Navigation – Plan du site

Imaginaires médiatiques de la résilience pastorale en Afrique subsaharienne

Media representations of pastoral resilience in Sub-Saharan Africa
Étienne Damome et Nadège Soubiale
p. 1-20

Résumés

Les médias sont souvent le reflet des idéologies dominantes d’une époque donnée, surtout lorsqu’ils sont portés par des institutions publiques. L’étude présentée dans cet article traite de l’un des grands paradigmes contemporains de l’aide publique au développement, fondé sur le concept de résilience. Nous avons pris l’exemple du secteur de l’élevage pastoral au Sahel, qui concentre depuis les années 2000 l’attention des grands organismes d’aide au développement. Dans le champ de l’analyse de contenu médiatique en sciences de l’information et de la communication, il permet d’illustrer, comment les contenus de la presse publique et privée de pays de la bande sahélienne reflètent la teneur des discours des bailleurs de fonds qui renvoient très explicitement à ce paradigme.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1990, les politiques internationales d’aide au développement ont connu d’importants bouleversements (Severino et Ray, 2011). En 1999, la Banque mondiale a ainsi annoncé abandonner ses politiques d’ajustement structurel pour mieux lutter contre la pauvreté (Cling, Razafindrakoto et Roubaud, 2011). Influencée par son économiste en chef de l’époque, Joseph Stiglitz, et désireuse de rompre avec son credo économiciste, elle promeut une réhabilitation de l’État pour corriger les imperfections du marché en vue de réduire la pauvreté dans les pays à bas revenus. Elle déclare désormais se soucier davantage, « dans le cadre de processus participatifs, d’insertion des pauvres (empowerment) et de responsabilité démocratique des institutions publiques (accountability) » (Cling, Razafindrakoto et Roubaud, 2011, p. 54). Or, dans les faits, ces déclarations de principe ne l’amènent pas pour autant à revoir en profondeur ses politiques sectorielles de soutien au modèle dominant de croissance des pays du Nord (Cling, Razafindrakoto et Roubaud).

2Ces changements dans la communication publique et politique des bailleurs de fonds de l’aide au développement affectent également la caractérisation des populations concernées : les pauvres sont ainsi requalifiés en catégories vulnérables dont il faut renforcer la résilience face aux situations qui les fragilisent. Ce nouveau socle de gouvernance des populations à risque a suscité la polémique en sciences humaines et sociales, plus spécifiquement à propos de la notion de résilience qui, selon Thomas (2010), renvoie à « un concept âgiste et classiste issu de la psychologie coloniale » (p. 92).

3Cet article vise à se questionner sur quelques aspects paradoxaux du paradigme idéologique de la résilience (cf. Chandler et Reid, 2016), les débats qu’il suscite mobilisant depuis peu tout autant les sciences de l’information-communication que les sciences politiques, ou encore la sociologie et les études en développement. Les discours médiatiques sur le pastoralisme en Afrique sahélienne constituent ici un terrain d’investigation privilégié pour illustrer et étayer notre propos. Le pastoralisme sahélien offre en effet un terrain pertinent pour étudier les controverses inhérentes à la nouvelle doxa des discours officiels des politiques de développement en Afrique : « Depuis les années 2010, il n’est plus un rapport, une conférence ou un projet de développement dédié au pastoralisme qui ne fasse référence à la résilience » (Ancey, Pesche et Daviron, 2017, p. 68). « Dans le cas des sociétés pastorales, le regard du monde du développement a changé au XXe siècle, passant de la stigmatisation de la stagnation […] à l’éloge de la résilience. » (p. 75).

4Cependant, avant de traiter du paradigme de résilience dans l’aide au développement tel qu’il est relayé dans les discours de la presse subsaharienne à propos de l’élevage pastoral, il est utile de rappeler que la question des risques préoccupe sociologues et chercheurs en sciences de l’information et de la communication depuis les années 1980. Cette préoccupation des sciences humaines et sociales de la fin du 20e siècle pose en quelque sorte les jalons pour qu’émerge progressivement un nouveau champ sémantique dédié à la résilience dans le champ des problématiques sociétales et organisationnelles.

Risques, vulnérabilité et résilience

5Dans une société d’essence entrepreneuriale, le risque a été compris comme un système de légitimation du contrôle gestionnaire exercé par les organisations (Giddens, 1994). Les sociétés industrielles ont ainsi été dépeintes comme des « manufactures à risque » à l’ère de la « modernité réflexive » (Beck, 2008; Beck, Giddens et Lash, 1994). Les nouvelles controverses sociotechniques ont également participé à la montée des incertitudes et ravivé les débats sur la gestion des risques environnementaux et sanitaires. Callon, Lascoumes et Barthe (2001) ont, à ce sujet, parlé de « démocratie dialogique » pour qualifier les nouvelles formes d’exercice de débats démocratiques qui permettent d’abolir les frontières savant-citoyen sur ces enjeux contemporains.

6Mais que recouvre précisément le terme de risque? En sciences de l’information et de la communication, Rasse et Rasse (2014) l’ont pour leur part appréhendé comme « un construit technique, juridique, organisationnel et sociétal » (p. 153) qui conjugue « deux composantes : l’aléa et la vulnérabilité » (p. 154). Qu’il soit d’origine naturelle ou anthropique, il peut, relativement à ces deux critères, être évalué comme plus ou moins probable et plus ou moins intense (risque majeur vs risque mineur) selon les caractéristiques humaines, économiques et environnementales des milieux où il constitue une menace. Depuis la fin des Trente Glorieuses, poursuivent ces auteurs, les solidarités collectives garanties par l’État s’effritent et les anciens dispositifs de protection laissent place à des mesures de prévention beaucoup plus individualisées. Dans ce contexte, les institutions politiques, juridiques et administratives ont de concert contribué à édifier et à diffuser au sein des populations concernées une véritable culture du risque, qui se traduit par la volonté d’éradiquer les risques en diminuant la vulnérabilité des personnes et des organisations ciblées (Rasse et Rasse, 2014).

7Dans un contexte marqué par un affaiblissement de l’État, l’idée s’est progressivement imposée qu’il fallait mieux anticiper les crises à venir, et une nouvelle doctrine est apparue depuis une vingtaine d’années, articulée autour de deux termes-clés : la vulnérabilité et la résilience. Les sciences humaines et sociales, dont l’information-communication et la sociologie, ont par ailleurs activement contribué au développement de ces conceptions (Gilbert, 2013). Au regard de ce double prisme de vulnérabilité et de résilience, l’attention des chercheurs s’est donc davantage concentrée sur les aptitudes intrinsèques des individus et des organisations à résister et à s’adapter aux chocs de leur environnement.

8En adoptant le vocable de résilience pour définir les conduites individuelles et collectives face aux risques, les sciences humaines et sociales ont, dans le même temps, endossé (et parfois dévoyé) des conceptions issues des sciences expérimentales où la notion a été initialement employée (Grünewald, 2014b). Puis, la notion s’est progressivement étendue au point de proliférer aujourd’hui dans une multitude de disciplines pour expliquer les situations de résistance à des chocs concernant des phénomènes indifféremment « physiques, chimiques, biologiques, économiques, psychologiques, politiques, etc. » (Juffé, 2013, p. 8). L’irruption de la notion en sciences humaines et sociales et dans le domaine de l’action publique s’avère en fait problématique à plus d’un titre. Au-delà des difficultés de délimitation théorique et méthodologique qu’entraîne sa polysémie (Koffi, 2014), le concept fait aussi l’objet de controverses de nature plus idéologique dans le domaine des politiques publiques, « puisqu’il correspond à un profond réordonnancement de l’État et de la société civile » (Gilbert, 2013, p. 76). Le modèle de la résilience suit en fait les mutations économiques du capitalisme à l’ère du néolibéralisme (Chandler et Reid, 2016; Evans et Sewell, 2013; Harvey, 2005). Ce sont donc les orientations néolibérales de ces discours qui attisent les critiques, la nature lénifiante du lexique employé venant minorer, voire occulter, les causes politiques de la pauvreté (Rodriguez et Wachsberger, 2016).

L’exemple des discours de résilience dans l’aide publique au développement en Afrique

9Nous nous proposons d’aborder ces questions dans le contexte de l’Afrique sahélienne, qui constitue l’une des régions du monde où, depuis plus d’une vingtaine d’années déjà, les programmes mondiaux d’aide au développement s’appuient sur ces modèles de vulnérabilité (Barrett et Constas, 2014) et de résilience (Grünewald, 2014b). Cette terminologie est apparue dans le domaine de l’intervention publique à partir des années 1990, puis elle s’est imposée dans le secteur de l’aide au développement une dizaine d’années plus tard, pour désigner initialement la résistance et l’adaptation des populations touchées par les crises alimentaires au regard du peu d’efficience de l’aide d’urgence humanitaire (Grünewald, 2014a). Le paradigme de résilience devait alors favoriser l’inclusion des dispositifs d’aide de court terme dans des modèles de développement plus pérennes, afin de mieux prévenir de futurs risques alimentaires (Grünewald, 2014a). Ce nouveau paradigme poursuit donc un double objectif : anticiper et endiguer les crises alimentaires à moyen et long termes, et réduire les coûts économiques et humains imputables au confinement de l’aide aux seules actions d’urgence (Blein, Costes et Leturque, 2014). Nonobstant les arguments avancés par ces organismes pour défendre ce paradigme, l’un des principaux postulats sur lequel il repose achoppe sur une limite de taille, à savoir que l’hypothèse d’un « investissement dans la résilience [qui] annulerait les besoins d’investissement dans l’action d’urgence n’est à ce jour pas encore validée » (Blein, Costes et Leturque, 2014, p. 274).

10Une autre difficulté concerne la caractérisation des populations ciblées comme vulnérables. Là encore, assigner des systèmes, des populations et des individus à des catégories vulnérables soulève des interrogations épistémiques majeures en raison même du « décalage entre ce qui est perçu par les populations et la vulnérabilité telle qu’elle est pensée par les opérateurs et les décideurs » (Bidou et Droy, 2013, p. 123-124).

11Ces obstacles théoriques et méthodologiques n’ont pas pour autant entamé la volonté des bailleurs de fonds internationaux de poursuivre ces politiques, une nouvelle étape ayant désormais été franchie à partir des années 2010 avec l’apparition d’un véritable agenda de la résilience. Une nouvelle conditionnalité de l’aide au développement voit alors le jour, l’attribution des aides aux populations bénéficiaires étant ainsi de plus en plus appréciée à l’aune de leurs capacités d’adaptation aux standards de croissance économique des pays du Nord. Si les causes structurelles de vulnérabilité ne sont pas totalement exclues de cet agenda (Grünewald, 2014b), elles semblent néanmoins minorées par rapport aux risques naturels et anthropiques (Boidin, Gérardin et Lallau, 2017). Quenault (2017) parle ainsi d’une véritable rhétorique onusienne de la résilience qui sature aujourd’hui les discours politiques contemporains de l’aide internationale au développement.

12La préoccupation dominante de gestion des risques de la décennie 1990 a ainsi laissé place, au tournant des années 2010, à la généralisation du paradigme de résilience dans l’ensemble des espaces publics et politiques des pays bénéficiaires (Châtaignier, 2014).

Les discours politiques et humanitaires sur le pastoralisme en Afrique

  • 1 Banque mondiale, Comité d’Aide au développement de l’OCDE, Agence française de Développement, Comit (...)

13Les politiques d’appui au pastoralisme en Afrique menées depuis les années 1990 par les grands organismes d’aide au développement1 et par la plupart des organisations internationales non gouvernementales pour le Sahel et la corne de l’Afrique n’échappent pas à cette logique (Grünewald, 2014a). Elles visent explicitement à renforcer la résilience (ou à lutter contre la vulnérabilité) des systèmes pastoraux (Bonnet, 2014; Bonnet et Guibert, 2012). Ancey, Pesche et Daviron (2017) ont ainsi consacré une étude spécifique aux contenus lexicaux des textes officiels des programmes d’appui au pastoralisme et montré, comme Quenault (2017), que la rhétorique de la résilience est inhérente au tournant politique néolibéral des politiques publiques d’aide au développement pastoral. Ils ajoutent à cela que le paradigme de résilience conduit à une naturalisation des risques et à une essentialisation des populations pastorales. Autrement dit, face aux défis que constituent aujourd’hui le changement climatique et les exigences de l’économie mondialisée, les causalités politiques impliquées dans la vulnérabilité pastorale en zone sahélienne sont minorées, voire occultées, comparativement aux risques naturels et aux difficultés d’adaptation des sociétés traditionnelles.

14Ce processus de naturalisation des risques dans le cas des aléas climatiques n’est d’ailleurs pas nouveau dans les médias, notamment dans la presse écrite. Les catastrophes naturelles, comme les tempêtes, continuent en effet, depuis le 18e siècle, de « faire événement » dans la presse de la fin du 20e siècle, explique Vasak (2011). Cette auteure montre également que le processus porte la marque des imaginaires collectifs de l’époque, où il s’inscrit, et singulièrement, aujourd’hui, celui de la résilience.

  • 2 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une commande émanant du Comité international de lutte c (...)

15Ce sont bien la nature et la teneur des discours journalistiques sur les risques, la vulnérabilité et la résilience qui mobilisent également notre intérêt dans le cadre de cette recherche sur les représentations médiatiques du pastoralisme de six pays d’Afrique de la zone sahélienne2. Avant de présenter les résultats relatifs aux contenus journalistiques de notre corpus toutefois, il nous faut situer les contextes politique et médiatique où celui-ci a été recueilli. Nous nous référerons, pour cela, aux recherches sur les médias africains en information-communication.

Médias et politique en Afrique sahélienne francophone

16Les recherches sur les relations entre médias et politique en Afrique sont source de débats féconds, offrant un cadre de réflexion original dans le champ des sciences de l’information et de la communication au niveau international. La place et le rôle des médias dans les évolutions politiques en Afrique francophone, notamment dans les processus électoraux et de transition démocratique, ont ainsi fait l’objet de multiples travaux (cf. Frère, 2009). Les chercheurs de ce domaine défendent un modèle sociohistorique ou d’analyse sociopolitique des médias, au-delà de la diversité de leurs orientations (Damome, 2005, 2018; Tudesq, 1998, 1999). Ils mettent en outre l’accent sur la responsabilité et l’action sociales des médias, ceux-ci pouvant, à ce titre, être conçus comme des outils de développement (Kiyindou, 2008, 2010).

17Il faut également resituer l’histoire coloniale et postcoloniale au cours de laquelle les médias francophones africains se sont développés et la situation spécifique de la presse publique (ou d’État) et privée dans ces pays. Or ce rappel ne doit pas pour autant faire oublier que les médias de ces pays, comme les autres du reste de l’Afrique noire, ne sont pas uniquement le résultat d’un transfert de technologies. Ils sont également et avant tout un transfert de modèles de pratiques et de cultures médiatiques. En effet, « ils reproduisent des modèles importés. Ils représentent le plus souvent un exemple de mimétisme », disait Tudesq (2009, p. 3). Même si la presse écrite contemporaine présente des répertoires autochtones et autonomes, « tout emprunt étant une réinvention » (Bayart, 1989, p. 50), un certain nombre de ses caractéristiques la rattache encore aux fonctionnements de la presse coloniale et postindépendance. Ce qui n’a pas non plus empêché pour autant la presse écrite, à peine née, d’accompagner le passage au multipartisme et l’organisation des premières élections libres et démocratiques depuis les indépendances.

18Pendant la période coloniale, les journaux officiels ont ainsi servi d’appui à l’action de l’administration coloniale. Ils étaient chargés de présenter, d’expliquer et de défendre les politiques ainsi que les activités du gouverneur et de ses agents. Ils en constituaient donc la vitrine et le relais auprès des expatriés, des colonisés et de l’administration centrale (métropolitaine).

19Dans le même temps, les presses libre, politique, religieuse ou culturelle servaient la cause de leurs promoteurs. C’est en leur sein que la critique de l’action coloniale a été rendue possible, et que, plus tard, les idées qui nourrissaient le combat pour les indépendances ont été relayées. Une fois les libertés politiques et administratives rétrocédées aux Africains, le rôle de porte-voix de l’action gouvernementale a également été transmis aux journaux officiels. Ceux-ci ont continué à servir les nouveaux pouvoirs. Directement sous la tutelle du ministre de l’Information ou de la Communication, les journalistes ont bénéficié du statut de fonctionnaire de l’État parce qu’ils endossaient une mission de service public. C’est à ce titre que cette presse gouvernementale a été investie d’une mission politique explicite. Parallèlement, cela n’a pas empêché l’éclosion d’une presse libre proche des syndicats et des partis politiques d’opposition.

20C’est à partir de la fin des années 1960 que les États vont engager des actions de censure, voire interdire la presse libre, l’accusant d’encourager la divergence vis-à-vis des positions défendues par la presse officielle et de contrecarrer la politique d’unité nationale menée par les pouvoirs en place et à venir. Durant les deux décennies qui suivront, à quelques exceptions près, la presse étatique va alors dominer la scène médiatique en épousant les postures et les opinions des pouvoirs politiques. Et malgré l’usure du pouvoir et la rétrocession du droit d’expression au début des années 1990, cette presse financée par l’État est restée fidèle aux pouvoirs en exercice, et ses journalistes ont toujours des difficultés à revendiquer la liberté de conscience dans l’exercice de leur mission.

21La distinction entre presse publique et presse privée reste aujourd’hui encore une caractéristique notable des pays de l’Afrique sahélienne, à quelques exceptions près. La presse publique continue, la plupart du temps, de promouvoir l’action gouvernementale et exerce toujours son monopole sur l’actualité publique, bien qu’on assiste à un renouveau de la presse libre. Néanmoins, la presse privée africaine est ainsi faite que les contextes politiques les plus oppressifs n’ont jamais pu empêcher à des centaines de titres au destin inégal d’apparaître, ce qui a permis l’existence d’espaces de critique, voire d’opposition politique : « En Afrique, la presse privée […] [a] contribué à la démocratisation de la parole publique et à l’avènement même du pluralisme médiatique » (Anate, 2012, p. 294).

22Dans les pays de la bande sahélienne, comme dans de nombreux autres pays du continent, la presse écrite privée sert aussi de scène politique, ce qui en fait une presse d’opinion. La liberté de ton tranche avec la langue de bois de la presse gouvernementale. Là aussi, rien d’étonnant, puisque, comme le montre Rambaud (2008), la presse africaine a cultivé un des avatars de la presse écrite française depuis sa création, à savoir le lien étroit qui unit sphères politique et médiatique.

23En conclusion, et en dépit des importantes réformes du secteur, entreprises à partir des années 1990, les médias publics de nombreux pays africains, notamment ouest-africains, sont encore tributaires de l’État et des gouvernements (Tozzo, 2005). La distinction entre presse publique et privée constituera donc un des facteurs à l’étude dans notre recherche à propos du paradigme de résilience dans les discours de presse sahélienne sur le pastoralisme.

Hypothèses et méthodologie

24Quels contenus sémantiques les journaux de six pays sahéliens (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad) développent-ils et véhiculent-ils à propos des systèmes et des modes de vie pastoraux? Ces représentations sont-elles influencées par les conceptions des organismes internationaux d’aide au développement, axées sur la vulnérabilité et la résilience, ou sont-elles au contraire porteuses d’analyses et de conceptions alternatives? Sont-elles uniformes pour tous les médias, ou note-t-on une variation en fonction du pays et du statut de la presse (publique vs privée)?

25La problématique de notre objet d’étude s’articule donc autour des deux volets que nous avons développés précédemment, à savoir : les discours contemporains sur la vulnérabilité et la résilience dans le champ de l’aide au développement et, plus spécialement, des politiques d’appui au pastoralisme; et le contexte médiatique des pays africains à l’étude.

26Quatre hypothèses exploratoires renvoient chacune à une dimension de la problématique générale de notre recherche et permettent d’expliciter les liens entre ces deux volets. Nous étudierons ainsi :

  1. La présence d’un réseau sémantique associé à la rhétorique de la résilience à propos du pastoralisme dans notre échantillon d’articles de la presse publique et privée d’Afrique sahélienne. Si les discours de la presse africaine francophone sur le pastoralisme relaient la rhétorique de la résilience, alors les termes résilience et vulnérabilité sont significativement associés entre eux et, également, à d’autres vocables relevant de ce paradigme dominant.

  2. Les évolutions chronologiques des discours de presse sur le pastoralisme. Plus précisément, les thématiques qui renvoient à la résilience apparaissent plus significativement après 2010 qu’au cours de la décennie précédente, relativement aux mutations des paradigmes politiques dominants d’aide au développement entre 2000 et 2017.

  3. Les traces lexicales et sémantiques de différences nationales dans les discours de presse quant aux représentations du pastoralisme. La rhétorique de la résilience peut se décliner de diverses manières selon la façon dont la presse nationale relaie les politiques publiques d’appui au pastoralisme.

  4. Les traces lexicales et sémantiques de différences entre presse publique et presse privée. La rhétorique de la résilience peut faire l’objet de postures plus ou moins critiques selon la latitude dont dispose la presse à l’endroit des postures gouvernementales officielles. Nous avons vu que la presse privée africaine est davantage susceptible de développer des points de vue alternatifs ou critiques à l’endroit des politiques officielles que la presse publique ou d’État.

Le corpus

27502 articles traitant du pastoralisme entre 2000 et 2017 ont été recueillis entre août et octobre 2017 par des enquêteurs nationaux diligentés sur place. Le choix de la période 2000-2017 est justifié par l’évolution des discours et des paradigmes d’aide au développement depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000 jusqu’à nos jours, comme nous l’avons démontré plus tôt.

28La sélection des articles au cours de cette période a par ailleurs été effectuée sur la base du mot-clé pastoralisme et d’autres termes pivots dérivés, dans ses formes adjectivales (pastoral/e/aux) et nominales (pasteur/s).

29Les 502 articles proviennent respectivement de la presse publique (136 articles), privée ou indépendante (228 articles) et en ligne (138 articles) de six pays de la zone sahélienne, avec, par ordre d’importance quantitative des corpus : 123 articles pour le Sénégal, 117 pour la Mauritanie, 77 pour le Mali, 77 pour le Niger, 76 pour le Burkina Faso et 32 pour le Tchad.

30Notons ici que les corpus sont de taille inégale entre les six pays. Cette disparité est liée, pour partie, à quelques difficultés d’accès aux archives des journaux et aux terrains pour certains pays (notamment le Tchad). Nous pouvons, en effet, signaler qu’après 2013 au Mali, au Niger et au Tchad, les crises politico-militaires des dix dernières années dans la zone sahélienne ont affecté les itinéraires de transhumance et aiguisé les conflits entre agriculteurs et éleveurs, en particulier au Tchad (Zakinet, 2015). Les investigations des journalistes sont donc rendues plus délicates dans les zones particulièrement exposées à l’insécurité à partir des années 2000, et la couverture médiatique sur le sujet s’en ressent également.

31Observons aussi que le nombre d’articles a nettement progressé dans notre corpus à partir de 2012, avec 67 % des articles couvrant la période la plus récente de 2012 à 2017, contre 33 % couvrant la période antérieure de 2000 à 2011. Là encore, cela peut en partie s’expliquer par des archives de presse incomplètes pour certains pays avant 2010, mais nous pouvons aussi évoquer la nouvelle phase d’accélération du programme politique dans l’aide publique au développement pour le pastoralisme à partir de 2013 (Ancey, Pesche et Daviron, 2017). Nous pouvons donc légitimement penser que l’espace médiatique des pays bénéficiaires, en l’occurrence la presse, couvre également davantage l’information relative au pastoralisme à compter de 2013.

32L’exploitation des résultats présentée dans cet article correspond à une phase exploratoire de notre travail. Elle s’appuie sur l’analyse du contenu lexical du corpus de presse. Elle nous permet principalement, à cette étape, de dégager des cooccurrences de termes et des éléments lexicaux prééminents relatifs aux contenus traitant de la résilience et de la vulnérabilité.

Une démarche lexicométrique avec le logiciel ALCESTE

33L’analyse de notre corpus de presse s’appuie sur une démarche lexicométrique, ou de statistique lexicale, grâce au logiciel ALCESTE (Analyse des lexèmes cooccurrents dans les énoncés simples d’un texte; Reinert, 1986, 1993).

34L’utilisation d’ALCESTE tient compte, ici, des apports et des limites de ce logiciel, qui sont connus de la plupart des chercheurs qui recourent au logiciel. Pour en donner un aperçu synthétique, nous pouvons citer, ici, les remarques formulées par Bart (2011) qui, dans le champ de recherches en didactique, a étudié avec le logiciel les contenus de discours estudiantins sur la professionnalisation à l’université. L’auteur souligne ainsi, à propos des « résultats quantitatifs produits par ces procédures statistiques », que « loin de toute fascination technique, ceux-ci sont ici considérés comme des indices ou des indicateurs partiels donnant lieu à une compréhension spécifique du corpus » (p. 182).

  • 3 Coefficient phi pour tester les corrélations entre termes pivots résilience et vulnérabilité et d’a (...)
  • 4 Une prochaine étape de la recherche en vue d’une publication ultérieure vise à traiter le corpus so (...)

35Les résultats quantitatifs que nous avons exploités ici (les cooccurrences de mots3 et les classes lexicales) au stade exploratoire de notre recherche avec ALCESTE nous ont permis d’atteindre un premier niveau d’analyse des représentations de la résilience et de la vulnérabilité pastorale dans la presse, donné par l’étude de son lexique et de l’organisation de parties de textes (phrases). Ils n’autorisent néanmoins pas, à ce stade, à tirer des conclusions sur les procédés argumentatifs (cf. Amossy et Koren, 2008) ou encore énonciatifs (cf. Charaudeau, 2006; Moirand, 2006) dans la presse subsaharienne à propos du pastoralisme, procédés qui relèveraient aussi de la rhétorique onusienne de la résilience4.

36Pour mieux comprendre les apports essentiels de l’analyse lexicométrique retenue à cette étape exploratoire de notre recherche, nous exposons la démarche en trois étapes qui permettent d’obtenir les classes lexicales.

37La première étape consiste à identifier les unités de contexte initiales (UCI). Elles correspondent ici aux 502 articles du corpus, et les variables retenues pour identifier chacune de ces unités sont : 1) le pays (à six modalités : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad); 2) le type de presse (à trois modalités : publique, privée et en ligne) et, enfin, 3) l’année de parution (à 17 modalités, de 2000 à 2017). Le logiciel découpe également au cours de cette étape le corpus en formes, qui sont des ensembles de mots réduits à leur racine (termes associés, adjectifs…).

38La seconde étape permet le découpage du texte en unités de contexte élémentaires (UCE), ou unités statistiques de base composées de plusieurs phrases. Ces UCE sont classées et regroupées selon leur distribution dans le corpus, chacune possédant son contenu lexical propre.

39La dernière étape permet d’aboutir à une partition en n classes de vocabulaire qui contiennent et regroupent chacune les formes les plus fréquentes repérées précédemment. Les classes s’opposent entre elles pour former des univers de représentations spécifiques sur un sujet donné, représentations qu’il appartient ensuite au chercheur d’analyser à l’aune de sa problématique et, éventuellement, d’hypothèses qu’il aura formulées, comme nous l’avons fait ici.

  • 5 Le coefficient phi varie entre 0 et 1. Une valeur du coefficient phi comprise entre 0,40 et 0,80 in (...)

40Parmi tous les résultats statistiques produits par le logiciel, nous en retiendrons deux. Pour tester notre première hypothèse, nous nous reporterons à la force de la liaison, mesurée par le coefficient phi5, entre termes pivots relatifs au paradigme de la résilience et de la vulnérabilité. Puis, afin d’évaluer la pertinence de nos deuxième, troisième et quatrième hypothèses, nous analyserons les contenus des n classes lexicales et leurs variables associées : l’année de parution des articles, le pays et le type de presse.

Résultats : les discours de la presse sahélienne sur le pastoralisme

Les traces lexicales des paradigmes de vulnérabilité et résilience

41La première hypothèse permet d’explorer si la presse africaine des six pays retenus traite du programme de résilience des politiques d’appui au pastoralisme. Les corrélations significatives (coefficient phi) entre différentes formes associées aux termes résilience et vulnérabilité dans notre corpus de presse attestent d’univers sémantiques qui rappellent des éléments de rhétorique contenus dans les programmes contemporains d’aide au développement.

  • 6 Les effectifs indiqués ici renvoient au nombre d’occurrence des termes (sous leur forme réduite à l (...)

42Le premier constat est que les formes résilience/résilient/e/s (n6 = 70) et vulnérabilité/vulnérable/s (n = 88) sont significativement associées (coefficient phi = 0,28).

43Le second est que la liaison la plus forte (phi = 0,45) associe les formes résilience, résilient/e/s avec le verbe renforcer (n = 126). D’autres liaisons significatives apparaissent également avec deux autres verbes, comme accroître (phi = 0,22) et contribuer (phi = 0,21). Les unités de contexte élémentaires (extraits d’articles de presse) auxquelles renvoient ces cooccurrences traitent effectivement de la contribution des projets et des programmes internationaux, nationaux et régionaux d’appui au pastoralisme pour renforcer et accroître la résilience des organisations et des ménages pastoraux.

44D’autres corrélations significatives apparaissent avec des termes qualifiant cette fois-ci des types de cibles et des domaines d’action prioritaires visés par les politiques de renforcement de la résilience des populations pastorales. Ces liaisons forment un univers sémantique isomorphe aux représentations contenues dans le programme de résilience des politiques contemporaines d’aide au développement. Les ménages pauvres d’éleveurs, de pasteurs et d’agropasteurs sont ainsi bien décrits à plusieurs reprises comme à la fois vulnérables et résilients (phi = 0,29), et les origines de leur vulnérabilité sont principalement décrites en termes de menaces climatiques et alimentaires. Lorsqu’il est question de résilience et de vulnérabilité pastorales, les contenus lexicaux qui leur sont associés portent sur la mise en œuvre (phi = 0,24) des programmes, des projets et des politiques d’aide au développement, par l’intermédiaire de dispositifs de prévention et de gestion des crises (phi = 0,22).

  • 7 Selon Vonthron et al. (2016), la notion de résilience dans les problématiques de sécurité alimentai (...)

45Ces programmes d’appui au pastoralisme au Sahel (phi = 0,21) permettent de renforcer la sécurité (phi = 0,26) et les capacités de résilience alimentaire7 (phi = 0,25) des ménages pastoraux (phi = 0,29). Ces derniers sont parallèlement décrits dans notre corpus de presse comme vulnérables (phi = 0,29), ou encore comme devant faire face (phi = 0,29) aux risques alimentaires et au changement climatique (phi = 0,28). L’objectif est donc de les aider à réduire leur vulnérabilité et à sécuriser leur avenir de manière pérenne (durabilité/durable/s, phi = 0,28).

46L’environnement sémantique relatif au paradigme de résilience dans notre corpus rappelle ainsi que « au-delà de [sa] polysémie, l’idée généralement attachée à la notion de résilience porte sur les capacités d’adaptation et de transformation d’un système face à des chocs externes » (Ancey, Pesche et Daviron, 2017, p. 61). Nous pouvons citer, ici, des extraits d’articles de notre corpus de presse illustrant les raisonnements sous-jacents à ce paradigme et qui suggèrent l’obsolescence de l’économie pastorale :

« Cette rencontre qui s’étalera sur trois jours, [sic] permettra de caractériser les ménages pastoraux vulnérables ciblés par les interventions et harmoniser les outils de ciblage (critères de vulnérabilités) qui seront utilisés. » (Extrait d’un article intitulé « Filets sociaux de sécurité en Afrique de l’Ouest : le RBM appuie ses pays », Le Faso, journal en ligne burkinabé, 6 septembre 2016.)

« Il a ajouté que le projet qui vient avec un apport non négligeable pour concrétiser cette stratégie du secteur de l’élevage contribuera à renforcer la productivité, la pérennité et la résilience des moyens de subsistance des populations pastorales […] ». (Extrait d’un article intitulé « Démarrage du projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel », Agence mauritanienne d’information, 22 décembre 2015.)

47L’analyse des classes lexicales va à présent nous permettre d’évaluer la pertinence de nos trois autres hypothèses exploratoires.

Les discours sur le pastoralisme en fonction de leur évolution chronologique, de leurs déclinaisons nationales et du type de presse

48L’analyse des six classes lexicales d’ALCESTE indique des évolutions diachroniques des contenus de presse sur le pastoralisme, ainsi que des spécificités selon le pays et le type de presse. Par ailleurs, l’analyse détaillée des six classes montre à nouveau que notre corpus de presse, notamment à partir de 2015, comporte des éléments lexicaux et sémantiques qui renvoient au paradigme de la résilience dans le champ de l’aide au développement. Nous illustrerons l’analyse des classes lexicales par quelques énoncés (UCE ou phrases dans ALCESTE) les plus significatifs auxquels elles renvoient dans le corpus.

  • 8 L’identification de périodes dominantes pour classer les thématiques issues des classes (exceptée c (...)

49Le graphique ci-après (Figure 1) montre la partition finale du corpus en six classes lexicales. Les six classes contiennent les termes lexicaux et les variables (pays, année de parution et type de presse) qui leur sont associées (indices khi2). Une partition mère oppose deux grandes catégories thématiques composées de trois classes chacune : les classes lexicales 3, 4 et 2 renvoient ainsi à un premier univers de représentation couvrant soit toute la période (classe 3) soit une période allant de 2003 à 2013 (classes 4 et 2), alors que les classes 5, 6 et 1 correspondent à un second environnement sémantique couvrant une période beaucoup plus restreinte et récente de deux ans, de 2015 à 20178.

Figure 1. Graphique des six classes lexicales d’ALCESTE

Figure 1. Graphique des six classes lexicales d’ALCESTE

50A. Premier univers de représentations (classes 3, 4 et 2) : conflits fonciers agriculteurs-éleveurs; risques alimentaires, pauvreté et vulnérabilité; conflits communautaires

51La classe 3, la deuxième la plus importante sur l’ensemble des six classes (23 % des UCE analysées dans le corpus), concerne les conflits fonciers opposant agriculteurs sédentaires et éleveurs nomades et les mesures à adopter par les autorités locales et nationales pour les endiguer. Si cette préoccupation sociale et politique apparaît comme stable de 2000 à 2017 et partagée par la presse de cinq pays sur les six (exception faite de la presse tchadienne), elle est par contre davantage traitée et développée par la presse privée et en ligne que par la presse publique. Ceci n’est guère surprenant si on tient compte du fait que ces problématiques renvoient à des questions de justice sociale, d’accaparement des terres, de régulation et d’arbitrage gouvernementaux et régionaux, que la presse publique ou d’État a sans doute plus de difficultés à traiter.

52Agriculteurs et éleveurs sont tour à tour décrits comme victimes ou coupables dans ces conflits et, globalement, les discours ne portent pas trace de stigmatisation d’un groupe ou d’un autre. Ce sont surtout les autorités locales qui sont à l’occasion pointées du doigt en raison de leur incapacité à prévenir et gérer ces conflits.

Exemples d’extraits d’articles dont sont issues des UCE significatives de la classe 3

« Les conflits agriculteurs/éleveurs ont été le premier sujet abordé. Cette année encore, selon eux, des querelles fratricides et des massacres ont eu lieu à Manga, à Gaoua, à Batie et à Loropeni. Le constat malheureux qu’ils font est que “le gouvernement ne parait nullement préoccupé de leur trouver une solution définitive”, ce qui n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle fuite de responsabilités. » (Extrait d’un article intitulé « Le G14 au gouvernement à propos de la crise Universitaire : revenez à la raison », paru dans Le Faso, journal burkinabé en ligne, 28 août 2008 [article écrit par un journaliste de la presse publique burkinabé Le Pays].)

  • 9 À noter que cet hebdomadaire avait fait l’objet, en décembre 2009, d’une saisie de toutes ses publi (...)

« Voici quelques pistes : Étant donné que les conflits sont, la plupart, dus à la mauvaise interprétation des règles (coutumières […[ qui régissent les aires herbagères et de transhumance, il faut amener les agriculteurs et les éleveurs à prendre eux-mêmes (indépendamment de l’influence des autorités politiques, administratives et traditionnelles) des engagements contraignants qui délimitent les aires de pâturage et culture. […] Sans cela, parler du développement des secteurs agricole et élevage […] ne restera qu’un discours hypocrite et condescendant. Sauf, il faut le dire, sauf s’il y a derrière cette complaisance politique, une intention manifeste de laisser les deux communautés s’entretuer jusqu’à ce que le conflit n’entraîne une guerre. » (Extrait d’un article du 4 octobre 2007, La Voix9, hebdomadaire privé tchadien.)

53La classe 4 ne couvre plus que 11 % des UCE analysées dans le corpus et correspond cette fois-ci à un contenu lexical plus spécifique à un article du journal bimensuel burkinabé privé, avec des extraits d’articles datant de 2013 issus d’un dossier de presse consacré à la question peulh. Ce contenu sémantique traite d’un fait divers tragique survenu la matinée du 31 décembre 2012 à Zabré : un affrontement sanglant entre communautés peulh et bissa de la localité, dont le bilan est de sept morts, dont six côté Peulh et un côté Bissa. Cet événement est discuté à l’aune de la situation des Peulhs au Burkina Fasso, de la discrimination dont ils sont victimes et de l’impunité dont bénéficient les coupables des exactions qu’ils subissent. Il y est aussi question des facteurs de division entre communautés peulh et bissa.

Exemple d’extraits d’un article dont sont issues des UCE significatives de la classe 4

« Le drame de Zabré semble, par les premiers mots des autorités compétentes, montrer que la prise de conscience se fait jour. Pour la première fois et publiquement, un ministre de la République a reconnu que les violences étaient dirigées contre une communauté. Que dans le droit burkinabè la responsabilité collective n’existait pas. Qu’une communauté ne pouvait pas être tenue pour responsable des faits d’un de ses membres. […[ Rien n’a été fait. Les mis en cause, ceux qui ont sévi contre les gens de Saré Peuhl, n’ont jamais été entendus. Le jugement n’aura peut-être jamais lieu. C’est l’impunité contre la tranquillité pour les peuhls. Le dernier acte vient de se jouer dramatiquement à Zabré. » (Extraits d’un dossier de presse intitulé « Que faire des peulhs? », L’Événement, journal bimensuel privé burkinabé, 10 janvier 2013.)

54La plus petite classe lexicale ici, celle de la classe 2 (9 % des UCE analysées), couvre une période située avant 2010. Il y est question des risques alimentaires accrus pour les ménages pastoraux et agropastoraux pauvres, en raison, notamment, des fluctuations des prix des céréales en Afrique de l’Ouest, variables selon les situations et les conditions climatiques saisonnières régionales.

Exemple d’un extrait d’un article dont sont issues des UCE significatives de la classe 2

« […] La baisse de la production agricole locale et des échanges transfrontaliers, cumulée avec les difficultés d’accès à l’eau et à la hausse du prix des denrées alimentaires, ont entraîné une sensible élévation des niveaux de l’insécurité alimentaire dans les zones agricoles et agropastorales, dans le centre et le nord de la vallée du fleuve, dans la zone de transhumance et dans les zones enclavées du nord. » (Extraits d’un article intitulé « Sécurité alimentaire. Disette et hausse des prix », La Tribune, journal mauritanien privé, 2 avril 2007.)

55B. Deuxième univers de représentations (classes 5, 1 et 6) : modernisation, gouvernance et appui au pastoralisme : la rhétorique de la résilience entre 2015 et 2017

56Trois autres classes lexicales sont représentatives de la période la plus récente du corpus de presse.

57La classe 5 (concentrant 24 % des UCE analysées) traite de la gouvernance des espaces ruraux, par exemple au travers de la mise en place des unités pastorales (UP). Les décisions relatives à la gestion des espaces pastoraux sont présentées, dans ce cadre, comme nécessitant à la fois de la décentralisation (pour faciliter la concertation entre toutes les parties concernées) et le maintien d’un cadrage étatique fort. Nous trouvons trace, ici, d’un des paradoxes inhérents à la nouvelle doxa des politiques publiques de développement, que Cling, Razafindrakoto et Roubaud (2011), par exemple, qualifient de « marketenhancing governance capabilities ».

Exemple d’extraits d’un article dont sont issues des UCE significatives de la classe 5

« […] l’objectif principal est d’assurer l’exploitation concertée des ressources naturelles au sein des espaces pastoraux. Processus, principe et démarche de mise en place des UP. L’implantation des UP suit un processus itératif, inclusif et participatif avec des étapes d’information et de sensibilisation des acteurs; […] leur impact a été éphémère du fait de l’absence d’appropriation par les organisations de producteurs (OP) et les services techniques de l’état. La démarche avait consisté uniquement à mettre en place un plan de gestion au niveau de chaque UP avec une implication relativement timide des acteurs ». (Extraits d’un article intitulé « Gouvernance foncière, pastoralisme et sécurité alimentaire au Sénégal. Les unités pastorales, une alternative crédible », Le Soleil, journal de la presse publique sénégalaise, 26 octobre 2016.)

58La classe 1 (contenant 22 % des UCE analysées) porte sur la nécessité de moderniser la filière de l’élevage en général, par l’amélioration des infrastructures agricoles et la transformation génétique des races animales. Cette thématique est récente (2017) et traverse l’ensemble de la presse sénégalaise. Ce n’est pas pour autant que la presse d’autres pays n’en parle pas, notamment celle du Mali et du Niger, mais là où la presse sénégalaise parle le plus souvent de modernisation du secteur de l’élevage en général, la presse malienne et nigérienne insiste davantage sur la modernisation du pastoralisme en particulier.

  • 10 Khi2 de 18 et 46 % de présence du mot résilience, et Khi2 de 8 et 37 % de présence du terme vulnéra (...)

59Il est à noter, également, que les termes résilience et vulnérable10 sont significativement associés à cette classe relative à la modernisation de l’élevage en général, et de l’élevage pastoral.

Exemple d’un extrait d’un article dont sont issues des UCE significatives de la classe 1

« Il est prévu également le financement du secteur de l’Élevage à travers le développement du partenariat public privé ainsi que celui des performances des filières du sous-secteur, la valorisation des produits et sous-produits de l’élevage à travers la création des unités industrielles en vue d’optimiser la chaîne de valeur du sous-secteur, créer les conditions d’un développement de l’élevage intensif à travers la multiplication des fermes agropastorales, sécuriser les espaces pastoraux, et adapter les textes relatifs au pastoralisme… » (Extrait d’un article intitulé « Les perspectives de l’élevage pastoral. Le Conseil Régional à pied d’œuvre dans le développement du partenariat public et privé », Le Sahel, journal de la presse publique nigérienne, 28 février 2017.)

  • 11 Voir dans la Figure 1, dans les variables étoilées de la classe 6, les valeurs très élevées de khi2 (...)
  • 12 Khi2 de 29 et 30 % de présence du mot résilience, et Khi2 de 10 et 20 % de présence du terme vulnér (...)

60La classe 6 (contenant 11 % des UCE analysées) couvre des contenus qui renvoient à la couverture événementielle des projets internationaux de la Banque mondiale et d’autres programmes d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS), en particulier au cours des deux années consécutives 2015 et 2016 (contenus significatifs de la presse malienne en ligne11). Il est également à noter, ici, que les termes résilience et vulnérable sont significativement associés à la classe 612 pour cette seconde période 2015-2017.

Exemples d’extraits d’articles dont sont issues des UCE significatives de la classe 6

« Il s’agit d’un projet ambitieux qui, à terme, devrait permettre à plus de deux millions de pasteurs et d’agropasteurs d’accroître leurs revenus et de renforcer leur résilience face au changement climatique et à l’insécurité alimentaire, a expliqué le Dr Keffing Dabo de l’Institut du Sahel. » (Extrait d’un article intitulé « Projet régional d’appui au pastoralisme au sahel : la communication et le suivi-évaluation comptent », publié en 2015 dans MaliActu, journal en ligne malien, et accessible sur Niarella.net.)

« Le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (Praps) fait partie de l’Initiative Sahel lancée par la Banque mondiale en 2013. Il s’inscrit en droite ligne de la “Déclaration de Nouakchott sur le pastoralisme”. […] Selon le ministre de l’Élevage et de la Pêche, Dr. Nango Dembélé, la mise en œuvre du Praps va contribuer à l’atteinte des objectifs de la « Déclaration de Nouakchott sur le pastoralisme » et sécuriser les modes d’existence et moyens de production des populations pastorales. » (Extraits d’un article intitulé « Élevage au Mali : 35 milliards FCFA pour booster le pastoralisme », MaliActu, journal en ligne malien, 4 mai 2016.)

Comment et dans quelle mesure la presse africaine francophone promeut-elle (plus qu’elle n’analyse) les programmes d’appui au pastoralisme?

  • 13 « Sur la base d’un taux d’exploitation de l’ordre de 10 à 12 %, l’offre annuelle en bovins (nombre (...)

61Cette étude exploratoire des représentations du pastoralisme dans un corpus de presse d’Afrique subsaharienne illustre à sa manière l’écho médiatique que rencontrent les discours officiels des organismes internationaux et gouvernementaux d’aide publique au développement (APD). Pour récapituler, la gouvernance du pastoralisme constitue une thématique plus récente que celle des risques ou encore de la vulnérabilité, en particulier dans la presse burkinabé, malienne et nigérienne. Il faut peut-être reporter cette observation à la situation de l’élevage au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Ces pays, gros exportateurs de bétail13 pour nombre de pays d’Afrique, doivent se conformer aux exigences contemporaines de productivité et de compétitivité, en dépit des aléas politiques et des crises profondes qui affectent les zones de production et les marchés terminaux (Corniaux, 2014).

62La presse sénégalaise, en 2017, se distingue également en relayant les discours politiques de modernisation de l’élevage en général, sans considération particulière pour l’élevage pastoral. Nous retrouvons là, dans la presse, la trace d’une caractéristique des discours officiels au Sénégal qui restent, en dépit du principe de souveraineté alimentaire adopté lors de la conférence du Dakar agricole en 2005, « marqués par le souci d’améliorer la productivité des élevages traditionnels, de moderniser les structures de production, en dehors de toute analyse fine des contraintes bioclimatiques, économiques ou sociétales » (Ancey et Monas, 2005, p. 763). Le gouvernement actuel du Sénégal est toujours engagé dans la voie de modernisation du secteur agricole soutenue par l’État. La presse sénégalaise, publique comme privée d’ailleurs, semble donc se faire l’écho de ces positions officielles.

63En dehors de ces spécificités nationales, on retrouve globalement, dans notre échantillon de presse sahélienne, le glissement sémantique pointé par plusieurs chercheurs dans le champ de l’aide publique au développement : entre 2003 et 2013, le vocable de vulnérabilité succède à la désignation des risques alimentaires dans l’analyse de la pauvreté pastorale, terminologies qui, entre 2015 et 2017, sont supplantées à leur tour par la rhétorique de la résilience. Cette couverture journalistique récente apparaît concomitante de la nouvelle vigueur que connaît depuis 2015 l’agenda onusien de la résilience (Châtaignier, 2014).

64Nous observons néanmoins que cette posture dominante entre 2015 et 2017 n’a pas pour autant évacué les contenus qui traitent de la justice sociale, de façon certes plus marginale, mais stable tout au long des années 2000 à 2017, comme ceux relatifs aux conflits territoriaux entre agriculteurs et pasteurs. Or ces polémiques sont le plus souvent le fait de la presse privée et restent plus rarement abordées par la presse publique. Ce constat n’a rien de surprenant eu égard à la situation de tutelle à l’égard des autorités politiques et administratives dans laquelle nombre de médias publics africains sont encore placés, en dépit de l’autonomie qu’il leur est officiellement reconnue (Tozzo, 2005).

65Nous pouvons également dresser un second constat qui se rapporte cette fois-ci à la question des conflits communautaires, qui ne semble pas constituer une préoccupation majeure de la presse africaine francophone ici étudiée. Si un conflit violent fait néanmoins l’objet d’un univers sémantique spécifique, il n’est guère représentatif de l’ensemble du corpus de presse. Les conflits ethniques semblent occuper une place plus marginale dans notre corpus de presse francophone sahélienne que les problèmes d’accès aux ressources pour les pasteurs. En ce sens, la tonalité générale de la presse étudiée ne porte pas de trace de stigmatisation explicite à l’endroit des pasteurs. Ce n’est pas pour autant qu’elle affiche une connaissance particulièrement aiguisée des pratiques professionnelles réelles des pasteurs dans les environnements où ils évoluent. Loin d’être monolithiques et obsolètes, les identités et pratiques professionnelles des pasteurs sont au contraire diversifiées et régulièrement renouvelées, contrairement aux descriptions catégorielles qui en sont faites dans « de nombreux travaux mesurant la vulnérabilité et la résilience » (Camara, 2013, p. 320).

66On peut ici s’interroger sur l’absence de références à des connaissances plus expertes ou scientifiques sur le pastoralisme dans la presse. Ancey, Pesche et Daviron (2017) avancent l’hypothèse que les paradigmes d’aide au développement fondés sur le concept de résilience, à l’ère de la « circulation mondialisée accélérée de certaines idées porteuses de modèles économiques comme la croissance » (p. 61), favorisent des conceptions essentialistes des populations pastorales. Ces représentations, issues de classifications réductrices, nourrissent des images stéréotypées qui sont transmises socialement, notamment par les médias (Légal et Delouvée, 2015).

67Ces stéréotypes sociaux (Bourhis et Leyens, 1999; Légal et Delouvée, 2015; Leyens, Yzerbyt et Schadron, 1996; Sales-Wuillemin, 2005) ne sont pas réductibles à de simples réflexes de paresse cognitive. Leur origine et leur fonction sont de nature plus sociale : ils reflètent tout autant qu’ils légitiment des rapports de pouvoir existant. Ils accompagnent, en les justifiant, les idéologies (au sens de croyances politiques) d’une période historique et culturelle donnée. Ces idéologies, avec leurs systèmes de catégorisation spécifiques, sont véhiculées aussi bien dans les conversations courantes que dans les discours officiels émanant des institutions politiques et médiatiques : « Il y a une relation étroite entre discours, idéologie et politique, au sens où la politique est généralement aussi bien discursive qu’idéologique, et que les idéologies sont largement reproduites par les textes et les discours. » (Van Dijk, 2006, p. 77.)

68Les discours politiques d’aide au développement fondés sur l’estimation de la vulnérabilité et de la résilience pastorales, et diffusés par les médias, peuvent ainsi être appréhendés comme des idéologies, en ce sens qu’ils servent effectivement à assigner des groupes (les ménages pastoraux) et des personnes (les pasteurs) à des catégories évaluées comme plus ou moins vulnérables et résilientes face aux menaces climatiques et environnementales et aux enjeux économiques contemporains.

69Autrement dit, l’absence de traces explicites de stigmatisation dans les contenus de presse étudiés n’exclut pas pour autant l’existence et la diffusion de formes plus subtiles d’essentialisme culturel à l’endroit du pastoralisme sahélien. Ainsi, les discours médiatiques qui pointent leur vulnérabilité et leur nécessaire résilience face à de nouvelles contraintes adaptatives ne présentent-ils pas le risque de conforter voire de renforcer leur marginalisation politique, en particulier si, de surcroît, leur résilience est évaluée à l’aune des critères productifs et économiques propres au néolibéralisme?

70Ces représentations médiatiques pourraient alors même traduire des erreurs dans le traitement de l’information à propos des sociétés pastorales, erreurs bien connues des psychologues sociaux et induisant une représentation biaisée de l’autre groupe (cf. Tajfel et Jaspars, 1981; Tajfel, Sheikh et Gardner, 1964). Les recherches scientifiques dévoilent en l’occurrence une tout autre image du pastoralisme que celle renvoyée par le paradigme onusien de la résilience :

Si les systèmes pastoraux de production sont devenus un terrain privilégié de l’usage de la notion de résilience ces dix dernières années, il y a longtemps que leurs capacités d’adaptation aux conditions du milieu ont été reconnues par des vétérinaires, des anthropologues, des géographes et des écologues (Ancey, Pesche et Daviron, 2017, p. 59).

Conclusion

71Au terme de cette étude, nous observons que la presse de six pays de la bande sahélienne relaie de façon substantielle, et surtout à partir de 2015, les nouveaux paradigmes de l’aide au développement dans le secteur de l’élevage pastoral. Elle en reprend ainsi au passage les biais et les paradoxes, que les spécialistes du monde rural africain connaissent bien et n’hésitent pas à attribuer à une forme de méconnaissance politique des sociétés pastorales, comme le rappelle Ancey (2016) : « La distance structurelle entre le monde pastoral et les politiques de développement ne date pas des crises et traduit la difficulté pour des politiques économiques fondées sur des catégories comme l’État, la propriété, la sédentarité, à saisir les dynamiques pastorales » (p. 3).

72De surcroît, le contrôle de la bureaucratie d’État sur la presse publique africaine fait que ses contenus s’inscrivent non seulement dans l’agenda de l’action gouvernementale et des institutions publiques, mais empruntent aussi les cadres idéologiques et langagiers de leur expression.

73Une autre explication plausible de cette méconnaissance est que la culture et l’économie médiatiques orientent le traitement de l’information. Ne pratiquant pas le journalisme d’investigation, la presse privée, par exemple, se contente de publireportages pour meubler quotidiennement leurs pages. Cette évènementialisation de l’information sied à la reprise parfois intégrale des communiqués et des dossiers de presse proposés par les services de communication des organismes qui les sollicitent à grands frais. Dans ces conditions, le recul critique est rare, et même si, globalement, cette presse est plus critique que la presse publique, elle s’aligne souvent sur les contenus et le ton déterminés par les commanditaires.

74À propos de l’événement médiatique en contexte africain, Rokhaya Aw (2012) écrit ainsi de la presse qu’elle nous « offre toujours des produits médiatiques globalisés, créés et offerts sur le modèle de l’événement médiatique internationalisé. La pensée convenue est là, mais elle va être réinterprétée, mise en scène; le public s’y voit offrir des parallèles avec le contexte national » (p. 256).

Haut de page

Bibliographie

Amossy, R. et Koren R. (dir.) (2008). L’analyse du discours au prisme de l’argumentation. Argumentation et Analyse du Discours, 1. doi: https://journals.openedition.org/aad/171

Anate, K. (2012). Usage des médias pour l’éducation. Nécessité et enjeux. Dans S. T. Balima et M. Mathien (dir.), Les médias de l’expression de la diversité culturelle en Afrique (p. 289-302). Bruxelles, Belgique : De Boeck.

Ancey, V. (2016). Comment se construit l’invisibilité des populations pastorales au Sahel : l’expérience de la crise alimentaire de 2005 au Niger. Cahiers Agricultures, (25), 55003. doi: http://agritrop.cirad.fr/582690/1/cagri160081.pdf

Ancey, V. et Monas, G. (2005). Le pastoralisme au Sénégal, entre politique « moderne » et gestion des risques par les pasteurs. Revue Tiers Monde, 184(4), 761-783. doi: https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2005-4-page-761.htm

Ancey, V., Pesche, D. et Daviron, B. (2017). Résilience et développement : complément, substitut ou palliatif? Le cas du pastoralisme au Sahel. Revue internationale des études du développement, 231(3), 57-89. doi: https://www.cairn.info/revue-internationale-des-etudes-du-developpement-2017-3-page-57.htm

Barrett, C. B. et Constas, M. A. (2014). Toward a theory of resilience for international development applications. Proceedings of the National Academy of Sciences USA, 111(14), 14 625-14 630. doi: http://www.pnas.org/content/111/40/14625

Barth, D. (2011). L’analyse de données textuelles avec le logiciel ALCESTE. Recherches en didactiques, 12(2), 173-184. doi: https://www.cairn.info/revue-recherches-en-didactiques-2011-2-page-173.htm

Bayart, J. F. (1989). L’État en Afrique. La politique du ventre. Paris, France : Fayard.

Beck, U. (2008). La société du risque : sur la voie d’une autre modernité. Paris, France : Flammarion.

Beck, U., Giddens, A. et Lash, S. (1994). Reflexive Modernization. Politics, Tradition and Aesthetics in the Modern Social Order. Standford, CA : Standford University Press.

Bidou, J. E. et Droy, I. (2013). De la vulnérabilité individuelle aux syndromes de vulnérabilité : quelles mesures?. Revue Tiers Monde, 213(1), 123-142. doi: https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2013-1-page-123.htm

Blein, R., Costes, R. et Leturque, H. (2014). Atouts et limites de la notion de résilience pour les politiques de sécurité alimentaire et nutritionnelle. Enseignements tirés d’Afrique de l’Ouest. Dans J. M. Châtaignier (dir.), Fragilités et résilience : les nouvelles frontières de la mondialisation (p. 263-282). Paris, France : Karthala.

Boidin, B., Gérardin, H. et Lallau, B. (2017). Présentation. Vulnérabilités, résiliences et développement. Mondes en développement, 180(4), 7-12. doi: https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2017-4-page-7.htm

Bonnet, B. (2014). Résilience des sociétés pastorales face aux changements climatiques. Dams J. M. Châtaignier (dir.), Fragilités et résilience : les nouvelles frontières de la mondialisation (p. 283-296). Paris, France : Karthala.

Bonnet, B. et Guibert, B. (2012). Vulnérabilités et efforts d’adaptation des familles de pasteurs face aux crises récurrentes. Enseignements tirés de l’analyse de l’activité pastorale dans les trajectoires familiales. ECliS-ANR-Iram. doi: https://www.iram-fr.org/ouverturepdf.php?file=615.pdf

Bourhis, R. Y. et Leyens, J. P. (1999). Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes. Liège, Belgique : Mardaga.

Callon, M., Lascoumes, P. et Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essais sur la démocratie technique. Paris, France : Seuil.

Camara, A. D. (2013). Le rapport au changement en société pastorale. Le cas des éleveurs du Ferlot et de Colonnat (Thèse de doctorat). Université de Bourgogne, France.

Chandler, D. et Reid, J. (2016). The neoliberal subject. Resilience, adaptation and vulnerability. Londres, Angleterre/New York, NY: Rowman & Littlefield.

Charaudeau, P. (2006). Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives. Semen, 22, 29-43. doi: http://journals.openedition.org/semen/2793

Châtaignier, J. M. (dir.) (2014). Fragilités et résilience. Les nouvelles frontières de la mondialisation. Paris, France : Karthala.

Cling, J. P., Razafindrakoto, M. et Roubaud, F. (2011). La Banque mondiale, entre transformations et résilience. Critique internationale, 53(4), 43-65 : doi: https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2011-4-page-43.htm

Corniaux, C. (2014). Le commerce du bétail sahélien. Une filière archaïque ou la garantie d’un avenir prometteur?. Afrique contemporaine, 249(1), 93-95. doi: https://www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2014-1-page-93.htm

Damome, E. (2005). Lomé : une presse d’opinion. Outre-Terre, (11), 389-392.

Damome, E. (2018). Communication publique pour la paix : pratiques et discours. Exemple de la radio en Afrique subsaharienne. Dans A. Faisal Bakti et Y. Théorêt (dir.), Journalisme de paix et résolution des conflits par les médias (p. 197-228). Paris, France : Les éditions de l’Immatériel.

Frère, M.S. (2009). Élections et médias en Afrique centrale. Voie des urnes, voix de la paix ? Paris, France : Karthala.

Evans, P. B. et Sewell, W. H. (2013). Neoliberalism. Policy regimes, international regimes and social effects. Dans P. A. Hall et M. Lamont (dir.), Social resilience in the neoliberal area (p. 33-64). New York, NY : Cambridge University Press.

Giddens, A. (1994). Les conséquences de la modernité. Paris, France : L’Harmattan.

Gilbert, C. (2013). De l’affrontement des risques à la résilience. Une approche politique de la prévention. Communication & langages, (176), 65-78. doi: https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2013-2-page-65.htm

Grünewald, F. (2014a). La résilience et les ONG. Dans J. M. Châtaignier (dir.). Fragilités et résilience : les nouvelles frontières de la mondialisation, (p. 221-228). Paris, France : Karthala.

Grünewald, F. (2014b). Résilience et gestion des risques et des désastres. Quelques repères et concepts. Dans J. M. Châtaignier (dir.), Fragilités et résilience : les nouvelles frontières de la mondialisation (p. 89-106). Paris, France : Karthala.

Harvey, D. (2005). A Brief History of Neoliberalism. Oxford, MS : Oxford University Press.

Juffé, M. (2013). La résilience : de quoi, à quoi et pour quoi?. Annales des Mines - Responsabilité et environnement, 72(4), 7-11. doi: https://www.cairn.info/revue-responsabilite-et-environnement1-2013-4-page-7.htm

Kiyindou, A. (2008) (dir.). Communication pour le développement, logiques et pratiques au Congo. Bruxelles, Belgique : EME.

Kiyindou, A. (2010). La lutte contre la pauvreté et/ou pratique des TIC. Communication & langages, 1(163), 121-133.

Koffi, J. M. (2014). La résilience : origines et évolutions d’un concept polysémique. Dans J. M. Châtaignier (dir.), Fragilités et résilience : les nouvelles frontières de la mondialisation, (p. 53-62). Paris, France : Karthala.

Légal, J. B., Delouvée, S. (2015). Stéréotypes, préjugés et discrimination. Paris, France : Dunod.

Leyens, J.-P., Yzerbyt, V., Schadron, G. (1996). Stéréotypes et cognition sociale. Liège, Belgique : Mardaga.

Moirand, S. (2006). Responsabilité et énonciation dans la presse quotidienne : questionnements sur les observables et les catégories d’analyse. Semen, 22, 45-59. doi: http://journals.openedition.org/semen/2798

Quenault, B. (2017). Résilience et aide internationale : rhétorique discursive ou véritable réforme?. Mondes en développement, 180(4), 35-52. doi: https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2017-4-page-35.htm

Rambaud, B. (2008). Trajectoires africaines de modèles médiatiques occidentaux : analyse comparative de la presse écrite du Burkina Faso et du Kenya (Thèse de doctorat). Université Bordeaux III, France.

Rasse, P. et Rasse, G. (2014). Approche anthropologique et juridique de la politique de prévention des risques. Communication & Organisation, (45), 153-162. doi: http://journals.openedition.org/communicationorganisation/4554

Reinert, M. (1986). Un logiciel à Analyse Lexicale [ALCESTE]. Les Cahiers de l’Analyse des Données, (4), 471-484. doi: http://www.numdam.org/item?id=CAD_1986__11_4_471_0

Reinert, M. (1993). Les « mondes lexicaux » et leur « logique » à travers l’analyse statistique d’un corpus de récits de cauchemars. Langage et Société, (66), 5-39. doi: https://www.persee.fr/doc/lsoc_0181-4095_1993_num_66_1_2632

Rodriguez, J. et Wachsberger, J. M. (2016). La neutralisation politique de la pauvreté. Science sans conscience?. Communications, 98(1), 109-123. doi: https://www.cairn.info/revue-communications-2016-1-page-109.htm

Rokhaya Aw, E. (2012). Entre mondialisation et diversité culturelle. L’événement médiatique en contexte africain. Dans S. T. Balima et M. Mathien (dir.), Les médias de l’expression de la diversité culturelle en Afrique (p. 251-273). Bruxelles, Belgique : De Boeck.

Sales-Wuillemin, E. (2005). Psychologie sociale expérimentale de l’usage du langage, représentations sociales, catégorisation et attitudes : perspectives nouvelles. Paris, France : L’Harmattan.

Severino, J. M, et Ray, O. (2011). La fin de l’aide publique au développement : mort et renaissance d’une politique publique globale. Revue d’économie du développement, 19(1), 5-44. doi: https://www.cairn.info/revue-d-economie-du-developpement-2011-1-page-5.htm

Tajfel, H. et Jaspars, M. F. (1981). Human groups and social categories: Studies in social psychology. Cambridge, Angleterre : Cambridge University Press.

Tajfel, H., Sheikh, A. et Gardner, R. (1964). Content of stereotypes and the inference of similarity between members of stereotyped groups. Acta Psychologica, 22, 191-201.

Thomas, H. (2010). Les vulnérables. La démocratie contre les pauvres. Paris, France : Éditions du Croquant.

Tozzo, E. (2005). La réforme des médias publics en Afrique de l’Ouest. Servir le gouvernement ou le citoyen?. Politique africaine, 97(1), 99-115. doi: https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2005-1-page-99.htm

Tudesq, A.-J. (1998). L’espoir et l’illusion : actions positives et effets pervers des médias en Afrique subsaharienne. Talence, France : MSHA.

Tudesq, A.-J. (1999). Les médias en Afrique. Paris, France : Ellispes.

Tudesq, A.-J. (2009). Médias et transferts de modèles, les radios de proximité en Afrique subsaharienne : un modèle autochtone?. GRER doi: http://www.grer.fr/upload/articles_en_ligne/.pdf

Van Dijk, T. (2006). Politique, idéologie et discours. Semen, 21, 73-102. doi: http://journals.openedition.org/semen/1970

Vasak, A. (1999). « Faire » un événement naturel? L’orage du 13 juillet 1788 et la tempête de décembre 1999. Sociétés & Représentations, 32(2), 97-109. doi: http://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2011-2-page-97.htm

Vonthron, S., Dury, S., Fallot, A. Alpha, A. et Bousquet, F. (2016). L’intégration des concepts de résilience dans le domaine de la sécurité alimentaire : regards croisés. Cahiers Agricultures, (25). doi: http://agritrop.cirad.fr/582266/1/cagri160043.pdf

Zakinet, D. (2015). Des pasteurs transhumants entre alliances et conflits au Tchad. Les Arabes Salamat Sifera et les Arabes Djaatné au Batha. Afrique contemporaine, 255(3), 127-143. doi: https://www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2015-3-page-127.htm

Haut de page

Notes

1 Banque mondiale, Comité d’Aide au développement de l’OCDE, Agence française de Développement, Comité Inter-État de Lutte contre la sécheresse au Sahel…

2 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une commande émanant du Comité international de lutte contre la sécheresse au Sahel. Les premiers résultats ont été présentés au colloque de la 4e Réunion du Comité technique régional (CTR) du PRAPS (Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel), les 14 et 15 décembre 2017, à Cotonou, Bénin. Le présent article porte sur l’analyse de discours d’un corpus de presse de 17 années (2000-2017) sur le pastoralisme, recueilli entre juillet et octobre 2017, pour six pays d’Afrique francophone de la zone sahélienne (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad).

3 Coefficient phi pour tester les corrélations entre termes pivots résilience et vulnérabilité et d’autres termes associés.

4 Une prochaine étape de la recherche en vue d’une publication ultérieure vise à traiter le corpus sous l’angle de l’argumentation médiatique.

5 Le coefficient phi varie entre 0 et 1. Une valeur du coefficient phi comprise entre 0,40 et 0,80 indique un lien fort entre deux variables ou deux termes, et une valeur comprise entre 0,20 et 0,40 correspond toujours à un lien statistiquement significatif, mais un peu plus modéré.

6 Les effectifs indiqués ici renvoient au nombre d’occurrence des termes (sous leur forme réduite à la racine) sur l’ensemble du corpus composé de 502 articles. Les formes résilience, résilient/e/s et vulnérabilité/vulnérable/s apparaissent respectivement 70 et 88 fois dans le corpus de presse.

7 Selon Vonthron et al. (2016), la notion de résilience dans les problématiques de sécurité alimentaire est assez récente au sein des programmes d’aide au développement.

8 L’identification de périodes dominantes pour classer les thématiques issues des classes (exceptée celle de la classe 3, dont les contenus lexicaux s’échelonnent sur toute la période 2000-2017) ne signifie pas, dans ALCESTE, qu’une thématique n’est présente que pour une période donnée et totalement absente de l’autre période où elle n’est pas classée. Il s’agit davantage d’un raisonnement probabiliste qu’étroitement déterministe : les éléments dominants d’une classe sont ainsi davantage présents sur une période que sur l’autre.

9 À noter que cet hebdomadaire avait fait l’objet, en décembre 2009, d’une saisie de toutes ses publications par la justice tchadienne. Elle a à nouveau autorisé ses parutions en janvier 2010.

10 Khi2 de 18 et 46 % de présence du mot résilience, et Khi2 de 8 et 37 % de présence du terme vulnérable dans la classe 1.

11 Voir dans la Figure 1, dans les variables étoilées de la classe 6, les valeurs très élevées de khi2 pour *MALI (383) et *EN_LIGNE (253).

12 Khi2 de 29 et 30 % de présence du mot résilience, et Khi2 de 10 et 20 % de présence du terme vulnérable dans la classe 6.

13 « Sur la base d’un taux d’exploitation de l’ordre de 10 à 12 %, l’offre annuelle en bovins (nombre d’animaux vendus pour l’abattage dans le pays ou à l’export) est estimée entre 900 000 et 1 million de têtes pour le Burkina Faso, le Mali et le Niger » (Corniaux, 2014, p. 93).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Graphique des six classes lexicales d’ALCESTE
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/2865/img-1.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Damome et Nadège Soubiale, « Imaginaires médiatiques de la résilience pastorale en Afrique subsaharienne », Communiquer, 23 | 2018, 1-20.

Référence électronique

Étienne Damome et Nadège Soubiale, « Imaginaires médiatiques de la résilience pastorale en Afrique subsaharienne », Communiquer [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2865 ; DOI : 10.4000/communiquer.2865

Haut de page

Auteurs

Étienne Damome

Maître de conférences HDR
Université Bordeaux-Montaigne, France

Étienne Damome est maître de conférences habilité à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne. Il est responsable de l’axe « Médias » du laboratoire MICA (Médias, Informations, Communication, Arts) (EA 4426) et membre associé de l’UMR « Les Afriques dans le monde » (LAM). Ses enseignements et sa recherche portent sur les relations entre médias, religions et société, et plus spécifiquement sur les processus de construction communautaire par les radios communautaires et les pratiques des TIC.

Nadège Soubiale

Maître de conférences
Université Bordeaux-Montaigne, France

Nadège Soubiale est maître de conférences en psychologie sociale pour les sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne. Elle est membre de l’axe « Communication, Organisations et Société » du laboratoire MICA (Médias, Informations, Communication, Arts) (EA 4426). Ses enseignements et sa recherche portent sur les représentations et les pratiques communicationnelles dans le champ des mutations contemporaines des organisations du travail

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals