Navigation – Plan du site

Internet et mise en visibilité du football féminin en France : entre avancées et paradoxes

Internet and the Visibility of Women’s Football in France: Advances and Paradoxes
Marie Stéphanie Abouna
p. 49-66

Résumés

La sous-médiatisation du sport féminin est un questionnement récurrent des recherches en sciences sociales. Leurs interrogations reposent principalement sur les médias traditionnels et très peu sur Internet qui se positionne pourtant comme le 2e support médiatique de diffusion sportive. Si le football féminin reste encore faiblement présent dans l’ensemble des médias, il connaît néanmoins une forte croissance depuis quelques années. L’objectif ici est de saisir la portée et les formes de visibilité d’Internet dans un contexte fortement dominé par l’hégémonie masculine. La recherche se fonde sur un suivi des acteurs et actrices du football féminin et sur une observation netnographique des sites Internet spécifiques. La tension entre le genre et la médiatisation du sport féminin montre comment Internet et son poids dans la diffusion du sport pourraient offrir (ou pas) une alternative de mise en visibilité du football féminin et une nouvelle lecture du féminin et du masculin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Je tiens à remercier les collègues de la revue Communiquer, du Ciméos et de l’Ileps pour leurs cons (...)
  • 2 Les chiffres-clés de « Canada 2015 », dans FIFA.com

1La présence du football féminin sur Internet connaît une évolution sans précédent. La Coupe du monde féminine de 2015 révèle l’ampleur de ce phénomène, notamment à travers une croissance importante du nombre de visiteurs, d’abonnés ou de vues sur certains médias sociaux majeurs tels que Facebook, Twitter ou YouTube. Ce regain d’intérêt s’inscrit dans un contexte de croissance globale de la visibilité du sport féminin dans les médias en général. Il advient également avec la place de plus en plus prépondérante d’Internet dans la diffusion du sport (Collet et Papa, 2002). En effet, Internet se positionne aujourd’hui comme le 2e canal de diffusion du sport. Selon une enquête de l’institut de sondage Sofres datant de 2012, la télévision reste le premier canal par lequel le sport est regardé (90 % d’utilisateurs), suivi d’Internet (34 % d’utilisateurs), de la presse puis de la radio. Bien que peu nombreuses, les données disponibles faisant référence au sport féminin et particulièrement au football, à l’exemple des chiffres des audiences de la dernière Coupe du monde féminine publiés par la FIFA en 20152, dévoilent une forte croissance de ces audiences sur la plateforme Internet, parfois en concurrence avec les audiences du football masculin, comme le montrera l’analyse développée plus loin.

2L’objectif de cet article est de mettre en perspective l’évolution de la médiatisation du football féminin en questionnant sa visibilité sur Internet. Considérant la visibilité comme une « forme d’existence publique » (Voirol, 2015, p.92), comprendre l’apport d’Internet dans la médiatisation du football féminin est d’autant plus important qu’il reste un objet faiblement exploré. Si la médiatisation du sport féminin en général, et du football féminin en particulier, est une question récurrente des travaux en sciences sociales (Montanola, 2008 ; 2012 ; 2014 ; Delorme, 2013 ; Barbusse, 2016), l’accent a davantage, voire exclusivement été mis sur les médias traditionnels (radio, télévision et presse écrite). Au regard de la diffusion généralement faible du sport féminin et de la persistance de contenus stéréotypés, nous nous demandons dans quelle mesure la présence croissante du football féminin sur Internet est marquée par des enjeux de genre ? Autrement dit, cet article interroge la manière dont Internet participe (ou non) à la réarticulation ou au renforcement des modes de visibilité différenciée des athlètes et du sport selon le genre. Pour y répondre, nous porterons notre attention aux différents sites et médias sociaux qui concourent à la diffusion du football féminin.

3Notre démarche s’inscrit dans un programme de recherche plus général, dont le développement et l’approfondissement des analyses restent à venir. À partir d’une approche netnographique et une analyse monographique, le but ici est de présenter nos premiers questionnements et observations des sites Internet et médias sociaux afin de saisir les enjeux centraux et les dynamiques qui animent la mise en visibilité du football féminin. En articulant cette démarche empirique avec les travaux sur le genre et la communication (Juliard, 2009 ; Julliard et Quemener, 2014), la médiatisation du sport féminin (Montanola, 2008 ; 2012) et ainsi que les usages d’Internet (Akrich, 1993 ; Beuscart, Dagiral et Parasse, 2016), il s’agit donc d’une démarche exploratoire permettant de saisir les nouvelles formes de visibilité du football féminin. Concrètement, l’article s’organise à partir des sections suivantes : une mise en contexte critique de la place et du développement du football féminin, une présentation de la méthodologie et des types de sites Internet investigués, et finalement une discussion des formes de mise en visibilité du football féminin sur Internet.

  • 3 La FFF comptait environ 50 000 licenciées en 2006, soit 3% de ses effectifs.

4Cette différence marquée entre les univers du football féminin et masculin peut néanmoins être nuancée. D’une part, avec 103 276 femmes pratiquantes en France en 2016 selon les statistiques de la FFF, le football féminin pourrait constituer à lui seul une fédération non négligeable au regard des effectifs d’autres fédérations sportives parfois plus favorables aux femmes (Abouna et Lacombe, 2008 ; Abouna, 2010 ; 2015). D’autre part, il est intéressant de noter que les effectifs masculins du football tendent à stagner, alors que les effectifs féminins restent croissants et ont quasiment doublé en dix ans, entre 20053 et 2015 (Abouna, 2010 ; 2015). Par ailleurs, le football féminin bénéficie dans les discours et les représentations d’un a priori favorable, au vu des scandales (entretenus et relayés par les médias internationaux et nationaux) qui émaillent la pratique masculine tant au niveau international – à l’exemple des soupçons de corruption ayant abouti à l’inculpation de plusieurs membres dirigeants de la FIFA, en 2015 –, que national – avec les différentes crises qui ont touché l’équipe de France masculine depuis 2010 (Beaud, 2011). Ces dérives et crises ont eu un impact négatif sur l’opinion publique (Beaud, 2011 ; Kaciaf et Lagneau, 2013), et participent aujourd’hui à la persistance des représentations de la pratique féminine comme porteuse des « vraies valeurs du football » (Abouna, 2010). Cette attitude bienveillante, endossée par bon nombre de dirigeants du football français, de footballeuses elles-mêmes ou de discours médiatiques, met toutefois en avant une vision idéalisée d’une pratique féminine exempte des dites tares du football masculin et de ses dérives violentes (Lacombe et Abouna, 2008 ; Abouna 2010 ; Penin, Terfous et Hidri-Neys, 2011) et affairistes (Beaud, 2014 ; Verschuuren, 2014).

5Le contexte a priori favorable au football féminin contribue à son développement et à sa diffusion. En effet, au-delà des effectifs croissants, le football féminin connaît une médiatisation progressive de ses événements majeurs (Coupe du monde féminine, compétitions européennes, championnat de Division 1, etc.), comme nous le verrons. Cette évolution s’incarne dans une dynamique paradoxale faite d’avancées et de persistances des représentations médiatiques genrées des sports féminins et des femmes athlètes.

L’évolution du football féminin au cœur des tensions entre sport, genre et médias

6La visibilité du sport est fortement liée à sa médiatisation (Wille, 2015) et le maillage entre sport et médias a été largement démontré (Rowe, 2004). Néanmoins, les sports féminins bénéficient peu de ce puissant levier nécessaire à la progression des pratiques sportives. Nombre de travaux francophones interrogent aujourd’hui les enjeux liés au genre au sein des milieux sportifs et médiatiques (Montanola, 2008 ; 2014 ; Travert et Soto, 2009 ; Bayle, Jaccard et Vonnard, 2013 ; Delorme, 2013). La médiatisation des sports féminins y est questionnée en regard de la faible présence des sportives dans l’espace public médiatique et de la difficulté des médias traditionnels (télévision, presse écrite et radio) à sortir des logiques sexuées (Montanola, 2008, 2014 ; Delorme, 2013). Ces recherches partagent le constat d’une construction stéréotypée de l’image de la sportive (Louveau, 2004 ; Laberge, 2004 ; Menesson, 2005) qui se prolonge dans les contenus médiatiques. Si les articles de presse écrite ou de télévision sur les sportifs évaluent principalement leurs performances, ceux qui s’intéressent aux sportives les renvoient davantage à une corporéité genrée, notamment « la plus belle » ou la « plus féminine » (Montanola, 2008), ou les cantonnent à l’univers domestique (Delorme, 2013).

7La sous-médiatisation des sports féminins par rapport aux sports masculins et la prégnance du masculin dans l’espace sportif soulevé par une grande part des travaux francophones restent donc d’actualité. Considérant que le rôle d’Internet reste un angle mort de ces recherches, il s’agit donc spécifiquement de saisir les enjeux qui sont corollaires à cette forme de médiatisation.

  • 4 « Footengo » plateforme Internet illustre l’émergence de ce modèle. Rassemblant un grand nombre de (...)
  • 5 Source : La vie des femmes et des hommes en Europe – un portrait statistique, Eurostat, 2017

8Le rôle que joue Internet dans la médiatisation du sport peut être compris du point de vue des audiences, de la pluralité de ses formats (sites web, médias sociaux) et des revenus potentiels des sites Internetpay per view4. Cette place accrue peut être mise en parallèle avec le développement de la présence des femmes usagères d’Internet et particulièrement des réseaux sociaux (Mercklé, 2004 ; Jouët, Niemeyer et Pavard, 2017). Comme le montrent les données de l’Union européenne, si les femmes sont un peu moins nombreuses (77 %) que les hommes (81 %) à utiliser Internet, en Europe en 2016 elles participent un peu plus aux réseaux sociaux (65 % des femmes, 61 % des hommes), en France plus spécifiquement elles représentent 49 % des femmes internautes alors qu’on chiffre la part des hommes à 44 % des hommes5. En participant à la reconfiguration d’une multitude de pans de la vie sociale, la nouvelle ère instaurée par les Technologies de l’information et de la communication (TIC) tendrait aussi à bouleverser l’ordre du genre (Vendramin, 2011), même si certaines disparités subsistent dans l’accès, les usages (Proulx, Heaton et Millette, 2012) ou les modes d’appropriation (Jouët, 2003 ; 2007 ; Mercklé et Octobre, 2012) des pratiques et dispositifs médiatiques liés à Internet.

9Comme d’autres sports, le football s’est construit comme un espace genré (Louveau, 2004 ; Larberge 2004 ; Menesson, 2005 ; Terret et Liotard, 2005). Peu nombreuses dans la population pratiquante, les femmes le sont également dans les instances dirigeantes du sport (Chimot, 2004 ; McKay et Laberge, 2006 ; Barbusse, 2016). En plus de la faible proportion des femmes pratiquantes, les représentations sexuées participent à une construction binaire de la pratique dans laquelle le football sans qualificatif est réservé aux hommes et le football féminin aux femmes. Le football est ainsi sous-entendu dans l’imaginaire collectif comme une pratique masculine et une catégorie neutre. La pratique masculine constitue dans ce sens la référence ou la norme autour de laquelle se construit un modèle atténué qui est le football féminin (Abouna, 2010). Selon Cécile Ottogalli et Jean Saint Martin (2009), cette distinction apparaît dans de nombreux cas par l’usage du terme « sport féminin » décliné aussi bien dans les pratiques, les matériels ou l’imaginaire, créant une confusion entre le sexe et les normes de féminité. Cette tension entre sport et genre trouve son prolongement dans le traitement médiatique des sportives.

10Dans cette perspective, l’émergence et l’accélération observées au cours des dernières années de cette « scène de visibilité médiatisée » (Voirol, 2005) propre au football féminin à travers la multiplication des formats ou plateformes, s’opèrent dans un contexte encore empreint d’une hégémonie de la pratique sportive masculine. Nous formulons alors l’hypothèse qu’à travers ses multiples formats (sites, réseaux sociaux, blogues, etc.), la présence publique du football féminin sur Internet apporterait une nouvelle visibilité (Voirol, 2005), voire une légitimité (Honneth, 2004, 2013 ; Fraser, 2001) à la fois par le développement de cette présence, mais aussi par l’évolution vers une autre vision archétypale du football féminin. Entre les spécificités des actions en ligne et les logiques qui structurent les mondes sociaux auxquels elles se rattachent (Beuscart, Dagiral et Parasse, 2016, p. 9), la contribution d’Internet au renouvellement de la sphère publique footballistique au féminin renverrait à une conception plus hétérogène de celle-ci. La prochaine section, consacrée à la présentation du corpus et de la méthodologie, permettra d’identifier de manière plus concrète les façons dont s’opèrent ces transformations.

Méthodologie et terrain d’enquête

  • 6 Il reste difficile de quantifier le nombre de sites Internet consacrés au football féminin, puisque (...)
  • 7 Nous tenons à remercier Cyril Nguyen Van (ingénieur d’études en analyse et structuration de données (...)

11L’approche méthodologique est basée sur une observation netnographique des sites liés au football féminin pour comprendre le développement de ces nouvelles pratiques médiatisées. Le questionnement s’ancre dans le contexte français des quinze dernières années, tout en intégrant quelques comparaisons internationales. Le choix du corpus découle d’une recherche des sites et plateformes consacrés au football féminin, dont un premier tri a été fait tout d’abord selon leur ordre d’apparition et leur popularité, principalement sur les moteurs de recherche de Google et Yahoo et, ensuite, selon leurs citations sur d’autres sites6. Cette observation est suivie d’une analyse de contenu inspirée de la grille d’observation du « dispositif sociotechnique » élaborée par Josiane Jouët et Coralie Le Caroff (2013). Cette grille permet notamment de saisir les modalités de présence du football féminin sur Internet, particulièrement leur nature participative ou contributive (« commentaire », « partage », « like » ou « j’aime ») via les outils de discussion (volet déroulant des commentaires de sites ou réseaux sociaux qui leur sont associés). L’analyse de la diversité des sites et de leurs caractéristiques s’inscrit dans une perspective monographique7.

  • 8 Si Instagram apparaît également dans le fil de l’actualité du football féminin, il pourrait faire l (...)

12L’observation nous a conduite à identifier une multiplication et une diversité de sites Internet tels que les sites vitrine d’information, les blogues (moins nombreux) et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram8). La plupart des équipes féminines disposent aujourd’hui d’un site vitrine dédié, qui prend place aux côtés des nombreux sites indépendants voués aux grands événements du football féminin. Parallèlement à cette forme de présence, on note un accroissement de comptes d’équipes de football féminin sur les réseaux sociaux, particulièrement Facebook et Twitter, qui se trouvent par conséquent plus visibles en raison de la régularité et la permanence de leur activité communicationnelle. Il existe aussi quelques sites quasi inactifs dont la seule activité communicationnelle se limite par exemple à l’acte de création du site. Ces derniers participent néanmoins de l’analyse de l’évolution ou de l’enracinement des modes de communication sur le football féminin. Le Tableau 1 est un récapitulatif non exhaustif des 6 sites et blogues répertoriés lors de notre observation.

Tableau 1. Récapitulatif des sites de football répertoriés et activité communicationnelle en 2016

Tableau 1. Récapitulatif des sites de football répertoriés et activité communicationnelle en 2016
  • 9  https://jouelacommemiahamm.wordpress.com/
  • 10 L’observation du blogue est en cours et ne fait donc pas l’objet d’une analyse plus poussée dans le (...)

13Un seul blogue actif intitulé « Joue-la comme Mia Hamm » a été identifié9. Il est porté par la joueuse de football Syanie Dalmat et hébergé par « lequipe.fr », site du journal sportif français « L’Équipe » qui détient le monopole économique de la presse sportive en France10.

14En ce qui concerne les autres sites, nous avons identifié deux types : les sites institutionnels qui émanent des organisations officielles chargées de la gouvernance du football et les sites indépendants (ou privés) dont certains s’inscrivent dans une logique marchande. S’ils ont en commun l’usage des mêmes canaux de communication (site web, réseaux sociaux), ces deux types de sites se différencient par le statut des acteurs ou des organisations qui les portent.

Les sites institutionnels

  • 11 La mixité fait référence ici au fait que les équipes féminines et masculines sont affiliées à un mê (...)

15Quatre sites institutionnels ont été observés. Ce sont des sites d’équipes féminines homologuées et affiliées autant à des clubs mixtes11 que non mixtes. Le Tableau 2 récapitule les caractéristiques de ces 4 équipes.

Tableau 2. Récapitulatif et caractéristiques des équipes ou clubs observés

Tableau 2. Récapitulatif et caractéristiques des équipes ou clubs observés

16Nous remarquons que le statut mixte et non mixte ainsi que le niveau de compétition révèlent des contrastes, pour ne pas dire de profondes disparités, au sein même du milieu footballistique féminin. Ces écarts font aussi état de la proximité, voire de la dépendance de certaines équipes féminines vis-à-vis des organisations de football masculin. Dans ce cadre, nous identifions trois catégories d’équipes :

  1. Les équipes féminines professionnelles : l’Olympique Lyonnais féminin (« OL féminin ») et le Paris Saint-Germain féminin (« PSG féminin ») issus des clubs mixtes.

    • 12 Le club a fusionné avec un club mixte et changé de nom en devenant en 2017 le Paris Football Club ( (...)

    Les équipes féminines semi-professionnelles non mixtes : le Football Club Féminin Juvisy Essonne (« FCF Juvisy » ou FCFJ)12

  2. Les équipes féminines mixtes amateurs : Football Club Bergot féminin (« FC Bergot féminin »)

17L’OL féminin et le PSG féminin ont pour particularité d’être intégrés dans deux grands clubs de football masculin en France qui jouissent d’une notoriété et d’importants moyens matériels et financiers. Face à la majorité des équipes féminines françaises, ces équipes disposent par conséquent d’une plus grande attention et des moyens plus considérables. Elles font par ailleurs partie des rares équipes où se développe une professionnalisation (bien qu’encore très marginale) de la pratique du football féminin. À ce titre, le PSG féminin et l’OL féminin comptent respectivement 27 et 30 joueuses professionnelles en 2017, selon les informations recueillies chacun des sites des deux clubs.

  • 13 Selon les données de la Fédération Française de Football, les footballeuses professionnelles les mi (...)

18Équipe féminine professionnelle affiliée à l’« Olympique Lyonnais », L’OL féminin fait partie des premiers clubs français masculins de football professionnel à avoir intégré très tôt une « section féminine » en leur sein. Leader du football féminin en France grâce à ses multiples titres (voir Tableau 2), l’équipe féminine constitue un véritable terrain d’observation des perspectives d’évolution du football féminin et de la manière dont il reste tributaire du football masculin. Il en est de même du PSG féminin, affilié au Paris Saint-Germain (PSG), le club de football professionnel le plus riche en France. Les footballeuses de l’OL et du PSG bénéficient donc de moyens financiers et communicationnels conséquents, bien que sans commune mesure avec leurs homologues masculins (ne serait-ce que sur le plan des salaires13).

  • 14 Du moins jusqu’à sa fusion avec le FC Paris qui en fait un club mixte.

19Contrairement à l’OL et au PSG, le Football Club Féminin Juvisy (FCFJ) est un club de renom exclusivement féminin14, et ce, par ses succès malgré des moyens matériels et financiers plus limités. Selon les informations disponibles sur le site Internet du club, les joueuses mènent en parallèle du football une activité professionnelle. Si cette situation constitue la norme dans l’espace du football féminin, la situation du FCFJ illustre une des singularités de la pratique féminine au regard du palmarès de l’équipe. En effet, le FCFJ évolue en 1re division féminine sans interruption depuis près de 30 ans. Il est par ailleurs le deuxième club féminin le plus titré après l’OL avec 6 titres de championne de France. En comparaison, le PSG féminin, qui possède un titre majeur à son actif, est plus présent dans la plupart des médias. Cette observation permet de constater que malgré ses succès, le FCFJ reste moins connu du grand public français, contrairement à l’OL et au PSG féminins. Cette méconnaissance s’illustre notamment par le faible nombre d’abonnés par rapport à l’OL et le PSG sur leurs sites communautaires respectifs, données répertoriées dans le Tableau 3.

Tableau 3. Comparatif de la visibilité des équipes féminines selon leur affiliation en 2016

Tableau 3. Comparatif de la visibilité des équipes féminines selon leur affiliation en 2016

20Contrairement au discours commun véhiculé (Abouna 2010), la performance ne constitue donc pas à elle seule, une garantie de visibilité pour le football féminin.

  • 15 Même si la dimension bénévole de cette responsabilité participe des caractéristiques inhérentes aux (...)

21Enfin, le FC Bergot fait partie d’un club mixte amateur et comprend deux sections : une section féminine et une section masculine, composées chacune d’une ou de plusieurs équipes évoluant à des niveaux différents des championnats féminins et masculins. La notoriété locale de la section féminine, précurseure du football féminin dans l’ouest de la France (plusieurs fois engagée aux 2e et 3e niveaux des championnats), a conduit à assimiler l’ensemble du club (pourtant mixte) à un club féminin dans l’imaginaire collectif local. Les footballeuses payent le prix de cette notoriété par le poids de différentes responsabilités qu’elles doivent porter, telles que la gestion de leur propre communication ainsi que celle de l’ensemble du club15. En effet, comparativement à une équipe masculine de niveau de compétition sensiblement équivalent où des professionnels de la communication assurent cette mission, la gestion et l’animation du site du club sont principalement assurées de manière bénévole par une équipe de footballeuses.

Les sites indépendants

22Les « sites indépendants » sont des sites d’information spécialisés sur le football féminin. Selon les informations mentionnées sur ces sites, ils émanent d’organisations privées ou d’initiatives personnelles de footballeuses, de passionné(e)s, spécialistes ou de professionnel(le)s du football et des médias. Des entreprises (telles que « Footoféminin », « Foot d’Elles » et « Cœur de Foot ») et des associations de footballeuses parfois encore en activité et de « fans » (comme « 200% Foot Fem » et « Lesféminines ») sont à l’origine de ce type de sites.

23Cinq sites ont été identifiés pour cette recherche. D’emblée, une forte présence de professionnel(le)s de l’information est remarquée sur ces sites. Selon les profils qui y sont listés, les équipes de communication sont constituées majoritairement d’hommes journalistes, de chargé(e)s de communication professionnel(e)s et de professionnel(le)s du football (joueuses ou dirigeant(e)s de football). Ces nouvelles formes de visibilité du football féminin laissent émerger, comme nous le verrons au cours de la prochaine section, deux dynamiques de communication distinctes.

La visibilité du football féminin : entre médiatisation locale et ultra médiatisation

  • 16 « Les chiffres clés de Canada 2015 ». Dans fifa.com

24Si, comme nous l’avons vu précédemment, les sports féminins font généralement l’objet d’une faible représentation dans les médias, cette situation tend à évoluer. Le taux de couverture médiatique des événements sportifs féminins, toutes disciplines confondues, est ainsi passé de 7 % à 15 % entre 2012 et 2014, selon les données du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Le football féminin participe à ce regain d’intérêt aussi bien en France que dans le monde, particulièrement lors des deux dernières Coupes du monde féminines de 2011 et 2015. La mise en avant exceptionnelle des footballeuses et le développement d’une information spécifique au football féminin dans les médias engendrent un public davantage conquis à cette activité sportive. La poussée médiatique du football féminin s’observe également sur Internet en regard des records d’audience parfois supérieure à celle des supports habituels, voire même le football masculin. Selon les estimations de La FIFA16, la dernière Coupe du monde féminine a enregistré :

  • 20 millions de visiteurs uniques sur FIFA.com pour les pages consacrées à la Coupe du monde féminine de la FIFA™, pour 225 millions de pages vues;

  • 178 % de visiteurs quotidiens supplémentaires de ce site par rapport à l’édition 2011;

  • 81 % d’abonnés supplémentaires pour le compte Twitter @FIFAWWC (222 000 abonnés) ;

  • 37 % d’abonnés supplémentaires pour le compte Instagram de la FIFA (jusqu’à 1,37 million d’abonnés);

  • 9 milliards de Tweets mentionnant la Coupe du monde féminine de la FIFA;

  • 28 millions de vues sur la chaîne YouTube de la FIFA contre 19 millions en juin 2014 pendant la Coupe du monde masculine du Brésil en 2014.

25Les formes de mise en visibilité semblent distinguer Internet des autres supports médiatiques, notamment par rapport à l’étendue de cette médiatisation. À la suite de l’analyse des modes de communication mise en œuvre par les sites, nous estimons que la nouvelle visibilité du football féminin en France s’incarne à travers trois processus de médiatisation à la fois locale, quotidienne et à grande échelle pour les sites officiels des clubs amateurs et d’élite, et des sites indépendants.

Une médiatisation ancrée localement

26Nous avons remarqué que les contenus diffusés sur les sites officiels des organisations de football féminin mettaient en scène une activité beaucoup plus locale et un rayonnement plus restreint, mais néanmoins nécessaires à la constitution de ces clubs. La création de ces sites a permis d’accroître la diffusion de l’information ayant trait au football féminin. En plus de relayer sur une base régulière l’actualité des clubs concernés, ces sites rendent l’information plus accessible et à jour et s’assurent de son archivage qui ne trouvait pas de place dans les sites de football généralistes. Cette information était jusqu’ici, soit inexistante ou moins exhaustive, soit noyée dans la masse des sites des clubs mixtes où une place prépondérante est accordée à l’actualité masculine.

27Dans nos enquêtes menées entre 2007 et 2010 (Abouna, 2010), l’activité communicationnelle de certains sites était peu souvent mise à jour ou de faible portée. Elle est aujourd’hui décuplée par la diversité des outils de communication web (sites, réseaux sociaux, blogues, forums, etc.) qui permet de multiplier les sources d’information, tout en conservant un ancrage très local. Par exemple, le site du FC Bergot est surtout composé d’informations centrées sur la vie du club (et autour du club) en raison de ses moyens plus limités et de son niveau de compétition régional. Les informations répertoriées sur le site se concentrent essentiellement sur l’équipe et, de manière ponctuelle et accessoire, sur ses adversaires (mais rarement sur le football féminin en général). Le calendrier des compétitions et les feuilles de match constituent en effet les informations souvent les plus mises à jour. Le faible nombre d’abonnés de la page Facebook (125 au total en 2016) ainsi que leur identité sont également une illustration d’un rayonnement et d’une popularité à plus petite échelle. Selon les résultats de notre observation, ces abonnés regroupent principalement des membres du club ou de leur entourage immédiat (famille, amis et amies).

  • 17 Les « soirées loto » constituent en France des activités alliant festivités et loterie pour laquell (...)

28Il importe également de soulever que le site Internet du FC Bergot s’avère être le repère de la vie sociale du club. Ainsi, en plus de la diffusion d’informations sportives, on y trouve les propositions d’activité, de sorties collectives ou des petites annonces (telles que les offres de location de maisons dans la région) qui sont parfois sans lien avéré avec le football. Considérant que le milieu du football féminin se construit déjà autour d’un réseau d’interconnaissance fondé sur des sociabilités sportives et non sportives (Abouna, 2010), nous observons qu’Internet renforce cette proximité sociale, qui se trouve désormais entretenue par les contributions, les partages et les formes d’action mobilisées en faveur du football féminin sur les pages Facebook et les forums. Le site Internet permet donc d’assurer le maintien et la croissance de cette vie sociale, laquelle est nécessaire à la mobilisation des ressources humaines et matérielles, autrement fournies par les footballeuses elles-mêmes (comme l’organisation de « soirées loto17 » par exemple). Le football féminin existe en effet grâce à l’appui d’un fort réseau d’interconnaissance constitué des ami(e)s, compagnes et compagnons, parents, enfants, supporteurs, sympathisant(e)s, etc., et les sites officiels constituent des canaux par excellence pour étendre sa portée. Cette nouvelle forme de visibilité s’articule donc à une forme de communication qui existe déjà entre les membres de ce réseau, tout en misant sur la diffusion des informations sportives d’autre nature, comme en témoignent les annonces de locations d’appartements. La présence de ce réseau d’interconnaissance ainsi que la fréquence des interactions virtuelles et réelles laissent place à la construction et à la diffusion d’un discours favorable au football féminin, notamment parce qu’il est appuyé par une communauté et mis en forme par le milieu concerné. Cette médiatisation à petite échelle semble alors s’éloigner des représentations genrées qui marquent le football féminin diffusé dans d’autres contextes.

29Il est aussi à mentionner que dans le cas du site du FC Bergot, les contenus liés au football féminin (informations sur les matchs, activités extra sportives, photos personnelles, anecdotes racontées par les joueuses, etc.) apparaissent plus variés et intimes que ceux ayant trait au pendant masculin de cette même équipe. Il est difficile de savoir si cette situation est attribuable à la forte présence des joueuses de football dans l’équipe de communication ou au fait que l’équipe féminine évolue à un niveau de championnat plus élevé que celui des hommes, ce qui lui confère un meilleur statut. La forte présence de références à la section féminine dans le fil de l’actualité du site participe aussi à la promotion du football féminin en général, comme le montre ce message d’appel à recrutement « Viens jouer ! La section féminine est ouverte à tout niveau de pratique », qui figure de manière permanente sur le site.

L’ultra médiatisation du football féminin

30Pour les équipes féminines d’élite, avec des moyens financiers et un rayonnement plus importants, nous remarquons une visibilité plus large et un rayonnement qui dépasse l’échelle de la communauté locale et de joueuses. Bien qu’elles aient recours aux mêmes canaux de communication (site web, réseaux communautaires), les équipes féminines amateurs et d’élite se distinguent par les moyens mobilisés et l’espace de diffusion, logiquement plus étendus pour les équipes d’élite qui participent à un nombre plus important de compétitions nationales et internationales. C’est le cas des sites de l’OL, du PSG et du FCFJ dont les équipes évoluent en Division 1. L’importance de leur activité sportive ainsi que les moyens mobilisés les conduisent à épouser des formes de communication proches des sites indépendants, particulièrement en raison du recours aux services des professionnels de la communication. Par exemple, selon les informations disponibles sur ce même site, le site de l’OL féminin est administré par une société d’édition. La multiplication de la publicité, des annonceurs sur ces sites et leurs réseaux sociaux de plus grande envergure (voir Tableau 3) inscrit ainsi la communication des équipes féminines dans le même modèle d’économie sportive qui caractérise les équipes masculines. La visibilité des équipes d’élite est donc plus grande, surtout celles qui sont associées aux clubs mixtes. L’écart entre les niveaux d’abonnés des pages Facebook des trois clubs d’élite (OL, PSG et FCFJ) en constitue une illustration. Ils comptent respectivement 36 000, 255 000 et 11 930 abonnés en juillet 2016 (voir Tableau 3 sur le comparatif de la visibilité des équipes féminines). Au-delà des disparités avec le football masculin (2 685 642 abonnés pour l’OL masculin et 25 millions pour le PSG masculin), il semble aussi se creuser d’autres disparités au sein même du football féminin. La situation de ces trois équipes féminines d’élite met en lumière les enjeux de la mixité dans la mise en visibilité, où la pratique féminine se trouve marginalisée au plan médiatique. La question de la mixité est d’autant plus pertinente que la FFF incite fortement la plupart des clubs professionnels de football masculin à intégrer des équipes féminines en leur sein. On pourrait donc se demander dans quelle mesure cette association aux clubs masculins peut être un gage de visibilité de la pratique féminine.

  • 18 C’est une dénomination connotée qui désigne les pratiques des athlètes féminines alors que l’identi (...)

31L’adossement à un club mixte révèle ici le poids encore prégnant du football masculin dont le football féminin reste tributaire. La présence en ligne des équipes féminines issues de clubs mixtes reste fédérée au sein d’un seul site commun, et cela vaut aussi bien pour la pratique amateur que la pratique d’élite. Seuls les comptes Facebook et Twitter des équipes spécifient s’il s’agit de football féminin ou masculin. L’organisation en un site commun laisse parfois plus ou moins de place au football féminin. Dans la plupart des sites institutionnels des clubs mixtes, la catégorie « Féminines »18 est mentionnée pour désigner les footballeuses sans qu’il n’existe de catégorie « Masculins » équivalente pour les footballeurs. Ces derniers sont désignés par exemple sous le terme générique « équipes » et révèlent tout le poids de l’hégémonie masculine de ce sport. Elle est implicitement reproduite sur le site du PSG à travers l’intitulé de l’onglet « Féminines » qui renvoie de manière connotée à l’activité féminine alors que l’onglet « Équipe première » lié à l’activité masculine reste plus neutre. L’OL semble pour sa part rompre avec ces représentations du football masculin comme « allant de soi », puisque les onglets « Féminines » et « Masculins » organisés de manière similaire, distinguent respectivement les contenus propres au football féminin et masculin.

32La circulation d’un discours officiel et convenu au sein des sites institutionnels s’inscrit dans une stratégie en phase avec celle des instances dirigeantes telles que la FIFA ou la FFF pour promouvoir le football féminin. Cette médiatisation peut être qualifiée « d’endogène » puisqu’elle émane des institutions ou des instances de gouvernance du football féminin. Tout en s’inscrivant dans cette dimension endogène, les équipes féminines d’élite arborent également, bien que dans une moindre mesure, les modalités d’une communication plus généraliste et ancrée dans le quotidien, comme les sites indépendants.

Ultra-médiatisation et visibilité quotidienne du football féminin

33Comme le souligne Alain Berbèze, « la valeur d’un réseau augmente à proportion du carré de ses membres » (2000, p. 194). L’élargissement du réseau du football féminin, pour sa part, s’inscrit dans une dynamique de multiplication des sites indépendants. À l’instar des sites institutionnels, les sites indépendants apparaissent comme une véritable arène publique (Cefaï, 2016) où circule une information exclusive et revendiquée sur le football féminin. Les noms des sites et leurs slogans sont à cet égard évocateurs : « vivons le football féminin » ; « dribbler la différence », etc. (voir Tableau 1). Comme pour le football masculin ̶ toutes proportions gardées ̶, Internet rend possible (et accentue) la médiatisation des activités du football féminin au quotidien, dont l’ampleur se trouve davantage soutenue sur les sites indépendants. Cette médiatisation se caractérise par la diffusion d’informations régulières et instantanées comme le déroulement des matchs relayés en direct ou l’actualité sur les transferts des footballeuses ou signatures de leurs contrats, etc. Ce mode de communication ancré dans l’ordinaire de l’activité et proche de certaines modalités de diffusion des médias sportifs traditionnels, était jusqu’ici le privilège du football masculin.

34Tout comme les sites institutionnels d’élite, l’activité de ces sites est majoritairement visible via les deux principaux réseaux sociaux : Facebook et Twitter. Le nombre d’abonnés ainsi que l’évolution depuis leur création des « posts » ou « contributions » sur les sites les plus en vue tels que : « Footofeminin », « Foot d’Elles » et « Cœur de Foot », sont les marqueurs de cet engouement, comme le montrent Tableau 1 et les Graphiques ci-dessous. Il est à noter que cette grande médiatisation advient également grâce à Twitter, puisque bon nombre d’informations diffusées sur les deux réseaux communautaires y sont régulièrement relayées.

  • 19 Il n’a pas été possible de recueillir les données à cette date.

35Créé en 2008, « Footofeminin » est le plus ancien des trois sites représentés par les graphiques. Il compte moins d’abonnés sur Facebook (7 800 abonnés) que les deux autres sites, mais il compte davantage d’abonnés sur Twitter (9 628 abonnés) en 2016. Le Graphique 1 récapitule les posts du compte Facebook de ce site, de 201119 à 2016.

Graphique 1. Évolution des posts Facebook sur le site « Footofeminin » 2011-2016

Graphique 1. Évolution des posts Facebook sur le site « Footofeminin » 2011-2016

36Avec 9600 abonnés sur Facebook et 9028 abonnés sur Twitter, l’activité communicationnelle du site « Foot d’elles » est constante et proche de celle du site « Footofeminin ». Le Graphique 2 retrace l’évolution annuelle des posts Facebook sur le site « Foot d’Elles » de sa date de création en 2012 jusqu’en 2016.

Graphique 2. Évolution des posts Facebook sur le site « Foot d’Elles » 2012-2016

Graphique 2. Évolution des posts Facebook sur le site « Foot d’Elles » 2012-2016

37« Cœurs de Foot » est le site le plus récent (2015) et celui qui compte le plus d’abonnés sur Facebook (25 000 abonnés) par rapport à Twitter (1 612 abonnés). Sa position de nouveau venu, particulièrement au cours d’une échéance majeure telle que la Coupe du monde féminine en 2015, n’est pas anodine au regard de son nombre d’abonnés. Le Graphique 3 retrace donc l’évolution des posts Facebook du site « Cœurs de Foot » entre 2015 et 2016.

Graphique 3. Évolution des posts Facebook du site « Cœur de Foot » 2015-2016

Graphique 3. Évolution des posts Facebook du site « Cœur de Foot » 2015-2016

38Les sites « Cœurs de Foot » et « Footoféminin » sont ceux qui concentrent le plus grand nombre de visiteurs. Cette popularité peut s’expliquer par le fait que leur activité est fortement relayée par les autres sites à travers un nombre important de retweets. Par exemple, une majorité de l’activité de « 200% Foot Fem » est constituée de partages des liens issus de ces deux sites. Nous remarquons alors qu’il existe une forte interaction entre les différents sites à travers une diffusion et un partage accru de l’information qui épouse les contours des modèles de diffusion du sport masculin. Bien que les publications soient peu commentées, les nombreux partages intersites à travers les retweets ou les mentions « like » donnent une densité à la communication (Stenger et Coutant 2013) et renforcent l’interaction entre les communautés de fans de football féminin. Pour ces sites, il n’existe quasiment pas de période sans activité communicationnelle, ce qui contribue à assurer une visibilité constante au football féminin. On peut noter par ailleurs que celle-ci augmente de manière conséquence lors des compétitions majeures, comme l’illustrent les courbes des comptes Facebook « Footofeminin » en juin 2011 et 2015 (dates des deux dernières Coupes du monde féminines) et « Foot d’Elles » en juillet 2013 (date de l’organisation de la Coupe de l’UEFA féminine).

39Contrairement à la télévision ou à la presse écrite spécialisée qui se cantonnent majoritairement à l’actualité nationale ou aux événements majeurs, ces sites généralistes couvrent une multitude d’actualités locales, nationales et internationales qui ont trait au football féminin. Cette actualité porte aussi bien sur la vie des équipes, des footballeuses ou des autres acteurs et actrices engagés dans l’activité, ainsi que sur les prises de parole ou partis pris sur le football féminin, et ce, indépendamment du statut et de la notoriété des équipes. En somme, alors que les supports traditionnels (télévision, radio et presse écrite) laissent peu d’espace au football féminin amateur, Internet permet de diffuser la plupart des niveaux de compétition. Même si la participation (notamment les commentaires) des fans de football féminin reste faible, il faut souligner qu’elle a néanmoins évolué par rapport à la première vague des sites féminins souvent inactifs. Le football féminin n’échappe pas en cela aux limites interactives des usages d’Internet et réarticule certains enjeux de genre propres à sa dimension participative (Jouët et Le Caroff, 2013).

Conclusion : Retour sur les avancées et paradoxes de la visibilité du football féminin

40Le football féminin (professionnel, semi-professionnel et amateur) reste marginal dans l’univers médiatique contemporain. Sa place dans l’espace public et particulièrement dans les médias est en voie de se construire et de se légitimer, malgré la place dominante qu’occupe encore le football masculin aujourd’hui. L’évolution de la visibilité du football féminin s’explique en partie grâce à une présence croissante sur différentes plateformes Internet. Cette ouverture s’opère à travers la constitution et l’enracinement des communautés footballistiques féminines qui vont de pair avec la création de sites spécialement voués aux clubs féminins, l’apparition des sites indépendants spécialisés dans le football féminin, mais également une présence en ligne non négligeable des joueuses et d’un public actif sur les réseaux sociaux. Contrairement à la première vague de sites Internet qui a vu le jour sous un mode très personnalisé, parce que portés essentiellement par des footballeuses soucieuses de rendre visible leur pratique, les formes de communication actuelles ont l’avantage d’être plus structurées et professionnalisées. La diffusion du football féminin s’inscrit donc de plus en plus dans une forme de rationalisation et de logique marchande spécifique à l’univers du football masculin et, paradoxalement, il reste associé et dépendant de celui-ci, particulièrement dans les clubs mixtes. Aussi, si leur statut et leur quotidien tendent à distinguer le football féminin du football masculin, les modalités et les formes de communication professionnelle les rapprochent, principalement dans la pratique féminine d’élite. Pour autant, Internet met en lumière une nouvelle forme de traitement médiatique au sein duquel sont rendues visibles toutes les formes du football pratiqué par les femmes, même celles les plus marginales ou peu valorisées. La médiatisation de la pratique féminine évolue donc progressivement sur le plan quantitatif et qualitatif, ne serait-ce que par le nombre d’abonnés, de visites ainsi que la multiplication et la diversification des plateformes et des contenus dont il reste toutefois à saisir les contours.

41L’hégémonie du football masculin et la visibilité marginalisée des femmes athlètes ne sont pas des phénomènes nouveaux et la multiplication des faisceaux d’information qu’offre Internet semble mettre cette dynamique encore davantage en lumière. Il reste à mesurer (toutes proportions gardées et indépendamment du sponsoring et du mécénat dont le football féminin reste tributaire), les retombées de cette visibilité qui contraste encore avec celle du football masculin dont près de 40 % du financement provient des droits de diffusion. De fait, la médiatisation plus régulière des grandes compétitions liées au football féminin ainsi que la présence constante et l’engouement du public pour certains clubs féminins peuvent constituer des accélérateurs d’un processus en cours. Les dynamiques communicationnelles singulières et la présence du football féminin dans l’espace public nettement en progression grâce à Internet peuvent cependant contraster avec la réalité à laquelle ce sport est confronté. Pour autant, la mise en visibilité du football féminin participe à une forme de reconnaissance de l’activité footballistique féminine qui aspire à une certaine indifférenciation à travers une présence quotidienne ainsi qu’un discours récurrent tendant à l’inscrire dans une logique ordinaire (Abouna, 2010). Au-delà de l’observation, il apparaît donc nécessaire de recueillir les discours des actrices et acteurs pour saisir la manière dont ces nouvelles pratiques médiatisées donnent sens au football féminin et la dimension d’« empowerment » ou capacité émancipatrice dont elles peuvent être constitutives ou pas.

Haut de page

Bibliographie

Abouna, M-S. et Lacombe P. (2008). La construction de l’espace du football au féminin : un processus de construction du genre ? Socio-logos, 3. Repéré à https://journals.openedition.org/socio-logos/1982

Abouna, M-S. (2010). Féminisation du football et constructions des identités sexuées : des dynamiques et accommodements de(s)-ordres du genre. (Thèse de doctorat). Université de Bretagne Occidentale.

Abouna, M-S. (2015, 26 juin). Mondial de foot féminin : moyens restreints, clichés sexistes... Les hommes dominent encore. l’Obs. Le Plus. Repéré à http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1389793-mondial-de-foot-feminin-moyens-restreints-cliches-sexistes-les-hommes-dominent-encore.html

Akrich, M. (1993). Les formes de la médiation technique. Réseaux, 60, 87-98.

Bayle, E., Jaccard, E. et Vonnard, P. (2013). Synergies football masculin et féminin : vers un nouveau modèle stratégique pour les clubs professionnels européens ? Revue Européenne de Management du sport, 1-25.

Barbusse B., (2016). Du sexisme dans le sport. Paris: Anamosa

Beaud, S. (2014). Affreux, riches et méchants ? Un autre regard sur les Bleus. Paris: La Découverte, coll. Cahiers libres.

Beaud, S. (2011). Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud. Paris: La Découverte, coll. Cahiers libres.

Bodin, D. et Héas, S. (2002). Introduction à la sociologie du sport. Paris: Éditions du Chiron.

Brekhus, W. (2005). Une sociologie de l’« invisibilité » : réorienter notre regard. Réseaux, 129-130(1), 243-272.

Berbèze J-P. (2000, 17 octobre). Les logiques fondatrices d’Internet. Journal Le Monde

Beuscart, J-S., Dagiral E. et Parasse S. (2016). Sociologie d’internet. Paris: Armand Colin.

Boniface, P. (2006). Football et mondialisation. Paris: Armand, Colin.

Cefaï, D. (2016). ‪Publics, problèmes publics, arènes publiques…‪ : Que nous apprend le pragmatisme ? Questions de communication, 30(2), 25-64. Repéré à https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/10704 ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Chimot, C. (2004). Répartition sexuée des dirigeant(e)s au sein des organisations sportives françaises. Staps, 4(66), 161-177.

Collet, L. et Papa, F. (2002) Sport et information sportive sur Internet : émergence d’une industrie de la relation ? 2001 Bogues Globalisme et pluralisme. Repéré à https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00390027

Coutant, A. et Stenger, T. (2013). Identités numériques. Paris : L’Harmattan, coll. Communication et Civilisation..

Delorme, J. (2013, 28 mars). Les casseroles et le sport féminin dans les médias. Le Monde.fr, Sport. Repéré à http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/03/28/les-casseroles-et-le-sport-feminin-dans-les-medias_3149880_3242.html#lMW98ilkVj9ZFOBH.99

Delorme, J. (2013, 3 juillet). La place de la femme dans les médias des progrès à accomplir. Repéré à https://sportetcitoyennete.blogactiv.eu/2013/07/03/la-place-de-la-femme-dans-les-medias-des-progres-a-accomplir/

Elias, N. (1991). La société des individus. Paris: Fayard.

Fraser, N. (2001). Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement (trad. de M. Valenta). Hermès, 31(3), 125-156.

Honneth, A. (2013). La lutte pour la reconnaissance. Paris: Folio/Essais.

Honneth, A. (2004). La théorie de la reconnaissance : une esquisse. Revue du MAUSS, 23(1), 133-136. DOI:10.3917/rdm.023.0133.

Jouët J. (2000). Retour critique sur la sociologie des usages. Communiquer à l’ère des réseaux, Réseaux, 100 (18), 487-521.

Jouët, J. (2003), La pêche aux internautes. Dans R. Chagniac (dir.) L’AUDIENCE, Presse, Radio, Internet, (pp. 203-212). Hermès 37. Paris: CNRS Éditions.

Jouët, J. (2003). Technologies de communication et genre. Des relations en construction. Réseaux 120(4), 53-86. DOI 10.3917/res.120.0053

Jouët, J. et Le Caroff, C. (2013). L’observation ethnographique en ligne. Dans C. Barats (dir) Analyser le web en sciences humaines et sociales (pp. 147-165). Paris: Armand Colin.

Julliard, V. (2009). Pour une intégration du genre par les sciences de l’information et de la communication. Questions de communication, 16, 191-210.

Julliard, V. et Quemener, N. (2014). Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives. Revue française des sciences de l’information et de la communication, 4. Repéré à http://rfsic.revues.org/693

Kaciaf, N. et Lagneau, E. (2013). Du vestiaire à la Une, de la Une au vestiaire. Sociologie de la mise en visibilité médiatique de l’« affaire Anelka ». Politique de Communication, 1. 196-225.

Laberge, S. (2004). Les rapports sociaux de sexe dans le domaine du sport : perspectives féministes marquantes des trois dernières décennies. Recherches Féministes 17(1), 9–38.

Liotard P. et Terret T. (dir.). (2005). Sport et Genre. Excellence féminine et masculinité hégémonique. Paris: L’Harmattan.

Louveau, C. (2004). Sexuation du travail sportif et construction sociale de la féminité. Cahiers du Genre, 36, 163-183.

Marquet, P. et Janssen, C. (2012). Introduction. Le lien social à l’épreuve d’Internet. Dans P. Marquet et C. Janssen (dir.) Lien social et interne dans l’espace privé (pp. 9-18). Paris: L’Harmattan.

McKay, J. et Laberge, S. (2006). Sport et masculinités. Clio. Histoire, femmes et sociétés, 23, 239-267.

Menesson C. (2005). Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre. Paris: L’Harmattan.

Mercklé, P. (2004). Sociologie des réseaux sociaux. Paris: La découverte, Repère.

Mercklé, P. et Octobre S. (2012). La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents. RESET. Recherches en sciences sociales sur Internet, 1(1). Repéré à http://www.journal-reset.org/index.php/RESET/article/view/3

Montanola, S. (2014). Articuler les études médiatiques et le genre au terrain sportif. Les cahiers de la SFSIC, 9, 39-44.

Montanola, S. (2012). La complexe médiatisation des sportives de haut niveau : les cas des championnats du monde d’athlétisme. Médias : la fabrique du genre, Sciences de la société, 83, 82-103.

Montanola, S. (2008). D’Helsinki (1952) à Athènes (2004) : la médiatisation des sportives aux Jeux olympiques ». Dans C. Boli (dir.) Les Jeux olympiques (pp. 312-324). Biarritz: Atlantica, Coll. Sport et mémoire.

Ottogalli-Mazzacavallo, C. et Saint-Martin, J. (2009). Femmes et hommes dans les sports de montagne. Au-delà des différences. Grenoble: MSH-Alpes.

Papa, F. (1998). Jeux Olympiques : du signal universel à la pluralité des images. Communications 67, 33-43.

Penin, N., Terfous, F. et Hidri-Neys, O. (2011). Quand les footballeuses en viennent aux mains… Champ pénal/Penal field, 8. Repéré à http://champpenal.revues.org/8083

Proulx, S., Millette, M. et Heaton, L. (dir.) (2012). Médias sociaux, enjeux pour la communication. Québec: Presses de l’Université du Québec

Recours, R. et Ferez, S. (2011). Le spectacle sportif, l’héroïsation et la construction du genre. Communication, 29(1). Repéré à : http://journals.openedition.org/communication/2502

Rowe, D. (2004). Culture and the Media: The Unruly Trinity (2nd Edition). Maidenhead: Open University Press.

Schneider, C. (1994). Communication, nouvelle fonction stratégique de l’entreprise. Paris: Delmas, Belfond.

Travert, M. et Soto, H. (2009). Une passion féminine pour une pratique masculine : le football. Sociétés, 1(103), 85-95. DOI: 10.3917/soc.103.0085.

Vendramin, P. (2011). TIC et genre : des regards multiples. tic&société, 5(1). Repéré à http://ticetsociete.revues.org/938

Verschuuren, P. (2014, 21 novembre). Le football et les affaires, les raisons d’un amalgame. IRIS. Repéré à http://www.iris-france.org/50729-le-football-et-les-affaires-les-raisons-dun-amalgame/

Voirol, O. (2005). Présentation. Visibilité et invisibilité : une introduction. Réseaux, 129-130(1), 9-36.

Voirol, O. (2005), Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique. Réseaux, 129-130(1). 89-121.

Weil, P. (1990). Communication oblige. Paris: Les Éditions d’organisation.

Wille, F. (2015). Pour une approche communicationnelle du sport. Hermès, 71, 153-159.

Wolton, D. (1999). Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias. Paris: Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier les collègues de la revue Communiquer, du Ciméos et de l’Ileps pour leurs conseils avisés et la relecture de ce travail.

2 Les chiffres-clés de « Canada 2015 », dans FIFA.com

3 La FFF comptait environ 50 000 licenciées en 2006, soit 3% de ses effectifs.

4 « Footengo » plateforme Internet illustre l’émergence de ce modèle. Rassemblant un grand nombre de sites consacrés au football amateur, avec un accès payant, le football féminin y est désormais référencé.

5 Source : La vie des femmes et des hommes en Europe – un portrait statistique, Eurostat, 2017

6 Il reste difficile de quantifier le nombre de sites Internet consacrés au football féminin, puisque la requête ne met en lumière que les sites les plus visibles, d’où une perspective monographique qui ne vise pas l’exhaustivité.

7 Nous tenons à remercier Cyril Nguyen Van (ingénieur d’études en analyse et structuration de données) et Arnaud Millereux (développeur informatique) qui ont permis de construire ce corpus et qui continuent de participer au recueil de données.

8 Si Instagram apparaît également dans le fil de l’actualité du football féminin, il pourrait faire l’objet d’une observation ultérieure des nouvelles formes médiatisées du football féminin.

9  https://jouelacommemiahamm.wordpress.com/

10 L’observation du blogue est en cours et ne fait donc pas l’objet d’une analyse plus poussée dans le cadre de cet article.

11 La mixité fait référence ici au fait que les équipes féminines et masculines sont affiliées à un même club, par contraste avec les équipes non mixtes composées uniquement d’équipes féminines ou masculines. Il existe cependant une mixité de la pratique notamment au sein des jeunes catégories où les footballeuses et les footballeurs pratiquent ensemble au sein d’une même équipe (Abouna, 2010). Cette forme de mixité ne sera pas traitée dans le cadre de cet article.

12 Le club a fusionné avec un club mixte et changé de nom en devenant en 2017 le Paris Football Club (FC Paris). Notre analyse reste cependant fondée sur les données recueillies avant ce changement.

13 Selon les données de la Fédération Française de Football, les footballeuses professionnelles les mieux payées en France, touchent en moyenne 4 000€ par mois, contre 75 000€ pour les footballeurs professionnels.

14 Du moins jusqu’à sa fusion avec le FC Paris qui en fait un club mixte.

15 Même si la dimension bénévole de cette responsabilité participe des caractéristiques inhérentes aux pratiques sportives amateurs en France.

16 « Les chiffres clés de Canada 2015 ». Dans fifa.com

17 Les « soirées loto » constituent en France des activités alliant festivités et loterie pour laquelle les participants achètent des tickets tirés ensuite au sort et leur permettant de gagner des cadeaux en nature. Cette activité permet souvent aux clubs sportifs ou associations caritatives de récolter des dons pour s’autofinancer.

18 C’est une dénomination connotée qui désigne les pratiques des athlètes féminines alors que l’identification des pratiques des athlètes masculins reste généralement neutre.

19 Il n’a pas été possible de recueillir les données à cette date.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Récapitulatif des sites de football répertoriés et activité communicationnelle en 2016
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2576/img-1.png
Fichier image/png, 195k
Titre Tableau 2. Récapitulatif et caractéristiques des équipes ou clubs observés
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2576/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Titre Tableau 3. Comparatif de la visibilité des équipes féminines selon leur affiliation en 2016
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2576/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Titre Graphique 1. Évolution des posts Facebook sur le site « Footofeminin » 2011-2016
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2576/img-4.png
Fichier image/png, 80k
Titre Graphique 2. Évolution des posts Facebook sur le site « Foot d’Elles » 2012-2016
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2576/img-5.png
Fichier image/png, 54k
Titre Graphique 3. Évolution des posts Facebook du site « Cœur de Foot » 2015-2016
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2576/img-6.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Stéphanie Abouna, « Internet et mise en visibilité du football féminin en France : entre avancées et paradoxes », Communiquer, 22 | 2018, 49-66.

Référence électronique

Marie Stéphanie Abouna, « Internet et mise en visibilité du football féminin en France : entre avancées et paradoxes », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2576 ; DOI : 10.4000/communiquer.2576

Haut de page

Auteur

Marie Stéphanie Abouna

Enseignante-chercheure à l’Ileps – École Supérieure des Métiers du Sport
Laboratoire CIMEOS (EA4177) de l’Université de Bourgogne à Dijon, France

Marie Stéphanie Abouna est docteure en sociologie. Elle est enseignante-chercheure à l’Ileps – École Supérieure des Métiers du Sport, de même qu’elle est rattachée au Laboratoire CIMEOS (EA4177) de l’Université de Bourgogne à Dijon. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du genre. Elle s’intéresse notamment à la construction des identités de genre dans différents contextes, dont celui du sport et des médias. Elle interroge dans ce cadre la féminisation du football à travers les dynamiques institutionnelles et médiatiques, entre autres celles liées à Internet.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals