Navigation – Plan du site

De messages en sécurité routière : de l’empathie virtuelle aux réponses empathiques et cognitives

Reception of Road Safety Messages: From Virtual Empathy to Empathic and Cognitive Responses
Pénélope Daignault, Marion Reny Delisle et Emmanuelle Gagné
p. 39-59

Résumés

D’une part, nous avons examiné le lien entre le trait de personnalité d’empathie virtuelle et les réponses empathiques suscitées à l’égard de six messages en sécurité routière axés sur la menace et produits tant au Québec qu’en France. D’autre part, nous avons exploré la manière dont les réponses empathiques interviennent dans le traitement de l’information, de même que l’influence du contexte de production sur l’intensité des réponses empathiques et sur le type de pensées générées. L’analyse des données a permis de mettre en exergue l’influence du contexte de production sur la capacité de projection dans le scénario publicitaire, les publicités québécoises ayant engendré les plus fortes réponses empathiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le genre masculin est utilisé comme générique dans le seul but de ne pas alourdir le texte.

1Les accidents de la route constituent l’un des plus importants problèmes de santé publique au Québec comme ailleurs. Ils sont la principale cause de décès chez les moins de 25 ans qui, bien que détenant seulement 10 % des permis de conduire, représentaient 21 % des conducteurs1 impliqués dans les accidents avec dommages corporels en 2013 (Société d’assurance automobile du Québec [SAAQ], 2014a). Cette situation est particulièrement imputable aux jeunes hommes, qui commettent plus d’infractions au code de la sécurité routière que les jeunes filles, sont plus souvent impliqués dans des accidents graves et sont plus fréquemment reconnus coupables de conduite en état d’ébriété.

2Les facteurs humains jouent un rôle dans plus de 90 % des accidents de la route (Organisation mondiale de la santé, 2013). L’alcool au volant et la vitesse excessive ou inadaptée demeurent toujours aux premiers rangs des causes les plus communes d’accidents. En 2011, au Québec, près de la moitié des conducteurs impliqués dans un accident fatal avaient les facultés affaiblies par l’alcool, alors qu’entre 2009 et 2013, 38 % des décès sur les routes québécoises et 32 % des blessures graves étaient imputables à la vitesse au volant (SAAQ, 2014b). Pour leur part, les distractions de l’automobiliste, plus spécifiquement l’utilisation du téléphone cellulaire au volant, sont en nette progression depuis 2008, date à laquelle les policiers du Québec ont commencé à émettre des constats d’infraction pour l’utilisation d’un tel appareil tenu en main (SAAQ, 2014c).

3Parmi les usages du téléphone cellulaire, celui relatif à l’envoi et à la lecture de messages textes (textos) est particulièrement préoccupant, notamment parce que les conducteurs distraits par ce comportement sont 23 fois plus à risque d’être impliqués dans un accident ou de passer près d’avoir un accident que les conducteurs non distraits (Virginia Tech Transportation Institute, 2010), mais aussi parce qu’une proportion non négligeable d’automobilistes reconnaissent adopter cette pratique dangereuse à l’occasion. Par exemple, un sondage réalisé par la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) en 2014 a révélé que 25 % des conducteurs sondés ont reconnu avoir déjà envoyé ou lu un texto au volant. À l’instar d’autres types d’infractions, les jeunes sont surreprésentés dans celles inhérentes à l’usage du téléphone cellulaire. En effet, entre 2008 et 2011 au Québec, 41 % des automobilistes de moins de 25 ans ont reçu un constat d’infraction à cet égard (SAAQ, 2014a). Cette problématique, relativement récente au Québec, a d’ailleurs été largement médiatisée au cours des trois dernières années, durant lesquelles des campagnes de sensibilisation à l’envoi et à la lecture de textos au volant ont été diffusées à la radio, à la télévision et sur le web.

4De telles campagnes – connues aussi sous le vocable de publicités sociales – s’avèrent relativement peu coûteuses en regard d’autres mesures pouvant être mises en place pour améliorer la sécurité routière, dont un contrôle policier plus intensif, un réaménagement du réseau routier ou de nouvelles dispositions réglementaires, par exemple. Aussi y a-t-il eu plusieurs grandes campagnes de sécurité routière élaborées au cours des 30 dernières années au Québec pour sensibiliser les conducteurs aux risques inhérents au non-port de la ceinture de sécurité, à la vitesse, à l’alcool, à la fatigue et, depuis 2011, à l’usage du téléphone cellulaire au volant. L’activité de communication doit cependant s’inscrire dans un programme plus vaste de sécurité routière, car, comme le montrent les recherches réalisées dans ce domaine, c’est lorsqu’elle est utilisée parallèlement à d’autres mesures que l’information donne ses meilleurs résultats (Delhomme et Meyer, 2001; Harrison et Senserrick, 2000). Il demeure que l’information est souvent une condition préalable au succès des autres mesures (Delhomme et Meyer, 2001).

5Une des plus grandes difficultés liées à la publicité sociale consiste à choisir les stratégies les plus appropriées pour provoquer le changement d’attitude et de comportement escompté. Pour optimiser leur efficacité, ces stratégies doivent être adaptées aux caractéristiques du public cible et miser sur des éléments susceptibles de les toucher, de les impliquer. La stratégie persuasive la plus utilisée dans les campagnes de sécurité routière est celle axée sur la menace. Sa pertinence a d’ailleurs été maintes fois réitérée dans ce domaine précis (Harrison et Senserrick, 2010; Lavoisier-Mérieux, 2002; Rodriguez et Anderson-Wilk, 2002; Lewis, Tay et Watson, 2007), bien qu’il n’y ait pas de consensus entre les chercheurs quant à son efficacité. Le principe de cette stratégie consiste à présenter une menace (par ex. : la mort) à laquelle s’expose le conducteur s’il maintient son comportement risqué sur la route. Pour peu qu’il perçoive la sévérité de la menace, qu’il se sente vulnérable et qu’il juge la solution présentée pour prévenir la menace comme étant efficace, l’individu exposé à une telle stratégie persuasive est susceptible de vouloir contrôler la menace en adoptant le comportement recommandé (par ex. : avoir un chauffeur désigné en cas de facultés affaiblies par l’alcool) (Witte et Allen, 2000). Souvent à caractère dramatique, l’appel à la menace (Lewis, Tay et Watson, 2007) est notamment utilisé pour engendrer des réactions émotionnelles et cognitives chez les conducteurs, lesquelles sont susceptibles d’influencer des comportements routiers ultérieurs. Parmi ces réactions se trouvent des réponses empathiques qui se traduisent par le partage des émotions véhiculées et par la transposition dans le scénario publicitaire. Ces réponses et la façon dont elles interviennent dans le traitement de messages de prévention en sécurité routière axés sur une menace – un type de publicité où l’on tente justement de susciter de l’empathie – font l’objet de cette présente étude.

Cadre théorique

L’empathie : différentes perspectives

6Dérivée du mot grec eµπatia, l’empathie désignait jadis « souffrir avec », un sens qui est désormais attribué à la sympathie et avec laquelle l’empathie est souvent confondue (Wispe, 1986). Le terme empathie a été popularisé en psychologie à l’initiative du chercheur britannique Edward Bradford Titchener dans ses Lectures on the Experimental Psychology of the Thought Processes (1909, dans Brunel et Martiny, 2004). Il conçoit alors l’empathie comme un processus d’humanisation de l’environnement où l’individu perçoit et ressent les sentiments des autres. C’est cependant le développement des travaux du psychologue humaniste et théoricien Carl Rogers qui a permis les plus grandes avancées en matière d’empathie, l’instrument central de sa méthode de thérapie non directive centrée sur le client (Rogers, 1957, 1959) et qui donne un accès progressif au cadre de référence d’autrui « comme si » on était cette personne (Botteman, 2004).

7Deux approches distinctes ont été utilisées dans le processus définitionnel du concept d’empathie : l’approche cognitive (Dymond, 1950; Hogan, 1969; Ickes, 1993), dans laquelle on définit l’empathie davantage en termes d’acuité empathique, c’est-à-dire l’exactitude avec laquelle un individu infère le contenu des pensées et des sentiments d’autrui, et l’approche affective, où l’empathie est plutôt considérée comme un état émotionnel indirect et concordant à l’expérience émotive d’autrui (Mehrabian et Epstein, 1972; Stotland, 1969). La différence fondamentale entre les deux approches est que la première infère la reconnaissance des émotions et des pensées de l’autre par un processus de prise de perspective, alors que la seconde réfère au partage d’émotions. Le caractère essentiellement affectif ou cognitif de l’empathie est à l’origine d’un débat qui a longtemps eu cours entre les chercheurs s’y intéressant. Toutefois, il est aujourd’hui généralement admis qu’il s’agit d’un concept multidimensionnel qui arrime des composantes tant affectives que cognitives (Bagozzi et Moore, 1994; Batson, 1991; Campbell et Babrow, 2004; Cliffordson, 2001; Davis, 1980; Davis et al., 1987; Eisenberg et Strayer, 1987). La composante de l’empathie la plus largement admise est la capacité cognitive de « prise de perspective », laquelle réfère à l’habileté à se mettre à la place d’autrui et à adopter son point de vue, à reconnaître et à comprendre ses perceptions, ses pensées et ses émotions (Stiff et al., 1988). Pour sa part, la dimension affective de l’empathie conjugue deux composantes, soit une réponse émotionnelle vicariante (un partage d’affects) et un souci empathique, c’est-à-dire une tendance à se sentir préoccupé et compatissant envers autrui (Chory-Assad et Cicchirillo, 2005).

8Par ailleurs, à la lumière de l’abondante littérature scientifique consultée, force est de constater le manque de consensus relatif à la nature même de l’empathie entre ceux qui l’abordent comme un trait de personnalité et ceux qui la considèrent plutôt comme une réponse situationnelle à un stimulus donné. En effet, les premiers considèrent l’empathie comme une disposition durable et soutiennent que les individus se différencient par leur nature empathique plus ou moins forte (Davis, 1980, 1983, 2006; Gerdes, Lietz et Segal, 2011; Mehrabian et Epstein, 1972). Depuis cette approche dispositionnelle, l’empathie est définie en termes d’habileté et d’orientation personnelle. Les seconds l’entrevoient comme une réponse momentanée, un état – affectif ou cognitif – occurrent (Campbell et Babrow, 2004; Duan et Hill, 1996; Eisenberg et Fabes, 1990; Escalas et Stern, 2003). D’un côté, on reconnaît donc que certains individus se distinguent par leur niveau d’empathie et, de l’autre, on considère que l’état d’empathie est davantage situationnel qu’inhérent à un trait de personnalité spécifique.

Empathie et persuasion

9L’état des travaux portant spécifiquement sur le rôle de l’empathie dans le processus de persuasion demeure modeste. MacInnis et Jaworski (1989) sont parmi les rares à y avoir attribué un rôle précis dans le processus de réception de messages publicitaires, bien que cette considération ne soit pas à la base de leurs travaux et qu’elle ne concerne que le marketing commercial. Dans leur modèle à six niveaux du traitement de l’information publicitaire, les auteurs soutiennent que l’atteinte des plus hauts niveaux d’implication chez les récepteurs – une variable-clé dans le processus de persuasion – envers un produit annoncé nécessite des habiletés de projection de rôle et d’extrapolation issues de l’empathie. Le récepteur s’implique personnellement, s’incorpore à la situation, voire modifie le scénario proposé en fonction de sa propre vie.

10Les quelques études ayant traité de l’empathie dans un contexte de réception de publicités sociales tendent à démontrer une influence positive de l’empathie sur la formation d’attitudes favorables au changement de comportement escompté. Par exemple, Bagozzi et Moore (1994) ont notamment mis en exergue le rôle des réponses empathiques engendrées par l’exposition à des publicités contre les abus d’enfants sur l’intention des récepteurs de se conformer aux recommandations prescrites. Griffin et al. (1993) se sont quant à eux intéressés aux réponses engendrées par des stratégies liées à la charité et ont, entre autres, noté que ressentir de l’empathie menait davantage à un comportement charitable. Shelton et Rogers (1981) ont démontré l’effet de l’empathie sur l’intention de comportement prosocial face à des messages de Greenpeace portant sur la thématique de la maltraitance des baleines. Pour leur part, dans leur modèle de formation d’attitude envers une publicité sociale à caractère dramatique, Escalas et Stern (2003) expliquent que la sympathie et l’empathie sont interreliées dans un processus de persuasion hiérarchique menant ultimement au changement d’attitude et que, pour autant que le récepteur se sente impliqué par le message, l’empathie qu’il ressent constitue la réaction la plus susceptible d’influencer positivement les attitudes envers la publicité et ce qu’elle promeut.

11À notre connaissance, aucun chercheur n’a explicitement étudié l’interaction entre les dispositions empathiques (trait de personnalité) et la réponse situationnelle d’empathie générée par un message publicitaire, bien que certaines suppositions aient été émises à cet effet. Par exemple, il est présumé qu’un individu possédant de fortes dispositions empathiques sera plus enclin à déployer des réponses empathiques en présence d’un stimulus donné (par ex. : une publicité sociale à caractère dramatique) qu’un autre chez qui ces dispositions sont faibles : « for any given stimulus, empathy is assumed to be aroused if a participant has a higher than average general propensity toward this sort of reaction; it is assumed to be absent if the participant has lower than average general trait empathy » (Campbell et Babrow, 2004, p. 151). Sans en faire une hypothèse – notre étude étant davantage de nature exploratoire –, nous souhaitons voir si cette proposition s’avère dans le contexte précis de réception de messages de prévention en sécurité routière axés sur la menace.

Empathie virtuelle

12Bien que certains chercheurs se soient intéressés à l’empathie dans un contexte médiatique, il demeure qu’elle a majoritairement été étudiée au regard d’interactions directes. Certes, l’interaction directe entre des individus n’est pas de la même nature que l’interaction entre un récepteur et un contenu médiatique, ne serait-ce que par la présence d’un filtre impersonnel qui les sépare. Pour rendre compte de l’empathie ressentie à l’égard de contenus médiatisés, nous avons proposé, dans le cadre de travaux antérieurs (Daignault, 2007; Daignault et Paquette, 2009; Reny Delisle, 2013), le terme d’empathie virtuelle, qui qualifie la relation entre un récepteur et un contenu médiatisé et pour lequel nous avons élaboré un outil de mesure (voir section méthodologique). Ainsi, l’empathie virtuelle correspond à la capacité d’un récepteur à prendre la perspective d’un protagoniste ou d’un individu présenté dans les médias, à se projeter dans sa situation, à ressentir et à comprendre ses émotions tout en gardant conscience de lui-même. L’empathie virtuelle est un type d’empathie qui, sans différer du concept psychologique quant aux processus et aux déterminants qui les sous-tendent, s’en distingue par le contexte (médiatique) dans lequel elle s’inscrit. Le concept novateur d’empathie virtuelle – qui rend la notion psychologique d’empathie propre au domaine de la communication – est donc mieux adapté à l’étude de son influence dans un contexte médiatique, qui plus est dans celui de la persuasion publicitaire. L’outil de mesure élaboré pour en rendre compte est d’ailleurs spécifiquement conçu pour mesurer la capacité à ressentir de l’empathie dans différentes situations de réception médiatique plutôt que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

13L’objectif principal de cette recherche consiste à examiner le lien entre le trait de personnalité d’empathie virtuelle et les réponses empathiques générées dans un contexte de réception de messages de prévention de sécurité routière axés sur la menace et produits tant au Québec qu’en France et à explorer la manière dont ces réponses interviennent dans le traitement de l’information. La réception publicitaire est ici évaluée sur le plan de l’intensité des réponses empathiques – tant au regard de leur dimension affective que de leur dimension cognitive – et du type de pensées générées.

14En outre, notre étude comporte les deux sous-objectifs suivants :

  1. Observer l’importance relative de chacune des dimensions de la réponse empathique (affective vs cognitive).

  2. Examiner l’influence du contexte de production (Québec vs France) sur la réception des messages à l’étude.

  • 2 Toutes les études consultées ont trait à l’anglais. Aucune des études consultées ne portent sur l’i (...)

15Ce dernier sous-objectif, secondaire à la présente étude, émane des travaux – majoritairement ancrés en marketing commercial – portant sur l’impact du pays d’origine d’un message publicitaire et de l’accent de ses protagonistes sur le traitement de l’information et la persuasion. Sans faire état de l’abondante littérature à ce sujet, soulignons brièvement que le pays d’origine d’un message ou d’un produit influence notamment l’évaluation qu’en font les récepteurs et, ultimement, leur décision d’achat (Balabanis et Diamantopoulos, 2004; Gürhan-Canli et Maheswaran, 2000; Verlegh et Steenkamp, 1999). D’autres études ont plus spécifiquement démontré les effets de l’accent d’un protagoniste mis en scène sur la mémorisation et l’évaluation de la marque (Morales, Scott et Yorkston, 2012), sur les intentions d’achat (DeShields et De los Santo, 2000) et sur la crédibilité et la similarité perçues de la source (Brown, Giles et Thakerer, 1985; Lev-Ari et Keysar, 2010; Stafford, Thomas et Day, 2002)2. Par exemple, les individus tendent à développer des attitudes plus positives à l’égard d’une source partageant un accent similaire qu’à l’égard d’une autre à l’accent étranger (Lev-Ari et Keysar, 2010). L’accent influence positivement la similarité perçue entre le récepteur et la source (Lalwani, May et Kuah, 2005). Dans le cadre de notre étude, nous présumons que les publicités françaises sont susceptibles d’engendrer des réponses empathiques moins élevées que les publicités québécoises, notamment en raison de la différence d’accent.

Méthode

16Notre étude été réalisée en deux temps. D’abord, nous avons distribué à un échantillon d’étudiants universitaires un questionnaire permettant de mesurer le trait d’empathie virtuelle, de manière à pouvoir attribuer un score individuel d’empathie. Dans un second temps, ces mêmes participants ont été conviés à une séance durant laquelle ils ont été exposés à des messages de prévention en sécurité routière axés sur la menace et produits tant au Québec qu’en France. Les détails de chacune des deux phases sont présentés dans les sections suivantes.

Phase I

17Tel que mentionné précédemment, la première phase de l’étude a permis la passation d’une échelle de mesure du degré d’empathie virtuelle (trait de personnalité), à laquelle nous avons ajouté certains indicateurs sociodémographiques. Des scores individuels d’empathie virtuelle ont été calculés à partir de la moyenne des réponses de l’ensemble des 60 items de l’échelle. Nous supposions que les participants plus empathiques réagiraient davantage – en termes de réponses empathiques (partage émotionnel et prise de perspective) – aux publicités présentées comparativement aux participants moins empathiques.

Échelle d’empathie virtuelle

18Dans le cadre de deux études antérieures (Daignault, 2007; Reny Delisle, 2013], une échelle à 5 points de type Likert (allant de Cela m’arrive 0 = jamais à 4 = toujours) a été développée en vue de mesurer le trait de personnalité d’empathie en contexte spécifique de réception médiatique. Cette échelle a été élaborée en conservant la structure conceptuelle qui combine les dimensions cognitives et affectives de l’empathie interpersonnelle.

19L’instrument est partiellement basé sur des outils de mesure existants et validés dans la littérature. Il s’agit du Interpersonal Reactivity Index (IRI) de Davis (1980; 1983) et du Empathy Assessment Index (EAI) de Gerdes, Lietz et Segal (2011) dont les énoncés ont été adaptés au contexte médiatique actuel en vue d’en refléter la diversité et différentes situations où le récepteur est susceptible de se projeter et de ressentir les émotions qui y sont véhiculées. L’instrument a été prétesté et validé (alpha de Cronbach = 0,857). Il comporte 60 énoncés d’empathie virtuelle, soit 30 inhérents à sa dimension cognitive et 30 relatifs à sa dimension affective. Par exemple, un énoncé tel que « Quand je vois une publicité télévisée à caractère dramatique (ex. : scènes d’un accident causé par l’alcool au volant), je ne parviens pas à m’imaginer comment je me sentirais si les mêmes choses m’arrivaient » correspond à la dimension cognitive, alors que l’énoncé « Je suis ému ou touché quand je vois des personnes qui souffrent dans les publicités télévisées qui dénoncent des conduites malsaines (ex. : alcool ou vitesse au volant) » correspond plutôt à la dimension affective. Ces énoncés sont directement liés à la réception de publicités sociales.

Participants et procédure

20En tout, 104 étudiants âgés de 19 à 31 ans (M = 21,68; ÉT = 2,01) d’un cours de 1er cycle en communication publique de l’Université Laval, à Québec, ont consenti à répondre au questionnaire qui incluait les 60 items de l’échelle d’empathie virtuelle et des questions sociodémographiques. Cet échantillon est composé de 79 femmes et de 25 hommes. Ils ont été recrutés dans le cadre d’un cours de premier cycle en communication publique de l’Université Laval. Leur participation était volontaire et aucune compensation n’a été octroyée. Avant la passation du questionnaire, les participants ont été informés de la seconde phase de l’étude qui aurait lieu trois semaines plus tard et ils ont été invités à y participer en remplissant une feuille jointe au questionnaire. L’objectif précis de la recherche n’a été dévoilé qu’au terme de sa seconde phase afin de ne pas orienter les réponses des participants. Sur les 104 répondants du questionnaire, 75 ont manifesté leur intérêt à participer à la seconde phase de l’étude, décrite ci-après.

Phase II

21La seconde phase de l’étude consistait en la projection sur grand écran de six publicités en sécurité routière axées sur la menace, et ce, afin d’évaluer les réponses empathiques (dimensions affective et cognitive) et le type de pensées générées (traitement de l’information). Pour permettre à tous les intéressés de participer, nous avons organisé huit séances qui se sont étalées sur quatre jours.

Participants

22Sur les 75 participants de la première phase ayant manifesté leur intérêt à participer à la seconde phase, 63 d’entre eux se sont présentés à l’une des huit séances organisées, lesquelles variaient de 5 à 12 participants. L’échantillon est composé d’une majorité de femmes, soit 52 par rapport à 11 hommes. Cela reflète la composition des programmes de 1er cycle en communication publique de l’Université Laval. La moyenne d’âge est de 21,4 ans (ÉT = 1,77).

Stimuli

23Deux codeurs ont visionné et évalué une trentaine de messages de prévention en sécurité routière en langue française, produits pour la télévision depuis 2007 – année de la sécurité routière – et axés sur la présentation d’une menace. Les critères retenus pour la sélection de six messages, soit trois produits au Québec et trois produits en France, étaient la durée (30 secondes), le thème, la mort comme principale menace et le réalisme de la situation (les publicités misant sur des analogies symboliques ou des métaphores ont été écartées). Ces critères ont permis de limiter les disparités entre les messages québécois et français. Trois problématiques ont été retenues, soit la vitesse (2), l’alcool (2) et la distraction causée par l’utilisation du téléphone cellulaire au volant (2). Dans leur bilan critique des stratégies de communication des campagnes sur la sécurité routière, Frenette et al. (2015) ont d’ailleurs identifié ces trois thématiques comme étant les principaux enjeux en sécurité routière des dernières années. Les six publicités retenues mettent en scène les conséquences négatives – la mort – d’une conduite dangereuse au sein d’une mise en scène réaliste et professionnelle.

Mesure 1 : évaluation continue

24La technique de l’évaluation continue est une mesure appréciative permettant d’évaluer la réponse simultanée des participants lors de l’exposition à un message. Cette réponse est mesurée grâce à un appareil muni d’un bouton rotatif et d’un cadran lumineux indiquant la valeur sélectionnée (par exemple, de 0 à 100). Les systèmes d’évaluation continue sont particulièrement appropriés à l’analyse de la réception et du traitement de messages dynamiques tels les films, les émissions de télévision et, dans le cas qui nous concerne, les messages publicitaires. Cette technique de recherche a été utilisée dans le domaine des communications, surtout pour évaluer l’attention portée à un message, l’évaluation (positive-négative) de celui-ci, le traitement sémantique de l’information perçue et la persuasion qui en résulte (Biocca, David et West, 1994). Cependant, la dimension mesurée dépend de la consigne donnée. Dans le cadre de notre étude, nous y référons comme une mesure des dimensions affective et cognitive de la réponse empathique ressentie envers le contenu des messages présentés (voir procédure). La nature simultanée et continue de la mesure permet de collecter plusieurs dizaines de données par personne et par publicité.

Mesure 2 : listage d’idées

25La tâche de listage de pensées est issue de l’approche des réponses cognitives, d’abord développée par Greenwald (1968) puis introduite dans le domaine publicitaire par Wright (1973). Elle exige du récepteur qu’il fasse la liste – ici, la liste écrite – des pensées suscitées par un message durant la phase d’exposition. Les pensées colligées sont ensuite segmentées, analysées et catégorisées à partir de catégorisations existantes répertoriées dans la littérature ou adaptées aux besoins précis de l’étude. Certaines catégorisations se limitent à la polarité des énoncés (positif, négatif, neutre), alors que d’autres rendent compte de types précis de réponses cognitives. Par exemple, Wright (1973) a défini le contre-argument et la corroboration comme principaux types d’énoncés cognitifs permettant d’évaluer le degré d’acceptation d’une publicité commerciale.

26Ainsi, l’impact persuasif d’un message serait prioritairement déterminé par la quantité et la nature des réflexions que les individus génèrent en réaction aux informations présentées (Petty et Cacioppo, 1981). Plus la quantité de réponses favorables au message est élevée et plus ces réponses sont élaborées, plus l’impact persuasif est élevé. À l’inverse, un message qui génère des pensées défavorables, tels des contre-arguments, est plutôt associé à une résistance à la persuasion. En somme, ce sont les pensées autogénérées par le récepteur au cours de l’exposition, définies selon leur valence et leur quantité, qui médiatisent la persuasion (Fourquet-Courbet et Courbet, 2004). Dans le cadre de notre étude, nous avons eu recours à la technique du listage d’idées pour examiner la nature des pensées (type, quantité et valence) générées en réaction aux publicités présentées. Une attention particulière a été portée aux pensées empathiques, pour lesquelles des catégories spécifiques ont été élaborées. Notre grille de catégorisation, partiellement inspirée de celle de Wright (1973), est présentée ultérieurement, dans la section des résultats (Tableau 6).

Procédure

27Les participants devaient d’abord signer un formulaire assurant la confidentialité des informations recueillies. Ils étaient ensuite informés du déroulement de la séance, d’une durée de 45 minutes. Afin de leur permettre de se familiariser avec le système d’évaluation continue, les participants ont été invités à prendre l’appareil d’une main et à tourner le bouton rotatif de l’autre, de manière à atteindre la valeur maximale de 100, la valeur médiane de 50 et la valeur minimale de zéro. Nous leur avons alors rappelé l’importance de ramener le bouton à zéro entre la présentation de chacune des publicités. La procédure a été uniformisée pour l’ensemble des huit séances. Nous avons cependant fait varier l’ordre de présentation des publicités de manière à minimiser le biais lié à leur position séquentielle.

28L’ensemble des publicités était présenté à deux reprises sur un grand écran afin d’évaluer les dimensions affective et cognitive de la réponse empathique. Un avertissement quant à la nature choquante de certaines publicités précédait le premier visionnement, durant lequel les participants devaient indiquer, à l’aide du bouton rotatif de l’appareil d’évaluation continue, à quel point ils ressentaient les émotions véhiculées dans les messages publicitaires (0 = pas du tout; 100 = énormément), et ce, au fur et à mesure de leur déroulement. S’ils ne ressentaient rien, nous leur spécifions de laisser le cadran à zéro. Un chronomètre de dix secondes défilait à l’écran à la suite de chacune des publicités afin que les participants puissent ramener le bouton à zéro. Il s’agissait donc ici de mesurer la dimension affective de l’empathie.

29Lors du second visionnement, afin de mesurer la dimension cognitive de l’empathie, les participants recevaient comme consigne d’indiquer à quel point ils se projetaient dans les évènements présentés (0 = pas du tout; 100 = énormément), et ce, au fur et à mesure de leur déroulement. En outre, à la suite de chaque publicité, ils devaient écrire, sur un feuillet préparé à cet effet, toute pensée spontanée ayant surgi durant le visionnement, sans toutefois qu’il y ait une obligation d’écrire. Un chronomètre de 60 secondes apparaissait à l’écran pour permettre aux participants d’écrire leurs pensées et de ramener le bouton de la manette à zéro. À la fin de la séance, nous expliquions plus en détail l’objectif de l’étude.

Résultats et discussion

30Rappelons que l’objectif principal de cette étude est d’examiner le lien entre le trait de personnalité d’empathie virtuelle et les réponses empathiques (dimensions affective et cognitive) générées dans un contexte de réception de messages de prévention en sécurité routière axés sur la menace et produits tant au Québec qu’en France et d’explorer le type de pensées qui résultent de leur exposition. Toutes les données ont été analysées avec le logiciel d’analyses quantitatives SPSS (version 22). Le seuil de signification a été établi à 0,05 pour l’ensemble des tests effectués.

Phase I : échelle d’empathie virtuelle

31Dans un premier temps, à partir des réponses obtenues sur l’échelle d’empathie virtuelle auprès de nos 104 participants, nous avons calculé trois scores distincts par sujet : 1) un score lié à la dimension affective de l’empathie, qui correspond à la moyenne des réponses données aux 30 questions relatives à cette dimension précise (M = 2,53; min. = 1,00; max. = 3,33; ÉT = 0,45); 2) un score lié à la dimension cognitive de l’empathie, soit la moyenne des réponses aux 30 questions portant sur la prise de perspective (M = 2,64; min. = 1,83; max. = 3,67; ÉT = 0,32); 3) un score global d’empathie virtuelle calculé à partir de la moyenne de l’ensemble des réponses de l’échelle (M = 2,58; min. = 1,49; max. = 3,45; ÉT = 0,33).

32Le Tableau 1 illustre la distribution de notre premier échantillon (N = 104) en fonction des trois scores dimensionnels d’empathie virtuelle et selon le sexe. Des tests-t pour échantillons indépendants ont été effectués et permettent de constater des différences statistiquement significatives entre les hommes et les femmes – ces dernières étant globalement plus empathiques [t(103) = 3,70, p < .000]. Ces résultats, qui doivent être interprétés avec prudence étant donné le faible nombre d’hommes (25) dans notre échantillon, vont dans le sens de ceux relevés dans la littérature sur l’empathie en général et, plus spécifiquement, sur l’empathie en contexte médiatique (D’Ambrosio et al., 2009; Jolliffe et Farrington, 2006; Lawrence et al., 2004; Reiners et al., 2011).

Tableau 1. Moyennes d’empathie virtuelle (EV) selon le sexe

Tableau 1. Moyennes d’empathie virtuelle (EV) selon le sexe

Phase II : réponses empathiques

33Tel que mentionné précédemment, lors de la première exposition publicitaire, les participants devaient évaluer sur une échelle de 0 à 100, au fur et à mesure de l’exposition, à quel point ils ressentaient les émotions véhiculées dans les six publicités présentées. Au second visionnement, les sujets devaient plutôt indiquer, sur la même échelle, à quel point ils se projetaient dans les évènements présentés. L’appareil d’évaluation continue a collecté une donnée par seconde, par participant.

Liens entre l’empathie virtuelle et la réponse empathique

34À l’instar des données issues de l’échelle d’empathie virtuelle, les réponses empathiques générées par l’ensemble des publicités ont été regroupées en trois scores dimensionnels moyens (affectif, cognitif, score global) par sujet (N = 63), tel que l’expose le Tableau 2. La taille restreinte de notre échantillon limitait l’étendue des possibilités d’analyse pour examiner le lien supposé entre le trait d’empathie virtuelle et la réponse empathique. Pour ce, nous avons effectué des corrélations entre chacun des trois scores dimensionnels d’empathie virtuelle et les scores de réponses empathiques correspondants (Tableau 3). À l’aune des résultats dégagés, on ne peut conclure à une relation statistiquement significative entre les deux formes d’empathie évaluées dans notre étude, ce qui ouvre la voie à l’idée d’une indépendance potentielle entre l’empathie virtuelle comme trait de personnalité et l’empathie ressentie dans un contexte de réception publicitaire. La mise à l’épreuve de cette supposition auprès d’un plus grand échantillon représentatif de la population pourrait permettre de répondre partiellement au débat concernant la nature de l’empathie en proposant la possibilité que ses deux principales conceptions ne soient pas liées dans un contexte de réception publicitaire. Ainsi, il est possible que l’empathie comme disposition individuelle ne soit pas une condition essentielle au déclenchement de réponses empathiques dans le processus de réception publicitaire. Dans la mesure où ces réponses sont positivement liées à l’efficacité persuasive d’un message publicitaire (Bagozzi et Moore, 1994; Griffin et al., 1993; Shelton et Rogers, 1981), d’autres facteurs susceptibles de les optimiser pourront faire l’objet d’investigations ultérieures.

Tableau 2. Scores dimensionnels des réponses empathiques (RE) pour l’ensemble des publicités

Tableau 2. Scores dimensionnels des réponses empathiques (RE) pour l’ensemble des publicités

Tableau 3. Corrélations r de Pearson entre l’empathie virtuelle (EV) et la réponse empathique (RE)

Tableau 3. Corrélations r de Pearson entre l’empathie virtuelle (EV) et la réponse empathique (RE)

Dimensions affective et cognitive de la réponse empathique

35Au fur et à mesure de l’exposition publicitaire, les participants devaient indiquer, sur une échelle de 0 à 100, à quel point ils ressentaient les émotions véhiculées, puis, lors d’une seconde exposition, à quel point ils se projetaient dans les évènements présentés, ce qui a permis d’évaluer respectivement les dimensions affective (partage émotionnel) et cognitive (prise de perspective) de la réponse empathique. Rappelons que l’un des sous-objectifs de cette étude est d’examiner l’importance relative de chacune des dimensions de la réponse empathique dans la réception publicitaire. À l’aide de tests-t, nous avons comparé les deux moyennes dimensionnelles de la réponse empathique, et ce, pour chacun des trois thèmes (vitesse, alcool, téléphone cellulaire). Tel que l’illustre le Tableau 4, nos analyses mettent en exergue une différence statistiquement significative entre les moyennes relatives au partage émotionnel et celles inhérentes à la prise de perspective, celles-ci étant plus élevées à l’égard de la majorité des publicités, soit celles portant sur la vitesse [t(62) = 2,83, p < .005] et celles portant sur l’utilisation du téléphone cellulaire au volant [t(62) = -4,072, p < .000]. Ainsi, il semble que les participants de notre échantillon aient eu une plus grande propension à se projeter dans les évènements présentés (prise de perspective) qu’à partager les émotions véhiculées dans ces quatre publicités. Certes, ce résultat pourrait s’expliquer par des différences dans l’intensité de la charge émotionnelle des messages présentés – une publicité moins chargée pouvant limiter la capacité de partage émotionnel. Or il demeure intéressant d’un point de vue de communication persuasive et mérite d’être exploré davantage auprès d’un plus large échantillon, notamment en raison de ses implications pratiques. En effet, s’il s’avère plus facile de s’imaginer à la place du et ou des protagoniste(s) mis en scène qu’à ressentir leurs émotions, il serait pertinent d’examiner plus en profondeur les éléments publicitaires susceptibles de favoriser et, à l’inverse, de freiner cette transposition dans le scénario, de manière à optimiser les réponses empathiques et, ultimement, le changement d’attitude et de comportement escompté. Parmi les freins potentiels, nous proposons des différences perçues dans les codes culturels présentés, particulièrement dans l’accent du ou des protagonistes. L’influence du contexte de production sur les réponses empathiques fait l’objet de la prochaine section.

36

Tableau 4. Différence de moyennes entre les dimensions affective et cognitive de la réponse empathique (RE)

Tableau 4. Différence de moyennes entre les dimensions affective et cognitive de la réponse empathique (RE)

Contexte de production

37Le second sous-objectif de notre recherche consiste à examiner l’influence potentielle du contexte de production (Québec vs France) sur l’intensité des réponses empathiques. Prenant appui sur la littérature inhérente à l’influence de la culture – plus précisément de l’accent – sur le traitement de l’information, nous avançons que les publicités françaises sont susceptibles de créer une distance entre le récepteur québécois et le ou les protagonistes mis en scène dans ces publicités, nuisant par conséquent aux processus de partage émotionnel et de prise de perspective relatifs à la réponse empathique. Pour le savoir, nous avons procédé à des tests-t à partir des moyennes de réponses empathiques par publicité et avons analysé les réponses cognitives issues de la tâche du listage d’idées, lesquelles sont présentées dans la section suivante.

38Globalement, et tel que le présente le Tableau 5, les réponses empathiques de nos participants à l’égard des trois publicités québécoises ont été significativement plus élevées (M = 30,93) que celles relatives aux publicités françaises [M = 22,67; t(62) = 6,248, p < .000]. Cette différence est plus particulièrement attribuable à la dimension cognitive de la réponse empathique, pour laquelle les publicités françaises n’obtiennent qu’un score moyen de 19,91, comparativement à 34,57 pour les messages québécois [t(62) = 8,426, p < .000]. Même si d’autres facteurs que le contexte de production ont pu influencer l’intensité des réponses empathiques, nous estimons que la différence entre les moyennes est suffisamment élevée pour qu’on puisse sérieusement considérer le contexte de production comme facteur pouvant optimiser ou freiner la capacité de projection dans un scénario publicitaire. C’est également ce que l’analyse de contenu des réponses cognitives a permis de mettre en exergue, tel que nous le présenterons dans la prochaine section. Ainsi, il pourrait s’avérer judicieux de privilégier des messages qui, pour favoriser cette transposition, présentent des codes culturels communs. Le fait que des récepteurs québécois ont eu une plus grande capacité à se projeter dans un message québécois rappelle l’importance à accorder au public cible dans la conception et la présentation des messages, a fortiori dans le domaine de la sécurité routière où l’environnement de conduite (par exemple, conducteur à gauche vs à droite) est susceptible de varier selon le lieu de production.

Tableau 5. Réponse empathique (RE) selon le lieu d’origine

Tableau 5. Réponse empathique (RE) selon le lieu d’origine

Réponses cognitives

39Une analyse de contenu a été effectuée sur l’ensemble des pensées générées par les six publicités. Les cognitions ont été segmentées en énoncés (une idée par énoncé), puis classées dans une grille de catégorisation partiellement inspirée de celles de Wright (1973) en ce qui a trait au contre-argument et à la corroboration. Nous avons cependant ajouté plusieurs catégories pour mieux rendre compte de la diversité des cognitions susceptibles d’être évoquées, particulièrement lorsqu’elles ont trait à l’empathie. Ainsi, nos catégories (Tableau 6) vont d’un simple rappel d’un élément du message à l’intention de se conformer ou non au comportement prescrit, en passant par des jugements, des corroborations, des contre-arguments, des connexions (c’est-à-dire établir un lien entre des éléments du message et sa propre vie), des projections positives (capacité à se projeter dans le scénario) et négatives (incapacité à se projeter) et des manifestations émotionnelles concordantes avec l’émotion véhiculée (décrire l’émotion ressentie). Cette dernière catégorie, conjuguée aux projections positives, constitue des réponses empathiques. Les connexions positives ont aussi été considérées comme étant inhérentes à l’empathie puisqu’elles indiquent une identification à un élément du message (par ex. : « je me sens concerné puisque je texte moi aussi au volant »). Les réponses cognitives ont non seulement fait l’objet d’une analyse en fonction de leur nature, mais également en fonction de leur polarité (positif, négatif), pour les catégories qui s’y prêtaient (jugements, connexions, projections, intentions comportementales). Chacune des catégories est associée à un effort cognitif plus ou moins élevé. Par exemple, il est moins exigeant, sur le plan cognitif, d’émettre un simple rappel d’un élément du message (par ex. : « texto au volant ») que d’argumenter en faveur de la proposition principale (corroboration) ou que de signaler sa ferme intention d’adhérer au comportement recommandé, ce qui indiquerait une forte implication cognitive, soit la tendance à réfléchir au contenu du message (Daignault, 2007). Dans cet article, nous avons privilégié le type de pensées générées plutôt que le degré d’implication cognitive, bien que nous puissions l’inférer à partir des catégories dominantes de réponses cognitives.

40Nous avons créé la catégorie « autres » pour tous les commentaires qui ne correspondaient pas aux catégories mentionnées ci-haut – notamment les constats généraux quant à la problématique représentée (par ex. : « ça arrive souvent ») et les descriptions détaillées (par ex. : « le personnage a du plaisir à raconter son histoire ») – ou pour ceux sans polarité manifeste (par ex. : « publicité classique de prévention »). Le Tableau 6 présente la grille de catégorisation utilisée avec des exemples directement tirés de cette étude.

Tableau 6. Grille de catégorisation des réponses cognitives

Tableau 6. Grille de catégorisation des réponses cognitives

41En tout et tel que le Tableau 7 le présente, 1 263 réponses cognitives ont été émises par les 63 participants de notre échantillon, soit 708 à l’égard des publicités québécoises (56,1 %) et 555 à l’égard des publicités françaises (43,9 %). La majorité des énoncés consistent en des jugements (26,3 %) – une catégorie de réponse associée à un faible effort cognitif –, des corroborations (15,1 %), lesquelles indiquent une implication cognitive plus importante, et des réponses empathiques, qui combinent les manifestations émotionnelles concordantes à l’émotion véhiculée, les projections positives et les connexions positives (24,6 %). La présence de celles-ci est peu étonnante, puisqu’elles sont orientées par les consignes données aux participants lors de l’évaluation continue, lesquelles étaient explicitement liées au partage émotionnel et à la prise de perspective. D’autres études permettront de vérifier si ce type de réponses participe au processus de traitement de l’information publicitaire sans qu’aucun indice ne permette de les déclencher.

42Toujours concernant les réponses empathiques, soulignons qu’à l’instar des résultats présentés précédemment, les participants ont été plus interpellés par les publicités québécoises (219 réponses) que par les publicités françaises (91 réponses). Un test-t pour échantillons indépendants confirme que la différence est statistiquement significative [t(62) = 2,971, p < .004]. Proportionnellement à leur pendant québécois, les publicités françaises ont par ailleurs suscité davantage de pensées négatives, parmi elles, des connexions et des projections négatives relatives au contexte de production et à l’accent français. Par exemple, le participant #18 écrit : « difficile de m’identifier à cause de l’accent », alors que la participante #10 réfère au protagoniste en disant : « pas interpellée par le personnage français ». Ces commentaires appuient les résultats de l’évaluation continue quant à la plus faible propension des sujets à se projeter dans les publicités françaises et abondent dans le sens de la littérature consultée quant à l’influence de l’accent sur la similarité perçue entre le récepteur et la source (Lalwani, May et Kuah, 2005; Lev-Ari et Keysar, 2010).

43Tel que nous l’avons mentionné précédemment, d’autres variables sont susceptibles d’expliquer ce résultat, notamment le fait que les messages à l’étude n’aient pas forcément le même potentiel empathique ni la même charge émotionnelle, et ce, bien que la menace (la mort) soit la même. Il demeure qu’en combinant les résultats issus des deux méthodes utilisées dans le cadre de cette étude – l’une quantitative et l’autre partiellement qualitative, soit l’analyse du contenu des réponses cognitives, dont celles relatives à l’empathie – la différence culturelle perçue, particulièrement à égard à l’accent, est une explication plausible à la plus faible capacité de projection des récepteurs québécois dans les scénarios publicitaires français. Il serait intéressant de voir si l’inverse s’avère aussi, soit la plus faible réponse empathique des Français à l’égard de messages publicitaires québécois.

Tableau 7. Distribution de fréquences des réponses cognitives selon le lieu d’origine

Tableau 7. Distribution de fréquences des réponses cognitives selon le lieu d’origine

Conclusion

44Malgré les limites méthodologiques inhérentes à l’utilisation d’un échantillon non probabiliste de taille réduite et au sein duquel les femmes sont surreprésentées, notre étude constitue néanmoins une contribution significative à la littérature encore modeste portant sur le rôle de l’empathie dans la réception de publicités sociales, plus spécifiquement, ici, de messages de prévention en sécurité routière axés sur une stratégie menaçante. D’une part, elle met en exergue une potentielle indépendance entre le trait de personnalité d’empathie virtuelle et les réponses empathiques générées à l’égard des messages étudiés. En effet, les participants les plus empathiques (trait d’empathie virtuelle) n’ont pas réagi de manière plus empathique (réponse) envers les publicités présentées. Ce constat mérite d’être approfondi davantage auprès d’un plus large échantillon de récepteurs afin de creuser l’idée de l’indépendance entre les deux conceptions de l’empathie dans un contexte de réception publicitaire. Ainsi, il pourrait s’avérer possible de susciter des réponses empathiques envers des contenus médiatisés chez des récepteurs n’ayant pas nécessairement un trait d’empathie virtuelle élevé.

45D’autre part, en ce qui a trait aux réponses empathiques, les messages de prévention portant sur la vitesse et l’utilisation du cellulaire au volant ont généré en moyenne plus de pensées liées à la prise de perspective, tel qu’en témoignent les résultats relatifs à la dimension cognitive de la réponse empathique. Le fait que les participants aient eu une plus grande facilité à se projeter dans les évènements présentés qu’à partager les émotions véhiculées offre une avenue de recherche intéressante, soit l’étude des conditions susceptibles de favoriser la prise de perspective. Dans une recherche future, il serait pertinent d’examiner les éléments d’un message pouvant encourager ou limiter la transposition des récepteurs dans le scénario publicitaire afin de favoriser les réponses empathiques, lesquelles sont susceptibles de se refléter positivement sur le changement d’attitude et de comportement souhaité.

46Par ailleurs, à la lumière des résultats issus de l’analyse des réponses empathiques et des pensées spontanées, il semble que le contexte de production agisse comme une variable d’influence non négligeable de la prise de perspective. En effet, les réponses empathiques des participants – plus précisément celles liées à la dimension cognitive – à l’égard des trois publicités québécoises ont été plus élevées que celles relatives aux publicités françaises. Même si d’autres facteurs que le contexte de production ont pu influencer l’intensité de ces réponses, nous estimons qu’il s’agit d’un facteur pouvant jouer sur la capacité de projection dans un scénario publicitaire. C’est également ce que l’analyse de contenu des pensées spontanées a permis de mettre en évidence. Ainsi, il pourrait s’avérer judicieux de privilégier des messages qui, pour favoriser la transposition des récepteurs dans le scénario publicitaire, présentent des codes culturels communs, ce qui n’est pas sans rappeler l’importance à accorder au public cible dans la conception publicitaire, a fortiori dans le domaine de la sécurité routière. Plus largement, il pourrait être intéressant d’étendre et d’examiner cette considération dans un contexte de réception d’autres types de contenus médiatisés liés à la sécurité routière ou à d’autres problématiques de santé publique.

47Concernant l’analyse de contenu des pensées spontanées, rappelons qu’à l’instar des résultats issus de la technique d’évaluation continue, les participants ont été plus interpellés par les publicités québécoises que par les publicités françaises, celles-ci ayant aussi généré plus de pensées négatives indicatives d’une résistance à la persuasion, dont plusieurs ont trait à la difficulté à s’identifier en raison de l’accent. Ces résultats rejoignent les conclusions des travaux abordés précédemment et portant sur l’influence de l’accent sur la similarité perçue entre le récepteur et le ou les protagonistes mis en scène. Ils mettent en évidence l’importance de la similarité perçue pour engendrer un sentiment de proximité et d’empathie et, ultimement, pour favoriser un changement comportemental. Une analyse qualitative plus fine permettrait d’identifier d’autres éléments susceptibles d’optimiser ou de freiner la réponse empathique chez les récepteurs de publicités sociales en sécurité routière.

48Enfin, bien que nous nous intéressions spécifiquement à l’empathie générée par les messages à l’étude, une variable peu étudiée au regard de la persuasion publicitaire, nous reconnaissons que d’autres variables participent au processus de changement de comportement. Par exemple, il est généralement admis que l’intention comportementale constitue la variable d’influence du comportement la plus importante, tel qu’en témoigne l’abondante littérature à ce sujet. Les individus plus empathiques (trait) ont-ils davantage l’intention de se conformer au comportement prescrit dans une publicité sociale, dont les messages de prévention en sécurité routière? L’intensité des réponses empathiques est-elle liée à une plus grande intention comportementale? Ces questions pourront faire l’objet de travaux futurs.

Haut de page

Bibliographie

Batson, C. D. (1991). The altruism question: Toward a social-psychological answer. Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Bagozzi, R. P. et Moore, D. J. (1994). Public service advertisements: Emotions and empathy guide prosocial behavior. The Journal of Marketing, 58(1), 56-70.

Balabanis, G. et Diamantopoulos, A. (2004). Domestic country bias, country-of-origin effects, and consumer ethnocentrism: A multidimensional unfolding approach. Journal of the Academy of Marketing Science, 32(1), 80-95.

Biocca, F., David, P. et West, M. (1994). Continuous response measurement (CRM): A computerized tool for research on the cognitive processing of communication messages. Dans A. Lang (dir.), Measuring Psychological Responses to Media (p. 15-64). Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Botteman, A. E. (2004). Un testament de Carl Rogers?. Carriérologie, 9(3), 447-464.

Brown, B. L., Giles, H. et Thakerer, J. N. (1985). Speaker evaluations as a function of speech rate, accent, and context. Language and Communication, 5, 207-220.

Brunel, M.-L. et Martiny, C. (2004). Les conceptions de l’empathie avant, pendant et après Rogers. Carriérologie, 9(3), 473-500.

Campbell, R. G. et Babrow, A. S. (2004). The role of empathy in responses to persuasive risk communication: Overcoming resistance to HIV prevention messages. Health Communication, 16(2),159-182.

Chory-Assad, R. M. et Cicchirillo V. (2005). Empathy and affective orientation as predictors of identification with television characters. Communication Research Reports, 22(2), 151-156.

Cliffordson, C. (2001). The structure of empathy: An analysis of the interpersonal reactivity index (IRI). European Journal of Psychological Assessment, 17(1), 36-47.

Daignault, P. (2007). L’implication multidimensionnelle des récepteurs comme indicateur de l’efficacité de l’argument de crainte : le cas des campagnes de sécurité routières (Thèse de doctorat). Université Laval, Québec.

Daignault, P. et Paquette, G. (2009). L’empathie virtuelle : une condition d’optimisation de l’implication des récepteurs de messages de prévention?. Studies in Communication Sciences, 9(1), 171-201.

D’Ambrosio, F., Olivier, M., Didon, D. et Besche, C. (2009). The basic empathy scale: A french validation of measure of empathy in youth. Personality and Individual Differences, 46, 160-165.

Davis, M. H. (1980). A multidimensional approach to individual differences in empathy. JSAS Catalog of Selected Documents in Psychology, 10(85), 209-219.

Davis, M. H. (1983). Measuring individual differences in empathy: Evidence for multidimensional approach. Journal of Personality and Social Psychology, 44, 113-26.

Davis, M. H. (2006). Empathy. Dans J. H. Terner et J. Stets (dir.), Handbook of the Sociology of Emotions (p. 443-466). New York, NY : Springer.

Davis, M. H., Hull, J. G., Young, R. D. et Warren, G. G. (1987). Emotional reactions to dramatic film stimuli: The influence of cognitive and emotional empathy. Journal of Personality and Social Psychology, 52, 126-133.

Delhomme P. et Meyer, T. (2001). L’impact des campagnes de prévention de sécurité routière : quels indices, quels plans de recherche et quels effets?. Bulletin de Psychologie, 54(3), 343-355.

DeShields, O. W. et De los Santos, G. (2000). Salesperson’s accent as a globalization issue. Thunderbird International Business Review, 42(1), 29-46.

Duan, C. et Hill, C. E. (1996). The current state of empathy research. Journal of Counselling Psychology, 43(3), 261-74.

Dymond, R. F. (1950.) A scale for the measurement of empathic ability. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 14, 343-50.

Eisenberg, N. et Strayer, J. (1987). Empathy and its Development. New York, NY : Cambridge University Press.

Eisenberg, N. et Fabes, R. A. (1990). Empathy: Conceptualization, measurement, and relation to prosocial behavior. Motivation and Emotion, 14(1), 131-49.

Escalas, J. E. et Stern, B. B. (2003). Sympathy and empathy: Emotional responses to advertising dramas. Journal of Consumer Research, 29, 566-578.

Fourquet-Courbet, M. P. et Courbet, D. (2004). Nouvelle méthode d’étude des cognitions en réception (ECER) et application expérimentale à la communication politique télévisée. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 3(17), 1-44.

Frenette, M., Giroux, C., Boivin, M. et Dubé-Morneau, S. (2015). Bilan critique des stratégies de communication des campagnes sur la sécurité routière. Rapport de recherche, Université de Montréal, Montréal.

Gerdes, K. E., Lietz, C. A. Segal, E. A. (2011). Measuring empathy in the 21st century: Development of an empathy index rooted in social cognitive neuroscience and social justice. Social Work Research, 35(2), 83-93.

Greenwald, A. G. (1968). Cognitive learning, cognitive response to persuasion, and attitude change. Dans A. G. Greenwald, T. C. Brock et T. M. Ostrom (dir.), Psychological Foundations of Attitudes (p. 147-170). San Diego, CA : Academic Press.

Griffin, M., Babin, B. J., Attaway, J. S. et Darden, W. R. (1993). Hey you, can ya spare some change? The case of empathy and personal distress as reactions to charitable appeals. Dans L. McAlister et M. L. Rothschild (dir.), Advances in Consumer Research (p. 508-512). Provo, UT : Association of Consumer Research.

Gürhan-Canli, Z. et Maheswaran, D. (2000). Determinants of country-of-origin evaluations. Journal of Consumer Research, 27(1), 96-108.

Harrison, W. A. et Senserrick, T. M. (2000). Investigation of audience perception of transport commission road safety advertising. Monash University Accident Research Center Report (185). Clayton, Australie : Monash University Accident Research Center.

Hogan, R. (1969). Development of an empathy scale. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 33, 307-316.

Ickes, W. (1993). Empathic accuracy. Journal of Personality, 61, 587-609.

Jolliffe, D. et Farrington, D. P. (2006). Development and validation of the basic empathy scale. Journal of Adolescence, 29, 589-611.

Lalwani, A. K., May, L. et Kuah, L. L. (2005). Consumer responses to english accent variations in advertising. Journal of Global Marketing, 18(3-4),143-165.

Lavoisier-Mérieux, L.-M. (2002). De l’efficacité des stratégies de communication publicitaires menaçantes : une étude de la relation entre émotions négatives et persuasion dans le domaine de la lutte contre l’insécurité routière. Actes du 2e Congrès International de Marketing Paris-Venise.

Lawrence, E. J., Shaw, P., Baker, D., Baron-Cohen, S. et David, A. S. (2004). Measuring empathy: Reliability and validity of the empathy quotient. Psychological Medicine, 34, 911-919.

Lev-Ari, S. et Keysar, B. (2010). Why don’t we believe non-native speakers? The influence of accent on credibility. Journal of Experimental Social Psychology, 46, 1093-1096.

Lewis, I., Tay, R. et Watson, B. (2007). Examining the effectiveness of physical threats in road safety advertising: The role of the third-person effect, gender, and age. Transportation Research Part F, 10, 48-60.

MacInnis, D. J. et Jaworsky, B. J. (1989). Information processing from advertisements: Toward an integrative framework. Journal of Marketing, 53, 1-23.

Mehrabian, A. et Epstein, N. (1972). A measure of emotional empathy. Journal of Personality, 40, 525-543.

Morales, A. C., Scott, M. L. et Yorkston, E. A. (2012). The role of accent standardness in message preference and recall. Journal of Advertising, 41(1), 33-45.

Petty, R. E. et Cacioppo, J. T. (1981). Attitudes and Persuasion: Classic and Contemporary Approaches. Dubuque, IA : Brown.

Organisation mondiale de la santé (OMS) (2013). Accidents de la route. Repéré à http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs358/fr/ [consulté le 3 mars 2015]

Reiners, R., Corcoran, R., Drake, R., Shryane, N. M. et Völlm, B. A. (2011). The QCAE: A questionnaire of cognitive and affective empathy. Journal of Personality Assessment, 93(1), 84-95.

Reny Delisle, M. (2013). L’empathie virtuelle comme facteur d’influence de la réception de publicités sociales : développement d’un outil de mesure (Mémoire de maîtrise). Université Laval, Québec.

Rodriguez, L. et Anderson-Wilk, M. (2002). Communicating Highway Safety: What Works. Iowa State University, Center for Transportation Research and Education. Repéré à https://intrans.iastate.edu/app/uploads/2018/03/chs-1.pdf

Rogers, C. R. (1957). The necessary and sufficient conditions of therapeutic personality change. Journal of Consulting Psychology, 21, 95-103.

Rogers, C. R. (1959). A theory of therapy, personality and interpersonal relationship as developped in the client-centered framework. Dans J. S. Koch (dir.), Psychology: A Study of Science. Formulations of the Person in the Social Context (p. 184-256). New York, NY : McGraw-Hill.

Shelton, M. L. et Rogers, R. W. (1981). Fear arousing and empathy-arousing appeals to help: The pathos of persuasion. Journal of Applied Social Psychology, 11(4), 366-378.

Société de l’assurance automobile du Québec (2014a). Comportements et usagers – jeunes conducteurs. Repéré à http://www.saaq.gouv.qc.ca/securite_routiere/comportements/jeunes_conducteurs/index.php [page inactive, consultée le 3 mars 2015]

Société de l’assurance automobile du Québec (2014b). Bilan routier 2013. Répéré à http://www.saaq.gouv.qc.ca/publications/prevention/bilan_routier_2013/bilan_routier.pdf [page inactive, consultée le 3 mars 2015]

Société de l’assurance automobile du Québec (2014c). Profil détaillé des faits et des statistiques touchant la distraction au volant. Repéré à http://www.saaq.gouv.qc.ca/rdsr/sites/files/Statistiques_Distraction%20au%20volant_profil%20detaille_0.pdf [page inactive, consultée le 3 mars 2015]

Stiff, J. B., Dillard, J. P., Somera, L., Kim, H. et Sleight, S. (1988). Empathy, communication, and prosocial behavior. Communication Monographs, 55(2),198-213.

Stotland, E. (1969). Exploratory investigations of empathy. Dans I. Berkowitz (dir.), Advances in Experimental Social Psychology (p. 271-312). New York, NY : Academic Press.

Stafford, M. R., Thomas, F. S. et Day, E. (2002). A contingency approach: The effects of spokesperson type and service type on service advertising perceptions. Journal of Advertising, 31(2),17-35.

Verlegh, P. W. J. et Steenkamp, J. B. E. M. (1999). A review and meta-analysis of country-of-origin research. Journal of Economic Psychology, 20(5), 521-546.

Virginia Tech Transportation Institute (2010). Repéré à https://www.vtti.vt.edu/featured/0413-distracted-driving.html [page inactive, consultée le 3 mars 2015]

Wispe, L. (1986). The distinction between sympathy and empathy: To call forth a concept a word is needed. Journal of Personality and Social Psychology, 50, 314-321.

Witte, K. et Allen, M. (2000). A meta-analysis of fear appeals: Implications for effective public health campaigns. Health Education et Behavior, 27(5), 591-615.

Wright, P. (1973). The cognitive processes mediating acceptance of advertising. Journal of Marketing Research, 10, 53-62.

Haut de page

Notes

1 Le genre masculin est utilisé comme générique dans le seul but de ne pas alourdir le texte.

2 Toutes les études consultées ont trait à l’anglais. Aucune des études consultées ne portent sur l’influence de différents d’accents français dans le domaine de la communication persuasive et du marketing.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Moyennes d’empathie virtuelle (EV) selon le sexe
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/3089/img-1.png
Fichier image/png, 224k
Titre Tableau 2. Scores dimensionnels des réponses empathiques (RE) pour l’ensemble des publicités
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/3089/img-2.png
Fichier image/png, 155k
Titre Tableau 3. Corrélations r de Pearson entre l’empathie virtuelle (EV) et la réponse empathique (RE)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/3089/img-3.png
Fichier image/png, 173k
Titre Tableau 4. Différence de moyennes entre les dimensions affective et cognitive de la réponse empathique (RE)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/3089/img-4.png
Fichier image/png, 280k
Titre Tableau 5. Réponse empathique (RE) selon le lieu d’origine
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/3089/img-5.png
Fichier image/png, 234k
Titre Tableau 6. Grille de catégorisation des réponses cognitives
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/3089/img-6.png
Fichier image/png, 678k
Titre Tableau 7. Distribution de fréquences des réponses cognitives selon le lieu d’origine
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/3089/img-7.png
Fichier image/png, 547k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pénélope Daignault, Marion Reny Delisle et Emmanuelle Gagné, « De messages en sécurité routière : de l’empathie virtuelle aux réponses empathiques et cognitives », Communiquer, 23 | 2018, 39-59.

Référence électronique

Pénélope Daignault, Marion Reny Delisle et Emmanuelle Gagné, « De messages en sécurité routière : de l’empathie virtuelle aux réponses empathiques et cognitives », Communiquer [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/3089 ; DOI : 10.4000/communiquer.3089

Haut de page

Auteurs

Pénélope Daignault

Professeure, Département d’information et de communication
Université Laval, Canada

Pénélope Daignault est professeure agrégée au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Elle est détentrice d’un doctorat en communication publique. Sa formation multidisciplinaire conjugue la psychologie et la communication. Ses travaux de recherche portent notamment sur les effets émotionnels et cognitifs de messages médiatiques, sur le processus de changement de comportement, sur le rôle de l’empathie dans la réception publicitaire, ainsi que sur la communication environnementale. Elle est membre-chercheure du Groupe de recherche en communication politique (GRCP), de l’Institut Hydro-Québec en Environnement, Développement et Société (EDS), du Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable (CIRODD), ainsi que du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique (CECD).

Articles du même auteur

Marion Reny Delisle

Doctorante, Département d’information et de communication
Université Laval, Canada

Marion Reny Delisle est candidate au doctorat en communication publique de l’Université Laval. Elle détient un baccalauréat et une maîtrise en communication publique. Elle s’intéresse à la réception de publicités sociales en sécurité routière, en termes de traitement de l’information, notamment à l’aune de différences genrées. Elle a également travaillé sur l’empathie virtuelle, un concept pour lequel elle a contribué à développer un outil de mesure.

Emmanuelle Gagné

Professionnelle de recherche, Institut Mallet
Université Laval, Canada

Emmanuelle Gagné est détentrice d’un doctorat en communication publique de l’Université Laval. Dans ses recherches, elle s’est intéressée aux manières d’encourager un comportement pro-environnemental, notamment à l’efficacité de la stratégie d’anthropomorphisme et au rôle de l’empathie dans la réception de publicités sociales. Elle possède une maîtrise en communication publique de l’Université Laval et est diplômée du baccalauréat en communication de l’Université d’Ottawa.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals