Navigation – Plan du site

AccueilHors-sériesLa communication à l'UQAML’approche communicationnelle en ...

L’approche communicationnelle en études du jeu : un apport des chercheur.se.s de la Faculté de communication de l’UQAM

Communication Approach in Game Studies: The Contribution of UQAM’s Faculty of Communication researchers
Maude Bonenfant, Gabrielle Trépanier-Jobin et Laura Iseut Lafrance St-Martin
p. 77-102

Résumés

Les études du jeu ont récemment été développées par des chercheurs.e.s issu.e.s de différentes disciplines ayant chacune leurs concepts, leurs approches et leurs méthodologies de prédilection. Cet article décrit comment les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont contribué à l’institutionnalisation de ce domaine de recherche dans la francophonie, de même qu’au développement d’un cadre conceptuel, épistémologique et méthodologique propre aux études du jeu dans le champ de la communication. Après avoir situé leurs travaux dans la constellation des études sur le jeu, cet article présentera les postulats de leur approche communicationnelle, les différents types de communication pouvant être étudiés dans le cadre de recherches portant sur le jeu, ainsi que les plans d’analyse correspondant aux potentiels terrains d’études.

Haut de page

Texte intégral

1Les études du jeu, champ de recherche créé récemment au sein du monde universitaire, se sont développées en établissant des parallèles avec d’autres disciplines desquelles les chercheur.se.s sont issu.e.s : sociologie, communication, littérature, études cinématographiques, histoire, sciences de l’éducation, etc. Les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont non seulement contribué à l’institutionnalisation de la discipline dans la francophonie, mais aussi au développement d’un cadre conceptuel et d’une méthodologie propres à l’étude du jeu dans le champ de la communication. Après avoir situé leurs travaux dans la constellation des études du jeu, cet article présentera les postulats de leur approche communicationnelle, les différents types de communication pouvant être étudiés en rapport avec le jeu et les plans d’analyse correspondant aux potentiels terrains d’études à partir desquels des données peuvent être récoltées pour répondre à diverses questions de recherche.

La fondation des études du jeu

2Certains philosophes, depuis Héraclite, ont abordé une facette ou une autre du jeu, que ce soit sa contribution à la formation de bons citoyens (Platon, -400), sa condamnation morale (Aristote, -350), son lien avec le sacré (Pascal, 1670), l’ingéniosité humaine (Leibniz, 1995), l’éducation (Kant, 1803) ou le pouvoir créatif (Schiller, 1795). À partir de la fin du XIXe siècle, le jeu est étudié au sein de diverses disciplines en émergence, telles que l’éthologie (Groos, 1896, 1899), l’ethnologie (Culin, 1895; Murray, 1913), la sociologie (Mead, 1934; Goffman, 1959) et la psychologie (Freud, 1920; Piaget, 1945). Si les chercheurs s’intéressent alors au jeu des animaux, des divers peuples, des individus lors de leurs interactions sociales ou des enfants à différents stades de leur développement, le jeu ne constitue pas encore le sujet même de leurs études. Ce n’est qu’en 1938 que paraît la première réflexion approfondie sur la nature du jeu, avec l’ouvrage Homo Ludens de l’anthropologue néerlandais Huizinga, depuis considéré comme le « père fondateur » des études du jeu. Suivront de nombreux chercheur.se.s, entre autres en cybernétique (Neumann et Morgenstern, 1944), en sociologie (Caillois, 1958), en anthropologie (Bateson, 1972), en philosophie (Fink, 1960; Henriot, 1969, 1989; Suits, 1978), en sémiotique (Wittgenstein, 1953), en psychologie (Winnicott, 1971) et en éducation (Avedon et Sutton-Smith, 1971; Sutton-Smith, 1997), qui, tous.tes selon leur angle d’expertise, feront progresser la compréhension de ce qu’est le jeu.

3Au début des années 1970 sont créées The Anthropological Association for the Study of Play – devenue Association for the Study of Play (TASP) – et l’International Simulation and Gaming Association, dédiée au jeu utilisé en contexte pédagogique, ce qui donne lieu à l’émergence d’un nouveau champ d’études dans le domaine de l’éducation appelé « jeux sérieux ». Dans le milieu francophone, le premier diplôme de deuxième cycle en « sciences du jeu » voit le jour en 1981 sous l’impulsion de Jacques Henriot et Gilles Brougère à l’université Paris 13 (Brougère, 2013). Y est également fondé un centre de recherche sur le jeu et le jouet, aujourd’hui devenu le laboratoire EXPERICE, Centre de recherche interuniversitaire Expérience Ressources Culturelles Éducation.

4À la même époque naît le jeu vidéo, d’abord sous forme d’arcades dans des lieux publics au cours des années 1970, puis sous forme de consoles dans les foyers à partir des années 1980. Si certain.e.s chercheur.se.s s’intéressent au phénomène, entre autres en psychologie (Greenfield, 1984; Turkle, 1984), sa pratique presque exclusivement réservée aux enfants éloigne le jeu vidéo des recherches universitaires. Avec l’entrée massive des ordinateurs personnels et l’arrivée d’Internet dans les maisons durant les années 1990, le jeu vidéo intéresse un tout nouveau public et la popularité de l’industrie vidéoludique connaît une montée fulgurante. À la fin des années 1990, des chercheur.se.s. de plusieurs disciplines, dont la communication, se penchent dès lors sur le jeu vidéo afin d’en saisir les spécificités.

L’institutionnalisation des études du jeu

  • 1 Alors que les game studies s’intéressent à ce que les jeux font aux joueur.se.s, ce qu’on a appelé (...)
  • 2 DiGRA, CGSA, OMNSH, etc.
  • 3 Game Studies, Games and Culture, Journal of Game Criticism, Loading, Eludamos, Kinephanos, Science (...)
  • 4 En Europe : Center for the Study of Digital Games and Play; Cologne Game Lab; Expressive Game Lab; (...)

5Les études du jeu, game ou play studies1, représentent ainsi un champ de recherche relativement jeune au sein du monde universitaire. Le début des années 2000 marque leur naissance officielle, alors qu’elles sont principalement connues sous leur appellation anglaise game studies (Aarseth, 2001). À partir de ce moment, des articles scientifiques sur les jeux vidéo se mettent à proliférer dans diverses revues en cyberpsychologie, en études des médias et en communication (Quandt et al., 2015). Depuis, on assiste à la naissance d’associations2, de revues spécialisées3, de centres et de groupes de recherche en études du jeu vidéo4, d’abord dans le milieu anglophone puis, quelques années plus tard, dans le milieu francophone. Parallèlement à cette institutionnalisation, des séries d’ouvrages collectifs sur l’étude du jeu vidéo sont publiées par des maisons d’édition prestigieuses comme le MIT Press (Wardrip-Fruin et Harrigan, 2004, 2007, 2009) et Routledge (Wolf et Perron, 2006, 2008, 2016).

  • 5 On en retrouve de plus en plus aux États-Unis (University of Southern California, Rensselaer Polyte (...)

6Aujourd’hui, le champ n’a pas encore – du moins dans la francophonie – ses départements universitaires qui institutionnaliseraient les études du jeu sous forme de discipline autonome5; cependant, de plus en plus de programmes de premier, de deuxième et même de troisième cycles diplôment des cohortes d’étudiant.e.s dans ce domaine, comme c’est le cas de la mineure en études du jeu vidéo (depuis 2011), de la majeure en études du jeu vidéo (depuis 2020) et de la maîtrise en cinéma, option études du jeu vidéo (depuis 2015) de l’Université de Montréal, de la maîtrise en communication avec concentration jeux vidéo et ludification de l’Université du Québec à Montréal (depuis 2014) ou de la maîtrise en conception de dispositifs ludiques de l’Université de Lorraine (depuis 2019). Ces associations, ces revues, ces groupes de recherche et ces programmes universitaires contribuent tous à légitimer les études portant sur ce produit culturel.

  • 6 Serious Play (UQAM, 2019); Histoire des problématiques de genre dans les jeux (BaNQ, 2015); Le jeu (...)

7C’est dans ce contexte que les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication de l’UQAM ont contribué à l’institutionnalisation de la discipline dans le milieu francophone en participant à la création et au développement du groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques ludiques et la communication (2006), du Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification (2014) et de la concentration en jeux vidéo et ludification de la maîtrise en communication (2014), en obtenant la Chaire de recherche du Canada sur les données massives et les communautés de joueurs (2018-2023), en organisant le colloque annuel En/jeux (depuis 2014) ainsi que des colloques internationaux et bilingues sur le jeu vidéo6, ou encore en étant membres fondateurs de la revue Sciences du jeu (2013) et de l’Alliance des laboratoires universitaires francophones sur le jeu : FranJeu (2018).

Les études du jeu : une diversité d’approches

8Bien que plusieurs chercheur.se.s aient développé des postulats, des concepts, des méthodes et des outils de recherche propres aux caractéristiques du jeu (Carr et al., 2004; Raessens et Goldstein, 2005; Consalvo et Dutton, 2006; Malliet, 2007; Lammes, 2007; Egenfeldt-Nielsen, Smith et Tosca, 2008; Mäyra, 2008; Fernàndez-Vara, 2015, etc.), les études du jeu se sont surtout développées en adaptant les approches conceptuelles et méthodologiques d’autres disciplines desquelles les chercheur.se.s sont issu.e.s.

9Une des premières branches des études du jeu à se développer, entre autres autour du débat narratologie (Murray, 1997; Ryan, 2001, 2006) versus ludologie (Eskelinen, 2001; Frasca, 1999; Juul, 2001), est issue du domaine de la littérature et des études cinématographiques. Les chercheur.se.s de ces branches ont notamment adapté les notions de texte, de récit, d’autorialité, de narration, de personnage et de diégèse au média vidéoludique non linéaire, interactif et multimodal en créant des concepts comme le cybertexte (Aarseth, 1997), l’autorialité procédurale (Murray, 1997), le récit émergent (Jenkins, 2004), le monde ludique et fictionnel (Juul, 2005), la narrativité expérientielle (Calleja, 2011), l’avatar coquille vide/caractérisé (Therrien, 2013), l’approche avatorielle/actorielle (Arsenault, 2013), etc. Ils ont utilisé leur méthode d’analyse formelle pour repérer des récurrences parmi les jeux d’un même genre (Perron, 2006), pour retracer l’évolution d’un genre ou de l’expérience ludique au fil des décennies (Arsenault; 2015; Lessard, 2013; Therrien, 2017) ou encore pour faire des liens avec d’autres médias, comme le cinéma (Blanchet, 2010).

10Parallèlement à ce travail formel, les concepteur.trice.s de jeux vidéo ont développé une nouvelle approche du design et proposé de nouveaux concepts adaptés au média. Sont notamment à noter les travaux de Salen et Zimmerman (2003, 2005), de Genvo (2005), de Flanagan (2009), de McGonigal (2011), etc. La première et célèbre catégorisation des joueur.se.s de Bartle (1996) a aussi marqué les études du jeu autant que l’industrie vidéoludique.

11Les sociologues, qui se regroupent au sein d’une autre branche importante des études du jeu, ont repris, principalement dans le contexte des jeux en ligne, les notions de socialisation, identité, performance, communauté, stéréotypes et normes (Berry, 2012; Consalvo, 2007; Corneliussen et Rettberg, 2008; Malaby, 2009; Pearce, 2009; Philippette, 2011; Servais, 2015; Taylor, 2006, 2009; Trémel, 2001; Turkle, 1995; etc.) tout en adaptant leurs outils de collecte de données traditionnels à ce terrain de recherche numérique pour faire ce qu’ils appellent de la « netnographie » ou de l’« ethnographie numérique » (Boellstorff et al., 2012; De Castell et al., 2012). Certain.e.s chercheur.euse.s ont également développé des techniques informatiques de recherche sur les communautés de joueur.se.s (Ducheneaut et al., 2006, 2007; Drachen et al. 2012; Williams, D. et al., 2006; Williams, D., Yee et Caplan, 2008) pour formaliser l’analyse automatisée des jeux (game analytics) (Seif El-Nasr et al., 2013; Williams, D., 2010). L’aspect économique des mondes vidéoludiques a également été exploré, entre autres par les travaux fondateurs de Castronova (2005) et de Dibbell (2006), ou encore à travers une analyse critique de l’industrie du jeu vidéo (Dyer-Witheford et de Peuter, 2009).

12Ceux et celles s’intéressant à l’approche philosophique du jeu ont développé des concepts comme la « légaliberté » (Duflo, 1997), la « monditude » (worldness) (Klastrup, 2006), la culture algorithmique (Galloway, 2006), la rhétorique procédurale (Bogost, 2007), l’espace virtuel d’appropriation (Bonenfant, 2015), etc. Ils et elles se sont intéressé.e.s aux différents régimes d’expérience qu’implique la pratique du jeu, au jeu comme technologie de soi (Triclot, 2011), à l’esthétique du jeu (Kirkpatrick, 2011; Upton, 2015) ou encore à l’éthique du concepteur.trice (Sicart, 2009, 2013). De leur côté, les sémiologues se sont penché.e.s sur le processus d’échange des signes impliqué dans le jeu et à ce qui rend un design de jeu signifiant (Bonenfant, 2010a; Compagno et Coppock, 2009; Myers, 1999, 2003; etc.).

13Les tenants de l’approche historique, qui ont grandement contribué à la légitimation de l’objet vidéoludique, entre autres du côté des musées, ont mis à profit des méthodes comme la chronologie, l’archéologie et la généalogie pour retracer les origines du jeu vidéo et faire le récit de son développement (Donovan, 2010; Kent, 2001; King, 2002; Lessard, 2013; Newman, 2004; Nooney, 2013; Wolf, 2008; Therrien, 2012; etc.). 

14De leur côté, les tenant.e.s d’une approche psychologique ont transposé sur le jeu leur intérêt pour des phénomènes comme les effets de la violence (Anderson et al., 2007), le sentiment de présence (McGloin et al., 2013; Nacke et Lindley, 2009; Zhang et Fu, 2015) et la dépendance (Petry et al., 2014; Pluhar et al., 2019; Pontes et al., 2019), en mobilisant des méthodes comme la recherche expérimentale en laboratoire et l’utilisation d’outils de biométrie (Kallinen et al., 2017). Les chercheur.se.s issus du domaine de l’éducation se sont quant à eux intéressé.e.s à la littératie numérique, de même qu’à l’apprentissage actif et critique par le jeu vidéo (Egenfeldt-Nielsen, 2005; Gee, 2003, 2006).

15Finalement, il faut mentionner l’ouvrage collectif dirigé par Cassell et Jenkins (1998) en études féministes, à la suite duquel de nombreux travaux se sont poursuivis dans ce champ de recherche (Jenson et de Castell, 2008, 2011; Kafai, Richard et Tynes, 2017; Williams, D. et al. 2009; etc.). Pour ce qui est des chercheur.se.s en communication, ils et elles ont abordé des sujets et adopté des méthodes variées à l’image de leur champ disciplinaire hétéroclite.

Approche communicationnelle : un champ hétéroclite

  • 7 Journal for Communication Studies, Journal of Communication, Atlantic Journal of Communication, Com (...)
  • 8 Si la plupart des articles mentionnés dans ce paragraphe datent de plus d’une décennie, c’est parce (...)

16En effet, les études du jeu dans le champ de la communication sont éclectiques autant en ce qui concerne les angles de recherche que les manières d’aborder l’objet ludique. Les recherches sur le jeu vidéo publiées dans des revues en communication7peuvent être regroupées en sept grands axes : 1) celles portant sur les rapports sociaux et les moyens de communication entre les joueur.se.s puisant dans le répertoire de la sociologie, de la communication interpersonnelle ou encore de la psychologie sociale (De Simone, 2013; Fusaro et Bonenfant, 2010; Lynch et al. 2016; Najjar, 2010; Sauvé et al., 2016; Williams, D. et al., 2009); 2) celles sur les interactions entre les joueur.se.s et les mécaniques de jeu empruntant au domaine du design (Elson et al., 2014; Willett et Hogan, 2019); 3) celles s’intéressant aux effets des jeux vidéo sur les perceptions ou les actions des joueur.se.s inspirées des théories sur les usages et les effets des médias ou encore de la psychologie (Ballard et al., 2012; Farrar et al., 2013; Peng, Lee et Heeter, 2010; Scharrer et Leone, 2006; Schmierbach, Xu et Boyle, 2012; Song et Fox, 2016; Williams, K. D., 2010, 2013); 4) celles sur l’efficacité des publicités et des images de marque mobilisant les outils de la communication marketing (Palomba, 2016); 5) celles sur les modalités de production et de management au sein des studios de jeu vidéo inspirées de la communication organisationnelle (Charrieras, 2009; Legault et Weststar, 2015; Parker et Jenson, 2017); 6) celles sur les conditions de production et les rapports de force dans l’industrie du jeu vidéo inspirées par l’approche critique (Dyer-Witheford et de Peuter, 2006; Dyer-Witheford et Sharman, 2005; Simon, 2013; Robinson et Simon, 2015); et 7) celles sur la teneur idéologique des représentations vidéoludiques empruntant à la sémiotique, aux études culturelles et aux études de genre (Beasley et Standley, 2002; Bell, 2017; Ivory, 2006; Lonergan et Weber, 2019; Lynch et al., 2016; Scharrer, 2004)8.

17Toutefois, l’adaptation des concepts, des théories et des méthodes du champ de la communication aux études du jeu est rarement explicitée dans les études, outre l’exception notable de l’ouvrage Digital Play: The Interaction of Technology, Culture and Marketing de Kline, Dyer-Witheford et de Peuter (2003). Cette étude laisse en effet entrevoir comment le jeu vidéo peut être envisagé selon trois écoles de pensée de la communication : 1) la théorie des médias, 2) l’économie politique de la communication et 3) les études culturelles, tout en soulignant les limites de ces approches pour penser ce média interactif.

18Pour ces auteurs, la théorie des médias, selon laquelle les médias affectent notre perception du temps, de l’espace et du monde (Innis, 1950) tout en introduisant un changement d’échelle, de rythme et de tendance dans la vie de tous les jours (McLuhan, 1964), aide à concevoir comment le jeu vidéo transforme notre expérience du temps (par exemple, en permettant les retours en arrière et la téléportation), de l’espace (en favorisant le sentiment de transport dans un environnement autre) et de la corporalité (en rendant possible la constitution d’une identité désincarnée). Cette approche a toutefois tendance à faire preuve de déterminisme technologique et à occulter les contextes sociaux au sein desquels les médias sont développés et utilisés. Elle omet en outre de prendre en considération la signification des contenus et leurs effets sur la société.

19L’économie politique de la communication (souvent appelée « approche critique ») envisage, pour sa part, les médias comme des agents reproducteurs du système capitaliste et comme des instruments de contrôle social (Herman et Chomsky, 1988; Horkheimer et Adorno, 1947; Garham, 1990; Schiller, 1976;). Selon Kline, Dyer-Witheford et de Peuter (2003), elle est utile pour étudier les rapports de force dans l’industrie du jeu vidéo ou encore l’aspect idéologique des représentations vidéoludiques. Cette approche, que les auteurs considèrent élitiste, a toutefois tendance à ignorer les pratiques alternatives, appropriatives et transgressives des consommateur.trice.s et producteur.trice.s, de même que les plaisirs suscités par les produits culturels comme le jeux vidéo.

20Finalement, les études culturelles, qui mettent en évidence la capacité des spectateur.trice.s et des fans à négocier le sens des contenus médiatiques et à se les approprier, permettent d’étudier les détournements politiques des jeux ou de mieux comprendre la fascination et les plaisirs qu’ils procurent. Selon Kline, Dyer-Witheford et de Peuter (2003), elles ne prennent toutefois pas en considération la particularité des médias interactifs et de l’engagement qu’ils suscitent. Elles minimisent en outre les effets des structures commerciales de l’industrie médiatique sur la marchandisation de la culture et ignorent le rôle des concepteur.trice.s et publicistes dans la construction des goûts de l’auditoire.

21Ce sont donc les travaux de Raymond Williams (1974) sur la télévision, prenant en considération les liens réciproques entre technologie, économie et culture, qui inspirent à Kline, Dyer-Witherford et de Peuter (2003) leur modèle multidimensionnel. Ce modèle met en évidence l’interactivité entre différents processus (que les auteurs appellent « circuits ») au sein de l’écosystème vidéoludique. Le circuit de la culture implique la production et la consommation de textes empreints de significations, de même que la circulation de ces significations entre les concepteur.trice.s, les jeux et les joueur.se.s (ce sur quoi se focalisent les études culturelles). Le circuit du marketing concerne la recherche sur les besoins des consommateur.trice.s, les stratégies de publicité et les stratégies de marque mises en place par l’industrie, ainsi que les interactions entre les marketeur.euse.s, les produits et les consommateur.trice.s (ce sur quoi se concentre l’économie politique de la communication). Le circuit de la technologie implique quant à lui les infrastructures matérielles et technologiques (ordinateurs, consoles, logiciels, etc.), de même que ceux et celles qui les créent (fabricants de consoles, programmeur.euse.s, etc.) et ceux et celles qui les utilisent (ce sur quoi s’attarde la théorie des médias).

22Ces trois circuits (Figure 1) s’inscrivent dans un circuit plus large, qui est celui du marché et qui implique la production de marchandises à des fins de consommation et de profits permettant de créer plus de marchandises et ainsi, de faire rouler l’économie : « [The circuits] are wheels within wheels, reverberations within feedback loops and synergistic relations constructed within a cybernetic system of production and consumption » (Kline, Dyer-Witherford et de Peuter, 2003, p. 59).

Figure 1. Trois circuits de l’interactivité (Kline, Dyer-Witheford et de Peuter, 2003)

Figure 1. Trois circuits de l’interactivité (Kline, Dyer-Witheford et de Peuter, 2003)

23Ce modèle est intéressant puisqu’il conçoit le jeu vidéo à la fois comme un produit culturel véhiculant diverses idéologies et comme le résultat de décisions institutionnelles effectuées dans un contexte socioculturel plus large. Il met également en évidence le fait que l’expérience de jeu interactive est à la fois influencée par des processus culturels, technologiques et économiques tout en laissant une part d’appropriation aux joueur.se.s. Le modèle n’est toutefois pas facilement opérationnalisable lorsque vient le temps, pour le ou la chercheur.se de situer son sujet et son objet d’étude afin de mieux cibler son cadre théorique et sa méthodologie. C’est ce qui a motivé les chercheur.se.s en étude du jeu de la Faculté de communication de l’UQAM à développer leur propre modèle selon une approche communicationnelle du jeu qui sera présentée un peu plus loin dans cet article.

Études du jeu à la Faculté de communication de l’UQAM

24Les études du jeu réalisées au sein de la Faculté de communication de l’UQAM mobilisent les concepts et les outils de plusieurs branches de la communication susmentionnées, particulièrement ceux de la sémiotique, de la communication interpersonnelle et sociale, des usages et des effets des médias, de l’approche critique, des études culturelles et des études de genre.

25Au cours des dernières années, les chercheur.se.s du groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques ludiques et la communication, réunissant professeur.e.s, postdoctorant.e.s et étudiant.e.s des cycles supérieurs, ainsi que les diplômé.e.s de la concentration en jeux vidéo et ludification se sont intéressé.e.s à des sujets comme le concept de jeu (Bonenfant, 2008, 2010b, 2015), les pratiques intensives des joueur.se.s dits « hardcore » (Bonenfant, 2012), les rapports sociaux et la communication dans les jeux en ligne massivement multijoueurs (Bonenfant, 2011b; Fusaro et Bonenfant, 2010; Jobin, 2018), la triche et la ruse dans les jeux en ligne (Trépanier-Jobin, 2011), les traces numériques produites en contexte vidéoludique (Bonenfant, 2014), les avatars et l’identité en ligne (Bonenfant, 2011a, 2013; Trépanier-Jobin, 2011, 2013), l’éthique des joueur.se.s. (Bonenfant et Arsenault, 2016), les rapports de pouvoir entre joueur.se.s et entreprises (Deslauriers, 2016; Dumont, 2019), l’appropriation du jeu par la parodie et la production de machinimas (Bonenfant et Trépanier-Jobin, 2018; Trépanier-Jobin, 2012, 2017a, 2017b, 2019), les jeux sérieux (Trépanier-Jobin, 2016), les formes de représentations et de discours au sein des jeux vidéo (Bobate, 2019; Couturier, 2019), etc.

26Un grand pan des travaux menés à la Faculté de communication de l’UQAM porte en outre sur l’analyse des communautés de joueur.se.s (Bonenfant et al., 2018; Bonenfant, Deslauriers et Heddad, 2019; Bonenfant et Meurs, 2018; Bonenfant, Richert et Deslauriers, 2017). Si une grande partie des études porte sur l’objet « jeu » lui-même, ces recherches se consacrent plutôt au pôle de réception et au sens produit par les joueur.se.s. En combinant des sources d’information en jeu, mais également hors du jeu (par exemple, sur les médias socionumériques et d’autres lieux de communication en ligne), l’originalité de ces travaux repose sur le développement d’une méthodologie multimodale exploitant les innovations informatiques de l’analyse automatisée avec des données comportementales (en jeu), mais également avec des données textuelles (en jeu et hors jeu), tout en utilisant des méthodes d’enquête plus classiques. Entre autres chapeautées par la Chaire de recherche du Canada sur les données massives et les communautés de joueurs, ces recherches permettent une meilleure compréhension des enjeux communicationnels et sociaux des communautés de joueur.se.s tout en testant les outils d’intelligence artificielle comme méthode de production de la connaissance dans le contexte des communautés en ligne. Ces avancées méthodologiques et théoriques ont été rendues possibles grâce au déploiement, en 2014, du Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification (subventionné par la Fondation canadienne en innovation).

27Le laboratoire rend en outre accessible aux chercheur.se.s de la Faculté de communication des appareils de biométrie (électroencéphalogramme, oculomètre, moniteur d’activité, etc.) et un système de captation audiovisuelle permettant d’enregistrer des séances de jeu. À l’aide de ces outils et de méthodes de recherche plus classiques (comme l’entrevue et le groupe de discussion) sont menées plusieurs études portant sur le sentiment de présence, l’engagement et l’immersion des joueur.se.s en contexte de pratique (Trépanier-Jobin et Couturier, 2018; Homo Ludens, sous évaluation).

28Interrogeant les types d’expériences vécues, ces recherches s’appuient principalement sur la sémiotique (le sens produit), la cyberpsychologie (les émotions suscitées), la philosophie (les affects engagés) et, plus largement, les études médiatiques (les effets du média sur les joueur.se.s et, à l’inverse, les modes d’appropriation des joueur.se.s).

29Considéré comme un média, le jeu vidéo, mais plus largement toutes les formes de jeux sont également abordées comme des productions culturelles et analysées sous l’angle de l’idéologie et, plus particulièrement, des études féministes. S’intéressant à la question des stéréotypes de genre au sein des jeux, du marketing ou des pratiques vidéoludiques (Trépanier-Jobin, 2017; Trépanier-Jobin et Bonenfant, 2017) ou encore à la place des femmes au sein de l’industrie du jeu vidéo (Trépanier-Jobin et Simard, sous évaluation), ce pan des recherches menées à la Faculté de communication se concentre sur des enjeux de reproduction sociale liée à la conception et à la pratique des jeux ou, à l’inverse, sur les possibilités de changements sociaux grâce à ce média populaire. Faisant appel aux théories féministes, les chercheur.se.s mettent aussi en lumière les manifestations de la masculinité hégémonique au sein de l’univers vidéoludique et les progrès en ce qui concerne la place accordée aux femmes.

30Suivant le développement international des études du jeu qui, jusqu’à tout récemment, se concentraient sur les jeux vidéo et même seulement sur certains genres de jeux vidéo (Coavoux, Boutet et Zabban, 2016), les chercheur.se.s de l’UQAM étudient désormais les autres formes de jeux, telles que les jeux de rôle sur table (Paquin, en cours), les jeux de société, les jeux de rôle en grandeur nature (Bonneau, en cours), jusqu’à l’utilisation des stratégies et des mécaniques de jeu dans des contextes extérieurs au jeu appelée « ludification » (gamification) (Bonenfant et Genvo, 2014a, 2014b; Bonenfant et Philippette, 2018). Même si la ludification est de plus en plus présente dans divers domaines de la société, elle est devenue un objet d’étude seulement récemment et un important travail de théorisation reste à faire. En considérant cette reprise des mécaniques et des stratégies de jeu comme une forme langagière, les recherches menées à la Faculté de communication visent le déploiement d’une réflexion conceptuelle, par exemple en définissant une typologie de la ludification à partir d’un modèle communicationnel. Les recherches menées à l’UQAM appliquent également ces avancées théoriques à des cas pratiques, que ce soit en marketing, en éducation ou en santé. Cette mise à l’épreuve du cadre conceptuel développé sur des cas particuliers permet, par un travail itératif, une critique constructive des effets positifs et négatifs de la ludification dans des contextes communicationnels.

31Pour refléter cette ouverture à ces multiples formes du ludique, le groupe Homo Ludens a d’ailleurs changé d’intitulé pour y inclure « les pratiques ludiques », mais aussi pour insister sur « la communication », passant de « Homo Ludens, groupe de recherche sur la communication et la socialisation dans les jeux vidéo » (2006) à « Homo Ludens, groupe de recherche sur les pratiques de jeu et la communication » (2016).

32En effet, les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication de l’UQAM s’efforcent, depuis quelques années, à renforcer la spécificité de leur approche et à se démarquer par leur posture communicationnelle. Ils et elles considèrent non seulement le jeu vidéo comme un espace de communication et de socialisation au même titre que les autres plateformes socionumériques, mais aussi comme un média, c’est-à-dire comme un objet de communication et de médiation entre des producteur.trice.s et des récepteur.trice.s. Selon leur perspective sémiotique, l’organisation régulée des signes le constituant permet une communication signifiante entre les concepteur.trice.s et les joueur.se.s, ainsi qu’entre les joueur.se.s. Ils et elles abordent également le jeu vidéo comme un média de masse et l’étudient comme un vecteur idéologique reproduisant des normes et des valeurs sociales, de même que comme un produit culturel faisant partie d’une industrie ou, dans certains cas, se distinguant de la production dominante.

  • 9 Durant l’année scolaire 2018-2019, Homo Ludens regroupait les membres suivants (en ordre alphabétiq (...)

33À partir de 2015, des réflexions épistémologiques et méthodologiques plus précises ont été entreprises avec des étudiant.e.s de la maîtrise en communication – concentration jeux vidéo et ludification, du doctorat en communication et du doctorat en sémiologie de l’UQAM afin de proposer un cadre épistémologique, conceptuel et méthodologique propre à l’étude des jeux s’inscrivant dans le champ de la communication. Lors de l’année 2018-20199, cette approche communicationnelle a été formalisée au sein du groupe de recherche Homo Ludens pour identifier les postulats des études du jeu propres à la communication, les types de communication qu’il est possible d’étudier selon les questions de recherche et les plans d’analyse correspondant aux terrains d’étude pouvant être explorés.

Étudier le jeu avec une approche communicationnelle

Les postulats

34Partant de l’objet « jeu » comme production discursive, les recherches menées en communication visent à étudier le rapport entre au moins deux éléments du schéma classique de la communication (pôle d’émission/message/pôle de réception) (Shannon et Weaver, 1949) qui, dans le cas présent, met en relation un.e producteur.trice de jeu/un jeu/un.e joueur.se. Selon cette perspective, le rapport est considéré comme étant premier puisqu’il détermine les caractéristiques des éléments reliés. Cet accent mis sur le rapport signifie qu’il ne s’agit pas de définir un objet « jeu » hors de la situation de communication, mais toujours dans un contexte expérientiel nécessairement relatif aux producteur.trice.s et aux récepteur.trice.s impliqué.e.s dans la relation, comme le suggèrent par exemple Hall (1980), dans son modèle de l’encodage/décodage, ou Quéré (1982), avec son concept de tiers symbolisant.

35Conformément à cette posture, les effets du contexte pragmatique de production ou de réception sur le sens produit tiennent un rôle important dans les analyses. Il ne s’agit toutefois pas d’un relativisme total puisque, par la mise en commun, le partage et l’échange, la production de sens est en partie objectivée. Tout comme l’interactionnisme symbolique le soutient (Blumer, 1969), cette approche communicationnelle des études du jeu postule la construction de la réalité par la communication entre individus ou groupes d’individus. Une expérience commune est donc définie par l’intersubjectivité, soit la mise en commun d’informations sur lesquelles un certain consensus existe. Cette mise en commun produit par ailleurs des effets « affectifs » (Boutaud, d’Hauteville et Le Bœuf, 2004) qui peuvent mener à une relation coopérative ou antagoniste entre producteur.trice.s et récepteur.trices. La définition de la communication adoptée par les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication est donc la suivante : processus par lequel l’échange d’information et la mise en relation entre les pôles de production et de réception rend possible une expérience signifiante commune, collaborative ou conflictuelle.

36Suivant cette définition, le sens de la communication est alors produit par les interactions, que ce soit entre des systèmes formels de jeux, des producteur.trice.s ou des joueur.se.s. Le jeu est à la fois objet à interpréter, attitude ou même situation qui favorise une expression ou une expérience du « jouable ». En ce sens, il n’y a pas de jeu sans composantes matérielles et conceptuelles ni sans humain pour produire le jeu ou actualiser les perceptions et les expériences ludiques. Les recherches menées sous cet angle portent donc un intérêt pour les modes de représentation (le « contenu ») et pour les modes de relation – définis selon le contexte de communication chaque fois renouvelé (Watzlawick, Beavin et Jackson, 1967). Le sens de l’objet communicationnel « jeu » n’est jamais fixe et doit se comprendre dans son devenir discursif (Semprini, 2000; Verón, 1987), selon diverses conditions de possibilité et à travers divers types de communication.

Types de communication étudiés

37Sur la base de ces quelques postulats généraux, nous présenterons certaines étapes d’élaboration d’un projet de recherche dans le cadre de l’approche communicationnelle du jeu, soit l’identification du type de communication à l’étude et la sélection des plans d’analyse pertinents.

38Élaborer un projet de recherche implique d’abord et avant tout de formuler une question ou une hypothèse de recherche, puis d’établir, en fonction de cette question, à quel(s) type(s) de communication l’étude correspond afin de mieux définir les postulats épistémologiques et méthodologiques sur lesquels elle s’appuiera. Les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication de l’UQAM ont identifié cinq types de communication, de l’échelle micro à l’échelle macro – la communication artificielle, humain-machine, interpersonnelle, sociale et culturelle –, pouvant être étudiés à partir de différents plans d’analyse, artificiellement différenciés pour les besoins des études.

39En effet, selon cette approche, cinq types distinguent les processus communicationnels : le premier, plus concret, porte sur l’objet-jeu, alors que le dernier, plus abstrait, se situe essentiellement sur le plan discursif. Une autre division ou catégorisation serait évidemment possible : l’objectif poursuivi est simplement de distinguer les types de processus communicationnels engagés lors de l’actualisation du jeu, autant en contexte de production (du jeu, du message) qu’en contexte de réception, afin que les chercheur.se.s puissent organiser leur étude.

40D’abord, la communication artificielle fait référence à l’échange d’information entre plusieurs parties du système formel du jeu, qu’il soit conceptuel (règles, calculs ou autres) ou informatique (programmes, algorithmes ou autres). Cet échange d’information amène le système formel du jeu à se transformer. Fonctionnant sous forme de procédures, ce type de communication suit le modèle cybernétique d’envoi d’informations et de production d’un résultat grâce à la rétroaction (Wiener, 1948). Il pourrait se définir comme suit : procédure par laquelle l’échange d’information systémique ou algorithmique rend possible une rétroaction visant la production d’un résultat. Le fait d’associer le terme communication à ce type de procédure n’implique pas d’ignorer les différences fondamentales entre la communication des êtres humains et celle des systèmes formels ou informatiques : l’adjectif artificielle marque justement cette différence. La communication artificielle n’est pas un processus signifiant au même titre que la communication humaine, mais plutôt une émulation de celle-ci. Dans le contexte propre au jeu, ce type de communication s’effectue entre les différents systèmes ou algorithmes qui forment le jeu et concerne les « calculs » avant que les « résultats » soient transmis aux joueur.se.s. Ce premier niveau de la communication concerne la syntaxe d’un jeu, les règles de programmation, les structures de l’intelligence artificielle, etc.

41La communication humain-machine fait état des échanges d’information entre le système formel du jeu, d’une part, et les producteur.trice.s ou les joueur.se.s, d’autre part. Elle implique à la fois un processus communicationnel humain et une rétroaction machinique tributaire d’une procédure préétablie. Ce type de communication se définit alors comme suit : le processus humain et la procédure machinique par laquelle l’échange d’information rend possible l’interaction et la rétroaction visant à produire une expérience signifiante ou un résultat. Si le terme machine réfère habituellement au système informatique (l’ordinateur, la console, la tablette ou le cellulaire), il réfère ici plus largement à la « machine du jeu » (sous forme de règles, calculs ou autres) et inclut d’autres types de jeu que le jeu vidéo. Les études à partir de ce type de communication se concentrent sur le rapport des producteur.trice.s ou des joueur.se.s à l’objet-jeu et pourraient s’intéresser, par exemple, aux affordances ou à l’agentivité, c’est-à-dire aux possibilités d’action des joueur.se.s dans le jeu. Pourraient également être abordés des sujets comme les effets de l’organisation d’une interface sur l’expérience des joueur.se.s, les possibilités et les contraintes de création sur le plan technique, l’influence d’une composante du jeu sur l’effet de présence, les rapports identitaires entre les joueur.se.s et leurs avatars, etc.

42Les trois derniers types de communications représentent différents degrés de communication humaine impliquant deux individus, quelques individus ou une communauté (entendue dans un sens large à préciser selon l’étude). Les définitions des types de communication sont, en ce sens, similaires : elles reprennent les mêmes éléments, d’une échelle micro à une échelle macro des processus communicationnels.

43La communication interpersonnelle se consacre aux échanges entre quelques producteur.trice.s ou quelques joueur.se.s se déroulant dans des contextes de communication à une échelle micro, au sein d’un groupe restreint. Elle se définit comme suit : le processus par lequel l’échange d’information et la mise en relation de deux ou quelques individus rend possible une expérience signifiante commune, collaborative ou conflictuelle. Les analyses de ce type de communication pourraient chercher à comprendre, par exemple, les dynamiques entre les membres d’un groupe restreint de producteur.trice.s ou de joueur.se.s qui interagissent face à face ou par l’intermédiaire d’une messagerie incorporée au jeu ou sur une plateforme web externe, les conversations entre des dirigeant.e.s de guildes, etc.

44La communication sociale désigne l’échelle méso de la communication humaine, c’est-à-dire les échanges au sein d’un groupe de producteur.trice.s ou de joueur.se.s faisant partie d’une sous-communauté ou d’une communauté. Elle se définit comme suit : le processus par lequel l’échange d’information et la mise en relation au sein d’une (sous)communauté rend possible une expérience signifiante commune, collaborative ou conflictuelle. La communication sociale permet aux communautés de se former une identité commune, en incluant de nouveaux membres, de même qu’en excluant d’autres individus, en étant généralement composées de différentes sous-communautés qui peuvent être en opposition ou en complémentarité, mais qui contribuent toutes à la formation de la communauté qui les regroupe par les échanges entre les membres. Les études concernant ce type de communication ne se situent pas sur le plan individuel, mais plutôt le plan collectif. Elles peuvent porter sur les enjeux de socialisation au sein de milieux de travail industriel ou de communautés de joueur.se.s, sur les effets des outils de communication en jeu sur les processus de normalisation, sur les habitudes interprétatives ou comportementales des producteur.trice.s ou des joueur.se.s, sur les rapports de pouvoir actualisés entre producteur.trice.s et joueur.se.s, etc.

45Finalement, la communication culturelle porte sur les contextes macro de communication entre deux ou plusieurs communautés culturelles distinctes de producteur.trice.s ou de joueur.se.s. Elle se définit comme suit : le processus par lequel l’échange d’information et la mise en relation entre deux ou plusieurs communautés rend possible une expérience signifiante commune, collaborative ou conflictuelle. Par l’expérience commune qui résulte de la mise en commun de ses membres, la communauté arrive à se définir elle-même, par exemple par identification ou opposition à une autre communauté. Relevant de l’ordre des discours, les études s’intéressant à ce type de communication pourraient avoir comme objectif d’identifier les normes et les mœurs régissant les milieux de production ou les communautés de joueur.se.s, ainsi que les valeurs et les croyances qui légitiment l’existence de ces règles ou des sanctions sociales appliquées à ceux et celles qui contreviennent aux règles. Elles pourraient également se concentrer sur l’aspect idéologique des jeux en rapport avec la société qui les produit, le contexte discursif duquel sont issues les communautés, les stéréotypes de genre, d’ethnie ou de classe dans les jeux, etc.

46Ces cinq différents types de communication représentent la variété des phénomènes communicatifs ayant lieu en contexte de production ou de réception de jeux (vidéo, de rôle, de société, etc.), qu’ils soient considérés en tant que médias, lieux de communication et socialisation, formes langagières ou autres. Cette perspective sur l’objet-jeu au sein de la situation de communication, toujours ancrée dans un contexte pragmatique ayant ses propres effets sur le sens du jeu, est en outre influencée par le ou les plans d’analyse qu’adoptera le ou la chercheur.se, c’est-à-dire le terrain concret de l’étude.

Plans d’analyse

47Après la formulation de la question de recherche, qui établit en fait quel(s) type(s) de communication sera ou seront étudiés, la seconde étape méthodologique d’une recherche est la sélection d’un ou de plusieurs terrains d’études permettant de récolter des données pour répondre à la question de recherche ou de confirmer/infirmer l’hypothèse de recherche. Cette étape est associée aux différents plans d’analyse qui déterminent en partie le type de collecte de données nécessaire à l’étude, puis la ou les méthodes à employer. Ces plans d’analyse représentent ce qu’il est possible d’étudier en tant qu’objet et sujet de recherche relativement au jeu et à la situation de communication qui intéressent les chercheur.se.s. La majorité des recherches concernent plus d’un plan et les étapes de l’analyse (le passage d’un plan à l’autre) orientent la méthodologie.

48Les plans d’analyse correspondent aux composantes physiques de l’objet-jeu jusqu’au contexte plus global de production et de réception d’un jeu. Ils peuvent être regroupés en quatre grandes catégories : l’objet-jeu lui-même (en vert sur la figure 2), l’expérience directe du jeu (en bleu), les pratiques des producteur.trice.s ou des joueur.se.s (en rouge) et le contexte de production ou de réception (en jaune).

Figure 2. Plans d’analyse

Figure 2. Plans d’analyse

L’objet-jeu

49Ce que l’on nomme l’« objet-jeu » inclut à la fois la computation, l’intraface, l’interface et la paraface du jeu. Malgré les objections, très souvent justifiées, pouvant être faites à la création de néologismes, il nous semblait nécessaire, dans le cas présent, de définir toutes les facettes de l’objet en utilisant des préfixes signifiants afin de nuancer les plans d’analyse : l’intra/face, la para/face et l’inter/face.

50Le premier plan d’analyse, celui de la computation, est celui qui structure l’objet-jeu. Il renvoie à l’instance de calcul ou au traitement de l’information du système formel ou informatique. Une recherche portant sur ce plan pourrait s’intéresser aux algorithmes, au système de pointage, aux valeurs numériques, au système mathématique de jeu, etc.

51L’intraface désigne l’aspect matériel du système formel ou informatique qui soutient la computation; elle est le lieu du transfert de l’information vers une interface. Une recherche s’intéressant au plan de l’intraface porterait sur les composantes physiques du système (hardware). Dans le cas d’un jeu de table, il s’agirait du matériel de jeu (faces du dé, structuration de la planche, statistiques de la fiche, etc.), et ce, avant toute inscription représentative. Par exemple, dans le cas de l’étude de dés, le fait d’avoir quatre, six, huit, dix ou vingt faces fait partie de l’intraface du jeu, alors que l’aspect visuel de ces faces fait partie de l’interface.

52Dans le cas de certains jeux d’enfants, les plans de la computation et de l’intraface peuvent sembler moins évidents à discerner. Ils sont néanmoins existants : par exemple, dans le cas du jeu de la tague (du loup en France), le plan de la computation représente les fonctions qui sont attitrées aux joueur.se.s et l’intraface concerne le fait qu’un des joueur.se.s (dont les corps deviennent le support matériel du jeu, soit l’équivalent des pions dans un jeu de société) se voit acquérir la fonction de tague (ou de loup), ce qui modifie son interaction avec les autres participants d’une manière prédéterminée par les règles du jeu.

53L’interface réfère, quant à elle, à l’intermédiaire entre le système formel ou informatique et les producteur.trice.s ou les joueur.se.s. Elle est virtuellement présente sur le plan physique; ce qu’elle donne à percevoir n’a pas encore été mis en forme (sémiotiquement ou cognitivement) par un être humain et n’est donc pas encore actualisé au sein de l’expérience (Deleuze, 1968; Granger, 1995). Plus concrètement, ce plan renvoie aux potentialités matérielles (par exemple, écran, dé, planche, etc.), à l’organisation des signes, aux affordances, aux différentes propriétés physiques, aux designs de jeu, aux règles, aux mécaniques de jeu, etc.

Expérience directe du jeu

54L’expérience directe du jeu peut correspondre à deux plans : l’extraface et la paraface du jeu, de la production ou de la réception. Le plan de l’extraface renvoie à la mise en forme actualisée et signifiante de l’interface par les producteur.trice.s ou les joueur.se.s grâce à une perception effective, soit une actualisation de ce qui est virtuellement présent dans l’interface. Dans le schéma des plans d’analyse, l’extraface se superpose légèrement à l’interface puisque celle-ci n’est pas accessible en elle-même dans la réalité pragmatique. Par ailleurs, l’extraface dépasse l’objet-jeu, car elle n’est pas seulement une composante de l’objet : elle dépend aussi en partie de la paraface de la production ou de la réception qui conditionne la manière dont sera interprétée l’interface. Lors de l’expérience du logiciel ou du jeu, l’interface est sémiotiquement ou cognitivement mise en forme dans l’extraface et cette mise en forme est influencée par les conditions directes de réception présentes dans la paraface. L’extraface réfère donc aux processus sémiotiques, aux représentations et thématiques interprétées, aux référents culturels, aux messages, etc.

55Dans ce contexte, la paraface est le premier niveau de contexte, c’est-à-dire celui qui est le plus près des pratiques ou de l’objet. Il réfère à l’échelle micro selon la même logique que pour les types de communication dans la section précédente. Inspiré par le concept de paratexte développé par Gérard Genette (1987) et repris par Consalvo (2007), la paraface du jeu renvoie plus précisément à l’ensemble des éléments contextuels directs qui complémentent le jeu et qui en orientent l’interprétation. Elle inclut le marketing, le titre, les crédits, la boîte physique du jeu ou son emballage, la description du jeu, le guide, le cheatbook, l’ensemble des produits dérivés, les bandes-annonces, les let’s play, les walkthrough, les machinimas, les mods, etc.

56La paraface de la production est l’ensemble des éléments contextuels directs entourant la production d’un jeu sur le plan individuel. Il peut s’agir de la définition de tâche des postes occupés par les producteur.trice.s, des contraintes techniques imposées par les différents logiciels de création, des conditions de travail directes dans lequel le projet est réalisé (échéancier, équipe, etc.), des autres outils de travail à partir duquel le jeu est créé, etc.

57Finalement, la paraface de la réception désigne l’ensemble des éléments contextuels directs entourant la pratique ludique sur plan individuel. Il peut s’agir de la présence physique d’autres joueur.se.s, de nourriture et de boissons, du lieu et de l’heure de pratique d’un jeu, du type de support informatique, des conditions physiques de pratique, de l’état physique et mental des joueur.se.s, etc.

Les pratiques

58Le plan des pratiques désigne les manières usuelles d’agir des individus auxquelles s’intéresse l’analyse. Il réfère aux champs des activités humaines organisées sous forme d’habitudes au sein de petits ou de grands groupes. Dans le cas de la production, les pratiques se définissent comme la manière de travailler afin de produire un jeu propre à un.e producteur.trice ou à un groupe de producteur.trice.s. Il s’agit donc d’étudier les interactions des producteur.trice.s avec l’objet de leur travail, leur marge de liberté créative, leurs relations entre collègues et supérieurs, les façons d’aborder leurs tâches quotidiennes, etc.

59Dans le cas de la réception, les pratiques se définissent comme la manière habituelle d’interagir avec le jeu et les autres joueur.se.s propre à un.e joueur.se ou à un groupe de joueur.se.s. Il s’agit donc de s’intéresser à l’agentivité des joueur.se.s, à la jouabilité et aux manières de jouer (play), aux façons distinctes de composer des groupes de joueur.se.s, aux types d’interactions avec les partenaires ou les adversaires, à l’actualisation des règles sociales dans des comportements récurrents, etc.

Les contextes

60Après la paraface, le contexte interne est le deuxième niveau contextuel. Il représente les situations au sein desquelles ont cours les pratiques des pôles de production et de réception au niveau méso. Le contexte interne de production regroupe donc l’ensemble des circonstances au sein desquelles s’exécute le travail des producteur.trice.s du jeu sur le plan collectif. Plus précisément, il peut s’agir des caractéristiques de l’entreprise (sociodémographie, lieu, structure organisationnelle), de l’environnement de travail, du modèle d’affaires de l’entreprise, du type de processus de création, des moyens financiers à la disposition de la production, du type d’entreprise, des normes du milieu ou du groupe de travail, etc.

61De manière similaire, le contexte interne des joueur.se.s désigne l’ensemble des circonstances au sein desquelles a cours l’exercice du jeu. Dans ce cas, il peut s’agir d’étudier les stratégies des joueur.se.s (meta), les sous-communautés de joueur.se.s avec leurs spécificités respectives, les outils de communication usuellement utilisés, l’évolution des normes au sein des sous-communautés, etc.

62Le contexte externe est le plan contextuel le plus englobant de l’approche communicationnelle, qui se situe à l’échelle macro. Du côté de la production, le contexte externe regroupe l’ensemble des caractéristiques culturelles et sociétales au sein desquelles s’exécute le travail des producteur.trice.s du jeu, alors que, du côté de la réception, il s’agit de l’ensemble des caractéristiques culturelles et sociétales au sein desquelles se déroule l’exercice du jeu. Ces deux plans renvoient aux caractéristiques géographiques, historiques, économiques, politiques, sociologiques, religieuses, artistiques ou autres de la culture associée aux producteur.trice.s et aux joueur.se.s. Les études se situant sur ce plan discursif s’intéressent à ces aspects, tout comme aux idéologies, aux valeurs, aux croyances, aux mœurs et aux visions du monde des cultures des producteur.trice.s et des joueur.se.s, etc.

63Tous ces plans d’analyse permettent d’étudier le jeu selon une approche communicationnelle, de la computation de l’objet-jeu jusqu’au contexte externe de production et de réception. Ils aident à cibler avec précision les différents terrains d’une recherche, de même que leur articulation au sein d’une méthodologie. Tous les plans ne fournissent pas les mêmes types d’informations sur le « jeu » et permettent de récolter des données différentes pour l’étude. Il est donc important d’adapter les méthodes de recherche et les techniques de collecte de données à chaque plan concerné par la question ou l’hypothèse de recherche.

Conclusion

64Même si les réflexions portant sur le jeu remontent à la Grèce Antique, les études dédiées spécifiquement aux diverses manifestations du jeu sont relativement récentes. Empruntant à diverses disciplines des concepts, des théories et des méthodes, les chercheur.se.s intéressé.e.s par le jeu se spécialisent de plus en plus et développent actuellement des appareillages conceptuels, théoriques et méthodologiques propres à leur champ d’études.

65En ce sens, les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication de l’UQAM se sont, au fil des années, positionné.e.s au sein des études du jeu en développant les spécificités communicationnelles de leur approche. S’il existe une grande variabilité des perspectives communicationnelles dans les recherches menées à la Faculté de communication, un ancrage commun existe par le partage d’un certain nombre de postulats issus de la communication. Le jeu est considéré au sein même du schéma classique de la communication mettant en relation un jeu, un émetteur.trice/concepteur.trice et un.e récepteur.trice/joueur.se. En tant que « message », le jeu est inscrit dans un processus d’échange d’informations, que ce soit sur les plans de la communication artificielle, humain-machine, interpersonnelle, sociale ou culturelle. Le jeu n’est pas un objet fixe, mais doit se comprendre, conformément à la définition de la communication adoptée par les chercheur.se.s en études du jeu de la Faculté de communication, en tant que contenu et relation inscrits au sein de contextes pragmatiques nécessairement changeants.

66Étudiant ainsi les objets, les expériences, les pratiques et les contextes, les recherches en études du jeu à la Faculté de communication portent autant sur les modes de représentation que sur les modes de relation entre le pôle de production et le pôle de réception. Par ailleurs, l’approche critique adoptée leur donne une teinte particulière en remettant sans cesse en question ce qui est acquis, autant en matière de jugements négatifs que positifs, afin d’offrir des pistes de réflexion approfondies. La perspective communicationnelle affirmée, l’approche critique et la volonté de contribuer à la société définissent ainsi l’identité originale des études du jeu menées à la Faculté de communication de l’UQAM.

67L’explicitation des postulats et des plans d’analyse propres à l’approche communicationnelle aidera à structurer de manière cohésive les études à venir. En effet, la posture épistémologique clairement établie et la méthodologie logiquement articulée posent déjà des bases à partir desquelles les chercheur.se.s en communication peuvent s’orienter pour réaliser leur recherche. Néanmoins, cette organisation doit demeurer flexible afin que de nouveaux concepts, méthodes et sujets d’étude puissent émerger librement, en laissant aux chercheur.se.s une marge de manœuvre nécessaire à une production originale de connaissances. Le présent article demeure donc une « proposition » soumise comme modèle à partir duquel travailler et qui sera toujours à retravailler.

Haut de page

Bibliographie

Aarseth, E. (1997). Cybertext: Perspectives on Ergodic Literature. Baltimore, MD : Johns Hopkins University Press.

Aarseth, E. (2001). Computer Game Studies, Year One. Game Studies, 1(1). Repéré à http://gamestudies.org

Anderson, C. A., Gentile, D. A. et Buckley, K. E. (2007). Violent Video Game Effects on Children and Adolescents: Theory, Research, and Public Policy. Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press.

Aristote. (2000 [-350]). Nicomachaen Ethics (traduit par R. Crisp). Cambridge, Royaume-Uni : Cambridge University Press. doi: 10.1017/CBO9780511802058

Arsenault, D. (2009). Video Game Genre, Evolution and Innovation. Eludamos. Journal for Computer Game Culture, 3(2), 149-176.

Arsenault, D. (2013). Qui est « je »? Autour de quelques stratégies vidéoludiques de design de personnage pour gérer l’actantialité ludo-narrative du joueur et son immersion fictionnelle. Dans R. Bourassa et L. Poissant (dir.), Avatars, personnages et acteurs virtuels (p. 105-115). Québec, Québec : Les Presses de l’Université du Québec.

Avedon, E. M. et Sutton-Smith, B. (dir.). (1971). The Study of Games. New York, NY : John Wiley & Sons.

Ballard, M., Visser, K. et Jocoy, K. (2012). Social Context and Video Game Play: Impact on Cardiovascular and Affective Responses. Mass Communication and Society, 15(6), 875-898. doi: 10.1080/15205436.2011.632106

Bartle, R. (1996). Hearts, clubs, diamonds, spades: Players who suit MUDs. Journal of MUD Research, 1(1). Repéré à http://www.arise.mae.usp.br/wp-content/uploads/2018/03/Bartle-player-types.pdf

Bateson, G. (1977 [1972]). Vers une écologie de l’esprit. Tome I (traduit par F. Drosso, L. Lot et E. Simion). Paris, France : Éditions du Seuil.

Beasley, B. et Standley, T. C. (2002). Shirts vs. Skins: Clothing as an Indicator of Gender Role Stereotyping in Video Games. Mass Communication and Society, 5(3), 279-293. doi: 10.1207/S15327825MCS0503_3

Bell, C. E. (2017). Sexualization and Gamer Avatar Selection in League of Legends. Atlantic Journal of Communication, 25(2), 65-87. doi: 10.1080/15456870.2017.1286342

Berry, V. (2012). L’expérience virtuelle. Jouer, vivre, apprendre dans un jeu vidéo. Rennes, France : Presses universitaires de Rennes.

Blanchet, A. (2010). Des pixels à Hollywood : cinéma et jeu vidéo, une histoire économique et culturelle. Châtillon, France : Pix’n Love.

Blumer, H. (1969). Symbolic Interactionism: Perspective and Method. Englewood Cliffs, NJ : Prentice-Hall.

Bobate, A. (2019). Les différences de traitement, de discours et de reconnaissance entre les fanfictions et les fanarts : cas de la communauté Aventures (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal.

Boellstorff, T., Nardi, B., Pearce, C. et Taylor, T. L. (2012). Ethnography and Virtual Worlds: A Handbook of Method. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Bogost, I. (2007). Persuasive Games. The Expressive Power of Videogames. Cambridge, MA : The MIT Press.

Bonenfant, M. (2008). L’espace d’appropriation dans les jeux vidéo. Médiamorphoses, (22), 63-68.

Bonenfant, M. (2010a). Sens, fonction et appropriation du jeu : l’exemple de World of Warcraft (Thèse de doctorat). Université du Québec à Montréal.

Bonenfant, M. (2010b). Le jeu comme producteur culturel : distinction entre la notion et la fonction de jeu. Ethnologies, 32(1), 51-69. doi: 10.7202/045212ar

Bonenfant, M. (2011a). La construction de l’identité dans les jeux vidéo en réseau. Dans M. Garneau, H.-J. Lüsebrink et W. Moser (dir), Enjeux interculturels des médias : altérités, transferts et violences (p. 341-365), Ottawa, Ontario : Presses de l’Université d’Ottawa.

Bonenfant, M. (2011b). Pour un changement de paradigme : évaluer l’amitié dans les jeux vidéo en ligne. Dans C. Perraton, M. Fusaro et M. Bonenfant (dir.), Socialisation et communication dans les jeux vidéo (p. 205-225). Montréal, Québec : Presses de l’Université de Montréal.

Bonenfant, M. (2012). Le siège dans l’espace numérique : le cas des joueurs experts face aux compagnies de jeux vidéo. Dans S. Harel (dir), Les figures du siège au Québec : les formes consensuelles et conflictuelles de la centralité en contexte minoritaire (p. 131-151), Québec, Québec : Presses de l’Université Laval.

Bonenfant, M. (2013). Rôle de l’avatar et identité dans les jeux vidéo. Dans R. Bourassa et L. Poissant (dir.), Avatars, personnages et acteurs virtuels (p. 171-193). Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Bonenfant, M. (2014). Le mème numérique : une étude sémiotique des réseaux à partir des concepts de trace et d’indice. Communiquer. Revue internationale de communication sociale et publique, (12), 27-42.

Bonenfant, M. (2015). Le libre jeu : réflexion sur l’appropriation de l’activité ludique. Montréal, Québec : Liber.

Bonenfant, M. et Arsenault, D. (2016). Dire, faire et être par les jeux vidéo : l’éthique et la performativité au prisme des rhétoriques procédurale et processuelle. Implications philosophiques. Repéré à http://www.implications-philosophiques.org/ethique-et-politique/ethique/dire-faire-etre-ethique-performativite-et-rhetoriques-procedurale-et-processuelle-dans-les-jeux-video/

Bonenfant, M., Deslauriers, P. et Heddad, I. (2019). Qualifying identity, communicational, and social relationships of a AAA online multiplayer gaming community through the analysis of in-game and out-game data. Dans G. Wallner (dir.), Data Analytics Applications in Gaming & Entertainment (p. 183-204). New York, NY : CRC Press.

Bonenfant, M. et Genvo, S. (dir.) (2014a). Questionner les mises en forme ludiques du web : gamification, ludification et ludicisation. Sciences du jeu, (2). doi: 10.4000/sdj.196

Bonenfant, M. et Genvo, S. (2014b). Une approche située et critique du concept de gamification. Sciences du jeu, (2). doi: 10.4000/sdj.286

Bonenfant, M., Lafrance St-Martin, L. I., Prégent, F. et Crémier, L. (2018). Social systems and behavioral norms: The comparative case study of Guild Wars II and League of Legends. Dans K. Lakkaraju et G. Sukthankar (dir.), Social Interaction in Virtual Worlds (p. 130-161). Cambridge, Royaume-Uni : Cambridge University Press.

Bonenfant, M. et Meurs, M.-J. (2018). Collaboration Between Social Sciences and Computer Science: Toward a Cross-Disciplinary Methodology for Studying Big Social Data from Online Communities. Dans J. Hunsinger, L. Klastrup et M. M. Allen (dir.), Second International Handbook of Internet Research (p. 1-17). Dordrecht, Pays-Bas : Springer Netherlands. doi: 10.1007/978-94-024-1202-4_39-1

Bonenfant, M. et Philippette, T. (2018). Rhétorique de l’engagement ludique dans des dispositifs de ludification. Sciences du jeu, (10). doi: 10.4000/sdj.1422

Bonenfant, M., Richert, F. et Deslauriers, P. (2017). Using Big Data Tools and Techniques to Study a Gamer Community: Technical, Epistemological, and Ethical Problems. Loading..., 10(16), 87-108.

Bonenfant, M. et Trépanier-Jobin, G. (2018). Effets spéciaux dans les machinimas : le trucage des représentations vidéoludiques. Écranosphère. Repéré à http://www.ecranosphere.ca/articles/2018/pdf/HorsNumero_n3.pdf

Bonneau, J. (en cours). Donjon & Communication : analyse des conflits communicationnels et effets de la négociation des règles dans le jeu de rôle (Thèse de doctorat). Université du Québec à Montréal.

Brougère, G. (2013). Jacques Henriot et les sciences du jeu ou la pensée de Villetaneuse. Sciences du jeu, (1). doi: 10.4000/sdj.202

Boutaud, J.‐J., d’Hauteville, F. et Le Bœuf, C. (2004). Communiquer le sensoriel. Montpellier, France : Éditions Agropolis.

Caillois, R. (1967 [1958]). Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige (2e éd. revue et augmentée). Paris, France : Gallimard.

Calleja, G. (2011). In-Game: From Immersion to Incorporation. Cambridge, MA : The MIT Press.

Compagno, D. et Coppock, P. (dir.). (2009). Computer Games between Text and Practice. E/C Serie Speciale, 3(5).

Carr, D., Schott, G., Burn, A. et Buckingham, D. (2004). Doing Game Studies: A Multi-Method Approach to the Study of Textuality, Interactivity and Narrative Space. Media International Australia incorporating Culture and Policy, 110(1), 19-30. doi: 10.1177/1329878X0411000105

Cassell, J. et Jenkins, H. (dir.). (1998). From Barbie to Mortal Kombat: Gender and Computer Games. Cambridge, MA : The MIT Press.

Castell, S. de, Taylor, N., Jenson, J. et Weiler, M. (2012). Theoretical and methodological challenges (and opportunities) in virtual worlds research. Dans Proceedings of the International Conference on the Foundations of Digital Games (p. 134-140). Raleigh, NC : Association for Computing Machinery. https://doi.org/10.1145/2282338.2282366

Castronova, E. (2005). Synthetic Worlds: The Business and Culture of Online Games. Chicago, IL : University of Chicago Press.

Charrieras, D. (2009). Le producteur de jeux vidéo comme interface. Un exemple d’application de la narratologie de Greimas à l’analyse de la production de jeux vidéo. Communiquer. Revue de communication sociale et publique, (1), 111-126. doi: 10.4000/communiquer.326

Coavoux, S., Boutet, M. et Zabban, V. (2016). What We Know About Games: A Scientometric Approach to Game Studies in the 2000s. Game Studies, 12(6), 563-584.

Consalvo, M. (2007). Cheating: Gaining Advantage in Videogames. Cambridge, MA : The MIT Press.

Consalvo, M. et Dutton, N. (2006). Game analysis: Developing a methodological toolkit for the qualitative study of games. Game studies, 6(1). Repéré à http://gamestudies.org/06010601/articles/consalvo_dutton

Corneliussen, H. et Rettberg, J. W. (dir.). (2008). Digital Culture, Play, and Identity: A World of Warcraft Reader. Cambridge, MA : The MIT Press.

Couturier, A. (2019). Les effets de sens du média vidéoludique sur les représentations de la Première Guerre mondiale : les cas de Soldat inconnus et Battlefield 1 (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal.

Culin, S. (1895). Korean Games with Notes on the Corresponding Games of China and Japan. Philadelphie, PN : University of Pennsylvania Press.

Deleuze. G. (1981 [1968]). Différence et répétition. Paris, France : Presses universitaires de France.

Deslauriers, P. (2016). Construction discursive de l’industrie indépendante du jeu vidéo : le cas de la vente de Mojang à Microsoft (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal.

De Simone, J. J. (2013). What Is Good Can Also Be Bad: The Prosocial and Antisocial In-Game Behaviors of Young Video Game Players. Atlantic Journal of Communication, 21(3), 149-163. doi: 10.1080/15456870.2013.801756

Dibbell, J. (2006). Play Money: Or, How I Quit My Day Job and Made Millions Trading Virtual Loot. New York, NY : Basic Books.

Donovan, T. (2010). Replay: The History of Video Games. East Sussex, Royaume-Uni : Yellow Ant.

Drachen, A., Sifa, R., Bauckhage, C. et Thurau, C. (2012). Guns, swords and data: Clustering of player behavior in computer games in the wild. Dans 2012 IEEE Conference on Computational Intelligence and Games (CIG) (p. 163-170). https://doi.org/10.1109/CIG.2012.6374152

Ducheneaut, N., Yee, N., Nickell, E. et Moore, R. J. (2006). Building an MMO with mass appeal: A look at gameplay in World of Warcraft. Games and Culture, 1(4), 281-317.

Ducheneaut, N., Yee, N., Nickell, E. et Moore, R. J. (2007). The life and death of online gaming communities: A look at guilds in World of warcraft. Dans Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems (p. 839-848). San Jose, CA : Association for Computing Machinery. https://doi.org/10.1145/1240624.1240750

Duflo, C. (1997). Jouer et philosopher. Paris, France : Presses universitaires de France.

Dumont, A. (2019). Analyse des rapports de pouvoir entre la communauté de joueurs de Dota 2 et l’entreprise de jeux vidéo Valve (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal.

Dyer-Witheford, N. et de Peuter, G. (2006). “EA spouse” and the Crisis of Video Game Labour: Enjoyment, Exclusion, Exploitation, Exodus. Canadian Journal of Communication, 31(3), 599-617.

Dyer-Witheford, N. et de Peuter, G. (2009). Games of Empire: Global Capitalism and Video Games. Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Dyer-Witheford, N. et Sharman, Z. (2005). The Political Economy of Canada’s Video and Computer Game Industry. Canadian Journal of Communication, 30(2). doi: 10.22230/cjc.2005v30n2a1575

Egenfeldt-Nielsen, S. (2005). Beyond Edutainment: Exploring the Educational Potential of Computer Games (Thèse de doctorat). IT University of Copenhagen.

Egenfeldt-Nielsen, S., Smith, J. H. et Tosca, S. P. (2008). Understanding Video Games: The Essential Introduction. New York, NY : Routledge.

Elson, M. et al. (2014). More Than Stories With Buttons: Narrative, Mechanics, and Context as Determinants of Player Experience in Digital Games. Journal of Communication, 64(3), 521-542. doi: 10.1111/jcom.12096

Eskelinen, M. (2001). The gaming situation. Game studies, 1(1). Repéré à http://www.gamestudies.org/0101/eskelinen/

Farrar, K. M., Krcmar, M. et McGloin, R. P. (2013). The Perception of Human Appearance in Video Games: Toward an Understanding of the Effects of Player Perceptions of Game Features. Mass Communication and Society, 16(3), 299-324. doi: 10.1080/15205436.2012.714440

Fernández-Vara, C. (2015). Introduction to Game Analysis. New York, NY : Routledge.

Fink, E. (1966 [1960]). Le jeu comme symbole du monde (traduit par H. Hildenbrand et A. Lindenberg). Paris, France : Éditions de Minuit.

Flanagan, M. (2009). Critical Play: Radical Game Design. Cambridge, MA : The MIT Press.

Frasca, G. (1999). Ludology meets narratology: Similitude and differences between (video)games and narrative. Ludology.org: video game theory. Repéré à http://ludology.typepad.com/weblog/articles/ludology.htm

Freud, S. (1927 [1920]). Au-delà du principe de plaisir (traduit par S. Jankélévitch). Paris, France : Payot.

Fusaro, M. et Bonenfant, M. (2010). L’étude des jeux vidéo en ligne : une analyse des processus communicationnels dans une perspective d’innovation sociale et technologique. ESSACHESS-Journal for Communication Studies, 3(2), 29-46.

Galloway, A. (2006). Gaming: Essays on Algorithmic Culture. Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Garham, N. (1990). Capitalism and Communication: Global Culture and the Economics of Information. Londres, Royaume-Uni : Sage Publications.

Gee, J. P. (2003). What Video Games Have to Teach Us About Learning and Literacy. New York, NY : Palgrave Macmillan.

Gee, J. P. (2006). Why Game Studies Now? Video Games: A New Art Form. Games and Culture, 1(1), 58-61. https://doi.org/10.1177/1555412005281788

Genette, G. (1987). Seuils. Paris, France : Éditions du Seuil.

Genvo, S. (dir.) (2005). Le game design de jeux vidéo : approches de l’expression vidéoludique. Paris, France : L’Harmattan.

Goffman, E. (1959). The Presentation of Self in Everyday Life. Garden City, NY : Doubleday & Company.

Granger, G.-G. (1995). Le probable, le possible et le virtuel, Paris. France : Éditions Odile Jacob.

Greenfield, P. M. (1984). Mind and Media: The Effects of Television, Video Games, and Computers. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Groos, K. (1898 [1896]). The Play of Animals (traduit par E. L. Baldwin). New York, NY : D. Appleton and Company.

Groos, K. (1901 [1899]). The Play of Man (traduit par E. L. Baldwin). New York, NY : D. Appleton and Company.

Hall, S. (1980). Encoding/Decoding. Dans S. Hall, D. Hobson, A. Lowe et P. Willis (dir.), Culture, Media, Language (p. 128-138). Londres, Royaume-Uni : Hutchinson.

Henriot, J. (1969). Le jeu. Paris, France : Presses universitaires de France.

Henriot, J. (1989). Sans couleur de jouer. Paris, France : José Corti.

Herman, E. et Chomsky, N. (1988). Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media. New York, NY : Pantheon Books.

Homo Ludens. (en évaluation). Étudier l’immersion en laboratoire. Quand les chercheurs s’interposent entre le jeu et le joueur. Dans Liège Game Lab (dir.), Entre le jeu et le joueur : écarts et médiations. Liège, Belgique : Presse universitaires de Liège.

Horkheimer, M. et Adorno, T. W. (1974 [1947]). La dialectique de la raison : fragments philosophiques (traduit par É. Kaufholz). Paris, France : Gallimard.

Huizinga, J. (1951 [1938]). Homo ludens : Essai sur la fonction sociale du jeu (C. Seresia, trad.). Paris, France : Gallimard.

Innis, H. (1950). Empire and Communications. Toronto, Ontario : Toronto University Press.

Ivory, J. D. (2006). Still a Man’s Game: Gender Representation in Online Reviews of Video Games. Mass Communication and Society, 9(1), 103-114. doi: 10.1207/s15327825mcs0901_6

Jenkins, H. (2004). Game Design as Narrative Architecture. Dans N. Wardrip-Fruin et P. Harrigan (dir.), First Person: New Media as Story (p. 118-130). Cambridge, MA : The MIT Press.

Jenson, J. et de Castell, S. (2008). Theorizing gender and digital gameplay: Oversights, accidents and surprises. Eludamos. Journal for Computer Game Culture, 2(1), 15-25.

Jenson, J. et de Castell, S. (2011). Girls@Play: An ethnographic study of gender and digital gameplay. Feminist Media Studies, 11(2), 167-179. doi: 10.1080/14680777.2010.521625

Jobin, A. (2018). Theorycrafting : analyse des stratégies élaborées par les joueurs pour optimiser leurs performances dans le jeu World of Warcraft (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal.

Juul, J. (2001). Games Telling stories? A brief note on games and narratives. Game studies, 1(1). Repéré à http://gamestudies.org/0101/juul-gts/

Juul, J. (2005). Half-Real: Video Games Between Real Rules and Fictional Worlds. Cambridge, MA : The MIT Press.

Kafai, Y. B., Richard, G. T. et Tynes, B. M. (2017). Diversifying Barbie and Mortal Kombat: Intersectional Perspectives and Inclusive Designs in Gaming. Pittsburgh, PA : ETC Press.

Kallinen, K., Salminen, M., Ravaja, N., Zedzior, R. et Sääksjärvi, M. (2007). Presence and Emotion in Computer Game Players during 1st Person vs. 3rd Person Playing View: Evidence from Self-Report, Eye-Tracking, and Facial Muscle Activity Data. Dans L. Moreno (dir.), PRESENCE 2007: The 10th Annual International Workshop on Presence, October 25 - 27, 2007, Barcelona, Spain, [Annual conference Proceedings] (p. 187-190). Barcelone, Espagne : International Society for Presence Research.

Kant, I. (1908 [1803]). The Educational Theory of Immanuel Kant (traduit par E. F. Buchner). Philadelphie, PN : J. B. Lippincott Company. Repéré à https://www.forgottenbooks.com

Kent, S. L. (2001). The Ultimate History of Video Games. New York, NY : Three Rivers Press.

King, L. (dir.). (2002). Game On: The History and Culture of Video Games. New York, NY : Universe Publishing.

Kirkpatrick, G. (2011). Aesthetic Theory and the Video Game. Manchester, Royaume-Uni : Manchester University Press.

Klastrup, L. (2003). A Poetics of Virtual Worlds. Dans A. Miles (dir.), MelbourneDAC: The 5th International Digital Arts and Culture Conference. Melbourne, Australie : RMIT University.

Kline, S., Dyer-Witheford, N. et De Peuter, G. (2003). Digital Play: The Interaction of Technology, Culture, and Marketing. Montréal, Québec : McGill-Queen’s University Press.

Lammes, S. (2007). Approaching game-studies: Towards a reflexive methodology of games as situated cultures. Dans DiGRA ’07 - Proceedings of the 2007 DiGRA International Conference: Situated Play (vol. 4, p. 25-30). Tokyo, Japon : Digital Games Research Association. Repéré à www.digra.org/wp-content/uploads/digital-library/07311.28016.pdf

Legault, M. et Weststar, J. (2015). The capacity for mobilizatioin in project-based cultural work: A case of the video game industry. Canadian Journal of Communication, 40(2), 203-221.

Leibniz, G. W. (1995). L’estime des apparences. Paris, France : Éditions Vrin.

Lessard, J. (2013). Histoire formelle du jeu d’aventure sur ordinateur (le cas de l’Amérique du Nord de 1976-1999) (Thèse de doctorat). Université de Montréal.

Lonergan, C. et Weber, R. (2019). Reconceptualizing Physical Sex as a Continuum: Are There Sex Differences in Video Game Preference?. Mass Communication and Society, 1-31. doi: 10.1080/15205436.2019.1654518

Lynch, T et al. (2016). Sexy, Strong, and Secondary: A Content Analysis of Female Characters in Video Games across 31 Years: Female Game Characters across 31 Years. Journal of Communication, 66(4), 564-584. doi: 10.1111/jcom.12237

Malaby, T. M. (2009). Making Virtual Worlds: Linden Lab and Second Life. Ithaca, NY : Cornell University Press.

Malliet, S. (2007). Adapting the principles of ludology to the method of video game content analysis. Game Studies, 7(1). Repéré à http://gamestudies.org/0701/articles/malliet

Mäyrä, F. (2008). An Introduction to Game Studies Games in Culture. Londres, Royaume-Uni : Sage Publications.

McGloin, R., Farrar, K. et Krcmar, M. (2013). Video Games, Immersion, and Cognitive Aggression: Does the Controller Matter?. Media Psychology, 16(1), 65-87.

McGonigal, J. (2011). Reality Is Broken: Why Games Make Us Better and How They Can Change the World. New York, NY : Penguin Group.

McLuhan, M. (1964). Understanding Media: The Extensions of Man. New York, NY : McGraw-Hill Book Company.

Mead, G. H. (1934). Mind, Self, and Society. Chicago, IL : University of Chicago Press.

Murray, H. J. R. (2015 [1913]). A History of Chess. New York, NY : Skyhorse Publishing.

Murray, J. H. (1997). Hamlet on the Holodeck: The Future of Narrative in Cyberspace. Cambridge, MA : The MIT Press.

Myers, D. (1999). Simulation as Play: A Semiotic Analysis. Simulation & Gaming, 30(2), 147-162. https://doi.org/10.1177/104687819903000205

Myers, D. (2003). The Nature of Computer Games: Play as Semiosis. New York, NY : Peter Lang.

Nacke, L. et Lindley, C. A. (2009). Affective Ludology, Flow and Immersion in a First- Person Shooter: Measurement of Player Experience. Loading..., 3(5). Repéré à http://journals.sfu.ca/loading/index.php/loading/article/view/72

Najjar, S. (2010). Médiation ludique et socialité virtuelle. ESSACHESS-Journal for Communication Studies, 2(6), 131-146.

Newman, J. (2004). Videogames. Londres, Royaume-Uni : Routledge.

Neumann, J. V. et Morgenstern, O. (1944). Theory of Games and Economic Behavior. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Nooney, L. (2013). A Pedestal, A Table, A Love Letter: Archaeologies of Gender in Videogame History. Game Studies, 13(2). Repéré à http://gamestudies.org/1302/articles/nooney

Palomba, A. (2016). Brand Personalities of Video Game Consoles. American Communication Journal, 18(1), 63-82.

Paquin, E. (en cours). Dynamiques des groupes restreints dans les jeux de rôle sur table (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal.

Parker, F. et Jenson, J. (2017). Canadian indie games between the global and the local. Canadian Journal of Communication, 42(5), 867-891.

Pascal, B. (1978 [1670]). Pensées. Paris, France : Éditions du Seuil.

Pearce, C. (2009). Communities of Play: Emergent Cultures in Multiplayer Games and Virtual Worlds. Cambridge, MA : The MIT Press.

Peng, W., Lee, M. et Heeter, C. (2010). The Effects of a Serious Game on Role-Taking and Willingness to Help. Journal of Communication, 60(4), 723-742. doi: 10.1111/j.1460-2466.2010.01511.x

Perron, B. (2012 [2006]). Silent Hill: The Terror Engine. Ann Arbor, Michigan : University of Michigan Press.

Petry, N. M. et al. (2014). An international consensus for assessing internet gaming disorder using the new DSM-5 approach. Addiction, 109(9), 1399-406.

Philippette, T. (2011) Les groupes d’affinité au service des compétences dans les jeux vidéo en ligne. Recherches en communication, (33), 147-160.

Piaget, J. (1945). La formation du symbole chez l’enfant : imitation, jeu et rêve, image et représentation. Paris, France : Delachaux et Niestlé.

Platon. (1997 [-400]). Les lois (extraits) (traduit par A. Castel-Bouchouchi). Paris, France : Gallimard.

Pluhar, E., Kavanaugh, J. R., Levinson, J. A. et Rich, M. (2019). Problematic interactive media use in teens: Comorbidities, assessment, and treatment. Psychology Research and Behavior Management, 12, 447-455.

Pontes, H. M. et al. (2019). Measurement and conceptualization of Gaming Disorder according to the World Health Organization framework: The development of the Gaming Disorder Test. International Journal of Mental Health and Addiction. doi: 10.1007/s11469-019-00088-z

Quandt, T. et al. (2015). Digital Games Research: A Survey Study on an Emerging Field and Its Prevalent Debates. Digital Games Research: An Emerging Field. Journal of Communication, 65(6), 975-996. doi: 10.1111/jcom.12182

Quéré, L. (1982). Des miroirs équivoques. Aux origines de la communication moderne. Paris, France : Aubier.

Raessens, J. et Goldstein, J. (dir.). (2005). Handbook of Computer Game Studies. Cambridge, MA : The MIT Press.

Robinson, W. et Simon, B. (2015). Little Big Planet : la créativité numérique à l’œuvre. Tracés. Revue de sciences humaines, (28), 99-118. doi: 10.4000/traces.6201

Ryan, M.-L. (2001). Beyond Myth and Metaphor – The case of narrative in digital media. Game Studies, 1(1). Repéré à http://www.gamestudies.org/0101/ryan/

Ryan, M.-L. (2006). Computer Games as Narrative. Dans M.-L. Ryan (dir.), Avatars of Story (p. 181-203). Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Salen, K. et Zimmerman, E. (2003). Rules of Play: Game Design Fundamentals. Cambridge, MA : The MIT Press.

Salen, K. et Zimmerman, E. (2005). The Game Design Reader: A Rules of Play Anthology. Cambridge, MA : The MIT Press.

Sauvé, L., Renaud, L., Kaufman, D. et Duplàa, E. (2016). Un essai de typologie à l’appui de l’utilisation des jeux par les aînés. Communiquer. Revue de communication sociale et publique, (17), 1-23. doi: 10.4000/communiquer.1922

Scharrer, E. (2004). Virtual Violence: Gender and Aggression in Video Game Advertisements. Mass Communication and Society, 7(4), 393-412. doi: 10.1207/s15327825mcs0704_2

Scharrer, E. et Leone, R. (2006). I Know You Are But What Am I? Young People’s Perceptions of Varying Types of Video Game Influence. Mass Communication and Society, 9(3), 261-286. doi: 10.1207/s15327825mcs0903_1

Schiller, F. (1992 [1795]). Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme (2e éd.; traduit par R. Leroux). Paris, France : Aubier.

Schiller, H. I. (1976). Communication and cultural domination. White Plains, NY : International Arts and Sciences Press.

Schmierbach, M., Xu, Q. et Boyle, M. P. (2012). The Role of Exemplification in Shaping Third-Person Perceptions and Support for Restrictions on Video Games. Mass Communication and Society, 15(5), 672-694. doi: 10.1080/15205436.2011.616278

Seif El-Nasr, M., Drachen, A. et Canossa, A. (dir.). (2013). Game Analytics: Maximizing the Value of Player Data. Londres, Royaume-Uni : Springer.

Semprini, A. (2000). L’objet comme procès et comme action : de la nature et de l’usage des objets dans la vie quotidienne. Paris, France : L’Harmattan.

Servais, O. (2015). Funerals in the “World of Warcraft”: Religion, polemic, and styles of play in a videogame universe. Social Compass: International review of sociology of religion, 62(3), 362-378.

Shannon, C. E. et Weaver, W. (1949). The Mathematical Theory of Communication. Urbana, IL : University of Illinois Press.

Sicart, M. (2009). The Ethics of Computer Games. Cambridge, A : The MIT Press.

Sicart, M. (2013). Beyond Choices. The Design of Ethical Gameplay. Cambridge, MA : The MIT Press.

Simon, B. (2013). Indie Eh? Some Kind of Game Studies. Loading..., 7(11).

Song, W. et Fox, J. (2016). Playing for Love in a Romantic Video Game: Avatar Identification, Parasocial Relationships, and Chinese Women’s Romantic Beliefs. Mass Communication and Society, 19(2), 197‑215. doi: 10.1080/15205436.2015.1077972

Suits, B. (1978). The Grasshopper: Games, Life and Utopia. Toronto, Ontario : University of Toronto Press.

Sutton-Smith, B. (1997). The Ambiguity of Play. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Taylor, T. L. (2006). Play Between Worlds: Exploring Online Game Culture. Cambridge, MA : The MIT Press.

Taylor, T. L. (2009). The Assemblage of Play. Games and Culture, 4(4) 331-339.

Therrien, C. (2012). Video Games Caught Up in History. Accessibility, Teleological Distortion and Other Methodological Issues. Dans M. J. P. Wolf (dir.), Before the Crash: Early Video Game History (p. 9-29). Detroit, MI : Wayne State University Press.

Therrien, C. (2013). La présence vidéoludique : de l’illusion à la projection dans l’écosystème affectif de la fiction. Dans R. Bourassa et L. Poissant (dir.), Avatars, personnages et acteurs virtuels (p. 224-247). Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Therrien, C. (2017). From Video Games to Virtual Reality (And Back): Introducing HACS (Historical-Analytical Comparative System) for the Documentation of Experiential Configurations in Gaming History. Dans DiGRA ’17 - Proceedings of the 2017 DiGRA International Conference (vol. 14). Melbourne, Australie : Digital Games Research Association. Repéré à http://www.digra.org/wp-content/uploads/digital-library/57_DIGRA2017_FP_Therrien_HACS.pdf

Trémel, L. (2001). Jeux de rôle, jeux vidéo, multimédia : les faiseurs de mondes. Paris, France : Presses universitaires de France.

Haut de page

Annexe

Bibliographie suite

Trépanier-Jobin, G. (2011). Implications sociales de la tricherie dans les jeux vidéo en ligne. Dans C. Perraton, M. Fusaro et M. Bonenfant (dir.), Socialisation et communication dans les jeux vidéo (p. 269-291). Montréal, Québec : Presses de l’Université de Montréal.

Trépanier-Jobin, G. (2012). Mobilisation de l’avatar dans la (dé)construction de l’identité de genre. L’exemple des machinimas parodiques. Dans C. Perraton, O. Kane et F. Dumais (dir.), Mobilisation de l’objet technique dans la production de soi (p. 143-163). Montréal, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Trépanier-Jobin, G. (2013). Le cyberthéâtre des identités : performances et performativité du genre dans les environnements numériques. Dans R. Bourassa et L. Poissant (dir.), Avatars, personnages et acteurs virtuels (p. 195-224). Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Trépanier-Jobin, G. (2016). Differentiating Serious, Persuasive and Expressive Games. Kinephanos, (Numéro spécial), 107-128.

Trépanier-Jobin, G. (2017a). Introduction. History of Gender in Video Games. Kinephanos, (Numéro spécial), 1-11.

Trépanier-Jobin, G. (2017b). Video Game Parodies: Appropriating Video Games to Criticize Gender Norms. Dans J. Malkowski et T. M. Russworm (dir.), Gaming Representation. Race, Gender, and Sexuality in Video Games (p. 90-105). Bloomington, IN : Indiana University Press.

Trépanier-Jobin, G. et Bonenfant, M. (2017). Bridging Game Studies and Feminist Theories. Kinephanos, (Numéro spécial), 24-53.

Trépanier-Jobin, G. et Couturier, A. (2018). L’immersion fictionnelle au-delà de la narrativité. Sciences du jeu, (9). doi: 10.4000/sdj.950

Trépanier-Jobin, G. (2019). The Ambiguity of Casual Game Parodies. Kinephanos, (Numéro spécial), 103-136.

Trépanier-Jobin, G. et Simard, É. (sous évaluation). La place des femmes dans l’industrie du jeu vidéo québécoise. Dans J. Ravary (dir.), Être « femmes » dans les médias audiovisuels au Québec. Montréal, Québec : Presses de l’Université de Montréal.

Triclot, M. (2011). Philosophie des jeux vidéo. Paris, France : Éditions La Découverte.

Turkle, S. (1984). The Second Self: Computers and the Human Spirit. New York, NY : Simon & Schuster.

Turkle, S. (1995). Life on the Screen: Identity in the Age of the Internet. New York, NY : Simon & Schuster.

Upton, B. (2015). The Aesthetic of Play. Cambridge, MA : The MIT Press.

Verón, E. (1987). La semiosis sociale : fragments d’une théorie de la discursivité. Saint-Denis, France : Presses universitaires de Vincennes.

Wardrip-Fruin, N. et Harrigan, P. (2004). First Person: New Media as Story. Cambridge, MA : The MIT Press.

Wardrip-Fruin, N. et Harrigan, P. (2007). Second Person: Role-playing and Story in Games and Playable Media. Cambridge, MA : The MIT Press.

Wardrip-Fruin, N. et Harrigan, P. (2009). Third Person: Authoring and Exploring Vast Narratives. Cambridge, MA : The MIT Press.

Watzlawick, P., Beavin, J. et Jackson, D. D. (1967). Pragmatics of Human Communication. A study of interactional patterns, pathologies, and paradoxes. New York, NY : Norton.

Wiener, N. (1948). Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine. New York, NY : Wiley.

Willett, S. et Hogan, M. (2019). Cheating the network: How gamers play the infrastructure. Canadian Journal of Communication, 44(3), 439-453.

Williams, D. (2010). The Promises and Perils of Large-Scale Data Extraction. Chicago, IL : McArthur Foundation.

Williams, D., Consalvo, M., Caplan, S. et Yee, N. (2009). Looking for gender (LFG): Gender roles and behaviors among online gamers. Journal of Communication, 59, 700-725.

Williams, D., Yee, N. et Caplan, S. E. (2008). Who plays, how much, and why? Debunking the stereotypical gamer profile. Journal of Computer-Mediated Communication, 13(4), 993-1018.

Williams, D. et al. (2006). From Tree House to Barracks: The Social Life of Guilds in World of Warcraft. Games and Culture, 1(4), 338-361.

Williams, K. D. (2010). The Effects of Homophily, Identification, and Violent Video Games on Players. Mass Communication and Society, 14(1), 3-24. doi: 10.1080/15205430903359701

Williams, K. D. (2013). The Effects of Video Game Controls on Hostility, Identification, and Presence. Mass Communication and Society, 16(1), 26-48. doi: 10.1080/15205436.2012.661113

Williams, R. (1974). Television: Technology and Cultural Form. Londres, Royaume-Uni : Fontana.

Winnicott, D. W. (1975 [1971]). Jeu et réalité : l’espace potentiel (traduit par C. Monod et J.-B. Pontalis). Paris, France : Éditions Gallimard.

Wittgenstein, L. (1961 [1953]). Tractatus logico-philosophicus, suivi de Investigations philosophiques (traduit par P. Klossowski). Paris, France : Gallimard.

Wolf, M. J. P. (dir.). (2008). The Video Game Explosion: A History from PONG to PlayStation and Beyond. Westport, CT : Greenwood Press.

Wolf, M. J. P et Perron, B. (2003). The Video Game Theory Reader. New York, NY : Routledge.

Wolf, M. J. P et Perron, B. (2009). The Video Game Theory Reader 2. New York, NY : Routledge.

Wolf, M. J. P et Perron, B. (dir.). (2016). The Routledge Companion to Video Game Studies. New York, NY : Routledge.

Zhang, J. et Fu, X. (2015). The Influence of Background Music of Video Games on Immersion. Journal of Psychology & Psychotherapy, 5(4). Repéré à https://www.longdom.org/​open-access/​the-influence-of-background-music-of-video-games-on-immersion-2161-0487-1000191.pdf

Haut de page

Notes

1 Alors que les game studies s’intéressent à ce que les jeux font aux joueur.se.s, ce qu’on a appelé plus récemment les play studies s’intéressent à ce que les joueur.se.s font avec les jeux (Triclot, 2011).

2 DiGRA, CGSA, OMNSH, etc.

3 Game Studies, Games and Culture, Journal of Game Criticism, Loading, Eludamos, Kinephanos, Science du jeu, etc.

4 En Europe : Center for the Study of Digital Games and Play; Cologne Game Lab; Expressive Game Lab; Laboratoire jeu et Mondes virtuels; Liège Game Lab; Experice; UNIL Game Lab; Center for Computer Games Research; Game Research Lab, etc. Aux États-Unis : Palo Alto Research Center; UCLA Game Lab; MIT Game Lab; G.A.M.E.R., etc. Au Canada : The Games Institute, Grand Games Lab : CIRCA. Au Québec :TAG, Ludov, Homo Ludens.

5 On en retrouve de plus en plus aux États-Unis (University of Southern California, Rensselaer Polytechnic Institute, University of California Santa Cruz, Georgia Institute of Technology, etc.).

6 Serious Play (UQAM, 2019); Histoire des problématiques de genre dans les jeux (BaNQ, 2015); Le jeu vidéo en ligne : nouvel espace de socialisation (UQAM, 2010).

7 Journal for Communication Studies, Journal of Communication, Atlantic Journal of Communication, Communiquer. Revue de communication sociale et publique, American Communication Journal, The Electronic Journal of Communication, Canadian Journal of Communication, Mass Communication and Society.

8 Si la plupart des articles mentionnés dans ce paragraphe datent de plus d’une décennie, c’est parce que les chercheur.se.s en études du jeu publient de moins en moins dans des revues en communication et de plus en plus dans des revues spécialisées en études du jeu. Nous nous sommes toutefois attardées aux articles des revues en communication, car il est plus facile d’établir qu’ils relèvent de ce champ de recherche.

9 Durant l’année scolaire 2018-2019, Homo Ludens regroupait les membres suivants (en ordre alphabétique) : Asma Bobate, Marc-André Boisvert-Bondu, Maude Bonenfant, Jonathan Bonneau, Patrick Deslauriers, Svetoslav Doytchinov, Anaëlle Gravier, Leïla Haddad, Antoine Jobin, Débora Krischke Leitao, Xavier Martel-Lachance, Laura Iseut Lafrance St-Martin, Louis-David Lalancette-Renaud, Myriam Ouertani, Émilie Paquin, Jérémie Pelletier-Gagnon, Fabien Richert, Élodie Simard, Charles St-Laurent, Matthieu Tisserand et Gabrielle Trépanier-Jobin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Trois circuits de l’interactivité (Kline, Dyer-Witheford et de Peuter, 2003)
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5182/img-1.png
Fichier image/png, 210k
Titre Figure 2. Plans d’analyse
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5182/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maude Bonenfant, Gabrielle Trépanier-Jobin et Laura Iseut Lafrance St-Martin, « L’approche communicationnelle en études du jeu : un apport des chercheur.se.s de la Faculté de communication de l’UQAM », Communiquer, La communication à l'UQAM | 2020, 77-102.

Référence électronique

Maude Bonenfant, Gabrielle Trépanier-Jobin et Laura Iseut Lafrance St-Martin, « L’approche communicationnelle en études du jeu : un apport des chercheur.se.s de la Faculté de communication de l’UQAM », Communiquer [En ligne], La communication à l'UQAM | 2020, mis en ligne le 31 mars 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/5182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communiquer.5182

Haut de page

Auteurs

Maude Bonenfant

Professeure, Département de communication sociale et publique
Université du Québec à Montréal, Canada

Maude Bonenfant est professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), docteure en sémiologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les données massives et les communautés de joueurs (2018-2023). Ses recherches sont orientées vers les dimensions sociales des technologies de communication, les réseaux socionumériques, les données massives, l’intelligence artificielle, les communautés en ligne, ainsi que les pratiques ludiques et les jeux vidéo. Elle est codirectrice du Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification, directrice du Groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques de jeu et la communication et membre du Groupe de recherche sur l’information et la surveillance au quotidien (GRISQ).

Articles du même auteur

Gabrielle Trépanier-Jobin

Professeure, École des médias
Université du Québec à Montréal, Canada

Gabrielle Trépanier-Jobin est professeure en études du jeu vidéo à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), docteure en communication et codirectrice du Groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques de jeu et la communication, affilié au Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification. Dans le cadre de son doctorat à l’UQAM et de son postdoctorat au MIT, Gabrielle s’est intéressée aux représentations des femmes dans les jeux vidéo, à l’identité de genre des joueurs.e.s et de leurs avatars, de même qu’à la parodie vidéoludique et à d’autres formes d’appropriations de ce média interactif. Ses recherches actuelles portent sur l’immersion des joueur.se.s et de leurs spectateurs (FRQSC 2018-2021), sur la place des femmes dans l’industrie du jeu vidéo (CRSH 2019-2021) et sur l’idéologie du jeu.

Laura Iseut Lafrance St-Martin

Doctorante, Faculté de communication
Université du Québec à Montréal, Canada

Laura Iseut Lafrance St-Martin est doctorante en sémiologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), boursière du Fonds de Recherche du Québec – Société et Culture (FRQSC) et chargée de cours à la Faculté de communication de l’UQAM. Sa thèse porte sur la théorie sémiotique de J. R. R. Tolkien. Elle travaille comme assistante de recherche pour la Chaire de recherche du Canada sur les données massives et les communautés de joueurs et est membre active du Groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques de jeu et la communication et membre du Groupe de recherche sur l’information et la surveillance au quotidien (GRISQ). Elle a écrit plusieurs articles et chapitres de livres sur les jeux vidéo, les communautés de joueurs et l’analyse sémiotique des données massives.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search