Navigation – Plan du site

La communication comme étude de l’action sociale : au sujet de la recherche sur le langage et l’interaction sociale

Entretien avec Anita Pomerantz et Robert E. Sanders, réalisé par Nicolas Bencherki
Anita Pomerantz, Robert E. Sanders et Nicolas Bencherki
p. 119-136
Cet article est une traduction de :
Communication as the Study of Social Action: on the Study of Language and Social Interaction

Résumé

Dans cette entrevue, Anita Pomerantz et Robert E. Sanders, professeurs émérites au département de communication de la University at Albany-SUNY, discutent de leurs perspectives quant à la recherche sur le langage et l’interaction sociales. Ils partagent leur compréhension du rapport entre la recherche LSI et la discipline de la communication, et expliquent ce que l’on peut gagner à étudier l’action sociale plutôt que de se concentrer exclusivement sur les messages. Le lien entre l’interaction et son contexte, et la façon dont ce dernier peut servir de base pour analyser la première, sont également abordés. Pomerantz et Sanders puisent leurs idées dans leur engagement actif depuis les années 1970, comme porte-paroles de la communauté LSI et, plus particulièrement, comme têtes de proue de l’analyse de conversation (CA).

Haut de page

Texte intégral

1Anita Pomerantz et Robert E. Sanders sont tous deux professeurs émérites de communication de la State University of New York (SUNY) à Albany. Pendant plusieurs années, ils y ont été collègues et ont donc collaboré sur plusieurs projets. C’est à cet endroit que nous nous sommes rencontrés pour discuter de quelques-unes de leurs idées et des objectifs de leur recherche concernant la façon dont les gens participent dans les interactions sociales et, ce faisant, ce qu’ils accomplissent.

2Anita Pomerantz est l’une des principales figures de l’analyse de conversation (aussi nommée CA). Au cours des 40 dernières années, elle a révélé les détails interactionnels au travers desquels des actions communicationnelles sont accomplies dans des situations naturelles. Elle a notamment étudié les formulations de cas extrême, la fourniture de réponses candidates lors de la recherche d’information, la manière de poursuivre une réponse, et ainsi de suite. À l’occasion du congrès annuel de la American Sociological Association, à Montréal en août 2017, Pomerantz a reçu le prix Garfinkel-Sacks décerné par la division d’ethnométhodologie et d’analyse de conversation, en récompense de l’ensemble de sa carrière exemplaire et pour souligner sa participation au développement de plusieurs des idées centrales du champ de recherche.

3Les travaux de Robert E. Sanders concernent des enjeux empiriques et théoriques regroupés sous le terme « langage et interaction sociale » (ou LSI ; Language and Social Interaction). Il s’intéresse particulièrement à la pragmatique du langage, à la communication interculturelle et à l’analyse de conversation. Sa recherche explore l’influence sociale et la stratégie dans les interactions naturelles, ce qu’il décrit comme une participation « néo-rhétorique » dans les interactions sociales. Sanders a été rédacteur en chef de la revue Research on Language and Social Interaction de 1988 à 1998, et a présidé les divisions de langage et interaction sociale tant à la National Communication Association (NCA) qu’à la International Communication Association (ICA).

4Les publications de Pomerantz et de Sanders, écrites séparément ou ensemble, couvrent ainsi une variété de sujets : la recherche d’information, l’adoption de rôles institutionnels, les façons de répondre à des évaluations, la recherche d’adhésion, le retour d’instruction à des résidents médicaux concernant leur pratiques communicationnelles, les variations culturelles dans les directives, et l’engendrement et l’évitement de conflits dans les délibérations de jurys.

Propos recueillis et traduits par Nicolas bencherki,
ses interventions sont en caractère gras.

5Pour plusieurs chercheurs en dehors du champ du langage et de l’interaction sociale (LSI), celui-ci semble se concentrer sur les détails de la communication et non pas sur la façon dont la communication fait une différence dans la vie sociale. J’espère que grâce à cette entrevue nous pourrons clarifier ce en quoi consiste LSI, et comment ce champ de recherche souhaite contribuer à la connaissance en communication.

6Permettez-moi de commencer simplement avec cette question : comment la recherche en LSI diffère d’autres approches en communication ?

  • 1 Traduction libre de « Culture’s being exists in interaction’s time. » (Moerman, 1988)

7Sanders – Pour comprendre cela, il faut retourner 50 ans en arrière. LSI est né d’une impatience commune à plusieurs disciplines des sciences sociales dans les années 1950 et 1960. D’une façon ou d’une autre, elles ont vu émerger une soudaine appréciation du fait que les phénomènes macroscopiques qu’elles étudiaient prenaient racine dans des processus microscopiques. Chomsky [1957] est parvenu à cette conclusion concernant la production du langage. Garfinkel, Sacks et Goffman y sont parvenus en regardant la production de l’ordre social [Garfinkel, 1967; Sacks, 1992; Goffman, 1959]. Hymes et Gumperz y sont arrivés par rapport à la production de la culture [Hymes, 1974; Gumperz, 1982]. Prenez des concepts comme les rôles, l’identité, les stéréotypes et d’autres. Oui, les gens ont des rôles. Oui, il y a des stéréotypes. Toutefois, ceux-ci ne sont pas simplement « là », préfabriqués et statiques comme des vêtements que l’on peut porter sur demande. Ils se matérialisent et prennent forme en temps réel alors que les gens interagissent. Ou, pour le dire autrement, ils sont recréés à chaque interaction, et peuvent donc changer et évoluer à chacune des occasions. Michael Moerman était un ethnographe inspiré par LSI. Il décrivait si bien la culture que j’ai mémorisé cette citation : « L’être de la culture existe dans le temps de l’interaction »1 [Moerman, 1988].

8En voici une illustration : j’ai analysé des vidéos d’interactions entre superviseurs et subordonnés, et j’ai trouvé que les rôles ne se ressemblent pas d’une personne à l’autre ou de situation en situation [Sanders, 1995]. Ils sont performés dans l’interaction. Par exemple, une paire superviseur-subordonné a performé ses rôles respectifs d’une façon très conventionnelle : elle dirigeait, il consultait. Alors qu’un autre superviseur voyait son autorité régulièrement ignorée : ses subordonnés étaient même malpolis, tentaient de le contrôler et frisaient l’insubordination, or il semblait se laisser faire. Je dirais qu’il a permis que cela se produise en raison de la façon dont il interagissait avec ses subordonnés. Si les cadres supérieurs savaient le peu de contrôle que cet homme avait sur sa division ! Ainsi, pour en revenir à ta question, la recherche en LSI se concentre sur les processus communicationnels qui créent, transforment ou voire même corrompent ; ce que d’autres approches considèrent comme un produit fini.

9Pomerantz – Laissez-moi bâtir sur ce que Bob vient de dire – que les chercheurs LSI montrent comment les rôles, les identités, etc., sont constitués et reconstitués au travers des interactions. Dans une étude que j’ai coécrite [Pomerantz et Rintel 2004], nous avons montré que les façons dont les médecins rapportent la pression artérielle du patient, sa température, son taux de sucre, etc., à la fois reflètent et suggèrent le rôle du médecin comme figure paternelle ou comme partenaire qui encourage à l’autonomie. Contrairement à la croyance voulant que les rôles demeurent stables tout au long d’une rencontre, nous avons considéré la performance des rôles comme des enjeux qui sont négociés à chaque tour de parole au cours de l’interaction.

10Parfois, les gens font des distinctions entre les approches qui étudient les phénomènes macroscopiques et celles qui étudient des phénomènes microscopiques. Quand ils font cela, ils rangent LSI en général, et l’analyse de conversation en particulier, comme des approches microscopiques. Une telle caractérisation ne perçoit pas la nature du projet de LSI et de l’analyse de conversation. Cette dernière étudie les raisonnements et les méthodes que les participants utilisent pour faire des choses au travers des interactions et pour comprendre ce que les autres font : leurs actions. Les participants s’investissent dans des comportements et comprennent ceux des autres en termes d’actions : inviter un ami à manger, être en désaccord avec quelqu’un ou accuser un voisin d’une mauvaise action. Le concept d’action est fondamental à la façon dont les gens se comportent, et par conséquent à l’analyse LSI.

11Sanders – Ce que dit Anita au sujet de la distinction macro-micro est important. J’espère ne pas avoir donné l’impression que ce soit l’un ou l’autre. C’est plutôt une complémentarité. On peut comprendre cela en comparant les sciences sociales à la chimie et la biologie. La chimie étudie des processus et des structures qui sont sous-jacents aux processus et aux structures de la biologie. Autrement dit, pour comprendre certains des résultats de la biologie, il faut parfois se tourner vers la chimie. Les chimistes, de leur côté, n’ont pas à se préoccuper des phénomènes biologiques. Toutefois, les biologistes doivent parfois comprendre la chimie pour entièrement comprendre ce qu’ils observent. C’est ce qui est arrivé aux sciences sociales dans les années 1950 et 1960 : c’est comme si certains biologistes – mais pas tous – s’étaient rendu compte qu’ils devaient jeter un œil à la chimie de ce qu’ils étudiaient. Et voilà, vous avez la microbiologie, ou dans notre cas, LSI ou l’analyse de conversation, l’ethnographie de la communication, la pragmatique du langage, et l’analyse de discours.

12Anita, tu as dit que dans LSI le concept d’action est fondamental pour examiner ce qui se passe quand les gens interagissent. Que pouvons-nous gagner en nous concentrant sur l’action sociale plutôt que sur les messages ?

13Pomerantz – La recherche sur les jeunes enfants montre qu’ils comprennent les gestes et les paroles en termes d’actions sociales. En d’autres mots, dès un jeune âge, ils comprennent que lorsque l’on pointe quelque part, on veut dire « regarde là » ou « va là ». L’action sociale est par conséquent une unité de base de l’interaction. C’est ainsi que l’on fait des choses et que l’on comprend les choses que l’on fait. L’étude des messages, comme je la comprends, a un regard très différent. Le modèle consiste à supposer une unité de sens autosuffisante, et à étudier comment elle est « communiquée » ou altérée d’une façon ou d’une autre. Cela peut être une approche valide mais elle ne permet pas de rendre compte de ce qui nous intéresse, à savoir comment les gens coordonnent leurs actions et négocient les enjeux qui les touchent.

14Sanders – Je ne pense pas qu’il est juste de dire que nous étudions des actions plutôt que des messages. Il est plus exact de dire que nous considérons « communiquer un message » comme un type d’action. Comme Anita l’a dit, l’action est l’unité de signification de base lorsque les gens communiquent. Je pense qu’un « message » est ce qu’une personne peut avoir en elle-même et qu’elle cherche à externaliser, à communiquer et à faire connaître. Penser en termes d’action, c’est chercher à comprendre pourquoi quelqu’un dit quelque chose et avec quel objectif, incluant pourquoi cette personne externalise tel ou tel autre message à ces personnes. Communiquer un message, n’est qu’une raison possible de dire quelque chose, une action possible qui puisse être accomplie. Il y en a d’autres. Si je te dis « Tes lunettes sont sales ! », je peux simplement souhaiter que tu saches que tes lunettes sont sales. C’est une des raisons possibles pour lesquelles je dis cela, auquel cas mon message et mon action sont coextensifs : ce que tu en retires, c’est ce que je voulais que tu saches. Toutefois, peut-être que je le dis pour t’insulter, ce qui est une autre action. Il s’agit d’un autre objectif pour lequel je peux dire cela, mais je ne dirais pas que t’insulter est le message. Ce que tu en retires, c’est ce que j’ai fait. Si tu veux objecter « Attends un instant ! Le message est je ne t’aime pas ». Je dirais très bien, à la différence près où je ne l’ai pas dit, je te l’ai montré au travers de mon action. Bref, ce que l’on gagne en analysant l’action à une approche où l’on n’étudie que les messages, c’est une meilleure compréhension de ce qui se passe quand les gens communiquent.

15J’irais plus loin et je suggérerais que le concept de message, en tant que terme technique, requiert beaucoup de travail. Anita m’a amené à voir cela il y a plusieurs années, lors d’une conférence où je l’ai entendue présenter pour la première fois. Elle était en train de changer de camp, de la sociologie à la communication, et dans un segment de son papier elle évoquait sa perplexité face au concept de « message ». En l’essence, elle a demandé « Quand on utilise le terme message, de quoi parle-t-on au juste ? ». Sa question m’a surpris et j’y ai beaucoup pensé. J’ai compris à quel point le terme et le concept de message sont problématiques. Le mot réfère parfois à la pensée ou au sentiment sous-jacents qui sont externalisés. D’autres fois, il réfère au résultat, au texte ou à l’artéfact qui sont produits et qui intègrent des « variables de message ». Nous sommes empêtrés dans le langage quotidien qui rend difficile de comprendre cela. Le terme « communiquer » connote l’idée d’amener quelque chose au travers d’un espace, et se prête donc au concept de message davantage qu’à celui d’action. C’est peut-être là la source de la perplexité qui entoure la possibilité de connecter l’étude de l’action et celle de la communication.

16Cela dit, faisons-nous encore de la recherche en communication si nous étudions ce que les gens font plutôt que ce qu’ils disent ? LSI offre-t-il une perspective différente sur le même phénomène empirique, ou est-ce que l’emphase mise sur l’action appelle à l’étude d’objets différents ?

17Sanders – Là encore, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une opposition. Notre attention envers l’action est une valeur ajoutée et non pas une alternative. Se concentrer sur ce que les gens font lorsqu’ils communiquent nous offre des choses additionnelles sur lesquelles nous pencher, des choses que nous considérons plus élémentaires. Nous pouvons atteindre des aspects que l’emphase exclusive sur les messages ne peut pas atteindre. En faisant quelque chose en te parlant, j’accomplis quelque chose avec toi, ou je te fais quelque chose. Mon action nous engage tous les deux, ensemble. Tu dois alors faire quelque chose par rapport à mon action, que cela soit pour réciproquer, pour te défendre, pour approuver ou t’opposer. Ou peut-être, simplement me remercier. Quelle que soit l’option, la réaction est intrinsèque au concept d’action, et c’est un aspect clé de la communication que le concept de message seul ne peut pas capturer. L’action est la colle qui relie un message à une réponse lorsqu’ils sont reconnus, à un niveau plus fondamental, comme étant une action et une réaction. Cela explique comment communiquer implique un engagement avec les autres et non pas juste de leur lancer des pensées et des émotions. Nous atteignons l’interaction, alors qu’il n’existe pas d’intermessage.

18Pomerantz – La communication est assez large pour accueillir différentes perspectives et c’est pourquoi le langage et l’interaction sociale, LSI, se développe comme un champ au sein de la discipline. Il y a des traditions historiques au cœur de la recherche en communication et l’étude des messages est certainement l’une de celles-là. Toutefois, maintenant, LSI est reconnu comme une autre perspective importante dans la discipline.

19Une façon de voir comment LSI participe à la communication est de considérer le champ de la communication interpersonnelle, qui est important dans la discipline. Quand j’enseignais le cours de communication interpersonnelle ici (SUNY à Albany), j’ai renommé le cours « interaction interpersonnelle ». Ce faisant, plusieurs des mêmes thèmes pouvaient être abordés mais depuis un angle différent. Les cours de communication interpersonnelle incluent souvent, entre autres sujets, la perception avec pour but de comparer comment les partenaires dans la relation ont des perceptions plus ou moins similaires. Ils couvrent aussi la construction de la relation, avec une préoccupation pour la façon dont des attitudes et intérêts plus ou moins similaires permettent ou non une relation de se développer. En contraste, suivant une approche LSI, la recherche examine comment les gens impliqués dans la relation se parlent et agissent les uns avec les autres, et comment ce faisant ils tentent de bâtir une relation.

20Sanders – Exactement. Pour continuer sur cet exemple, comment deux personnes savent-elles qu’elles ont des attitudes similaires ? C’est au travers l’interaction. Par exemple, les théories nous disent que les gens ressentent beaucoup d’incertitude lorsqu’ils rencontrent une nouvelle personne, et sous certaines conditions vont chercher à réduire cette incertitude. Ils analysent les messages de l’autre personne avec l’objectif d’en apprendre sur elle et ainsi réduire l’incertitude. Ce modèle est toutefois vicié. La réduction de l’incertitude est essentiellement un processus interactif, où les deux personnes sont impliquées et tentent d’en apprendre l’une sur l’autre en même temps, ainsi ils se guident mutuellement dans ce qu’ils peuvent apprendre. C’est ce que les deux personnes font, conjointement, au travers de leurs paroles. Cette tendance à se concentrer sur les individus et leurs messages contamine aussi certains enjeux qui ont été identifiés par rapport aux entrevues comme méthodes de recherche. Plusieurs études présument que les entrevues ne consistent qu’à rapporter l’information contenue dans la tête des gens. Toutefois, on peut considérer que la personne interviewée tente de comprendre ce que l’intervieweur souhaite obtenir d’eux. L’intervieweur guide ce processus et fait possiblement des ajustements au fur et à mesure que le processus avance. Dit autrement, l’intervieweur et l’interviewé interagissent, et cela fait une différence quant à ce que la personne va révéler. En plus de demander de l’information et d’en fournir, d’autres actions peuvent être en jeu pendant une entrevue : dans les questions et dans les réponses, certaines peuvent avoir rapport à la présentation de soi. Une telle perspective reconnaît que la communication n’est pas accomplie par des automates produisant et analysant des messages, mais par des humains participant à une action conjointe.

21Parlant d’action, comment les chercheurs s’intéressant au langage et à l’interaction sociale décrivent-ils les actions qui se produisent et leur addition ? En particulier, étant donné l’attention que LSI dévoue aux détails des interactions, comment les analystes peuvent reculer pour voir l’ensemble du portrait de ce qui se passe au travers des séquences ?

22Pomerantz – Je ne pense pas que ce soit un problème pour les chercheurs LSI de comprendre l’activité ou les activités qui se produisent en séquence. Tout comme les participants comprennent l’activité à laquelle ils participent, les analystes en font autant. Toutefois, ce n’est pas exactement l’enjeu que tu soulèves. Tu nous demandes comment les chercheurs LSI, qui examinent l’interaction à chaque tour de parole, peuvent comprendre des activités plus longues, comme le contexte de ces actions à chaque tour. Généralement, les chercheurs en analyse de conversation, lorsqu’ils commencent à examiner un morceau de données, veulent entendre et voir autant d’interactions que disponibles. Et, en étudiant l’ensemble des interactions, ils cherchent à identifier les activités auxquelles contribuent les participants, ce qui n’est habituellement pas un problème.

23Laisse-moi répondre à ta question autrement. Différents chercheurs LSI ou CA sont intéressés à différents ordres de phénomènes : comprendre l’ensemble du portrait peut être parfois essentiel ou parfois secondaire. Il est donc important d’apprécier les objectifs du projet mené par le chercheur et le type de contribution qu’il veut faire. J’écris souvent des articles sur des stratégies particulières que les gens utilisent pour chercher ou offrir de l’information, pour exprimer un désaccord, etc. Ces stratégies peuvent être identifiées à chaque tour de parole. Toutefois, même pour des analyses de stratégies accomplies au niveau du tour de parole, il faut aussi décrire où et quand elles prennent place, examiner le contexte où elles ont lieu, et voir les conséquences de leur performance.

24Sanders – C’est vraiment une question de choix analytique. Quand tu dis comment on peut prendre du recul pour voir l’ensemble du portrait de ce qui se passe dans une interaction, je me demande pourquoi on voudrait faire cela. Et que veut-on dire par « ce qui se passe » ? Comme Anita l’a indiqué, nous en savons beaucoup sur ce qui se passe en regardant l’interaction au complet, avant même que l’analyse commence, mais aussi sur le contexte ou l’occasion, et le sujet de la conversation. Ce qui se passe, ça peut être une entrevue pour un bulletin de nouvelles, une négociation, une rencontre médicale, une décision quant à une sortie entre amis, de l’enseignement à l’école, etc. Notre intérêt, c’est de trouver comment les gens réussissent à accomplir cela et comment ils participent dans ces activités. Ce n’est pas de comprendre ce que c’est en tant que tel. Par exemple, Doug Maynard [1997] a examiné des interactions entre médecins et patients où « ce qui se passait », c’était un médecin qui devait donner une mauvaise nouvelle à un patient. L’intérêt de Maynard consistait à voir les régularités dans la façon dont les médecins faisaient cela. Il a trouvé qu’une façon habituelle était de guider la conversation vers la mauvaise nouvelle indirectement, de façon à ce que le patient anticipe la nouvelle et la formule lui-même. Je pense que l’aspect collaboratif de la gestion de cette situation délicate est en soi une découverte intéressante pour la communication. Prendre du recul pour regarder la situation et ce qui la rend difficile peut nous détourner de la communication en jeu, à moins que l’on comprenne la situation comme l’arrière-plan de la communication.

25Une autre tendance dans la recherche en communication, en opposition peut-être à l’emphase sur les états cognitifs que vous avez mentionnés, est de réduire la communication et l’action à son contexte – soit un contexte physique immédiat, un contexte historique, un contexte économique et ainsi de suite. Une critique commune qui est faite envers LSI est précisément d’ignorer le contexte.

26Sanders – Pour comprendre cet enjeu, nous devons retourner à la conférence où j’ai rencontré Anita. C’était une conférence qui réunissait des chercheurs en communication avec des spécialistes reconnus en analyse de conversation et en ethnométhodologie, issus de la sociologie, dont Emanuel Schegloff, Harold Garfinkel et d’autres grands noms. Parmi les présentateurs se trouvait une personne intéressée par l’éducation, Hugh Mehan. Il étudiait des rencontres de parents et d’enseignants concernant le placement d’enfants ayant des besoins spéciaux, comme les enfants dyslexiques ou en difficultés d’apprentissage, au sein de programmes particuliers. Ces placements devaient être basés sur chacune des rencontres entre les parents et le personnel, mais Mehan a appris que les autorités scolaires avaient des quotas quant au nombre d’enfants pouvant être affectés à chaque programme, et la distribution des placements correspondait exactement à ces quotas. Il semblait donc y avoir une anomalie : si les placements devaient être décidés lors des rencontres, comment ces rencontres avaient pu produire des résultats correspondant exactement aux quotas ? Mehan a conclu que les parents devaient se faire guider au cours des rencontres à approuver ou non certains des placements. Il a donc observé ces interactions pour comprendre comment cela se passait. Schegloff a contesté ce raisonnement expliquant qu’à moins que Mehan ait commencé d’abord par observer des anomalies dans les interactions, puis soit allé chercher une explication ailleurs, notamment les quotas, alors sont analyse était une prophétie auto-réalisante. En approchant les données avec le problème des quotas en tête, Mehan pouvait s’attendre à trouver quelque chose dans les conversations, avec le risque d’y trouver même ce qui ne s’y trouve pas. S’appuyer sur le contexte peut s’avérer délicat si c’est par là que l’on commence.

27Pomerantz – Pour moi, c’est aussi un enjeu de la capacité à maintenir son intégrité lorsque l’on fait l’analyse. Par exemple, Bob et moi avons étudié un conflit pendant les délibérations d’un jury. Même cela suppose de connaître le contexte. Aurions-nous dû ignorer ce que nous savions de l’affaire et des thèmes qui ont été discutés ? Je ne vois pas comment cela aurait pu être possible. Je pense qu’il y a des degrés et qu’il est plus important de conserver une attitude sceptique lorsque l’on observe les données. Il faut se demander : « Quelles preuves ai-je à ma disposition ? Y a-t-il des preuves contraires ? » Il faut une bonne dose d’intégrité lorsque l’on fait du travail analytique pour éviter les écueils qui viennent avec la trop grande familiarité d’un contexte.

28Sanders – On doit, en effet, garder en tête qu’il y a des dangers puisque le contexte peut mener à une mauvaise interprétation ou une surinterprétation, et à lire dans les données quelque chose qui ne s’y trouve pas. Il est vrai que l’on ne peut pas ignorer le contexte, mais il faut motiver l’utilisation que l’on en fait. Il faut spécifier les façons dont il affecte la parole très exactement. Par exemple, Schegloff [1988] donne beaucoup d’importance théorique à un petit bout d’interaction entre une maman et ses deux garçons. Ça commence lorsque la maman dit à ses garçons qu’elle veut leur parler de là où elle s’en va ce soir. Un des garçons répond « Je sais où tu vas. » La maman demande alors, « Où ? ». Et son autre fils indique qu’il sait qu’elle va à une rencontre entre parents et enseignants à leur école. La maman lui demande alors, « Sais-tu qui sera là ? » Et l’enfant répond « Qui ? » Ce à quoi la maman répond « Je ne sais pas. » L’enfant nomme alors les personnes qui seront présentes. Il savait donc ! Pourquoi a-t-il d’abord dit qu’il ne savait pas ? Schegloff était intéressé à la façon dont l’enfant a dû comprendre la question pour y répondre de la façon qu’il l’a fait, une façon que les théories de l’action discursive de l’époque n’avaient pas envisagée. Schegloff a proposé que certaines questions, comme celle de la maman, puissent servir de préannoncement, pour préparer l’annonce d’une nouvelle. Comprise de cette façon, l’enfant pouvait présumer que la maman avait une information qu’il ne connaissait pas et a alors répondu de manière à demander cette information. Toutefois, je pense qu’il y a davantage à dire quant aux raisons pour lesquelles l’enfant a compris cela ainsi. Il faut regarder le contexte dans lequel la question a été posée et, dans ce cas en particulier, le contexte dans l’interaction.

29La maman a commencé par poser une question pour vérifier ce que sait son fils (« Je connais la réponse, et toi ? »). Quand elle a réalisé qu’il savait quelque chose au sujet de cet événement, elle a changé de régime et a posé une question pour obtenir une information qu’elle n’avait pas (« Je ne connais pas la réponse, et toi ? »). Son contexte mental quant à la question a changé, ce qui a modifié l’action accomplie en posant la question. Cependant, elle n’a pas indiqué ce changement dans ses mots. Ainsi, son fils a répondu à la question sur la base du contexte créé par leur conversation jusqu’à ce point, comme si elle vérifiait encore s’il savait des choses qu’elle connaissait et a cru que c’était encore ce qu’ils étaient en train de faire. Ce qu’on apprend, c’est que le contexte n’est pas un arrière-plan objectif derrière la communication, mais plutôt quelque chose que nous amenons dans l’interaction et que nous gérons à travers nos conversations. Je pense que c’est ce que Schegloff tentait de dire dans sa réponse à Mehan : n’apporte pas de contexte dans l’analyse à moins qu’il y en ait des traces dans la conversation.

30Pomerantz – Une façon extrême de se prémunir contre le biais analytique du contexte serait que la transcription identifie les locuteurs comme A, B et C, plutôt que par : maman, fils un et fils deux. Trois locuteurs sans identité et sans autres éléments de contexte. Alors, ce serait seulement si une personne parle en tant que mère que l’on pourrait identifier cette personne comme « maman ». Je n’adopte pas moi-même cette position extrême. Bob peut être en désaccord avec moi, mais je pense que l’information ethnographique peut parfois aider. Cela dit, certains chercheurs l’utilisent trop rapidement pour sauter aux conclusions. Il faut être très prudent, mais c’est bien qu’elle soit disponible.

31Sanders – Je ne suis pas en désaccord en fait. Je pense tout simplement qu’il faut que la position soit motivée. On peut prendre par exemple l’étude que tu as réalisée, Anita, sur les réponses candidates [Pomerantz, 1988]. Les données concernaient des surveillants d’école chargés d’appeler les parents à la maison pour vérifier pourquoi l’enfant n’était pas en classe cette journée-là. Anita cherchait à savoir comment les questions étaient formulées et pourquoi. Dans ce cas, le fait que ce soit un surveillant d’école posant des questions au sujet d’un enfant absent était important. Dans ce contexte, il posait la question d’une façon qui appelait une réponse bénigne et qui n’était pas accusatoire, mais qui pouvait impliquer que l’enfant faisait l’école buissonnière sans que le parent le sache. Il fallait savoir tout cela. Le contexte est important et mon propre avis est que lorsque les gens interagissent, ils participent à une activité (comme la maman et ses fils) qui constitue elle-même un contexte. Ils tentent d’accomplir quelque chose qu’ils ne peuvent faire qu’ensemble. En tant qu’analystes, nous devons savoir quelque chose au sujet de ce qu’ils font : qu’elle est l’activité. Le danger est que, si l’on ne prend pas le temps de bien motiver le fait d’amener cette connaisse antérieur dans l’analyse, on peut en amener trop et influencer l’interprétation de ce qui se passe.

32Pomerantz – Pour dire la même chose autrement, des fois il faut savoir quelque chose du contexte pour ne serait-ce que comprendre ce qui se passe dans l’interaction. Toutefois, savoir quelle quantité d’information est pertinente, c’est une autre question.

33Si un chercheur souhaite adopter une approche plus prudente quant au contexte et le reconstruire à partir de l’interaction elle-même, comment peut-il faire cela ? Est-ce même possible ?

34Sanders – J’ai mené une étude sur des interactions entre des paires d’enfants de 5 à 6 ans [Sanders, 2007], que j’envisageais comme une étude sur la manière dont ils géraient les conflits. Pour ce faire, j’ai créé un contexte où ils interagiraient vers la création d’un conflit. J’ai donné à chaque paire un jeu de blocs Lego et je leur ai dit que je voulais qu’ils construisent quelque chose en travaillant ensemble. À ma grande surprise, le contexte que j’avais créé n’a pas engendré de conflit. Je soupçonne que cela s’explique par un autre aspect du contexte, qui est que chaque paire d’enfants était sur la sellette parce qu’on les enregistrait, et cela les inhibait. Lorsqu’ils avaient des idées opposées au sujet de ce qu’ils voulaient faire, ou comment le faire, l’un ou l’autre des enfants avait une stratégie ou une manière de demander ce qu’il voulait sans générer une dispute devant nous. La manière dont je m’attendais à voir le contexte se manifester dans les paroles n’est pas survenue, mais m’a fourni une lentille pour voir ce qui s’est effectivement passé : les enfants ont des méthodes communicationnelles pour atténuer la l’éventualité d’un conflit. Dans un cas, une brève querelle est survenue lorsqu’une fille a été frustrée après 10 minutes par l’entêtement de son partenaire, mais cela s’est fait d’une façon moqueuse qui a désamorcé la colère. De plus, cela concernait un échange sur qui irait dormir chez un ami commun et non pas sur l’activité elle-même. Il semble que les enfants de cet âge sont plus compétents que nous ne le croyons pour parler stratégiquement lorsque c’est nécessaire.

35Pomerantz – Ta question a deux parties distinctes mais reliées. Une partie concerne ce qu’il faut faire pour être prudent lorsque l’on utilise le contexte dans une analyse. L’autre partie cherche à savoir s’il est utile de n’inférer les identités, les rôles, les activités, etc., qu’à partir du matériel interactionnel. Je vais répondre dans l’ordre inverse.

36Oui c’est utile. Bob et moi avons déjà dit que connaître des aspects du contexte nous est utile pour comprendre ce que les participants font et ce dont ils parlent. Nous ne prétendons pas ne rien savoir. Puisqu’il est utile de connaître des aspects du contexte, pour ainsi dire, par-dessus le contexte interactionnel. Je vais retourner à la première partie de ta question. Comment quelqu’un peut-il connaître le contexte sans le laisser interférer avec un travail analytique de qualité. En exemple, on peut prendre l’étude que j’ai coécrite concernant la façon dont les médecins rapportent des résultats d’examen à leurs patients et la façon dont les patients répondent [Pomerantz et Rintel, 2004]. Nous avons commencé avec une connaissance du contexte, à savoir que les participants étaient un médecin et son patient. En regardant ces interactions de façon répétée, nous n’avons trouvé aucun segment où ils performaient d’autres rôles ou identités (amis, familles, etc.), alors nous n’avons pas modifié ces rôles de base. Toutefois, lorsque nous avons examiné les activités de donner et de recevoir les résultats d’examen, le rôle de médecin s’est avéré trop général pour capturer les différentes manières dont chaque médecin rapporte les résultats. Par conséquent, nous avons raffiné les descriptions de leurs rôles sur la base de l’interaction.

37Sanders – Il y a certaines choses qu’il faut savoir sur le contexte en raison des données mais, justement, il faut commencer par les données et ensuite déterminer à partir de là ce qu’il faut savoir pour comprendre. C’était la position de Schegloff par rapport à Mehan. Comme nous l’avons dit, le danger est de commencer par ses propres idées au sujet du contexte avant de chercher des preuves dans les données. Toutefois, il faut convenir qu’il n’y pas un seul contexte objectif qui sera révélé dans chaque interaction. Pearce et Cronen [1980] ont proposé qu’il y ait plusieurs contextes concurrents, enchevêtrés et empilés, au sein desquels les gens interagissent ; cela incluant le contexte produit dans le discours lui-même, celui qui jaillit de l’histoire relationnelle ou des rôles, le contexte institutionnel et ainsi de suite. Les différents contextes susceptibles d’être inférés de chaque interaction peuvent tous être valides. Selon un contexte pour lequel des preuves interactionnelles sont découvertes, puis lequel on applique dans l’analyse, diverses actions pourraient être identifiées dont des affirmations différentes pourraient résulter. Par exemple, dans l’analyse d’une interaction entre un copain et une copine, nous avons vu qu’il y avait au moins deux contextes par lesquels nous pouvions approcher l’interaction [Sanders et Pomerantz, à venir]. L’un était le contexte relationnel entre le copain et la copine ; l’autre était le contexte culturel et normatif qui a mené à un conflit entre eux. Nous nous sommes concentrés sur le second, qui nous a menés à voir que ce que chacun faisait : chacun défendait une pratique [la chasse] ou une norme [ne pas tuer un animal] contre une brèche. Nous avons appris de cela à quel point il est difficile de défendre une norme lorsqu’elle est enfreinte. Nous n’avons pas abordé l’aspect relationnel du conflit. Si nous l’avions fait, nous aurions remarqué des détails qui nous auraient semblé importants, mais que nous n’avons pas relevés cette fois-ci. Tout ce que nous disons, c’est que le contexte que l’on met de l’avant dans l’analyse doit émerger des données.

38Pomerantz – Les gens peuvent nous mener à leur contexte. Dans le cas de l’interaction entre le copain et la copine à laquelle Bob a référé, elle concernait ce que le copain avait tué lors d’un voyage de chasse duquel il revenait. Nous n’avions pas à déterminer si la copine était membre d’un groupe particulier, par exemple une organisation anti-chasse, pour pouvoir inférer beaucoup quant à sa position concernant la chasse. Nous avons appris cela de la manière dont elle a parlé de ce qu’il lui rapporte, puis de sa réaction à son récit.

39Sanders – Lorsque Anita et moi avons étudié les délibérations d’un jury, nous en savions beaucoup sur le contexte. Cela se trouvait en partie dans les conversations, en partie dans des archives publiques, et une autre partie provenait de notre connaissance du système de justice dans ce pays, puisque nous y avons toujours vécu. Cela nous a aidés à comprendre ce dont les participants parlaient, mais nous n’avons pas utilisé ce que nous savions du contexte comme base pour chercher quelque chose que nous espérions trouver dans la conversation.

40Pomerantz – Exactement. Lorsque j’ai dit qu’il fallait être prudent, cela signifie entre autres que, bien qu’ethnographiquement l’on puisse savoir des choses du contexte, cela ne veut pas nécessairement dire que c’est pertinent.

41Si LSI analyse une seule interaction, ou des fragments d’interaction comparables, comment la volonté de LSI de demeurer au niveau de l’interaction, et de présumer aussi peu de chose au sujet du contexte que possible, peut-elle être réconciliée avec le besoin de produire des connaissances scientifiques qui peuvent être appliquées à plusieurs milieux ?

42Sanders – Attends ! LSI n’utilise généralement pas une seule interaction comme source de données. Faire cela nous empêcherait de savoir si nous avons vu quelque chose qui se passe entre d’autres personnes dans d’autres interactions. Cela pourrait être unique à ces personnes, à un moment donné. Oui, parfois certaines contributions sont faites sur la base d’une seule interaction, mais c’est exceptionnel. En analyse de conversation, il y a un terme pour cela : « analyse de cas unique ». Habituellement, cette approche est utilisée quand un phénomène se répète plusieurs fois dans une même interaction, ce qui est arrivé dans notre analyse des délibérations de jury. Néanmoins, il faut juger s’il y ait suffisamment de preuves pour soutenir les inférences que l’on fait. Schegloff n’avait besoin que d’une interaction entre maman et fiston et de l’unique question et réponse sur laquelle il s’est penché. Avec ces données, il a pu montrer qu’il y a plus de manières de comprendre et de répondre à une question que ce que l’on pensait à l’époque. Cela dit, que l’on ait un seul cas ou plusieurs, l’échantillon peut tout de même être biaisé comme c’est le cas dans tout autre tradition de recherche, et ce qui est tout à fait normal. Toute recherche est conduite par une communauté au fil du temps. Je peux faire des erreurs, je peux surinterpréter mes données, mon échantillon peut être biaisé, et ainsi de suite. Quelqu’un d’autre va sûrement remarquer ces limitations et les souligner.

43Pomerantz – En général, j’écris des articles au sujet de pratiques utilisées dans certaines interactions de travail. Par exemple la pratique de rapporter un « événement malheureux » sans y incorporer un acteur à une personne qui y est probablement impliquée, est une façon de donner à cette personne l’occasion de gérer son offense potentielle. Ayant identifié une pratique possible dans un cas, j’ai gardé un fichier ouvert pour voir s’il y aurait d’autres cas possibles de cette pratique. Comme j’ai trouvé d’autres instances, je estimé qu’il s’agissait d’une pratique utilisée par différentes personnes dans différentes situations, et j’ai pu raffiner mon analyse et produire un article sur le phénomène. Nous croyons que des articles comme cela constituent des contributions à la connaissance en sciences sociales.

44Se pourrait-il que la connaissance du contexte mène aussi les chercheurs à croire que leurs découvertes sont spécifiquement pertinentes à ce contexte-là, alors qu’elles pourraient être applicables plus généralement ?

45Pomerantz – Dans le cadre de ma thèse, j’ai décrit la façon dont les gens sont d’accord ou en désaccord. Quelques années plus tard, Marjorie Goodwin [1983] a réalisé une étude sur les enfants afro-américains à Philadelphie, où elle a démontré qu’ils n’exprimaient pas leur désaccord de la façon dont je le proposais. Ça m’a amenée à penser aux participants de mon étude : qui étaient-ils ? Je me suis rendu compte que pour la plupart c’étaient des femmes blanches de classe moyenne. Je ne l’avais toutefois pas écrit ainsi. Par la suite, d’autres études ont montré que dans d’autres contextes le désaccord prenait place autrement. Si je devais écrire ma thèse aujourd’hui, j’identifierais d’une façon ou d’une autre les personnes que j’ai observées. J’éviterais les affirmations trop audacieuses car, en fait, il y a de bonnes raisons de croire que ce que l’on observe peut ne pas être applicable partout.

46Sanders – Une autre façon de voir cet enjeu est de voir que cela dépend, en tant que chercheur, de votre intérêt envers des problèmes plus larges. Si j’observe des rencontres à une usine, je peux obtenir une meilleure compréhension de certaines questions plus larges en reliant ce que j’observe à des circonstances spécifiques aux usines, et non pas en faisant des affirmations sur les réunions en général. En cadrant les interactions dans ces réunions comme étant en lien avec le contexte manufacturier peut aussi mener à commencer l’enquête d’une façon trop étroite ou trop large.

47Cela étant dit, nous espérons que les chercheurs LSI évitent de débuter leurs recherches avec des enjeux sociaux trop larges, car ils se rendent insensibles à ce qui se passe concrètement. On peut parler des enjeux plus larges une fois que l’on comprend comment les choses se déroulent entre les gens dans des activités et des contextes correspondant aux données que l’on a. Au bout de l’enquête, on peut alors utiliser son jugement concernant la question de la portée des résultats, et ensuite publier les affirmations et les données qui les soutiennent. Comme Anita l’a décrit, c’est seulement avec le temps et les commentaires d’autres chercheurs que l’on peut mieux comprendre comment contextualiser ce que l’on observe ou en comprendre la portée. C’est ainsi que les progrès scientifiques sont réalisés, quel que soit le champ.

48Pour jouer à l’avocat du diable, plusieurs personnes, incluant des évaluateurs de revues académiques, m’ont demandé d’expliquer ce que je compte faire de l’issue de la conversation, de ses effets : par exemple, qui a gagné dans un conflit ? Devrions-nous nous préoccuper de ce qui ressort des interactions ?

49Pomerantz – Cela dépend des objectifs du projet et des affirmations que le chercheur souhaite faire. Si je veux parler des résultats, de ce qui s’est passé à la fin, alors bien sûr que je dois regarder cela. Si je veux écrire un article au sujet de différentes sortes de pratiques par lesquelles les gens cherchent des informations, alors je dois comprendre cela mais aussi savoir ce qui survient lorsque l’on utilise l’une ou l’autre des pratiques. Il faut souvent connaître ce qui se passe avant et après. Je ne pense pas que la réponse à la question puisse être générale. Il faut apprécier que différents chercheurs aient différentes idées de ce qu’il faut chercher.

50Sanders – Tout à fait. Par exemple, ta question, Nicolas, présume qu’il y a quelque chose à gagner à se pencher sur ce qui ressort subséquemment d’une interaction. Et c’est vrai qu’il peut y avoir un bénéfice pour quelqu’un qui s’intéresse à la manière dont une chose spécifique peut être accomplie, comme un accord gagnant-gagnant dans une négociation. Cela n’altère toutefois en rien la valeur d’étudier comment les gens tentent d’y arriver, peu importe où ils finissent par se rendre. Souvent, regarder le processus est plus éclairant au sujet de la communication, qu’un intérêt plus étroit sur la façon d’atteindre un objectif spécifique. Par exemple, l’interaction entre le copain et la copine qu’Anita et moi avons analysée faisait partie d’une étude sur la façon dont les gens gèrent des normes culturelles une fois qu’une infraction est détectée. Nous ne voulions pas savoir quelles étaient les normes culturelles en vigueur ou quelles infractions ont tendance à être détectées, ou encore comment on peut réparer une infraction avec succès. Notre intérêt consistait à comprendre comment les deux personnes créent cette situation conjointement, et ensuite travaillent de manière interactive pour la gérer. Au travers trois cas, l’infraction était rapidement résolue dans l’un, non résolue dans un autre, et résolue au prix d’un considérable effort dans le troisième. Notre intérêt résidait dans la façon dont ils géraient cela. Nous n’avons pas ignoré les résultats car ils étaient pertinents, mais dans de mêmes circonstances de nombreux types de résultats sont survenus et nous avons estimé que ça méritait d’être pris en compte. Cependant, notre approche ne se concentre pas sur un résultat particulier, elle cherche plutôt à savoir comment l’obtenir.

51Dans le cas du copain et de la copine, la copine lui demande comment s’est passé son voyage de chasse d’une façon chargée. Elle lui demande, « As-tu tué quelque chose ? » Et il répond, « Oui, nous avons eu quelques dindes et un chevreuil, et nous avons tiré sur un chien et quelques chats. » Avant même qu’il finisse, elle interjette « Vous avez tiré sur un chien ? » Il y a clairement quelque chose dans sa reprise qui rend ce qu’elle dit problématique, et qui enjoint le copain à gérer la situation. Toutefois, il ne le fait pas ; initialement, il évite de reconnaître que c’est un problème et, comme cette action ne parvient pas à mettre un terme au problème, il offre une série de justifications qu’elle n’accepte pas.

52Pomerantz – Une question intéressante avec ce morceau de données a été d’identifier ce qui, dans l’énoncé de la copine – quels aspects ou caractéristiques de cet énoncé –, pouvait constituer de manière reconnaissable le problème comme n’étant pas encore résolu.

53Sanders – En effet. Et il fallait que ce soit reconnaissable pour le copain, pas uniquement nous, puisqu’il continue d’essayer. Pour ce faire, ils alternent entre essayer de justifier ce qu’il a fait et son insistance à elle pour qu’il reconnaisse que ce qu’il a fait était mal. Quand c’est devenu évident pour elle qu’elle perdait son temps, elle a cédé, mais elle l’a fait d’une façon qui marquait qu’elle n’était pas sincère.

54Aussi, en lien avec l’idée que différentes affirmations peuvent être faites à partir de différentes postures analytiques, et que la question des résultats n’en est qu’une parmi d’autres, LSI ne cherche pas nécessairement à fournir des suggestions ou des prescriptions. Par exemple, pour que le couple ait une vie matrimoniale plus heureuse. Ce ne serait pas la préoccupation qui guiderait l’analyse.

55Sanders – Certains chercheurs ont la volonté d’aider les couples et peuvent atteindre une abstraction qui perd de vue les détails, comme ceux que nous avons analysés dans notre étude. Oui, on pourrait dire que des données comme celle du copain et de la copine peuvent nous dire quelque chose telle que l’état de santé de la relation entre ces personnes. Peut-être que l’on pourrait généraliser cela à des schémas d’interaction au sein des couples stables versus les couples instables. En fait, le psychologue John Gottman [1979] a fait exactement cela. Il a affirmé par exemple que pour prédire le divorce chez les nouveaux mariés, on peut regarder comment ils gèrent les conflits avec certains types de réponses critiques et manquant de respect envers leur partenaire. Bien que j’admire l’attention et le scrupule de Gottman dans son travail, ce n’était pas très détaillé et n’atteignait pas les nuances de phrasé et des intonations, et de la séquence des actions comme nous l’avons fait. Il est allé aussi loin qu’il en avait besoin pour que ses corrélations soient assez bonnes pour les fins qu’il poursuivait – et elles étaient bonnes, 85 environ. Le genre de travail que nous faisons peut identifier des exceptions et des complexités quant à la façon dont le conflit est accompli. J’ai montré cela en réanalysant un des conflits que Gottman a utilisés pour faire des affirmations concernant l’apparition de manifestations émotionnelles [Gottman, 1993 ; Sanders, 1995b]. Cela pourrait détecter quelque chose que Gottman a manqué. Cela pourrait expliquer pourquoi ses corrélations ne sont pas parfaites. Et cela pourrait être utile pour des thérapeutes qui travaillent avec certains couples pour leur apprendre à écouter ce que dit l’autre. Quelle qu’en soit l’utilité, en fin de compte, quand on regarde les détails, il ne faut pas anticiper ce à quoi ils pourraient servir.

56Pomerantz – Dans plusieurs des articles que j’ai coécrits, nous avons offert des suggestions de meilleures pratiques sur la base de nos analyses [Pomerantz, Mastriano, et Halfond, 1987; Pomerantz, Gill, et Denvir, 2007]. Toutefois, au lieu de faire des suggestions directes – « Faites X » –, je préfère discuter des bénéfices et des dangers potentiels des pratiques décrites dans l’article. C’est ce que nous avons fait lorsque nous avons étudié les pratiques de correction des enseignants en médecines avec les internes ou les résidents [Pomerantz, Ende et Erickson, 1995]. Pour répondre à ta question plus directement, je ne présumerais pas pouvoir tirer une leçon de nos données quant à la façon de mener une vie de couple plus heureuse. Cela dit, en lien avec ce que Bob a dit, j’espère que cette recherche pourra un jour, peut-être par le truchement d’un thérapeute, offrir à l’un ou l’autre des partenaires une meilleure compréhension de leurs dynamiques d’interaction et/ou enrichir leur répertoire pour la gestion des situations difficiles.

57Ce que j’entends, c’est que même lorsque nous cherchons un « effet » ou un « résultat », nous pouvons utiliser une approche interactionnelle, quoique ces termes soient habituellement associés à des approches de recherche différentes.

58Pomerantz – Bien sûr, il y a des gens qui travaillent avec des approches statistiques et qui ont une compréhension particulière du mot « effet ». Selon ton auditoire et ce que tu cherches à faire – par exemple si tu écris une demande de subvention – je ne te recommanderais pas d’utiliser ce terme, à moins que tu l’associes à une méthode statistique. Parmi les termes avec lesquels je suis plus à l’aise, je préfère la « pertinence » de ce qui survient, ou les « conséquences » d’une action ou d’une série d’actions. Dans la section finale de l’article Pomerantz, Gill, et Denvir [2007], nous avons parlé de « la pertinence et l’utilité potentielle » de notre étude. Dans Pomerantz, Ende, et Erickson [1995], nous avons une section sur les conséquences de ces pratiques pour les soins aux patients et la formation.

59Sanders – Je pense que nous devons être plus prudents quant à ce que nous voulons dire par « effet ». Par exemple, Dean Hewes [1996] a suggéré qu’il n’y a pas de preuve que les délibérations de groupe ont un effet, qu’elles changent l’opinion des gens. Toutefois, cette assertion correspond à une définition étroite d’un effet, et en particulier sur ce que devrait être l’effet d’une délibération de groupe. Quand nous demandons à des personnes dans un jury de délibérer, nous ne voulons pas nécessaire que les gens changent leur opinion. Les effets que nous recherchons, c’est que la question soit résolue d’une façon ou d’une autre au travers du processus de délibération lui-même. Franchement, j’étais surpris par la relative incapacité des jurés que nous avons observés à identifier les enjeux, puis à étudier la preuve en fonction de cela. Ce qu’ils ont fait, cependant, c’est de s’écouter mutuellement lorsqu’ils formulaient leurs opinions, et de décider quelles positions pouvaient être défendables ou acceptables personnellement. En fait, un des jurés dans nos données a voté coupable, même si elle a révélé plus tard qu’elle n’était pas convaincue que la personne fût réellement coupable. Elle n’a pas changé son opinion mais a changé son vote, car elle n’avait pas d’assise discursive pour maintenir sa position. Si nous stipulons d’avance quels effets une discussion de groupe doit produire, comme un changement d’opinion pour amener une uniformité de pensée, alors nous faisons dérailler l’analyse détaillée de ce qui se passe lorsque les gens délibèrent. Sans parler du fait que, dans ce cas, ça présume que les gens ne parlent ou n’agissent que pour exprimer ce en quoi ils croient, ce qui n’est absolument pas vrai. Comme je l’ai dit, l’effet qui compte, c’est que les discussions de jurés amènent à une conclusion – ici, ils ont conclu qu’ils ne pouvaient pas formuler de verdict – mais seulement après avoir essayé, après que les enjeux aient été discutés et que tout le monde ait eu une chance de tester son idée avec les autres. Nous devons maintenir un esprit ouvert sur ces choses et examiner le processus.

60Pomerantz – Cela est lié au modèle conventionnel de l’action humaine qui propose que les gens aient des croyances et agissent ensuite en fonction d’elles. Dans ce sens, plusieurs chercheurs en sciences sociales essayent de trouver des façons de changer les croyances et les attitudes des gens, avec l’idée que cela va changer leur comportement. En comparaison, les chercheurs LSI cherchent à problématiser la façon dont l’action fonctionne réellement. Par exemple, Garfinkel [1967] a conduit plusieurs expériences qui montrent que l’on peut complètement retourner notre modèle de l’action. Dans une de ses expériences, il a demandé à des gens de performer certaines actions et a vu que cela changeait leurs croyances et leurs attitudes. Il a demandé à des personnes de discuter de façon informelle avec une personne qu’ils connaissaient et, à un moment donné, d’amener leurs visages près de celui de l’autre pour que leurs nez se touchent presque. Cela a conduit autant les participants que leur connaissance à concevoir ce qui se passait comme ayant une dimension sexuelle, bien que rien d’autre n’ait été dit ou fait pour le suggérer. Ce genre d’études, cependant, sont ignorées par les chercheurs qui sont à l’aise d’appliquer un modèle qui prédit le comportement à partir des valeurs, attitudes ou croyances des acteurs.

61Sanders – Je pense que problématiser est le mot-clé. Plusieurs personnes qui étudient la communication tiennent simplement pour acquis que la communication a eu lieu, que ce qui a été dit est ce qu’on a voulu dire, et que c’est ce qui sera compris. Elles se penchent alors sur ce qui en a résulté. Pour elles, faire survenir la communication n’est pas un problème, ou du moins, pas un problème intéressant. Pour nous, c’en est un ou ça pourrait en être un. Ce qui les intéresse, c’est comment la communication qui survient amène un certain résultat. Au contraire, nous voulons savoir comment l’accomplissement de la communication est en soi problématique.

62Vous semblez dire que LSI s’occupe entièrement de recherche fondamentale et n’a pas d’intérêt pour la façon dont ses découvertes pourraient être appliquées.

63Sanders – Tu as essentiellement raison, mais pas entièrement, c’est plus compliqué. La plupart des chercheurs en LSI considèrent que le travail que nous faisons révèle les complexités de la communication et les méandres de ce qui se passe entre les gens dans les affaires pratiques de la vie quotidienne. Ce genre de travaux peuvent être utiles pour les praticiens. Ça peut les amener à voir l’importance des détails de leurs conversations. Certains se sont montrés intéressés, entre autres, pour la formation des médecins, des thérapeutes, des équipages d’avions de ligne, des négociateurs, des enseignants, des équipes de travail. Certains chercheurs LSI sont carrément captivés par les applications pratiques. Par exemple, Karen Tracy étudie la création d’un programme de formation pour les répondants téléphoniques des services d’urgence, sur la base de son analyse d’appels réels et de ce qui s’est plus ou moins bien passé. John Heritage a fait des travaux sur la façon dont les médecins peuvent s’assurer que les patients ne se sont pas retenus de mentionner des problèmes qu’ils voulaient évoquer avant la fin de la consultation. Ces propositions pratiques, toutefois, émergent d’analyses fines de la façon dont les gens interagissent dans ces situations. Le danger est que si l’on commence avec la volonté de faire une contribution pratique, on peut faire des raccourcis et cesser de porter attention aux détails de comment ces résultats sont produits.

64Pomerantz – Il y a deux sens à « recherche appliquée ». Ta question puise à l’une de ces deux compréhensions, à savoir que la recherche est appliquée quand les résultats sont utiles pour un groupe ou un autre. Nous avons déjà parlé de cela. L’autre sens, plus traditionnel, s’oppose à la recherche fondamentale. Ce type de recherche vise à produire des résultats au sujet d’un contexte particulier : l’interaction médicale, les interactions au tribunal, etc. En ce qui a trait à ma propre recherche, mon premier amour est de découvrir des pratiques interactionnelles qui sont employées au travers des contextes, bien que j’aie fait un peu de travail qui serait considéré comme étant appliqué. Notamment, comment les familles parlent-elles du don d’organes et de tissus [Denvir et Pomerantz 2009; Pomerantz 2010].

65Sanders – Pour reconnecter la conversation au sujet des enjeux plus larges, quand tu y regardes d’assez près, la façon dont les gens expriment leur désaccord est un problème en soi. Ce n’est pas simplement une question de savoir comment le jury comprend ce que la preuve montre ou ne montre pas, pour en débat. L’enjeu se trouve aussi dans la manière de dire à quelqu’un qu’il a tort sans saboter la possibilité de dialogues futurs, et sans faire bifurquer la conversation vers un cul-de-sac. La capacité des jurys à délibérer, par conséquent, n’est pas simplement une question d’évaluer rationnellement la preuve. Elle comprend aussi la manière dont les gens composent les uns avec les autres, et interagissent avec plus ou moins de succès et d’harmonie. Cette façon d’étudier les jurys remonte à ce que Garfinkel disait à leur sujet dans les années 1950. Il était en désaccord avec la recherche en psychologie qui regardait les jurys en cherchant comment les thèmes, les questions et l’information progressaient au fil de la discussion, comme s’ils étaient engagés dans un processus rationnel du début à la fin. Garfinkel [1967] sentait que cette approche ratait quelque chose de plus important et de plus fondamental dans l’interaction. Il disait que la première question à poser, c’est « Comment ces personnes se constituent-elles comme un jury ? Comment deviennent-elles ensemble un jury, prennent ce rôle et interagissent en fonction de lui ? » Et c’est quelque chose qui se passe dans l’interaction dès le début, et qui se poursuit alors même que les jurés débattent du cas.

66Pomerantz – L’une des citations les plus célèbres de son travail sur les jurés était que 95 % de ce qu’ils font, c’est ce que nous faisons tous ordinairement dans nos interactions quotidiennes [Garfinkel, 1967, p. 110]. Les jurés, comme les gens dans d’autres situations conversationnelles, n’amènent pas avec eux tout un nouvel ensemble de ressources, mais se basent sur les mêmes règles interactionnelles que n’importe qui d’autre.

67La recherche en LSI peut-elle nous en apprendre sur les « grands » enjeux, ou les « enjeux sociétaux » au sens plus conventionnel du mot ?

68Sanders – Prenons cela à l’envers. Pourquoi s’attendrait-on à ce que LSI nous dise quelque chose sur les enjeux sociaux plus larges ? En général, ce n’est pas ce que nous cherchons, bien qu’une certaine trépignation existe parmi certains quant à la façon de faire cela. Je pense que la question c’est de savoir si les gens qui s’intéressent à ces enjeux peuvent apprécier le regard que LSI peut leur offrir. Je pense que c’est possible et qu’ils devraient le faire. Retournons à l’analogie que j’ai faite avec la biologie et la chimie. La question que tu as posée revient à demander si les chimistes peuvent enseigner quelque chose au sujet des phénomènes biologiques. Je pense que la réponse est non, car ce n’est pas ce que veut faire la chimie. La question doit plutôt être : les biologistes gagnent-ils quelque chose en prenant les phénomènes chimiques en compte. Et là, nous savons que la réponse est très certainement oui. Pour en revenir à la communication, actuellement il y a beaucoup d’attention qui est donnée à des reportages et à la politique entourant la possible intervention russe dans les élections, non seulement aux États-Unis mais possible ailleurs en Occident. Toutefois, je n’ai pas vu beaucoup d’études quant à la façon concrète dont ça aurait pu avoir lieu. LSI pourrait offrir un chemin pour faire cela. Par exemple, j’ai été surpris par la rapide détérioration de l’hégémonie soviétique en Europe de l’Est à la fin des années 1980, et j’ai proposé une possible explication [Sanders 1992]. J’ai puisé dans des concepts LSI pour comprendre comment des actions sont interprétées sur la base de leur emplacement dans une séquence, et j’ai appliqué ces idées à la progression des reportages au sujet des événements en URSS après que Gorbatchev ait accédé au pouvoir. De la même façon, nous constatons beaucoup de bouillonnement entourant les divisions ethniques et raciales. Cela s’est manifesté en politique, dans les nouvelles, et parfois dans la rue. La question est de savoir pourquoi ces divisions sont si profondément ancrées et ressenties. Les chercheurs avec ce type d’intérêt pourraient se tourner vers – et pourquoi pas rejoindre – LSI. S’il était possible de montrer à quoi ressemblent le racisme ou d’autres problèmes alors que les gens interagissent, peut-être pourrions-nous l’éliminer. Le travail de van Dijk [1987] sur les paroles racistes pourrait être utile, puisqu’il explore les façons indirectes et réfutables par lesquelles les attitudes racistes sont exprimées. De même, une personne intéressée dans ces questions pourrait regarder le travail en ethnographie qui montre comment les différences culturelles se manifestent dans les petits détails interactionnels [Gumperz 1982; Scollon et Scollon 1981]. Et il y en a d’autres. En somme, je ne pense pas que ce soit à LSI d’aborder de grands enjeux sociaux. Nous sommes des chimistes, ou peut-être faisons-nous de la biologie cellulaire, mais nous ne sommes pas des oncologues. Toutefois, les gens qui veulent dire des choses sur les grands problèmes sociaux peuvent trouver une certaine utilité dans notre travail, tel qu’il est.

69Pomerantz – Amen.

Haut de page

Bibliographie

Chomsky, N. (1957). Syntactic structures. The Hague: Mouton.

Denvir, P. et Pomerantz, A. (2009). A Qualitative Analysis of a Significant Barrier to Organ and Tissue Donation: Receiving Less-Than-Optimal Medical Care. Health Communication, 24, 597–607.

Garfinkel, H. (1967). Studies in ethnomethodology. Englewood Cliffs, NJ: Prentice-Hall.

Goffman, E. (1959). The presentation of self in everyday life. Garden City, NY: Doubleday.

Goodwin, M.H. (1983). Aggravated correction and disagreement in children’s conversations. Journal of Pragmatics, 7, 657–677.

Gottman, J. M. (1979). Marital interaction: Experimental investigations. New York: Academic Press.

Gottman, J. M. (1993). A theory of marital dissolution and stability. Journal of Family Psychology, 7, 57–75.

Gumperz, J. J. (1982). Discourse strategies. Cambridge: Cambridge University Press.

Hewes, D. E. (1996). Small group communication may not influence decision-making: An amplification of socio-egocentric theory. Dans R. Y. Hirokawa et M. S. Poole (dir.), Communication and group decision making (2nd ed.) (pp. 179–211). London: Sage.

Hymes, D. (1974). Foundations of sociolinguistics: An ethnographic approach. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.

Maynard, D. W. (1997). The news delivery sequence: Bad news and good news in conversational interaction. Research on Language and Social Interaction, 30, 93–130.

Moerman, M. (1988). Talking culture: Ethnography and conversation analysis. Cambridge: Cambridge University Press.

Pearce, W. B. et Cronen, V. E. (1980). Communication, action, and meaning: The creation of social realities. New York: Praeger.

Pomerantz, A. (1988). Offering a candidate answer: An information seeking strategy. Communication Monographs, 55, 360–373.

Pomerantz, A. (2010). The value of qualitative studies of interpersonal conversations about health topics: A study of family discussions of organ donation as illustration. Dans E. M. Alvaro et J. T. Siegel (dir.) Understanding Organ Donation: Applied Behavioral Science Perspectives (pp. 272–291). Malden, MA: Wiley Blackwell Press.

Pomerantz, A., Ende, J. et Erickson, F. (1995) Precepting in a General Medicine Clinic: How Preceptors Correct. Dans Morris, G.H. et Chenail, R.J. (dir.) The Talk of the Clinic. Hillsdale, New Jersey: Lawrence Erlbaum Associates, 151–169.

Pomerantz, A., Gill, V. T. et Denvir, P. (2007). When patients present serious health conditions as unlikely: Managing potentially conflicting issues and constraints. Dans A. Hepburn et S. Wiggins (dir.) Discursive Research in Practice: New approaches to psychology and interaction (pp. 127–146.). Cambridge University Press.

Pomerantz, A., Mastriano, B. et Halfond, M. M. (1987). Student clinicians’ difficulties while conducting the summary diagnostic interview. Text,7(1), 19–36.

Pomerantz, A. et Rintel, E.S. (2004). Practices for reporting and responding to test results during medical consultations: enacting the roles of paternalism and independent expertise. Discourse Studies 6(1) 9–26.

Pomerantz, A. et Sanders, R. E. (2013). Conflict in the jury room. Journal of Language Aggression and Conflict, 1(2), 141–164.

Pomerantz, A. et Sanders, R. E. (2014). The use of categories and their vulnerability in jurors’ claims about the defendant’s bameworthiness. Dans C. M. Jacknick, C. Box et H. Waring (dir.), Talk in institutions: A LANSI volume (pp. 8–28). Newcastle upon Tyne, UK: Cambridge Scholars Publishing.

Sacks, H. (1992). Lectures on conversation (G. Jefferson, Ed.). (Vol. 1 and 2). Oxford: Basil Blackwell.

Sanders, R. E. (1992). The role of mass communication processes in producing upheavals in the Soviet Union, Eastern Europe, and China. Dans S. S. King et D. P. Cushman (dir.), Political communication: Engineering visions of order in the socialist world (pp. 143–162). Albany: SUNY Press.

Sanders, R. E. (1995a). A neo-rhetorical perspective: The enactment of role-identities as interactive and strategic. Dans S. J. Sigman (dir.), The consequentiality of communication (pp. 67–120). Hillsdale, NJ: Erlbaum.

Sanders, R. E. (1995b). The sequential inferential theories of Sanders and Gottman. Dans D. P. Cushman et B. Kovacic (dir.), Watershed research traditions in human communication theory (pp. 101–136). Albany, NY: SUNY Press.

Sanders, R. E. (2007). The composition and sequencing of communicative acts to solve social problems: Functionality and inventiveness in children’s interactions. Communication Monographs, 74(4), 464–491.

Sanders, R. E. et Pomerantz, A. (Fortcoming). Bounded Segments of interaction: The case of redressing the breach of a cultural norm once it is flagged. Dans E. Weigand et I. Kecskes (dir.), From Pragmatics to Dialogue. Amsterdam: John Benjamins.

Scollon, R. et Scollon, S. B. K. (1981). Narrative, literacy, and face in interethnic communication. Norwood, NJ: Ablex.

van Dijk, T. A. (1987). Communicating racism: Ethnic prejudice in thought and talk. Newbury Park, CA: Sage.

Haut de page

Notes

1 Traduction libre de « Culture’s being exists in interaction’s time. » (Moerman, 1988)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anita Pomerantz, Robert E. Sanders et Nicolas Bencherki, « La communication comme étude de l’action sociale : au sujet de la recherche sur le langage et l’interaction sociale », Communiquer, 22 | 2018, 119-136.

Référence électronique

Anita Pomerantz, Robert E. Sanders et Nicolas Bencherki, « La communication comme étude de l’action sociale : au sujet de la recherche sur le langage et l’interaction sociale », Communiquer [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2822 ; DOI : 10.4000/communiquer.2822

Haut de page

Auteurs

Anita Pomerantz

Professeure émérite en communication
State University of New York at Albany

Robert E. Sanders

Professeur émérite en communication
State University of New York at Albany

Nicolas Bencherki

Professeur de communication organisationnelle
TÉLUQ, Canada

Nicolas Bencherki détient un doctorat en communication de l’Université de Montréal, et en sociologie de Sciences Po Paris. Avant son poste actuel à la TÉLUQ, il a été professeur adjoint à l’Université de l’État de New York à Albany, suivant des postdoctorats au Centre de sociologie de l’innovation de Mines ParisTech et au département de la gestion technologique et de l’innovation à la Polytechnique de l’Université de New-York. Ses travaux de recherche concernent les rôles croisés de la communication organisationnelle et de la matérialité dans les interactions qui sous-tendent la constitution du membership, de la stratégie, et d’autres enjeux organisationnels dans le contexte des organisations communautaires, avec un intérêt spécial pour le concept de propriété. Ses travaux ont été publiés, entre autres, dans Human Relations, Management Communication Quarterly, et dans le Journal of Communication.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals