Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Axe 2 : Organisation« Codivisation » des rites et « d...

Axe 2 : Organisation

« Codivisation » des rites et « désordre » de l'interaction. Engagement et pare-engagement à l'ère de la distanciation.

On 'Covidised' Rituals and the Interaction 'Disorder': Involvement and Involvement Shields in the Age of Distancing
Pascal Lardellier
p. 103-114

Résumés

En pleine crise de la COVID-19, l’épreuve des confinements et la mise à distance d’autrui nous rappellent par défaut le rôle fondamental joué par les rites et les civilités dans nos relations. Cela prouve l’actualité des outils conceptuels légués par Erving Goffman. Appuyé de témoignages tirés d’une enquête et étayé par un cadre théorique issu de la microsociologie, cet article analyse les bouleversements introduits dans nos relations quotidiennes par la distanciation, les gestes barrières et le port généralisé du masque, œuvrant tous à « désacraliser » (en les déritualisant) les relations interpersonnelles.

Haut de page

Texte intégral

Turbulences relationnelles

1La crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus a fait basculer nos sociétés dans une remise en question radicale des certitudes qui étaient les leurs. L'irruption de la COVID-19 a ouvert une crise majeure, dont les implications se font sentir dans tous les secteurs de la société : économie, éducation, organisations, etc. Mais cette crise ébranle aussi des aspects a priori plus anodins de nos vies, précisément « les rapports individuels et collectifs », qui sont le cœur même de notre vie sociale. En effet,

  • 1 Stéphane Dufour, « De la distanciation sociale à la déliaison religieuse », dans Rites et civilités (...)

l’entrée subite de tout un pays dans un confinement sanitaire inédit à l’époque moderne a profondément désorganisé les relations sociales dans la vie de la cité, des organisations professionnelles et jusque dans la cellule familiale. Il n’est guère d’espaces de sociabilité, de l’échelle de la nation à celle du foyer qui n’aient été atrophiés par les mesures prophylactiques 1.

2L’une des réponses sanitaires des gouvernements a été la mise en place d’un ensemble de dispositions coercitives, tout à la fois comportementales (port du masque, distanciation physique, « gestes barrières ») et juridiques (amendes pour non-port du masque). Il s’agit globalement de l’obligation de se tenir « à bonne distance » les uns des autres, par rapport aux « standards relationnels » habituels. Les interactions, au sens le plus élémentaire de rencontres, fortuites ou concertées, ont donc été les premières à être « impactées » par ces nouvelles règles. La réalité, c’est que dans les sociétés de 2020 et 2021, on ne « croise autrui » (rues, lieux publics, transports…) comme dans « le monde d’avant ». (Dufour, 2021)

3Or, cet arsenal de précautions pour tenter d’enrayer l’épidémie introduit un désordre dans l’organisation habituelle des relations sociales, reconfigurant durablement le cadre interactionnel. Les implications sont plus importantes qu’on pourrait le penser de prime abord. Car, derrière l’apparente banalité des rites de salutation, des civilités, de la politesse « impactés » par la distanciation, se révèlent les structures profondes de ce qu’on appelle communément « le lien social ». Nos relations sont devenues, depuis le début de l’épisode COVID-19 », des « méta-relations » en permanence sujettes à négociations, discussions, tensions, pour savoir quelles sont les distances à respecter, et les gestes et comportements à adopter ; ces négociations sont verbales comme discursives (ainsi, nous avons toutes et tous entendu en 2020 : « veuillez reculer s’il vous plait ! », « puis-je m’asseoir à côté de vous ? », « réajustez votre masque ! »), et gestuelles (mouvements de recul, manifestations mimo-faciales de désapprobation, d’exaspération ou d’assentiment). On se souvient de l’interrogation : « Qu’est ce qui fait que cela tient ? », question originelle de la sociologie durkheimienne. A l’ère de la COVID et de la distanciation, on prend conscience que l’ordre social est bouleversé dans son ensemble, dans les tensions perceptibles quand « l’ordre de l’interaction » est remis en question.

Hypothèse, cadre théorique et méthode

4L’hypothèse sous-tendant ces pages est que les rites, qui ne sont en rien des routines dénuées de sens, constituent des formes symboliques au sein desquelles les relations sociales prennent naissance et sens. « Performer » ces rites revient à mobiliser un ordre qui entérine les positions, les hiérarchies, les statuts, tout en offrant une stabilité aux relations et une lisibilité aux interactions.

5Il va être question ici de certains des concepts légués par Erving Goffman, qui par-delà le niveau de l’interaction, interroge plus largement l’agencement du social. En effet, « l’œuvre de Goffman […] explore le même problème, celui des rapports entre ordre social et ordre de l’interaction » (Joseph, 1998, p.14). Car,

une interaction s’ouvre et se clôt par une série de gestes et de paroles qui mettent les acteurs en position propice pour engager ou conclure un échange. L’interaction ne se déroule pas dans la spontanéité. La distance ou l’effusion participent d'un ordre rituel, d’une symbolique corporelle propre aux acteurs en présence, à leur degré d’attachement, leur statut social dont chacun attend qu'il soit respecté. Un 'dialecte de l'engagement', comme le nomme Erving Goffman, commande le contenu des paroles prononcées, leur rythme, leur ton, il alimente les mouvements du corps, le jeu subtil des regards, les mimiques, les gestes, les postures. (Le Breton, 2021)

6Or, cette « architecture du social » est désormais entravée, empêchée. Les exigences sanitaires liées à la pandémie de la COVID-19 et la mise à distance suspicieuse d’autrui qui en a découlée rappellent le rôle fondamental joué par les rites et les civilités dans les relations et plus largement dans la société. Selon l’un de nos enquêtés (l'explication méthodologie se trouve dans la prochaine section), la COVID-19 a eu des conséquences délétères sur les

rites de sociabilité quotidienne et de proximité. Sans perdre de vue la dimension religieuse intrinsèque, qui d’ailleurs, pour les croyants-pratiquants, se voit gravement entravée et perturbée, c’est de leur forme sécularisée dans une liturgie sociale de mise en relation, immédiate ou prolongée entre les individus. Le rite est donc une pratique sociale symbolique établissant une interaction plus ou moins durable, une pratique consciente ou inconsciente, codifiée et répétitive (Claude, 77 ans).

7Oui: la pandémie a durement influencé nos interactions les plus quotidiennes, avec des conséquences avérées bien que peu perceptibles. 

8Cet article, qui situe son propos au cœur de la communication (humaine et sociale) en temps de crise, va proposer une réflexion à focale large et étayée empiriquement. Il interroge le fondement rituel des rapports sociaux saisis au niveau interpersonnel, en voyant comment les rites d’interaction ont été remis en question, restreints voire interdits par les exigences sanitaires liées à la « distanciation », aux « gestes barrières » et au port du masque.

9Comme le fait remarquer Alex, 48 ans :

L’art de vivre à la française, la pratique de la bise ou de la poignée de mains ont été durement battus en brèche par les mesures sanitaires. Elles ont conduit les Français à aller à contre-courant de leurs habitudes culturelles et de vivre dans un climat de défiance généralisée. 

Précis méthodologique, limites de l’enquête

  • 2 L’échantillon était quasi-équitablement réparti en termes de genre. Si le spectre générationnel éta (...)
  • 3 Des enquêtes antérieures de l’auteur (Le cœur Net. Célibat et amours sur le Web, 2003, Belin, Le Po (...)

10Les témoignages que l’on trouve dans cet article sont tirés d’un questionnaire administré auprès d’une trentaine de personnes équitablement réparties en termes de genre, et rangées sur un spectre générationnel large allant de 27 ans à 77 ans2. L’échantillon a été constitué aléatoirement, en sollicitant des personnes connues de l’auteur, et en leur demandant s’ils ou elles connaissaient des personnes souhaitant aussi répondre. Le biais dont nous avons conscience est que les enquétés appartiennent prioritairement aux catégories intellectuelles supérieures, premier cercle social de l’auteur. Sans aucune volonté de discrimination (au double sens, méthodologique et moral), l’ambition de l’enquêteur était aussi d’interroger des personnes pouvant expliciter de manière réflexive leur expérience relationnelle à l’heure de la COVID-19, y mettre, sinon des concepts, du moins des mots précis et des analyses ayant du sens. La composition d’un échantillon oblige à des choix raisonnés, qui ont, considérés de l’extérieur, leur part d’arbitraire ; mais il faut préciser « arbitrer » des choix, conduits par la représentativité et la cohérence intrinsèque dudit échantillon, autant que l’accès à un échantillon, et l’accord de ceux le constituant de participer à l’enquête3. Les sept questions ouvertes posées entendaient sonder ces enquêtés sur leurs perceptions et expériences de la distanciation.

11Voici les sept questions ouvertes posées à l’échantillon prioritairement composé de personnes (une trentaine) dotées d’un capital culturel élevé (professions intellectuelles, domaine de la culture et de l’expertise…). Ils ont répondu selon la longueur qu’ils souhaitaient, librement, directement dans le document Word. Nous y reviendrons : sans évoquer directement un auteur (Goffman) et des concepts spécifiques dans le questionnaire ; il s’agissait de mobiliser la réflexivité de ces acteurs sociaux, de leur proposer d’interroger leurs pratiques quotidiennes et leur « ethos relationnel », remis en question par les « gestes barrière » et la distanciation, tout en centrant les questions sur le cœur du sujet, les rites (d’interaction) : 1/ Qu’est-ce qu’un rite, selon vous, en quelques mots ?, 2/ Quels rites, plus précisément, structurent notre quotidien et notre rapport aux autres ?, 3/ Considérez-vous que les mesures mises en place à la suite de l’émergence du virus, puis pendant le confinement et après celui-ci, ont altérés, empêchés, certaines pratiques rituelles ?, 4 /Qu’est-ce qui vous a manqué, frustré, voire choqué autour de ces nouvelles dispositions relationnelles mises en place ?, 5/ Comment jugez-vous l’interdiction de participer à des funérailles, de se serrer la main, de se faire la bise ?, 6/ « Distanciation » (sociale ou physique), « gestes barrières », masques, gel…, comment jugez-vous, en quelques mots, cet « arsenal » mis en place (d’un point de vue social, relationnel et pas sanitaire) ?, 7/ Avez-vous, autour de la « distanciation », des « gestes barrière », etc., une anecdote, un témoignage, une remarque, un jugement particulier ?

12Il est à préciser qu’une fois cette masse de témoignages collectée, la sélection des passages retenus s’est faite en fonction de leur pertinence et adéquation vis-à-vis de l’argumentation générale. Cette manière de procéder est classique, dès lors qu’on administre un questionnaire ouvert avec une masse de verbatim à trier, puis à répartir dans un schème démonstratif plus large, défini conceptuellement en amont, et alimenté par un mouvement dialectique entre témoignages, expériences empiriques et cadre théorique.

13Cette approche qualitative est couplée à une observation participante réflexive de l’auteur. Il agit de voir comment l’édifice rituel sous-tendant les relations sociales, au sens large, a été ébranlé, distordu à sa base, et malmené par des normes attentatoires à la production symbolique ordinaire des rapports sociaux. 

14Nous avons conscience des limites de cette méthodologie, par-delà ses potentialités en termes « d’analycité ». La première réside dans la composition de l’échantillon, dans sa sociologie. Des enquêtés au profil plus modeste auraient probablement donné des réponses différentes, quant à « l’ordre de l’interaction », perçu différemment depuis leur point de vue. De même qu’un échantillon plus féminin aurait – hypothèse – exprimé l’aubaine d’une mise à bonne distance (cf. Goffman, L’Arrangement des sexes, ou Bourdieu, La Domination masculine, ouvrages dans lesquels il est question de la « violence symbolique » portée par les « ethos relationnels »). Enfin, il faudra voir comment une analyse produite au cœur du « cyclone COVID », restera valide quand les modalités relationnelles actuelles se seront stabilisées ou auront évolué. Dans ce cas, il faut considérer ces pages comme un témoignage à portée historique, en rendant la photographie de relations bouleversées à un « instant T », de relations surtout devenues des « méta-relations », tant les chercheurs que les acteurs sociaux eux-mêmes auront interrogé le statut, les formes et le cadre de ces relations, soudain mises en tension autant qu’en question ; retour circulaire au cœur du propos.

Relations sociales ?

  • 4 Quatrième de couverture, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, édition de (...)

15Il sera ici question de « relations sociales », mais qu’est-ce que cette locution recouvre ? Il sera question des « rencontres fortuites, échanges de paroles, de regards, de mimiques, de mots, actions et réactions, stratégies furtives…, matière première qui constitue l’objet inhabituel de La Présentation de soi, pour ordonner ces miettes de vie sociale, résiduelles pour la sociologie canonique, et sur lesquelles « E. Goffman concentra l’attention la plus minutieuse ».4 Rappelons que :

Les rites d'interaction sont avant tout des mises en scène ordonnées et intelligibles des attitudes mutuelles, elles suggèrent un mode d'emploi du corps et de la parole pour échanger avec l'autre, une définition du licite et de l'illicite de l'accès à son corps selon les circonstances que chacun s’approprie à sa manière selon son histoire personnelle. Mais la COVID-19 les a bouleversés comme un chien dans un jeu de quilles. (Le Breton, 2021, p. 41)

16Car la révolution sociale portée par la crise de la COVID se situe là, dans la remise en question interactionnelle et morale de nos relations ordinaires. Interactionnelle, tant la distanciation distend précisément et distord les relations sociales ; morale, tant il est en permanence question de « respect d’autrui » avec le port du masque.

Les nouveaux mots d’ordre de distanciation sociale (un anglicisme, social distancing, renvoyant à l’espacement physique) et de gestes barrière (qui sont aussi en partie des non-gestes : ne pas se serrer la main, ne pas s’embrasser) devant régir les nouveaux comportements à adopter signifient bien la conduite exigée de mise à distance respectable et responsable, de la coupure et de la séparation avec l’autre, au singulier, et avec le reste du groupe qui devait disparaitre durant cette période pour laisser l’individu isolé. Expérience sociale déroutante et paradoxale où les preuves d’amour à l’égard de ses proches consistaient à ne pas les toucher ni même à les approcher. (Dufour, 2021)

17L’époque fait que

18nous avons besoin d’analyses qui font remonter à la surface les sens latents des comportements provoqués par la pandémie… D’autre part, en utilisant la notion d’hyper-ritualisation, les comportements de protection contre le Covid apparaissent comme autant de manifestations d’une forme nouvelle de « religiosité séculière » (Piette, Les Religiosités séculières, Paris, PUF), ce que les discours prophylactiques dominants occultent complètement. Enfin, en prenant la parole à propos de la pandémie et en osant offrir une interprétation différente, les anthropologues disent avec d’autres chercheurs en sciences humaines et sociales que la COVID-19 est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux mains des seuls médecins.(Winkin, 2021, p. 38)

19Étant entendu que c’est la question de la confiance, in fine, qui se trouve posée : comment perpétuer le lien social dans ses formes élémentaires et ordinaires, quand autrui devient possiblement dangereux, et entaché d’un soupçon : « sur le plan relationnel, notre société, qui renforce la prééminence de l’individu, a affecté gravement le lien social, avec la distanciation sociale et les gestes barrières » (Daniel, 72 ans).

  • 5 Selon le mot de Pierre Bourdieu dans l’éloge nécrologique qu’il lui consacra dans Le Monde Dans cet (...)

20Cet article s’inscrit dans un cadre théorique faisant appel à la microsociologie goffmanienne et à l’interactionnisme symbolique. Plus largement, notre soubassement épistémologique est l’ouvrage d’Arthur Maurice Hocart (2005), Au commencement était le rite, qui postule la nature essentiellement rituelle de la société, des relations aux institutions ; retour aux formes symboliques évoquées plus haut. Mais, c’est bien Goffman qui par la robustesse et la sûreté du viatique conceptuel légué servira de « ressource sûre » à ces pages. Tout cela interroge la nature intrinsèquement symbolique du lien social, qui se fonde sur la confiance, et une disponibilité à autrui empêchée par les mesures de « distanciation », autant que sur la présomption chez autrui d’un « stigmate » possible. Bien sûr, notre approche n’entend pas remettre en question les précautions sanitaires, mais s’interroger sur leurs implications, plus importantes qu’il n’y paraît de prime abord. Il faut saluer ici la pensée formidablement prospective d’Erving Goffman, qui invite à réfléchir autour de notre actualité, celle de la crise sanitaire de la COVID-19. Car il centra son attention sur ce qui se passe lorsque deux ou plusieurs personnes sont en face les unes des autres. Il fut à ce titre un formidable « entomologiste du social »5.

21Au plus près des acteurs sociaux, de leurs corps, de leurs gestes, de leurs micro-expressions comment se déroule l'interaction ? Et, qu’advient-il lorsque l'une d'entre elles commet un impair ou sort du script d’action attendu ? C'est ce type de questions que Goffman a explorées, si l’on considère que ses préoccupations, centrées sur les rapports « ordinaires », partaient du principe que c’est là que la société se produit et se reproduit, que l’ordre social se perpétue. La COVID remet tout ceci en question, en mettant le « naturel » des interactions au centre du débat. Désormais, chacune de nos interactions est repensée en fonction des exigences sanitaires, mais aussi de la perception que chacun a de « tout cela ». 

22Plus largement, et pour revenir à la dimension politique des analyses goffmaniennes, rappelons que « pour Goffman, la domination ne se marque pas seulement dans les discriminations ni les comportements dénoncés comme sexistes, elle se lit aussi dans l’ensemble des gestes du quotidien, dans chaque situation où la différence des sexes est mise en jeu, mise en scène » (C. Zaidman in Goffman, 2002, p 30). Son Arrangement des sexes était un modèle de manifeste. Or, c’est cette « architecture relationnelle » que la distanciation remet en question. 

Goffman et la « communication » en période de crise sanitaire

23Ces pages entendent inscrire certains concepts goffmaniens (ceux donnant un cadre à l’interaction) dans une perspective communicationnelle, celle de la crise sanitaire de la COVID-19 que nous vivons actuellement. 

  • 6 On ne préside pas incidemment aux destinées de la société américaine de sociologie.
  • 7 Voir par exemple, sur ce potentiel communicationnel, une analyse qui ressortit en tous points à cet (...)

24Rencontrer autrui, nouer des relations in situ, « croiser des gens », être en interaction, cela revient toujours à communiquer, même implicitement, même inconsciemment. Il ne s’agit pas ici de préempter Goffman, sociologue en première lecture6, mais de mettre en lumière son évident potentiel communicationnel, au sens théorique du terme7. En effet, « à côté des entités constitutives de la sociologie que sont le collectif (groupes, classes, populations) et l’individu (acteurs, agents, sujets) la microsociologie introduit ainsi un objet nouveau, la situation d’interaction ». (Joseph, 1998, p 10) Et, « l’ordre de l’interaction », son soubassement rituel et symbolique, constituent des « colonnes porteuses » de tout processus de communication interpersonnelle. Car, à la base des études en communication, il y a comme objet évident la prise en considération des relations, de ce qui les produit, les maintient et les pérennise, il y a l’attention apportée aux processus relationnels, dans des perspectives qui dépassent les approches psychologiques et linguistiques, pour se centrer sur les processus, de natures discursive, comportementale, gestuelle… L’ordre de l’interaction, c’est d’abord un ordre proxémique, kinésique, synesthésique qui exprime l’ancrage sensible du corps social, cette dimension sensible étant rapidement rehaussée à un autre niveau, symbolique, précisément celui des rites d’interaction. C’est en ce sens que les études en communication doivent un important crédit théorique à Goffman, dès lors que les approches sont processuelles, dynamiques et pas simplement mécanistes ou « psychologisantes ». Goffman « s’intéresse à l’échange plus qu’aux acteurs qui échangent et privilégient les formes non cristallisées pour saisir ce qui se passe entre deux convives ou deux passants ». (Joseph, 1998, p 21) On se souvient de sa formule célèbre, « non pas les hommes et leurs moments, mais les moments et leurs hommes », qui devint le titre d’un ouvrage d’Yves Winkin.

La gamme ample du spectre rituel

25Au centre des travaux du courant interactionniste, on trouve la question des rites. La théorie générale de la sociabilité sous-jacente observe, décrit et interprète le ballet permanent des relations sociales. Ces parades symétriques, qui sont des protocoles interactionnels, permettent à chacun des acteurs d’accommoder son « territoire du soi » à celui d’autrui. Elles adoptent la plupart du temps une structure symétrique, la situation interpersonnelle constituant le corpus d’observation idéal des small behaviors. Celles-ci adviennent par le hasard de la rencontre de leurs protagonistes. Incorporées en chacun et constituant son être social, inhérentes à la culture et aux individus, les règles interactionnelles fondent les rapports, « par-delà les individus », inconscientes et unanimement partagées. 

26Ouvrons la focale : étiquette et protocole, politesse et civilités, cérémonials d’État et savoir-vivre constituent un patchwork moins disparate qu’il n’y paraît. Tous œuvrent à la perpétuation de l’ordre social, à la légitimation des rapports interpersonnels et institutionnels. Car, dans La Mise en scène de la vie quotidienne ou Les rites d’interaction, Erving Goffman démontre que, dans les codes de sociabilité analysés par la microsociologie, se rejoignent deux niveaux de ritualité, liant le privé et le public, l’intime et le social. Il existe une différence d’échelle, mais pas de différence de nature entre une grande cérémonie et une interaction. Le rite, quelle que soit sa forme, sert à la confirmation de l’ordre social, et à la conformation des individus à celui-ci. Donc, toute micro-cérémonie possède une dimension puissamment normative. Les situations formalisées (langage et rites) imposent des modes de comportements précis à leurs acteurs, garantes de la perpétuation de l’ordre social.

Vers une société « pare-engagée » ?

27Pour Erving Goffman, l’engagement constitue l’épicentre du processus d’interaction : « être impliqué dans une activité de circonstance signifie y maintenir une certaine attention intellectuelle et affective, une certaine mobilisation de ses ressources psychologiques ; en un mot, cela signifie s’y engager (to be involved in it» (Goffman, 2000). Or, l’engagement a été mise à mal par les dispositions comportementales élaborées pour endiguer la propagation du virus :

j’ai un sentiment parfaitement ambivalent en face de cet épisode. À la fois très pénible, et potentiellement dangereux : indiscutablement, cela a été générateur de stress, avec des incidences physiques. Mais en sens inverse, il imposait une mise en exergue de la solidarité et du respect de l’autre. Fait essentiel dans nos sociétés atomisées. À terme également, cela permettra peut-être de revenir à des rites moins banalisés, uniformisés, où on fera plus nettement la différence entre le respect, l’affection et la civilité (Isabelle, 50 ans). 

28A contrario, le confinement (le premier, celui du printemps 2020) a marqué le triomphe sans précédent du « pare-engagement ». Pour Goffman, les stratégies comportementales permettant de comprendre le sens de l’interaction sont « l’engagement » et le « pare-engagement ». A l’ère de la COVID-19, le premier est minoré et le second exacerbé. L’engagement, ou ces postures, intentions perceptibles, gestes d’accueil et d’ouverture qui informent l’autre qu’on va entrer en interaction avec lui : sourire, mouvements des yeux (qu’on écarquille), gestes d’ouverture des bras, des mains… Il est clair qu’à l’ère de la distanciation instituée, cet éventail comportemental, mimo-facial et symbolique (car manifestant la disponibilité et signifiant l’ouverture et la confiance) s’est en partie refermé. En parallèle, montent en puissance les stratégies de « pare-engagement », d’évitement, de prise de distance : « la société s’est trouvée anesthésiée ! Et cela s’est traduit par un repli sur soi, cassant les rites de base (salutations, serrage de mains, expression du visage ….). Nous sommes entrés dans une société de méfiance. L’autre devient un danger. » (Kathleen, 47 ans) Distanciation et « gestes barrières » rendent suspects les rapprochements des corps dans des contextes sociaux.  Et la crise sanitaire suspend les rites d’interaction qui « mettent de l’huile » dans les rouages des rapports sociaux et interpersonnels.

Les mesures de distanciation (qualifiée de « sociale » d’abord, puis de « physique »), ont perturbé gravement les rites des salutations, engendrant un trouble certain dans les modalités d’entrée en communication et en interaction. Y compris dans les modalités qui n’impliquent pas de proximité physique immédiate : par exemple, pendant le confinement, les gens se croisant dans la rue baissaient les yeux et hésitaient à se saluer verbalement, même à distance… Les regards devenaient fuyants et les sourires timides, voire crispés. Après le confinement, on constate que les réactions de méfiance ou de crainte persistent (Isabelle, 50 ans).

29Concrètement, les pare-engagements (toutes les « stratégies » visant à éviter une interaction), matérialisés par masques et « gestes barrière », témoignent ostensiblement de la « fermeture » à autrui, en tout cas de sa mise à distance. L’une des conséquences est que « des familles entières, des amis vont durablement créer une distance les uns envers les autres. Ceux qui ont peur, ceux qui n’ont pas vraiment peur. Cela va engendrer un fossé qui crée de facto une distanciation sociale » (Kathleen, 47 ans). 

  • 8 Renvoyons au canonique ouvrage La Dimension cachée, Le Seuil, Paris, 1983. Pour Hall, notre rapport (...)

30En effet, les « gestes barrières » modifient en profondeur les rites d’interaction, et notamment les schémas proxémiques analysés par Edward T. Hall, cette distance intuitive à l’autre dans l’échange8. En France, se tenir à un mètre de son interlocuteur déborde le plus souvent cette distance (en clair on est « trop loin » !) et induit un malaise, redoublé par le port du masque. Allons plus loin encore, ou revenons plutôt à l’hypothèse sous-tendant ces pages : souscrire à la théorie de Goffman, c’est percevoir, derrière l’ordre de l’interaction, l’ordre social. Mais de même, c’est implicitement reconnaître qu’il y a une dimension sacrée en chacun de nous, dimension célébrée par les rites précisément : « Le moi est en partie un objet cérémoniel et sacré qu’il convient de traiter avec le soin rituel qui s’impose et que l’on doit présenter aux autres sous un jour convenable » (Goffman, 1974, p 81). Ou encore,

dans la société contemporaine, les rituels adressés aux représentants d’entités surnaturelles sont partout en déclin, de même que les grandes cérémonies, avec leurs longs chapelets de rites obligatoires. Il ne reste que de courts rituels qu’un individu accomplit pour et envers un autre et qui attestent de la civilité et du bon vouloir de la part de l’exécutant, ainsi que la possession d’un patrimoine de sanctitude de la part du bénéficiaire. Il ne reste, en bref, que des rites interpersonnels (Goffman, 1974, p 73-74).

31Quand les ritualités du contact se défont, alors il importe de faire preuve de tact, c’est-à-dire d’éviter de plonger l’autre dans l’embarras, par exemple en lui tendant la main ou en l’embrassant sans crier gare. La perte de face n’est jamais loin. Et, qui dit perte de face dit, en langage goffmanien, profanation du moi.

32Comme le relève l’une de nos enquêtées, la « violence » de l’arsenal mis en place lui est apparu lorsqu’elle est retournée travailler à la Bibliothèque nationale de France :

des points gels tous les 3 mètres, plus de cantine, port du masque obligatoire et « cerise sur le gâteau », transformation du service public : pour consulter un ouvrage il faut le réserver une semaine avant ! La distanciation me rappelle la proximité d’avant. Je prends peu le métro, mais les quelques fois où je l’ai fait, je me suis revue collée contre les autres passagers et je me suis dit que cette proximité ­ comme la distanciation actuelle ¬ n’était pas normale non plus. On passe alors d’une extrémité à l’autre. Du trop-plein au trop vide. Il y a toujours un trop alors : trop de distance, trop de gel, trop de masques, trop d’interdits, trop de paranoïa in fine. (Eleni, 45 ans)

33Nos relations de face à face sont remises en cause et le rapport à la figure de l’autre, au sens le plus littéral de ces expressions, se trouve bouleversé : « les embrassades, les poignées de main, les réunions familiales, les mariages et les funérailles sont remis en cause. En fait, tout un pan de notre civilisation disparaît douloureusement. » (Daniel, 72 ans)

COVID-19 : vers une défiguration symbolique ? 

34Les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale ne sont pas restés sans conséquences au sein même des familles riches de diverses générations. Comme le déclare Claude, un enquêté grand-père et arrière-grand-père,

le principe même de la distanciation (physique, puis sociale) oblige à une modification radicale de notre approche de l’autre. Le contact passe du geste à la parole et au regard. Cette désincarnation peut être douloureuse, surtout lorsqu’il s’agit de proches (absence de câlin pour les petits-enfants par ex.). Elle devient douloureuse avec l’enfermement et l’impossibilité de déplacement pour voir sa famille. Elle s’avère pesante en ce qu’elle limite gravement la convivialité. (Claude, 72 ans)

35Hors toute considération morale, la sociabilité a été battue en brèche, rendue plus difficile et sous contrôle judiciaire et policier. Le premier refus de poignée de main est ainsi considéré comme « disruptif » et particulièrement choquant dans notre univers de civilités ordinaires et de salutations imprégnées par des normes socioculturelles prégnantes et omniprésentes. Comme le confie Alex (48 ans), le refus de serrer la main l’a beaucoup surpris

notamment parce que c’était mon Président d’université qui a refusé ma main tendue automatiquement et dans un rôle social hiérarchique inférieur. Médecin, il était sans doute alors plus conscient des risques de la situation que moi et davantage confronté à des mains tendues à longueur de journée. Mais c’était marquant car à partir de là j’ai fait beaucoup plus attention aux gestes barrières.

36La grammaire des interactions sociales s’est incontestablement… grippée, et s’est réorganisée autour de la mise à distance de l’autre, considéré comme une menace potentielle. 

37Les « pare-engagements » sont devenus le « moteur comportemental » de nos nouvelles relations interpersonnelles masquées et « covidisées » et ont induit de nouvelles pratiques de « communication sans contact » (comme les paiements éponymes par carte bancaire) :

tout ce qui relève de la distanciation sociale a changé notre manière d’être en société, introduisant de nouveaux tabous, de nouvelles normes de politesse, etc. Le fait de se toucher coude à coude au lieu de serrer la main, le fait de ne pas se rapprocher à plus d’un mètre de quelqu’un « d’étranger », le fait de mettre un masque en public sont des comportements rituels nouveaux.(Alex, 48 ans)

38Les cultures coutumières de l'embrassade, de l'accolade, de la poignée de main ont vu la distanciation recommandée et la méfiance requise leur faire perdre en spontanéité et en « chaleur humaine ». Il y a une stigmatisation de fait à l’œuvre derrière les « pare-engagements covidiens », qui imposent une conduite à tenir comme nouvelle norme comportementale et dénoncent les inconduites. L’arsenal répressif sert sans aucun doute à marquer et à matérialiser « le risque, à le garder dans les esprits, et respecter les gestes etc., est devenu une marque de respect d’autrui. Quelqu’un qui ne respecte pas prend des airs de "goujat" » (Alex, 48 ans). 

39Quant au masque, il renvoie, dans les logiques d’interaction, à la perception signifiante du visage d’autrui. On sait les réflexions philosophiques d’Emmanuel Levinas sur le visage et le regard d’autrui comme expériences primordiales de l’altérité. Or, sa notion de « visagéité » est vidée de sens, dans le cadre défiguré des interactions masquées que les mesures sanitaires imposent, et qui constituent des formes de violence symbolique :

le fait de ne plus bien voir les expressions faciales du visage de notre interlocuteur, de ne plus pouvoir interagir de façon non-verbale avec lui, et surtout de ne plus pouvoir se tenir à proximité de l’autre pour deviser avec lui altère la qualité des relations. On perd des vecteurs de sens, on a du mal à entendre, comprendre, c’est perte de sens dommageable, assez violente quand on y pense. (Alexandre, 41 ans)

40Car le visage est l’épicentre de la « face » goffmanienne, étant entendu que c’est la perception du sourire, des mimiques qui permettent ordinairement d’entrer en interaction. En ce sens, le masque procède d’une « défiguration symbolique ». (Le Breton, 2020) Seuls restent visibles les yeux. Le reste du visage, totalité signifiante épicentre de l’empathie, est dissimulé par le rectangle sanitaire du masque, voilant des sièges de sens habituellement offerts aux interlocuteurs :

plus que la distanciation physique, le masque entraîne des dysfonctionnements dans les relations interpersonnelles : pas seulement parce qu’il défigure, parfois au point de rendre difficile la « reconnaissance » ; mais aussi parce qu’il confirme que le rapport yeux/bouche est un élément de communication essentiel, quel que soit le type d’interlocuteur ou la nature de la relation. (Isabelle, 65 ans)

  • 9 On se souvient de la crécelle ou de la robe jaune des lépreux.
  • 10 Si « l’argent n’a pas d’odeur » (adage éculé !), il est entaché d’une charge (im)morale forte, et o (...)

41Plus largement, on se souvient que Goffman évoquait dans un ouvrage éponyme les « stigmates », ces signes honteux, disqualifiant et discriminant, dont sont porteurs certaines personnes, et qui les mettent en dehors de la normalité sociale (handicap visible, orientation non-hétéronormative, marginalité…). Désormais, en l’absence de signes extérieurs signifiant qui est malade dans l’espace public9, c’est sur des objets peut-être contaminés que s’est déporté ledit stigmate. Car le virus, possiblement, est niché sur les emballages, le mobilier urbain, les dispositifs sociaux et surtout la monnaie, pièces et billets. Le recours au paiement sans contact permet providentiellement de contourner ce danger potentiel du contact avec de l’argent dont on pense qu’il est contaminé10.

Ouverture conclusive : une société du « sans contact », à « notre corps défendant »

42De l’économique au symbolique et du commerce au relationnel, ou le « paiement sans contact »… Cette expression explicite prend acte de l’air du temps. La distanciation sociale imposée par les nouvelles règles relationnelles valide l’entrée dans une société de relations « pasteurisées », pesées au trébuchet de la « bonne (qualification morale) distance » ; ou valides socialement lorsque tamisées par des Hygiaphones, ces vitres épaisses percées de trous qui permettent d’échanger avec des personnes au guichet. Or, les masques autant que les « gestes barrières » sont ces nouveaux hygiaphones non plus statiques, mais mobiles et permanents.

43Ce que ces pages ont essayé de démontrer, c’est que derrière la mise en place de la distanciation généralisée, les relations, mais plus largement l’ordre social et même l’ordre moral de la société sont remis en cause. L’édifice est ébranlé à « nos corps défendants » et par la force des choses. Car le principe de ritualité vise à contrôler les « turbulences interstitielles » (Cazeneuve, 1990) que rencontre la communauté au cours de son développement. Le rite est un canal contenant par sa médiation, symbolique et normative, toutes les formes de désordres. « À défaut de maîtriser les forces de la nature, le rituel, par l’organisation qu’il implique, permet aux hommes de se maîtriser eux-mêmes et de présenter un front uni contre les coups du sort » (Scubla, 2005). On revient, plus pragmatiquement, à la lisibilité et à la prévisibilité que des rites d’interaction stabilisés offrent. Les remettre en question (pour d’impérieuses raisons sanitaires), c’est déstabiliser le rythme du ballet relationnel, c’est « désaccorder l’orchestre »…

  • 11 Dans Parega et Paralipomena, 1851.
  • 12 Parerga et Paralipomena, Essais sur les apparitions et opuscules divers, traduit en français par Au (...)

44Un pas de côté philosophique prend une valeur (micro-)sociologique particulière : dans une parabole célèbre11, Arthur Schopenhauer narrait le dilemme de ces porcs-épics, qui par une froide journée d’hiver, n’arrivaient pas à trouver la bonne distance, afin de se tenir chaud mais sans se blesser… Trop près les uns des autres et leurs piquants imbriqués les meurtrissaient cruellement ; trop éloignés, et c’est la morsure du froid qui les faisait souffrir. Alors, patiemment s’étalonner par des ajustements successifs, afin que doucement, on trouve cette bonne distance pour éprouver le bien-être sans léser ni blesser personne, tous unis dans la chaleur du social. Car, l’allégorie est là pour le philosophe, derrière ces considérations animalières : trouver sa juste place en société, sans être ni solitaire ni envahissant. Et Schopenhauer d’affirmer explicitement : « la distance moyenne qu’ils finissent par découvrir et à laquelle la vie en commun devient possible, c’est la politesse et les belles manières » 12

45Laissons le mot de la fin à Goffman, qui de manière métaphorique affirme que « pour exprimer la totalité d’un homme, il faut une chaîne d’individus se tenant cérémoniellement par la main, où chacun donne avec déférence et bonne tenue à son voisin de droite ce qu’il a reçu avec déférence de son voisin de gauche ». (Goffman, 1974, p 75). « Se tenir par la main », car là est sans doute le cœur de l’interaction, entre confiance et don, au centre du social.

Haut de page

Bibliographie

Anspach, M. R. (2002). A charge de revanche. Figures élémentaires de la réciprocité. Paris : Seuil.

Cazeneuve, J et Sindzinge, N. (1990). Rite. Dans Encyclopaedia Universalis, Tome 19 (p.64-71). Paris : Universalis.

Cefai, D. et Grdella, É. (2012). Comment analyser une situation selon le dernier Goffman ? De Frame Analysis à Forms of Talk (p.231-266). Dans D. Cefaï et L. Perreau (dir.), Erving Goffman et l'ordre de l'interaction. Paris : PUF

Dufour, S. (2021). De la distanciation sociale à la déliaison religieuse. Dans P. Lardellier et R. Aracné (dir.), Rites et civilités à l’épreuve du Covid. Déritualiser et re-ritualiser en sociétés (post-)confinées (s.p)

Centlivres, P., Hainard, J. (dir.). (1986). Les Rites de passages aujourd’hui. Dans Actes du colloque de Neuchâtel 1981. Neuchâtel : L’Age d’homme.

Elias, N. (1977). La Civilisation des mœurs (P. Kamnitzer, trad.). Paris : Calmann-Lévy.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. 1. Les rites d’interaction. (A. Accardo, trad.). Paris : Les Éditions de Minuit.

Goffman, E. (1974). La mise en scène de la vie quotidienne. 2, Les relations en public. (A. Kihm, trad.). Paris : Les Éditions de Minuit.

Goffman, E, (1974), Les Rites d’interaction. Paris : Les Éditions de Minuit.

Goffman, E. (1988), Les moments et leurs hommes (Y. Winkin, trad.). Paris : Points.

Goffman, E., (1991). Les Cadres de l’expérience. (I. Joseph, M. Dartevelle et P. Joseph, trad.). Paris : Les Éditions de Minuit.

Hall, E. T. (1981). La Dimension cachée. (A. Petita, trad.). Paris : Seuil.

Hocart, A. M. (2005). Au commencement était le rite. (M. Anspach et J. Lassègue, trad.). Paris :La Découverte/MAUSS.

Joseph, I. (1998).  Erving Goffman et la microsociologie. Paris : PUF.

Lardellier, P.(dir.) (2015). Actualité d’Erving Goffman, de l’interaction à l’institution. Paris : L’Harmattan.

Lardellier, P. (2019). Sur les traces du rite. L’institution rituelle de la société. Londres : ISTE.

Lardellier P (dir.) (2021). Rites et civilités à l’épreuve de la Covid. Ritualiser et déritualiser en sociétés (post)confinées. Rome : Aracné.

Le Breton, D. (2003). L’Interactionnisme symbolique. Paris : PUF.

Le Breton, D. (2021). (s.t.) Dans P. Lardellier (dir.), Rites et civilités à l’épreuve du Covid. Déritualiser et re-ritualiser en sociétés (post-)confinée (s.p.). Rome : Aracné.

Le Breton, D. (2020, 12 mai). Le port du masque défigure le lien social. Le Monde. Récupéré de https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/11/coronavirus-le-port-du-masque-defigure-le-lien-social_6039261_3232.html

Lévinas, E. (2007). Éthique et infini. Dialogues avec Philippe Nemo. Paris : Le Livre de Poche.

Lévinas, E. (2007). Entre nous. Essais sur le penser-à-l’autre. Paris : Le Livre de Poche

Mauss, M. (1923). Essai sur le don. Paris : PUF.

Myerhoff, B G.. et Moore, S. F. (dir.) (1977), Secular Ritual. Assen/Amsterdam : Van Gorcum.

Piette, A. (1993). Les Religiosités séculières. Paris ; PUF.

Winkin, Y.(dir.). (1981). La nouvelle communication. (J.-P. Simon, D. Bansard, A. Cardoen et M.-C. Chiareri, trad.) Paris : Seuil.

Winkin, Y. (1997), Anthropologie de la communication. Bruxelles : De Boeck.

Winkin, Y. (2021). Sticky fingers : dimensions symboliques du gel hydroalcoolique. Dans P. Lardellier et R. Aracné (dir.), Rites et civilités à l’épreuve du Covid. Déritualiser et re-ritualiser en sociétés (post-)confinées (s.p).

Haut de page

Notes

1 Stéphane Dufour, « De la distanciation sociale à la déliaison religieuse », dans Rites et civilités à l’épreuve de la Covid. Ritualiser et déritualiser en societies (post)confinées, dir. P. Lardellier, 2021, Aracné, Rome, p. 141.

2 L’échantillon était quasi-équitablement réparti en termes de genre. Si le spectre générationnel était très large, l’homogénéité a été donné par le niveau d’études : toutes les personnes enquêtées sauf une, avaient fait des études supérieures, et la moitié de l’échantillon est titulaire d’un doctorat. Nous avons conscience – atout ou faiblesse ? – d’une forte représentativité d’enquêté.e.s possédant un bagage en sciences sociales. L’aspect technique de la qualification des relations, une fois dépassées les constats de sens commun, nous semble valider ce choix méthodologique.

3 Des enquêtes antérieures de l’auteur (Le cœur Net. Célibat et amours sur le Web, 2003, Belin, Le Pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados, Fayard, 2006, La Guerre des mères. Parcours sensibles de mères célibataires, Fayard, 2009, Les Réseaux du cœur. Sexe et séduction sur le Net, 2012) l’ont amené à ouvrir ce débat méthodologique avec les communautés ethnographiées et les institutions les rassemblant, autant qu’avec la communauté scientifique, débat portant sur la validité, la représentativité, et les limites aussi, d’un corpus censé être « représentatif ».

4 Quatrième de couverture, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, édition de Minuit, Paris, 1973.

5 Selon le mot de Pierre Bourdieu dans l’éloge nécrologique qu’il lui consacra dans Le Monde Dans cette veine, d’ailleurs, Goffman affirmait : « en ce qui me concerne, je crois qu’il nous appartient d’étudier la vie sociale des hommes comme des naturalistes, sub specie aeternitatis ». E. Goffman, Les Moments et leurs hommes. Textes recueillis et présentés par Yves Winkin, Seuil/Minuit, Paris, 1988, p 229.

6 On ne préside pas incidemment aux destinées de la société américaine de sociologie.

7 Voir par exemple, sur ce potentiel communicationnel, une analyse qui ressortit en tous points à cette lecture, « Comment analyser une situation selon le dernier Goffman ? De Frame Analysis à Forms of Talk, », Daniel Cefaï, Édouard Gardella, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, PUF, Paris, 2012, pp. 233-266.

8 Renvoyons au canonique ouvrage La Dimension cachée, Le Seuil, Paris, 1983. Pour Hall, notre rapport aux autres s’échelonnent selon quatre distances, qui vont de la distance intime à la distance publique. Ces distances, produites culturellement et variables selon les pays, ne remettent pas en question le principe de la gestion rituelle des relations telle que postulée par Goffman. Les deux théories se complètent, elles ne se contredisent pas.

9 On se souvient de la crécelle ou de la robe jaune des lépreux.

10 Si « l’argent n’a pas d’odeur » (adage éculé !), il est entaché d’une charge (im)morale forte, et on retrouve là la malédiction sur sa saleté prétendue, son impureté symbolique. Maintes traditions et religions ont érigé entre leurs fidèles et cet « argent sale » (autre locution facile) une stricte clôture rituelle.

11 Dans Parega et Paralipomena, 1851.

12 Parerga et Paralipomena, Essais sur les apparitions et opuscules divers, traduit en français par Auguste Dietrich, 1912, accessible au lien : http://www.schopenhauer.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Lardellier, « « Codivisation » des rites et « désordre » de l'interaction. Engagement et pare-engagement à l'ère de la distanciation. »Communiquer, 32 | -1, 103-114.

Référence électronique

Pascal Lardellier, « « Codivisation » des rites et « désordre » de l'interaction. Engagement et pare-engagement à l'ère de la distanciation. »Communiquer [En ligne], 32 | 2021, mis en ligne le 24 septembre 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/8344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communiquer.8344

Haut de page

Auteur

Pascal Lardellier

Professeur, université de Bourgogne, France. Courriel : pascal.lardellier@u-bourgogne.fr

Pascal Lardellier est professeur (sciences de l’information et de la communication) à l’Université de Bourgogne, chercheur au CIMEOS (Dijon) et à Propedia (Groupe IGS, Paris).

Derniers ouvrages : Sur les traces du rite. L’institution rituelle de la société, ISTE Londres, 2019, The ritual institution of society, Wiley, Londres, et Rites et civilités à l’épreuve de la Covid. Ritualiser et déritualiser en sociétés (post)confinées, Aracné, Rome, 2021 (dir.).

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search