Professeur, École des médias, Faculté de communication
Université du Québec à Montréal, Canada

Docteur en communication de l’UQAM et en Sciences de l’information et de la communication de l’ÉNS de Paris, Éric George est professeur titulaire à l’École des médias (Faculté de communication) à l’UQAM. Il est également, entre autres, directeur du Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS) et membre du Collège des nouveaux chercheurs et créateurs de la Société royale du Canada. À partir de la mobilisation des perspectives critiques en communication, il est l’auteur d’une centaine de textes (articles, chapitres de livres et actes de colloques) avec évaluation par les pairs et éditeur ou coéditeur des ouvrages collectifs Pluralisme de l’information et concentration des médias à l’ère numérique paru en 2015 à Québec aux Presses de l’Université Laval et Critique, sciences sociales et communication paru en 2014 à Paris aux éditions Mare et Martin.
Site web : http://www.blogericg.uqam.ca/

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals