Navigation – Plan du site

Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry: Media, Players, and Society

Note de lecture
Bowman, N. D., Spinda, J. S. et Sanderson, J. (2016). Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry: Media, Players, and Society. Londres: Lexington Books. Book Review
Philippe-Antoine Lupien
p. 97-101
Référence(s) :

Bowman, N. D., Spinda, J. S. et Sanderson, J. (2016). Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry: Media, Players, and Society. Londres: Lexington Books. Book Review

Résumés

Cette note de lecture s’intéresse à l’ouvrage Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry, codirigé par Nicholas David Bowman, John S. Spinda et Jimmy Sanderson (2016). Il regroupe une quinzaine de contributions qui cherchent à poser les bases de l’étude des pools sportifs (fantasy sports), en partageant différents points de vue historiques et contemporains sur cette forme de divertissement dont l’émergence récente est intimement liée au développement des technologies numériques de l’information et de la communication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aucun équivalent français pour fantasy sport ne semble encore s’imposer. On trouve tour à tour les (...)
  • 2 «  […] to share historical and emerging perspectives on the importance of fantasy sports as an arti (...)
  • 3 «  […] some of the various ways in which fantasy sports have permeated the larger Mediasport infras (...)

1Les fantasy sports, ou pools sportifs1, font partie des rituels parallèles aux saisons des grandes ligues sportives qui gagnent en popularité et qui suscitent un intérêt récent pour ceux qui étudient le sport et sa médiatisation. L’ouvrage Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry (2016) codirigé par Nicholas David Bowman, John S. Spinda et Jimmy Sanderson, s’inscrit dans cette tendance en proposant un état de l’art de la recherche et des grands enjeux qui s’y rattachent. L’ouvrage est né de l’intérêt pour le sport et ses composantes médiatiques partagé par une communauté de chercheurs et de professionnels réunie par les trois codirecteurs, issus de la communication. Ce livre s’applique à poser les bases de l’étude des pools sportifs comme phénomène singulier et collige des recherches récentes issues de différents champs qui visent à « partager des perspectives historiques et émergentes sur l’importance des pools sportifs comme un artéfact théorique et empirique d’importance en regard des enjeux plus larges du sport et de la société » (Bowman, Spinda et Sanderson, 2016, p. ix ; notre traduction2). Réparties en cinq sections, les contributions proviennent de divers domaines de recherche et visent à investiguer « quelques-unes des nombreuses manières par lesquelles les fantasy sports ont intégré la grande infrastructure sport-média » (Bowman, Spinda et Sanderson, 2016, p. ix ; notre traduction3).

2Par fantasy sport, on désigne typiquement un jeu dans lequel les participants agissent à titre de propriétaires, de directeurs généraux, et d’entraîneurs d’un club sportif virtuel (Bowman, Spinda et Sanderson, 2016, p. 4). Les participants sélectionnent les joueurs de leur formation fictive parmi les athlètes d’une ligue sportive bien réelle, et s’affrontent dans un jeu de classement statistique reposant sur la performance de ces sportifs. Apparues au début des années 1960, les premières ligues fantastiques ont été élaborées à partir des statistiques de baseball publiées dans les pages des journaux américains. Peu à peu, le jeu s’est répandu auprès des amateurs des autres grands sports américains (football, hockey, basketball). Les ligues fantastiques ont toutefois connu leur véritable boom avec le développement de l’Internet. Alors que, sur papier, la gestion d’une ligue fantastique pouvait se révéler laborieuse, plus récemment, les systèmes de gestion de données et les sites Internet spécialisés ont grandement facilité la tâche des poolers, ce qui a contribué à populariser massivement la pratique au cours des dernières années, principalement aux États-Unis et au Canada (Anderson et Bowman, 2016, p. 6).

  • 4 On trouve également une offre complémentaire de chaînes télévisées et de magazines dédiés exclusive (...)

3Aujourd’hui, les pools sportifs offrent de nouvelles modalités aux amateurs qui investissent temps et argent dans un loisir organisé autour de la consommation médiatique du sport. Les pools sportifs et les sites de gestion de ligues fantastiques se sont d’ailleurs multipliés dans les dernières années, sous l’initiative des médias, des organisations sportives, ou de nouvelles entreprises spécialisées dans le domaine4 (Bien-Aimé et Hardin, 2016).

4Alors que le titre de l’ouvrage laisse présager d’une conjonction entre le phénomène des pools sportifs et les transformations de « l’industrie sport-média », il faut remarquer que les analyses proposées dans cet ouvrage s’attachent davantage aux aspects de la gestion des pools et à l’attitude des participants qu’à l’évolution des relations entre les entreprises sportives et les médias. Ainsi, les deux premières sections, qui composent un peu plus de la moitié des chapitres et des pages de l’ouvrage, se consacrent principalement aux différents types et formules de ligues fantastiques et à leur nombre, aux caractéristiques des participants, à leur motivation ainsi qu’à leur comportement, aux avantages des pools sportifs pour les industries sportives, etc.

  • 5 Notamment : Sport Rivalry Fan Perception Scale (Havard et coll., 2013) et Sport Spectator Identific (...)
  • 6 « […] fantasy sports are a communication phenomenon at their core » (p. 79).

5Pour soutenir leurs propos, les auteurs ont recours à des approches variées. Par exemple, le deuxième chapitre « Simulations and Fantasy Sports: The Forgotten Element? » (Spinda, 2016), s’intéresse aux motivations des participants à l’aide d’une analyse ancrée dans la théorie des usages et des gratifications, qui lie les ligues fantastiques aux autres jeux de simulation sportive, dont les jeux vidéo. On y propose que, de manière générale, la participation aux pools sportifs soit motivée par (1) le sens de la communauté et l’appartenance, (2) la sensation de réalisme que procure la simulation, ou par (3) un intérêt pour la gestion régulière de son pool et la possibilité de développer sa franchise virtuelle au fil des ans (p. 17). Dans le chapitre « ‘I Wouldn’t Pick Them to Save My Season:’ The Impact of Rivalry on Fantasy Sports », Spinda et Havard appliquent pour leur part différentes grilles d’analyses statistiques5 pour interpréter les résultats d’une étude sur l’impact de l’attachement à une équipe ou à un sportif sur les choix et décisions des gérants de ligues. Le chapitre suivant, « Rooting with Your Rivals: Social Presence in Fantasy Sports » (Boyan, Westerman et Daniel, 2016) propose quant à lui l’emploi de modèles de communication médiés par ordinateur pour guider les recherches sur les pools sportifs, dont la nature interactive en ferait un « véritable phénomène de communication »6 (Boyan, Westerman et Daniel, 2016, p. 79 ; notre traduction).

  • 7 « […] where there is not only a variety of mainstream professional sports, but that the keeping of (...)
  • 8 Soulignons par ailleurs que tous les auteurs contribuant à l’ouvrage sont rattachés à des universit (...)

6Les données qui permettent aux auteurs de quantifier la participation aux ligues fantastiques relèvent principalement de la Fantasy Sports Trade Association (FSTA, 2014). L’organisme — dont l’histoire fait l’objet du chapitre « Exploring the Braintrust: The Evolution and Impact of the Fantasy Sport Trade Association » (Ruihley et Billings, 2016) — dresse un profil assez uniforme des participants aux pools sportifs : ce sont des hommes (80 %) caucasiens (90 %) célibataires (52 %) adultes (moyenne de 34 ans) et éduqués (78 % détiennent un diplôme postsecondaire) (FSTA, 2014). Le phénomène est par ailleurs plutôt propre à l’Amérique du Nord, « où en plus de la variété de sports professionnels, la collecte des statistiques et des points fait partie intégrante de l’écoute de sports tel le baseball »7 (p. 41-42 ; notre traduction). Ces facteurs expliquent probablement en partie la prépondérance accordée aux pools de baseball et de football américain dans l’ouvrage, tout comme le peu de place qu’y prennent les perspectives internationales, qui sont abordées dans le chapitre « Fantasy Sports across the Pond » (Watanabe, Yan et Wicker, 2016)8. Les enjeux liés à la diversité des participants aux ligues fantastiques font également partie des aspects éludés par l’ouvrage. On n’en traite que dans le chapitre le plus court, « A Cluster Criticism of Justifications of Fantasy Sports for Women » (Lavelle, 2016), où Lavelle démontre, par une analyse typologique critique (cluster analysis), que certaines des rares initiatives de pools sportifs visant spécifiquement les femmes contribuent à renforcer les stéréotypes de la féminité, notamment en regroupant les athlètes selon des catégories assimilables à un classement de partenaires romantiques potentiels.

  • 9 «  … and even if you don’t care about the teams, you’ll stay up late to watch if one of your player (...)

7Ce n’est qu’au début de la troisième section du livre qu’on s’intéresse plus précisément à la conjonction des pools sportifs et des changements qui s’opèrent dans l’industrie des médias. Dans « Legacy Media and Fantasy Sports », Steve Bien-Aimé et Marie Hardin dégagent les principaux arguments qui font des pools sportifs un nouvel atout au cœur des stratégies médiatiques. Dans ce chapitre on relève entre autres que les gérants virtuels sont en effet d’importants consommateurs d’information sportive : dans le cadre de l’administration de leur pool, les trois quarts d’entre eux consacreraient près de neuf heures par semaine à la consultation d’au moins quatre sites de nouvelles sportives (p. 160). Les auteurs soulèvent également que les pools sportifs stimulent la consommation télévisuelle des matchs et émissions sportives, incitant parfois les poolers à « rester éveillés tard pour voir un de ses joueurs en action, même si les équipes qui jouent ne [les] intéressent pas9 » (Bond, 2011, p. 162 ; notre traduction). Désormais, les réseaux de télévision et les journalistes sportifs intègrent même des bandeaux et commentaires destinés aux gérants virtuels. En s’inscrivant au confluent de « synergies » entre entreprises de presse et entreprises de télévision, entre fournisseurs de contenus et fournisseurs de plateformes de jeu et, bien sûr, entre les opérateurs des ligues fantastiques et les commanditaires, les pools sportifs constituent une nouvelle source de revenus pour les médias traditionnels.

  • 10 «  […] has established a prominent and promising foothold in the larger sports ecology » (Quatrième (...)

8Dans l’ensemble, l’ouvrage offre une perspective plutôt favorable au développement des pools sportifs. Déjà, la quatrième de couverture parle des fantasy sports comme d’un phénomène qui « s’impose de manière prépondérante et prometteuse dans le vaste environnement sportif »10 (Bowman et al., 2016 ; notre traduction), et la dernière section du livre, intitulée « For the love of Fantasy Sports », laisse paraître les dispositions des auteurs dont certains se disent eux-mêmes des gérants d’estrade assumés (Bowman, Spinda et Sanderson, 2016, p. xii). Ce penchant des auteurs de l’ouvrage se reflète également dans la mince place réservée aux perspectives critiques. À cet égard, le chapitre « Draft Day: Risk, Responsibility, and Fantasy Football » (Baerg, 2016), sort du lot en mobilisant la notion de gouvernementalité développée par Foucault afin de proposer que les discours entourant les pools de football américain contribuent au développement d’une forme de subjectivité néolibérale associée aux stratégies de gestion du risque et de responsabilisation de soi.

  • 11 «  a rather unique arena for social interactions » (Bowman et al., p. 289).

9À partir des recherches colligées, les directeurs de l’ouvrage concluent que les pools sportifs participent à la croissance de l’implication des partisans sportifs, et soulignent les retombées positives de ce phénomène pour les industries du sport et des médias. Les ligues fantastiques s’imposent comme une nouvelle source de revenus de l’industrie des sports médiatiques et comme alternative légale au pari ; elles permettent de multiplier les externalités du produit sportif. Les limites mêmes du phénomène — comme son cadre géographique plutôt restreint et le manque de diversité chez les participants — révèlent certaines des problématiques au cœur de la médiatisation des sports professionnels. En termes de communication interpersonnelle, notamment approchée sous l’angle de la communication médiée par ordinateur, les pools sportifs constitueraient, selon les codirecteurs de l’ouvrage, « un terrain d’interactions sociales plutôt singulier »11 (Bowman et al., p. 289 ; notre traduction). Pour les chercheurs qui s’intéressent au sport et à la communication, le phénomène porte ainsi en soi de précieuses informations sur le sport et les médias, sur les fans de sport et les consommateurs de médias sportifs, sur les industries du sport médiatique, etc. En mobilisant une bibliographie diversifiée et en explorant des pistes de recherche à la frontière de la communication et du sport, Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry offre une base pour quiconque cherchant à développer un vocabulaire académique sur le phénomène récent des fantasy sports. Par son aspect rudimentaire, qui se reflète notamment dans la redondance des données et des études citées, ainsi que dans l’effort général des auteurs à définir leurs champs de recherche respectifs, l’ouvrage pose les bases d’un objet en construction tout en suscitant des pistes de réflexion ou de recherches nouvelles. Entre autres, ce livre permet d’envisager des recherches qui s’intéressent au phénomène sous l’angle des cultures participatives, ou qui questionnent les enjeux des mégadonnées récoltées par les exploitants des sites de gestion de ligues fantastiques. Si l’ouvrage de Bowman, Spinda et Sanderson est utile pour problématiser l’objet des pools sportifs dans le champ de la recherche sur le sport et les médias, on pourra espérer que des chercheurs issus d’autres disciplines ou munis d’autres approches se saisissent du phénomène. Finalement, ceux qui s’intéressent particulièrement aux questions liées à l’évolution conjointe des industries des sports et des médias (de la Changing Sports Media Industry) regretteront que le propos de cet ouvrage soit mieux représenté par son sous-titre, Media, Players, and Society , que par son titre.

Haut de page

Bibliographie

Bond, P. (2011, 10 août). What fantasy football means to Hollywood. The Hollywood Reporter. Repéré à http://hollywoodreporter.com

Bowman, N. D., Spinda, J. S. et Sanderson, J. (2016). Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry: Media, Players, and Society. Londres: Lexington Books.

Fantasy Sports Trade Association (2014). Industry demographics: At a glance. FSTA.org, Repéré à https://fsta.org/research/industry-demographics/

Havard, C. T., Gray, D. P., Gould, J., Sharp, L. A., et Schaffer, J. J. (2013). Development and validation of the Sport Rivalry Fan Perception Scale. Journal of Sport Behvior, 36, 45–65.

Wann, D. L., et Branscombe, N. R. (1993). Sports fans: Measuring degree of identification with the team. International Journal of Sports Psychology, 1–17, 24.

Haut de page

Notes

1 Aucun équivalent français pour fantasy sport ne semble encore s’imposer. On trouve tour à tour les vocables : sports virtuels, sports imaginaires, sports de fantaisie, ligues fantastiques, jeux de sport, etc. En France, le terme rencontré le plus fréquemment est fantasy leagues. L’Office québécois de la langue française propose l’emploi de «  jeu du directeur général », mais au Québec, le terme «  pool sportif » est le plus usuel. Nous retiendrons pool sportif pour faire référence aux fantasy sports en général, et ligue «  fantastique », pour référer spécifiquement aux fantasy ligues.

2 «  […] to share historical and emerging perspectives on the importance of fantasy sports as an artifact of theoretical and empirical importance to larger issues of sport and society » (Bowman, Spinda et Sanderson, 2016, p. ix).

3 «  […] some of the various ways in which fantasy sports have permeated the larger Mediasport infrastructure » (Bowman, Spinda et Sanderson, 2016, p. ix).

4 On trouve également une offre complémentaire de chaînes télévisées et de magazines dédiés exclusivement aux informations (statistiques, analyses, états de santé des joueurs, informations contractuelles, etc.) utiles aux participants de pools sportifs.

5 Notamment : Sport Rivalry Fan Perception Scale (Havard et coll., 2013) et Sport Spectator Identification Scale (Wann et Branscombe, 1993).

6 « […] fantasy sports are a communication phenomenon at their core » (p. 79).

7 « […] where there is not only a variety of mainstream professional sports, but that the keeping of statistics and scores has been an integral part of the viewership process in sports like baseball » (p. 41–42).

8 Soulignons par ailleurs que tous les auteurs contribuant à l’ouvrage sont rattachés à des universités américaines, sauf une (Pamela Wicker de la German Sport University of Cologne).

9 «  … and even if you don’t care about the teams, you’ll stay up late to watch if one of your players is playing » (Bond, 2011, p. 162).

10 «  […] has established a prominent and promising foothold in the larger sports ecology » (Quatrième de couverture).

11 «  a rather unique arena for social interactions » (Bowman et al., p. 289).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe-Antoine Lupien, « Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry: Media, Players, and Society », Communiquer, 22 | 2018, 97-101.

Référence électronique

Philippe-Antoine Lupien, « Fantasy Sports and the Changing Sports Media Industry: Media, Players, and Society », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2724

Haut de page

Auteur

Philippe-Antoine Lupien

Doctorant en communication
Université du Québec à Montréal, Canada

Philippe-Antoine Lupien est chargé de cours et doctorant en communication à l’UQAM. Ses recherches portent sur la place du politique dans les spectacles sportifs, ainsi que sur la numérisation du sport et de la culture. Il travaille également au sein du Centre de recherche sur l’information, la communication et la société (CRICIS) et agit comme graphiste et professionnel en communication, notamment en culture et en politique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals