Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Les journalistes face aux réseaux sociaux? Une nouvelle relation entre médias et politiques

Note de lecture
Jeanne-Perrier, V. (2018). Les journalistes face aux réseaux sociaux? Une nouvelle relation entre médias et politiques. Paris, France: MkF éditions. Book Review
Jean-Hugues Roy
p. 171-175
Référence(s) :

Jeanne-Perrier, V. (2018). Les journalistes face aux réseaux sociaux? Une nouvelle relation entre médias et politiques. Paris, France: MkF éditions.

Résumés

Comment les réseaux sociaux ont-ils transformé les relations entre les journalistes, les politiques et le public? C’est la question que pose Valérie Jeanne-Perrier. L’auteure soutient que les trois groupes sont devenus « holographes », c’est-à-dire présents et actifs partout et en tout temps. Les réseaux sociaux n’ont cependant pas rempli leur promesse initiale de renouveler et de moderniser ces relations.

réseaux sociaux, médias sociaux, médias socionumériques, journalisme, politique, journalisme politique

Haut de page

Texte intégral

1« Ils sont devenus le navire amiral des actions de communication » (p. 103), écrit Valérie Jeanne-Perrier, pour dire combien les réseaux sociaux (RS) sont désormais au centre des relations entre journalistes, politiques et publics. Or la promesse d’une communication renouvelée qu’annonçaient initialement ces RS n’a pas été remplie.

2C’est le message central de l’ouvrage publié dans la collection « Les Essais médiatiques », chez MkF éditions, dans lequel Jeanne-Perrier propose une analyse des usages et des pratiques qui s’appuie sur une observation participative menée à partir de 2005. Le livre adopte une structure chronologique en quatre chapitres : l’apparition, l’avènement, l’appropriation et, enfin, l’institutionnalisation des RS. L’auteure témoigne surtout, mais pas exclusivement, des usages des réseaux sociaux par les journalistes dans un contexte de couverture de l’actualité politique française.

3Membre du Groupe de recherche sur les processus d’information et de communication (GRIPIC) et coresponsable de l’école de journalisme du CELSA – Sorbonne, Jeanne-Perrier soutient la thèse que les RS ont rendu les journalistes holographes. Par « holographe », elle entend qu’

ils sont présents en même temps sur plusieurs scènes médiatiques […]. [I]ls se doivent en effet d’être à la fois présents dans leurs médias de rattachement pour y tenir leur rôle classique de professionnels de l’information, pendant que les dispositifs techniques et les cadres imposés par les plateformes exigent leur présence sur le terrain numérique en devenant à tout instant les animateurs réguliers de profils aux tons plus personnels (p. 13-14 ; emphase de l’auteure).

4Cette holographie n’est pas propre aux journalistes. Ils la partagent, dit l’auteure, avec les politiques qu’ils couvrent. Elle se demande aussi si c’est également là une caractéristique du public actif sur les réseaux sociaux : « Les citoyens composant les publics des RS sont-ils eux aussi holographes, présents à la fois sur les plateformes et engagés sur des scènes sociales concrètes? » (p. 162.) Comment s’articulent les rapports entre ces trois types d’acteurs dans ces univers encore relativement nouveaux que sont les RS constitue le point focal de l’ouvrage de Valérie Jeanne-Perrier.

L’apparition

5Dans le premier chapitre, l’auteure revient sur les origines des RS, en rappelant que les « mutations des modalités d’interaction entre les journalistes, les politiques et les publics s’amorcent avec la montée en puissance [de] l’usage de l’informatique personnelle et de l’interconnexion des ordinateurs individuels » (p. 48). En effet, les réseaux sociaux reprenaient, à l’origine, les logiques du « web 1.0 » héritées des chats, des forums et des blogues. Ils sont initialement apparus comme un prolongement de la « conversation » promise par ceux-ci entre les journalistes et leur public. Jeanne-Perrier fait d’ailleurs une mise au point sur le terme conversation, lui préférant l’expression « interactions successives » qui décrit avec plus de justesse le phénomène.

6Elle raconte aussi combien les politiques s’en sont servis comme une façon de marquer un « rejet de la médiation journalistique » (p. 39). Le journalisme, ainsi escamoté, y a perdu en influence. Jeanne-Perrier cite un entretien avec le responsable des communications de François Hollande, Gaspard Gantzer, pour qui « les candidats qui sont les plus efficaces vis-à-vis de l’opinion publique sont ceux qui ne “font” pas de médias » (Wrona et Seignobos, 2017, p. 237-238).

L’avènement

7« Être journaliste, c’est aussi s’intéresser à la mise en forme de son information » (p. 66), dit très justement Valérie Jeanne-Perrier pour décrire comment journalistes, mais également politiques, se sont emparés des réseaux sociaux émergents. Ce sont des dispositifs dont le design même « revoit et corrige » les interactions entre eux. Ainsi, « c’est la dextérité d’un usager à les choisir et à les orchestrer […] qui va dessiner sa “qualité” en tant que journaliste ou de politique » (p. 63). Dans cette configuration, le texte est relégué au second plan. L’image « devient centrale » dans cette « société de la vidéogénie » (p. 69).

8De nouveaux métiers apparaissent, tel le « social media editor ». Les RS poussent les journalistes à montrer le réel en empruntant « les mêmes principes d’écriture et de montage [que ceux] du divertissement » (p. 74). Rien de nouveau – on avait déjà accusé la télévision de pousser l’information à l’info-tainment –, mais l’auteure rappelle qu’aujourd’hui, la circulation de l’information, ainsi que celle des débats et des polémiques, a lieu en grande partie sur des dispositifs techniques dont les règles sont mouvantes et échappent au contrôle de ses acteurs. La « soumission à la plateforme est totale » (p. 115), écrit-elle dans le chapitre suivant. « Le journaliste holographe n’écrit plus sa partition propre, il obéit à la structure d’un RS omnipotent » (p. 115).

L’appropriation

9Ce chapitre est le plus intéressant. Jeanne-Perrier y raconte sa démarche : « S’immerger dans le quotidien des RS en les utilisant soi-même en tant que chercheur offre un terrain d’étude abondant en situations concrètes d’interactions et de médiations » (p. 85), alors que pour les journalistes, surtout, il s’agit d’y installer une identité, d’y devenir presque une marque : « Les plateformes permettent […] de réactiver l’imaginaire du journaliste intrépide, reporter avant tout » (p. 102). Elle prend pour exemple le journaliste de guerre Samuel Forey, lauréat des prix Albert-Londres de la presse écrite et Bayeux des correspondants de guerre, en 2017, pigiste en Égypte, en Irak et en Syrie. Elle présente ses « live-tweets » au cœur de manifestations comme une nouvelle forme narrative, un « feuilleton instantané », selon ses propres termes (p. 109).

10L’auteure raconte aussi que c’est au cours de cette période d’appropriation que les journalistes, comme le soulignait Olivier Gadeau (2014) dans une analyse des usages de Twitter par des reporters québécois, ont reconstruit une posture d’autorité face à leurs publics. Il ne restait plus à ces derniers « qu’à rester à distance » (Jeanne-Perrier, 2018, p. 106).

L’institutionnalisation

11Ce dernier chapitre coïncide avec l’arrivée des « fake news ». « Le paysage de l’information politique s’est complexifié » (p. 139), car les politiques montrent bien, sur les RS, que ce qu’ils veulent bien montrer. Le public est bombardé de toutes parts de messages d’influenceurs et de communicateurs de tout acabit. On fait encore suffisamment confiance aux journalistes pour « aider les usagers à les démêler » (p. 139).

12Reste que, sous de « nouveaux atours visuels », les RS n’introduisent « rien de bien moderne », estime l’auteure. Ils ne proposeraient même d’un « mime de modernité communicationnelle », juge-t-elle (p. 140). Sa conclusion est sans équivoque : « Le renouvellement attendu d’une information politique différente n’est pas au rendez-vous des promesses des années 2005 » (p. 142). L’information politique n’est qu’une « parodie d’échanges [où] la mise en scène est totale [et] l’improvisation est impossible » (p. 157-158).

👍 et 👎

13Au final, le livre de Valérie Jeanne-Perrier renferme des éléments de réflexion d’une grande pertinence. L’auteure rappelle, à juste titre, que les entreprises qui offrent des plateformes de RS ne paient aucun impôt dans la majorité des pays où elles sont implantées.

14Le passage le plus éclairant vient peut-être en conclusion, lorsqu’elle évoque l’ochlocratie numérique que nous semblons vivre. Décrite par le théoricien grec Polybe, l’ochlocratie s’oppose à démocratie. En effet, si le grec demos signifie « peuple », ochlos signifie foule. L’auteure cite le philosophe français Roger-Pol Droit, qui demande :

qui donc détient la légitimité la plus forte? Est-ce l’expression de la colère, les cortèges qui rassemblent les masses? Sont-ce les parlementaires et gouvernants, le législateur et l’exécutif? [...] Sans être jamais définitivement tranchée, l’interrogation se trouve aujourd’hui transformée par les réseaux sociaux, l’immédiateté des réactions et leur viralité (2016, cité dans Jeanne-Perrier, 2018, p 146-147).

15Cependant, l’ouvrage n’est pas sans problèmes. Certains sont de l’ordre du détail, par exemple, Medium y est décrit comme un réseau social (p. 37), alors qu’il s’agit d’une plateforme de rédaction. En outre, le caractère péremptoire de certaines analyses rend dubitatif, comme lorsqu’elle écrit que « les formes antérieures de représentations des collectifs […] tout comme les modalités de rassemblements historiques (occupations, grèves, manifestations, revendications) semblent être disqualifiées » (p. 78), supposant que les RS ont fait table rase du passé. Et les manifestations étudiantes de 2012 au Québec? Et le mouvement Nuit debout, en France, en 2016? Au contraire, les RS ont favorisé la mobilisation dans ces contextes (Latzko-Toth, Pastinelli et Gallant, 2017; Van Leeckwyck, 2016).

16Mais l’erreur la plus grave, il nous semble, arrive en conclusion, lorsqu’elle affirme que l’affaire Harvey Weinstein, ce producteur de cinéma dénoncé par plusieurs dizaines de femmes pour inconduite sexuelle, est une « affaire née sur les réseaux sociaux » (p. 148). Cette affaire n’est pas née sur les RS. Elle a été révélée par les enquêtes journalistiques du New York Times et du New Yorker, en octobre 2017, enquêtes récompensées par des prix Pulitzer en 2018.

17À la décharge de l’auteure, il faut enfin souligner que son livre souffre d’un travail d’édition bâclé. En plus des coquilles, nombreuses, il y a des erreurs dans le nom de certains auteurs, comme celui du chercheur Serge Proulx, transformé en Prloux à la page 172, ou celui de la philosophe Joëlle Zask, écrit Zack à la page 162. Même l’auteure du livre voit son nom transformé en « Jeannee-Perrier » à la page 170, sans compter qu’un auteur cité dans le texte, Davallon, est absent de la bibliographie. Valérie Jeanne-Perrier et ses lecteurs méritent mieux.

Haut de page

Bibliographie

Droit, R.-P. (2016, 9 décembre). Connaissez-vous l’ochlocratie?. lesechos.fr. Récupéré de https://www.lesechos.fr/09/12/2016/LesEchos/22336-053-ECH_connaissez-vous-l-ochlocratie--.htm

Gadeau, O. (2014). Pratiques des journalistes québécois sur le web participatif. Twitter comme moyen de (re)construction de l’autorité informationnelle. (Mémoire de maîtrise). Université Laval.

Jeanne-Perrier, V. (2018). Les journalistes face aux réseaux sociaux? Une nouvelle relation entre médias et politiques. Paris, France : MkF éditions.

Latzko-Toth, G., Pastinelli, M. et Gallant, N. (2017). Usages des médias sociaux et pratiques informationnelles des jeunes Québécois : le cas de Facebook pendant la grève étudiante de 2012. Recherches sociographiques, 58(1), 43-64.

Van Leeckwyck, R. (2016). La communication des mouvements sociaux : Alliance D19-20 et Tout autre chose. Courrier hebdomadaire/Centre de recherche et d’information socio-politiques, 2016, 38(2323), 5-50.

Wrona, A. et Seignobos, É. (2017). La Fabrique de l’autorité Figures des décideurs en régime médiatique. Paris, France : Les petits matins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Hugues Roy, « Les journalistes face aux réseaux sociaux? Une nouvelle relation entre médias et politiques », Communiquer, 23 | 2018, 171-175.

Référence électronique

Jean-Hugues Roy, « Les journalistes face aux réseaux sociaux? Une nouvelle relation entre médias et politiques », Communiquer [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/3136

Haut de page

Auteur

Jean-Hugues Roy

Professeur, École des médias
Université du Québec à Montréal, Canada

Jean-Hugues Roy, Professeur à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), dirige le programme de baccalauréat en communication (profil journalisme) à l’UQAM. Il s’intéresse à l’impact de la technologie sur le journalisme en général, et au journalisme de données en particulier.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals