Navigation – Plan du site

L’expertise sportive : les femmes mises en échec1

La présence des femmes chez les experts médiatiques sportifs québécois
Shutout: women as sports experts in Quebec medias
Marilou St-Pierre
p. 29-48

Résumés

Le développement du sport/media complex a entraîné dans les dernières décennies une complexification du marché de la médiatisation sportive. Pour se démarquer sur le marché, les entreprises médiatiques ont fait une place de choix aux experts dans leurs pages et grille-horaire. Malgré cette multiplication des postes d’experts, incluant les analystes, descripteurs et chroniqueurs, les femmes demeurent très peu représentées dans ces fonctions. En explorant les descriptions des experts sportifs offertes par cinq médias québécois francophones et en nous basant sur la typologie de l’expertise de Collins et Evans, nous avons pu observer que l’expertise n’est pas uniquement basée sur l’expérience athlétique professionnelle, auquel cas les femmes auraient en effet difficilement pu accéder à ces postes. Des entrevues menées avec des journalistes et analystes sportives nous ont permis de constater que l’absence de femmes s’explique avant tout par des biais genrés des décideurs, sans nécessaire rapport avec les qualités recherchées chez les experts embauchés.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

expertise, sport, femmes, média, Québec
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article a été écrit avec le soutien financier du Conseil de recherche en sciences humaines du C (...)

1La médiatisation du sport a longtemps été une chasse gardée masculine. Ainsi, si quelques journaux canadiens-anglais ouvrent leurs portes à des chroniqueuses sportives dans la période de l’entre-deux-guerres, dont Myrtle Cook au Montreal Daily Star (Detellier, 2015) et Alexandrine Gibb dans le Toronto Star (Robinson, 1992), il faut attendre les années 1970 pour qu’un phénomène similaire se produise dans le Québec francophone. C’est ainsi que les Liliane Lacroix à La Presse, Claudine Douville à TVSQ et RDS, Marcelle Saint-Cyr à CKLM, Danielle Rainville, à CHRC, Diane Hayfield à CKCV, Chantal Machabée et Hélène Pelletier à RDS et Marie-José Turcotte à Radio-Canada font leur entrée dans les salles de rédaction sportives dans les décennies 70 et 80. Cette première vague pave la voie à un contingent plus imposant de femmes dans les années 1990 et 2000. Toutefois, force est de constater que les femmes manquent toujours à l’appel dans certains postes clés, plus précisément à l’analyse et à la description. Comment expliquer une telle situation ?

  • 2 Collins et Evans utilisent l’expression « periodic table of expertises ». Afin de franciser le term (...)

2Dans les pages qui suivent, nous proposons de répondre à cette question en analysant dans un premier temps le personnel en place dans cinq médias québécois qui couvrent sur une base quotidienne le sport, soit Le Journal de Montréal, La Presse, RDS, TVA Sports et le 98,5 FM Sports. Nous allons plus particulièrement nous attarder aux membres du personnel qui se présentent comme des experts, c’est-à-dire les analystes, les chroniqueurs et les descripteurs. En nous basant entre autres sur la typologie de l’expertise2 de Collins et Evans (2007), nous allons tenter de mettre en lumière les caractéristiques sur lesquelles s’appuie l’expertise de ces professionnels. Dans un deuxième temps, nous allons mettre ces résultats en lien avec les réponses de 20 femmes journalistes et analystes sportives questionnées sur cet enjeu. Nous tenterons de voir si le discours présenté dans les médias pour asseoir l’expertise des intervenants sportifs trouve un écho chez celles qui, jusqu’à maintenant, ne sont pas parvenues à occuper ces sièges ; ou si ces dernières évoquent d’autres facteurs pour expliquer leur absence. Notre objectif est donc de voir quels facteurs participent à l’exclusion des femmes de ce champ d’activités, mais également à normaliser leur absence.

Les femmes et la médiatisation du sport-spectacle

3En Amérique du Nord, les chiffres concernant les femmes et l’information sportive révèlent une stagnation des effectifs féminins au sein des salles de rédaction sportives. En 2006, aux États-Unis, Hardin et Shain (2006) évaluaient que les 200 journaux ayant la plus forte circulation ne comptaient dans les rangs de leurs rédactions sportives qu’un maigre 11 % d’effectifs féminins. Dans les publications au tirage supérieur ou égal à 250 000 copies, les femmes constituaient 13 % des effectifs sportifs. Or, une étude réalisée par l’Associated Press Sports Editors (APSE) en 2008 révélait que les femmes ne comptaient plus que pour 10 % des effectifs sportifs (Hardin et Whiteside, 2009). Du côté de la presse francophone, les portraits brossés pour la France et la Suisse sont relativement les mêmes. Ainsi, Schoch (2013) note qu’en 2010, les femmes représentaient 13 % des effectifs sportifs dans les journaux suisses francophones alors qu’en France, pour la même période, Delorme et Raul (2010) faisaient état de 9 % de journalistes sportives exerçant dans la presse quotidienne.

  • 3 Les données ont été recueillies en mars 2016.
  • 4 Tous les membres du personnel de RDS ne se retrouvent pas sur cette page. Par exemple, les recherch (...)

4Pour le Québec, nous ne possédons pas de chiffres exacts quant à la place des femmes dans les rédactions sportives. Toutefois, chez les deux plus grands quotidiens francophones de langue française, les femmes sont rares dans les sections sportives. À La Presse, si des femmes ont déjà occupé des postes aux sports, ce n’était plus le cas en 2016. Quant au Journal de Montréal, une seule signature féminine récurrente apparait dans la page des sports. Du côté de la télévision, les choses se présentent sous un autre angle. Les chaînes sportives spécialisées privées comptent toutes des femmes au sein de leur équipe, bien que ces dernières soient encore fortement minoritaires. Ainsi, sur les 96 membres du personnel identifiés sur le site web de RDS3, huit sont des femmes, soit un peu plus de 8 % des membres du personnel4. Du côté de TVA Sports, lors de l’annonce du lancement en 2011, les dirigeants de la chaîne disaient miser sur l’apport des femmes, en mettant de l’avant l’embauche de cinq d’entre elles parmi son équipe (Agence QMI, 2011). Sur les cinq journalistes présentes initialement, deux ont quitté le journalisme sportif dans les années suivant leur passage à TVA Sports. Enfin, Radio-Canada, diffuseur public, compte dans ses rangs des journalistes sportives depuis les années 1980, une pratique qui se poursuit depuis.

  • 5 TVSQ est une chaîne sportive réservée uniquement aux abonnés du câble ayant existé de 1980 à 1988. (...)
  • 6 Au Québec, le terme soccer est préféré à celui de football, ce dernier étant réservé au football am (...)

5Bien qu’approximatif, ce portrait du journalisme sportif québécois tend à confirmer la marginalisation des femmes, particulièrement dans la presse écrite, malgré une progression de leur présence depuis les années 1970. Mais plus encore, certains postes liés à la médiatisation du sport en dehors du journalisme proprement dit demeurent une chasse gardée presque exclusivement masculine. Nous parlons ici des postes d’analystes, de descripteurs et de chroniqueurs. Ainsi, à l’exception de la courte période des Jeux olympiques, qui sollicite des ressources hors de l’ordinaire en raison de la variété de sports couverts et du volume de compétitions, les femmes qui occupent ces postes se comptent sur les doigts d’une main. Chez les descripteurs, nous retrouvons une seule femme, Claudine Douville, à RDS. Cette dernière a décrit, sur l’ensemble de sa carrière qui a débuté à TVSQ5 avant de se poursuivre à RDS, une quarantaine de sports. Depuis les années 1990, elle décrit sur une base régulière les matchs de soccer6 professionnel. Chez les analystes, Hélène Pelletier, à RDS, et Valérie Tétrault à TVA Sports, toutes deux affectées au tennis, sont les deux seules femmes à occuper cette fonction sur une base régulière. Elles analysent à la fois le tennis de l’ATP (Association of Tennis Professionals) et de la WTA (Women Tennis Association). Lors d’événements ponctuels, comme la Coupe du monde de hockey féminin, ou la Coupe du monde de soccer féminine, d’autres femmes analystes vont parfois se joindre à la couverture, mais toujours pour une durée définie, et généralement courte. Cette absence n’est pas anodine. Les entreprises médiatiques, comme nous le verrons plus loin, qualifient les occupants de ces postes d’experts, leur conférant par le fait même un statut symbolique fort. Les opinions et les jugements qu’ils expriment sont chargés d’une valeur liée à la symbolique des postes qu’ils occupent. On s’attend de l’analyste, du descripteur et du chroniqueur des connaissances qui dépassent celles de l’amateur de sport et même du journaliste terrain. Leur rôle est de pointer des éléments du jeu qui ne sont pas accessibles à l’auditeur moyen, de vulgariser des éléments complexes et également d’être les yeux et les oreilles des amateurs de sports sur certains sujets. Ces postes, en plus d’être chargés symboliquement, sont partie prenante des stratégies marketing déployées par les entreprises médiatiques. Ces dernières utilisent des campagnes publicitaires autour des experts en poste, valorisent l’« équipe hockey » ou « l’équipe football » en vue d’un événement sportif d’envergure, annoncent en grande pompe l’embauche d’un expert, et ainsi de suite. Certains experts deviennent ainsi le visage de leur entreprise, ou du moins, de la section des sports.

6 Pour bien comprendre la portée de la quasi-absence des femmes dans ces postes, il convient de situer un peu plus en profondeur le développement de cette classe d’experts à l’intérieur de l’écosystème médiatique sportif tel qu’il s’est développé au 20e siècle.

Le sport-spectacle — Création d’une industrie sportive

7En Amérique du Nord, le sport professionnel tel que nous le connaissons aujourd’hui se développe à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. À cette époque, les propriétaires des équipes professionnelles mettent en place des structures administratives et marketing dans le but de faire fructifier leurs avoirs, ici compris comme l’équipe et les infrastructures sportives. Cette époque en est une charnière pour le développement de ce qui devient alors le sport-spectacle. Comme le soulignent Jhally (1989) et Helland (2007), la professionnalisation de l’activité sportive et la recherche de rentabilité par les propriétaires transforment le sport en un bien de commodité (commodification). En fait, selon Jhally, « the overall logic is provided by the process concerned with the circulation of commodities in general » (1989, p. 79).

8 Si le sport professionnel est marqué du sceau des relations commerciales dès ses balbutiements, les liens qui se tissent progressivement entre celui-ci et les médias de masse tendent à exacerber cette logique. Helland (2007) n’hésite pas à qualifier cette relation de symbiotique, le sort des deux parties se trouvant lié par la qualité de leur relation. D’une part, le sport professionnel a besoin des médias pour faire connaitre ses activités, mais également pour élargir son public, particulièrement avec l’avènement des médias audiovisuels. En effet, les infrastructures sportives ont une capacité d’accueil limitée. Or, pour faire grandir l’entreprise, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, il importe de faire sortir le sport du stade pour l’amener vers le public. D’autre part, pour les médias de masse, le sport-spectacle est un contenu tourné vers une logique économique (Tunstall, 1971) en congruence avec le passage, à la même époque, d’une presse d’opinion à une presse d’information aux visées commerciales assumées (Charron et de Bonville (1996). Si le sport professionnel a besoin des médias de masse pour grandir, les médias de masse ont besoin du sport professionnel pour attirer des lecteurs et, par le fait même, des annonceurs.

9L’avènement de la télévision, et par la bande du sport télévisé, marque la véritable émergence de ce qui est désigné sous le concept de sport/media complex (Jhally, 1989); soit cette relation de co-dépendance entre le sport professionnel et les médias de masse, à plus forte raison la télévision. Il n’est plus seulement question ici d’envoyer un journaliste sportif couvrir les activités d’un club professionnel, bien que cette pratique soit toujours de mise, mais il s’agit également pour les chaînes de télévision d’acquérir les droits de diffusions exclusifs des matchs et événements sportifs de haut niveau. Comme l’indique Nel, nous sommes ici à la recherche d’un monopole sur le « contrôle technologique des images sportives [… issu] de la conjonction des logiques sportives et médiatiques vers une finalité économique » (1996, p. 11). Cette recherche mutuelle de l’accroissement des profits n’est pas sans conséquence. Du côté sportif, Jhally (1989) pointe entre autres vers les modifications apportées à certains règlements de manière à rendre le spectacle plus intéressant pour les téléspectateurs. Du côté médiatique, Lowes (1999) renvoie à la pression mise sur les journalistes sportifs pour produire sur une base quotidienne des reportages sur l’équipe ou les équipes professionnelles évoluant dans le marché desservi par le média, alors que Marchetti (2002) indique que les journalistes sportifs de la presse écrite doivent produire rapidement, de manière à tenir le rythme face à la machine télévisée.

  • 7 L’effet locomotive désigne le phénomène par lequel les téléspectateurs poursuivent l’écoute d’une c (...)

10Enfin, et cette implication est de taille, les investissements consentis par les chaînes de télévision pour l’obtention de droits télévisés exclusifs doivent aboutir à la rentabilité (Marchetti, 2002). Eastman et Meyer (1989) identifient trois pôles de rentabilité issus des droits de télédiffusion : (1) l’auditoire et les annonceurs ; (2) l’effet locomotive7 engendré par la présentation du sport-spectacle ; et enfin, (3) l’effet de différentiation qui crée une « separation from competing networks and cable networks and cable services in audiences’ and advertisers’ minds » (p. 103). Afficher son statut de diffuseur officiel d’un événement sportif majeur devient en quelque sorte une manière de soigner son image de marque et de se positionner dans un marché encombré par un nombre de plus en plus élevé d’acteurs. En effet, si en 1989 Bellamy Jr. affirmait que les médias et surtout la télévision était en position de force dans le sport/media complex, alors que les institutions sportives devaient se plier aux règles de cette industrie, le rapport de force semble avoir été inversé dans les dernières années.

  • 8 La Soirée du hockey est le nom donné à l’émission de télévision pendant laquelle le match des Canad (...)

11 Si nous nous penchons sur le cas particulier du Québec, nous observons des changements substantiels au cours des trente dernières années. Le cas du hockey professionnel nous permet plus facilement de mesurer ces changements, en raison de l’importance de la couverture qui y est accordée. Dans les années 1960, Radio-Canada est plus ou moins le seul réseau de télévision à diffuser du sport-spectacle. Mais, dans les décennies 1970, 1980 et 1990, ce monopole est ébranlé alors que la diffusion des matchs du Canadien de Montréal se déploie sur différents réseaux, selon la journée de diffusion. Ainsi, Radio-Canada et la Soirée du hockey8 sont toujours là les samedis soirs, mais TVA diffuse des parties du Canadien jusqu’au milieu des années 1990, avant de voir TQS, prendre la relève en 1994, après le départ des Nordiques de Québec. Quant à RDS, le Réseau des sports fondé en 1989, il commence à diffuser des matchs à compter de 1992. Cette période marque également la montée des lignes ouvertes sportives à la radio, concept importé des États-Unis. Par exemple, la station montréalaise CKAC lance, en 1972, L’émission des amateurs de sport, qui connait un succès retentissant. En effet,

[le] modèle était créé, le public était au rendez-vous et, dans un climat de discussion passionnée et d’information minutieuse sur les statistiques des joueurs et des équipes, la radio offrait un espace inattendu pour amplifier les échanges classiques tenus dans les bars, les brasseries ou les soirées de cartes (Pagé, 2007, p. 184).

12Le départ de la franchise des Nordiques pour le Colorado et la fin de la rivalité entre les équipes de Montréal et Québec va ébranler le concept des lignes ouvertes, surtout dans la ville de Québec, alors un terreau fertile pour ce genre radiophonique.

13En 2002, la diffusion des matchs du Canadien prend une tournure différente, alors que RDS/TSN obtient les droits exclusifs de diffusion de tous les matchs de la Sainte-Flanelle – en plus d’une entente avec Radio-Canada/CBC qui permet à la Société d’État de diffuser les matchs du samedi sans toutefois toucher de revenus de la part des annonceurs, et ce, jusqu’en 2004 (Brousseau-Pouliot, 2011 ; Radio-Canada, 2004). La même année, la chaîne généraliste TVA met la clé sous la porte de son département des sports (Normandin, 2002). En 2013, la donne change une fois de plus lorsque la Ligue nationale de hockey (LNH) s’entend avec Rogers pour un pacte de 12 ans, évalué à 5,2 milliards de dollars, assurant Rogers (qui possède SportsNet et CityTV) des droits exclusifs sur tous les matchs des Canadiens de Montréal, ainsi que sur les séries éliminatoires de la LNH. Comparativement à Bell, Rogers ne possède pas de chaîne francophone, si bien qu’une entente est signée avec TVA Sports, propriété de Quebecor, pour la diffusion des matchs nationaux, ce qui représente 22 matchs de saison régulière, alors que RDS récupère la diffusion de 60 matchs dits régionaux. Quant à CBC, elle se voit donner le droit de diffuser les matchs du samedi soir, mais également un certain nombre de matchs de séries éliminatoires (Radio-Canada, 2013 ; RDS, 2013). Cela, sans compter les possibilités pour les amateurs de s’abonner à des services spécialisés disponibles sur appareils mobiles.

  • 9 Les médias vont utiliser le terme « expert » pour parler de ces acteurs, que ce soit sur leur site (...)

14Bref, dans cet univers de concurrence de plus en plus exacerbée, nous observons un ensemble de stratégies mises en place par les diffuseurs pour mousser leur produit. D’une part, les événements sportifs en eux-mêmes s’intègrent dans une grille-horaire montée sur mesure pour accroitre leur popularité, tel l’effet locomotive évoqué plus haut. S’intègrent à la grille des émissions d’avant et d’après match, documentaires, téléréalités, entrevues, segments d’information dédiés uniquement au sujet, et ainsi de suite. Tout est mis en place pour à la fois accroitre la popularité de l’événement et profiter de ses retombées. D’autre part, dans un contexte de concurrence exacerbée, le besoin de se différencier des autres devient plus pressant. Ces deux facteurs, effet locomotive et stratégie de différentiation, ont mené à la mise en valeur d’une catégorie d’acteurs de la médiatisation sportive, c’est-à-dire les « experts »9 : analystes, descripteurs et chroniqueurs. Ces acteurs se retrouvent alors dans une position de grande visibilité médiatique au sein du sport/media complex. De plus, en raison d’une offre de sport-spectacle en hausse, ces postes tendent à se multiplier.

  • 10 Voir la section annexe pour plus d’informations.

15Mais comme nous l’avons vu plus haut, même s’il n’est plus surprenant de voir des femmes assignées aux informations sportives, ces dernières demeurent pour ainsi dire absentes des postes d’experts. Comment expliquer ce phénomène ? Messner, Dunbar et Hunt (2000) évoquent la « televised sports manhood formula » pour parler de la diffusion du sport-spectacle qui met en scène des sportifs masculins, dont les actions sont décrites par des hommes, à un public masculin à qui l’on présente des publicités mettant en scène des hommes blancs. Le sport professionnel et son environnement économique se sont développés en laissant de côté pendant une longue période le sport féminin. Encore aujourd’hui, le sport professionnel féminin est rare. Si les golfeuses (Ladies Professional Golf Association) 10et les joueuses de tennis (Women Tennis Associations) bénéficient de circuits professionnels depuis respectivement 1950 et 1973, le sport professionnel en équipe reste peu développé, la WNBA (Women’s National Basketball Association) depuis 1996 et la NWSL (National Women’s Soccer League) depuis 2013 comptant parmi les seules ligues où les joueuses peuvent espérer gagner suffisamment pour vivre de leur sport. Le sport féminin dans son ensemble est marginalisé dans sa couverture (Greer, Hardin et Homan, 2009), les sportives bénéficiant d’une faible présence dans les médias.

16Quant à celles chargées de couvrir le sport, certaines études (Hardin et Shain, 2005 ; Gunther, Kautz et Roth, 2010) révèlent que les journalistes sportives sentent qu’elles doivent prouver leurs compétences aux yeux de leurs collègues masculins, en plus d’avoir le sentiment que leurs confrères remettent en question leurs connaissances, ces derniers étant persuadés qu’elles en savent moins qu’eux (Miller et Miller, 1995). Ces témoignages révèlent une partie de la réponse, mais plusieurs questions demeurent.

17Si certains intervenants masculins sont réticents à voir les femmes investir le terrain sportif, les décisions finales quant à l’embauche du personnel ne leur reviennent pas, ou du moins rarement. Il s’agit de décisions prises par les dirigeants et cadres des entreprises médiatiques. Nous revenons donc à notre question initiale, comment expliquer que dans un marché comme celui du sport-spectacle où la différentiation est particulièrement importante, les femmes soient quasi absentes des postes d’expert ? De plus, comment expliquer ce phénomène en voyant que la logique même du sport/media complex en est une d’expansion du marché ? Alors que les ligues professionnelles masculines cherchent à conquérir le marché longtemps négligé que représentent les femmes, par exemple en soutenant des causes comme le cancer du sein ou en créant des fan-clubs uniquement dédiés aux femmes (Clark, Apostolopoulou et Gladden, 2009), comment se fait-il que les médias sportifs ne reproduisent pas cette logique en plaçant plus de femmes sur leurs panels d’experts ?

18Dans les pages qui suivent, nous allons tenter de répondre à cette question en nous penchant sur la question d’expertise elle-même, de manière à saisir comment elle se présente à travers la médiatisation du sport-spectacle : sur quels critères objectivés repose l’expertise et comment ces critères peuvent participer à exclure ou non les femmes de ces postes. Pour parvenir à cet objectif, il convient d’abord de cerner ce que nous entendons par expertise.

L’expertise en question

19Dans le cadre de cet article, notre but n’est pas de porter un jugement sur le degré d’expertise des acteurs qui portent ce titre, mais bien de cerner les caractéristiques mises de l’avant par les entreprises médiatiques pour justifier l’embauche et le statut d’expert octroyé à certains acteurs de l’industrie. Suivant la position développée par Acker (1990), il ne s’agit pas de nous arrêter aux personnes qui individuellement occupent les postes qui nous intéressent, mais plutôt de saisir la logique entrepreneuriale déployée à travers les qualités et compétences exigées pour ces postes. Ces qualités et compétences existent de manière abstraite dans les descriptions de postes ; soit des postes qui existent en dehors des personnes qui les occupent mais qui ne peuvent être transformées en « concrete instance, [until] if there is a worker » (Acker, 1990, p. 149). De ce fait, en analysant les caractéristiques mises de l’avant par les entreprises médiatiques pour justifier la position d’experts de certains employés, nous cherchons à saisir les qualités et compétences exigées des employeurs, sans pour autant que ces dernières soient explicitement mentionnées dans une offre d’emploi standard, dans la mesure où, pour ce genre de postes, des offres de ce type ne sont généralement pas lancées.

20Afin d’analyser ces qualités et compétences exigées des experts sportifs, nous proposons d’utiliser la typologie de l’expertise développée par Collins et Evans (2007). Ces derniers relèvent l’existence de différents niveaux d’expertises. Pour cet article, nous mobilisons le niveau d’expertise « that involves specialist tacit knowledge ». Pour Collins et Evans (2007), cette forme d’expertise nécessite l’immersion dans le milieu, dans la mesure où tout un pan de connaissance, soit le savoir tacite spécialisé, ne peut s’acquérir qu’au contact du milieu visé. Parmi les spécialistes qui possèdent ce type de connaissances, nous distinguons deux catégories : les experts qui apportent une contribution aux connaissances (expert contributif ; contributory expertise) et ceux qui possèdent une forme d’expertise interactionnelle (interactional expertise). Alors que la pratique des premiers contribue à l’avancement des connaissances, l’expertise des seconds loge plutôt dans leur maîtrise du langage de spécialisation. Notons que Collins et Evans voient dans ces derniers des porteurs d’expertise interactionnelle puisque, sans apporter de nouvelles connaissances par leur pratique, ils servent de relais pour expliquer ce qui se passe sur le terrain à un plus vaste public. Leur expertise va plus loin que la simple capacité à rendre les propos des experts contributifs, ils peuvent les situer par rapport aux connaissances existantes et poser un jugement sur ces connaissances. Appliquées au monde du sport-spectacle, l’expertise contributoire et l’expertise interactionnelle laissent place à deux profils distincts : d’un côté, les athlètes et plus souvent les anciens athlètes, acteurs ayant une expérience pratique du terrain, ayant contribué à la forger et de l’autre côté, les journalistes spécialisés, qui au fil de leur pratique, ont acquis suffisamment de compréhension du champ pour poser un jugement sur ce dernier et être en mesure de vulgariser des éléments constitutifs du jeu.

21Suivant cette typologie de l’expertise, la faible présence des femmes pourrait s’expliquer par une importance accrue de l’expertise contributoire dans la définition des qualités et caractéristiques exigées d’un expert. Octobre souligne que « comme l’étymologie des termes “expertise” et “expérience” le révèle, c’est l’empirisme qui est la justification dernière de la compétence » (2001, p. 93). Ainsi, le sport professionnel s’étant développé essentiellement autour du pôle masculin, il serait alors difficile pour les femmes d’acquérir une expérience au sein même de la ligue et du sport couvert, donc, par la bande, d’acquérir une expérience empirique justifiant le statut d’expert. Ce faisant, il serait possible d’envisager qu’une ouverture du sport/media complex au sport féminin entraîne une augmentation du nombre d’expertes. La relative stabilité de la situation pourrait alors s’expliquer par l’acceptation, parmi les membres de la communauté médiatique sportive, de ce critère d’expertise. Mais encore faut-il que cette hypothèse se confirme.

Description de la méthode et résultats

Méthodologie

  • 11 Pour toutes les données relatives aux cotes d’écoutes de la radio, voir les rapports de la firme Nu (...)
  • 12 Nous insistons sur régulier, car dans le cas de certains événements, des experts peuvent venir se g (...)
  • 13 Le lancement de TVA Sports en 2011 a amené certains experts à passer de RDS à la nouvelle chaîne d’ (...)

22Afin de mener notre étude, nous nous sommes intéressée à cinq médias francophones qui produisent des informations sportives sur une base quotidienne et qui ont recours à des experts : RDS (et déclinaisons) et TVA Sports (et déclinaisons) pour la télévision, La Presse et Le Journal de Montréal à l’écrit, et le 98,5 FM Sports à la radio. Ces médias constituent les joueurs les plus importants au sein de sport/media complex québécois. Ils se disputent les droits de diffusion – dans le cas des médias audiovisuels – le lectorat et les « experts » eux-mêmes. RDS depuis 1989 et TVA Sports depuis 2011, sont les deux seules chaînes francophones spécialisées uniquement dédiées aux sports. Aux fins de l’analyse, nous avons laissé de côté Ici Radio-Canada (télévision et radio) dans la mesure où il s’agit d’un réseau public assujetti à des règles internes différentes des autres stations, notamment en ce qui a trait à la représentativité de ses effectifs. Le Journal de Montréal et La Presse sont les deux quotidiens francophones qui affichent le plus fort tirage, en plus d’assurer une couverture quotidienne de l’actualité sportive. Ces deux quotidiens possèdent également des « experts » sportifs. Enfin, le 98,5 FM Sports se démarque à la fois par ses cotes d’écoute11 et par la diffusion radiophonique des matchs de hockey du Canadien de Montréal. Pour chacun de ces médias, nous avons donc dressé une liste des experts réguliers12. Dans le cas de RDS (pour le détail des sources du corpus citées textuellement dans l’article ; voir Annexe), de La Presse et du 98,5 FM Sports, une liste est disponible directement sur leur site web. Dans le cas du Journal de Montréal, sans retrouver de liste telle quelle, nous nous sommes tournée du côté de la section Opinions de la page des sports. Enfin, dans le cas de TVA Sports, comme une page « experts » n’existe pas, nous avons écumé les différentes sections du site web, retracé les communiqués de presse annonçant la constitution des effectifs13, et enfin, visionné les émissions phares de la chaîne en notant systématiquement les experts qui y étaient présentés.

  • 14 Nous n’avons pas analysé les profils personnels des experts ciblés. Nous nous sommes concentrée uni (...)

23Ensuite, nous avons extrait les descriptions des « experts » fournies par les entreprises médiatiques, ou par les experts eux-mêmes au sujet de leurs qualités, formation, expertise, etc. C’est à travers ces descriptifs que nous avons relevé les caractéristiques objectivées qui constituent les assises de la justification de l’expertise. Ces descriptions proviennent de différentes sources : site web officiel des diffuseurs, communiqués de presse et articles de nouvelle entourant l’embauche d’un expert et profil affiché sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook) à titre d’employé d’une entreprise médiatique14. Ces descriptions sont aussi des outils marketing déployés par les entreprises médiatiques pour se positionner par rapport à leurs rivales.

24En utilisant la typologie de l’expertise détaillée par Collins et Evans (2007), nous avons codifié les descriptions recueillies selon les caractéristiques mises de l’avant dans celles-ci, en identifiant les caractéristiques liées à l’expertise contributoire et celles issues de l’expertise interactionnelle. Nous avons également identifié certaines caractéristiques mises de l’avant dans plusieurs descriptions qui n’appartiennent à aucune de ces catégories, nous invitant par le fait même à penser les spécificités du champ de l’expertise sportive.

  • 15 Ces entrevues ont eu lieu dans le cadre d’un autre projet de recherche. Toutefois, certaines donnée (...)

25Enfin, nous avons interrogé des journalistes, analystes et présentatrices sportives15 quant à la très faible présence de femmes à titre d’expertes. Nous leur avons demandé leur lecture de la situation afin de comprendre, par le biais d’une vision de l’intérieur, les raisons qui pouvaient expliquer cette situation.

Résultats

26Seulement trois des entreprises ciblées mettent de l’avant des descriptions de leurs experts, soit RDS, TVA Sports et La Presse. Dans le cas du 98,5 FM Sports et du Journal de Montréal, bien qu’il soit facile de repérer ceux qui occupent ces positions, nous ne retrouvons pas de description qui leur sont rattachées. Cette situation présente un cas de figure intéressant car non seulement les experts sont présentés comme tels, mais ces deux entreprises médiatiques ne prennent pas la peine de justifier cette expertise.

27Malgré tout, à partir des listes établies, nous pouvons brosser un portrait général de l’expertise dans ces médias. Ainsi, sur les 14 experts identifiés au Journal de Montréal, cinq proviennent directement du monde du sport. Ils s’appuient ainsi sur une forme d’expertise contributoire. Les neuf autres experts appartiennent à la classe des chroniqueurs et journalistes de carrière. Parmi ces experts, trois sont aussi des intervenants réguliers à TVA Sports. L’équipe d’experts ne compte qu’une seule femme – affectée au tennis – et aucune personne issue des minorités ethniques.

28Au 98,5 FM Sports, sur les 15 experts identifiés, huit ont contribué au champ sportif durant leur carrière, contre sept experts dont la carrière a principalement été celle de journaliste/analyste. Parmi ces experts, trois peuvent également être entendus à RDS, un à Ici Radio-Canada et un autre lu dans La Presse. Aucune femme et aucun représentant des minorités ethniques n’apparaissent au sein de l’équipe. Parmi les experts des trois autres médias, les descriptions disponibles nous ont permis de produire une analyse plus raffinée des caractéristiques de l’expertise. Au total, 19 experts sur les 27 de TVA Sports, 58 sur les 59 de RDS et cinq sur les sept de La Presse ont été pris en considération dans notre analyse. Sur les huit experts sans descriptions de TVA Sports, nous comptons cinq anciens athlètes et trois journalistes/analystes de carrière. À La Presse, les deux experts sans description sont des journalistes/analystes de carrière, de même que l’analyste sans description de RDS. Une seule femme occupe une position d’experte à TVA Sports – encore une fois en tennis – mais aucune description n’est proposée pour cette dernière. Aucun représentant des minorités ethniques ne fait partie des experts. À RDS, nous avons relevé la présence de quatre expertes – elles sont affectées au soccer, au tennis, au hockey, tandis que la dernière experte s’intéresse aux questions de droit relatives au sport –, ainsi qu’un représentant des minorités ethniques, lui affecté au football. Enfin, à La Presse, les sept experts sont des hommes blancs.

29C’est donc dire que sur l’ensemble des experts sportifs répertoriés dans les cinq médias étudiés, 94,3 % sont des hommes blancs. Les femmes représentent 4,9 % des experts, et les personnes de couleurs moins de 0,8 %.

30Parmi les experts sans description, 45 % sont donc d’anciens ou d’actuels acteurs du champ sportif, dans différents rôles, que ce soit celui d’entraîneur, de joueurs, d’arbitres, ou de dirigeants. 55 % des experts sont des communicateurs de carrière.

L’expertise contributoire

31Comme nous l’avons expliqué plus haut, nous avons utilisé la typologie de Collins et Evans (2007) pour analyser les caractéristiques objectivées par les entreprises médiatiques pour justifier le statut de leurs experts. En premier lieu, nous nous sommes concentrée sur l’expertise contributoire ou, autrement dit, les expériences empiriques des acteurs au sein du milieu sportif.

32Trois types de contributions sont mis de l’avant dans les descriptions que nous avons recensées :

  1. Les expériences athlétiques : Mettent de l’avant les faits d’armes sportifs des experts. Ces expériences incluent les éléments suivant : trophées et championnats, équipes dont a fait partie le joueur, équipe qui a repêché le joueur, expérience avec une équipe professionnelle montréalaise (Canadien de Montréal, Alouettes de Montréal, Expos de Montréal et Impact de Montréal), années d’expérience en tant que sportifs, nombre de matchs disputés, statistiques personnelles, records établis par le joueur et meilleur classement. Sur les 33 experts dont la description contient cette caractéristique, seulement quatre portent principalement sur une expérience amateur, que ce soit au hockey dans le Novice B, dans le collégial AAA, ou dans la Ligue junior majeure du Québec (LHJMQ).
    Au total, 40,24 % des descriptions d’experts comportent une composante liée à l’expérience athlétique. Alors que La Presse ne compte aucun expert dans cette catégorie, RDS domine avec 46,55 % de ses experts, suivi de TVA Sports avec 31,58 %. Deux expertes comptent parmi ces catégories, toutes les deux à RDS.

  2. Expériences en tant qu’entraîneur : Neuf des 82 experts font partie du lot. Encore une fois, La Presse ne compte aucun expert de cette catégorie, alors que 12,07 % des experts de RDS affichent cette caractéristique dans leur description, contre 10,53 % à TVA Sports. Aucune femme dans cette catégorie.

  3. Expériences dans une organisation de sport professionnel ou un circuit professionnel : Cette catégorie regroupe un ensemble d’experts qui ont travaillé pour une organisation ou un circuit professionnel sans eux-mêmes avoir été des athlètes. Nous y retrouvons des directeurs gérants, des professionnels du marketing sportif qui ont travaillé directement pour une organisation, des arbitres, d’anciens relationnistes d’équipes professionnelles et des gens impliqués dans l’organisation d’événements sportifs, tels des combats de boxe et d’arts martiaux mixtes. À RDS, 12,07 % des acteurs affichent une caractéristique liée à cette catégorie, comparativement à seulement 5,26 % à TVA Sports, alors qu’à La Presse, personne n’affiche cette caractéristique.

L’expertise interactionnelle

33Cette catégorie d’expertise regroupe les experts dont les expériences médiatiques sont mises de l’avant. Nous y retrouvons : le nombre d’années d’expérience comme journaliste/analyste/chroniqueur/animateur, les événements d’importances couverts (SuperBowl, séries de la LNH, couverture du Canadien de Montréal, séance de repêchage de la LNH, Jeux olympiques) et les différents postes occupés en tant que professionnel de l’information sportive.

34Les caractéristiques liées à l’expertise interactionnelle sont particulièrement nombreuses. Pas moins de 64,63 % de tous les experts avec descriptions voient leurs expériences médiatiques mises de l’avant. À La Presse, ce cas de figure apparait pour quatre des cinq experts (80 %), alors qu’à RDS, ce pourcentage grimpe à 67,24 %, TVA Sports ferme la marche avec 52,63 %.

35Une analyse plus fine de ces deux catégories permet de constater que 16 experts de RDS (27,6 %) possèdent dans leur description à la fois des caractéristiques liées à l’expertise contributoire et à l’expertise interactionnelle. Deux cas similaires se présentent à TVA Sports.

Renforcement de l’expertise

36Au cours du codage, nous avons également relevé un ensemble de caractéristiques qui viennent renforcer la démonstration de l’expertise. Ces dernières sont rarement présentées seules, elles viennent plutôt s’ajouter aux caractéristiques mentionnées plus haut.

37Trois types de caractéristiques émergent.

  1. La reconnaissance : Nous avons repéré deux façons distinctes de présenter la reconnaissance. Un premier cas de figure se présente sous la forme de faits, et peut être qualifié de reconnaissance externe : victoire remportée lors de concours, apparition sur une liste de personnalités influentes du sport, prix remis par les pairs, intronisation au Temple de la renommée d’une discipline ou chandail retiré. Le second type de reconnaissance en est plutôt une interne, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une affirmation qui ne se base pas sur un fait observable. Nous la qualifions d’interne, car elle émane de l’entreprise médiatique qui pose ici un jugement de valeur. Il s’agit d’affirmation telle que : « un des meilleurs journalistes au Canada affectés à la couverture du hockey », « À titre d’expert reconnu dans le domaine », ou identifier un expert comme « la référence de la course automobile au Québec » ou « la référence du hockey junior québécois ».

38La reconnaissance externe ou interne est présente dans 18,29 % des descriptions d’experts. Un seul cas a été trouvé à La Presse, contre cinq cas à TVA Sports (26,32 %) et neuf à RDS (15,52 %). La reconnaissance est utilisée autant pour renforcer l’expertise interactionnelle (onze cas) que l’expertise contributoire (deux cas) et dans deux cas, pour des experts qui possèdent ces deux formes d’expertise.

  1. La scolarité : 18,29 % des acteurs voient leur scolarité exposée comme une caractéristique d’expertise (18,53 % pour TVA Sports, 18,97 % pour RDS et 40 % pour La Presse). Dans certains cas, cette scolarité est en lien avec le métier exercé, par exemple, un diplôme en communication ou la formation offerte par ProMédia et, parfois, il peut s’agir d’un diplôme qui n’est pas lié directement au monde du sport ou aux médias.

  2. Les qualités personnelles : Cette dernière catégorie regroupe un ensemble de traits de personnalité ou de capacité qui sont associés à l’expert : être passionné, avoir une bonne capacité de vulgarisation, avoir un bon esprit d’analyse, être bien préparé, être curieux, être perspicace, être polyvalent, être rigoureux, avoir un style coloré, être original, être un bon pédagogue ou avoir une incroyable détermination. Quatre des cinq experts de La Presse sont présentés à l’aide de qualités personnelles. Chez les experts de TVA Sports, ce sont 68,42 % des descriptions qui contiennent ces caractéristiques, contre seulement 25,86 % de celles des experts de RDS.

39L’analyse des descriptions d’experts nous permet de constater que si les anciens athlètes et entraîneurs forment bel et bien une classe d’experts, ces derniers ne sont pas les seuls à avoir voix au chapitre. Et surtout, ils ne peuvent souvent pas compter uniquement sur cette distinction pour se mériter le titre d’expert. Nous remarquons également que les caractéristiques associées à l’expertise interactionnelle sont plus souvent objectivées (64,63 % des descriptions y font référence), que celles liées à l’expertise contributoire (60,98 %). Rappelons également que parmi les experts sans description, 45 % appartiennent à cette dernière catégorie, alors que 55 % sont des communicateurs de carrière.

40Si le sport professionnel demeure encore très peu accessible aux femmes, si bien qu’elles accèdent plus difficilement aux postes d’experts en tant que porteuse d’expertise contributoire, rien ne devrait les empêcher de se qualifier en tant qu’expertes interactionnelles. Les experts interactionnels sans expertise de contribution comptent tout de même pour 39,5 % des 82 experts avec description. Quant aux caractéristiques qui portent sur le renforcement de l’expertise, elles ne sont pas propres aux hommes. La scolarité, la reconnaissance et les qualités mentionnées plus haut ne sont pas l’apanage d’un groupe restreint d’acteurs, particulièrement vu le large spectre couvert par ces trois catégories. Ainsi, l’hypothèse que nous évoquions plus haut se voit infirmée. L’expertise contributoire, si elle est bien présente dans le champ sportif, n’est pas pour autant une condition sine qua non à l’obtention du statut d’expert.

41Peut-on alors imaginer que, malgré des chiffres qui ne le corroborent pas, il existerait un discours autour de l’importance d’avoir exercé le sport pour en devenir un expert et que ce discours serait suffisamment bien implanté qu’il agirait comme un repoussoir pour les femmes ?

42D’autre part, se pourrait-il que certaines caractéristiques spécifiques aux sports qui jouissent de l’apport d’experts dans leur couverture quotidienne jumelées aux difficultés rencontrées sur le terrain par les femmes puissent nuire à leur accession au poste d’experte ? En effet, plus haut, nous avons mentionné les sports pour lesquels les femmes qualifiées d’expertes œuvrent : trois sont affectées au tennis, une au soccer, une en droit du sport et une seule au hockey. Or, c’est justement ce dernier sport qui occupe la plus large fourchette de temps d’antenne et qui occupe le plus les experts. Pas moins de 52 % de ceux-ci analysent ou décrivent du hockey sur glace. Les travaux d’Adams (2006) et de Robidoux (2014) dressent un portrait somme toute sombre de ce qui est décrit comme le sport le plus populaire au Canada. Comme le souligne Adams, « If hockey is life in Canada, then life in Canada remains decidedly masculine and white. Despite increasing numbers of female players, hockey still makes a major contribution to discourses of Canadian national identity that privilege native-born, white men » (200, p. 71). Analyser ou décrire ce sport vient donc heurter cette image de masculinité. Robidoux (2014) note également que le milieu du hockey en est un de rituels qui permettent aux joueurs de former une communauté à l’identité partagée. Cette dernière, selon Robidoux, en est une de dominance physique, blanche et hétérosexuelle. Les experts au passé d’anciens hockeyeurs ou entraîneurs, sont donc susceptibles d’appartenir à cette communauté, et donc, de plus facilement parvenir à obtenir des contacts privilégiés, une denrée dont se nourrit l’analyste. Pour les experts interactionnels qui n’appartiennent pas à la « famille », il peut être plus compliqué de se faire une place auprès des acteurs du milieu du hockey, et particulièrement pour les femmes. Allain (2014) explique que, lors de ses propres recherches sur le milieu du hockey, sa position d’outsider avait été renforcée par le fait qu’elle était une femme et, au final, avait compliqué ses rapports avec les hockeyeurs. En fait, elle soulève que cette communauté « that privilege a certain style of masculine expression that is predicated on being aggressive and disavowing all characteristics associated with femininity » (2014, p. 206), opère comme un milieu fermé. L’accès aux joueurs est sévèrement contrôlé. Quant aux femmes, elles sont ouvertement objectifiées et sexualisées. Dans cet environnement, il peut devenir difficile pour les femmes d’obtenir ce rôle d’insider propre à l’expertise, et ainsi contribuer à les laisser de côté.

43 Afin de valider ces hypothèses de travail, nous avons rencontré des journalistes sportives, certaines en tant qu’expertes, d’autres en tant que journalistes.

Les femmes et l’expertise

44La technique de l’entrevue nous a permis d’accéder à des connaissances non directement observables. Le but ici était de donner la parole aux femmes par rapport à un enjeu bien réel dans leur milieu de travail. Au total, nous avons rencontré vingt journalistes, analystes et animatrices sportives, ayant exercé leur profession entre les années 1970 et 2015. Nous avons soulevé avec elles la question de la faible présence des femmes à l’analyse, à la description et au poste de chroniqueur. Certaines n’avaient jamais réfléchi à la question, ces postes ne les intéressant ni à court, moyen ou long terme, elles ne s’étaient pas arrêtées à cet aspect de la médiatisation du sport-spectacle. Mais chez d’autres, cet enjeu est apparu comme une réelle source de préoccupations, certaines abordant même le sujet avant que nous le soulevions.

  • 16 Lors des entrevues, les journalistes rencontrées avaient le choix d’utiliser leur véritable prénom (...)

45Pour quelques-unes des journalistes interrogées, le travail d’analyste ou de descripteur nécessite d’avoir eu préalablement une pratique sportive de haut niveau. C’est le cas d’Erika16, qui se voit un jour occuper un poste d’animatrice, mais pas celui d’analyste.

Je me vois animer comme une tribune de trente minutes. Trente minutes, il me semble que c’est bon comme show. Un peu plus à la Dave Morissette, mais c’est parce que Dave, c’est un analyste, il a joué au hockey. Moi, j’ai pas joué au hockey. Moi, ce serait plus d’avoir des invités et de passer la puck pour faire parler le monde.

46Une opinion partagée par Valérie, qui voit également l’animation comme un poste plus adéquat en regard de son cheminement de carrière.

C’est sur qu’un analyste, un joueur de hockey, tu le remplaceras jamais quand t’as pas joué au hockey. Tu remplaceras jamais un joueur de hockey. Fait que je te dirais que les analystes […], c’est souvent les anciens joueurs parce que t’as vécu le sport. Je pourrais être une analyste en équitation parce que j’ai monté à cheval. Tu comprends ce que je veux dire ?

47Sans le dire aussi explicitement, Marjolaine note que la couverture du sport féminin est rare à l’écran, ce qui expliquerait en bonne partie la faible présence des femmes à des postes d’analyse et de description.

48Ce discours minoritaire, mais bien présent, met en lumière l’importance que prend l’expertise contributoire dans la définition de ce qu’est un expert sportif. Si les résultats présentés plus haut tendent à démontrer que le titre d’expert n’est pas destiné uniquement aux anciens acteurs du champ sportif, il existe quand même un discours basé sur l’importance d’avoir déjà pratiqué le sport. Un discours qui restreindrait l’accès des femmes à certains postes particuliers.

49Mais comme nous l’avons vu plus haut, plusieurs experts se voient décrits comme possédant à la fois des compétences dans le champ sportif et dans le champ médiatique. Cette double composante se reflète également dans le discours des participantes. Elles croient que la pratique d’un sport à un haut niveau de compétition peut contribuer à décrocher un poste d’analyste ou de descriptrice sans pour autant en faire une condition essentielle pour atteindre cette position. C’est le cas d’une analyste, Valérie T., elle-même ancienne athlète. Elle considère que son expérience lui est d’une grande utilité dans son travail, sans pour autant discréditer les analystes sans expériences sportives, car ces derniers possèdent pour la plupart une longue expérience en communication. Par conséquent, ils sont parfois de meilleurs analystes que d’anciens sportifs incapables de communiquer clairement. Une opinion partagée par Justine et Corinne. Comme le dit Justine : « C’est difficile d’avoir les deux. D’avoir la présence… » Pour Corinne,

50La prochaîne étape, ça va être d’avoir des femmes analystes au hockey, Parce des fois, je me dis ok, les anciens joueurs de hockey qui vont analyser des séquences parce qu’ils sont joueurs de hockey, fine. Mais t’as des gens là-dedans qui n’ont jamais joué au hockey dans la vie, ou qui n’ont joué même pas midget, pis qui sont analystes. Est-ce que c’est suffisant ? Parce que t’as fait le sport t’en capable d’en parler ? Moi, je pense pas.

51Certaines avancent par exemple la capacité des femmes à occuper des postes d’entraîneures avec des équipes de la NBA et de la NFL, sans avoir joué dans ces ligues. Comment expliquer que des femmes obtiennent ces postes névralgiques, mais qu’elles ne puissent décrire ou analyser ce qui se passe sur le terrain ? D’autres indiquent qu’il est possible d’apprendre les règles d’un sport sans l’avoir pratiqué et qu’il s’agit simplement d’acquérir ces compétences et d’être formées adéquatement. Un peu comme le font des entraîneurs qui n’ont jamais pratiqué un sport à un haut niveau mais qui arrivent à devenir des coachs (Turner, Nelson et Potrac, 2012). Mathilde, une journaliste ayant une longue expérience, souligne qu’il

[…] n’y a aucune raison pourquoi les femmes ne pourraient pas faire la description des sports d’hommes. Parce que l’inverse est facile. La plupart des gars ont analysé ou décrit du sport de femmes. Donc, oui, il y a encore […] une espèce de difficulté à accepter qu’une femme puisse être la descripteure de ces sports-là.

52Ce constat rejoint celui de Denise qui se demande « est-ce qu’on veut écouter une femme faire du play-by-play ? Est-ce qu’on est prêt à ça ? Je te parle de hockey. Je ne sais pas ».

53Toutefois, le discours qui revient le plus souvent parmi les répondantes n’a rien à voir avec les expériences des titulaires de postes d’analystes ou de descripteurs. Il concerne plutôt la frilosité des patrons à donner une chance aux femmes de se faire valoir dans ces postes.

[…] je pense que comme la question de l’homosexualité dans le sport professionnel reste un immense tabou, je pense qu’avoir une femme à la description relève du dernier rempart où les décideurs, veut ou veut pas on le dit, c’est encore un monde masculin la couverture sportive, où on n’est pas prêt à laisser du lest. (Marie, journaliste sportive)

54Pour Mathilde, l’une des barrières

vient des patrons qui engagent. Ça part de là. J’veux dire, si on a un directeur ou un responsable de chaîne spécialisée de sports qui voit pas ça [l’importance de mettre de femmes à l’antenne], c’est pas possible. Pis bon, encore là, je reviens, c’est une industrie, faut que ça rapporte de l’argent. Alors on va aller vers ce qui est le plus facile, ce qui va potentiellement rapporter le plus d’argent, sur des vedettes, sur des grands noms. […] C’est un cercle vicieux. Mais je pense que ça part vraiment d’une volonté.

55On retrouve un son de cloche similaire chez Noémie, une jeune journaliste.

Et des fois, j’ai des discussions avec des collègues et à un moment donné, ils font comme « ha, c’est vrai, ha ouais, c’est vrai ». Mais par contre, en ondes, ils ne prendront pas mon opinion. Mais dans les discussions comme ça, ils me donnent de la crédibilité. Donc, je pense que ça vient des boss plus. Je pense que le public n’est pas dupe. Si l’opinion est bonne, qu’elle vienne d’une fille ou d’un gars.

56Nancy, journaliste spécialisée dans les sports de combat, évoque les réticences de ses patrons à la laisser participer aux soirées de combats, malgré ses compétences sur le sujet. Elle doit trimer dur pour qu’on la laisse œuvrer dans les galas. Marie-Claude, qui a longtemps travaillé aux sports, questionnée par rapport à de possibles offres pour devenir analyste indique que « les femmes, on ne reçoit pas ces offres-là ». Parmi les facteurs évoqués pour expliquer cette absence d’offre, elle souligne que les femmes se font toujours attendre dans des postes de directions aux sports.

57Bref, les entrevues révèlent qu’en majorité, les femmes interrogées voient dans l’expertise contributoire une expertise valide, mais qu’il ne s’agit pas de la seule expertise valable pour obtenir le titre d’expert sportif. Il n’y a donc pas, au sein des effectifs féminins, un discours suffisamment répandu qui pourrait expliquer l’autoexclusion des femmes aux postes d’expertes en raison d’un manque d’expertise contributoire.

58Toutefois, les réponses des journalistes sportives laissent entrevoir une problématique qui va au-delà des profils professionnels des experts. D’une part, l’expertise liée au hockey revient plus souvent dans les entrevues que celle relative à d’autres sports. Il semble que ce sport en particulier soit ciblé comme le plus problématique par les journalistes, plusieurs insistant à la fois sur l’importance de la couverture qui en est faite, la fermeture de ce milieu, et son côté « boys club ». Ces constats des journalistes sportives sont en adéquations avec les études mentionnées précédemment. Ainsi, l’expertise relative au hockey, qui possède une grande visibilité médiatique en plus de rassembler plus de 50 % des ressources expertes, est pour ainsi dire impossible à atteindre pour les femmes. Claudine, la seule descriptrice régulière, croit même qu’elle a réussi à s’imposer dans ce métier parce qu’elle n’a jamais eu comme objectif de décrire le hockey. Elle a d’abord fait sa niche au soccer, à un moment où ce sport était marginal au Québec.

59D’autre part, au-delà du sport couvert, les journalistes sportives pointent dans la direction des décideurs, qu’elles décrivent comme frileux à l’idée de placer des femmes à des postes névralgiques. Par exemple, lorsque le soccer a pris plus de place, les patrons de Claudine l’ont invitée à œuvrer sur les lignes de côtés plutôt qu’au poste de descriptrice, ce qu’a refusé la principale intéressée.

Je voulais faire le play-by-play. Je ne voulais pas faire les lignes de côté. Là j’ai dit, écoute, […] c’est déjà dur de jouer dans le même carré de sable que les petits gars, mais j’ai dit en plus, si vous me prenez la pelle pis la chaudière tout le temps. J’ai dit ça devient encore plus tough.

60Elle va finalement gagner son point, et conserver ses fonctions. Valérie T., au tennis, va d’abord se faire offrir d’analyser uniquement le tennis féminin, avant de voir ses patrons accepter qu’elle couvre les activités des deux sexes. Il y a donc, au-delà du hockey, des réticences à offrir des postes d’expertise aux femmes.

Discussion

61Les résultats obtenus à partir de l’analyse des descriptions d’experts sportifs offertes par les entreprises médiatiques révèlent que l’expertise contributoire n’est pas une condition essentielle à l’obtention d’un poste d’analyste, de descripteur ou de chroniqueur, quoiqu’elle soit valorisée. Nous avons également pu constater que l’expertise interactionnelle est une caractéristique valorisée chez plusieurs experts, qu’ils soient ou non d’anciens acteurs du monde sportif, et qu’elle était chez près de 40 % des experts une compétence suffisante pour justifier ce statut. Enfin, certaines caractéristiques, telles la scolarité, la reconnaissance et les qualités personnelles, viennent solidifier l’expertise.

62Sur la base de ces descriptions qui soulignent les qualités et compétences que doivent avoir les experts, les femmes ne devraient donc pas être automatiquement exclues de ces postes. Toutefois, force est de constater qu’à l’image du sport-spectacle resté fermé aux athlètes féminines, du sport féminin toujours sous-représenté dans les médias (Messner et al, 2000 ; Greer et al., 2009) et du sport/media complex qui pourrait en fait porter le titre de male sport/media complex, les postes d’experts sportifs restent une chasse gardée masculine ; car rappelons que les femmes sont carrément absentes dans deux des cinq médias étudiés.

63Une fois infirmée l’hypothèse de départ selon laquelle les experts sportifs proviennent, à quelques exceptions près, de la filière sportive, nous avons voulu comprendre d’un point de vue « interne » ce qui pouvait expliquer cette situation. Si le processus d’entrevue n’est pas parfait, il a tout de même permis d’aller recueillir des données internes liées au champ étudié. En effet, les participantes encore actives ont pu se montrer réticentes à aller au bout de leur pensée par crainte de représailles, ou, comme nous l’avons vu plus haut, certaines n’avaient jamais réfléchi à ces enjeux auparavant. Néanmoins, les entrevues nous ont menée à identifier trois conditions de maintien de la situation.

64La première consiste en l’existence d’un discours quant à l’importance d’avoir pratiqué un sport pour en faire l’analyse ou la description. Les femmes qui y font référence n’ont pas comme objectif de carrière d’atteindre ces postes, caressant d’autres ambitions, et pour la plupart, il ne s’agit pas d’un sujet qui les préoccupe particulièrement. Si certaines déplorent la situation, elles n’y voient pas un problème urgent. La deuxième condition que nous avons identifiée relève du milieu sportif dans lequel l’expert évolue. Au Québec, le hockey est le sport qui monopolise le plus de ressources, le plus de temps d’antenne, et celui sur lequel les femmes reviennent le plus souvent. Chez plusieurs participantes qui ne voient pas la pratique sportive comme une obligation à l’expertise, on sent que le hockey représente encore une barrière, sinon la barrière à franchir pour les femmes. Les travaux menés par Adams (2006), Robidoux (2014) et Allain (2014) sur le hockey dressent le portrait d’un milieu hyper-masculin, où les femmes sont objectifiées et sont dans une position d’éternelles « outsiders ». Dans ces conditions, on comprend qu’il peut être difficile pour les femmes de percer ce milieu à titre d’expertes, l’accès à des informations « cachées » devenant peu probable.

65Enfin, la dernière condition se retrouve dans la frilosité des patrons à confier aux femmes des postes d’experts. Comme l’indique Acker, « an abstract job can exist, can be transformed into a concrete instance, only if there is a worker  » (2010, p. 149). Pour Acker, ce travailleur abstrait répond en fait à des caractéristiques associées au masculin, ou comme elle l’écrit : « The worker with a “job” is the same universal “individual” who in actual society is a man ». Le contenu des entrevues révèle un constat semblable pour ce qui touche l’expertise sportive. Derrière des qualités et compétences qui se présentent comme gender neutral, soit avoir des compétences en communication, posséder un diplôme, être « passionné », être « un bon vulgarisateur », et ainsi de suite, se dévoile une réticence à associer ces qualités à des femmes. Les décideurs, les patrons qui sont en position de choisir quel travailleur répond aux exigences nécessaires à un poste d’expertise semblent peu enclins à donner aux femmes ces positions névralgiques. Dans un marché à forte concurrence, où la différenciation prend une importance capitale, on ne peut que constater la grande homogénéité des experts. Les hommes blancs dominent outrageusement la scène médiatique sportive. Si certaines ligues professionnelles cherchent à attirer un public féminin, quitte à user de stratégies jouant sur les stéréotypes genrés et une vision binaire et essentialiste du monde, les médias étudiés n’ont jusqu’à maintenant pas fait preuve de telles initiatives, même du côté marketing. Comme certaines journalistes le soulignent, les dirigeants ne semblent pas afficher la volonté de faire bouger les choses. En ce sens, les médias ne sont pas des vecteurs de changements au sein du champ sportif, mais plutôt des acteurs du statu quo.

Conclusion

66Cette recherche se veut un premier pas quant à la compréhension de l’expertise sportive et de la place des femmes dans la médiatisation du sport dans le contexte québécois. Il pourrait être intéressant, dans un le futur, de rencontrer les patrons de ces entreprises afin de mieux comprendre les caractéristiques qu’ils ont en tête au moment d’engager des experts. De la même façon, il serait pertinent de s’entretenir avec des experts masculins afin de comprendre leur point de vue, et ainsi ajouter à notre compréhension de la logique interne du champ et de la place des femmes dans ce dernier. Enfin, nous croyons qu’il serait intéressant dans une étude ultérieure de s’intéresser non seulement à l’expertise, mais également à la notion de compétence. Si, comme le souligne Trépos, « l’expert bénéficie du crédit de compétence » (1996, p. 18), les données recueillies lors des entrevues avec les participantes laissent entrevoir que dans le champ du sport médiatisé, ce crédit ne vient pas de soi, particulièrement chez les femmes qui remettent en doute l’équité du système.

67Malgré certaines limites, cette première étape nous permet de constater que le monde du sport lui-même et son fonctionnement fortement genré ne peuvent expliquer à eux seuls la situation de l’expertise médiatique. Les entreprises qui embauchent les experts ont visiblement une part de responsabilité dans l’homogénéité de leurs effectifs.

Haut de page

Bibliographie

Acker, J. (1990). Hierarchies, Jobs, Bodies: A Theory of Gendered Organizations. Gender and Society, 4(2), 139–158.

Adams, M L. (2006). The game of whose lives? Gender, Race, and Entitlement in Canada’s “National” Game. Dans David Whitson et Richard Gruneau (dir.). Artificial Ice: Hockey, Culture, and Commerce (pp. 71-85). Peterborough, Ontario: Broadview Press.

Allain, K. A. (2014). ‘What happen in the room stays in the room’: conducting research with young men in the Canadian Hockey League. Qualitative Research in Sport, Exercise and Health, 6(2), 205–219. DOI: 10.1080/2159676X.2013.796486.

Bellamy Jr. et Robert V. (1989). Professional Sports Organizations: Media Strategies. Dans Lawrence A. Wenner (dir). Media, Sports and Society (pp. 120–133). Newbury Park, London, New Delhi: Sage Publications.

Charron, J. et de Bonville, J. (1996). Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition. Communication, 1(2), 50-97.

Clark, J. S., Apostolopoulou, A. et Gladen, J. M. (2009). Real Women Watch Football: Gender Differences in the Consumption of the NFL Super Bowl Broadcast. Journal of Promotion Management, 15, 165–183. DOI: 10.1080/10496490902837510

Collins, H. et Evans, R. (2007). Rethinking Expertise. Chicago and London: The University of Chicago Press.

Delorme, N. et Raul, P. (2010). Place et production journalistique des femmes dans les départements sportifs des quotidiens français. Dans Béatrice Damian-Gaillard, Cégolène Frisque et Eugénie Saitta (dir). Le journalisme au féminin : assignations, inventions et stratégies, (pp. 169-194). Rennes: Presses universitaires de Rennes.

Detellier, É. (2015). Mises au jeu. Les sports féminins à Montréal, 1919-1961. Montréal: Les Éditions du remue-ménage.

Eastman, S. T. et Meyer, T. P. (1989). Sports Programming: Scheduling, Costs, and Competition. Dans Lawrence A. Wenner (dir). Media, Sports and Society (pp. 97–119). Newbury Park, London, New Delhi: Sage Publications.

Greer, J. D., Hardin, M et Homan, C. (2009). Naturally less exciting? Visual production of men’s and women’s track and field coverage during the 2004 Olympics. Journal of Broadcasting and Electronic Media, 53 (2), p. 173–189.

Gunther, A., Kautz, D. et Roth, A. (2010). The Credibility of Female Sports Broadcasters: The Perception of Gender in a Male-Dominated Profession. Human Communication, 14(2), 71–84.

Hardin, M. et Whiteside, E. (2009). Token responses to gendered newsrooms: Factors in the career-related decisions of female newspaper sports journalists. Journalism, 10(5), 627–646. DOI.10.1177/14648849090100050501

Hardin, M. et Shain, S. (2005). Strenght in numbers? The experiences and attitudes of women in sports media careers. Journalism and Mass Communication Quartely, 82(4), 814–830.

Hardin, M. et Shain, S. (2006). “Feeling Much Smaller than You Know You are”: The Fragmented Professional Identity of Female Sports Journalists. Critical Studies in Media Communication, 23(4), 322–338. DOI.10.1080/07393180600933147

Helland, K. (2007). Changing Sports, Changing Media: Mass Appeal, the Sports/Media Complex and TV Sports Rights. Nordicom Review. Jubilee issue, pp. 105–119.

Jhally, S. (1989). Cultural Studies and the Sports/Media Complex. Dans Lawrence A. Wenner (dir). Media, Sports and Society (pp. 70–96). Newbury Park, London, New Delhi: Sage Publications.

Lowes, M. D. (1999). Inside the Sports Pages: Work Routines, Professional Ideologies, and the Manufacture of Sports News. Toronto; Buffalo; London: University of Toronto.

Marchetti, D. (2002). Les transformations de la production de l’information sportive : le cas du sport-spectacle. Les cahiers du journalisme, 11, 66-81.

Messner, M. A., Dunbar, M et Hunt, D. (2000). The Televised Sports Manhood Formula. Journal of Sport and Social Issues, 24, 380–394. DOI: 10.1177/0193723500244006

Miller, P. et Miller, R. (1995). The invisible woman: Female sports journalists in the workplace. Journalism and Mass Communication Quartely, 72(4), 883–889.

Nel, N. (1996). Le petit écran des Dieux du Stade. Recherches en communciation, 5, 9-27.

Octobre, S. (2001). Construction et conflits de la légitimité professionnelle : qualification et compétence des conservateurs de musée. Sociologie du travail, 43, 91-109.

Pagé, P. (2007). Histoire de la radio au Québec : Information, éducation, culture. Montréal: Fides.

Robidoux, M. (2014). Men at Play: A working understanding of professional hockey in Canada. Montréal, Québec: McGill—Queen’s University Press.

Robinson, L. (1992). She Shoots, She Scores: Canadian Perspectives on Women and Sport. Toronto: Thompson Educational Publishing.

Schoch, L. (2013). “I love to play the bimbo sometimes with athletes”. Journalism Practice, 7(1), 96–111.

Trépos, J.-Y. (1996). La sociologie de l’expertise. Paris: Presses universitaires de France.

Tunstall, J. (1971). Journalists at work. London: Constable.

Turner, D., Nelson, L. et Potrac, P. (2012). The Journey Is the Destination: Reconsidering the Expert Sports Coach. Quest, 64, 313–325. DOI: 10.1080/00336297.2012.706886.

Haut de page

Annexe

Références non scientifiques

Boulay, M. (2011, 17 août). TVA Sports aura un bon « esprit d’équipe ». Repéré à http://www.tvanouvelles.ca/​2011/​08/​17/​tva-sports-aura-un-bon-esprit-dequipe

Brousseau-Pouliot, V. (2011, 24 février). Le Canadien une année de plus à RDS. Repéré à http://www.lapresse.ca/​affaires/​economie/​201102/​23/​01-4373323-le-canadien-une-annee-de-plus-a-rds.php

Normandin, P.-A. (2002, mai). Feu TVA Sports. Repéré à https://www.fpjq.org/​feu-tva-sports/​

Radio-Canada. (2004, 2 juin). La Soirée du hockey disparait. Repéré à https://www.fpjq.org/​feu-tva-sports/​

Radio-Canada. (2013, 26 novembre). La rafle de Rogers, TVA Sports diffuseur officiel. Repéré à http://ici.radio-canada.ca/​sports/​hockey/​2013/​11/​26/​001-lnh-television-rogers.shtml

RDS. (2013, 20 décembre). RDS et les Canadiens annoncent une entente de 12 ans sur les droits de diffusion régionaux. Repéré à http://www.rds.ca/​communiques/​rds-et-les-canadiens-annoncent-une-entente-de-12-ans-sur-les-droits-de-diffusion-regionaux-1.819875

Haut de page

Notes

1 Cet article a été écrit avec le soutien financier du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).

2 Collins et Evans utilisent l’expression « periodic table of expertises ». Afin de franciser le terme et de conserver son sens, nous avons opté pour « typologie », dans le sens de système de classification.

3 Les données ont été recueillies en mars 2016.

4 Tous les membres du personnel de RDS ne se retrouvent pas sur cette page. Par exemple, les recherchistes, qui exercent des fonctions liées au journalisme, ne sont pas identifiés.

5 TVSQ est une chaîne sportive réservée uniquement aux abonnés du câble ayant existé de 1980 à 1988. Cette chaîne présentait en large partie du sport amateur et avait comme caractéristique de ne posséder aucun studio fixe. Les artisans de TVSQ, dont Claudine Douville, ratissaient le Québec à bord d’un studio mobile.

6 Au Québec, le terme soccer est préféré à celui de football, ce dernier étant réservé au football américain.

7 L’effet locomotive désigne le phénomène par lequel les téléspectateurs poursuivent l’écoute d’une chaîne de télévision ou de radio à la fin de l’émission pour laquelle ils avaient syntonisé la chaîne. L’émission qui joue le rôle de locomotive possède un grand pouvoir d’attraction. Par exemple, le SuperBowl est reconnu comme une émission locomotive. Non seulement les spectateurs sont-ils nombreux, mais les autopromotions de la chaîne qui le diffuse permettent la rétention d’une partie de l’auditoire (Eastman et Meyer, 1989).

8 La Soirée du hockey est le nom donné à l’émission de télévision pendant laquelle le match des Canadiens du samedi est diffusé.

9 Les médias vont utiliser le terme « expert » pour parler de ces acteurs, que ce soit sur leur site web (http://entraîneur.tvasports.ca/experts, par exemple), dans leurs publicités ou encore lorsqu’ils s’interpellent. Par exemple, des formules telles que « Nous allons rejoindre nos experts sur la passerelle », ou encore « demandons à nos experts ce qu’ils en pensent », sont utilisées régulièrement.

10 Voir la section annexe pour plus d’informations.

11 Pour toutes les données relatives aux cotes d’écoutes de la radio, voir les rapports de la firme Numéris http://fr.numeris.ca/media-and-events/overview

12 Nous insistons sur régulier, car dans le cas de certains événements, des experts peuvent venir se greffer à l’équipe le temps d’une soirée ou d’un tournoi. Nous avons laissé ces experts de côté.

13 Le lancement de TVA Sports en 2011 a amené certains experts à passer de RDS à la nouvelle chaîne d’informations sportive. Ces embauches ont été médiatisées par TVASports, de même que l’embauche d’anciens athlètes.

14 Nous n’avons pas analysé les profils personnels des experts ciblés. Nous nous sommes concentrée uniquement sur les profils « officiels » qui mentionnent le nom de l’entreprise.

15 Ces entrevues ont eu lieu dans le cadre d’un autre projet de recherche. Toutefois, certaines données recueillies au cours des entretiens portent spécifiquement sur le sujet du présent article. Certificat d’éthique 30003962.

16 Lors des entrevues, les journalistes rencontrées avaient le choix d’utiliser leur véritable prénom ou un pseudonyme. Selon leur préférence, certains prénoms utilisés sont des pseudonymes alors que d’autres sont le véritable prénom des journalistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marilou St-Pierre, « L’expertise sportive : les femmes mises en échec », Communiquer, 22 | 2018, 29-48.

Référence électronique

Marilou St-Pierre, « L’expertise sportive : les femmes mises en échec », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2540 ; DOI : 10.4000/communiquer.2540

Haut de page

Auteur

Marilou St-Pierre

Doctorante en communication
Université Concordia, Canada

Marilou St-Pierre est candidate au doctorat en communication à l’Université Concordia. Ses travaux de recherche portent principalement sur le journalisme sportif. Sa thèse de doctorat se concentre sur les parcours professionnels des journalistes sportives québécoises de 1970 à 2015. Parmi ses autres intérêts de recherches, nous retrouvons le développement de la radio au Québec, la vie culturelle montréalaise telle qu’elle se donne à lire dans la presse de l’entredeux guerre et la place des femmes dans les journaux télévisés québécois.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals