Navigation – Plan du site

Standardisation et différenciation des emplois des emoji sur Facebook : observations à partir d’un exercice pédagogique en DUT

Standardization and Differentiation in the Use of Emojis on Facebook: Observations from a Pedagogic Application for Undergraduate Students
Justine Le Floc’h
p. 35-51

Résumés

S’appuyant sur un examen en contexte des emoji d’un corpus de pages Facebook francophones d’octobre 2018, cet article montre qu’une grammaire des emoji peut être dégagée de l’usage qu’en font les community managers. Ces outils présentent un intérêt rhétorique et marketing en tant qu’ils visent à capter l’attention du lecteur, à susciter un engagement de sa part et à renforcer sa fidélité à la marque. Ce travail émotionnel et affectif, selon la terminologie établie par Camille Alloing et Julien Pierre, est le corollaire d’un processus de normalisation par lequel des principes tacites d’utilisation des emoji s’imposent peu à peu. En dépit de cette codification progressive, des espaces de jeu offrent la possibilité de créer un répertoire singulier et adapté aux spécificités des marques et à leur stratégie de différenciation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une définition précise de chacun de ces termes et pour une mise au point sur leur histoire, vo (...)

1Les plateformes numériques constituent des espaces communicationnels massivement investis par les organisations. Les emoji, émoticônes et smileys1, longtemps réservés à des espaces d’échanges numériques privés et informels, y apparaissent de plus en plus comme des outils parmi d’autres pour favoriser la fidélisation des utilisateurs et le maintien de leur attention quant aux nouveautés et aux promotions. Cet essor coïncide avec l’intérêt toujours plus grand porté à l’expérience utilisateur par les marques. Il est étroitement corrélé à la prise de conscience du fait que les affects représentent des leviers motivationnels majeurs, susceptibles d’être optimisés afin de devenir des instruments puissants et dont il est possible de dégager un capital monnayable (Derbaix et Filser, 2010; Illouz, 2006).

  • 2 Inaam Jaffel, doctorante à l’université de Poitiers, a également présenté une partie de ses recherc (...)
  • 3 En attendant la publication des actes du colloque, l’enregistrement de cette communication est disp (...)
  • 4 Pour une définition plus précise de ces notions, on se reportera à Alloing et Pierre (2017, p. 81).

2En 2018, dans le cadre du colloque « La Palette des émotions » qui s’est tenu à la Maison des sciences de l’Homme et de la société de Poitiers, Camille Alloing et Julien Pierre ont présenté une partie des résultats d’une enquête qu’ils ont menée sur un vaste corpus de 56 105 emoji et qu’ils ont étayée par des entretiens avec des community managers2. Leur communication, intitulée « Emoji, Twitter et community management : numériser les émotions pour mieux faire circuler les affects3? », distinguait deux effets de ces outils : d’une part, ils orientent les émotions des usagers (« travail émotionnel »); d’autre part, ils déterminent leur action, a minima par l’engagement que constitue le clic (« travail affectif »)4. En cela, ils sont représentatifs du phénomène que leur ouvrage Le Web affectif, une économie numérique des émotions (2017) identifie comme un « tournant affectif du Web ».

3Ces travaux ont été le point de départ d’un dispositif pédagogique expérimental mis en place en octobre 2018 à destination des étudiants de première année du DUT (diplôme universitaire de technologie) Techniques de Commercialisation de l’université de Lille (IUT C Roubaix), dans le cadre de travaux dirigés de psychologie sociale de la communication, en collaboration étroite avec Romain Lacord, enseignant en expression et communication, dont les analyses et les retours ont été particulièrement précieux tout au long de cette étude. Dans la perspective d’une initiation aux concepts fondamentaux de communication et d’influence sociale, chaque étudiant a eu pour tâche d’observer les emplois des emoji sur une page Facebook donnée et d’en dégager les principes d’utilisation. Quelles catégories d’emoji sont employées? Quelles règles régissent l’articulation syntaxique entre emoji, texte, image et vidéo? Finalement, à quoi servent-ils, pourquoi sont-ils employés plutôt qu’un mot? Ou plutôt que rien? Pour cet exercice, une liste de pages Facebook publiques a été retenue, tantôt au motif qu’elles étaient populaires auprès de cette génération (PNL, Jhon Rachid, Asos, Pimkie, Michel et Augustin, etc.), tantôt pour leur pertinence particulière au regard des attentes pédagogiques (SNCF, Armée de Terre, Etam, etc.).

  • 5 Des travaux montrent néanmoins que ces outils connaissent eux aussi une réappropriation culturelle. (...)

4Afin de rendre ce travail réalisable dans un temps imparti relativement court (trois séances), il a été demandé aux étudiants de se concentrer sur un corpus restreint aux trente emoji les plus récents sur une des pages Facebook proposées, ce qui favorisait l’analyse contextuelle précise. Selon la fréquence des publications, et la fréquence des emoji au sein de chaque publication, cette somme peut représenter un nombre de publications variant de cinq (PNL) à vingt (Pimkie) et s’étalant sur quelques jours (Armée de Terre, Pimkie) ou plusieurs mois (PNL). Adressé à des étudiants en techniques de commercialisation, l’exercice visait par ailleurs à leur présenter des concepts fondamentaux de communication et à les sensibiliser aux enjeux rhétoriques du discours. L’exercice offrait par ailleurs l’occasion d’observer les effets d’homogénéisation de l’emploi des emoji. Les différentes organisations, associations, entreprises et institutions retenues, de Pimkie à l’Armée de Terre en passant par Ben & Jerry’s, quels que soient leurs destinataires, tendent en effet à en avoir un usage relativement normé. S’ils sont souvent a priori conçus comme des éléments d’expression informelle, libre et singulière, les emoji répondent à une codification tacite, qu’il est possible de mettre en exergue. En amont, le Consortium Unicode, qui est responsable de leur développement et de leur standardisation universelle5, prélève, dans le monde objectif et subjectif, ce qui est susceptible de trouver sa transposition graphique et impose le lexique des emoji (Berard, 2018). En aval, par un phénomène d’influence sociale au sein des communautés, se dégage peu à peu une grammaire qui tend à devenir tacitement normée, sinon prescriptive. Le déploiement de ces outils s’accompagne du figement des procédés discursifs qui permettent leur emploi dans l’écriture numérique. Ils tendent à s’homogénéiser, quels que soient l’organisation émettrice et le public qu’elle cible.

  • 6 Des prolongements de cette étude peuvent être trouvés dans le concept d’économie de l’attention, qu (...)

5Or l’examen en contexte d’un corpus restreint d’emoji a également permis de mettre en évidence des processus de singularisation dans l’emploi de ces outils. Le code émergeant préserve des espaces de jeu où s’effectue une distinction des usages en fonction du contexte d’énonciation. Dans leur communication lors du colloque de Poitiers, Alloing et Pierre soulignaient l’importance de la prise en compte des contextes d’énonciation et de circulation des emoji, considérant que la culture propre des usagers est susceptible d’entraîner une polysémie. De fait, dès lors que cette singularisation répond à des fins marketing, elle s’inscrit dans une stratégie de différenciation, nécessaire dans l’espace concurrentiel que sont les réseaux sociaux où la gageure consiste à capter l’attention des usagers6.

6Initialement conçu pour permettre aux étudiants de mettre en évidence un processus de standardisation de l’emploi des emoji, le corpus étudié conduit donc à dégager un phénomène double, qui produit également une singularisation des usages. Nous proposons de rendre compte des observations issues de ce dispositif pédagogique. Cet article ne prétend pas à l’exhaustivité ni à une représentativité des usages. Le corpus retenu répondait a priori à des objectifs ciblés, si bien que les pages Facebook examinées sont celles qui présentent un usage varié, et parfois remarquable, des emoji. Il vise néanmoins à mettre en évidence le double mouvement par lequel la codification des usages singuliers se met en œuvre, tout en maintenant des possibilités de différenciation. Il s’agit ainsi d’éclairer l’intérêt à la fois rhétorique et marketing que présentent ces outils. La première partie de cet article sera consacrée au lexique des emoji et aux effets de sens produits en contexte. Elle rend compte de la manière dont ils participent à la création d’une identité visuelle singulière. Nous nous concentrerons ensuite sur la syntaxe et les règles tacites d’articulation des emoji et du texte, afin de montrer en quoi ces outils tout à la fois captent l’attention du lecteur, déterminent sa compréhension du message et prescrivent les modalités émotionnelles de réception de l’information.

Procédés de singularisation des répertoires et des usages

7Le premier temps de l’article est consacré à l’identification des catégories d’emoji préférentiellement employées par les community managers des différentes pages Facebook. L’établissement d’une typologie est facilité par le fait que ces transpositions graphiques, qui peuvent figurer aussi bien des émotions (émoticônes) que des animaux, des objets de la vie ordinaire, des symboles, etc. (Halté, 2018), s’offrent à l’utilisateur dans un clavier qui établit déjà un classement opératoire. Contrairement à celui des lettres et des signes de ponctuation, dont la logique classificatoire est peu instinctive, le clavier des emoji est organisé par catégories d’objets selon un découpage du monde préétabli. Sans surprise, il apparaît que la catégorie la plus fréquemment utilisée par les community managers est celle des émoticônes, avec une surreprésentation nette de celles qui sont les plus identifiables et qui expriment des émotions positives. Sont également fortement employés les emoji de la catégorie « symboles » (cœurs, panneaux d’arrêt, flèches). De plus, certains emoji sont sollicités de manière récurrente, en particulier ceux qui permettent d’induire un certain rapport au temps, tels que l’emoji « tambour », plébiscité pour annoncer d’une manière qui se veut spectaculaire l’ouverture imminente de ventes privées ou le lancement d’une collection, ou l’emoji « sablier », qui annonce la fin d’une promotion et signale l’urgence de l’achat.

8Néanmoins, comme nous allons le montrer, des processus de singularisation peuvent être dégagés de ces préférences générales, d’une part parce qu’une sélection s’opère au sein du clavier, ce qui favorise la création d’une identité visuelle propre, d’autre part parce qu’il convient d’apprécier les effets de sens produits en contexte.

Catégories et effets de registre

9A priori, les emoji, en tant qu’ils manifestent une liberté vis-à-vis du code de l’écrit, sont perçus comme relevant du langage courant, voire familier. En cela, ils signalent ordinairement la dimension informelle des échanges. Leur emploi affiche un espace où l’usager peut s’exprimer comme il le ferait avec ses proches : « venez comme vous êtes ». Or il apparaît que tout autant que s’opposent en langue des registres soutenus et familiers, les emoji ne constituent pas un ensemble uniforme, mais peuvent être distingués en fonction de leur capacité à entrer dans des discours aux tonalités très distinctes. Des mécanismes de différenciation surgissent au sein du lexique des emoji.

10La page Facebook de l’Armée de Terre est de ce point de vue riche d’enseignements. Cette institution, dont le désir de se construire un ethos de rigueur et de professionnalisme peut difficilement être remis en cause, a recours aux emoji aussi fréquemment que des marques telles que Michel et Augustin ou Pimkie. Cette stratégie communicationnelle marque la décision de l’organisation d’adapter sa communication aux réseaux sociaux, qui ont pour particularité de constituer des espaces ambivalents entre vie privée et vie publique, loisir et activité professionnelle. Les emoji signalent la volonté d’une approche participative de la communication, qui atténue la verticalité et la hiérarchisation entre les différents acteurs.

11L’observation des catégories d’emoji employés par l’Armée de Terre conduit néanmoins à préciser cette première approche. Le répertoire employé révèle en effet une nette préférence pour les symboles et les drapeaux, très fortement représentés sur la page, mais également pour les emoji de la catégorie « objet » qui représentent des symboles conventionnels, tels que la coupe de la victoire, la médaille ou la cible de tir à l’arc. Quand il s’agit de représenter des émotions, les émoticônes sont relativement délaissées, au profit des emoji qui représentent des parties du corps, comme les mains faisant le signe de la victoire, le poing tendu pour illustrer la combativité ou les muscles du bras gonflés pour exhiber la force (Figure 1).

Figure 1. Armée de terre – 19 octobre 2018

Figure 1. Armée de terre – 19 octobre 2018

12Les emoji retenus ont en commun non seulement de mettre en avant les traits définitoires retenus pour la communication de l’organisation militaire, mais également de correspondre à un registre plus soutenu que ceux représentant, par exemple, des animaux ou des cœurs, tout à fait absents. Cette restriction dans le répertoire est une manière de négocier l’intégration de ces outils considérés comme marqueurs de modernité et de jeunesse dans un discours institutionnel qui se veut garant d’une certaine tradition nationale. La sélection opérée apporte une solution à la gageure que représente la communication sur réseaux sociaux pour cette institution : elle maintient une image solennelle, tout en captant un public en situation de divertissement sur les réseaux sociaux. L’Armée de Terre optimise ainsi son e-réputation et développe une familiarité tempérée avec sa communauté d’usagers.

13A contrario, la marque de prêt-à-porter Pimkie, qui s’adresse de manière privilégiée aux adolescentes, utilise avec une récurrence marquée trois types d’emoji : d’abord les émoticônes, en particulier le clin d’œil et les emoji « cœurs dans les yeux », ensuite les cœurs et, enfin, le symbole de la flamme. La Figure 2 contient par exemple les deux premiers.

Figure 2. Pimkie – 21 octobre 2018

Figure 2. Pimkie – 21 octobre 2018

14La passion apparaît comme un sème commun à une grande majorité des emoji employés, qui par ailleurs accordent une place prépondérante à l’expression émotionnelle hyperbolique. Compte tenu du public ciblé par cette marque, il est difficile de ne pas percevoir, dans la place qu’occupent les cœurs dans sa stratégie communicationnelle, la reproduction de stéréotypes genrés, qui touchent aussi bien à la démesure émotionnelle qu’à l’achat impulsif. À titre comparatif, on notera que le répertoire d’emoji employé par la marque de prêt-à-porter Asos à la clientèle mixte est sensiblement différent, car il favorise les emoji de la catégorie « symbole » et, pour ce qui est des émoticônes, préfère convoquer non l’amour, mais le rire et l’humour, avec des emoji « sourire » ou « clin d’œil ».

15Cette première approche a permis de mettre en évidence le fait que les community managers font en réalité usage d’un corpus restreint et ciblé d’emoji et non de la totalité du clavier ni d’ailleurs des seuls emoji les plus populaires7. Le travail du community manager consiste donc ensuite à se composer un répertoire ad hoc, qui tient compte des spécificités de la marque et de son public. Alors qu’on assiste au déploiement de l’usage de ces outils sur réseaux sociaux s’instaurent simultanément des stratégies de différenciation. Reste à observer comment cette singularisation s’opère ensuite à l’échelle plus réduite des unités en contexte.

Polysémie et resémantisation en contexte

16Comme l’a montré Michel Marcoccia (2016), les emoji sont des moyens de réduire les risques d’incompréhension du langage numérique écrit. Ils constituent une transposition à l’écrit des marques paraverbales et non verbales qui facilitent à l’oral la réception des discours : de même qu’un sourire est bienvenu pour clarifier les intentions d’une remarque ironique, il est de bon usage d’ajouter un smiley ou une émoticône « sourire », qui ne laissera pas d’incertitude quant à la dimension inoffensive du message. En conséquence de cette fonction communicationnelle, les émoticônes les plus usitées correspondent le plus souvent à une transposition hyperbolique de l’expression émotionnelle : la tristesse s’exprime avec des torrents de larmes, la désapprobation fait fulminer de colère, et on ne peut que mourir de rire au moindre trait d’humour.

17Si ces remarques sont pertinentes à bien des égards, l’examen des emoji en contexte conduit néanmoins à y apporter quelques nuances. Ainsi, l’emoji « torrent de larmes » peut aisément être associé à une nouvelle information déplaisante, mais la contrariété qu’elle suscite doit demeurer sans gravité : la démesure signale ici l’hyperbole et invite à la distanciation. L’excès dans l’expression émotionnelle vise à dissuader de toute interprétation littérale. L’emoji « cœur » peut quant à lui recouvrir une gamme large d’affects, depuis « je t’aime mon amour » jusqu’à « il est sympa le dernier single de Beyoncé », de même que l’emoji « pouce levé » peut signifier « je suis de tout cœur avec toi », comme un simple « OK », voire un « je t’ai entendu ».

  • 8 Notamment sur les sites web de la presse dite « féminine » : Elle, Marie-Claire, Cosmopolitain, etc

18Une indéniable polysémie caractérise ainsi ces outils linguistiques. Plutôt que de conduire à une réduction de la capacité expressive du discours ou à une standardisation des émotions exprimées, ces émoticônes contraignent surtout les locuteurs à apprécier leur sens et leur intensité selon le contexte, à la faveur d’une démarche interprétative engageante. Leur polysémie a pour conséquence de déplacer la responsabilité de l’interprétation depuis l’émetteur vers le récepteur, à qui il revient d’apprécier l’intensité émotionnelle signifiée, selon sa compréhension de l’énoncé et de l’énonciation. L’exercice peut parfois être périlleux, en témoignent de curieux articles qui tentent, sur le Web, d’aider leurs lecteurs anxieux qui voudraient trouver explication sur les subtilités sémantiques qui différencient le cœur vert, le cœur violet et le cœur jaune, et qui s’efforcent d’élaborer une symbolique des emoji comme il existe une symbolique des fleurs8. Loin d’être univoque, l’emoji découvre son ambivalence. S’il exhibe l’émotion, il la dissimule et la trouble en même temps. Alors qu’il semble au premier abord que la fonction expressive de ces outils conduise à les employer pour exposer de manière ostentatoire et démesurée les émotions, ils constituent également un voile de pudeur, qui évite d’énoncer l’émotion et qui dispense de la nommer de manière précise et engageante.

19La page Facebook de la marque de prêt-à-porter Etam est particulièrement pertinente pour rendre compte de cette polysémie des emoji et des effets de sens que le contexte permet de produire. Le premier exemple, qui figure ci-dessous (Figure 3), a pour objectif de promouvoir une pièce de lingerie. La photographie de l’article est intégrée dans une publication qu’un texte, enrichi de liens et d’emoji, se charge d’introduire.

Figure 3. Etam – 16 octobre 2018

Figure 3. Etam – 16 octobre 2018
  • 9 Dans la communication non verbale, certains gestes, tels que le clin d’œil, ont également pour fonc (...)

20Ordinairement, l’emoji « singe qui se cache les yeux » représente la honte d’un aveu, ou la gêne face à une vision ou une nouvelle dérangeante. De fait, il est ici accompagné de références à la folie et à la peur, qui, hors contexte, reçoivent aussi une connotation négative. La présence de l’emoji « cœurs dans les yeux » impose toutefois une tout autre lecture et ne laisse pas d’ambiguïté quant à l’enthousiasme que doit susciter le produit. L’emoji « peur » se voit alors resémantisé et se présente comme une antiphrase9. Quant à l’emoji « singe qui se cache les yeux », il signale l’audace que suppose la pièce de lingerie en question, pièce de lingerie que les clientes sont invitées à regarder sur le mannequin, ce qui suppose de révéler un corps féminin partiellement dénudé, et prenant une pose sensuelle, sur des réseaux sociaux qui ne peuvent faire entorse aux règles de pudeur. Les yeux cachés sont donc une invitation paradoxale à la hardiesse : il ne s’agit nullement de banaliser la sensualité et d’en affirmer la pleine légitimité dans la sphère publique, mais bien de souligner que cet appel à l’érotisme demeure une transgression, dont il y aurait à se cacher, mais dont on se délecte par ailleurs.

21De tels effets de sens peuvent encore se constater dans une publication antérieure, qui permet de mettre en évidence l’intérêt marketing de cette double fonction par laquelle l’emoji montre et cache à la fois. La publicité concernée contient cette fois une photographie représentant une tenue féminine au complet, étalée sur une surface plane : un soutien-gorge rouge, qui ressort vivement, une tenue noire, une montre dorée, une paire de lunettes, un rouge à lèvres ainsi qu’une bague (Figure 4). Le texte introductif est le suivant :

Figure 4. Etam – 12 octobre 2018

Figure 4. Etam – 12 octobre 2018

22Est ici inventorié un ensemble de codes de la féminité : le rouge à lèvres, le baiser et le cocktail – le choix de la bière eût en effet été plus incongru; sans doute les boissons aussi ont-elles un sexe. Une liberté d’interprétation demeure permise dans la référence à la sensualité : cet emoji « baiser », associé à la pièce de lingerie et à l’omniprésence de la couleur rouge, constitue une invitation à l’érotisme, mais nulle mention explicite n’en est faite. Libre à chacun de déterminer le type d’expérience sensuelle dont il est question; la marque elle-même demeure entièrement pudique pour ce qui relève de l’intimité, tout en parvenant à promouvoir son produit.

La création d’une identité visuelle propre

23Pour rendre compte de la capacité des organisations à investir les emoji préexistants au service de la construction de leur image de marque, il convient enfin d’observer le procédé qui consiste à détourner ces icônes de leur usage commun pour en faire des symboles de l’univers de référence de la marque ou d’une gamme de produits. Bien qu’ils demeurent libres d’usage, ces emoji, immédiatement identifiables par les usagers des réseaux sociaux, enrichissent l’emblème de marque.

24La SNCF place par exemple un emoji « train » au sein d’un très grand nombre de ses publications. La marque agroalimentaire Michel et Augustin, dont le portefeuille de produits mêle de l’épicerie sucrée et salée, des yaourts et des jus de fruits, utilise quant à elle de manière récurrente l’emoji « cookie », associé à son produit leader, qui relève de la gamme « biscuits » (Figure 5).

Figure 5. Michel et Augustin – 18 octobre 2018

Figure 5. Michel et Augustin – 18 octobre 2018

25Ces emoji s’apparentent ainsi à des logos secondaires, qui servent à identifier le marché principal de la marque et à traduire, en partie, son territoire. Ils peuvent également se substituer aux mots, comme c’est le cas dans l’exemple de la Figure 6 avec le « cookie » et le « fromage ».

Figure 6. Michel et Augustin – 6 octobre 2018

Figure 6. Michel et Augustin – 6 octobre 2018

26Leur emploi permet ici avant tout d’accroître la visibilité de la marque, de retenir l’attention de consommateur et de favoriser la mémorisation de l’information. Dans cet exemple, le plus frappant est sans doute la manière dont la marque Michel et Augustin intègre dans sa communication numérique une référence au groupe Ventes-privées, avec lequel elle est en partenariat. Plutôt que d’utiliser le logo de groupe – un papillon rose –, elle emploie l’emoji « ruban », aussi appelé « nœud papillon », et également de couleur rose. La ressemblance graphique favorise l’interprétation du signe : elle fonctionne sur le plan visuel comme la paronomase dans le discours et détourne l’emoji en logo secondaire efficace.

27La stratégie communicationnelle suivie par le groupe PNL dans son usage des réseaux sociaux mérite également d’être observée, en tant qu’elle illustre cette capacité des emoji à se prêter à des infléchissements ou à des enrichissements sémantiques au gré des intérêts d’une organisation, quelle que soit sa nature. À l’automne 2018, la page Facebook de ce groupe qui a fait le choix de se démarquer par la raréfaction de son exposition médiatique est relativement peu alimentée (à raison d’une publication par mois environ), mais les emoji y sont très fréquents (au nombre d’environ six par publication). Ils trouvent leur pertinence dans le fait qu’ils sont employés comme références à des éléments de la discographie ou du storytelling du groupe, références que les analyses détaillées des étudiants aficionados ont permis d’éclairer. L’utilisation fréquente de l’emoji « globe » permet à la fois de rappeler les ambitions du groupe d’étendre toujours davantage sa renommée et de faire référence à leur album Le Monde Chico. Dans l’exemple de la Figure 7, les emoji « parasol » et « cocktail » à la fois étayent l’image de luxe et d’oisiveté que le groupe souhaite se donner, mais renvoient également à deux de leurs titres phares (« Cigare, chemise à fleurs et petit parasol » et « 91’s »).

Figure 7. PNL – 25 août 2018

Figure 7. PNL – 25 août 2018

28Ailleurs, l’emoji « singe » fait quant à lui référence au titre « On enverra Mowgli chercher médailles » [sic], qui lui-même renvoie à un épisode de leur storytelling, épisode de 2015 lors duquel le groupe avait répondu à l’invitation de la radio Skyrock en envoyant un chimpanzé pour les représenter. Ces publications présentent donc plusieurs niveaux de lecture. Ils peuvent être lus par un usager de passage, qui en comprendra sans problème le sens littéral, mais ils s’enrichissent également d’un niveau de sens réservé à la communauté des fans, qui se trouve renforcée par ce système de références partagées et confirmée dans son expertise de la discographie du groupe par sa capacité à déchiffrer les niveaux de sens. Dans l’article qu’ils consacrent aux emoji, Luke Stark et Kate Crawford (2015) soulignaient la faculté de ces outils à s’enrichir d’une signification privée dans les échanges interpersonnels :

  • 10 Traduction libre : « Les emoji échangés entre amis ou au sein du couple peuvent avec le temps deven (...)

The patterns of use for emoji over time between friends and partners can become abstract and cryptic, or can degenerate to become pro forma: just plain basic. In the best case, there is a unique personal subtext to that exchange of a rainbow or the love-heart smile, many layers of unspoken meaning that would be difficult for intelligence analysts or machine-learning algorithm to parse10 » (p. 6).

29L’observation de ces auteurs vise d’abord les échanges de la sphère intime, mais comme le montrent les exemples ci-dessus, elle se vérifie également dans la stratégie de ce groupe de musique pour optimiser son personal branding, de même qu’elle s’illustre dans les efforts de certaines marques pour conforter le sentiment de familiarité que les usagers peuvent entretenir avec elles.

30Par ailleurs, la possibilité d’une utilisation de ces éléments graphiques qui ne se réduise pas au redoublement de mots apparaît clairement. Dans l’exemple précédent tiré de la page de Michel et Augustin (Figure 6), les emoji s’intégraient au texte en se substituant aux mots cookie et fromage. Avec PNL, ils apportent un enrichissement sémantique et activent un travail de déchiffrement du système de référence. À rebours de l’idée selon laquelle ces outils constitueraient une facilitation paresseuse de la compréhension par rapport au texte écrit se déploient à nouveau leur élasticité sémantique et leur affinité avec les jeux d’énigme. Cette dimension ludique des emoji a été parfaitement perçue par les community managers, ce dont témoigne leur fréquente utilisation sous forme de devinette ou de rébus (Fairon, Klein et Paumier, 2006) (Figures 8, 9).

Figure 8. SNCF – 15 octobre 2018

Figure 8. SNCF – 15 octobre 2018

Figure 9. Asos – 19 octobre 2018

Figure 9. Asos – 19 octobre 2018

31Loin de favoriser un gain de temps en dispensant l’usager de la lecture, ces outils invitent le consommateur à redoubler de vigilance et à apprécier le jeu qui existe entre le texte, l’image et l’icône. De ce point de vue, la forme graphique n’entre pas nécessairement en concurrence avec le texte : ces motifs ont précisément pour fonction d’obtenir une attention accrue aux publications et de conduire à une lecture exhaustive, voire approfondie, idéalement suivie d’une réponse sous forme de clic ou de commentaire. Ils se présentent comme des balises efficaces pour retenir l’attention de l’usager lancé dans la consommation accélérée de contenu informationnel et promotionnel qui s’offre à lui sur les réseaux sociaux. Ils tiennent leur efficacité de leur dimension ludique et déplacent l’effort de concentration que requiert la lecture, fut-elle sur réseaux sociaux, vers le divertissement librement consenti.

Variations syntaxiques et effets rhétoriques

32Après cet examen de ce qu’on peut identifier comme un lexique des emoji, et qui a conduit à mettre en évidence la constitution de répertoires susceptibles de varier selon des intérêts rhétoriques et marketing, nous pouvons à présent nous concentrer sur les principes combinatoires qui les régissent. Ceux-ci obéissent en effet à des règles tacites d’articulation avec le texte, autant à l’échelle du paragraphe qu’à l’échelle de la phrase. Se produit alors un phénomène de figement des procédés discursifs en langue, phénomène qui étaye l’hypothèse d’une régulation des usages. Ce figement n’est bien sûr pas incompatible avec le maintien de possibilités configurationnelles multiples. Nous proposons donc ici de restituer les principes syntaxiques ainsi dégagés.

L’emoji seul : une économie de la quantité d’information

33Afin de procéder de manière méthodique, il convient d’abord de s’intéresser aux cas où l’emoji figure seul, dénué de texte. Il n’y a aucun exemple d’emoji seul dans l’ensemble des messages publiés par le community managers des pages Facebook étudiées. Il est néanmoins possible d’étendre l’analyse aux commentaires des consommateurs et aux réponses qui leur sont faites. L’exemple de la Figure 10, tiré du commentaire d’une internaute sur un produit de la page Etam, rend compte d’un de ces échanges où les emoji se substituent au texte écrit et se révèlent autosuffisants.

Figure 10. Etam – 18 octobre 2018

Figure 10. Etam – 18 octobre 2018

34Deux observations peuvent être faites sur de tels usages des emoji seuls. D’abord, ils constituent des outils efficaces pour le feedback, en particulier dans le but d’une validation. La maxime conversationnelle de quantité, selon laquelle toute contribution dans un échange doit être aussi informative que nécessaire, sans être plus informative que nécessaire (Grice, 1975), s’applique ici : le commentaire apporte la validation attendue, sans ajouter de surplus informationnel; le community manager répond sans relancer l’échange, qui prend fin. Certains emoji sont spécialisés dans cet usage, comme le « pouce levé », qui n’attend a priori pas de réponse supplémentaire. Dans un groupe conversationnel large, ce type d’emoji manifeste une participation minimale, mais non invasive, ce qui, selon le nombre de destinataires, présente l’avantage de limiter les interactions, déjà nombreuses. Bien sûr, cette remarque est réversible, car, en raison précisément du peu d’engagement qu’il impose, cet outil conduit tout un chacun à participer et produit de fait une surabondance d’informations minimales. On pourra alors considérer que s’opposent deux manières de concevoir cette fonction des emoji seuls : à l’échelle individuelle, ou du point de vue des usagers, l’emploi de cette forme minimale d’échange correspond à une première participation à l’espace commun, à une manière retenue de manifester l’attention à l’autre, voire à une forme de politesse, mais à l’échelle de la communauté, l’accès à la visibilité de cette somme d’individualités s’apparente à un envahissement de l’espace médiatique.

35Outre cette fonction de feedback, l’emploi d’un emoji seul a pour intérêt qu’il permet de négocier l’arrêt des échanges en contexte numérique. La question de la suspension des échanges répond en effet à des normes implicites sur les réseaux numériques, dont les plateformes représentent les fils conversationnels comme des flux continus et infinis et qui excluent la possibilité d’un arrêt à proprement parler. Pour les usagers, il s’agit donc de négocier l’entrée dans le silence, ce qui suppose de signaler à l’interlocuteur, premièrement, qu’il ne doit plus attendre de réponse, deuxièmement, qu’il n’est plus attendu de lui qu’il fournisse une réponse et, troisièmement, que la situation n’est pas pour autant conflictuelle : la relation est maintenue par-delà l’éloignement temporaire. Ces emoji employés seuls répondent au besoin de clore la conversation tout en ménageant l’autre. Ils apportent une confirmation, sans enrichir le contenu. À l’instar des éléments phatiques du langage (Jakobson, 1963), ils limitent la quantité informationnelle au minimum, renvoient un signe positif et favorisent une négociation réussie du départ. Dans la vie quotidienne (Goffman, 1974), cette négociation supposerait une perte progressive du contact, d’abord par l’arrêt des échanges longs, puis par l’arrêt progressif du verbal, suivie de la séparation des regards et, enfin, de la distanciation des corps. Dans la conversation numérique, la fin des échanges repose également sur un rétrécissement progressif du verbal et, dans cette perspective, les émoticônes peuvent constituer une étape avant la déconnexion complète.

L’emoji articulé au texte : un outil médian entre le mot et le signe de ponctuation

36Lorsqu’il accompagne un texte, l’emoji se trouve le plus souvent en fin de phrase. Dans certains cas, il suit le signe de ponctuation et s’apparente alors à un commentaire de l’énoncé qui précède (figures 2, 3, 4, 7 et 8). Dans d’autres cas, il remplace le signe de ponctuation qui permet ordinairement de clore l’énoncé phrastique (figures 1, 5, 6 et 7). Ci-dessus, la Figure 9 montre un cas où les signes de ponctuation sont presque tous utilisés, à l’exception du point-virgule, dont l’emploi rare est perçu comme le propre d’une langue plus soutenue, et du point final. Dans les usages numériques, il tend à être évité, dans la mesure où il s’apparente à une tentative de clore une conversation fluide, réputée ouverte et toujours disponible à l’actualisation. Le point final, outil incontournable des formes écrites conventionnelles, élément minimal nécessaire pour faire phrase, prend une connotation offensante sur les réseaux sociaux. Pour cette raison, les usagers lui préféreront ou bien un signe de ponctuation plus expressif, ou bien le remplacement par un emoji, ou encore une absence pure et simple de tout signalement de fermeture (voir Figure 11).

37L’emoji peut également être employé en début de phrase ou de paragraphe (figures 1, 7, 9, 11). Dans cette configuration, il sert d’accroche. Sa fonction n’est plus de commenter un énoncé, mais de capter l’attention du lecteur et d’orienter sa compréhension.

Figure 11. SNCF – 19 octobre 2018

Figure 11. SNCF – 19 octobre 2018
  • 11 Sur la délinéarisation de l’écriture numérique, voir Paveau (2017, p. 117-120).
  • 12 Une étude montre que lorsqu’une émoticône accompagne un texte, celui-ci est interprété en premier, (...)

38L’emoji en début de publication contribue à retenir le regard sur cette partie de l’écran, fonctionnalité précieuse pour la lecture sur ordinateur qui est non linéaire et qui conduit à circuler d’une partie à l’autre de l’écran11 : les emoji orientent le regard vers les lieux choisis. Ils renforcent l’attractivité de la publication, grâce à leurs couleurs et leurs formes qui créent une rupture dans un texte en noir et blanc, et gagnent l’attention des usagers, qu’ils poussent à la lecture et à la consommation de contenu12. De fait, loin de leur permettre d’avoir un accès plus rapide à l’information, ils les conduisent à rester plus longtemps sur la page, à commenter et à renouveler leur engagement vis-à-vis de la marque. La valeur sémantique de l’emoji passe alors au second plan, si bien qu’on peut ici parler de grammaticalisation : de même que le verbe avoir perd sa signification forte lorsqu’il est employé en tant qu’auxiliaire et n’est plus synonyme de posséder, l’emoji suit un processus de désémantisation, pour se renforcer sur le plan pragmatique (Prévost, 2006).

39Outre cet emploi en début de publication, plusieurs techniques d’accroche, qui ont en commun d’articuler de manières variées mot, emoji et signe de ponctuation, sont en réalité en concurrence sur les différentes pages Facebook étudiées. Sur la page de l’Armée de Terre apparaît de manière récurrente un procédé qui consiste à faire précéder le message de la publication par un groupe nominal détaché et mis en exergue par l’utilisation des crochets et de l’emoji. À la manière d’un étiquetage, ce procédé facilite l’entrée dans la lecture et capte l’attention des lecteurs (Figure 12).

Figure 12. Armée de Terre – 18 octobre 2018

Figure 12. Armée de Terre – 18 octobre 2018

40Plus encore que de retenir l’attention, cet usage conduit à orienter la compréhension de la publication par un phénomène de catégorisation, qui aiguille la lecture en fonction de l’axe communicationnel que l’organisation ou la marque a choisi de mettre en avant. Alors que, dans l’exemple précédent, l’emoji subissait une atténuation sur le plan sémantique, il conserve cette fois son sens plein et remplit autant une fonction démarcative que dénotative.

41La page de Ben & Jerry’s emploie encore un autre procédé aux fonctions similaires : le même emoji est redoublé en début et fin de l’énoncé d’accroche et conduit également à structurer le discours et en orienter la compréhension (Figure 13). Or, ici, il répond également à des besoins d’expressivité.

Figure 13. Ben & Jerry’s – 2 octobre 2018

Figure 13. Ben & Jerry’s – 2 octobre 2018

42De même qu’un chapeau dans un article de journal, l’énoncé liminaire donne un aperçu du contenu de la publication, tout en maintenant la curiosité afin de susciter le désir de poursuivre la lecture. Outre le fait qu’il attire le regard et qu’il structure le discours, l’emoji redoublé crée un effet d’hyperbole et marque l’enthousiasme de la marque quant au contenu évoqué. A fortiori parce qu’il le précède, le symbole festif influence la compréhension de l’information et indique l’émotion appropriée à la découverte du message. Cette capacité des emoji à influencer de manière déterminante la réception de l’information fait l’objet du dernier temps de cet article.

De la structuration à l’injonction

43Il convient de s’arrêter encore une fois sur le dernier exemple examiné (Figure 13). En fin de paragraphe, il donne à voir un emoji de nature particulière, puisqu’il renvoie à un lien externe. Il s’agit à nouveau d’un moyen d’accroche, mais qui permet cette fois de distinguer, dans l’ensemble textuel, une partie signalée comme plus importante et à laquelle le lecteur est invité à prêter une attention particulière, puisqu’il s’agit du lien vers le site de la marque. Là encore, à la manière d’un mode d’emploi, l’emoji rend visible la structure de la publication et du texte et aide à en repérer les parties sans nécessairement lire l’ensemble. De surcroît, le symbole choisi, un index tendu, correspond à un geste injonctif. Se confirme dans ce symbole l’hypothèse selon laquelle de tels éléments linguistiques favorisent l’hybridation propre à la communication numérique entre langue écrite et langue orale, puisqu’elle reprend des conventions qui sont celles de la communication non verbale (Marcoccia, 2016). Mais plus encore s’illustre ici clairement le fait que les emoji ne visent pas seulement à guider la bonne compréhension des messages par les lecteurs, mais également à orienter leur action (Alloing et Pierre, 2017) : l’invitation au clic est explicite.

44Un exemple extrait de la page d’Asos (Figure 14) confirme cette fonction rhétorique : suivi d’un document au format image qui évoque le week-end, le texte introductif contient deux emoji qui représentent l’un, une tasse de café, et l’autre, un portable dans une main.

45Figure 14. Asos – 27 octobre 2018

46De manière subtile, la marque de prêt-à-porter s’adresse à ces clients pour leur suggérer un comportement d’achat numérique. En cette fin de semaine, les utilisateurs de la plateforme numérique, qui forment un public imaginé détendu autour d’un café, sont invités à se faire plaisir et à saisir leur téléphone portable pour passer commande. Le lien est accessible d’un clic, l’effort est minimal. La consigne demeure discrète, puisqu’elle est adoucie par la référence au café, élément de convivialité et associé à la détente, mais il s’agit bien d’inciter l’internaute à prendre une nouvelle posture de consommateur.

47Ailleurs, toujours sur la page Facebook de la marque Asos (Figure 15), il ne s’agit plus de montrer comment acheter le produit, mais comment le consommer.

Figure 15. Asos – 25 octobre 2018

Figure 15. Asos – 25 octobre 2018

48Ce groupe de prêt-à-porter, à la clientèle mixte, suggère par ce biais à sa communauté d’acheter en couple ou en duo des tenues assorties. L’emoji explicite le texte qui invite à « coordonner », et il redouble les images intégrées dans la publication qui mettent en scène des couples habillés selon des motifs et des couleurs similaires. Il s’inscrit donc parfaitement dans le répertoire des outils visuels qui donnent l’occasion de montrer au consommateur quel usage il peut faire du produit afin de susciter le désir de son acquisition.

49De manière plus saillante encore, les émoticônes constituent des outils efficaces pour prescrire des réactions affectives aux usagers (Alloing et Pierre, 2017; Stark et Crawford, 2015). L’invitation à l’enthousiasme et au désir est explicite, comme on a déjà pu le souligner à plusieurs reprises, que ce soit dans le cas de la marque Pimkie, qui joue sur le stéréotype de la shopaholic à grand renfort d’emoji « cœur », ou dans le cas de la marque de crème glacée Ben & Jerry’s (Figure 16), qui interpelle sa clientèle en convoquant la représentation de la gourmandise comme péché mignon.

Figure 16. Ben & Jerry’s – 3 octobre 2018

Figure 16. Ben & Jerry’s – 3 octobre 2018

50La gourmandise est ici un vice communément partagé : il ne s’agit pas de savoir qui se laissera tenter, mais à quel point. Elle prête à sourire et crée la complicité plutôt qu’elle ne subit la réprobation sociale. Se diffuse ainsi une appréciation indulgente, voire positive, à l’égard du désir ou du plaisir gustatif, et les réseaux sociaux constituent des canaux efficaces pour imposer ce regard favorable à la consommation du produit. En cela, les emoji prescrivent une attitude émotionnelle face au produit et affectent le consommateur. Ils s’inscrivent donc pleinement dans la stratégie d’influence sociale des différentes marques et constituent des outils rhétoriques et marketing d’autant plus persuasifs qu’ils sont sympathiques et anodins.

Conclusion

51Comme cela a été précisé en introduction, cette étude a pour point de départ la conception d’une expérimentation pédagogique en DUT Techniques de Commercialisation. Conçue pour initier les étudiants aux concepts de rhétorique et de communication, cette enquête sur les réseaux sociaux, soit, pour ainsi dire, en terrain familier, a pour vertu qu’elle facilite leur entrée dans le questionnement sur les outils linguistiques. L’observation des emoji en contexte présente de fait un intérêt propédeutique, cela d’autant plus que ces outils se situent à l’interaction entre expression, communication, psychologie sociale et marketing.

52Cette étude conduit par ailleurs à soulever un certain nombre d’objections aux représentations communément associées à ces éléments de l’écriture numérique. D’après une doxa répandue, ils correspondraient en effet à une habitude propre à un sociotype spécifique, celui d’une génération jeune et connectée, et ils constitueraient le signe manifeste de son rapport fragilisé à l’écrit, en raison de la licence et de la désinvolture qu’ils semblent introduire dans une codification traditionnelle et institutionnalisée de la langue. Plus rapides, plus faciles, plus ludiques que les mots, les emoji aideraient à économiser du temps, éviteraient de s’interroger sur les accords et les doublements de consonnes, constitueraient des stratégies d’esquive pour des locuteurs en délicatesse avec l’orthographe.

53Si la dimension restreinte du corpus étudié n’autorise pas à tirer de conclusion complète et définitive sur l’usage grammatical de ces outils, il permet néanmoins de mettre à mal ces généralisations. Plutôt que de faire gagner du temps aux locuteurs, les emoji favorisent le maintien de leur attention et ont pour fonction d’encourager à lire de manière exhaustive les publications à vocation publicitaire. S’ils orientent parfois la compréhension du message, ils peuvent également présenter une polysémie et une ambivalence que certains locuteurs manient à l’envi. Enfin, loin d’échapper à la codification du langage, ils s’intègrent eux aussi à un processus de standardisation de leur utilisation.

54Leur emploi répond en effet à des principes articulatoires dont il est possible de rendre compte et manifeste une homogénéité certaine, quels que soient les profils des locuteurs et les sociotypes des destinataires, comme le montrent les stratégies de communication de l’Armée de Terre à Pimkie, en passant par celles d’un groupe tel que PNL. Ce figement en cours n’empêche pas le maintien d’espaces de jeu qui permettent aux usagers de manifester un style propre. Nous avons mis en évidence quelques procédés qui favorisent cette singularisation, notamment le phénomène de création de répertoires personnels, qui procède de la sélection à partir du clavier complet ou de la resémantisation des emoji, et l’utilisation grammaticale des unités lexicales qui jouent un rôle de structuration et de ponctuation du discours. Il appartient en réalité aux community managers de forger le langage numérique de la marque qu’ils promeuvent. Leur capacité à faire émerger une différenciation à partir d’un outil en voie de formalisation et à renforcer le territoire de la marque atteste de leur expertise.

Haut de page

Bibliographie

Alloing, C. et Pierre, J. (2017). Le Web affectif : une économie numérique des émotions. Bry-sur-Marne, France : INA.

Atifi, H. (2003). La variation culturelle dans les communications en ligne: analyse ethnographique des forums de discussion marocains. Langage et société, 104(2), 57-82.

Berard, B. (2018). I second that emoji: The standards, structures, and social production of emoji. First Monday, 23(9). doi: https://doi.org/10.5210/fm.v23i9.9381

Citton, Y. (2014). Pour une écologie de l’attention. La couleur des idées. Paris, France : Seuil.

Derbaix, C., et Filser, M. (2010). L’affectif dans les comportements d’achat et de consommation. Paris, France: Économica.

Fairon, C., Klein, J. R. et Paumier, S. (2006). Le langage SMS. Étude d’un corpus informatisé à partir de l’enquête « Faites don de vos SMS à la science ». Louvain-la-Neuve, France : Presses universitaires de Louvain.

Goffman, E. (1974). Les rites d’interaction (Traduit par A. Kihm). Paris, France : Éditions de Minuit.

Grice, P. H. (1975). Logic and conversation. Syntax and Semantics, 3(Speech Acts), 41-58.

Halté, P. (2018). Les émoticônes et les interjections dans le tchat. Limoges, France : Lambert-Lucas.Illouz, E. (2006). Les sentiments du capitalisme (Traduit par J.-P. Ricard). Paris, France : Seuil.

Jakobson, R. (1963). Essais de linguistique générale (Traduit par N. Ruwet). Paris, France : Éditions de Minuit.

Marcoccia, M. (2016). Analyser la communication numérique écrite. Malakoff, France : Armand Colin.

Paveau, M.-A. (2017). L’Analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques. Paris, France : Herman.

Prévost, S. (2006). Grammaticalisation, lexicalisation et dégrammaticalisation : des relations complexes. Cahiers de praxématique, (46). Repéré à http://journals.openedition.org/praxematique/638

Provine, R. R., Spencer, R. J. et Mandell, D. L. (2007). Emotional Expression Online: Emoticons Punctuate Website Text Messages. Journal of Language and Social Psychology, 26. doi: https://doi.org/10.1177/0261927X06303481

Stark, L. et Crawford, K. (2015). The Conservatism of Emoji: Work, Affect, and Communication. Social Media + Society, 1(2). doi: https://doi.org/10.1177/2056305115604853

Haut de page

Notes

1 Pour une définition précise de chacun de ces termes et pour une mise au point sur leur histoire, voir Halté (2018, p. 13‑23).

2 Inaam Jaffel, doctorante à l’université de Poitiers, a également présenté une partie de ses recherches sous la forme d’un poster intitulé « Les métamorphoses des interactions texte/émoticônes ».

3 En attendant la publication des actes du colloque, l’enregistrement de cette communication est disponible en ligne : http://uptv.univ-poitiers.fr/program/la-palette-des-des-emotions-20eme-anniversaire-de-la-mshs/video/48176/interactions-et-emotions/index.html.

4 Pour une définition plus précise de ces notions, on se reportera à Alloing et Pierre (2017, p. 81).

5 Des travaux montrent néanmoins que ces outils connaissent eux aussi une réappropriation culturelle. Voir Atifi (2003).

6 Des prolongements de cette étude peuvent être trouvés dans le concept d’économie de l’attention, qui considère l’attention comme une ressource que détiennent les récepteurs de l’information sur Internet et qui constitue une monnaie d’échange contre la mise à disposition gratuite de l’information (Citton, 2014).

7 Cette popularité peut être vérifiée sur un site tel que Emoji Stats (www.emojistats.org).

8 Notamment sur les sites web de la presse dite « féminine » : Elle, Marie-Claire, Cosmopolitain, etc.

9 Dans la communication non verbale, certains gestes, tels que le clin d’œil, ont également pour fonction d’infléchir ou de renverser le contenu propositionnel. Halté (2018) rappelle qu’ils correspondent alors non à une communication émotionnelle, c’est-à-dire spontanée et non contrôlée, mais émotive, c’est-à-dire à un travail affectif.

10 Traduction libre : « Les emoji échangés entre amis ou au sein du couple peuvent avec le temps devenir un langage abstrait et crypté, ou dénué de sens et purement formel : une simple convention. Dans le meilleur des cas, il y a un sous-texte personnel et unique dans tel échange d’arc-en-ciel ou de smiley avec cœurs dans les yeux, autant de strates de significations tacites qu’il serait difficile pour des analystes de données ou pour un algorithme d’apprentissage automatique de décrypter. »

11 Sur la délinéarisation de l’écriture numérique, voir Paveau (2017, p. 117-120).

12 Une étude montre que lorsqu’une émoticône accompagne un texte, celui-ci est interprété en premier, et l’émoticône correspond à une information additionnelle, à fonction qualifiante (voir Provine, Spencer et Mandell, 2007; Halté, 2018 [p. 41-42]). Les exemples relevés, situés en accroche, invitent à nuancer cela.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Armée de terre – 19 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 2. Pimkie – 21 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-2.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 3. Etam – 16 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 4. Etam – 12 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 5. Michel et Augustin – 18 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-5.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 6. Michel et Augustin – 6 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-6.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 7. PNL – 25 août 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-7.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 8. SNCF – 15 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-8.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 9. Asos – 19 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-9.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 10. Etam – 18 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-10.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 11. SNCF – 19 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-11.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 12. Armée de Terre – 18 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-12.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 13. Ben & Jerry’s – 2 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-13.png
Fichier image/png, 50k
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-14.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 15. Asos – 25 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-15.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 16. Ben & Jerry’s – 3 octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/communiquer/docannexe/image/5397/img-16.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Le Floc’h, « Standardisation et différenciation des emplois des emoji sur Facebook : observations à partir d’un exercice pédagogique en DUT », Communiquer, 28 | 2020, 35-51.

Référence électronique

Justine Le Floc’h, « Standardisation et différenciation des emplois des emoji sur Facebook : observations à partir d’un exercice pédagogique en DUT », Communiquer [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 22 mai 2020, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/5397

Haut de page

Auteur

Justine Le Floc’h

ATER, Techniques de commercialisation
Université de Lille, France

Agrégée de lettres modernes, Justine Le Floc’h est chercheuse en littérature et civilisation françaises et en histoire des idées. Ses travaux portent sur l’histoire des émotions et sur leur mise en discours. Elle a consacré sa thèse, préparée à la Faculté des lettres de Sorbonne Université, à la colère. Elle a montré comment, en France, au XVIIe siècle, le concept et l’imaginaire de cet affect se reflètent et se façonnent dans les traités de médecine, de morale, de philosophie, de théologie et de civilité. Elle est également enseignante à l’université de Lille, dans le Département de techniques de commercialisation, et donne des cours d’expression, de communication et de culture, ainsi que de psychologie sociale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals