Navigation – Plan du site

Un écrit de gestion au service de la propagande ducale ? Les écrous de la dépense des ducs de Bourgogne (fin XIVe – fin XVe siècle)

Yann Morel

Résumés

L’objectif de cet article est d’étudier un type de compte particulier, les écrous de la dépense de l’hôtel des ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. L’examen diplomatique des écrous, ainsi que de leurs conditions de production et d’archivage, permet de montrer que ces bandes de parchemin n’étaient en rien des brouillons voués à la destruction, mais des documents faisant la synthèse, de manière ordonnée et normalisée, de différentes informations concernant la vie matérielle à la cour, en vue d’une conservation durable. Ce réexamen conduit à s’interroger sur la véritable nature des écrous, genre documentaire à part entière, et sur leur usage dans le temps. Passée leur utilité pour la gestion des finances de l’hôtel, ils pouvaient servir de preuve juridique en cas de contentieux avec des fournisseurs et permettaient de garder la mémoire des festins organisés à la cour. Les noms d’invités prestigieux ainsi que les longues listes d’aliments qu’ils renferment peuvent se lire comme une des composantes de la narration de la table, articulée en propagande, développée à la cour de Bourgogne à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cet article est une version abrégée et remaniée du premier chapitre de ma thèse de doctorat d’hist (...)
  • 2 Si l’on se limite strictement à l’hôtel des ducs de Bourgogne entre 1363 et 1477, les effectifs du (...)

1Assurer des moyens de subsistance acceptables au personnel composant les hôtels princiers de la fin du Moyen Âge a certainement représenté une lourde tâche pour les officiers qui avaient la charge de gérer les effectifs des grandes maisons princières. Fournir la nourriture et le logement à un nombre croissant d’individus peuplant la cour2, entretenir pour certains d’entre eux un équipage de chevaux et de serviteurs personnels, a constitué un double défi pour les gestionnaires des hôtels ducaux. Il s’agissait pour eux d’assurer des conditions d’existence acceptables au personnel contractuellement attaché au prince, mais également de veiller à ce que nombre d’individus, n’ayant droit ni au gîte ni au couvert à la cour, ne viennent parasiter celle-ci.

  • 3 Sous sa forme moderne, « escroe » est orthographié « écrou » ou « écroue » selon les auteurs, tant (...)
  • 4 Pour le détail des comptes d’hôtel conservés pour la cour de Bourgogne, Bautier, Robert-Henri et S (...)
  • 5 Paravicini, Werner, « “Ordonnances de l’Hôtel” und “Escroes des gaiges”. Wege zu einer prosopograp (...)
  • 6 Les descriptions les plus détaillées demeurent, au sein d’une présentation plus globale des écrous (...)

2Au sein des cours de l’Occident médiéval, ces deux exigences ont motivé une production documentaire spécifique, normative avec les ordonnances de l’hôtel, pratique avec une diversité de comptes d’hôtel. En ce qui concerne la cour des ducs de Bourgogne-Valois, les écrous3 constituent l’essentiel de ce qui subsiste de cette comptabilité4. Tandis que ceux dits « de gages » avaient pour but de dresser quotidiennement une liste des officiers effectivement présents au sein de l’hôtel, ce qui ouvrait pour eux le droit à être entretenus par le prince, les écrous dits de la dépense listaient chaque jour ce qui était nécessaire à l’existence matérielle de la famille ducale et de son entourage, tel que la nourriture, la boisson, les rations pour les chevaux, le luminaire ou le couchage. Alors que les écrous de gages ont fait l’objet d’études minutieuses5, ceux de la dépense n’ont à ma connaissance pas été examinés de manière spécifique et critique6. Alors que, dans le cadre plus général d’une reconsidération des pratiques de l’écrit au Moyen Âge, l’examen des sources comptables connaît depuis le début des années 2000 un profond renouvellement avec la prise en compte de leur dimension matérielle, de leur condition de production et de leurs usages, il semble donc pertinent d’envisager une « archéologie » des écrous de la dépense de l’hôtel des ducs de Bourgogne.

3A rebours d’une tradition historiographique qui a eu tendance à les considérer comme des brouillons, un réexamen de leur contexte d’élaboration et de leurs procédés de conservation permet de mettre en évidence la normalisation de ces documents tant d’un point de vue matériel qu’au niveau de leur contenu. Partant, la question de leur véritable nature et de leurs usages se trouve posée, et permet de se demander dans quelle mesure les écrous élaborés au sein de l’hôtel des ducs de Bourgogne servaient la propagande ducale.

Les caractéristiques matérielles des écrous

La médiocrité du support

4Listes d’individus et de produits dressées quotidiennement au sein de la maison de Bourgogne, les écrous de la dépense étaient des documents ordinaires dans la gestion de l’hôtel ducal. Tous ceux qui ont été conservés ont cependant été réalisés sur un matériau résistant, le parchemin. Les dépenses effectuées y étaient toujours consignées d’un seul côté, tantôt côté poil, tantôt côté chair, sans qu’une préférence ne se dégage nettement. Cependant la qualité des peaux employées comme support était très inégale et souvent médiocre. Leur examen révèle en effet des épaisseurs très variables, un fréquent manque de souplesse et des teintes ternes, qui trahissent un moindre soin dans le traitement préalable des peaux. Le parchemin auquel on avait recours présente souvent des défauts, tels que des lisières ou des trous, parfois présents dès l’origine puisque le scribe a dû les contourner au moment de la rédaction. Certaines feuilles comportent aussi des coutures attestant de leur réparation.

Fig. 1 : Exemple d’écrou de la dépense présentant une lisière, des trous et une couture

ADN, B 3415, n° 116343

5La préparation du support était souvent sommaire. Il n’est pas rare de rencontrer des entailles dans la bordure des rôles, ainsi que des découpes qu’on n’a pas pris la peine d’éliminer.

Fig. 2 : Exemple d’écrou de la dépense présentant un trou et une découpe

ADN, B 3430, n° 118214

6Les bords n’étaient que partiellement régularisés. Si le côté gauche présente une certaine linéarité, c’est plus rarement le cas de celui de droite. Puisque les clercs écrivaient aussi bien côté chair que côté poil, ils pouvaient placer les irrégularités situées en bordure de la feuille brute à droite, afin de profiter à gauche – point de départ de leur ligne d’écriture – du bord assez rectiligne réalisé au moment de la découpe du parchemin.

Fig. 3 : Exemple d’écrou de la dépense présentant une bordure gauche régularisée et une bordure droite irrégulière conservant une lisière

ADN, B 3430, n° 118288

  • 7 Élie Brun-Lavainne les estimait entre 15 et 20 centimètres de large : Brun-Lavainne, Élie-B.-J., « (...)
  • 8 Pour le détail des mesures des écrous, je me permets de renvoyer à Morel, Yann, Approvisionner, no (...)

7Si le format utilisé pour les écrous de la dépense était invariablement le même – utilisés dans le sens de la hauteur les rôles de parchemin étaient ainsi parfaitement adaptés pour recevoir de longues listes énumératives –, leurs dimensions étaient cependant assez inégales, ce qui confirme le soin tout relatif qui présidait à leur élaboration. Les auteurs qui se sont penchés sur ces documents n’ont pu faire autrement que de donner des ordres de grandeur pour caractériser leur taille, tant celle-ci était variable7. Puisqu’il paraît impossible de donner de dimensions globales précises, je propose d’indiquer plutôt la longueur et la largeur moyennes des écrous, ainsi que l’écart-type par rapport à ces moyennes. Les résultats des calculs présentés dans le tableau qui suit ont été obtenus à partir d’un relevé systématique des dimensions des écrous conservés, effectué sur trois années test8.

Fig. 4 : Tableau de synthèse des dimensions générales des écrous de la dépense pour l’hôtel du duc de Bourgogne et du comte de Charolais en 1450, 1460 et 1470.

  • 9 Par exemple l’écrou du 29 février 1460, qui ne consigne les dépenses que de la seule fourrière, ne (...)

8Ces chiffres, arrondis au nombre entier le plus proche, sont à considérer avec prudence tant il est délicat d’indiquer des mesures précises pour les écrous. Les bords irréguliers, le fait que les documents soient conservés pliés et qu’il faille tendre le parchemin pour les mesurer, ne permet dans bien des cas que d’indiquer des valeurs approximatives. De la lecture de ces tableaux se dégage néanmoins l’image d’une grande variabilité des dimensions, l’écart-type représentant fréquemment 6 à 8 % de la dimension totale, et la longueur des écrous pouvant passer du simple au double. Cette hétérogénéité des proportions s’explique par l’irrégularité que présentaient les bordures, avec laquelle les scribes devaient composer, mais témoigne aussi d’un choix de la part des clercs de l’office, qui pouvaient adapter la taille du support à la longueur du contenu à transcrire9. La variabilité des largeurs, mise en évidence elle-aussi, était cependant moindre, et révèle une certaine homogénéité dans les choix et les pratiques. Cette cohérence dans les usages s’observe aussi avec la stabilité de la dimension moyenne des écrous dans le temps. Hormis ceux du comte de Charolais en 1450, qui sont de taille plus réduite à une époque où le jeune Charles ne disposait pas encore d’un hôtel très étoffé et dépendait financièrement de celui de sa mère, on ne remarque pas d’évolution importante. Le changement de règne en 1467 n’a pas entraîné de rupture, les états journaliers restant dans des proportions voisines, qui oscillent en moyenne d’un ou deux centimètres seulement entre 1450 et 1470.

  • 10 « Manche Stücke vermitteln mit ihren unregelmäßigen Rändern und ihrer Löchern den Eindruck, es han (...)
  • 11 Par exemple : « Fastret Hollet pour parchemin et papier à mettre ceste despense journellement par (...)

9L’hétérogénéité de leurs dimensions, associée à la piètre qualité du support, pourrait laisser penser que les écrous étaient réalisés dans des chutes de parchemin. Cette hypothèse, formulée par Holger Kruse10, me semble démentie par les achats effectués par l’office de la fourrière en vue de la mise par écrit des dépenses quotidiennes11. On acquérait peut-être des peaux de second choix, mais celles-ci étaient spécialement destinées à l’élaboration des écrous, qui n’étaient donc pas taillés à partir de rebuts de feuilles acquises pour servir d’abord de support à d’autres documents administratifs. A la différence de très petites pièces telles que les mandements ou les quittances, les rôles journaliers nécessitaient de recourir à des feuilles d’une longueur certaine, que l’on coupait ensuite en deux ou en trois, raison suffisante pour effectuer des achats spécifiques. Si l’élaboration de leur support ne faisait l’objet que d’un soin très minimal, les écrous n’étaient en rien des notes griffonnées sur des chutes de parchemin, ce que confirment leurs modalités de rédaction, qui répondaient à quelques normes.

Un document normalisé

10L’analyse diplomatique met en évidence une certaine volonté de mise en page dans la constitution des écrous de la dépense. Si on note l’absence de marge et de justification du texte au côté droit du document – les lignes se terminent souvent en limite du support – ainsi qu’une exploitation très aléatoire de l’espace situé au bas du rôle de parchemin – l’écriture peut s’achever très près du bord ou au contraire laisser place à un large espace blanc –, en revanche les parties supérieure et gauche faisaient l’objet de davantage de soin et de préparation.

11Une marge assez importante était toujours ménagée dans la fraction sommitale du document.

Fig. 5 : Exemple de marge aménagée en tête d’écrou

ADN, B 3430, n° 118195

12Le tableau suivant montre que l’espace laissé libre au-dessus de l’en-tête possédait toujours une épaisseur certaine.

Fig. 6 : Tableau de synthèse des dimensions des marges dans les écrous de la dépense de l’hôtel du duc de Bourgogne et du comte de Charolais en 1450, 1460 et 1470.

13Sans être absolument régulière, car le clerc devait aussi compter avec des bords abîmés et les défauts du parchemin, la marge supérieure avoisinait souvent les neuf centimètres pour les écrous des ducs. La relative homogénéité des valeurs moyennes indique que l’aménagement de cet espace libre n’était pas le fruit du hasard. Peut-être destiné à protéger le texte des éventuelles dégradations qui pouvaient survenir sur les bordures, ce retrait supérieur était, nous le verrons, essentiel au moment de l’archivage des pièces comptables.

14Sur le côté gauche, une marge était également aménagée, dont les dimensions plus réduites étaient aussi plus régulières : selon les données recueillies, elles se situaient en moyenne autour de deux centimètres pour les écrous des ducs de Bourgogne, et de quinze millimètres pour ceux, de taille plus réduite, du comte de Charolais en 1450. Son but était de faciliter l’écriture puis la lecture en aidant le scribe à aligner chacun des éléments qu’il énumérait dans la liste, mais aussi de libérer de la place pour d’éventuelles annotations au moment d’une consultation ultérieure du document.

15La relative homogénéité de la taille de ces marges témoigne d’une démarche volontaire de la part des clercs, ce que confirment les nombreuses empreintes de réglure encore visibles.

Fig. 7 : Exemple de marge gauche matérialisée par une réglure tracée à la pointe sèche

ADN, B 3430, n° 118311

16Toujours formée d’une ligne unique tracée à la pointe sèche, la réglure semble avoir été fréquente, sans être systématique, pour matérialiser le retrait latéral gauche, alors qu’elle se rencontre plus rarement pour délimiter la marge supérieure.

Fig. 8 : Exemple de marges supérieure et latérale gauche matérialisées par une réglure à la pointe sèche

ADN, B 3415, n° 116453

17Cette réglure demeurait sommaire, et ne permettait pas d’organiser la page en trois colonnes clairement différenciées comme il était d’usage dans la majorité des comptes en partie simple à la fin du Moyen Âge. La présentation reste cependant proche de ce type, avec, plus ou moins alignés, le texte comportant les justifications au centre, les chiffres à droite, et un espace marginal aménagé à gauche pour les opérations de vérification. L’écrou n’était donc pas totalement « improvisé », et sa mise en page nécessitait une légère préparation avant l’opération de rédaction.

  • 12 Il s’agit de la paneterie, de l’échansonnerie, de la cuisine, de la fruiterie, de l’écurie et de l (...)

18Le texte lui-aussi était marqué par une certaine normalisation dans sa mise en page. L’écrou était organisé selon un plan invariable. Dans un ordre de présentation immuable se succédaient un en-tête mentionnant la date et le lieu où se trouvait l’hôtel princier concerné, d’éventuels invités et circonstances particulières ainsi que la monnaie de compte utilisée, puis six paragraphes égrenant les frais occasionnés par le fonctionnement de chacun des six offices domestiques de la maison ducale12, avec les sommes intermédiaires, enfin le total des dépenses du jour, suivi des signatures des maîtres d’hôtel. Chacune des parties du texte était clairement individualisée au moyen d’un titre, parfois inscrit en plus gros caractères que la liste des dépenses. Un espacement plus ou moins important séparait aussi chaque paragraphe afin de le repérer plus facilement.

Fig. 9 : Exemple d’écrou de la dépense présentant une mise en page hiérarchisée, avec espacement des paragraphes et mise en évidence des titres

ADN, B 3425, n° 117484

19En raison de la stabilité de sa structure générale, l’écrou pouvait éventuellement être préparé à l’avance. Le clerc d’office en exercice pouvait anticiper quelque peu la rédaction du document en inscrivant au préalable le titre de chacune des six rubriques et ainsi exécuter un « formulaire » qu’il pourrait compléter ensuite. Le même exemple met en évidence, avec des encres de couleurs nettement différenciées, deux temps de rédaction, un premier pour les titres, un second pour le contenu de chaque paragraphe. On distingue aussi sur certains rôles l’intervention de plusieurs mains au niveau des titres de rubriques, une première ayant inscrit le nom du service de l’hôtel et une seconde le nom de l’officier responsable des dépenses un jour donné. Ce me semble être le cas dans l’exemple qui suit, où la mention « par Pierre Cocquet » pour la cuisine a été inscrite en plus petits caractères et au moyen d’une encre plus claire que le terme « Cuisine » qui la précède. La préparation d’un formulaire se devine également aux « blancs » laissés parfois entre deux paragraphes quand un scribe avait prévu trop d’espace par rapport aux besoins réels, ou au contraire à l’écriture serrée des dernières lignes d’un alinéa quand la place venait à manquer.

Fig. 10 : Exemple d’écrou de la dépense préparé à l’avance, avec l’intervention de plusieurs mains au niveau des titres de paragraphes et un manque de place pour indiquer les sommes de l’échansonnerie

ADN, B 3427, n° 117740

Fig. 11 : Exemple d’écrou de la dépense préparé à l’avance, avec un espace vide important entre la somme de la cuisine et le titre de la fruiterie

ADN, B 3435, n° 118620

  • 13 Wirth-Jaillard, Aude, « La rhétorique des documents comptables médiévaux : réflexions à partir des (...)
  • 14 « Vin de garnison compté le …e jour de ce present mois huy despensé … mesure de Lille qui font jau (...)
  • 15 Une illustration : « Robin et Meaulx pour xxviii douzaines de petit pain blanc lvi sous », ibid.

20L’impression d’une normalisation se dégage aussi de la « rhétorique »13 de l’écrou, avec l’emploi répétitif de formules stables, tant au niveau de l’en-tête, des paragraphes consacrés aux dépenses de chaque service, qu’au total indiqué au pied du document. Ainsi, la partie supérieure du rôle qui définit le contexte comporte invariablement les expressions « monseigneur le duc de Bourgoingne et de Brabant » ou « monseigneur le comte de Charollois » pour indiquer l’hôtel concerné. Les circonstances particulières y sont introduites par des tournures identiques le cas échéant, telles que « Et ce jour mondit seigneur fist delivrer de pain vin et vyande… », « Et avec ce fist faire de creue… », ou encore « Et ce jour mondit seigneur fist faire un bancquet ». Le total de la dépense journalière figurant en bas de l’écrou était toujours introduit par la formule « Somme du jour comprins gaiges sans garnison comptée par… », suivie du ou des noms des maîtres d’hôtel ayant officié. Au sein des rubriques consacrées aux six offices domestiques, on retrouve également des formules fixes, par exemple pour indiquer la consommation du vin14, et les dépenses sont présentées selon un même dispositif, indiquant, toujours dans cet ordre, le nom du fournisseur, la quantité et la nature du produit acheté, parfois le prix à l’unité, enfin la somme à débourser15. Si un individu ou un groupe d’individus avait fourni plusieurs denrées, son nom n’était pas répété, mais simplement indiqué par la formule « à lui » ou « à eulx ».

21La normalisation de l’écrou passait enfin par l’ordre assez stable dans lequel les produits étaient énumérés au sein de chaque paragraphe. Celui consacré à l’office de la cuisine, de loin le plus étoffé, fournit un bon exemple pour l’illustrer. Lors des « jours gras », l’ordre de présentation des produits faisait ainsi succéder à la catégorie des « grosses chars » (bœuf, porc, graisses, veau, mouton), celles des abats (tripes, fraises de veau, pieds de porc, veau ou mouton), des viandes de jeunes bêtes (cochon, agneau, chevreau), des volatiles d’origine semi-sauvage (faisan, héron, butor), du petit gibier (lapin, caille), de la volaille (chapon, poulet, pigeon), des fromages et des œufs, des « pâtisseries », des « potageries » (herbes, fruits, sel, beurre entrant dans la cuisson des « potages »), des ingrédients nécessaires à la préparation des sauces (herbes, épices), enfin du combustible. En « jour de poisson », l’ordre était le suivant : œufs, « pâtisseries », poissons d’eau douce, crustacés, poissons de mer, « potageries », produits de « saucerie », enfin le combustible.

22Les écrous de la dépense n’étaient donc en rien des brouillons. Même si des écarts étaient toujours possibles, ils faisaient l’objet d’une certaine normalisation, tant dans leur mise en page générale que dans le vocabulaire et l’organisation utilisés au sein de chacun des paragraphes qui les composaient. Cette relative homogénéité dans leur organisation était destinée à fournir des repères commodes au moment de leur consultation, et partant représentait un gain de temps pour le lecteur, qu’il ait à effectuer le calcul des sommes journalières ou à vérifier des informations.

  • 16 Pour la période 1450-1477, écrous de la dépense et de gages confondus, je n’ai comptabilisé que 13 (...)

23Comme pour d’autres documents comptables, les écarts minimes observés entre les différentes pièces montrent que l’administration ducale n’a pas cherché à imposer une norme stricte et contraignante, mais que les clercs préposés à la rédaction des écrous suivaient des règles générales, certains consacrant plus de soin à leur tâche que d’autres. Cette marge de liberté dans laquelle évoluaient les scribes est également perceptible à travers quelques rares16 exemples d’ornementation rencontrés dans les rôles journaliers.

  • 17 ADN, B 3423, n° 117133.

24S’il n’est pas exceptionnel de croiser des initiales plus grandes et plus travaillées que la moyenne – ce qui contribuait aussi à fournir des repères en vue d’une lecture plus efficace –, quelques scribes se sont distingués de leurs collègues en entourant des lettres de fioritures et cadelures, voire de véritables dessins, sommaires et assez communs pour les uns comme un J en forme de poisson17, travaillés et témoignant d’une habileté réelle pour d’autres.

Fig. 12 : Exemple d’initiales pouvant servir de repères pour la lecture

ADN, B 3431, n° 118427

Fig. 13 : Exemple d’ornementation sur un écrou de la dépense, cadelures et homme jouant de la trompette

ADN, B 3428, n° 117973

  • 18 Comme Olivier Mattéoni a pu en déceler dans les comptes domaniaux du Forez. Mattéoni, Olivier, « M (...)
  • 19 Outre le poisson et l’homme jouant de la trompette déjà évoqués, j’ai rencontré deux motifs végéta (...)
  • 20 Écrous respectivement cotés ADN, B 3423, n° 117133, 117135, et 117140.
  • 21 ADN, B 3428, n° 117967, 117968, 117969, 117970, 117971, 117972, 117973, 117984, 117988, et 117989.
  • 22 Au sujet de l’ornementation dans les comptes médiévaux, voir les remarques de Christine Jéhanno, d (...)
  • 23 Voir Brunel, Ghislain, Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives Nationales, xiii(...)

25Ces ornementations n’avaient probablement pas pour but de distinguer certains écrous au sein de la masse qui était rédigée, les dessins relevés ne correspondant pas à des jours particuliers ou à des événements exceptionnels. Je ne crois pas qu’il faille davantage voir un quelconque message ou programme dans ces illustrations18. Les motifs représentés, très divers19, ne me semblent pouvoir être attachés à aucun discours particulier, ni à une quelconque manifestation d’autorité. La concentration de ces dessins sur des espaces temporels très courts – trois ont été réalisés sur les écrous des 23 novembre, 5 et 15 décembre 145820, et un second groupe de dix entre le 3 février et le 3 mars 146421 – indique selon moi qu’ils procèdent de la volonté de quelques clercs, qui y ont trouvé une forme de délassement22, au milieu de leur labeur quotidien de mise en forme des comptes. Mais la présence de ces ornementations, que l’on retrouve dans nombre de documents comptables des xive et xve siècles, porte aussi le témoignage d’une culture graphique commune à de nombreux clercs d’offices formés dans les petites écoles23.

Le processus d’élaboration des écrous de la dépense

26Rassemblant sur une journée de vie de l’hôtel princier des dépenses de natures variées – achats de denrées, paiements de réparations, frais de transport, gages –, effectuées parfois en divers lieux et dans différentes monnaies de compte, les écrous étaient une mise en ordre des dépenses domestiques de la cour, dont il faut maintenant définir les modalités de rédaction.

Les modalités de rédaction

  • 24 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et Jules d’Arbaumont, Paris, t. IV, 1888 [désorma (...)
  • 25 Ibid., p. 14.

27Olivier de La Marche avait, en raison de son expérience de maître d’hôtel, une bonne connaissance du fonctionnement administratif et comptable de la maison ducale. Il en a décrit les principaux aspects dans l’Estat de la maison du duc Charles, en particulier la manière dont étaient élaborés les écrous de la dépense au quotidien24. Selon son récit, la rédaction des écrous était théoriquement effectuée quotidiennement au bureau des maîtres d’hôtel, sous l’égide de ces derniers, responsables en chef de la maison princière, et en présence des deux principaux officiers de finances de l’hôtel, le maître de la chambre aux deniers et le contrôleur de la dépense. Deux clercs d’office étaient chargés de recueillir les dépenses de la veille et de reporter « les parties despensées en chascun office en un rolle de parchemin »25, avant que les officiers en chef n’effectuent les calculs et n’apposent les sommes des dépenses à prévoir.

  • 26 Kruse, Holger et Paravicini, Werner (éd.), Die Hofordnungen der Herzöge von Burgund, Band 1. Herzo (...)

28Dans la préoccupation constante de veiller à la bonne marche financière de l’hôtel, les ordonnances auliques insistaient également sur quelques règles à respecter lors de la mise par écrit des dépenses de cour. Celle de 1458 s’est avérée particulièrement prescriptive en la matière, indiquant – mais on peut douter du respect de cette mesure puisqu’Olivier de La Marche ne l’évoque pas dans sa description intervenue une quinzaine d’années plus tard – que les chefs d’office, à savoir le panetier et l’échanson faisant la dépense, l’écuyer de cuisine, le fruitier, l’écuyer d’écurie et le fourrier, devaient eux aussi être présents lors de la phase de calcul des dépenses26.

  • 27 « Item, vuelt et ordonne mondit seigneur que doresenvant toutes les escroes de sadicte despense so (...)

29Un certain laxisme caractérisait probablement la rédaction des écrous, puisque deux autres articles de la même ordonnance tendaient à impliquer davantage les clercs de l’office dans le processus de tenue de la comptabilité, en exigeant d’eux qu’ils engagent leur responsabilité en signant au bas de l’écrou27, mais surtout qu’ils procèdent à la mise par écrit des dépenses de manière plus diligente :

  • 28 Ibid., n° 785, p. 425.

« Item, pour ce que, quant mondit seigneur va de lieu a autre, les clercs des offices ont accoustumé de faire et escrire en papier la minute de l’escroe du jour, laquelle escroe par cidevant lesdiz clercs, prestement que mondit seigneur estoit arresté en aucun lieu, ilz grossoient en parchemin et la mettoient en ordre avec les autres escroes du mois, et que neantmoins, puis aucun temps, lesdiz clercs d’offices ont esté neggligens de ce faire et aucune foiz ont attendu et attendent de grosser lesdictes par ung mois ou six sepmainnes, parquoy l’en n’a peu si tost ne si clerement veoir l’estat de ladicte despense, mondit seigneur, voulant a ce pourveoir, vuelt et commande que de cy en avant, quant il yra et se transportera ainsi de lieu en autre, le clerc d’office, qui servira pour le jour, soit tenu d’escrire de sa main ladicte escroe en pappier et incontinent que mondit seigneur sera arresté en ung lieu, au moins dedens deux ou trois jours apres au plus tart, la grosser en parchemin et mettre en son ordre avec les autres escroes. »28

  • 29 « Gilles Pappin pour son pappier, encre et parchemin de ce mois a grosser et mettre par escript ce (...)

30Outre qu’il montre les difficultés de l’administration à fonctionner efficacement avec une cour itinérante, cet article est précieux en ce qu’il indique que des minutes sur papier – brouillons dont nous n’avons plus la trace – préexistaient aux écrous de la dépense sur parchemin que nous conservons, ce que confirme un achat effectué par la fourrière de Charles de Charolais en septembre 145929.

31Ces informations indiquent donc que les « rôles » étaient une mise au net de données éparses recueillies par les clercs de l’office. L’observation attentive des spécimens conservés fait apparaître, si ce n’est plusieurs mains, différents temps d’intervention sur les documents, qui permettent de reconstituer les étapes du processus de rédaction des écrous de la dépense. Une fois le support préparé, avec éventuellement des marges et les titres des six paragraphes correspondant aux six offices domestiques de l’hôtel, le clerc en service pouvait dresser de manière ordonnée la liste des dépenses du jour en se fondant sur la minute de papier qu’il avait rédigée au préalable. Les responsables financiers pouvaient ensuite se réunir au bureau des maîtres d’hôtel, afin de vérifier ensemble l’exactitude des chiffres consignés et de calculer la somme des dépenses de chaque office d’abord, puis la somme totale du jour. Les encres de différentes couleurs indiquent dans bien des cas que les sommes ont été inscrites après le texte qui constitue le cœur de l’écrou.

Fig. 14 : Exemple d’écrou de la dépense où la consommation de cire et les sommes de la fruiterie ont été ajoutées dans un second temps, avec une encre plus claire

ADN, B 3415, n° 116341

32Des traces de l’activité comptable des officiers de finances de l’hôtel sont parfois perceptibles sur les documents, puisqu’on relève dans les marges l’inscription de sommes intermédiaires ou de rappels d’écritures, nécessaires au bon calcul du total des dépenses journalières.

Fig. 15 : Exemple de calcul intermédiaire, somme des dépenses correspondant aux produits livrés par les fournisseurs en viandes. Les articles fournis par ces marchands sont réunis par une accolade au côté droit de l’écrou, puis la valeur totale de la marchandise fournie est indiquée

ADN, B 3426, n° 117553

Fig. 16 : Exemple de somme intermédiaire au bas de l’écrou servant à calculer la somme totale du jour. On peut lire « Somme du jour sanz gaiges lxv l. v s. i d. i s. i d. »

ADN, B 3415, n° 116316

  • 30 « Le contrerolleur voit si la despence est bien employée et en advertist les maistres d’ostel, et (...)
  • 31 « Et sont toutes les parties particulières d’office en office, ensamble les sommes des gaiges, et (...)
  • 32 « Et a la fin de l’an se porte en la chambre des comptes, et sert pour veoir se les rolles baillie (...)

33Le travail de vérification des données consignées sur l’écrou incombait, aux dires d’Olivier de La Marche, au contrôleur30, avant celui d’effectuer un résumé des sommes dépensées sur son « contrerolle »31. L’inscription « vrf » ou « ver » suivie d’un signe d’abréviation, probablement pour « vérifié », qu’on peut parfois lire au bas des écrous de la dépense est peut-être la marque de cette tâche dévolue au contrôleur, à moins qu’elle n’ait été inscrite par le maître de la chambre aux deniers au moment du récapitulatif mensuel à l’origine de son compte, ou encore lors de la confrontation de l’écrou, du contrôle et du compte du maître de la chambre aux deniers lors de la reddition à la chambre des comptes32. Isolé qu’il est, il est difficile d’établir qui est l’auteur de ce signe, et quand il a été apposé en pied d’écrou.

Fig. 17 : Exemple de signe de vérification comptable au bas de l’écrou

  • 33 Sur l’activité du maître de la chambre aux deniers, Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung, op.  (...)
  • 34 A propos de la reddition des comptes et plus généralement du fonctionnement de la Chambre des comp (...)

34Une fois les opérations comptables effectuées et les écrous classés, ces rôles journaliers étaient en effet remis au maître de la chambre aux deniers afin qu’il rédige ses récapitulatifs mensuels33. La vie des écrous de la dépense s’achevait à la chambre des comptes où, après avoir servi de pièces justificatives à l’activité du maître de la chambre aux deniers au moment de la reddition de ses comptes, ils étaient conservés34.

35Ainsi la composition d’un écrou de la dépense s’élaborait en plusieurs temps, qui faisaient intervenir plusieurs scripteurs. Les clercs d’office écrivaient au nom des chefs d’office ou des maîtres d’hôtel, puis intervenaient successivement le contrôleur et le maître de la chambre aux deniers, ou leur scribe personnel, enfin les « gens » de la chambre des comptes. Les écrous étaient donc des synthèses ordonnées des opérations financières effectuées pour le fonctionnement domestique de l’hôtel princier. Leur rédaction finale, sur parchemin, suppose l’existence de documents préparatoires, dont nous n’avons rien conservé mais qui nous sont connus par des mentions indirectes.

De nécessaires documents annexes

36Outre les minutes sur papier rédigées préalablement aux écrous sur parchemin pour en faciliter la mise en forme évoquées précédemment, d’autres documents préparatoires ont également été produits, attestés explicitement par les textes ou dont on peut supposer l’existence à travers des mentions implicites.

37Olivier de La Marche, dans les quelques lignes qu’il a consacrées aux clercs de l’office, n’a pas signalé l’existence d’éventuelles minutes sur papier pour préciser leur travail d’élaboration des écrous de la dépense. En revanche, il a mentionné en plusieurs endroits des « parties » rédigées au sein de chacun des six offices domestiques de l’hôtel :

  • 35 La Marche, L’Estat, p. 14. C’est moi qui souligne en italique.

« Les clercs d’office rapportent au bureau les parties despensées en chascun office en un rolle de parchemin pour chascun jour ; et les maistres d’ostel, le maistre de la chambre aux deniers, le contrerolleur jectent et calculent icelles parties, et sur ce sont mises les sommes. »35

  • 36 Ibid., p. 15. Je souligne de même en italique.

« Les clercs d’office (...) tous les jours vont en chascune office recueillir les parties de leurs despences pour en rendre compte comme il est escript cy dessus. »36

38Il précisait enfin à propos des tâches dévolues au contrôleur :

  • 37 Ibid., p. 15. Je souligne de même en italique.

« Et sont toutes les parties particulières d’office en office, ensamble les sommes de gaiges, et puis les deux parties ensamble par une somme du jour mises et escriptes en ung fueillet pour chascun jour ou papier du contrerolle »37

  • 38 Par exemple dans l’ordonnance de l’hôtel de 1458 : « Mondit seigneur aura deux pannetiers faisans, (...)
  • 39 Lalou, Élisabeth, « Les ordonnances de l’hôtel des derniers Capétiens directs », dans Kruse, Holge (...)
  • 40 Cité dans Picard, Ernest, « L’écurie de Philippe le Hardi duc de Bourgogne », Mémoires de l’Académ (...)

39Ces « parties », « parties particulières » ou « parties des dépenses » des offices désignent des listes primitives des débours enregistrés au sein de chacun des services domestiques par les chefs d’office concernés. Deux panetiers et deux échansons étaient d’ailleurs qualifiés de panetier ou échanson « faisant la dépense »38. Élisabeth Lalou, à propos de l’hôtel des rois de France, a elle aussi mis en lumière l’existence de « menues parties » élaborées au sein de chaque service, qui n’ont pas davantage été conservées et qu’elle pense avoir été rédigées sur des tablettes de cire39. Or à la cour de Bourgogne, l’équivalent de ces menues parties était rédigé sur des cahiers de papier, comme l’atteste cet achat réalisé au sein de l’écurie de Philippe le Hardi le 21 décembre 1384 : « Pour vi peaux de parchemin à escrire les escroes et pour j quaier de papier pour prendre les parties des offices et pour une burette d’encre, x sols40. »

40Des pièces de nature comptable préexistant aux écrous étaient donc produites au sein de chaque office et servaient de documents préparatoires à l’élaboration des rôles de la dépense sur papier d’abord, sur parchemin ensuite. Ces « parties », dont il ne reste aucune trace, n’étaient probablement pas destinées à être conservées et étaient certainement détruites une fois la synthèse des dépenses couchée sur le parchemin.

  • 41 La Marche, L’Estat, p. 50. Je souligne en italique.

41D’autres documents de nature comptable ont probablement existé et pu contribuer à la rédaction des écrous. On peut ainsi supposer l’existence de comptes de la consommation d’épices en cuisine. Les états journaliers ne mentionnent que les achats, généralement groupés, de ces aromates, mais jamais le détail de leur consommation quotidienne. Celle-ci y était évacuée par une formule lapidaire : « épices de garnison ». Or, les stocks d’épices, denrée précieuse et coûteuse, faisaient probablement l’objet d’une conservation et d’une gestion scrupuleuses qui devaient donner lieu à la tenue de « comptes de garnisons ». C’est ce que laisse entendre Olivier de La Marche, quand il évoque les multiples responsabilités du cuisinier : « Le queux a en sa garde les espices de garnison, et en rend compte à conscience et à discrétion, luy sont baillées icelles espices, comme sucre et autres choses, par le contrerolleur, qui en a le double »41.

42En ce qui concerne les épices, il s’agirait donc d’une double comptabilité, l’une tenue par le cuisinier, l’autre par le contrôleur, qui nous échapperait en grande partie.

  • 42 La Marche, L’Estat, p. 40. Je souligne de nouveau en italique.

43D’autres produits dont on faisait provision ont également dû faire l’objet d’une gestion tatillonne, et, partant, générer la production d’instruments comptables. Ce fut certainement le cas en ce qui concerne le vin. La Marche, encore, le révèle quand il évoque les sommeliers de l’échansonnerie : « L’ung est tousjours compté qui rend compte de la despence faicte par chascun jour, par muits et par sextiers. (...) et se met la despence du jour en la main des clercs d’office, comme il est escript cy dessus »42.

44On peut imaginer qu’il en a été de même pour d’autres denrées encore, dont un officier avait la garde et dont le décompte de la consommation n’était inscrit dans les écrous que mensuellement. Ainsi le fruitier tenait-il un compte de la cire dont on constituait un stock chaque mois, de même que l’oublier qui devait justifier de l’emploi du sucre qui lui était remis pour fabriquer ses oublies. Nous ne sommes guère renseignés sur la manière dont se déroulait la gestion comptable de ces produits. Il est peu probable qu’on ait tenu des rôles sur parchemin. Peut-être avait-on recours au papier, à moins que les officiers n’aient utilisé d’autres techniques, comme les baguettes de taille, ainsi que le suggère ce passage de l’ordonnance de l’hôtel de Philippe le Hardi rédigée en 1389, à propos de la gestion des stocks de vin au sein de l’échansonnerie :

  • 43 Vandermaesen-Vandewoude, Katrien, « Een fragment van een hotelordonnantie van Filips de Stoute, he (...)

« Et sera present au traire l’un des sommeliers qui (…) dit vin receu en l’eschançonnerie par taille par l’un des garde huches qui servira et le soir raportera lesdictes tailles a l’eschançon pour faire l’escroe de la despense de la journee et ne sera compté fors ce qui apperra par lesdictes tailles. »43

45Au terme de leur élaboration, les écrous de la dépense étaient soigneusement classés et conservés. Leur examen diplomatique permet de déceler les traces de pratiques archivistiques menées sur les états journaliers au xve siècle. Ainsi la partie supérieure de chaque rôle était systématiquement percée d’un ou deux trous. Réalisés dans la marge haute de la pièce de parchemin, ces orifices servaient à faire passer un lien destiné à relier ensemble un certain nombre d’écrous, comme en atteste le lacs de cuir encore présent sur l’un de ces documents.

Fig. 18 : Exemple de trou pour l’archivage des écrous avec lacs de cuir

ADN, B 3430, n° 118300

46La perforation de ces trous rendait le parchemin plus fragile à cet endroit, d’où le grand nombre de pièces déchirées à leur sommet. C’est peut-être pour éviter ces risques de déchirures qu’un clerc de l’office avait choisi de couper en pointe la partie supérieure du parchemin. Constatée sur quelques pièces concentrées sur un laps de temps très court, ce qui me semble attester plutôt de l’initiative personnelle d’un agent qui ne fut pas reprise, cette découpe sommitale ne me paraît pas être due au hasard. Relativement régulière, la découpe ménage toujours un espace pour recevoir les trous destinés à attacher ensemble les écrous.

Fig. 19a : Exemple d’écrou de la dépense taillé en pointe

ADN, B 3425, n° 117446 recto

Fig. 19b : Exemple d’écrou de la dépense taillé en pointe

ADN, B 3425, n° 117446 verso

Fig. 20 : Exemple d’écrou de gages taillé en pointe

ADN, B 3425, n° 117447

47Les traces témoignant des usages archivistiques du xve siècle ne concernent pas seulement les interventions réalisées sur le support, mais consistent aussi en des mentions hors teneur portées au verso des rôles de parchemin. La référence du mois et de l’année était inscrite sur le premier écrou mensuel des dépenses, tandis que la dernière pièce du mois accueillait le total des frais contractés au cours de l’exercice qui s’achevait.

Fig. 21 : Exemple de titre mensuel porté au verso d’un écrou de la dépense

ADN, B 3415, n° 116350

Fig. 22 : Somme des dépenses mensuelles reportée au verso de l’écrou du 28 février 1450. On peut lire « La despence de ce present moys monte comprins gaiges a la somme de vij mil xliiij livres xvij sous vj deniers obole »

ADN, B 3414, n° 116240

Fig. 23 : Somme des dépenses mensuelles reportée au verso de l’écrou du 30 novembre 1450

ADN, B 3415, n° 116349

  • 44 « Vuelt et commande que de cy en avant (…) le clerc d’office, qui servira pour le jour, soit tenu (...)
  • 45 Ursula Schwarzkopf avait déjà souligné cet archivage en liasses regroupant tous les écrous d’un mê (...)
  • 46 Je citerai deux exemples : tous les écrous de la dépense du 1er au 29 mars 1450, ADN, B 3414, n° 1 (...)

48Ces annotations destinées à faciliter une consultation ultérieure des documents faisaient partie du travail de « mise en ordre » des clercs de l’office préconisé par les ordonnances de l’hôtel44. Une fois classés dans l’ordre chronologique, les rôles étaient donc reliés par liasses mensuelles45. Ce mode de classement des documents a eu une incidence sur la transmission des écrous jusqu’à nos jours et partant sur l’état de la conservation actuelle. Alors que la préservation des états journaliers est souvent fragmentaire, on constate de fortes concentrations des rôles sur certains mois dont la liasse est demeurée probablement longtemps intacte46.

49L’utilisation du verso par les médiévaux à des fins d’archivage permet d’établir que les écrous sont restés à l’état de simples bandes de parchemin et n’ont pu être cousus en longs rouleaux – on n’aurait pu ni les faire tenir ensemble avec des liens, ni lire les mentions figurant au dos. Ils étaient donc conservés pliés en deux ou trois dès la fin de l’époque médiévale, état dans lequel ils sont encore actuellement conservés dans la majeure partie des cas.

50L’étude diplomatique des rôles journaliers, croisée avec les informations disséminées dans les textes ou dans les comptes, permet donc de restituer les modalités de leur production et de leur conservation. La reconstitution du processus de rédaction des écrous de la dépense permet en outre de les resituer dans la longue suite des documents de nature financière élaborés au sein de l’hôtel des ducs de Bourgogne. Le schéma qui suit reprend les données présentées jusqu’ici pour proposer une mise en forme de cette « chaîne comptable ».

Fig. 24 : Proposition de reconstitution de la chaîne comptable de l’hôtel des ducs de Bourgogne

51Le schéma ci-dessus révèle que les écrous ne se situaient pas en début de processus, mais occupaient une place centrale dans la suite des documents financiers produits au sein de l’hôtel ducal. L’intérêt de ces rôles journaliers, pour les officiers médiévaux comme pour le chercheur contemporain, est de présenter une synthèse des données issues de comptes antérieurs ou parallèles, et non d’être de simples récapitulatifs des principaux postes de dépenses. Situés au carrefour de nombreux documents annexes, ils fourmillent d’informations, ce qui n’est pas le cas du registre du contrôleur ou du compte du maître de la chambre aux deniers. Cette richesse peut expliquer la volonté d’archiver avec soin ces documents en vue d’une conservation à moyen ou long terme. Ces éléments posent dès lors la question de la nature précise des écrous et de leur usage dans le temps.

Nature et usages des écrous

L’écrou, un genre documentaire singulier

  • 47 Comme il en existait par exemple pour la cour de Navarre, Serrano Larràyoz Fernando, La Mesa del R (...)
  • 48 « Le maistre de la chambre aux deniers voit la despence dont il fault qu’il face payement », La Ma (...)
  • 49 Le contrôleur de la dépense Étienne Morel passe ainsi vingt-cinq jours à Paris en février 1409 (n. (...)
  • 50 On rencontre ainsi dans les comptes de la Recette générale de toutes les finances de nombreux paie (...)
  • 51 Un exemple : « Anthonin a payé à l’omme du chapelain de Brugghe pour son vin de deux douzaines de (...)

52Organisés selon une logique thématique correspondant aux six offices de l’hôtel, les frais listés dans les écrous de la dépense n’étaient pas dressés au gré des livraisons des denrées ou des tâches effectuées pour l’hôtel. On ne saurait donc parler de « journaux des dépenses »47. D’autre part, les sommes indiquées ne correspondaient pas à des sorties d’espèces immédiates et concrètes pour les finances de l’hôtel, mais enregistraient les paiements à prévoir. Ceux-ci étaient réalisés postérieurement, en règle générale par le maître de la chambre aux deniers48, mais aussi par le contrôleur de l’hôtel49, voire par le receveur général de toutes les finances en personne en cas de retard important50. Les écrous n’étaient donc pas non plus des « comptes de caisse ». Il s’agissait plutôt de comptes de gestion, enregistrant les déstockages et les frais divers engendrés pour faire vivre la cour. On y intégrait même les pourboires, accordés à des individus qui avaient fait don au duc d’un beau poisson ou de gibier destiné à garnir sa table, qu’un officier avait avancés sur ses fonds propres51. Parler de « compte » à propos des écrous est-il dès lors justifié ? Documents financiers certes, ces états n’étaient, dans leur nature fonctionnelle, jamais désignés comme des comptes, au contraire des documents produits par le maître de la chambre aux deniers ou par les différents receveurs des finances. Le mot « rôle », nous l’avons vu, était le plus souvent employé par les médiévaux pour les qualifier, et renvoie plutôt à leur dimension matérielle.

  • 52 Godefroy, Frédéric, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au (...)
  • 53 Greimas, Algirdas J. et Keane, Teresa M. (dir.), Dictionnaire du moyen français. La Renaissance, P (...)
  • 54 Rey, Alain et Rey-Debove, Josette (dir.), Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et an (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Gaffiot, Félix, Dictionnaire latin-français, Paris, 1934, p. 1407.

53L’examen diplomatique, complété par une rapide enquête linguistique, contribue à cerner la nature du document désigné par le terme écrou à la fin du Moyen Âge. Le mot « escroe » est attesté en français dès la fin du xiie siècle, d’abord comme synonyme de « déchirure, lambeau, morceau, bande », en particulier pour désigner un « morceau de parchemin »52, ou un « morceau d’étoffe »53, d’où est issu le moderne « registre d’écrou ». A partir du xiiie siècle il est également employé au sens d’une pièce percée d’un trou, notamment destinée à accueillir une vis54. Les lexicographes ont fait dériver l’origine de la première acception d’un hypothétique terme francique, « skrôda », désignant un « morceau coupé », et le second du bas latin « scrofa », la truie ou la vulve55. Cependant le terme écrou pourrait remonter au latin classique « scrobis », en usage dès l’Antiquité pour indiquer un trou56.

  • 57 « Cedula: gallice escroe », Duo glossaria, Anonymi Montepessulaniensis Dictionarius. Le glossaire (...)
  • 58 Rey, Alain et Rey-Debove, Josette (dir.), Le Nouveau Petit Robert, op. cit., p. 325.

54Plutôt que de chercher à rattacher les écrous à un type documentaire connu (rôle, rouleau), il faut probablement les considérer comme des documents spécifiques, d’abord caractérisés par leur forme particulière – un morceau de parchemin que l’on aura découpé puis percé d’un trou en vue de sa conservation – comme l’atteste l’étymologie. Que l’auteur anonyme d’un dictionnaire latin-français rédigé au xve siècle donne « escroe »57 comme équivalent à « cedula », la cédule, vocable lui aussi apparu en français au xiie siècle pour indiquer un feuillet, une bande de papyrus58, ne fait que confirmer l’importance de la dimension matérielle dans la définition du document. C’est donc la forme qui a d’abord donné aux écrous à la fois leur nom et leur identité, toute adaptée qu’elle était à accueillir une plus ou moins longue liste énumérative.

  • 59 « Lesdiz clercs d’offices ont esté neggligens de ce faire et aucune foiz ont attendu et attendent (...)
  • 60 Par exemple Gachard, Louis-Prosper, « Notice sur quelques collections d’états de la maison des pri (...)
  • 61 Greimas Algirdas, J. et Keane, Teresa M. (dir.), Dictionnaire du moyen français, op. cit., p. 254.
  • 62 Rey, Alain et Rey-Debove, Josette (dir.), Le Nouveau Petit Robert, op. cit., p. 827.

55Dans leur utilité pratique, on attribuait aux écrous la fonction de donner un « état » des dépenses quotidiennes59. Maints historiens ont justement parlé d’« états journaliers »60 pour les désigner, et un dictionnaire propose comme l’un des sens du terme « escroue », « état de la dépense de bouche de la maison du roi »61. L’une des acceptions modernes que Le Petit Robert attribue au mot état rend, je pense, finalement compte de ce que furent les écrous : un « écrit qui constate, décrit un fait, une situation, à un moment donné »62. On pourrait ainsi définir les écrous – de gages comme de dépenses – de la maison de Bourgogne comme des morceaux de parchemin découpés et percés d’un trou, attestant une liste prévisionnelle de dépenses à effectuer, auquel la signature des maîtres d’hôtel conférait valeur de preuve.

Usages multiples et temporalités diverses

  • 63 Van Nieuwenhuysen, Andrée, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1384-1404). Le mont (...)

56Renée Van Nieuwenhuysen a écrit à propos des écrous que « leur utilité comptable cessait, dès que le compte du maître de la chambre aux deniers avait été corrigé, alors que leur volume les rendait encombrants »63. Cette affirmation peut sembler partiellement contradictoire et s’oppose aux précautions archivistiques dont ces documents étaient entourés et qui les préparaient à une consultation facile. Le recours à un support résistant, le soin apporté à leur conservation et à leur classement, témoignent que les écrous que l’on devait « grosser en parchemin » étaient destinés à être gardés sur une durée relativement longue. Il importe donc de reconsidérer la chaîne de leurs usages avérés ou supposés, depuis leur rédaction au bureau des maîtres d’hôtel jusqu’à leur lieu de conservation à la Chambre des comptes.

  • 64 Die Hofordnungen, op. cit., n° 783, p. 425.

57La première fonction des états journaliers était de permettre au maître de la chambre aux deniers d’établir un récapitulatif mensuel des dépenses ordinaires et extraordinaires de l’hôtel, afin d’avoir un exposé clair des frais dont il devait s’acquitter. L’article de l’ordonnance de l’hôtel de 1458 déjà mentionné, en enjoignant les clercs à plus de diligence dans leur travail de rédaction afin de « clerement veoir l’estat de ladicte despense », indiquait bien l’utilité à court terme dont faisaient l’objet les écrous64. En principe donc, dans le courant du mois qui suivait leur élaboration, les rôles de la dépense faisaient l’objet d’une première utilisation.

  • 65 La Marche, L’Estat, p. 15.

58La deuxième intervenait après la clôture de l’année comptable, au moment de l’audition du maître de la chambre aux deniers devant la Chambre des comptes : « Et à la fin de l’an se porte en la chambre des comptes, et sert pour veoir se les rolles bailliez journellement au maistre de la chambre aux deniers se rapportent à iceluy controlle65. »

  • 66 Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung, op. cit., p. 39-50.

59Comme l’a montré Ursula Schwarzkopf, les écrous constituaient l’une des pièces justificatives permettant d’évaluer la gestion du principal officier de finances de l’hôtel ducal66.

60Archivés ensuite au sein même de la Chambre des comptes, quel pouvait être l’intérêt de garder de si encombrantes liasses de documents ? Si les pièces produites en amont des écrous dans la chaîne comptable de l’hôtel avaient été détruites, et si le contrôle et le compte du maître de la chambre aux deniers élaborés en aval n’indiquaient que des sommes globales et peu précises, les états journaliers étaient les seuls écrits à conserver une trace des marchandises – des volumes autant que des frais occasionnés – qui avaient été livrées pour l’entretien de l’hôtel princier, ainsi que les noms des professionnels qui les avaient fournies.

61Justificatifs servant de preuve vis-à-vis de fournisseurs qu’on payait parfois longtemps après le service qu’ils avaient rendu, l’écrou pouvait en cas de contentieux être mis en regard avec le certificat délivré au marchand au moment de la livraison des denrées. Dans ce contexte, leur valeur était autant juridique que comptable. Les écrous portent peut-être les traces de telles consultations en vue d’effectuer des paiements à des grossistes. Dans la marge gauche, espace habituellement réservé aux opérations de contrôle, on rencontre différents signes témoignant d’un usage du rôle. Des tirets, des petits cercles, des points ou encore des croix servaient à repérer rapidement dans la liste toutes les lignes se rapportant à un prestataire et d’établir ce qui lui était dû.

Fig. 25 : Exemple d’annotations marginales servant à repérer l’ensemble des marchandises livrées à l’office de la cuisine par un ou plusieurs marchands

ADN, B 3419, n° 116833

62Il est difficile de déterminer par qui et à quel moment ont été réalisées ces annotations – par le maître de la chambre aux deniers lors de la rédaction de son récapitulatif mensuel ou plus tard à la Chambre des comptes à l’occasion d’une contestation ? –, mais elles témoignent d’un usage actif des écrous postérieurement à leur rédaction et à leur utilité immédiate.

  • 67 Sur les dossiers et enquêtes réalisés en vue de réforme financière, voir Arnould, Maurice A., « Le (...)

63En conservant la trace précise de ce qui avait permis de ravitailler l’hôtel en des circonstances diverses, les écrous pouvaient aussi constituer des aide-mémoire. Archivés de manière chronologique, ils pouvaient facilement être consultés des mois voire des années plus tard dans le fonds de la Chambre des comptes, que ce fût dans un souci d’économie afin d’élaborer des documents prévisionnels ou des dossiers en vue d’une réforme des finances de l’hôtel67, ou pour se remémorer ce qui avait déjà été organisé – nature des produits, volumes nécessaires et coûts – au moment par exemple de préparer l’une des festivités qui avait fait la renommée de la cour de Bourgogne. Ainsi, mémoire de la vie de l’hôtel, les écrous contribuaient peut-être à sa gestion à moyen terme.

  • 68 J’emprunte l’expression et l’hypothèse à Christine Jéhanno, qui a développé cette idée à propos des (...)

64À plus longue échéance, pourquoi a-t-on conservé cette masse de parchemins ? Faut-il y voir un signe de l’inertie d’une institution, ou celle-ci avait-elle un intérêt à garder la totalité de sa documentation comptable, y compris après l’extinction de la dynastie des Valois de Bourgogne ? Conserver des archives nombreuses et bien ordonnées a peut-être été pour les Chambres des comptes de Dijon et de Lille un moyen de manifester leur bonne gestion des finances ducales, et partant d’affirmer leur autorité ainsi que la compétence de leurs membres. Ce savoir-faire pouvait apparaître d’autant plus incontestable qu’il s’ancrait dans une durée matérialisée par la constitution de longues séries documentaires. Solennisés par le classement archivistique, les écrous revêtaient peut-être, au-delà de leur utilité immédiate comme instruments de gestion comptable, une dimension de « lieux de mémoire »68.

  • 69 A propos de la liste comme manifestation de l’abondance, voir les travaux des littéraires, en part (...)

65La conservation de longues listes alimentaires relatant les brillants festins organisés à la cour des ducs de Bourgogne peut enfin être interprétée comme une manifestation de l’abondance qui régnait dans l’environnement de ces princes69, et le discours comptable participer de la vaste entreprise de propagande par la table menée par Philippe le Bon et Charles le Téméraire, au même titre que les longs récits – beaucoup mieux connus et étudiés –de dîners officiels, soupers et banquets mis par écrit par les mémorialistes Jean Lefèvre de Saint Rémy, Mathieu d’Escouchy ou Olivier de La Marche.

  • 70 A propos de l’état de conservation, de l’étendue et des causes des pertes, je renvoie à Hamel, Séb (...)
  • 71 « Item, y doit avoir deux ou trois clercs d’office pour prandre et escrire chascun jour en chascun (...)
  • 72 Gonzalez, Élisabeth, Un prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au xve siècle, Pari (...)
  • 73 Ainsi dans l’ordonnance de l’hôtel d’Antoine de Bourgogne, duc de Brabant, rédigée en 1407 : « Ite (...)
  • 74 Par exemple dans Paravicini, Werner, « “Ordonnances de l’Hôtel” und “Escroes des gaiges” », op. ci (...)
  • 75 Et plus généralement des archives comptables de l’État bourguignon. Question également posée dans (...)
  • 76 A ce sujet voir les réflexions menées dans Esch, Arnold, « Überlieferungs-Chance und Überlieferung (...)
  • 77 Lassalmonie, Jean-François, « Le prince a-t-il besoin d’une cour ? Le cas de Louis XI, roi de Fran (...)

66Ces dimensions mémorielles pourraient expliquer pourquoi sont conservés, en dépit des pertes et des mutilations subies par les écrous70, des milliers de rôle pour les hôtels de la cour de Bourgogne, corpus tout à fait unique. Alors que l’existence d’écrous est attestée pour d’autres cours princières de la fin du Moyen Âge – hôtel des rois de France71, des ducs d’Orléans72, maison ducale de Brabant73 –, ils se distinguent par leur relative absence aujourd’hui dans les fonds d’archives. Pour expliquer la pénurie documentaire qui caractérise les autres cours princières françaises, l’incendie de la Chambre des comptes de Paris en 1737 est généralement évoqué74. Mais les raisons de l’exceptionnelle conservation des écrous bourguignons75 au moins jusqu’à la Révolution française, qu’on ne saurait trop rapidement imputer au hasard76, résident peut-être dans la volonté et l’intérêt conjoints des ducs de Bourgogne – et peut-être au-delà de la maison de Habsbourg – et de leur administration de préserver ces documents afin de s’imposer dans les mémoires et de remporter la « guerre de propagande »77 que se livraient alors les États princiers.

Conclusion

67L’examen d’une partie des quelques milliers de rôles conservés pour les hôtels successifs des ducs de Bourgogne dans leurs aspects matériels, enrichi du témoignage d’Olivier de La Marche et des prescriptions édictées dans les ordonnances de l’hôtel, permet de situer les écrous de la dépense dans la masse des sources comptables générée par l’État bourguignon à la fin du Moyen Âge. A plus d’un titre, ces rôles me semblent avoir été des instruments essentiels dans la gestion financière des différentes maisons composant la cour de Bourgogne. Situés au cœur de la chaîne comptable de l’hôtel, n’étant ni les premiers brouillons, ni les derniers récapitulatifs du processus financier, les états journaliers étaient à la fois une synthèse ordonnée des frais nécessaires à l’entretien domestique de l’entourage princier et une mémoire détaillée de la vie de la cour. Les processus de production et les modalités d’archivage qui les caractérisaient témoignent d’une volonté de les conserver sur une assez longue durée.

  • 78 Sur ce sujet, voir les remarques dans De Vivo, Filippo, « Ordering the archive in early modern Ven (...)

68Durant leur existence, les écrous de la dépense changeaient de statut documentaire78 : d’instruments de gestion financière, ils acquéraient une valeur juridique en pouvant servir de preuve au même titre que les mandements, certificats et quittances eux-aussi conservés aux côtés des registres de la recette générale de toutes les finances, avant de servir la propagande dynastique en tant que manifestation du savoir-faire d’institutions comme l’hôtel et la Chambre des comptes ou comme mémorial des moments glorieux de la vie de cour.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une version abrégée et remaniée du premier chapitre de ma thèse de doctorat d’histoire soutenue en janvier 2015 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et intitulée Approvisionner, nourrir, représenter. L’alimentation à la cour des ducs de Bourgogne d’après les écrous de la dépense (1450-1477). Je remercie Florence Berland et Pauline Lemaigre-Gaffier pour en avoir accepté la publication ainsi que pour leurs relectures attentives. Mes remerciements également aux Archives départementales du Nord (http://www.archivesdepartementales.lenord.fr/) pour avoir autorisé la reproduction des écrous.

2 Si l’on se limite strictement à l’hôtel des ducs de Bourgogne entre 1363 et 1477, les effectifs du personnel attaché à la famille ducale de Philippe le Hardi à Charles le Téméraire n’ont cessé de croître pour avoisiner le millier d’individus à la fin de la période. Pour des estimations des effectifs composant l’hôtel des ducs de Bourgogne, je renvoie à Schnerb, Bertrand, L’État bourguignon (1363-1477), Paris, 1997, p. 290-292 ; Idem, Jean sans Peur. Le prince meurtrier, Paris, 2005, p. 331 ; Kruse, Holger, « Die Hofordnungen Herzog Philipps von Burgund », dans Kruse, Holger et Paravicini, Werner (dir.), Höfe und Hofordnungen, 1200-1600, 5. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, Sigmaringen, 5. bis 8. Oktober 1996, Sigmaringen, 1999, p. 141-165, en particulier p. 151. D’une manière générale sur les effectifs des hôtels princiers à la fin du Moyen Âge, Beauchamp, Alexandra (dir.), Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge. Une approche quantitative, Madrid, 2013.

3 Sous sa forme moderne, « escroe » est orthographié « écrou » ou « écroue » selon les auteurs, tantôt au masculin, tantôt au féminin. J’ai choisi d’écrire « écrou » au masculin, usage le plus fréquent et qui a été adopté par les membres du projet Prosopographia Burgundica de l’Institut Historique Allemand de Paris.

4 Pour le détail des comptes d’hôtel conservés pour la cour de Bourgogne, Bautier, Robert-Henri et Sornay, Janine, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Les États de la maison de Bourgogne, vol. I, 1 : Archives centrales de l’État bourguignon (1384-1500) ; Archives des principautés territoriales, les principautés du Sud, les principautés du Nord (supplément), Paris, 2001, p. 84-107 ; Hamel, Sébastien, « Quelques pistes pour exploiter efficacement les sources des hôtels princiers de Bourgogne », dans Paravicini, Werner (dir.), La cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel. Actes du colloque international tenu à Paris les 9, 10 et 11 octobre 2007, Ostfildern, 2013, p. 33-41.

5 Paravicini, Werner, « “Ordonnances de l’Hôtel” und “Escroes des gaiges”. Wege zu einer prosopographischen Erforschung des burgundischen Staats im fünfzehnten Jahrhundert », dans idem, Menschen am Hof der Herzöge von Burgund. Gesammelte Aufsätze, Stuttgart, 2002, p. 41-63 ; Kruse, Holger, Hof, Amt und Gagen. Die täglichen Gagenlisten des burgundischen Hofes (1430-1467) und der erste Hofstaat Karls des Kühnen (1456), Bonn, 1996, en particulier p. 17-23.

6 Les descriptions les plus détaillées demeurent, au sein d’une présentation plus globale des écrous, celles de Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung des Humbert de Plaine über die Jahre 1448 bis 1452. Eine Studie zur Amtsführung des burgundischen maître de la chambre aux deniers, Göttingen, 1970, p. 46-50, et de Kruse, Holger, Hof, Amt und Gagen, op. cit., p. 24-41.

7 Élie Brun-Lavainne les estimait entre 15 et 20 centimètres de large : Brun-Lavainne, Élie-B.-J., « Analyse d’un compte de dépense de la maison du duc Charles de Bourgogne », Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 8, 1865, p. 189-232, spécialement p. 19. Ernest Petit évoquait « une largeur d’environ 20 centimètres, sur une longueur variable de 50 à 80 cm, suivant l’importance et le nombre des achats » : Petit, Ernest, Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1363-1419), d’après les comptes de dépenses de leur hôtel, Paris, 1888, p. VII. Richard Vaughan mentionnait des proportions évoluant de 15 par 7 pouces en 1378 à 24 par 9 pouces en 1386 : Vaughan, Richard, Philip the Bold, The Formation of the Burgundian State, Londres, 1962, p. 145. Ursula Schwarzkopf parlait de bandes de parchemin de 10 à 20 centimètres de large et d’une longue variable : Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung, op.cit., p. 46 ; enfin Pierre Cockshaw a proposé des dimensions de 15 par 50 centimètres : Cockshaw, Pierre, Le personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1384-1477), Courtrai-Heule, 1982, p. 106, n. 681.

8 Pour le détail des mesures des écrous, je me permets de renvoyer à Morel, Yann, Approvisionner, nourrir, représenter, op. cit., vol. 2, annexe A, p. 17-26.

9 Par exemple l’écrou du 29 février 1460, qui ne consigne les dépenses que de la seule fourrière, ne mesure que 440 millimètres de long. Archives Départementales du Nord (désormais ADN), B 3424, n° 117237.

10 « Manche Stücke vermitteln mit ihren unregelmäßigen Rändern und ihrer Löchern den Eindruck, es handele sich um Abfallstücke der Pergamentproduktion ». Kruse, Holger, Hof, Amt und Gagen, op. cit., p. 30.

11 Par exemple : « Fastret Hollet pour parchemin et papier à mettre ceste despense journellement par escript durant ce mois, iiii livres », Archives Générales du Royaume (Bruxelles) (désormais AGR), Aud. 6, n° 111. Le 22 avril 1385 déjà, l’écurie de Marguerite de Flandre faisait l’acquisition pour douze sous d’une « douzaine de peaux de parchemin à faire les escroes de la despense de l’hostel », cité dans Canat de Chizy, Marcel, « Marguerite de Flandre, duchesse de Bourgogne. Sa vie intime et l’état de sa maison (extrait des escroes de la dépense de son hôtel) », Mémoires de l’Académie impériale des sciences, arts et belles lettres de Dijon, 2e série, t. VII, 1859, p. 65-332, p. 275 pour la citation, rééd. à part, Paris, 1860.

12 Il s’agit de la paneterie, de l’échansonnerie, de la cuisine, de la fruiterie, de l’écurie et de la fourrière.

13 Wirth-Jaillard, Aude, « La rhétorique des documents comptables médiévaux : réflexions à partir des comptes du receveur de Châtel-sur-Moselle (1429-1510) », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 29 juin 2014. URL : http://comptabilites.revues.org/1098 ; Eadem, « Formules et variation dans les documents comptables médiévaux : les droits du seigneur à Chamagne dans les registres du receveur de Châtel-sur-Moselle (1429–1530) », dans Draelants, Isabelle et Balouzat-Loubet, Christelle (dir.), La Formule au Moyen Âge II, Actes du colloque international interdisciplinaire « La formule au Moyen Âge » (Nancy-Metz, 7-9 juin 2012), Turnhout, 2015, p. 61-73.

14 « Vin de garnison compté le …e jour de ce present mois huy despensé … mesure de Lille qui font jauge françoise », exemple choisi dans ADN, B 3426, n° 117607.

15 Une illustration : « Robin et Meaulx pour xxviii douzaines de petit pain blanc lvi sous », ibid.

16 Pour la période 1450-1477, écrous de la dépense et de gages confondus, je n’ai comptabilisé que 13 cas où on peut véritablement parler d’ornementation.

17 ADN, B 3423, n° 117133.

18 Comme Olivier Mattéoni a pu en déceler dans les comptes domaniaux du Forez. Mattéoni, Olivier, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues, trésorier de Forez (2de moitié du xive siècle) », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 29 juin 2014. URL : http://comptabilites.revues.org/1156

19 Outre le poisson et l’homme jouant de la trompette déjà évoqués, j’ai rencontré deux motifs végétaux et peut-être un troisième, des figures grotesques, un lion, un paon, un autre animal dont la tête a été découpée, un acrobate, un cerf couché, un archer, enfin une sirène.

20 Écrous respectivement cotés ADN, B 3423, n° 117133, 117135, et 117140.

21 ADN, B 3428, n° 117967, 117968, 117969, 117970, 117971, 117972, 117973, 117984, 117988, et 117989.

22 Au sujet de l’ornementation dans les comptes médiévaux, voir les remarques de Christine Jéhanno, dans Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects codicologiques », Comptabilités [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 29 juin 2014. URL : http://comptabilites.revues.org/639, et Eadem, « Le compte et son décor : entre norme comptable et liberté du scribe », dans Mattéoni, Olivier et Beck, Patrice dir., Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, Actes du colloque tenu aux Archives nationales de France et à la Cour des comptes, 10 et 11 octobre 2012, Paris, 2015, p. 97-152.

23 Voir Brunel, Ghislain, Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives Nationales, xiiiexve siècle, Paris, 2005, notamment p. 41.

24 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et Jules d’Arbaumont, Paris, t. IV, 1888 [désormais abrégé « La Marche, L’Estat »], p. 14-15.

25 Ibid., p. 14.

26 Kruse, Holger et Paravicini, Werner (éd.), Die Hofordnungen der Herzöge von Burgund, Band 1. Herzog Philipp der Gute, 1407-1467, Ostfildern, 2005 [désormais abrégé « Die Hofordnungen »], n° 802, p. 428.

27 « Item, vuelt et ordonne mondit seigneur que doresenvant toutes les escroes de sadicte despense soient signees au bout et en la fin du roolle du saing manuel du clerc desdiz offices qui aura fait ladicte escroe », ibid., n° 784, p. 425. A considérer les écrous conservés, cette mesure ne semble guère avoir été suivie.

28 Ibid., n° 785, p. 425.

29 « Gilles Pappin pour son pappier, encre et parchemin de ce mois a grosser et mettre par escript ceste presente despense, iiii livres », AGR, Aud. 6, n° 117. Gilles Pappin est attesté comme clerc des offices de Charles de Charolais en 1456 : Kruse, Holger, Hof, Amt und Gagen, op. cit., p. 220 et 258.

30 « Le contrerolleur voit si la despence est bien employée et en advertist les maistres d’ostel, et voit si les clercs d’office ont bien recueilly la despence du jour precedent », La Marche, L’Estat, p. 14.

31 « Et sont toutes les parties particulières d’office en office, ensamble les sommes des gaiges, et puis les deux parties ensamble par une somme du jour mises et escriptes en ung feuillet pour chascun jour ou papier du contrerolle ; et faict on pour chascune année ung contrerolle, où il y a aultant de fueilletz qu’il y a de jours en l’an, et non plus », ibid., p. 15. Il semble que deux contrôles aient été établis, l’un conservé par le contrôleur, le second à destination des maîtres d’hôtel, comme l’atteste cet achat par le service de la fourrière le 1er janvier 1467 : « Le maistre a payé pour deux contrerolles neuf pour les maistres d’hostel et le contrerolleur et le contrerolleur (sic) de la despense, 24 sous », AGR, Aud. 22, f° 93v.

32 « Et a la fin de l’an se porte en la chambre des comptes, et sert pour veoir se les rolles bailliez journellement au maistre de la chambre aux deniers se rapportent a icelluy controlle », La Marche, L’Estat, p. 15.

33 Sur l’activité du maître de la chambre aux deniers, Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung, op. cit., p. 39-61, ainsi que Van Nieuwenhuysen, Andrée, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1384-1404). Le montant des ressources, Bruxelles, 1990, p. 126-129.

34 A propos de la reddition des comptes et plus généralement du fonctionnement de la Chambre des comptes de Lille, voir la note précédente, ainsi que la récente thèse de Jean-Baptiste Santamaria. Santamaria, Jean-Baptiste, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419. Essor, organisation et fonctionnement d’une institution princière, Turnhout, 2012.

35 La Marche, L’Estat, p. 14. C’est moi qui souligne en italique.

36 Ibid., p. 15. Je souligne de même en italique.

37 Ibid., p. 15. Je souligne de même en italique.

38 Par exemple dans l’ordonnance de l’hôtel de 1458 : « Mondit seigneur aura deux pannetiers faisans, a tour de demi an, la despence de son hostel » et « Mondit seigneur aura deux eschançons faisans la despence et servans a tour de demi an ». Die Hofordnungen, op. cit., respectivement n° 132, p. 377 et n° 185, p. 382.

39 Lalou, Élisabeth, « Les ordonnances de l’hôtel des derniers Capétiens directs », dans Kruse, Holger et Paravicini, Werner (dir.), Höfe und Hofordnungen, 1200-1600, 5. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, Sigmaringen, 5. bis 8. Oktober 1996, Sigmaringen, 1999, p. 91-101, en particulier p. 96-97 ; Eadem, « Quotidien et temps de fête à l’Hôtel du roi de France (xiiie-xive siècle) », dans Fouquet, Gerhard, Hirschbiegel, Jan et Paravicini, Werner (dir.), Hofwirtschaft. Ein ökonomischer Blick auf Hof und Residenz in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, 10. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, Gottorf/Schleswig, 23-26 September 2006, Ostfildern, 2008, p. 445-456, en particulier p. 446 ; Eadem, « Les ordonnances de l’hôtel (début du xive siècle) », dans Gaude-Ferragu, Murielle, Laurioux, Bruno et Paviot, Jacques (dir.), La Cour du Prince. Cour de France, cours d’Europe, xiie-xve siècle, Paris, 2011, p. 29-38, spécialement p. 36-37.

40 Cité dans Picard, Ernest, « L’écurie de Philippe le Hardi duc de Bourgogne », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 4e série, 10, 1905-1906, p. 307-439, p. 403.

41 La Marche, L’Estat, p. 50. Je souligne en italique.

42 La Marche, L’Estat, p. 40. Je souligne de nouveau en italique.

43 Vandermaesen-Vandewoude, Katrien, « Een fragment van een hotelordonnantie van Filips de Stoute, hertog van Bourgondië, graaf van Vlaanderen, 23 januari 1389 n. s. », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, CXLVI, 1980, p. 15-29.

44 « Vuelt et commande que de cy en avant (…) le clerc d’office, qui servira pour le jour, soit tenu d’escrire de sa main ladicte escroe en pappier et (…) au moins dedens deux ou trois jours apres au plus tart, la grosser en parchemin et mettre en son ordre avec les autres escroes », Die Hofordnungen, op. cit., n° 783, p. 425. C’est moi qui souligne.

45 Ursula Schwarzkopf avait déjà souligné cet archivage en liasses regroupant tous les écrous d’un même mois. Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung, op. cit., p. 50.

46 Je citerai deux exemples : tous les écrous de la dépense du 1er au 29 mars 1450, ADN, B 3414, n° 116241 à 116296, et 20 pièces entre le 2 et le 30 novembre 1465, ADN, B 3430, n° 118223 à 118258, sont conservés, alors que les mois voisins sont sinistrés.

47 Comme il en existait par exemple pour la cour de Navarre, Serrano Larràyoz Fernando, La Mesa del Rey. Cocina y régimen alimentario en la corte de Carlos III el Noble de Navarra (1411-1425), Pampelune, 2002, p. 45.

48 « Le maistre de la chambre aux deniers voit la despence dont il fault qu’il face payement », La Marche, L’Estat, p. 14. Les sommes allouées par le receveur général de toutes les finances au maître de la chambre aux deniers en attestent aussi. Par exemple les 847 livres 3 sous 2 deniers de 40 gros délivrées à Richard Juif le 28 décembre 1451 « pour lappointement des debtes deues aux marchans et bonnes gens de la ville de Mons en Haynnau a cause de la despense ordinaire de lostel de monditseigneur faicte en icelle ville ou mois de novembre » précédent, ADN, B 2008, f° 63v. Voir aussi Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung, op. cit., p. 21 et p. 31-32.

49 Le contrôleur de la dépense Étienne Morel passe ainsi vingt-cinq jours à Paris en février 1409 (n. st.) et dix jours en juillet suivant « pour appoinctier les marchans pour le fait de la despense » ADCO, B 1558, f° 175 et 176. Je remercie Florence Berland pour cette précision.

50 On rencontre ainsi dans les comptes de la Recette générale de toutes les finances de nombreux paiements adressés à des marchands, mais aussi à des officiers de l’hôtel pour la marchandise qu’ils ont livrée ou des arriérés de gages. Par exemple dans le compte de 1458, la somme de 263 livres 5 sous 8 deniers de 40 gros « A Robin Le Barbier marchant bolengier de lostel de monditseigneur pour reste de sa marchandise jusques au xxie jour de juillet 1456 », ADN, B 2030, f° 3v ; 200 francs monnaie royale à « Charlot Grangier, fructier de monditseigneur, à cause de ses gaiges des années passées », ibid., f° 9v ; ou encore 240 livres de 40 gros à « Jehan Arbelot, espicier et varlet de chambre, à cause de sa marchandise », ibid., f° 11r.

51 Un exemple : « Anthonin a payé à l’omme du chapelain de Brugghe pour son vin de deux douzaines de connins et de xvj perdrix quil avoit apporté a monditseigneur, xxx sous », ADN, B 3438, n° 119118.

52 Godefroy, Frédéric, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, t. 3, Paris, 1884, p. 443.

53 Greimas, Algirdas J. et Keane, Teresa M. (dir.), Dictionnaire du moyen français. La Renaissance, Paris, 1992, p. 254.

54 Rey, Alain et Rey-Debove, Josette (dir.), Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, 1993, p. 716, et Greimas, Algirdas J. et Keane, Teresa M. (dir.), Dictionnaire du moyen français, op. cit., p. 254.

55 Ibid.

56 Gaffiot, Félix, Dictionnaire latin-français, Paris, 1934, p. 1407.

57 « Cedula: gallice escroe », Duo glossaria, Anonymi Montepessulaniensis Dictionarius. Le glossaire latin-français du manuscrit Montpellier H 326, éd. Anne Grondeux, Turnhout, 1998, p. 44.

58 Rey, Alain et Rey-Debove, Josette (dir.), Le Nouveau Petit Robert, op. cit., p. 325.

59 « Lesdiz clercs d’offices ont esté neggligens de ce faire et aucune foiz ont attendu et attendent de grosser lesdictes escroes par ung mois ou six sepmainnes, parquoy l’en n’a peu si tost ne si clerement veoir l’estat de ladicte despense », Die Hofordnungen, op. cit., n° 783, p. 425. Je souligne en italique.

60 Par exemple Gachard, Louis-Prosper, « Notice sur quelques collections d’états de la maison des princes, et spécialement sur celle qui est conservée aux Archives du Royaume », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, VI, 1854, p. 435-448 ; Finot, Jules, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Nord. Archives civiles. Série B. Chambres des comptes, t. VIII, Lille, 1895, p. II ; et dernièrement Monique Sommé : « Par l’ampleur des renseignements fournis, les états journaliers ou écrous (escroes) forment le matériau de base de cette étude de l’hôtel ». Sommé, Monique, Isabelle de Portugal, une femme au pouvoir au xve siècle, Lille, 1998, p. 221.

61 Greimas Algirdas, J. et Keane, Teresa M. (dir.), Dictionnaire du moyen français, op. cit., p. 254.

62 Rey, Alain et Rey-Debove, Josette (dir.), Le Nouveau Petit Robert, op. cit., p. 827.

63 Van Nieuwenhuysen, Andrée, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1384-1404). Le montant des ressources, op. cit., p. 128.

64 Die Hofordnungen, op. cit., n° 783, p. 425.

65 La Marche, L’Estat, p. 15.

66 Schwarzkopf, Ursula, Die Rechnungslegung, op. cit., p. 39-50.

67 Sur les dossiers et enquêtes réalisés en vue de réforme financière, voir Arnould, Maurice A., « Le premier budget du duc Charles de Bourgogne (1467-1468) », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 150, 1984, p. 226-271, et Sornay, Janine, « Les états prévisionnels des finances ducales au temps de Philippe le Bon », dans Études bourguignonnes, actes du 109e Congrès national des sociétés savantes (Dijon, 1984), Histoire médiévale et philologie, t. II, Paris, 1987, p. 35-94.

68 J’emprunte l’expression et l’hypothèse à Christine Jéhanno, qui a développé cette idée à propos des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris. Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects codicologiques », op. cit., alinéa 44. Plus largement, en ce qui concerne le rôle des Chambres des comptes dans la conservation et le classement des archives à la fin du Moyen Âge, voir Contamine, Philippe, « La mémoire de l’État. Les archives de la Chambre des comptes du roi de France, à Paris, au xve siècle », dans Media in Francia... Recueil de mélanges offerts à Karl Ferdinand Werner, à l’occasion de son 65e anniversaire par ses amis et collègues français, Maulévrier, 1989, p. 85-100, repris dans idem, Des pouvoirs en France, 1300-1500, Paris, 1992, p. 237-250 ; Contamine, Philippe et Mattéoni, Olivier (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles. Colloque tenu aux Archives départementales de l’Allier, à Moulins-Yzeure, les 6, 7 et 8 avril 1995, Paris, 1996.

69 A propos de la liste comme manifestation de l’abondance, voir les travaux des littéraires, en particulier de Jeay, Madeleine, Le Commerce des mots. L’usage des listes dans la littérature médiévale (xiie-xve siècles) Genève, 2006, ainsi que les remarques conclusives dans Labère, Nelly (dir.), Être à table au Moyen Âge, Madrid, 2010, p. 248.

70 A propos de l’état de conservation, de l’étendue et des causes des pertes, je renvoie à Hamel, Sébastien, « Quelques pistes pour exploiter efficacement les sources des hôtels princiers de Bourgogne », op. cit., p. 33-34, Paravicini, Werner, « “Ordonnances de l’Hôtel” und “Escroes des gaiges” », op. cit., p. 47, et à la mise au point de Kruse, Holger, Hof, Amt und Gagen, op. cit., p. 26-27.

71 « Item, y doit avoir deux ou trois clercs d’office pour prandre et escrire chascun jour en chascun office les escroes pour les grossir et mettre a raison et pour les faire compter au bureau » précise un formulaire du début du xve siècle émanant de la chancellerie royale française. Document conservé à la BNF, fr. 14371, et publié par Philippe Contamine. Contamine, Philippe, « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans, d’après un document inédit », dans Idem, De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie. Figures, images et problèmes du xve siècle, Orléans, 1994, p. 193-204, document donné en annexe p. 202-204. Voir aussi les 266 pièces qui ont été conservées pour la période 1480-1721, signalées dans Kruse, Holger, Hof, Amt und Gagen, op. cit., p. 40, n. 132, ainsi que les 48 spécimens datant du xvie siècle conservés dans le fonds Joursanvault de la bibliothèque Abbé-Grégoire à Blois et présentés dans Guignard, Bruno, « De quelques comptes de bouche royaux conservés à Blois », dans Latrémolière, Élisabeth et Quellier, Florent (dir.), Festins de la Renaissance. Cuisine et trésors de la table, catalogue de l’exposition du Château royal de Blois, 7 juillet-21octobre 2012, Paris, 2012, p. 56-65.

72 Gonzalez, Élisabeth, Un prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au xve siècle, Paris, 2004, p. 126, n. 6.

73 Ainsi dans l’ordonnance de l’hôtel d’Antoine de Bourgogne, duc de Brabant, rédigée en 1407 : « Item a mondit Seigneur ordonné que touttes ses gens soient comptés à gaiges par les escroes de sa despense ». Kauch, Paul, « L’organisation et le contrôle financier de l’hôtel d’Antoine de Bourgogne, duc de Brabant », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, t. 24, 1945, p. 180-201, pour la citation alinéa 51, p. 200. Paul Kauch signale aussi, ibid., p. 182, n. 3, « un recueil d’écrous qui a été conservé » aux AGR, C 1781.

74 Par exemple dans Paravicini, Werner, « “Ordonnances de l’Hôtel” und “Escroes des gaiges” », op. cit., p. 55, et Kruse, Holger, Hof, Amt und Gagen, op. cit., p. 40, avec la bibliographie afférente.

75 Et plus généralement des archives comptables de l’État bourguignon. Question également posée dans Kruse, Holger, « Philipp der Gute, der Adel und das Geld. Zur Bedeutung des Geldes am burgundischen Hof im 15. Jahrhundert », dans Harm von Seggern et Gerhard Fouquet (dir.), Adel und Zahl. Studien zum adligen Rechnen und Haushalten in Spätmittelalter un früher Neuzeit, Ubstadt-Weiher, 2000, p. 149-164, en particulier p. 151-152.

76 A ce sujet voir les réflexions menées dans Esch, Arnold, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem », Historische Zeitschrift, 240, 1985, p. 529-570.

77 Lassalmonie, Jean-François, « Le prince a-t-il besoin d’une cour ? Le cas de Louis XI, roi de France (1461-1483) », dans Fouquet, Gerhard, Hirschbiegel, Jan et Paravicini, Werner (dir.), Hofwirtschaft. Ein ökonomischer Blick auf Hof und Residenz in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, 10. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften su Göttingen, Gottorf/Schleswig, 23-26 September 2006, Ostfildern, 2008 p. 123-139, p. 139 pour la citation.

78 Sur ce sujet, voir les remarques dans De Vivo, Filippo, « Ordering the archive in early modern Venice (1400-1650) », Archival Science, vol. 10, p. 231-248.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits ADN, B 3415, n° 116343
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Crédits ADN, B 3430, n° 118214
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Crédits ADN, B 3430, n° 118288
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Crédits ADN, B 3430, n° 118195
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Crédits ADN, B 3430, n° 118311
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Crédits ADN, B 3415, n° 116453
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Crédits ADN, B 3425, n° 117484
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Crédits ADN, B 3427, n° 117740
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Crédits ADN, B 3435, n° 118620
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Crédits ADN, B 3431, n° 118427
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Crédits ADN, B 3428, n° 117973
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Crédits ADN, B 3415, n° 116341
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Crédits ADN, B 3426, n° 117553
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Crédits ADN, B 3415, n° 116316
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Crédits ADN, B 3430, n° 118300
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Crédits ADN, B 3425, n° 117446 recto
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Crédits ADN, B 3425, n° 117446 verso
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Crédits ADN, B 3425, n° 117447
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Crédits ADN, B 3415, n° 116350
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Crédits ADN, B 3414, n° 116240
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits ADN, B 3415, n° 116349
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Crédits ADN, B 3419, n° 116833
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2268/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Morel, « Un écrit de gestion au service de la propagande ducale ? Les écrous de la dépense des ducs de Bourgogne (fin XIVe – fin XVe siècle) », Comptabilités [En ligne], 11 | 2019, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/2268

Haut de page

Auteur

Yann Morel

Laboratoire DYPAC – Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
morelyann2@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals