Navigation – Plan du site

Les Ultras à Montréal entre tension, réappropriation et paradoxes

The Ultras in Montreal Between Tensions, Reappropriations and Paradoxes
Bachir Sirois-Moumni
p. 67-80

Résumés

L’objectif de cet article est de s’attarder aux significations culturelles du soccer telles qu’elles sont produites et exprimées par les groupes de supporters Ultras dans le contexte du soccer en Amérique du Nord. À partir d’une perspective sous-culturelle, l’analyse repose sur un corpus détaillant la culture Ultras à Montréal (Revue de presse locale [1992-2016], douze entrevues semi-dirigées et une observation participante à caractère ethnographique [2011-2016]). Elle décrit comment les Ultras ont pu consolider leur place dans le paysage culturel du soccer à Montréal à travers une série de tensions, réappropriations et paradoxes. En conclusion, il est avancé que les Ultras doivent se comprendre comme une manifestation culturelle fragmentée, constituée par de multiples dynamiques domination-négociation-résistance en relation avec les contextes locaux et internationaux dans lesquels ils prennent forme.

Haut de page

Texte intégral

« L’Impact est pour nous notre unique passion, on lâchera jamais notre blason ! » - Chant populaire de la tribune supporter montréalaise -

  • 1 Les termes « Hooligan » et « Hooliganisme » demeurent très problématiques encore aujourd’hui (Bodin (...)

1La passion du soccer ainsi que les ambiances survoltées dans les stades des différents continents invitent à réfléchir à l’investissement intense des supporters dans le sport spectacle ; c’est-à-dire l’articulation entre le sport et la commercialisation reproduisant les valeurs dominantes d’une société (Kellner, 2003). Si le soccer a vu sa popularité grandir dans les stades et hors stade, il a aussi permis l’émergence de différentes cultures et groupes organisés de supporters depuis les années 1960 (Bromberger, 1995 ; Lech, 2008 ; Redhead, 2016), dont les « Ultras », qui font l’objet de cet article. Les Ultras considèrent qu’ils appartiennent à un « mouvement » doté de ses propres règles, valeurs, pratiques et réseaux (Hourcade, 2003). Disséminés à travers le monde, ces derniers font partie d’un large ensemble qui serait le fruit d’une évolution influencée par des facteurs sportifs et extra sportifs, notamment en regard d’éléments politiques, socioéconomiques ou culturels (Bodet et Bernache-Assollant, 2011). Les manières d’appartenir au « mouvement Ultras », outre par le partage d’expériences et de références communes, s’expriment de façons diverses selon les contextes. « Être Ultras » à Montréal n’est pas la même chose qu’« être Ultras » en Italie ou en France par exemple. Se divisant en deux sous-groupes (les Ultras et les Hooligans1), ces formes de supportérisme se sont répandues à travers le reste de l’Europe au cours des années 1980 et 1990 (Mignon, 1998). Aujourd’hui, le phénomène Ultras est mondial et l’Amérique du Nord ne semble plus faire exception.

2Les Ultras ne participent pas d’un mouvement monolithique. Les réseaux mondiaux des groupes Ultras ne constituent pas une unité cohérente et ne s’entendent pas nécessairement sur les objectifs, les valeurs et les codes de conduite (Pilz et Wolki-Schumacher, 2010). Ainsi, tous les Ultras ne se ressemblent pas forcément et il n’existe pas, à proprement parler, une seule façon d’être Ultras. Il y a des groupes, des mouvements et des milieux qui diffèrent selon les pays et à l’intérieur même de chaque « kops » (emplacement traditionnel des groupes dans les stades) quant aux structures, aux règles, aux priorités, aux valeurs, à la relation avec l’organisation du club et même à la signification du terme « Ultras ».

  • 2 Le texte sera ponctué d’extraits d’entrevues effectuées avec des membres des Ultras à Montréal, ent (...)

3Au Québec, le premier groupe autoproclamé Ultras apparait en 2002, soit près de 10 ans après la fondation de l’équipe de soccer professionnel de l’Impact de Montréal. Largement inspirés des groupes Ultras internationaux, les Ultras à Montréal prennent de l’ampleur en 2012. En effet, c’est à cette époque que l’équipe de l’Impact de Montréal fait son entrée en Major League Soccer (MLS), la ligue la plus prestigieuse en Amérique du Nord, et que plusieurs nouveaux groupes Ultras voient le jour dans les tribunes montréalaises. Ce phénomène émerge dans un contexte historique sportif, médiatique et culturel québécois dominé par le hockey sur glace (Gruneau et Whitson, 1993). De fait, il faut souligner que le soccer est encore envisagé comme un sport spectacle marginal en Amérique du Nord, contrairement au reste du monde où il est le sport le plus médiatisé. Ceci est partagé par les Ultras eux-mêmes : « Dans la mythologie sportive au Québec, suivre l’Impact c’est déjà un peu original pis suivre l’Impact, dans la section supporter, c’est carrément exotique ! »2. Dans ce contexte, les Ultras apparaissent comme un cas de figure pertinent et singulier pour comprendre les transformations culturelles/sportives en cours. L’objectif de cet article est donc de s’attarder aux significations culturelles du soccer telles qu’elles sont produites, informées et exprimées par les groupes de supporters Ultras dans le contexte nord-américain.

4La majorité des travaux portant sur les groupes de supporters n’a pas nécessairement tenté de comprendre les dynamiques de construction de ces groupes dans des contextes culturels sportifs en émergence, ni en regard des influences locales et globales à ces regroupements. Cette absence de littérature est d’autant plus évidente dans un contexte d’« exceptionnalisme sportif nord-américain », peu interpelé par le soccer et sa culture de supportérisme (Markovits et Hellerman, 2014). Partant d’une perspective sous-culturelle, cette contribution vise à documenter les groupes Ultras en tant qu’ensembles culturels singuliers qui se construisent à travers différentes interactions, entre tensions, négociations, résistances et paradoxes au sein des cultures locales et globales. Dans le champ de la sociologie du sport et les études des supporters, la majorité des recherches est dominée par des travaux qui analysent ces mouvements dans leur rapport démonstratif avec la violence dans les stades (Bromberger, 1995 ; Hourcade, 2003 ; Testa, 2009), les Ultras et les hooligans (Bodin, 2003 ; Lech, 2008) ou encore l’histoire et la politique (Taylor, 1992 ; Dietschy, 2010). Si certains chercheurs considèrent les groupes de supporters de soccer comme des vecteurs d’expression des sous-cultures jeunes (Thornton, 2003, Redhead, 2016), peu se sont intéressés à leur participation aux significations culturelles des Ultras dans un contexte du soccer Nord-Américain.

5Afin de documenter les cultures Ultras montréalaises à différents moments, cette contribution puise à même une recherche menée de 2011 à 2016. Celle-ci s’est principalement organisée autour de trois outils de collecte de données : une recherche documentaire et médiatique, des entretiens avec des acteurs centraux des cultures Ultras et du soccer professionnel montréalais, ainsi que de l’observation participante. Visant à documenter les représentations dominantes du soccer professionnel et des cultures Ultras à Montréal, l’analyse de la presse locale depuis la création de l’Impact jusqu’en 2016 (1992-2016) est doublée de celle de contenus de blogues de partisans (trois associations de supporters et deux blogues relatifs au soccer québécois), qui permettent de comprendre les significations qui circulent. À cela, une douzaine d’entrevues semi-dirigées a permis de mieux cerner le point de vue local de supporters et artisans du soccer au Québec. Enfin, l’observation participante à caractère ethnographique de la culture Ultras montréalaise de 2011 à 2016 a permis d’examiner les Ultras dans leur contexte sous-culturel. Il s’agissait d’accompagner des Ultras dans leurs fréquentations de certains lieux montréalais centraux de cette sous-culture. Notamment, des lieux de rassemblement locaux, tels que le le Stade Saputo (stade spécifique au soccer de l’Impact), la Tribune 114 et 132, les sections du stade utilisées par les Ultras, le bar le Frappé, alors que les supporters se rassemblent pour regarder les matchs de l’équipe à l’étranger, ainsi que le Bra 99 (ou Bar 99, un lieu de prédilection pour les Ultras avant et après les matchs). Ces observations ont permis de mieux comprendre les pratiques collectives forgeant une appartenance commune qui animent le mouvement Ultras Montréalais et qu’une minorité d’acteurs investissent la culture Ultras. De cette manière, parmi les quelques 150 à 400 supporters réguliers du kop, une soixantaine de personnes sont membres de l’une des associations Ultras, une trentaine sont régulièrement actifs (confection de tifos, préparation de bannières, création de nouveaux chants, organisation des déplacements, etc.) et moins d’une dizaine ont des responsabilités importantes, dont la grande majorité du kop est composé d’hommes. Si l’on considère que de nombreux supporters se rejoignent dans le kop en adoptant une « attitude Ultras », leur intérêt pour le mouvement et la mentalité semble être variable. Partant de là, cette contribution s’attardera notamment aux processus de distinction et d’affirmation au sein du groupe ainsi qu’à l’extérieur de celui-ci. Ces trois lignes de questionnements structurent notre compréhension des processus de distinction et affirmation : 1) comment le style associé à cette sous-culture révèle des influences mondiales du mouvement Ultras et comment elle s’insère au sein de cultures de consommation ; 2) comment le groupe se construit en regard de l’organisation de l’Impact de Montréal ; 3) quelles sont les relations entre les Ultras et le sport spectacle du soccer en Amérique du Nord ?

Les Ultras de Montréal au prisme de l’analyse sous-culturelle

6Malgré la prégnance du concept de sous-culture (autant empirique que théorique) aux mouvements culturels des dernières décennies, celui-ci a été contesté en fonction de sa portée jugée essentialiste normative par certains auteurs (e.g. McRobbie et Garber, 1975 ; Gilroy, 1993 ; Muggleton et Weinzerl, 2003 ; Bennett et Kahn-Harris, 2004). Le terme « sous-culture » s’est tout de même imposé pour désigner des groupes sociaux qui partagent des activités, des croyances, des valeurs et des pratiques les distinguant d’une culture plus large (Hebdige, 1979). Ces groupes, tels que les Ultras, se distingueraient par leur « style », soit un ensemble de pratiques et signes incluant les styles vestimentaires, musicaux et langagiers affirmant le rapport du groupe à une culture dominante. En adoptant une attitude particulière et mettant de l’avant des pratiques qui les constituent et les différencient de la majorité des supporters d’un stade, la sous-culture Ultras occupe une place particulière dans la culture plus large du supportérisme nord-américain. Ainsi, si la sous-culture est souvent pensée par l’affrontement avec une culture dominante, le courant plus récent des post-sous-cultures remet cette lecture simpliste de la relation en soulignant un nombre important de tensions circulant entre les deux pôles. La prise en compte des interactions multiples (internes et externes) ont permis de comprendre les sous-cultures de manière plus complexe et flexible (Donnelly, 1993 ; Marchant, 2003), en évitant le piège d’une division trop simpliste entre « mainstream » et « sous-culture ». En ce sens, les sous-cultures participent à des mouvements mondiaux qui ne sont pas homogènes ni figés dans leurs styles d’expression et leurs formes de communication. Les Ultras sont traversés par un mouvement mondial, mais se construisent de manière idiosyncrasique et définitivement liée à leur conjoncture civique et nationale. La culture Ultras articule le local au mouvement Ultras mondialisé. En général, la culture Ultras ne s’oppose pas nécessairement ou unilatéralement au développement du sport spectacle, puisqu’elle incarne une partie prenante du spectacle médiatique du soccer en Amérique du Nord.

7Dans la sociologie du sport, le concept de sous-culture a permis, entre autres, d’explorer les questions d’identité et d’appartenance (Blackman, 2005), le rôle des médias dans la formation des sous-cultures sportives (Wheaton, 2007) ainsi que leur potentiel de résistance et de négociation dans des espaces culturels sportifs hégémoniques (Donnelly, 1993 ; Beal, 1995 ; Marchant, 2003). Il ne s’agit pas ici de recourir au concept de sous-culture afin de circonscrire ou de fermer les frontières autour de ceux qui sont membres des Ultras ou non, ni pour hiérarchiser leur valeur « en dessous » ou « au-dessus » des autres groupes culturels. Penser les groupes Ultras à l’aune des sous-cultures, permet d’observer le développement d’une appartenance singulière à un groupe local au sein d’un mouvement de supportérisme mondial en questionnant leurs rapports ambigus aux dimensions économique, juridique et culturelle des produits sportifs populaires. En ce sens, à la différence des études sur le fandom (Sandvoss, 2005 ; 2007) qui s’attardent souvent aux amateurs en tant que consommateurs, les perspectives sous-culturelles permettent d’envisager les Ultras (à Montréal) dans leur capacité d’organisation, d’action et de résistance, et donc de ne pas évacuer les dimensions politiques, esthétiques, sociales et communicationnelles du supportérisme.

8Si les chercheurs des années 1960 et 70 qui ont mobilisé le concept de sous-culture l’ont fait sur la base des conflits de classe, ou de l’opposition consciente et la résistance politique dont les groupes de jeunes des quartiers ouvriers témoignaient, les recherches plus récentes soulignent quant à elles la nature contradictoire de la « résistance » dans le contexte contemporain (Hughson, 2008). Becky Beal (1995) a souligné la capacité de résistance des sous-cultures sportives en regard de la culture sportive dominante et pose la question : « we need to ask who is the subculture resisting, where is the resistance cited, under what circumstances is resistance taking place, and in what forms is it manifest » (Barker, 2000, p. 342). Par exemple, les Ultras qui articulent des discours de résistance et d’opposition, « contre le foot business », représentent aussi des consommateurs et des opportunités promotionnelles pour les organisations sportives nord-américaines. En tant que clients fidèles, en plus de payer leurs billets et d’assister à toutes les rencontres, ils font partie intégrante du spectacle sportif du soccer en Amérique du Nord. De cette façon, ils en viennent malgré eux à contribuer à la commercialisation du soccer et la promotion des franchises sportives. L’intrication complexe des relations et des discours de résistance et d’affirmation au sein de la sous-culture Ultras nous porte à la comprendre comme partie prenante au sein d’un « mouvement » Ultras de Montréal doté de ses propres règles, valeurs et conception d’appartenance. C’est à ces modes d’appartenance que cette contribution s’intéressera.

Appartenances sous-culturelles Ultras à Montréal : entre distinction et affirmation

9Bien que plusieurs oppositions, telles que « inside/outside » ou « mainstream/subculture », semblent ne plus tenir pour l’analyse des sous-cultures (Thornton, 1995), un sens du « nous » et du « eux » est construit, performé et persiste à travers la pratique des Ultras. Cette distinction de sens, entre « intérieur » et « extérieur », « nous » et les « autres », est d’ailleurs constitutive de l’appartenance au groupe. Les membres des Ultras de Montréal se distinguent de ceux qui se trouvent « à l’extérieur » du groupe et adoptent une attitude différente (et souvent de supériorité). Ces « initiés » définissent les fondements, la structure hiérarchique, le style et les limites du groupe (Wheaton et Beal, 2003). Les codes, significations et valeurs ne sont pas toujours perceptibles par les personnes se trouvant « à l’extérieur » du groupe. Ainsi, par exemple, les techniques pour nouer son écharpe ou les façons de se comporter dans le kop ne sont pas appréciables par les personnes qui seraient à l’extérieur du groupe. Bien qu’il n’existe pas, à proprement parler, de « représentation objective de l’appartenance sous-culturelle » (Muggleton, 2000), l’appartenance aux groupes Ultras semble se construire de différentes façons, en particulier par ce que les membres de la sous-culture locale nomment la « mentalité Ultras ».

10Comme le faisait remarquer Dominique Bodin : « Être Ultras, c’est le supportérisme absolu, jusqu’au boutiste, qui peut, comme son origine latine l’indique, faire aller les supporters bien au-delà de la simple participation active » (Bodin, 1999. p.55). En tribune, la phase d’observation montre que les niveaux d’engagement des supporters sont très diversifiés et qu’il existe des relations hiérarchiques entre les Ultras. Ces rapports ont lieu autant à l’intérieur du groupe qu’à l’extérieur de celui-ci, vis-à-vis les autres supporters. Les relations hiérarchiques au sein du groupe peuvent être basées sur l’ancienneté des membres ou encore sur l’implication et le dévouement au sein des activités du groupe. Ce n’est pas donc pas seulement le résultat du match qui compte pour les Ultras. La majorité des membres du groupe se distingue par un soutien inconditionnel à l’équipe et prend très au sérieux leur propre engagement dans les activités organisées avant, pendant et après le match. Comme le souligne l’un de nos participants

  • 3 Les tifos (de l’italien soutenir quelqu’un ou quelque chose) sont des animations visuelles organisé (...)

[...] faire partie du groupe c’est se donner à 100 % pendant le match et en dehors du match, c’est se lever pour faire des « tifos3 », c’est tremper ses doigts dans la peinture, travailler, je sais pas combien d’heures pour un tifo qui va durer une minute pour encourager son équipe.

11Bien qu’elle demeure une notion tiraillée, les observations et les entretiens menés permettent de penser que la mentalité Ultras est liée à l’intensité et à l’investissement au sein du groupe dans le stade et à l’extérieur. En ce sens, « devenir Ultras » et « avoir la mentalité » passe nécessairement par un engagement : par la présence aux matchs, les connaissances des chorégraphies, la préparation des bannières et des tifos, les déplacements et les activités qui nécessitent une implication plus volontaire.

  • 4 Pour des fins de compréhension, on doit mentionner que le groupe Red Bull GmBH (société autrichienn (...)

12Certains membres ajoutent même une dimension militante au fait d’être Ultras. Un membre interrogé affirme que la mentalité Ultras s’exprime par la résistance au « foot business » : « Nous, on est contre le foot business donc tout cet aspect marketing puis le cash qu’il y a autour du sport ça nous dégoute ». Les Ultras se déclarent donc comme des acteurs à part entière du soccer et refusent le triple commandement imposé par le soccer moderne qui se traduit par « Paye ! Assieds-toi ! Tais-toi ! » (Bromberger, 1998, p.102). L’attachement au club va bien au-delà d’un rapport client-marchandise. Comme le mentionne l’un de nos participants, « on ne veut pas être des clients qui vont voir un produit, on est des supporters qui vont voir leur équipe ». L’un des membres interviewés résume ce positionnent fermement contre la commercialisation du soccer contemporain en évoquant l’exemple de l’équipe des Red Bulls4 de New York :

On les déteste, on distribue des tracts pour critiquer la manière que c’est géré là-bas, y’a une compagnie de boisson qui a décidé de racheter l’équipe, de tout effacer son histoire, pis de repartir sous un nouveau nom. C’est ce que le foot moderne a de plus dégueulasse à nous offrir.

13L’appartenance au groupe se développe à travers les relations quotidiennes des membres à l’intérieur du groupe ainsi qu’à travers les oppositions et les affiliations que ces derniers entretiennent à l’égard des autres groupes Ultras. L’appartenance se construit également en regard d’une mentalité Ultras mondialisée ; comme le suggère l’un des participants : « Je veux qu’on soit le groupe le plus près d’une “mentalité Ultras” qu’on a vu ailleurs dans le monde ». À travers leurs affinités et rivalités, une grande distinction s’observe entre ce qui est identifié comme des fans du club de soccer et des groupes Ultras jugés légitimes. Par exemple, un membre explique la relation préexistante avec d’autres groupes, notamment ceux de Toronto ; les Redpatch Boys et ceux du USector, (qu’il surnomme avec beaucoup de couleur « Redsnatch Boys » et « Urine Sector »), deux groupes de supporters qui sont associés à l’équipe de soccer professionnelle du Toronto Football Club (TFC) dans la MLS, avec lesquels ils entretiennent une grande rivalité : « je m’en bats les couilles de ces fan-clubs-là, parce que, pour être honnête, dans la MLS c’est pas mal tous des fan-clubs à part 1906 San Jose, et District Ultras Washington ». En discréditant certains groupes d’un côté et en marquant des affinités et un respect pour d’autres groupes de l’autre, les Ultras articulent leur propre vision de ce que doivent être leur « mouvement ». Ainsi, l’appartenance sous-culturelle se construit en relation et en tension avec d’autres groupes au sein des mêmes sous-cultures mondialisées (Ventsel, 2014) en plus de se construire en tension avec la culture dominante du soccer commercial.

14Ces relations sont aussi influencées par l’accumulation d’un « capital sous-culturel » (Thornton, 1995) propre aux Ultras, qui leur permettrait d’acquérir un meilleur statut au sein du groupe. Le capital sous-culturel des Ultras se construit à travers leur implication lors des matchs, ainsi que par le niveau de connaissance du club et du groupe. De cette manière, ce capital constituerait une base de significations commune au groupe afin d’authentifier leur support à l’équipe et au groupe (Bennett, 2000). La connaissance des chants, la participation aux tifos, la présence aux déplacements et aux activités sur les différentes plateformes des Ultras seraient ainsi sujettes au gain de capital tout autant que la démonstration de connaissance approfondie du club, de son histoire et de ses développements spécifiques. D’ailleurs, le statut et la popularité de l’Impact auraient peu d’importance pour les membres qui font partie du groupe depuis longtemps. Comme l’affirme un membre : « je les supportais quand ils étaient en 3e division ». Que l’équipe soit dans la ligue la plus prestigieuse ou non ne semble pas faire de différence pour les Ultras les plus passionnés. Ils voient même cet attachement à plus long terme comme étant constitutif de leur « authenticité Ultras », produite par la mise en valeur d’un capital sous-culturel et correspondant à « an accumulated social achievement seen as what constitutes ‘real’ or genuine membership » (Wheaton et Beal, 2003. p.159).

15Cet attachement vient aussi avec un vocabulaire qui permet d’identifier ceux qui appartiennent au cercle privilégié des « vrais Ultras ». Il existe en effet une forme de gradation au sein du groupe, qualifiant les supporters nommément de « touristes », « sympathisants » et « Ultras », selon leur degré d’authenticité. Considérés comme de simples clients ignorants, les « touristes » sont de manière générale la risée des Ultras comme le terme l’évoque. En effet, cette appellation tend à affirmer la relation de pouvoir préexistante entre le groupe et ce type de « fans ». Un participant mentionne :

Les touristes c’est comme la « joke » un peu péjorative, la petite famille qui pogne son billet dans la 132 parce que c’est pas cher pis y’arrivent là en bas, pis ils « catchent » pas quand les gens commencent à chanter, pis ils se disent : « Oh mon dieu qu’est-ce qu’on fait ici ?.

  • 5 Le kop est une tribune dans laquelle se rejoignent les supporters les plus actifs/intenses. Son ori (...)

16Les « sympathisants », quant à eux, sont vus de manière plus positive par les Ultras. Ils sont des aspirants Ultras, qui connaissent les attitudes et pratiques à adopter au sein du kop5, mais qui doivent encore faire leurs preuves. Ce faisant, certains demeureront au stade de sympathisants, tandis que d’autres essaieront de devenir des Ultras. Toutefois, cette hiérarchisation des supporters n’est pas fixée une fois pour toutes ; elle est sujette à changement et dépend de l’implication et de l’investissement des individus dans le kop.

17D’un point de vue collectif, le processus d’affirmation de la sous-culture Ultras se manifeste également en regard du contexte culturel/sportif hégémonique (mainstream) (Donnelly, 1993). Dans un contexte sportif dominé par le hockey à Montréal, les processus d’affirmation de la sous-culture sont partie intégrante du groupe Ultras. Comment authentifier son appartenance en tant que « vrai Ultras » à Montréal et, surtout, qui est en mesure de juger de cette place au sein de cette sous-culture mondialisée ? Les Ultras montréalais sont unanimes : ils ne veulent pas « avoir l’air d’une tribune du Centre Bell ». À leur sens, la tribune du Centre Bell, amphithéâtre de l’équipe de hockey du Canadien de Montréal, incarne tout ce qu’il y a de plus passif en termes de supportérisme. Pour certains Ultras, il s’agit simplement de milliers de personnes assises qui attendent passivement qu’on leur annonce quand applaudir et quand supporter leur équipe via l’écran central. Les Ultras insistent pour ne « pas passer pour des cheerleaders », ni « passer pour un/des clowns, les faces maquillées et les bluemen en spandex ». Les Ultras tentent ainsi de se différencier des « faux supporters », jugés inauthentiques, mais aussi des supporters du « sport mainstream » comme ceux qu’on associe au Club de hockey le Canadien de Montréal. Selon les Ultras, l’ambiance proposée par ces clubs ne concorde pas avec leur culture de supportérisme, comprenant ses propres règles, hiérarchies et symboles contribuant à établir un état d’esprit et une mentalité contrastés dans un contexte mainstream. Ces éléments constituent le capital-sous-culturel Ultras à Montréal et ils se ramifient en regard des influences internes (hiérarchie, attitude, intensité, implication) et externes au groupe (contexte sportif hégémonique, culture de supportérisme et mouvement Ultras).

Style Ultras : influences globales et commerciales

18Les produits culturels (chandails, casquettes, foulards, etc.) et leurs significations sont échangés de manière très dynamique entre les « initiés » des sous-cultures (Donnelly, 1981). Bien que globalisée, la circulation de ces produits, marchandises, médias et images n’a toutefois pas un effet nécessairement homogénéisant sur les sous-cultures (Appadurai, 1996). Ainsi, les Ultras, comme les autres sous-cultures, façonnent et transforment les symboles et les significations qui circulent dans la culture de consommation globale (Wheaton, 2005 ; Wheaton et Beal, 2003) pour s’articuler aux contextes locaux. En ce sens, l’un des participants affirme que les Ultras à Montréal sont « 80 % inspirés de ce qu’on voit ailleurs, mais nous on essaie d’être originaux dans le reste de la ligue [...] ». Mobilisant des éléments d’une sous-culture globale, les Ultras montréalais cherchent à se différencier d’un ensemble de groupes de supporters nord-américains. Traditionnellement, « les dénominations et les emblèmes des associations de supporters Ultras empruntent le langage de la mobilisation, des guérillas révolutionnaires et les références militaires » (Mignon, 1998, p. 71). À travers la négociation, l’affiliation et les principes du « mix and pick » (Wheaton, 2005), les Ultras adoptent un style (vestimentaire notamment) et une attitude bien choisie, qui intègrent plusieurs codes afférents à leur sous-culture tout en intégrant des « touches personnelles ». Ces codes vestimentaires les distinguent entre eux, mais ils les différencient clairement par rapport aux personnes à l’extérieur du groupe.

  • 6 Hormis une identité visuelle propre aux Ultras et sympathisants montréalais, le principal objectif (...)

19À Montréal, bien que les Ultras s’entendent sur l’existence d’un « style Ultras », ils semblent toutefois éprouver de la difficulté à clarifier ce qui les différencie des autres supporters à l’international. Comme le mentionne un membre : « Y’a pas de style vestimentaire, justement en Europe. Y’en a qui ont le look Ultras, mais nous, notre look, arrive un peu par accident ». Habituellement, les Ultras arborent la marchandise du groupe, nommée dans leur jargon « le matos » (écharpe à l’effigie du groupe, t-shirt, hoodie, etc.), produit par les membres de la sous-culture. Les Ultras Montréal 02 ont en effet créé deux marques alternatives aux marques officielles de l’Impact de Montréal : « Ultras Montréal 02 », consacrée aux membres du noyau dur ; et « kop Montréal », accessible à tous6. En plus d’afficher principalement le matos, les Ultras se laissent influencer par d’autres types d’esthétique issus d’images circulant au sein de la culture Ultras. Comme le souligne un intervenant :

Y’a le casual britannique là des années 1980, […] les espadrilles Adidas, les jeans skinny, […] suivre le style ça va être des polos, Fred Perry ou Burberry, ou un imperméable ou un parka foncé idéalement d’une marque italienne.

20Un participant affirme d’ailleurs :

comme moi, mettons, j’ai mes souliers de match : des Adidas Gazelle, parce que je sais que dans le monde des Ultras, les Gazelles sont beaucoup utilisées […] moi j’ai des souliers bleus et blancs aux couleurs de l’Impact.

21Bien entendu, comme le note un autre : « Personne est obligé d’aller s’acheter des Adidas Gazelle pour faire partie du groupe ». Pourtant, ce sont des objets jugés « authentiques », qui sont emblématiques du style Ultras selon plusieurs des interviewés.

22Dans le kop montréalais, le port du maillot officiel de l’équipe est proscrit. Cette autorégulation, bien qu’implicite, peut être annoncée par le mégaphone du capo (qui sont les meneurs de chants lors des matchs) comme l’indique un participant à l’étude : « Ben des fois je vais faire des messages au mégaphone […] je vais faire comme : “Hey, toi, à quoi t’as pensé de venir ici avec ton maillot ?” ». Le refus de porter le maillot pourrait s’expliquer par une critique du prix de la marchandise officielle du club, ou comme un geste d’affirmation ou de contestation à l’égard de la franchise/Club et de leur entreprise de commercialisation homogénéisante. Cette pratique n’est pas propre aux Ultras montréalais et rappelle les manières de faire des membres des Ultras à l’international. À Paris par exemple, les Ultras ne portent pas les maillots, devenus le symbole d’une stratégie de l’organisation visant à dissoudre l’existence des groupes de supporters. À l’inverse, en Amérique du Sud, il est commun de voir les leaders des groupes porter le maillot officiel du club. À Montréal, plusieurs membres des UM02 refusent de porter le maillot, puisque ça permet selon eux de distinguer les « vrais Ultras » des « touristes ». « Porter un chandail du club ça fait foot business. Tout le monde doit donner son cash à la ligue, on est juste un portefeuille ambulant pour le club. »

23Si les Ultras montréalais s’opposent en majorité au port du maillot officiel, le choix vestimentaire du « vrai Ultras » semble dépendre du lieu occupé dans le stade et hors les murs. Un participant confie :

Ben moi j’achète tout, je les ai tous les maillots de l’Impact de Montréal, mais je les porte pas en tribune. Je vais les porter pour aller au travail, dans ma vie de tous les jours, c’est juste de mettre la barrière entre la tribune et le reste.

24Bien que les Ultras interviewés critiquent la commercialisation du soccer, ils consomment paradoxalement la plupart des produits et marchandises associés à l’équipe, tant et aussi longtemps qu’ils ne s’affichent pas en tribune avec la marchandise officielle du club. Ainsi, les Ultras interrogés reconnaissent un « supermarket of style » (Polhemus, 1994) développé à travers la création de produits locaux comme le matos et la consommation de biens propres au milieu du soccer et du club Ultras. Ils négocient individuellement et collectivement leur rapport avec ces marchandises. En reprenant les principes du mix and pick, ils reconstruisent et recomposent les significations des objets qui circulent dans la culture de consommation de masse afin que ces marchandises deviennent « authentiques » (Warnier, 1994) au sein de la sous-culture. Les individus ne peuvent pas acheter leur passe-droit vers l’authenticité sous-culturelle (Wheaton, 2003) en se procurant tout simplement la marchandise : l’acquisition du matos Ultras par un nouveau membre ou la consommation des produits associés aux sous-cultures ne permet pas d’acheter son appartenance. Ainsi, à Montréal, l’engagement et l’intensité démontrés au sein du groupe sont beaucoup plus importants qu’une exhibition ostensible des « marques Ultras appropriées ».

Les Ultras, le Club et la MLS : entre tension, négociation et récupération

25Aux relations internes et influences globales et commerciales du soccer qui participent à la construction des groupes Ultras à Montréal, s’ajoutent celles entretenues avec le club de l’Impact qui contribuent également à la singularité de l’appartenance à la sous-culture. De fait, ces relations adviennent dans un rapport d’interdépendance, dans la mesure où les supporters appartiennent à l’équipe et que l’équipe leur appartient (Taylor, 1992 ; Giulianotti, 2002). Un participant de l’étude explique cette relation d’interdépendance entre l’équipe et ses supporters de manière drastique : « T’existes pas [l’équipe n’existe pas] si tu joues devant des estrades vides ». Toutefois, ceci ne se fait pas sans heurts. Les Ultras s’expriment souvent de façon très démonstrative, parfois en opposition au club local. En effet, ils mentionnent souvent la relation « amour-haine » qu’ils entretiennent à l’égard de l’organisation de l’équipe. Leur statut de supporter inconditionnel, fidèle et consommateur de premier plan, leur permet d’adopter une posture critique face aux décisions et aux résultats du club, au quotidien autant dans les victoires que les défaites. Ceci s’exprime en particulier dans le stade où les manifestations de soutien ou de haine sont largement définies par les tensions du moment. Par exemple, parmi les pratiques de résistances spectaculaires organisées par les Ultras, en 2011, on note la multiplication de banderoles négatives réclamant la démission de l’entraîneur de l’époque Nick De Santis à la suite d’une série de contre-performances de l’équipe. Bien que cette pratique de résistance ait été dirigée en raison des piètres résultats sportifs, il n’en demeure pas moins que cette provocation dépassait le cadre du match en visant l’organisation. À la suite de l’événement, sur les ondes d’une station de radio montréalaise, Nick De Santis avait affirmé qu’il préférait s’intéresser aux « vrais partisans » (Milano, 2011). Ses propos ont eu pour effet de faire escalader la tension entre l’équipe et les Ultras : pour certains Ultras cette déclaration était une attaque en règle dirigée contre le groupe. Plusieurs ont utilisé d’autres moyens de résistance face à l’organisation, tels que quitter le stade en signe de protestation dès le sifflet initial du match. Cette relation trouble entre l’entraîneur et les Ultras aura même eu des échos deux années plus tard, en 2013, lorsque De Santis fut nommé directeur sportif de l’équipe. Les Ultras ont fait une bannière s’attaquant à De Santis : « Klopas = Symptôme, NDS = Maladie ». Frank Klopas, devenu entraîneur lors de la saison 2013, était décrit comme le symptôme d’une maladie plus grave : la direction sportive de Nick De Santis (NDS). Ainsi, par le biais de banderoles et d’actions lors des matchs, les Ultras manifestent leur mécontentement, provoquent et animent ces tensions avec le club et les membres de son organisation. Bien que ces différents acteurs soient interdépendants, leurs rapports n’en sont pas moins traversés de tensions et de provocation de part et d’autre. Cette résistance ne constitue pas nécessairement une lutte consciente contre la culture hégémonique dominante mais devrait être comprise à l’échelle quotidienne. Ainsi les actions de résistance des Ultras devraient davantage être comprises dans leur forme ritualisée ; c.-à-d. comme une pratique critique qui performe et affirme leur pouvoir dans le stade tout en leur donnant des moyens de questionner la légitimité des décisions prises par les dirigeants du club.

26Au-delà de la tension, la relation d’interdépendance qui unit les Ultras et l’organisation de l’Impact de Montréal est également traversée par la négociation. Celle-ci s’exprime dès la fondation du groupe en 2002. Selon les dires du cofondateur du groupe Ultras (UM02), ce serait le président du club Joey Saputo (de 1992-1999 et depuis 2001), qui aurait lui-même abordé les supporters les plus passionnés pour les encourager à créer un groupe exclusif à l’Impact de Montréal. Cela ne veut pas dire que la relation entre les Ultras et les propriétaires de l’équipe soit vécue sans heurt ou qu’elle ne soit pas consciencieusement négociée. L’origine même de la création du groupe Ultras est basée sur la négociation de la place qu’attribue l’organisation au groupe. Les Ultras ont pu revendiquer leur « indépendance » par rapport au club dès le départ, en avortant la tentative de ce dernier d’en prendre les rênes administratives. Comme le disait un participant, les Ultras ont choisi d’entrée de jeu de ne pas être « un simple “fan-club” ».

  • 7 Le Capo stand est l’endroit où se trouvent le ou les capos (qui sont les meneurs de chants lors des (...)
  • 8 Au Stade Saputo, il est strictement interdit de posséder toute forme de fusées éclairantes, bombes (...)

27Le réaménagement du stade est, lui, un bel exemple de la relation d’interdépendance constituée par la négociation des intérêts de chacune des parties. Lors de la création du groupe en 2002, les Ultras se sont « battus », selon le témoignage du cofondateur, afin d’avoir leur propre section désignée. Le groupe Ultras Montréal 02 aurait même contribué à l’aménagement actuel du Stade Saputo, construit et ouvert en 2008. En effet, les Ultras ont progressivement pris leur place en revendiquant une section dite « supporters » qu’ils ont fait construire et identifier comme telle dans le Stade Saputo. En 2012, suite aux nouveaux travaux effectués dans le stade pour atteindre les 20 521 sièges, on a demandé aux Ultras de déménager de section pour des raisons de sécurité. Ils se sont donc déplacés de la section 114 à la 132, une tribune située à l’opposé de la section actuelle. Dans la foulée de ces travaux, une nouvelle entrée a été spécialement prévue du côté est du stade afin que les supporters des équipes adverses puissent accéder au stade sans avoir à circuler à cet endroit. Soulignons aussi l’allocation d’une zone particulière dans le stade pour les Ultras à un tarif préférentiel, l’aménagement d’un « capo stand7 » et la mise à disposition d’un local pour l’entreposage des différents drapeaux et bannières entre les matchs. L’octroi de ces privilèges, accordés par l’organisation comme stratégies pour entretenir des rapports positifs, illustrent toutefois le désir de maintenir un certain contrôle sur ces zones. La désignation d’une zone exclusivement réservée aux supporters les plus intenses permet en effet l’application de mesures de sécurité plus ciblées dans le stade : présence plus importante d’agents de sécurité et de policiers autour du kop, mise en place d’un filet de protection derrière le but situé devant le kop des Ultras, le bannissement des drapeaux et tifos pour une durée indéterminée, des amendes minimales imposées pour chaque torche allumée8, etc. La tension entre les supporters et la sécurité à l’intérieur du stade peut se troubler et s’intensifier davantage lors des matchs, créant des conflits qui appellent à des mesures de sécurité resserrées.

28Si les sous-cultures risquent souvent d’être intégrées à la culture hégémonique et, conséquemment, perdre leur aspect contre-culturel (Crosset et Beal, 1997), le cas des Ultras en Amérique du Nord est particulièrement intéressant avec ses réappropriations locales et singulières de ses propres codes. L’organisation de l’Impact de Montréal n’hésite pas à capitaliser sur l’investissement intense de ces supporters afin de vendre un produit original, une ambiance et une image propres aux matchs de l’Impact de Montréal. Les Ultras créent l’ambiance dans le stade comme l’explique un participant : « Sans nous y’aurait pas vraiment d’ambiance à part les “faites du bruit” qui apparaissent aux dix minutes ». Les chants continus pendant la durée du match, les danses, les manifestations visuelles et pyrotechniques renforcent le rôle des Ultras comme acteurs et animateurs principaux en tribune et dans tout le stade. Pour cette raison, presque au même titre que le match de soccer en lui-même, les Ultras sont incontournables à l’aspect spectaculaire du match, son expérience et sa représentation médiatique. L’équipe des communications et du marketing de l’Impact n’hésite pas à miser sur ces supporters en récupérant des images spectaculaires à des fins promotionnelles. Bien entendu, l’Impact de Montréal n’est pas la seule franchise de la MLS à mettre en valeur ses Ultras. Cette tendance est généralisée et touche toutes les directions d’équipes du circuit nord-américain ainsi que celle de la ligue elle-même.

29La MLS essaie même de valoriser ses supporters, non sans paradoxe, comme le mentionne un Ultras interviewé : « L’année passée, la MLS a utilisé mon image sur le site [internet] sur le capo stand pendant quelque chose comme six mois, mais crime, en même temps, ils m’avaient IDS [interdit de stade] de Philadelphie ». Ce témoignage rappelle le jeu paradoxal entre sécurité et produit publicitaire du spectacle du soccer au sein de la ligue. La récupération du style et des symboles de la culture Ultras à des fins marchandes montre le potentiel de cette sous-culture à devenir, bien malgré elle, ambassadrice de la marque soccer à Montréal comme plus généralement dans la MLS. Toutefois, ceux-ci en sont tout à fait conscients. Ce travail de réappropriation de la culture Ultras par l’organisation de l’Impact de Montréal — et tout comme les directions de plusieurs clubs dans la MLS — permet paradoxalement de renforcer l’attachement de certains membres des groupes Ultras à la culture Ultras dans son ensemble, encourageant la solidarité entre groupes à travers la MLS. Ce fut notamment le cas lors du déploiement de la bannière « SJ Ultras, used for marketing, banned for passion » par les Ultras montréalais en soutien au groupe San Jose 1906 Ultras. La bannière avait pour intention de dénoncer les agissements de l’organisation de San Jose, qui menaçait de démanteler le groupe San Jose 1906 Ultras suite à l’utilisation de matériel pyrotechnique (SJU, 2016). Face aux tentatives de réappropriation de leur image à des fins commerciales, les Ultras recadrent consciencieusement ce qu’ils projettent, parfois même comme un argument de négociation face aux organisations des équipes de la MLS.

Conclusion

30Cet article met en lumière les tensions, les réappropriations, les négociations et les paradoxes présents au sein de la sous-culture sportive des Ultras Montréal 02. Ceux-ci constituent une culture de supportérisme complexe et relativement nouvelle dans l’espace sportif nord-américain. Ces groupes illustrent le travail quotidien des supporters qui négocient et articulent des discours de résistance face aux orientations commerciales du soccer. Empruntant des caractéristiques aux autres groupes de supporters et aux diverses influences entourant la culture Ultras mondiale, ils (re)créent une sous-culture singulière au sein de l’espace montréalais.

31Cette forme de supportérisme (à la fois résistant et en tension) implique un engagement critique envers le club certes, mais aussi à l’égard de la culture du sport-spectacle en général. La perspective sous-culturelle est non seulement utile pour conceptualiser le maintien et le rejet des structures hégémoniques culturelles et sportives dominantes, mais aussi pour comprendre le travail constant de négociation des Ultras pour contrôler les significations et les principes de leur mouvement (Beal, 1995). Transformant les rôles de supporter/consommateur, les Ultras participent à la (re)construction d’une appartenance locale à Montréal et d’une appartenance au réseau mondial du supportérisme et du « mouvement Ultras ».

32Dans les médias et une partie de la littérature scientifique, le sport est souvent perçu comme « apolitique », voire même « activement anti-politique » (Grano, 2016). Alors que les différentes prises de position idéologiques et politiques des Ultras sont monnaie courante à travers le monde (Testa, 2009), la majeure partie des Ultras montréalais se décrit comme apolitique. Au sein du kop montréalais, les manifestations de résistance ne sont en effet que faiblement structurées et les idéologies et tendances politiques ne sont pas forcément claires ni stabilisées. Toutefois, par leur flamboyance, leur intensité, leur capacité d’organisation et l’affirmation d’un certain pouvoir à l’intérieur du stade, les Ultras à Montréal performent un rapport politique de résistance.

33Qu’elle soit contre le foot business, les décisions administratives et sportives ou encore les directions futures du soccer contemporain, cette résistance est performée de manière spectaculaire. En contribuant à l’expérience des matchs de façon marquée, les Ultras deviennent en quelque sorte la toile de fond du sport-spectacle du soccer professionnel à Montréal, indispensable aux organisations professionnelles sportives nord-américaines pour lesquelles le soccer constitue un phénomène commercial populaire en émergence.

34Dans leur capacité d’organisation et de mobilisation, les Ultras se comprennent comme une manifestation culturelle fragmentée, constituée par de multiples dynamiques domination-négociation-résistance en relation avec les contextes dans lesquels ils prennent forme. Ainsi, les enjeux, les significations et les façons d’être et de se comprendre comme Ultras à Montréal reflètent la nature complexe des relations de pouvoir en jeu. Les Ultras permettent ainsi de complexifier une dynamique qui ne serait qu’axée sur la consommation de biens et de produits et de comprendre les tensions, négociations et paradoxes qui viennent animer et constituer le supportérisme au temps du sport-spectacle.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. (1996). Modernity at large: Cultural dimensions of globalization. Minneapolis: University.

Barker, C. (2000). Cultural studies: Theory and practice. London: Sage.

Bennett, A. (1999). Subculture or neo-tribes? Rethinking the relationship between youth, style and musical taste. Sociology, 33(3), 599–617.

Bennett, A. (2000). Popular music and youth culture: Music, identity and place. New York: St.-Martin’s.

Bennett, A. et Kahn-Harris, K. (dir.). (2004). After subculture: Critical studies in contemporary youth culture. Palgrave Macmillan.

Blackman, S. (2005). Youth subcultural theory: a critical engagement with the concept, its origins and politics, from the Chicago School to Postmodernism. Journal of youth studies, 8(1), 1–20.

Bodet, G. et I. Bernache‐Assollant. (2011). Consumer loyalty in sport spectatorship services: The relationships with consumer satisfaction and team identification. Psychology & Marketing, 28(8), 781–802.

Bodin, D. (2003). Le hooliganisme. Paris: PUF.

Bromberger, C., Hayot, A. et Mariottini, J.-M. (1995). Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin. Paris: Maison des sciences de l’homme.

Bromberger, C. (1998). Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde. Paris: Bayard.

Carter, D. (2010). Money games: Profiting from the convergence of sports and entertainment. Stanford University Press.

Crosset, T. et B. Beal. (1997). The use of “subculture” and “subworld” in ethnographic works on sport: A discussion of definitional distinctions. Sociology of Sport Journal, 14, 73–85.

Dietschy, P. (2010). Histoire du football. Paris: Perrin, Pour l’histoire (coll.)

Donnelly, P. (1981). Towards a definition of sport subcultures. Dans H. Marie et S. Birrell (dir.), Sport in the sociocultural process (3e éd., pp. 565-587). Dubuque, IA: William C. Brown.

Donnelly, P. (1993). Subcultures in sport: Resilience and transformation. Dans G. Ingham et J. Loy (dir.), Sport in social development: Traditions, transitions and transformations (pp. 119–147). Champaign, IL: Human Kinetics.

Giulianotti, R. (2002). Supporters, followers, fans, and flaneurs A taxonomy of spectator identities in football. Journal of Sport et Social Issues, 26(1), 25–46.

Grano, D. A. (2016). Sport as Critical/Cultural Studies. Defining Sport Communication, 26–39.

Hourcade, N. (2003). L’émergence des supporters “Ultras” en France. Dans M. Boucher et A. Vulbeau (dir.), Émergences culturelles et jeunesse populaire. Turbulences ou médiations ? (pp. 75-89). Paris: L’Harmattan.

Hughson, J. (2008). “They think it’s all over”: Sport and the end of subculture debate. Dans K. Young et M. Atkinson (dir.), Tribal play: Subcultural journeys through sport, research in the sociology of sport, 4 (pp. 49–66). Bingley: Emerald Group Publishing Limited.


Inglis, S. (1983). The Football Grounds of England and Wales. Willow.

Kellner, D. (2003). Media Spectacle. Londres: Routledge

Lech, A. (2008). Comment peut-on être supporter(s) ? Les formes élémentaires du supportérisme. (Thèse de doctorat). Université Paris Descartes, Paris.

McRobbie, A., et Garber, J. (1976). Girls and subcultures. Dans S. Hall et T. Jefferson (dir.), Resistance through ritual (pp. 209–229). London: Hutchinson.

Marchant, O. (2003). Bridging the Micro-Macro-Gap: Is There Such a Thing as Post-Subcultural Politics? Dans D. Muggleton et R. Weinzierl (dir.), The Post-Subcultures Reader. New York and Oxford: Berg.

Markovits, A. S., et Hellerman, S. L. (2014). Offside: soccer and American exceptionalism. Princeton University Press.

Mignon, P. (1998). Supporters Ultras et hooligans dans les stades de football. Communications, 67, 45-58.

Milano, P. (2011, 6 août). Rupture entre l’Impact et ses Ultras. LaPresse.ca. Repéré à http://www.lapresse.ca/sports/soccer/impact/201108/06/01-4424086-rupture-entre-limpact-et-ses-ultras.php

Muggleton, D. (2000). Inside subculture: The postmodern meaning of style. Oxford, UK: Berg.

Muggleton, D et R. Weinzierl (dir.). (2003). The post-subcultures reader. Oxford, UK: Berg.

Pilz, G. et F. Wölki-Schumacher. (2010, 18 janvier). Aperçu général du phénomène de la culture Ultras dans les États membres du Conseil de l’Europe en 2009 (T-RV [2010] 03). Université Leibnitz de Hanovre, Institut des sciences du sport, Allemagne. Repéré à http://fasfe.org/images/docs/Conference_Ultras_background_doc_Prof_PILZ_FR.pdf

Redhead, S. (2016). FOOTBALL FANDOM And post-subculture. Routledge Handbook of Football Studies.

Testa. A. (2009). “Ultras: an Emerging Social Movement”. Review of European Studies, 1(2), 54–63.

Thornton, S. (1995). Club cultures: Music, media and subcultural capital. Cambridge, UK: Polity.

Ventsel, A. (2014). “That Old School Lonsdale”: Authenticity and Clothes in German Skinhead Culture. Dans R. Cobb (dir.), The Paradox of Authenticity in a Globalized World (pp. 261–275). Palgrave Macmillan US.

Wheaton, B et B. Beal. (2003). “Keeping it real”: Subcultural media and the discourses of authenticity in alternative sport. International Review for the Sociology of Sport, 38(2), 155–176.

Wheaton, B. (2005). Selling out? The globalization and commercialisation of lifestyle sports. Dans L. Allison (dir.), The global politics of sport (pp. 140–161). London: Routledge

Wheaton, B. (2007). After sport culture rethinking sport and post-subcultural theory. Journal of Sport et Social Issues, 31(3), 283–307.

Haut de page

Notes

1 Les termes « Hooligan » et « Hooliganisme » demeurent très problématiques encore aujourd’hui (Bodin, 2003). Il aurait été intéressant d’observer cette division opérée par la catégorisation entre Ultras et Hooligan et qui est tout aussi problématique (Lech, 2008). Or, cet article se concentre plus particulièrement sur les groupes autoproclamés Ultras et cet aspect devra donc demeurer en suspens.

2 Le texte sera ponctué d’extraits d’entrevues effectuées avec des membres des Ultras à Montréal, entre 2011 et 2016. Ces passages ne sont pas identifiés dans le texte pour des raisons de confidentialité ainsi que pour assurer une meilleure fluidité dans la lecture du texte.

3 Les tifos (de l’italien soutenir quelqu’un ou quelque chose) sont des animations visuelles organisées par les supporters d’une équipe : les tifosis ou encore les Ultras, dans le cas qui m’intéresse. Généralement fait à base de papier, mais aussi de voile, de carton, etc., l’objectif du tifo est de remplir la tribune entière afin de former un motif de grande envergure, normalement portant les couleurs du club ou de l’équipe supportée.

4 Pour des fins de compréhension, on doit mentionner que le groupe Red Bull GmBH (société autrichienne qui commercialise entre autres les boissons énergisantes Red Bull) a fait l’acquisition des New York/New Jersey MetroStars en 2006 pour la somme de 100 millions de dollars (Carter, 2010). On doit noter que depuis 2004, le groupe a mené une stratégie d’acquisition d’équipes de soccer à l’international afin de positionner sa marque nommément : FC Red Bull Salzburg, Autriche (2004); Red Bulls de New York, États-Unis (2006) ; Red Bulls Brasil FC (2007) et RB (RasenBall) Leipzig, Allemagne (2009). Cette stratégie est critiquée sévèrement par plusieurs groupes Ultras à l’international.

5 Le kop est une tribune dans laquelle se rejoignent les supporters les plus actifs/intenses. Son origine provient d’une tribune du stade D’Anfield Road à Liverpool, appelée « Spion Kop», en référence à une bataille de la guerre des Boers (Inglis, 1983). Le terme semble avoir survécu dans la culture Ultras pour désigner plusieurs tribunes à l’échelle mondiale.

6 Hormis une identité visuelle propre aux Ultras et sympathisants montréalais, le principal objectif de cette création repose sur l’autofinancement. La vente du matos sert à soutenir les déplacements, la confection de tifos et de bâches, etc.

7 Le Capo stand est l’endroit où se trouvent le ou les capos (qui sont les meneurs de chants lors des matchs) ainsi que les membres des Ultras.

8 Au Stade Saputo, il est strictement interdit de posséder toute forme de fusées éclairantes, bombes fumigènes, feux d’artifices ou feux de Bengale non approuvés. Toutefois, les supporters issus de la culture Ultras considèrent les fumigènes comme des engins festifs qui créent et participent au spectacle. Voir extrait du code de sécurité du stade Saputo, version complète disponible ici : http://www.impactmontreal.com/fr/stadium/rules-and-regulations

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bachir Sirois-Moumni, « Les Ultras à Montréal entre tension, réappropriation et paradoxes », Communiquer, 22 | 2018, 67-80.

Référence électronique

Bachir Sirois-Moumni, « Les Ultras à Montréal entre tension, réappropriation et paradoxes », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2613 ; DOI : 10.4000/communiquer.2613

Haut de page

Auteur

Bachir Sirois-Moumni

Étudiant au doctorat en communication
Université du Québec à Montréal, Canada

Bachir Sirois-Moumni est doctorant en communication, adjoint de recherche au Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Communication, l’Information et la Société (CRICIS) ainsi que membre étudiant du Laboratoire Culture populaire, connaissance et critique (CPCC). Ses travaux concernent essentiellement l’analyse culturelle des sports-spectacles contemporains. En plus de ses quelques travaux sur le supportérisme en Amérique du Nord, dans le cadre de sa thèse, il s’intéresse notamment au lien entre le sport-spectacle et l’hybridité culturelle, plus spécifiquement au rôle de la star-sportive du soccer dans la recomposition des identités canadiennes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals