Navigation – Plan du site

Les nouvelles formes de hockeyisation de Montréal… ou quand le sport professionnel « développe » la ville

The Recent Forms of Montreal Hockeyization’s Process … or when Professional Sports "Develop" the City
Fannie Valois-Nadeau
p. 81-95

Résumés

Cet article explore le processus de hockeyisation de Montréal à partir de deux récents projets initiés par le club de hockey Canadien de Montréal ; soit le don de patinoires publiques réfrigérées à des quartiers dits défavorisés et la construction de tours immobilières au centre-ville. L’objectif est d’identifier comment cette équipe de sport professionnel s’inscrit sur le territoire montréalais par le financement de projets qui outrepassent le milieu du spectacle. Basé sur une étude de cas, cet article met en lumière les nouveaux rôles joués par les industries sportives et les discours sur le développement des municipalités et la responsabilité sociale d’entreprise qui les sous-tendent. En s’inscrivant à la suite des travaux en études culturelles et en sociologie du sport qui ont interrogé les économies culturelles du divertissement, l’analyse qui suit fait état du poids grandissant des équipes de sport professionnel dans leurs villes hôtes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On réfère notamment à Montréal ville de hockey : de la ruelle à la légende (2015), qui eut lieu à l (...)

1Depuis plus de cent ans, des liens singuliers se sont développés entre le Club de hockey Canadien de Montréal, la ville de Montréal et ses habitants. Nombreux sont les chercheurs à les avoir détaillés au plan symbolique, historique, culturel et politique, et à avoir mis en lumière leurs relations singulières (e.g. Bélanger et Valois-Nadeau, 2009 ; Blake et Holman, 2017 ; Harvey, 2006). Ces liens, principalement questionnés à travers des formes d’attachement et d’appartenance au club, ont été observés tant à travers les innombrables soirées passées à regarder ensemble ce spectacle sportif que par le grand nombre de récits filmiques, journalistiques et romanesques qui en ont magnifié son importance et son souvenir. Les parades organisées pour célébrer les victoires de l’équipe de même que l’érection de statues en hommage à certains joueurs ont, quant à elles, contribué à inscrire physiquement l’équipe au sein du territoire montréalais. Ces manifestations ont alors amplifié l’idée que « la ville est hockey », comme le suggère le slogan d’une ancienne campagne publicitaire l’équipe (Cha, 2015). Depuis la dernière décennie, les expositions sur le hockey au sein de diverses institutions culturelles de la ville (musées, bibliothèques et hôtel de ville)1 se sont multipliées et de nouvelles formes de visibilité (comme la diffusion d’encouragements – Go Habs Go! – sur les panneaux électroniques des autobus et abribus de Montréal) sont apparues. En dépit de la présence de deux autres clubs professionnels (soit le club de football Alouettes et l’équipe de soccer Impact), le Canadien de Montréal s’est établi (et continue de le faire) d’une manière singulière au sein du paysage montréalais, et ce, non seulement en raison de son lien historique et symbolique particulier.

2Comme plusieurs recherches en économie politique du sport (Andrews et Silk, 2012 ; Horne, 2015 ; Horne, 2006 ; Schimmel, 2015) et sur les fantasy cities (Hannigan, 2006 ; Harvey, 1989) en ont fait mention, ces relations ont pris forme dans un contexte où le sport professionnel est mobilisé par un grand nombre de représentants du milieu politique comme « levier » et « catalyseur » du développement culturel et économique des villes. La construction récente de l’amphithéâtre de Québec (encore inoccupé par une équipe sportive à ce jour) ou la proposition d’un référendum (bien qu’abrogé) sur la venue d’un nouveau stade de baseball au centre-ville de Montréal témoignent des croisements entre les milieux sportifs, politiques et économiques, qui font du sport professionnel bien plus qu’un simple spectacle divertissant. Dans la foulée de ces récents discours qui visent à améliorer et faire croître la ville par le biais du sport, l’organisation du Canadien de Montréal a elle-même initié deux projets phares, soit le don de patinoires publiques réfrigérées à des quartiers dits défavorisés et la construction de tours immobilières au centre-ville. La première patinoire publique réfrigérée a été inaugurée en 2008 et le programme qui les finance est toujours en vigueur à ce jour. La construction de la première tour immobilière au centre-ville a été lancée en 2012, celle de la seconde est en cours et celle de la troisième vient tout juste d’être annoncée.

3Cet article propose donc de jeter les bases théoriques et analytiques du processus de hockeyisation de Montréal pour explorer comment se déclinent aujourd’hui les liens entre cette équipe de hockey et la ville. Ce processus est entendu comme l’ensemble des diverses manifestations matérielles et culturelles initiées tant par les fans, les acteurs politiques que ceux de l’industrie du sport, qui inscrivent l’équipe au sein du territoire (Cha, 2015). Avec ses rôles de philanthrope et d’investisseur immobilier, l’organisation du Canadien de Montréal jouit désormais d’une capacité d’intervention accrue. Le don de patinoires publiques réfrigérées à des quartiers dits défavorisés et la construction de tours immobilières au centre-ville deviennent alors des exemples par excellence pour mettre en évidence les nouveaux rôles que se joue cette organisation sportive, mais aussi les nouveaux lieux où elle s’implante. En s’appuyant sur les discours de la responsabilité sociale d’entreprise et du développement des municipalités, ces récents projets affectent les formes habituelles que prend la hockeyisation de la ville.

4Méthodologiquement, cet article se base sur une étude de cas menée pour chacun des deux projets, principalement réalisée entre 2010 et 2016. Une archive a alors été créée dans le but de retracer, à travers des matériaux hétérogènes, comment se décline empiriquement le processus de hockeyisation dans chacun des cas. Elle a été composée d’articles de journaux locaux et nationaux, de contenus de site Internet (celui spécialement consacré à la vente d’unités au sein de la Tour des Canadiens tout comme celui de l’équipe de hockey, qui laisse une place importante à la description des activités caritatives), de rapports annuels de la Fondation des Canadiens pour l’enfance, et de photos de presse mais aussi personnelles. Reposant sur une démarche exploratoire, une analyse de discours a par la suite été produite pour identifier les traces de ce nouvel ancrage à la ville de même que les différents discours qui les justifient. La description actuelle du processus de hockeyisation s’est également faite de concert avec sa conceptualisation analytique et théorique issue d’une revue de littérature sur les industries du sport professionnel (et particulièrement le hockey) et le développement des villes.

5Cet article propose que ces deux projets fassent entrer le processus de hockeyisation des villes dans une nouvelle phase, au sein de laquelle l’organisation du Canadien de Montréal occupe une place sans précédent. En inscrivant l’organisation sportive de manière pérenne en dehors des lieux où se performe habituellement son spectacle, le don de patinoires publiques et la construction des tours immobilières posent certains enjeux, notamment en termes de redevabilité politique et d’accessibilité à ces nouveaux lieux. Ces projets font également écho aux transformations qui ont cours actuellement au sein des industries sportives et qui affectent largement les milieux où elles sont implantées. Afin d’éviter une certaine présentification du processus de hockeyisation et d’identifier en quoi il est redevable de la conjoncture économique et politique actuelle, l’article présente d’abord un survol de ses formes. L’analyse détaillée des deux cas mentionnés et de leurs enjeux respectifs suivra afin d’en comprendre les actualisations contemporaines. Mais d’abord, posons les assises conceptuelles et analytiques du processus de hockeyisation, encore peu problématisées à ce jour.

Hockeyiser la ville : d’un spectacle sportif urbain au développement responsable de la ville

6Encore marginal dans la littérature, le concept de « hockeyisation » a été développé par Jonathan Cha (2011/2015) pour identifier la prolifération récente de places publiques jouxtant les amphithéâtres, l’érection de statues à l’effigie des joueurs « légendaires » et autres interventions publiques et culturelles qui matérialisent l’ancrage des équipes de hockey au sein des villes canadiennes. Façonné par des stratégies de marketing, de nouveaux projets d’urbanisme ou des pratiques de fandom, le processus de hockeyisation, tel qu’entendu par Cha (2015), met en évidence la visibilité croissante des organisations de sport professionnel et la diversification de leurs empreintes sur le territoire urbain. Comme il le suggère,

from Calgary to Montreal, hockey has penetrated urban space and urban planning. Whether through informal appropriation or specific designation, hockeyization transforms cities and associates hockey with defined spaces (2015, p. 112).

7Son caractère processuel et son rayonnement hétérogène mettent alors en lumière la diversité d’acteurs impliqués dans ces projets ainsi que la variété d’initiatives en lien au hockey (et particulièrement avec l’équipe du Canadien).

  • 2 On réfère ici tant à la création d’arénas et patinoires publiques implantés à Montréal depuis plus (...)

8En reprenant ici le concept développé par Cha (2010/2015), l’objectif est d’en approfondir la compréhension afin de questionner les récentes transformations et dynamiques du processus de hockeyisation. Pour ce faire, il s’agit de considérer notamment son ancrage historique et son évolution en regard d’impératifs économiques, politiques et sociaux d’un contexte donné. La hockeyisation de Montréal a une histoire longue, marquée autant par des discours sur la démocratisation du sport que par les nouvelles économies du divertissement. Bien que l’objet de cet article ne soit pas d’en faire une revue exhaustive, il importe néanmoins de souligner que ces liens sont depuis longtemps constitués par des dimensions tant politiques que culturelles2. Mû par de nouvelles logiques de marketing et de recherche de publics de même que d’un retour des discours sur le sport et le développement, le processus de hockeyisation tel que décrit ici n’est pas propre qu’à Montréal. Si l’apport des recherches en économie politique du sport spectacle est indéniable pour saisir les rapports de forces au sein des récentes transformations de la hockeyisation des villes, il s’agit ici de l’articuler aux autres transformations perceptibles peu abordées par cette littérature. Le but est alors de saisir le basculement des rôles de chacun dans les orientations données au processus de hockeyisation.

  • 3 Cette vague de déménagement d’équipes sportives ne s’est pas uniquement faite sentir que dans le mi (...)
  • 4 La Place du Centenaire, inaugurée à temps pour les célébrations du 100e anniversaire de l’équipe, f (...)
  • 5 Voir http://briques.centrebell.ca/

9Depuis les trente dernières années, le processus semble avoir emprunté de nouvelles directions, notamment en raison d’une participation plus affirmée des industries sportives au sein de la planification et de la création de lieux sportifs. La vague de déménagements d’équipes sportives3 au potentiel lucratif jugé insuffisant et de démolition d’amphithéâtres considérés obsolètes (Eggener, 2012), ont permis au processus de hockeyisation de prendre une nouvelle ampleur au cours des années 90 et du début des années 2000. En effet, depuis cette période où de nombreux fans ont vu disparaître « leur » équipe et/ou le lieu qui incarnait leur attachement, plusieurs places publiques ont été construites aux abords des amphithéâtres sportifs afin de (re)construire de nouveaux liens entre les fans, la ville hôte et l’organisation sportive (Eggener, 2012). En 2008, le Canadien de Montréal s’est inscrit à son tour dans cette tendance avec l’édification de la Place du Centenaire4 – alors qualifiée de « musée à ciel ouvert » – et la vente des « briques du centenaire »5 aux partisans désireux de voir « à tout jamais » leur nom inscrit dans le sol du Canadien de Montréal.

10La venue récente de ces lieux publics, qui appartiennent néanmoins aux organisations sportives, a toutefois été précédée par l’émergence de nombreux discours et stratégies politiques associant le sport professionnel à la vitalité/reprise économique des villes. Dans un contexte largement marqué par la désindustrialisation des villes, les amphithéâtres comme les équipes de sport professionnel sont devenus, à partir des années 1990 et 2000, les objets d’une nouvelle économie basée sur la production et la consommation de divertissement (Bélanger, 2000 ; Friedman et Andrews, 2011 ; Friedman et al., 2004, Hannigan, 2006 ; Schimmel, 2001). Comme le souligne Larissa E. Davies,

Urban regeneration through leisure has emerged as a critical feature of the post-modern city of consumption, with sports events, sports infrastructure and sports programmes becoming increasingly important in facilitating this (2016, p.1537)

11Au cours des dernières décennies, le processus de hockeyisation s’est alors matérialisé à travers la création de ces nouveaux « temples des loisirs », dont la présence permet d’améliorer l’image des villes, de participer à une nouvelle forme de tourisme sportif international de même qu’à générer de nouvelles sources de revenus fiscaux (Crompton, 2011 ; Smith, 2005). Localisés dans de nombreux terrains postindustriels, les amphithéâtres sportifs sont ainsi devenus l’expression de la « ville entrepreneuriale », en compétition avec les autres pour attirer des investissements privés. Dans un tel contexte, le processus de hockeyisation est devenu plus que jamais étroitement arrimé à une logique de développement économique et touristique de la ville.

  • 6 Comme le journaliste Jean-François Tremblay (2016) le souligne, 16 des 30 amphithéâtres de la Ligue (...)

12Les équipes de sport professionnel semblent grandement avoir bénéficié de cette conjoncture pour améliorer le nombre, la taille et la qualité des amphithéâtres6. Comme le suggère Ronald Corey, qui était président du Canadien de Montréal au cours de cette période, la pression était grande pour moderniser les lieux où se performe le spectacle du hockey :

À cette époque, les revenus de télé étaient beaucoup moindres et les salaires augmentaient énormément. Pour accroître nos revenus, il fallait créer de nouveaux billets et de nouveaux produits VIP. C’était le début d’une vague de construction de nouveaux arénas, plus modernes (Tremblay, 2016).

13En étant localisés au sein d’espaces négligés au plan des infrastructures et des services publics, ces nouveaux lieux sportifs ont en effet transformé l’environnement culturel local. Comme l’a suggéré John Hannigan à propos du déménagement du Maple Leaf Garden au Air Canada Center, en 1999 à Toronto :

The proposed development will provide an impetus in the area south of Front Street and the existing Union Station. By bridging the rail corridor, the sports and entertainment centre will provide the physical and visual linkage to act as a catalyst for real estate development in an area which is currently difficult to market because it lacks a tangible identity (2006, p. 203)

14À Montréal, vu le poids symbolique du Forum, ancien aréna du Canadien, un grand travail a dû être orchestré pour légitimer son déménagement et l’implantation du Centre Bell (initialement nommé Molson) dans une zone jugée froide et sans mémoire (Bélanger, 2000). Cérémonies de clôture, parades, vente aux enchères, journées portes ouvertes où plus de 150 000 personnes furent présentes, se sont succédées pour pallier aux critiques largement nostalgiques et ainsi créer un effet de continuité avec le précédent lieu (Bélanger, 2000, p. 392). Bien qu’elle se soit réalisée par de nombreuses activités et pratiques culturelles, cette forme de hockeyisation du lieu a paradoxalement entraîné une diminution de l’accessibilité au spectacle sportif (Bélanger, 2000). En effet, la hausse du coût des billets qui accompagna la modernisation de l’amphithéâtre et le développement d’un nouveau « fandom corporatiste » basé sur la vente de loges auprès des milieux d’affaires ont plutôt fait émerger une hockeyisation « à deux vitesses ». Ainsi, comme le suggérait la critique de Kimberly Schimmels, « there is no city-as-a-whole that benefits uniformly from sport-related economic initiatives » (2001, p. 259).

15Depuis le milieu des années 2000, le processus de hockeyisation est désormais façonné par une nouvelle dimension « éthique » qui recadre cette logique de développement vers des dits bénéfices pour la communauté. Avec l’émergence du discours sur la Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE) massivement intégré aux plans d’action et missions des équipes sportives – à laquelle le Canadien de Montréal n’échappe pas (Valois-Nadeau, 2017) –, le milieu du sport professionnel renouvelle son implication dans le devenir des communautés locales. En effet, la multiplication des initiatives philanthropiques et des programmes d’intervention dans les communautés lancés par les équipes de sport professionnel redessine leurs liens à la ville, tout en développant de nouveaux publics et en reconfigurant les modes d’appartenances. Principalement encouragé par une littérature en sport management actuellement en plein essor, le discours de la RSE est approché par ces nouveaux spécialistes en gestion du sport professionnel comme moyen d’assurer la loyauté des fans et de rendre légitime la présence de cette industrie milliardaire au sein du territoire (Walters, 2009 ; Sheth et Babiak, 2010 ; Walker et Kent, 2009).

16Bien qu’étant encore articulée à des projets de « développement » et de revitalisation de la ville, la hockeyisation ne se limite plus aux abords de l’amphithéâtre, et s’immisce désormais dans les quartiers et les milieux de vie (des fans comme des non-fans). Ces initiatives philanthropiques mettent alors en évidence un déplacement dans les lieux à développer (de la friche postindustrielle au quartier résidentiel), mais aussi la position croissante du Canadien de Montréal dans les orientations que prendra la hockeyisation de la ville. En réarticulant les discours sur le développement économique et la responsabilité sociale d’entreprise, la construction récente des deux tours d’habitation aux legs de patinoires extérieures permettent ainsi de réfléchir sur les formes qu’adopte actuellement la hockeyisation de Montréal. Ces deux projets distincts, présentés comme aspirant à régénérer des milieux de vie, illustrent la complexité des liens qui sont en train de se tisser entre les villes et les franchises de sport professionnel. La prochaine section explore plus en détail comment le legs de patinoires publiques réfrigérées au sein de parcs montréalais (dont plusieurs hébergent déjà des patinoires publiques extérieures en hiver), affecte les formes de la hockeyisation de Montréal.

Développer la ville au prisme d’une nouvelle philanthropie

  • 7 Deux d’entre elles, soit celles d’Ahunstic-Cartierville et de Trois-Rivières, sont encore en constr (...)

17Hiver 2009. Le Canadien de Montréal inaugure la première patinoire extérieure réfrigérée à Saint-Michel, quartier multiethnique de Montréal. Cette première patinoire, qui se transforme l’été en surface multisports, est la première réalisation du programme Bleu Blanc Bouge de la Fondation des Canadiens pour l’enfance. Ce programme, créé en 2008 à temps pour les célébrations du centième anniversaire de l’équipe de hockey, a pour but d’accroître l’activité physique chez les enfants issus de communautés défavorisées. À ce jour, le programme a financé la construction de dix patinoires publiques7, dont quatre à l’extérieur de Montréal. La mairesse d’arrondissement de l’époque, Anie Samson, le président de l’équipe, Geoff Molson, les employés de la fondation de même que des joueurs de l’équipe étaient tous présents à l’inauguration de cette première patinoire (Fondation des Canadiens pour l’Enfance, 2009). Par le biais de la construction de cette patinoire extérieure et du même coup, de sa couverture médiatique, l’organisation du Canadien de Montréal se présente alors en tant qu’acteur concerné par le bien-être des enfants. Comme l’expliquait Kevin Gilmore, alors vice-président exécutif et chef de la direction de l’organisation,

en tant qu’entreprise au Québec, à Montréal, on a une responsabilité envers la communauté. Notre marque rayonne assez bien au Québec, et cette patinoire est une des façons par lesquelles la Fondation peut redonner (Lefrançois, 2016).

18Le don de patinoires publiques réfrigérées, particulièrement appréciées et populaires dans un contexte de changements climatiques et de vieillissement d’infrastructures publiques (Silk et Andrews, 2012), met en évidence une autre dimension de la hockeyisation. En effet, le processus agit ici à l’échelle des quartiers, soit dans des lieux autres que ceux où se performe habituellement le sport professionnel. Plus qu’un simple don d’infrastructures, le projet de patinoires publiques réfrigérées financé par la Fondation des Canadiens pour l’enfance incarne le récent virage « éthique » de la hockeyisation de Montréal. Inscrite dans une démarche de lutte contre l’« épidémie » d’obésité qui frappe les enfants (Lefebvre, Roult, Adjizian, et Lapierre, 2014), la Fondation des Canadiens pour l’enfance se charge de fournir l’équipement nécessaire à la construction de la surface multisports, de coordonner le don d’équipements de sport (patins, casques, etc.) tout en s’assurant de la tenue de séances d’apprentissage du patin sur glace ainsi que du hockey (fondation.canadiens.com, 2017).

19L’émergence de cette nouvelle forme de hockeyisation de la ville est rendue possible grâce au caractère plus organisé et planifié de l’activité philanthropique du Canadien de Montréal. Si la philanthropie est une pratique ancienne populaire auprès de générations de hockeyeurs donateurs, des changements se sont particulièrement fait sentir lors de la mise sur pied de programmes d’intervention par la Fondation des Canadiens pour l’enfance au milieu des années 2000 (Valois-Nadeau, 2017). Ainsi, en n’étant plus uniquement axée sur le don en argent à des organismes existants, la fondation a lancé ses propres programmes tels que « Bleu Blanc Bouge », « Canadiens@l’école » et plus récemment « Champion pour la vie », au sein desquels s’incarnent les valeurs prônées par le club. Ces projets, qui portent explicitement la marque du Canadien et qui brouillent du même coup les frontières avec un marketing pourtant interdit à un public mineur, contribuent alors à multiplier la présence du club de hockey au sein des parcs et des écoles du Québec.

  • 8 Bien que les programmes philanthropiques de l’équipe soient adoptés par d’autres municipalités au Q (...)
  • 9 D’autres municipalités, comme Sherbrooke, ont dû débourser 300 000 $ pour la construction et défray (...)
  • 10 Cette organisation sans but lucratif vise à développer la pratique du sport, particulièrement chez (...)

20Ces nouveaux liens qui unissent le Canadien à la Ville de Montréal8 soulèvent toutefois des enjeux, ne serait-ce qu’en termes des frais que doivent débourser les arrondissements sélectionnés pour recevoir ce don. Par exemple, il ressort de la couverture médiatique que le coût de l’entretien annuel des patinoires extérieures fournies par la Fondation des Canadiens pour l’enfance oscille entre 100 000 $ et 150 000 $ (Lefrançois, 2016)9. Cette forme de hockeyisation initiée par le Canadien de Montréal représente donc un coût considérable pour les arrondissements dits défavorisés sélectionnés, qui demeurent malgré tout nombreux à soumettre une demande. Un processus de sélection a également été développé en collaboration avec l’organisme Québec en Forme10 pour déterminer les arrondissements qui réunissent les « conditions gagnantes ». On évalue les critères d’accessibilité et de localisation du lieu, de sécurité et, bien entendu, le seuil de « défavorisation » des arrondissements (Lefrançois, 2016). Comme le souligne Geneviève Paquette, directrice exécutive de la Fondation, « on doit aussi s’assurer que la Ville est prête à l’entretenir, que les organismes locaux et les écoles vont l’utiliser. On ne veut pas que ça devienne un éléphant blanc » (Lefrançois, 2016). Certains arrondissements ont alors entrepris d’importantes rénovations pour satisfaire les exigences de la fondation, comme en témoigne l’arrondissement de Montréal-Nord qui a investi des milliers de dollars pour rénover le plan lumineux et les infrastructures existantes afin d’être admissible au programme (Adjizian, Lefebvre et Roult, 2012). Bien que décrites comme legs, don et cadeau, ces patinoires extérieures mettent en relief le coût de la hockeyisation, qui ne se limite pas qu’aux sommes allouées par la fondation de l’organisation sportive.

21Cette forme de hockeyisation n’est également pas sans effet sur la vie publique. Populaires et occupées, particulièrement en période de dégel hivernal où les glaces naturelles des parcs ne sont plus en bon état, ces patinoires réfrigérées sont décrites comme de véritables réussites. Tel que suggéré par Roult et al. (2014) dans leur ethnographie portant sur la patinoire de Montréal-Nord, ces patinoires réfrigérées sont devenues des lieux de socialisation au même titre que les autres patinoires publiques de la ville, qui portent ce rôle depuis des décennies :

Although it is a sport facility, the outdoor ice rink became a meeting place where it is easy to socialize. […] Indeed, we frequently observed that users suspend their activity to engage in small conversations without leaving the ice rink. Furthermore, when we asked them why they chose to skate in this facility, the most popular answer for both teenagers and adults was: “to engage in an activity while having a good time with friends”. (2014, p. 76).

22Décrites comme « a fundamental aspect of social cohesion in the neighbourhood » (Roult et al., 2014, p. 77), les patinoires réfrigérées offertes par le Canadien de Montréal deviennent ainsi partie prenante du mobilier urbain facilitant le développement d’une vie culturelle.

23Toutefois, en dépit des visées d’intégration sociale à la base de ce projet, de même que les multiples critères d’accessibilité que doivent remplir les arrondissements requérants, les patinoires du Canadien ne sont pas fréquentées par tous. En effet, malgré ces impératifs, la hockeyisation des arrondissements n’advient pas à l’extérieur des codes et des pratiques culturelles qui circulent depuis des décennies dans le milieu du hockey. Approchées comme étant traditionnellement des hauts lieux de performance d’une masculinité hégémonique et d’une identité canadienne « blanche » (Adams, 2006 ; Robidoux, 2001), les patinoires extérieures (et la culture du hockey en général) ne sont pas a priori des lieux « neutres » et « ouverts à tous ». Comme le souligne Mary Louise Adams, les patinoires extérieures deviennent plutôt un lieu où s’exprime une certaine forme de virilité, se déclinant à travers rudesse et compétition. Les patinoires publiques matérialisent par conséquent les enjeux de genre et de race au cœur de la culture du hockey canadien :

While many women and girls would simply like to skate on these rinks, some would also like a chance to play shinny. But, as officials from the city of Toronto found in community consultations, “Often women and girls who make the effort to participate are subjected to rude, aggressive or dominant behaviour by men or boys who have for too long considered the physical activity and sport facilities their domain”. Not surprisingly, then, some women eventually give up and others never try to play in the first place. (2006, p. 78)

  • 11 Comme Roult et al. le mentionnent : « The children age group has the highest female ratio with 28%. (...)

24Et en effet, comme révélé par l’ethnographie de Roult et al. (2014), ces patinoires se trouvent principalement fréquentées par des hommes – jeunes et adultes11, qui pratiquent déjà le hockey. Quelques arrondissements ont néanmoins tenté de contrer ce phénomène en imposant à l’horaire des séances de patinage libre et en construisant des anneaux de glace (non réfrigérés) aux abords des patinoires léguées (Valois-Nadeau, 2014). Pourtant, ces enjeux demeurent néanmoins absents des discours de la Fondation des Canadiens, des partenaires communautaires et des maires d’arrondissements si fiers d’accueillir le Canadien sur leur territoire. Consensuelle, célébrée et invitée à prendre place au cœur de la vie de quartier, la hockeyisation qui advient à l’échelle du quartier réarticule des manières de faire déjà ancrées dans la culture traditionnelle du hockey. Malgré les mesures compensatoires prises pour intégrer ceux et celles en marge du processus de hockeyisation, ce nouveau lien à la ville développé par le Canadien de Montréal pose les défis d’une culture hégémonique masculine à tendance exclusive. Cette culture, alors implicitement supportée par les arrondissements, les partenaires de la Fondation des Canadiens pour l’enfance et l’organisation du Canadien, est alors reproduite au sein de lieux qui se veulent ouverts et accessibles à tous. Ainsi, la hockeyisation des quartiers, qui advient en regard des principes de la RSE, se trouve indissociable des conditions qui façonnent ce sport-spectacle. La hockeyisation du centre-ville de Montréal, qui prend forme pour sa part à travers l’érection des deux tours d’habitation, semble tout autant se constituer en regard des modalités du sport-spectacle. Motivée par la quête de nouveaux investissements et la volonté de prendre part au récent boom immobilier dans l’environnement adjacent à l’amphithéâtre de l’équipe de hockey, cette nouvelle forme d’inscription du sport professionnel sur le territoire montréalais met en scène une autre logique de développement.

Habiter les lieux du Canadien comme nouvelle forme de hockeyisation du centre-ville

  • 12 Cette société est grandement impliquée dans le développement du secteur avoisinant le Centre Bell ( (...)

25Été 2012. La Place du Centenaire, construite seulement quatre ans auparavant sur le terrain avoisinant le Centre Bell, est démolie pour laisser place à la nouvelle Tour des Canadiens. Financée en consortium avec deux partenaires majeurs du marché immobilier canadien, Candarel et Cadillac Fairview12, et le Fonds immobilier de solidarité FTQ, la Tour des Canadiens sera la plus haute tour résidentielle de la ville. En plus de porter le nom de la célèbre équipe de hockey, ce projet s’inspire de sa vision et de son « grand raffinement » (Bonneau, 2015). Dans un contexte où l’environnement immédiat du Centre Bell subit de profondes transformations et où les grues de constructions se multiplient (voir Figure 1), il semblait évident pour les promoteurs et la direction du club que l’espace alloué aux commémorations change de vocation. En effet, les promoteurs décrivent la Tour des Canadiens comme un « projet à ne pas manquer » qui contribuera au développement du centre-ville de Montréal et à son « rattrapage » dans le marché du condo (Anonyme, 2012). La construction a également été justifiée par le propriétaire de l’équipe, Geoff Molson, comme « une façon de garder le contrôle sur ce qui arrive autour du Centre Bell » (Anonyme, 2012). Quatre ans plus tard, la prévente des unités d’une deuxième Tour des Canadiens est lancée, et ce, avant même que la construction de la première soit achevée. Le même consortium a en effet obtenu l’autorisation de la ville pour commencer la démolition de bâtiments avoisinants qui datent du début du 20e siècle afin d’entamer la construction de la deuxième tour. Le tout devrait entraîner des investissements de 2 milliards de dollars sur 15 ans (Bonneau, 2015). La Place du Centenaire a pour sa part été reconstruite entre deux nouveaux gratte-ciels qui jouxtent désormais le Centre Bell.

Figure 1 : Vue de la construction immobilière (dont celle de la Tour des Canadiens)
(Archives personnelles, novembre 2015)

Figure 1 : Vue de la construction immobilière (dont celle de la Tour des Canadiens)(Archives personnelles, novembre 2015)

26Loin des quartiers où les patinoires communautaires sont construites, le secteur où le Centre Bell a élu domicile subit depuis les vingt dernières années une transformation profonde. En 1996, après plus de 70 années passées sur une grande artère commerciale de la ville, le Canadien de Montréal a construit son amphithéâtre dans cette section de la ville plutôt marquée (voire défigurée) par les grands axes de circulations. Coincé entre deux stations de trains de banlieue, une gare nationale (Gare Windsor), deux stations de métro, une sortie d’autoroute et de nombreux stationnements, l’édifice a été implanté dans un lieu dévalorisé dont la vie culturelle et économique avait largement souffert de la construction massive de ces réseaux de transport. Depuis les cinq dernières années toutefois, cette même proximité aux réseaux de transport est plutôt devenue un atout qui assure son (re)développement et la présence de l’établissement du Centre Bell joue un rôle majeur dans la valeur du lieu. L’actuel boom immobilier aux abords du Centre Bell n’est donc pas sans rappeler les recherches et les politiques des années 90 et 2000 qui ont vu dans l’implantation de lieux de divertissement et de consommation culturelle des catalyseurs pour redynamiser les secteurs négligés des villes (Friedman, Andrews et Silk, 2004).

  • 13 La société Cadillac Fairview est « une propriété à part entière du Régime de retraite des enseignan (...)

27Vingt ans après la vague de déménagement d’amphithéâtres et les métamorphoses urbaines qui s’en sont suivies, de nouvelles relations semblent se développer entre les villes et les équipes de sport professionnel, qui intègrent cette fois-ci de nouveaux partenaires financiers aux capacités d’intervention accrues13. Comme le rapporte le journaliste André Dubuc, on mise désormais sur le développement immédiat du secteur qui avoisine l’amphithéâtre, dans la mesure où « l’on considère les bâtiments à vocation sportive et culturelle comme partie prenante du redéveloppement des quartiers dans lesquels ils s’insèrent » (Dubuc, 2015). En étant désormais impliqué dans le développement immobilier qui survient en périphérie de son amphithéâtre, le Canadien de Montréal (ainsi que d’autres équipes sportives qui ont également emboîté le pas) est passé d’objet catalyseur d’une revitalisation économique et urbaine à celui qui initie et oriente les formes que prendra ce changement urbain.

28Cette forme de hockeyisation entraîne du même coup une « nouvelle vision urbaine » essentiellement constituée autour de la promotion d’un style de vie centré sur l’effervescence culturelle de Montréal, à laquelle participe bien entendu l’équipe de hockey (tourdescanadiens.com, 2016). En effet, comme le stipule le site Internet voué à la vente et à la promotion des unités de condos, l’organisation du Canadien de Montréal et son spectacle sportif sont des éléments clés de ce nouveau style de vie, présenté comme étant unique à ce secteur surnommé Quad Windsor :

Soyez prêts à vous joindre à une odyssée visionnaire, un parcours qui débute à la gare héritage Windsor pour se poursuivre à une nouvelle destination dynamique du centre-ville. C’est l’introduction du Quad Windsor ; un ambitieux développement de 2 milliards de dollars, impeccablement conçu et aux multiples usages. Le Quad Windsor transformera le cœur du centre-ville de Montréal en un secteur vibrant de culture, de sport, de restaurants, de boutiques, de bureaux et résidences, énergisé par un nouveau parc urbain de 2 acres. Plus qu’un simple secteur, il deviendra une extension du centre-ville et un tout nouveau style de vie prenant racine dans l’héritage montréalais. La portion résidentielle du Quad Windsor est déjà sur une lancée épatante avec le succès des condominiums de la Tour des Canadiens. À présent, soyez prêts à accueillir la suite à couper le souffle. C’est le moment d’élever le niveau de jeu, une fois de plus. (tourdescanadiens.com, 2016)

29Approchés comme des espaces générant d’énormes flux de capitaux, ne serait-ce qu’en raison des revenus associés au spectacle sportif et du tourisme qu’il suscite (Schimmel, 2005), les lieux du sport professionnel sont désormais directement partie prenante du marché immobilier et de la redéfinition de l’image et de la culture urbaine environnante. Prenant forme grâce à la démolition de bâtiments centenaires et à la construction d’une tour d’habitation dite « iconique », « à couper le souffle » et comme « ode à la plus grande équipe de la LNH » (tourdescanadiens.com, 2016), le processus de hockeyisation se décline ici à travers la mise en scène d’une appartenance à un milieu sélect, accessible qu’à certaines classes sociales. Les références à la « tour de verre sculptée », au « luxueux hall d’entrée [à l’] ambiance de grands hôtels », au « foyer éblouissant et de somptueux fauteuils », etc. (tourdescanadiens.com, 2016), témoignent ainsi de l’univers prestigieux et de la nouvelle esthétique mis de l’avant dans ce projet.

Figure 2 : Affiche publicitaire qui promeut la nouvelle Tour des Canadiens et cache les futurs bâtiments démolis (Archives personnelles, 2015)

Figure 2 : Affiche publicitaire qui promeut la nouvelle Tour des Canadiens et cache les futurs bâtiments démolis (Archives personnelles, 2015)

30Si les nouveaux projets immobiliers voisins au Centre Bell font également la promotion d’un certain luxe, les Tours des Canadiens se démarquent du lot grâce à leur affiliation à l’organisation sportive qualifiée de légendaire par les campagnes publicitaires. Les multiples mentions à l’histoire du club et à sa longévité (qui est pourtant établi sur ce lieu que depuis 20 ans) contrastent alors avec le nouveau style de vie urbain prôné. Ainsi, malgré une campagne de marketing basée sur les maintes évocations du passé, la hockeyisation du lieu semble paradoxalement se réaliser en faisant table rase sur l’environnement qui le précédait et générer de nouvelles relations au lieu. Cette forme de revitalisation, basée sur la démolition de bâtiments existants et la construction de nouvelles unités luxueuses, vise spécifiquement à attirer une population favorisée et pour le moins privilégiée (Rérat, Soderstrom et Piguet, 2009). Les résidents (ou du moins ceux qui en sont les propriétaires locateurs) le seront que davantage à travers un accès réservé à la « plus belle vue de Montréal », une priorité lors de l’achat de billet, des séances de patinage sur la glace du Centre Bell, l’autorisation d’assister à la pratique des joueurs et des rabais sur les marchandises de l’équipe (tourdescanadiens.com, 2016).

31Malgré le fait qu’elles participent à la revitalisation d’un secteur négligé et à l’implantation d’un style de vie haut de gamme, les Tours ne sont pas garantes de l’émergence d’une vie culturelle singulière ou d’un milieu de vie à l’image des quartiers plus résidentiels. La hockeyisation du secteur semble plutôt attirer des fans investisseurs originaires du Canada et des États-Unis à la recherche d’un pied-à-terre (Starr, 2012 ; Lampert, 2013). Misant sur une clientèle d’affaires et sur la croissance du tourisme, la revitalisation du centre-ville qui advient par ces projets ne se réalise pas de concert avec les populations locales (Lampert, 2013) comme dans le cas des patinoires extérieures réfrigérées. La gentrification du secteur et l’invitation à participer à l’univers sélect du Canadien de Montréal permettent ainsi de questionner de nouvelles formes de circulation et de liens à la ville, car comme le suggère Kimberly Schimmel, « flows of capital are now accompanied by an increasing fortification of barriers between urban spaces and disruption of the flow of people throughout the city » (2015, p. 593). En créant de nouveaux espaces qui attirent une clientèle généralement issue de l’extérieur du quartier, la hockeyisation du centre-ville de Montréal devient synonyme de l’embourgeoisement du lieu, et se réalise en regard des critères sélects et prestigieux accolés à l’environnement du Canadien de Montréal. La démolition des bâtiments existants ainsi que l’arrivée de nouveaux habitants qui sont très souvent que de passage auront fait de la hockeyisation un processus qui transforme radicalement le territoire.

Conclusion

32Les cas des patinoires extérieures réfrigérées et les Tours des Canadiens illustrent de nouvelles facettes de la hockeyisation de la ville, qui ne se comprend plus seulement qu’à travers les dimensions du spectacle, du fandom et du divertissement. La présentation des nouveaux lieux investis par les organisations sportives et de leurs rôles (que ce soit celui d’acteur engagé pour faire bouger les enfants ou celui d’investisseurs et de promoteurs immobiliers), aura rendu évidente la place grandissante qu’occupe l’organisation du Canadien de Montréal dans le développement de la ville. À travers la mise sur pied de ces deux projets, qui ont vu le jour quasi simultanément, le Canadien de Montréal est désormais beaucoup plus actif dans la planification de son empreinte physique dans la ville et oriente de manière plus affirmée les directions que prendra le processus de hockeyisation. Cependant, cette nouvelle phase de la hockeyisation de la ville n’est pas exempte d’enjeux, notamment en ce qui a trait l’ouverture et l’inclusion sociale et ce, bien que ces lieux soient décrits et même planifiés en regard de ces enjeux. Malgré la possibilité d’être voisin de l’équipe et d’accéder à un espace usuellement réservé aux acteurs de cette industrie ou l’importance accordée au critère d’accessibilité dans la sélection des parcs qui hébergeront les patinoires publiques réfrigérées, ces nouvelles formes de hockeyisation ne sont pas sans barrière, contrainte ou effet limitant. Ne serait-ce que parce qu’ils ne se réalisent pas en dehors de la culture du sport professionnel, ces projets reprennent et réarticulent les codes et valeurs dominants au sein de ce milieu.

33Les formes récentes qu’adopte le processus de hockeyisation semblent se populariser à travers les villes nord-américaines et ne sont pas qu’exclusives à l’organisation des Canadiens ni spécifiques à la ville de Montréal. Elles ne sont pas non plus généralisées de manière uniforme à travers les villes qui accueillent des équipes de la Ligue nationale de hockey, comme en témoignent d’autres projets similaires qui ont récemment vu le jour. Par exemple, les propriétaires de l’équipe de hockey des Oilers d’Edmonton ont prévu « a massive downtown development complex with an arena, hotels, offices and two residential towers » (McMahon, 2015), tout près de l’amphithéâtre. Pour sa part, l’organisation des Sénateurs d’Ottawa a été sélectionnée par la municipalité pour coordonner et concevoir la construction d’un nouvel environnement culturel (qui inclut bibliothèque, sentiers pédestres, place publique pour les rassemblements) tout près du nouvel amphithéâtre qui sera érigé au centre-ville (La Presse Canadienne, 2016). En plus d’illustrer une certaine homogénéisation des formes contemporaines de hockeyisation des villes, qui ne peuvent se penser en dehors d’une professionnalisation du marketing sportif facilitant la circulation de ces projets, ces exemples confirment le poids croissant des équipes de sport professionnel dans le développement des villes. Ces cas rendent aussi saillante la question de la place des projets philanthropiques, qui ont un coût important pour les municipalités et qui n’ont pas la même redevabilité politique auprès des citoyens.

34Il importe aussi de rappeler qu’en dépit des moyens importants dont jouissent les organisations sportives professionnelles et du rayonnement exacerbé de leurs interventions au sein des villes, le processus de hockeyisation ne peut se réduire qu’à leurs projets. Plusieurs acteurs (fans, cinéastes, politiciens, etc.) participent encore à la redéfinition des liens qui unissent le Canadien à la ville de Montréal, et ce, bien que leurs interventions ne rayonnent pas toutes dans les mêmes registres que les Tours du Canadien et les patinoires extérieures réfrigérées. De plus petites interventions, de l’ordre du graffiti par exemple, continuent encore à tisser des liens à l’équipe et du même coup à s’approprier des espaces publics, et ce, en se réalisant à l’extérieur des logiques de responsabilité sociale d’entreprise et de régénération urbaine. Considérant que la hockeyisation de la ville ne se réalise pas à force égale et que le poids des équipes de sport professionnel au sein du processus demeure central, ces initiatives réitèrent et réarticulent néanmoins, plus souvent qu’autrement, les symboles du sport professionnel.

Figure 3 : Murale dans un quartier résidentiel de Montréal (Archives personnelles, 2016)

Figure 3 : Murale dans un quartier résidentiel de Montréal (Archives personnelles, 2016)
Haut de page

Bibliographie

Anonyme (2012, 19 juillet). Où déménageront les briques commémoratives ? TVA Nouvelles. Repéré à l’adresse http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/07/20120719-185233.html

Anonyme. (2013, 15 mars). Cadillac Fairview investira 2 milliards à Montréal 15 mars 2013, Presse Canadienne. Repéré à http://www.lapresse.ca/affaires/economie/immobilier/201303/15/01-4631455-cadillac-fairview-investira-2-milliards-a-montreal.php

Anonyme. (2016, 26 janvier). Ottawa : deux projets incluant un aréna de la LNH pour les plaines LeBreton. La Presse Canadienne. Repéré à https://www.lesoleil.com/sports/deux-projets-incluant-un-arena-de-la-lnh-a-ottawa-448c29b79b5de7edb2679909cc464a66

Adam, M. L. (2006). The Game of Whose Lives? Gender, Race, and Entitlement in Canada’s “National” Game. Dans D. Whitson et R. Gruneau (dir.), Artificial Ice: Hockey, Commerce, and Cultural Identity (pp. 71–84). Peterborough: Broadview Press.

Adjizian, J. M., Lefebvre, S., et Roult, R. (2012). Le programme « Bleu Blanc Bouge ». L’appropriation citoyenne d’un espace sportif. Revue À Babord !

Andrews, D. L., et Silk, L. M. (dir.). (2012). Sport and Neoliberalism. Politics, Consumption, and Culture. Philadelphia, Pennsylvania: Temple University Press.

Bélanger, A. (2000). Sport Venues and the Spectacularization of Urban Spaces in North America: The Case of the Molson Centre in Montreal. International Review for the Sociology of Sport, 35(3), 378–397.

Bélanger, A., et Valois-Nadeau, F. (2009). Entre l’étang gelé et le Centre Bell… comment aujourd’hui retricoter le mythe de la Sainte-Flanelle. Dans N. Baillargeon et C.Boissinot. (dir.), La vraie dureté du mental (pp. 73-93). Québec: Les Presses de l’Université Laval.

Blake, J., et Holman, A. (2017). The Same but Different. Hockey in Quebec. Montreal, Kingston: McGill-Queen’s University Press.

Caron, C. (2015, 8 décembre). Immense patinoire réfrigérée de 1,5 M$ à Sherbrooke. Le Sherbrooke Express.

Cha, J. (2015). « The City Is Hockey »: Beyond the Slogan, a Quest for Identity. Dans N. Moreau et A. Laurin-Lamothe (dir.), The Montreal Canadiens. Rethinking a Legend (pp. 92–114). Toronto Buffalo London: University of Toronto Press.

Crompton, J. L. (2011). Public subsidies to professional team sport facilities in the USA. Dans C. Gratton et I. P. Henry (dir.), Sport in the City (pp. 15–34). London: Routledge.

Davies, L. E. (2016). A wider role for sport: community sports hubs and urban regeneration. Sport in Society, 19(10), 1537–1555.

Dubuc, A. (2015, 7 juillet). Centre Bell: rénovations majeures en vue. La Presse. Repéré à http://www.lapresse.ca/affaires/economie/immobilier/201507/06/01-4883590-centre-bell-renovations-majeures-en-vue.php

Eggener, K. (2012). The Demolition and the After Life of Baltimore Memorial Stadium. The relationship between civic building and collective memory. Places, (October). Repéré à https://placesjournal.org/article/the-demolition-and-afterlife-of-baltimore-memorial-stadium/

Fondation des Canadiens pour l’enfance. (2009). Un but, une aide. Les Canadiens dans la communauté. Bilan 2008-2009. Montréal: Fondation des Canadiens pour l’Enfance.

Friedman, M. T., et Andrews, D. L. (2011). The built sport spectacle and the opacity of democracy. International Review for the Sociology of Sport, 46(2), 181–204.

Friedman, T. M., Andrews, L. D., et Silk, L. M. (2004). Sport and the Façade of Redevelopment in the Postindustrial City. Sociology of Sport Journal, 21(2), 119–139.

Gruneau, R., et Whitson, D. (1993). Hockey night in Canada. Toronto: Grammond Press.

Hannigan, J. (2006). From Maple Leaf Gardens to the Air Canada Centre: The Downtown Entertainment Economy in “World Class”. Dans D. Whitson et R. Gruneau (dir.), Artifical Ice. Hockey, Culture and Commerce (pp. 201–214). Peterborough: Broadview Press.

Hardy, S., et Holman, A. (2012). Hockey Towns: The Making of Special Places in America and Canada. Dans Putting it on ice: Proceedings of the 2012 Hockey Conference (pp. 37–48). Saint Mary’s University.

Harvey, D. (1989). From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism. Geografiska Annaler, 71(1), 3–17.

Harvey, J. (2006). Whose Sweater Is This? The Changing Meanings of Hockey in Quebec. Dans D. Whitson et R. Gruneau (dir.), Artificial Ice. Hockey, Culture and Commerce (p. 29–52). Peterborough: Broadview Press.

Horne, John. (2006). Sport in consumer culture. Basingstoke, Hampshire: Palgrave Macmillan.

Horne, J. (2015). Assessing the sociology of sport: On sports mega-events and capitalist modernity. International Review for the Sociology of Sport, 50(4–5), 466–471.

Lampert, A. (2013, 18 septembre). Tour des Canadiens developer wants 2 more towers. Montreal Gazette. Repéré à http://montrealgazette.com/business/tour-des-canadiens-plus-two

Laroque, S. (2012, 16 juillet). Le Canadien investit dans un projet de tour résidentielle. La Presse. Repéré à affaires.lapresse.ca/…/01-4544030-le-canadien-investit-dans-un-projet-de-tour-residentielle.php

Lefebvre, S., Roult, R., Adjizian, J.-M., et Lapierre, L. (2014). Planning and social appropriation of proximal sports facilities: the case of the exterior skating rink project ‘Bleu Blanc Bouge’ in Montreal North. Loisir et Société / Society and Leisure, 37(1), 101–115.

Lefrançois, G. (2016, 12 janvier). Et de sept patinoires ! La Presse. Repéré à http://plus.lapresse.ca/screens/ebe5ec1d-b1dd-42c1-afc5-13793b1e2018%7CrvAKGkxhKOeK.html

Rérat, P., Soderstrom, O., et Piguet, E. (2009). New forms of gentrification: issues and debates. Population, Space and Place.

Robidoux, M. (2001). Men at play. A working understanding of professional hockey. Montreal, Kingston: McGill-Queen’s University Press.

Roult, R., Adjizian, J. M., Lefebvre, S., et Lapierre, L. (2014). The mobilizing effects and health benefits of proximity sport facilities: urban and environmental analysis of the Bleu, Blanc, Bouge project and Montreal North’s outdoor rink. Sport in Society, 17(1), 68–88.

Schimmel, K. S. (2001). Sports matters. Urban regime theory and urban regeneration in the late-capitalist era. Dans C. Gratton et I. P. Henry (dir.), Sport in the City (pp. 259–277). London: Routledge.

Schimmel, K. S. (2015). Assessing the sociology of sport: On sport and the city. International Review for the Sociology of Sport, 50(4–5), 591–595.

Sheth, H., et Babiak, K. M. (2010). Beyond the Game: Perceptions and Practices of Corporate Social Responsibility in the Professional Sport Industry. Journal of Business Ethics, 91(3), 433–450.

Silk, L. M., et Andrews, L. D. (2012). Sport and the Neoliberal Conjuncture. Complicating the Consensus. Dans L. M. Silk et D. L. Andrews (dir.), Sport and Neoliberalism. Politics, Consumption, and Culture (pp. 1-19). Philadelphia, Pennsylvania: Temple University Press.

Smith, A. (2005). Reimagined the City. Annals of Tourism Research, 32(1), 217–236.

Starr, R. (2012, 6 septembre). Tour des Canadiens is icing on the cake. The Star. Repéré à http://www.thestar.com/life/homes/2012/09/06/tour_des_canadiens_is_icing_on_the_cake.print.html

Tremblay, J.-F. (2016, mars 14). Le Centre Bell, la fierté de Ronald Corey. La Presse Canadienne. Repéré à http://www.rds.ca/hockey/canadiens/canadiens-ronald-corey-a-su-des-le-depart-que-le-centre-bell-allait-lui-plaire-1.3127595

Valois-Nadeau, F. (2014). Un centenaire, des faire mémoire. Analyse des pratiques de mémoire autour du Canadien de Montréal. Université de Montréal, Montréal, Canada.

Valois-Nadeau, F. (2017). Quand le Canadien de Montréal devient philanthrope : des pratiques caritatives spectaculaires, institutionnalisées et individualisées en transformation. Dans A. Lambelet et S. Lefèvre (dir.), Philanthropies. Ethnographie, 34. Repéré à http://www.ethnographiques.org/2017/Valois-Nadeau

Walker, M. B., et Kent, A. (2009). Do Fans Care? Assessing the Influence of Corporate Social Responsibility on Consumer Attitudes in the Sport Industry. Journal of Sport Management, 23(6), 743–769.

Walters, G. (2009). Corporate Social Responsibility through Sport. Journal of Corporate Citizenship, 2009(35), 81–94.

Haut de page

Notes

1 On réfère notamment à Montréal ville de hockey : de la ruelle à la légende (2015), qui eut lieu à l’Hôtel de Ville de Montréal.

2 On réfère ici tant à la création d’arénas et patinoires publiques implantés à Montréal depuis plus d’un siècle qu’aux productions culturelles (films, livres, séries télévisées, œuvres symphoniques) sur le hockey et les Canadiens de Montréal. Nous pourrions également inclure l’implantation d’infrastructures nécessaires à la création des hockeytowns, comme l’ont suggéré Stephen Hardy et Andrew Holman (2012).

3 Cette vague de déménagement d’équipes sportives ne s’est pas uniquement faite sentir que dans le milieu du hockey. De nombreux stades de baseball (Eggener, 2012) par exemple ont subi le même sort.

4 La Place du Centenaire, inaugurée à temps pour les célébrations du 100e anniversaire de l’équipe, fut démolie trois ans plus tard pour laisser place à la construction de la Tour des Canadiens. Elle fut reconstruite en 2015.

5 Voir http://briques.centrebell.ca/

6 Comme le journaliste Jean-François Tremblay (2016) le souligne, 16 des 30 amphithéâtres de la Ligue nationale de hockey ont été (re)construit entre 1995 et 2000. Montréal, les Canadiens ont été affectés par ces transformations lorsque le Forum déménagea au Centre Bell en 1996.

7 Deux d’entre elles, soit celles d’Ahunstic-Cartierville et de Trois-Rivières, sont encore en construction/préparation.

8 Bien que les programmes philanthropiques de l’équipe soient adoptés par d’autres municipalités au Québec et que la popularité de l’équipe ne se limite pas qu’à la ville de Montréal, le territoire montréalais reste le lieu privilégié pour questionner le processus d’hockeyisation en raison des formes plurielles qui y coexistent actuellement.

9 D’autres municipalités, comme Sherbrooke, ont dû débourser 300 000 $ pour la construction et défrayer 60 000 $ supplémentaire pour les matériaux (Caron, 2015).

10 Cette organisation sans but lucratif vise à développer la pratique du sport, particulièrement chez les jeunes. Cette organisation a mis de l’avant de nombreux projets à travers la province en collaboration avec des organismes locaux.

11 Comme Roult et al. le mentionnent : « The children age group has the highest female ratio with 28%. This percentage goes down to 15% for teens and 14% for adults. Besides this majority of men, we can also observe a majority of Caucasian ice rink users. In fact, half of the teenagers and 60% of the adult users were Caucasian. » (2014, p.77)

12 Cette société est grandement impliquée dans le développement du secteur avoisinant le Centre Bell (notamment la Tour Deloitte). Son portefeuille était évalué en 2013 à plus de 21 milliards (La Presse canadienne, 2013). Elle est également impliquée dans la construction d’une tour à condos érigée aux abords de l’amphithéâtre des Maple Leafs de Toronto.

13 La société Cadillac Fairview est « une propriété à part entière du Régime de retraite des enseignants de l’Ontario (Teachers), est un des plus grands développeurs immobiliers en Amérique du Nord et s’occupe de la gestion de bureaux et de centres d’achats au Canada et aux États-Unis ». (La Presse canadienne, 2013)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vue de la construction immobilière (dont celle de la Tour des Canadiens)(Archives personnelles, novembre 2015)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2 : Affiche publicitaire qui promeut la nouvelle Tour des Canadiens et cache les futurs bâtiments démolis (Archives personnelles, 2015)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 3 : Murale dans un quartier résidentiel de Montréal (Archives personnelles, 2016)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fannie Valois-Nadeau, « Les nouvelles formes de hockeyisation de Montréal… ou quand le sport professionnel « développe » la ville », Communiquer, 22 | 2018, 81-95.

Référence électronique

Fannie Valois-Nadeau, « Les nouvelles formes de hockeyisation de Montréal… ou quand le sport professionnel « développe » la ville », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2657 ; DOI : 10.4000/communiquer.2657

Haut de page

Auteur

Fannie Valois-Nadeau

Chercheure en études culturelles et chargée de cours
Université du Québec en Outaouais

Fannie Valois-Nadeau, PhD en communication, est chercheure en études culturelles et chargée de cours à l’Université du Québec en Outaouais. Ses recherches s’intéressent particulièrement aux articulations économiques et politiques au cœur des phénomènes culturels populaires contemporains. Le sport est l’un de ses objets d’études de prédilection, tout comme les approches communicationnelles de la mémoire et de la philanthropie. fannie.valois-nadeau@uqo.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals