Navigation – Plan du site

« Les pratiques comptables dans l’hôtel d’Alphonse le Magnanime (1416-1458) : acteurs et évolutions d’une gestion à l’épreuve des distances »

Roxane Chila

Résumés

Cet article repose sur la comparaison et la confrontation de sources normatives et d’autres issues de la pratique financière de la monarchie aragonaise, afin de faire émerger un propos renouvelé sur l’expérience italienne du roi d’Aragon Alphonse le Magnanime. Il s’agit d’expliciter le fonctionnement complexe des finances de l’hôtel royal aragonais tel qu’il a été organisé par le corpus des ordonnances royales du xive siècle et des additions à ces ordonnances, puis de les comparer aux documents de la pratique du xve siècle. On constate que les officiers des finances produisaient quantité de documents de travail intermédiaires, qu’il faut qualifier d’« écritures grises », mais dont la plupart a été détruite, probablement au fur et à mesure du travail de vérification des comptes. Avec la conquête italienne, les frais militaires qu’elle implique et les contraintes matérielles nées des distances entre territoires ibériques et tyrrhéniens du Magnanime, cette gestion connaît des ratés. À partir de 1444 apparaît un nouvel acteur de la gestion des comptes, le banquier napolitain Giovanni Miroballo, qui se voit même confier une partie des opérations de caisse au nom du trésor royal. On observe une sorte de dédoublement de l’administration financière, dans un contexte de besoin pressant de liquidités. Le compte royal à la banque Miroballo facilite le recours au crédit marchand, sans parler de la nécessité parfois de procéder à des paiements en nature. Mais ce doublon de l’administration financière s’inscrit strictement, par ses pratiques, dans la norme aragonaise issue des ordonnances : mêmes procédures de révision, même officier responsable (le trésorier). Cette innovation ne remet donc pas en cause l’architecture globale de cette administration sous le règne du Magnanime, ni la culture professionnelle et les pratiques de ses officiers. En revanche, le règne de son fils qui lui succède dans le seul royaume de Naples, où le maintien des normes aragonaises est sans intérêt, voit le déclenchement d’une dynamique rapide d’évolution de l’administration des finances.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cingolani, Stefano Maria, La memòria dels reis. Les quatre grans cròniques i la historiografia cata (...)
  • 2  Bruguera, Jordi, éd., Llibre dels fets del rei en Jaume, Barcelone, Barcino, 1991.
  • 3  Soldevila, Ferran, Bruguera, Jordi, Ferrer i Mallol, Maria Teresa, éds., Crònica de Pere III el ce (...)
  • 4  Gimeno Blay, Francisco, Gozalbo Gimeno, Daniel et Trenchs Odena, Josep, Ordinacions de la Casa i C (...)

1La royauté aragonaise se distingue dans le panorama des monarchies médiévales par une tradition historiographique hors du commun, marquée par deux figures de rois qui se font leurs propres historiographes1. Ces souverains qui se présentent au monde la plume autant que l’épée à la main sont parmi les plus fameux des rois d’Aragon : Jacques Ier, conquérant du royaume de Valence2, et Pierre IV (1336-1387), dit le Cérémonieux3. Toutefois, l’épithète du dernier fait référence davantage à son œuvre réglementaire qu’à sa chronique relatant sa conquête de la Sardaigne. En effet, l’activité réglementaire de Pierre IV contribue à fixer bien des aspects de la pompe nécessaire, selon lui, aux souverains aragonais : leur couronnement, la composition de l’hôtel royal, les formulaires de la chancellerie et jusqu’au calendrier religieux de la cour, avec un code coloré pour les parements d’autel à utiliser en fonction de la dignité des personnes divines ou des saints à célébrer4. Ainsi, jusqu’à l’union dynastique des couronnes de Castille et d’Aragon en la personne de leur héritière Jeanne la Folle puis de son fils Charles Quint en 1515, Pierre IV le Cérémonieux est considéré comme le créateur de la structure et du fonctionnement de l’hôtel royal, puisque les ordonnances se donnent comme le fruit de ses travaux.

  • 5  Jaume III, Leyes Palatinas, Palma de Majorque, Olañeta, 1991 ; Domenge i Mesquida, Joan, éd., Lege (...)
  • 6 Schena, Olivetta, Le Leggi palatine di Pietro IV d’Aragona, Cagliari, Della Torre, 1983, p.  29-33 (...)

2Les éditeurs et critiques successifs du texte ont montré ce que le texte de Pierre IV doit aux Leyes palatines (1337) de son beau-frère Jacques III de Majorque5. Le texte des Ordinacions (1344) consiste largement en une traduction du latin au catalan des Leges palatinae, qui représentent la première mise par écrit systématique du fonctionnement d’un hôtel royal. Le transfert et l’appropriation du texte tiennent aux relations entre les deux royaumes : Pierre IV a envahi les Baléares en 1343, suite au procès pour trahison qu’il intente à Jacques III de Majorque6. Le texte catalan de Pierre IV est un peu plus long, en raison d’une description plus détaillée de certains aspects de l’hôtel touchant au domaine de la chancellerie, cependant il suit globalement l’économie du texte latin, avec quelques modifications (ajouts, suppressions ou déplacements). Ainsi, les ordonnances de l’éphémère royaume de Majorque, reprises par Pierre IV en 1344, sont à l’origine d’une longue tradition administrative dans la couronne d’Aragon, puis, au gré des conquêtes d’Alphonse V le Magnanime, dans le royaume de Naples. Sollicité en 1420 pour succéder à la reine de Naples Jeanne II, dernière dynaste angevine demeurée sans héritier, Alphonse s’engage dans plusieurs décennies de guerre intermittente avec les cousins angevins de la reine, les ducs Louis puis René d’Anjou, avant d’arracher Naples à ce dernier en 1442 au terme d’un long siège. Ainsi, son règne est marqué par la nécessité pour son administration de répondre aux difficultés provoquées par d’importantes discontinuités territoriales : il possède, au titre de la couronne d’Aragon, le royaume éponyme, le comté de Barcelone et les Baléares ainsi que le royaume de Valence ; en 1305 la Sicile avait rejoint le giron aragonais  déjà un conflit contre les Angevins de Naples. Au xive siècle les rois d’Aragon luttent pour faire de l’inféodation de la Corse et de la Sardaigne, accordée en 1297 par Boniface VIII, une réalité. C’en est une au début du règne d’Alphonse le Magnanime qui acquiert, lui, Naples en 1442.

  • 7 Beauchamp, Alexandra, « Gouverner la couronne d’Aragon en l’absence du roi : la lieutenance général (...)
  • 8  Delle Donne, Roberto, Burocrazia e fisco a Napoli tra xv e xvi secolo, La Camera della Sommaria e (...)
  • 9  L’historiographie des pratiques comptables curiales a connu récemment une expansion décisive à par (...)

3Les lieutenances7, la mise en place de procurations royales et la création de la formule de la vice-royauté, promise à un brillant avenir, sont autant d’outils administratifs qui permettent une gestion largement délocalisée, en partie décentralisée, des territoires ibériques et de la Sicile, alors que le roi réside sans interruption en Italie, de 1435 à sa mort en 1458. Je me propose donc d’étudier les « écritures grises » de la cour, et de les confronter au corpus normatif, afin de mesurer l’écart entre les ordonnances du milieu du xive siècle et les pratiques du règne d’Alphonse le Magnanime. Ce travail révèle en effet des évolutions significatives, généralement sous-estimées, qui sont le fruit de l’adaptation aux contraintes du gouvernement à distance. Ces évolutions sont d’autant plus intéressantes qu’elles interviennent alors que le roi affiche une ferme volonté de ne pas bouleverser les institutions et les pratiques financières dans ses possessions ibériques et italiennes. Sur le plan financier, il conserve au royaume de Naples son principal organe, la Sommaria, qui révise les comptes des officiers royaux8. L’hôtel royal, lui, bénéficie d’une gestion spécifique qui obéit très largement au schéma mis en place par les ordonnances de Pierre IV. Fondée sur le corpus normatif de l’hôtel et les productions documentaires des officiers chargés des finances de la maison royale, la présente étude entend détailler leurs pratiques et identifier les facteurs de leurs évolutions9.

Principes du fonctionnement financier de l’hôtel royal aragonais

1.1 Les gens de finances et leurs obligations d’après les ordonnances de 1344

1.1.1 L’organigramme

  • 10  Je préfère conserver, pour plus de clarté, cette adaptation très littérale en français de maestre (...)

4L’hôtel des rois d’Aragon se compose de quatre principales aires de service du roi : la salle sous l’autorité du majordome, la chambre sous celle du chambellan, la chancellerie avec le chancelier, l’administration du patrimoine royal avec le maître racional10. Les 85 offices énumérés par les ordonnances, représentant au minimum 247 personnes en 1344, sont répartis dans ces quatre grands services.

5On peut figurer ainsi l’organigramme de l’administration des finances de l’hôtel :

Fig. 1 : l’administration des finances de l’hôtel

  • 11  BnF, mss espagnol 100, f°345r-359r, ici f°256r-257r.
  • 12  Ordinacions, op. cit., p. 147-160. Voir sur le sujet Beauchamp, Alexandra et Sáiz Serrano, Jorge, (...)

6Comme on peut l’observer ci-dessus, les ordonnances instaurent une subdivision en trois sous-services de l’administration des finances de l’hôtel, pour un total initial de 26 officiers. Le maître racional occupe une position singulière : en effet, il est clairement identifié dans les ordonnances comme l’officier responsable de l’administration financière, puisque le trésorier et le grand clerc des comptes lui obéissent et lui rendent leurs comptes au sens propre du terme. Mais par ailleurs, le « bureau » qu’il dirige, avec son lieutenant et douze clercs, est présenté comme une composante de l’administration des finances de l’hôtel placée sur un plan parallèle et un pied d’égalité salariale avec le bureau dirigé par le trésorier. Les officiers du bureau du grand clerc des comptes sont un peu moins bien rémunérés11. À chacun revient une tâche bien identifiée12.

1.1.2 Les officiers des finances et leurs missions

  • 13  Souvent orthographiée « apocha ».
  • 14  Ibidem, p. 154.
  • 15  Ibidem, p. 83-84, p. 97.

7Sous la direction du trésorier, l’on doit procéder à toutes les opérations de caisse. C’est lui qui, en premier lieu, doit percevoir et conserver tous les revenus destinés à la maison du roi. C’est aussi lui qui procède au versement des sommes que doivent percevoir les officiers domestiques du roi pour leur service de la salle, de la chambre, de la chancellerie et des finances. Il a l’obligation formelle de systématiquement émettre un reçu (apoca13) et ne doit procéder à aucun versement supérieur à cent sous barcelonais sans qu’on lui présente un ordre de paiement (albara) scellé issu de l’office du grand clerc des comptes ou un ordre portant l’un des sceaux du roi (carta ab alcun de nostre segells)14. Le trésorier doit conserver les albarans, c’est-à-dire les ordres de paiement qu’il exécute, ainsi que toute autre carta émanant du roi ou éventuellement de la chancellerie, afin de permettre la vérification de ses comptes tous les six mois par le maître racional. Puisqu’il a en sa garde le trésor royal, le trésorier prête personnellement serment d’obéissance au roi, comme les officiers de sa maison qui sont en charge de la sûreté de sa personne ou de ses affaires15.

  • 16  Je traduis les termes catalans « escrivan de racio » dans les ordonnances, ou plus couramment « sc (...)
  • 17  Ordinacions, op. cit., p. 156.
  • 18 Carreras Candi, Francesch, « Redreç de la reial casa : ordenaments de Pere lo Gran e Alfons lo Libe (...)
  • 19  Ordinacions, op. cit., p. 157 : « E lo terç libre, en lo qual no s’escrisca sinó la messió de nost (...)

8Le grand clerc des comptes16 (scriva de racio en catalan) est en quelque sorte le gestionnaire administratif de l’hôtel royal, si l’on devait le qualifier rapidement et en termes anachroniques. Les ordonnances précisent qu’il doit être un homme « bon, loyal, sincère et diligent qui sache écrire et compter » afin de tenir les principaux registres propres à la gestion de l’hôtel. Le premier est la carta de racio. Elle regroupe les noms de toutes les personnes occupant des fonctions domestiques, et les quitacions, c’est-à-dire les salaires trimestriels, auxquels elles ont droit. Le montant de ce salaire est fonction d’une compensation par nombre de bêtes entretenues pour le service de la cour. Selon son rang, l’officier entretient plus ou moins de bêtes. Le terme catalan, bestia, correspond à « monture ». L’article consacré à l’escriva de racio est le seul de toutes les ordonnances de 1344 à évoquer concrètement la rémunération du personnel domestique, de façon très rapide, à propos seulement de la carta de racio17. C’est que ce système est en place depuis la fin du xiiie siècle et les premières ordonnances connues dans la couronne d’Aragon18. Le deuxième registre de l’escriva de racio est le libre de notaments, où les chambellans, les chapelains, le cellérier, sont tenus d’inscrire tout le mobilier au service de l’hôtel. La liste est extensive, comprenant également les objets et textiles en matières précieuses, mais aussi la sellerie des écuries, les ustensiles de cuisine, les nappes, la vaisselle de bois etc. Le troisième livre comptable relevant de la responsabilité de l’escriva de racio est le libre de comtes, où doivent être inscrites exclusivement les dépenses de bouche (la messio) de la maison royale19, c’est-à-dire de l’ensemble de l’hôtel. Le quatrième et dernier livre de ce pôle administratif concernant la gestion circonscrite de l’hôtel est un registre regroupant les indications relatives à l’acquittement des salaires en nature, versés sous forme de vêtements (le vestir) ou bien de « dons gracieux ».

  • 20  Le fragment de 1443 édité par Anna Maria Compagna, dans le dixième volume de la série Fonti aragon (...)
  • 21  Ibidem, p. 150-151.
  • 22 Senatore, Francesco, « Cedole e cedole di tesoreria, Note documentarie e linguistiche sull’amminist (...)

9Le maître racional reçoit et vérifie les comptes de tous les officiers de l’hôtel qui sont amenés à décider, effectuer, surveiller des dépenses, percevoir des paiements ou bien qui manient des objets précieux. C’est un officier spécialisé dans la vérification des comptes et des listes ; peu de numéraire passe effectivement dans ses mains, si ce n’est quand il collecte les sommes que certains officiers doivent restituer à l’hôtel. Le cas échéant, il paye les clercs de son office avec les montants récupérés, en accord avec le grand clerc des comptes puis, s’il dispose d’exédents, il doit les reverser au trésor. Il doit encore tenir à jour les comptes relatifs à ces opérations. Ses tâches de vérification générale des paiements effectués dans le cadre de l’hôtel impliquent qu’il suive les opérations financières d’un bout à l’autre de leur piste documentaire : il doit collecter les cartas qui contiennent les ordres du roi, ou les albarans du grand clerc des comptes ordonnant un paiement, voire contrôler que les officiers présentent dûment le reçu (apoca) du trésorier en cas de doute ou de contestation. Le maître racional doit veiller à la tenue de trois livres ordinaires : un libre de notament comuns20 où sont inscrites les sommes entrantes, confiées au trésorier ; un libre d’albarans regroupant tous les ordres de paiements ; un libre ordinari servant à inscrire toutes les sommes entrantes et sortantes21. Ces trois séries constituent la colonne vertébrale des finances aragonaises. Ce que la tradition historiographie italienne nomme les cedole di tesoreria de l’Archivio di Stato de Naples, largement détruites dans l’incendie de 1943, correspondait aux libres d’albarans22.

  • 23 Canellas Anoz, Beatriz, « Del oficio de maestre racional de la Cort en el Reino de Aragón (1420-145 (...)
  • 24 Navarro Espinach, Germán et Igual Luis, David, La Tesorería General y los banqueros de Alfonso V El (...)

10D’après les additions de 1344, le maître racional de la cour doit procéder de même avec les comptes de tous les autres officiers du roi dans ces provinces. La tâche immense que cela représente a conduit Alphonse le Magnanime, entre 1419 et 1420, à créer un office de maître racional hors de l’institution domestique, pour chacun des territoires de la couronne23. Eux aussi doivent tenir les trois livres ordinaires que l’on vient d’évoquer. En 1426, un même processus de décentralisation est mis en place avec le trésor24.

Fig. 2 : bilan schématique du fonctionnement de l’administration des finances

1.2 Les évolutions réglementaires postérieures aux ordonnances de Pierre le Cérémonieux

1.2.1 Les additions

  • 25 Schena, Olivetta, Le Leggi palatine di Pietro IV d’Aragona, Cagliari, Della Torre, 1983, p. 38-67.
  • 26  Barcelone, Archivo de la Corona de Aragón, Miscellanea, 27 ; Madrid, Fondation Lázaro Galdiano, ms (...)
  • 27  Archivo de la Corona de Aragón, dorénavant ACA, Cancillería, Reg. 2622, f° 131r-132v, 4 septembre (...)

11D’une manière générale, les structures mises en place avec les ordonnances de 1344 demeurent sous les successeurs de Pierre IV, sous le règne du Magnanime en Italie au milieu du xve siècle et même, on le verra plus loin, sous le règne de Ferdinand le Catholique. Toutefois, Pierre IV le Cérémonieux, après cette entreprise réglementaire à visée totalisante, a aussi promulgué de nombreux autres textes reprenant et amendant les dispositions des ordonnances, textes nommés « additions ». Il s’agit plus précisément de nouvelles ordonnances ponctuelles qui annulent et remplacent les articles correspondants de la mouture de 1344. Il faut préciser d’emblée que ces modifications portent la plupart du temps sur des points qui ne changent pas fondamentalement les dispositions initiales de l’institution. Elles servent à préciser les rémunérations des quitacions c’est-à-dire les versements trimestriels dédommageant les officiers de l’hôtel pour les montures qu’ils entretiennent au service du roi ; à réglementer les paiements en nature ; à ajuster le nombre des officiers dans chaque fonction ; à régler les questions de préséance entre les officiers et des suppléances en cas d’absence ; à compléter le texte en matière de discipline, de protocole etc. Complétées au fil des successions par les ordonnances des souverains suivants, des compilations de ces « additions » ont vu le jour, totalement méconnues par les historiens de la royauté aragonaise. Leur tradition manuscrite est pourtant partiellement inventoriée par Olivetta Schena, dans le cadre de la recherche qu’elle a effectuée sur les manuscrits des ordonnances de 134425. Dans le cadre de mon travail doctoral sur la cour d’Alphonse le Magnanime en Italie, j’ai transcrit les additions des sept manuscrits connus comportant des additions et identifié quatre leçons dans les compilations d’additions26. Les dernières additions connues datent des premières années du règne d’Alphonse le Magnanime ; il semble qu’il n’ait plus jugé bon ensuite de prendre ce type d’ordonnance, tout en continuant à respecter les principes fixés par cette tradition normative dans le fonctionnement de sa maison. Ce qui change dans les années 1420, c’est que les nouveaux offices ou les modifications du nombre des officiers sont informels ou font seulement l’objet de pragmatiques sanctions qui ne sont pas intégrées aux compilations d’additions27.

1.2.2 Les différents types de rémunération

12Le grand intérêt des additions est de préciser le fonctionnement financier quotidien de l’hôtel royal, les types de rémunérations et leurs montants. Les additions livrent en quelque sorte un mode d’emploi des quelques registres issus du travail des maîtres racionaux et des trésoriers aragonais conservés aux archives de Barcelone et Valence. Le premier type de rémunération des officiers de l’hôtel est la quitacio, un versement en numéraire qui doit avoir lieu quatre fois l’an, tous les trois mois. C’est pourquoi elle porte dans la documentation financière le nom de terça. Comme je l’ai déjà évoqué, la somme perçue n’est pas présentée comme la contrepartie d’un travail ou d’un service, mais comme un dédommagement forfaitaire, fonction du nombre de montures entretenues à la cour au service du roi. L’échelle des rémunérations de ce type va de une à six bêtes pour lesquelles sont versés de un à trois sous par jour et par tête. Certains officiers de l’hôtel royal, très minoritaires, perçoivent une somme annuelle fixe qui n’est pas liée à l’entretien de montures, la provisio. Cela concerne le chancelier par exemple. Certains officiers bénéficient par ailleurs de droits ex officio : la somme fixe est versée à dates fixes également, principalement les fêtes religieuses comme Noël et Pâques. Les majordomes et les principaux officiers du service de la salle sont concernés, ainsi que les chambellans sous le règne du Magnanime. Les membres de la chapelle royale perçoivent eux aussi des droits fixes. Les parts variables concernent le connétable (l’une des seules fonctions dans l’hôtel à apparaître avec les additions) et les membres de la chancellerie. Ils touchent, l’un, une part du butin, et les autres, une fraction des revenus générés par les sceaux. Le quatrième et dernier type de rémunération des officiers domestiques est le vestir. Comme son nom catalan l’indique, il s’agit d’une prise en charge vestimentaire, que l’on ne peut pas exactement assimiler à la livrée française ou bourguignonne. En effet, le vestir est monétisé dès la fin du xive siècle :

  • 28  BnF, mss espagnol 100, f° 306v-307r, addition 49 de la leçon A, 1397 c. « Primo tots aquells qui s (...)

13« Premièrement, tous ceux qui sont inscrits pour une quitacion de quatre bêtes reçoivent, en plus, chaque année, 450 sous pour leur vestir. De même, tous ceux qui sont inscrits pour une quitacion de trois bêtes, c’est-à-dire le lieutenant du maître racional, du trésorier, du grand clerc des comptes, du protonotaire, de l’acheteur, du maréchal, du fauconnier, les deux juges de la cour et d’autre part deux secrétaires, ont chacun, tous les ans, 360 sous pour leur vestir. De même, les chefs des cuisines, panetiers, bouteillers, cellériers, les écuyers tranchants, les tranchants, les maréchaux et les muletiers, qui sont inscrits pour deux bêtes : en vertu de l’ordonnance ils reçoivent chaque année 360 sous pour leur vestir. De même, tous les autres qui sont inscrits pour une quitacion de deux bêtes, à l’exception des chambriers, ont tous les ans 300 sous pour leur vestir. De même, les chambriers qui sont inscrits pour une quitacion de deux bêtes ont pour leur vestir, tous les ans, 150 sous et d’autre part une cocardia [vêtement de drap bleu] valant 100 sous ; ainsi ils reçoivent chacun 250 sous. De même, tous ceux qui sont inscrits pour une quitacion d’une bête ont tous les ans 150 sous pour leur vestir. De même, le sous-chambrier, les deux cuisiniers, les deux maréchaux-ferrants, le sous-maréchal, le sous-fauconnier ont chacun 200 sous par an pour leur vestir. De même, tous ceux qui sont inscrits pour une provision et ont des bêtes à entretenir dans le cadre de leurs déplacements, à commencer par le dépensier, 130 sous de vestir par an. De même, tous ceux qui sont inscrits pour une provision en tant qu’hommes de pieds ont chacun 80 sous annuels de vestir. »28

1.3. Des archives mutilées

  • 29 Beauchamp, Alexandra, « Les comptes des dispensers de l’infant Jean d’Aragon (1351-1386) et leur co (...)
  • 30  Les archives royales des dynasties angevine et aragonaise avaient été déplacées dans la villa Mont (...)

14Entre les ordonnances et les additions, l’historien dispose d’un arsenal réglementaire qui lui fournit, sur le papier, une bonne connaissance de l’hôtel royal aragonais. L’Archivo de la Corona de Aragón conserve, pour le xive siècle, une série « Maestre racional » qualifiée de pléthorique par Alexandra Beauchamp29. Mais l’enquête se complique beaucoup au xve siècle, en particulier avec le règne d’Alphonse le Magnanime, du fait de la disparition de la quasi-totalité des volumes qui auraient dû intégrer cette série. En effet, les registres issus de la chancellerie royale à partir des années 1430 ont été conservés à Naples. A la mort du Magnanime en 1458, un tri a été effectué et certains registres renvoyés à Barcelone. Depuis la conquête de sa seconde couronne napolitaine, il était entendu que son fils illégitime Ferdinand lui succéderait en Italie et son frère Jean à la couronne d’Aragon. Ce principe de division de l’héritage royal en deux, entre le frère et le fils du roi, est entériné par le parlement napolitain de février 1443, à l’occasion duquel Alphonse avait demandé la reconnaissance par les barons du royaume de Naples de son fils comme héritier, ce qui lui conférait le titre de duc de Calabre du vivant de son père. Quand le Magnanime meurt, ses officiers doivent donc effectuer un tri entre les archives du règne qui sont nécessaires à la continuité administrative en Italie et celles qui relèvent davantage de l’administration des territoires ibériques. Ces dernières sont envoyées à Barcelone sous la supervision du secrétaire Arnau Fonolleda. Toutefois, une erreur d’importance est commise : la série des privilèges accordés à des institutions ou des personnes privées dans le royaume de Naples est déclassée à cette occasion et se trouve aujourd’hui à l’Archivo de la Corona de Aragón à Barcelone. Rétrospectivement, cette erreur s’est avérée être une bénédiction pour les historiens, depuis l’incendie criminel qui a ravagé les fonds de l’Archivio di Stato de Naples en septembre 194330.

  • 31  La série, numérisée en priorité du fait de son intérêt pour les historiens du royaume de Naples, e (...)
  • 32  Archivo del Reino de Valencia, Mestre racional 8774.
  • 33 López Rodriguez, Carlos, « Ciudades, nobleza y patrimonio regio en el Reino de Valencia en época de (...)
  • 34 Saiz Serrano, Jorge, Guerra y nobleza en la corona de Aragón. La caballería en los ejércitos del Re (...)
  • 35  ACA, Cancillería, Reg. 2900, passim ; ACA, Cancillería, Reg. 2901, f° 5v.
  • 36 Ryder, Alan, The Kingdom of Naples under Alfonso the Magnanimous : the Making of a Modern State, Ox (...)
  • 37  Archivo del Reino de Valencia, série Mestre racional, registres 8 790 ; 8 971 ; 9 385 ; 9 401 ; 9  (...)

15Les registres Privilegiorum Neapolis de Barcelone sont tout ce qui reste des archives royales concernant directement le royaume de Naples sous le règne du Magnanime31, avec les registres des trésoriers de l’Archivo del Reino de Valencia, dont le premier, chronologiquement, témoigne de la gestion du trésorier Francesc Sarçola32. Ce docteur en droit est nommé trésorier en janvier 1426 et se sert des informations et connexions sociales que lui procurent ses fonctions pour acquérir des fiefs dans la région de Valence, jusqu’à sa démission en 143233. Ensuite viennent les registres de Matteu Pujades. Ce Valencien, issu d’un prestigieux lignage et oncle du riche marchand Tomàs Pujades, est entré au service d’Alphonse le Magnanime au début des années 143034. Il le sert en Italie puis dans les territoires ibériques à partir de 1436 ; en 1439 il devient trésorier général « ultra et citra mare » en plus de ses fonctions de receveur général du royaume de Valence35. Du fait de ses prérogatives étendues, Pujades voyage régulièrement entre les rives tyrrhénienne et ibérique de la Méditerranée. La mort le surprend à Valence en 1447 et ses papiers sont versés aux fonds royaux locaux36. Le hasard de ce décès loin de Naples procure aux historiens huit registres de trésorerie qui sont de rares rescapés de cet office pour notre période37.

  • 38  ACA, Cancillería, Varia 29 ; Mestre racional 83 ; Mestre racional 937.
  • 39  ACA, Mestre racional 838 (1458-1491) et 939 (1476-1487).
  • 40  « [...] la notion d’« écriture grise » désigne l’ensemble des outils écrits produits par les admin (...)

16En ce qui concerne les activités des grands clercs des comptes, on ne conserve que trois documents qui datent des toutes premières années du règne d’Alphonse le Magnanime, entre 1416 et 142038. Après cette date, les registres des grands clercs des comptes reprennent en 1458 à l’Archivo de la Corona de Aragón39. Ces ressources sont maigres mais il est indispensable de confronter l’important corpus normatif avec les productions concrètes des acteurs de la comptabilité curiale. Ces « écritures grises », pour citer les travaux stimulants du groupe de recherche emmené par Arnaud Fossier, Johann Petitjean et Clémence Revest, permettent d’appréhender par le biais de leurs pratiques le travail des officiers des finances40. En effet, leurs registres témoignent de techniques administratives qui leur sont spécifiques, comme la mise en listes, la réalisation de cahiers correspondants à la temporalité administrative de l’hôtel royal (on pense ici aux terças, ces périodes de trois mois de service au terme desquelles les officiers domestiques reçoivent leurs quitacions). Les registres des grands clercs des comptes et des trésoriers sont à la fois les outils de la gestion financière de la maisonnée du roi et les moyens de son contrôle par le maître racional.

Fig. 3 : bilan des opérations et des séries documentaires produites par les officiers des finances de l’hôtel royal aragonais

Fig. 4 : Bilan archivistique de la documentation financière issue de l’hôtel royal d’Alphonse le Magnanime

2. La gestion comptable de l’hôtel royal : constats pratiques

17Les évolutions que l’on observe dans le cadre de l’expérience inédite d’un gouvernement à l’épreuve des distances sont à la fois très remarquables et très circonscrites. Elles interviennent dans le domaine de compétence du trésorier et de ses subalternes, c’est-à-dire les opérations de caisse. Les flux financiers sont, logiquement, fortement contraints par l’éloignement du roi de la couronne d’Aragon. On observera que les solutions pragmatiques, adoptées dans l’urgence, sont insérées dans une gestion qui demeure pourtant inchangée dans la plupart de ses procédures. En effet, l’activité du grand clerc des comptes pour la gestion quotidienne de l’hôtel, ainsi que les tâches et les pratiques du maître racional, s’inscrivent dans une totale continuité avec la tradition curiale instaurée sous le règne de Pierre IV, à partir de 1337.

2.1 La supervision de l’hôtel royal par le grand clerc des comptes

2.1.1 La gestion du personnel domestique

18Comme on l’a vu plus haut, la carta de racio correspond à l’un des types de documents que le grand clerc des comptes doit impérativement faire réaliser par son office. Elle contient les noms de tous les officiers domestiques du roi d’Aragon, et l’inscription dans la carta de racio marque l’entrée officielle au service du roi. Elle est l’outil fondamental de la mission première du grand clerc des comptes et de ses officiers : faire rémunérer les officiers domestiques pour le travail accompli. On ne peut que procéder par conjectures pour tenter de se représenter en quoi consistait concrètement un tel document, car les archives de la couronne aragonaise n’en conservent pas de connu à ce jour. Le bon sens veut que la date y ait figuré en bonne place afin d’établir le terminus post quem des paiements. D’ailleurs, dans le formulaire des albarans ordonnant le premier paiement de tout officier figure la date d’inscription dans la carta :

  • 41  ACA, MR, 837, f° 1v. « Al honrat en Ramon Ffivaller etc. ffas vos saber que an Jacme Bernat aiudan (...)

19« A l’honorable Ramon Ffivaller etc., nous vous faisons savoir qu’il est dû à Jacme Bernat, aide du fourreur de l’hôtel, pour sa quitacion de deux bêtes pour laquelle il est inscrit ordinairement dans la carta de racio ; à savoir : à partir du 8 décembre dernier de l’année 1417, date à laquelle le seigneur [roi] a ordonné de l’inscrire dans la carta de racio et où il a reçu son office, jusqu’au dernier jour du mois de mars de l’année suivante, ce qui fait trois mois durant lesquels il est resté continument avec la cour ; à raison de deux sous par jour qu’on lui compte sur ordre du roi, cela fait 226 sous barcelonais. Écrit à Valence le dernier jour de mars de l’année 1418 de la Nativité de notre Seigneur. »41

20Cet exemple d’albara, qui correspond au formulaire type d’un premier paiement, contient tous les éléments permettant de caractériser le service effectué par l’officier : sa fonction, le nombre de bêtes pour lequel il est inscrit et qui détermine le montant de sa quitacio, le temps passé effectivement à la cour et la somme accordée pour chaque animal entretenu au service du roi. Assurément, ces éléments étaient d’abord inscrits dans la carta de racio avant d’être reportés sur les albarans, sauf peut-être les dates de présence effective. La question du pointage du temps de travail sera reprise plus loin.

  • 42  On trouve le terme dans l’une des additions du début du règne d’Alphonse le Magnanime, qui consist (...)
  • 43  ACA, Cancillería, Varia, n° 29.

21À défaut de carta de racio, les archives de Barcelone conservent ce qui semble être un extrait de carta de racio, ou plutôt une sorte de relevé (de levament pour employer encore le langage des sources42, cf. fig. 4). Il s’agit d’une succession de listes nominatives, classées par fonction : membres du conseil royal, chambellans, bouteillers, pages etc. Les listes se trouvent dans un cahier de 28 folios papier sans titre ni datation43. Ce cahier est visiblement le fruit de l’assemblage de plusieurs documents de travail d’un clerc de l’officine du grand clerc des comptes. Les trois premiers folios forment un premier ensemble, un bilan sous forme de listes des membres du conseil royal, très peu soignées. Ils ont été pliés en deux puis cachetés, comme en témoignent les deux traces rondes de cire rouge au verso du troisième folio. Les folios 4 à 8 sont des feuillets volants sans suite mais portant aussi des listes de personnel domestique au recto. Les multiples pliures au verso des folios 7 et 8 attestent du caractère informel et provisoire de ces documents de travail qui ont dû être souvent pliés et empochés sans ménagement pour être ainsi marqués. Le folio 9 tranche nettement par le soin apporté à sa réalisation. Il s’agit d’un relevé de l’hôtel de la princesse de Gérone, c’est-à-dire Marie d’Aragon, la sœur cadette du Magnanime. Bien que dénuées de rubriques colorées, les initiales des rubriques de chaque liste sont embellies. Le reste du cahier est de la même main plus soignée. C’est un relevé systématique des officiers de l’hôtel d’Alphonse le Magnanime, inachevé : certaines rubriques sont demeurées vides, plus nombreuses au fil des folios.

  • 44  Ibidem, f° 9r&v.

22Il est malheureusement impossible que ce cahier soit une carta de racio car les dates d’inscription des individus manquent, ainsi que leur quitacion, à l’exception notable du folio recto verso présentant le relevé de l’hôtel de la princesse de Gérone44. Cette dernière ayant épousé Jean de Castille le 4 août 1420, elle avait quitté le royaume d’Aragon et ne portait plus le titre de princesse de Gérone à partir de cette date : le terminus ante quem pour la réalisation de ces listes est donc également l’année 1420. Alphonse, quant à lui, est roi d’Aragon depuis le 2 avril 1416, date du décès de son père, c’est le terminus post quem. Il est plausible que ce soit précisément la succession au trône qui ait suscité la réalisation des relevés, dans le courant de l’année 1416. Mais en l’absence de tout élément supplémentaire à l’appui de cette datation, il faut la considérer avec circonspection.

  • 45  Ibidem, f° 12r.
  • 46  Ibidem, f° 10v.
  • 47  Ibidem, f° 12r.
  • 48  Ibidem, f° 11r&v.

23Notre cahier porte des marques de révision, principalement sous la forme de noms cancellés ou ajoutés (parfois d’une main extrêmement maladroite, comme si l’officier avait écrit sur ses genoux45). On peut aussi y lire des annotations discrètes, des chiffres romains ajoutés par une autre main à côté de certains noms, établissant parfois un classement des individus. Ce système ne concerne que le service de la chambre, avec les écuyers (cambrers)46, les pages et les armuriers47. Les aiudants de cambra semblent quant à eux avoir fait l’objet d’un pointage sur le papier pour six d’entre eux, manifesté par des ronds réguliers48. Dans le cas des classements numériques, de un à sept pour les écuyers de la chambre, de un à huit pour les pages et de un à deux pour les armuriers, on ne constate pas d’adéquation entre les chiffres et le nombre d’officiers prévu par les normes curiales, sauf pour les armuriers. S’agit-il de la manifestation d’une préséance liée à l’ancienneté et/ou sociale ? C’est bien possible. En ce qui concerne certaines marques, comme la succession de sept unités rayées avec la mention « septo » à gauche, c’est peut-être l’indice de la méthode utilisée par les officiers de l’office du grand clerc des comptes pour pointer le nombre de jours de travail effectués par chaque individu. En effet, les officiers servent à tour dans l’hôtel, parfois quelques jours seulement, bien que l’unité de base du service à la cour soit la durée de trois mois correspondant à une terça. Il faut donc contrôler la présence des individus et conserver la trace de la durée exacte de leur service pour leur payer leur dû au jour près. Le calcul des quitacions est facilité, bien sûr, par leur expression sous forme d’indemnité journalière. Ainsi, la meilleure hypothèse que je puisse proposer quant à l’usage de ce cahier inachevé conservé à Barcelone est qu’il s’agit d’un exemplaire abandonné d’un document de travail destiné à servir au pointage du temps de travail des officiers de l’hôtel d’Alphonse le Magnanime, vers 1416.

  • 49  L’indication « 3 » lisible en haut à droit du folio correspond à une foliotation tardive de certai (...)

Fig. 5 : ACA, Cancillería, Varia, n° 29, f°12r49 : voir les pointages à gauche de la liste et l’ajout de deux noms de pages (Ledesma et Mur) à droite.

2.1.2 Évaluer le travail et ordonner les paiements

24Comme on l’a vu plus haut, tout officier qui veut percevoir son dû doit d’abord obtenir un albara réalisé par l’office du grand clerc des comptes. Concrètement, l’albara se présente sous la forme d’une cédule de papier dont le formulaire le plus simple est le suivant :

  • 50  « Al honrat en [nom du trésorier] etc. ffas vos saber que an [nom du bénéficiaire et fonction] es (...)

« À l’honorable [nom du trésorier] etc., nous vous faisons savoir qu’il est dû à [nom du bénéficiaire et fonction], pour sa quitacion de [x] bêtes pour laquelle il est inscrit ordinairement dans la carta de racio ; à savoir : à partir du [date à partir de laquelle l’officier début son service] jusqu’au [date du dernier jour de service dans la terça en cours] ce qui fait [X jours] durant lesquels [avec ou sans interruption] il est resté avec la cour ; à raison de [x] sous par jour qu’on lui compte sur ordre du roi, cela fait [total] sous barcelonais. Écrit à [lieu, date]. »50

  • 51  ACA, Mestre racional, 837, f° 10r; f° 26r; f° 41r; f° 50r.
  • 52  Ibidem, f° 1v; f° 24v; f° 37v.
  • 53  Les privilèges qui agrègent des individus à l’hôtel royal par le biais de concessions de familiari (...)

25En fonction des cas de figure qui se présentent, l’albara rend compte des différents facteurs qui contribuent à faire varier le montant de la quitacio que doit recevoir l’officier. Dans le cas de certains officiers qui sont des artisans spécialisés au service de la chambre royale, ils perçoivent une somme journalière surnuméraire destinée à la rémunération de leur « aide », probablement un apprenti. Ainsi, l’apothicaire Huguet Vinyogol reçoit régulièrement entre 1418 et 1420 un complément de quitacio dont le montant est de 60 sous (soit 8 deniers par jour pendant les 90 jours d’une terça complète51) ; le vétérinaire Guillem Costa perçoit, lui, un sou par jour pour son aide52. Cette situation n’est pas à l’avantage des aides en question, puisque leurs patrons peuvent conserver une partie de la rémunération versée par l’administration curiale mais surtout parce qu’ils servent l’hôtel royal sans être inscrits dans la carta de racio. En effet, tous les officiers appartenant à la maison royale par le biais de cette inscription bénéficient d’un statut juridique d’exception. Ils ne relèvent plus des juridictions ordinaires mais de celle de l’hôtel royal, confiée aux alguazils dans les ordonnances de Pierre le Cérémonieux, passée au sénéchal pendant le règne italien d’Alphonse le Magnanime53.

  • 54  ACA, Mestre racional, 837, f° 5v ; f° 53v : « Al honrat en Ramon Fivaller etc. ffas vos saber que (...)
  • 55  Ibidem, f° 17v.
  • 56  Ibidem, f° 6r.
  • 57  Ibidem, passim.
  • 58  Ibidem, f° 30r, f° 42r, f° 49v; f° 64v.
  • 59  Domenge, Joan et Cornudela, Rafael « Viaggi d’artisti, vie dell’arte tra Spagna, Francia e Fiandre (...)
  • 60  ACA, Mestre racional, 837, f° 19v, f° 22r&v : en juin 1418, le clerc de l’office du trésor Bertome (...)

26Mis à part ces personnels dont la présence dans l’hôtel est informelle, d’autres facteurs contribuent à la modification du montant des quitacions et ils sont très scrupuleusement explicités dans les albarans. Certains officiers voient leurs rémunérations abattues de sommes perçues de façon anticipée54. D’autres encore bénéficient de faveurs royales qui accroissent leur salaire : l’armurier Gutierre de Nava bénéficie d’une quitacio majorée d’une monture supplémentaire en juin 1418 sur ordre du roi55. Le grand clerc des comptes et ses subalternes ont donc pour mission de pointer précisément les jours de travail, de tenir compte des faveurs royales et de tous les aléas du service. En juin 1418, à nouveau, le procurateur des pauvres au conseil royal, Nicolau Squerdo, se voit verser sa quitacio entière, bien qu’il n’ait pas entretenu la bête que sa fonction l’engage à avoir au service du roi, qui donne l’ordre au grand clerc des comptes de ne pas tenir compte de cette négligence56. D’une manière générale, les circonstances qui justifient les montants versés sont décrites précisément dans les albarans : absences des officiers titulaires remplacés quelques jours par d’autres recevant des quitacions incomplètes, absences du roi aussi qui ordonne cependant que tous ses officiers soient rémunérés comme s’ils l’avaient suivi tous les jours de son déplacement57. La précision va jusqu’à l’inscription, dans la large marge gauche laissée dans les registres d’albarans, des noms des personnes à qui ils sont remis, si jamais il ne s’agit pas du destinataire du paiement. Il est visiblement assez fréquent que de tierces personnes récupèrent des albarans, parfois avec une grande régularité : ceux du brodeur de l’hôtel Conti del Castell sont récupérés pour les quatre terças de l’année 1418 par Berenguer de Fontcuberta, page du roi58. Peut-être Conti ne réside-t-il pas avec la cour, mobile, mais en ville, dans son atelier de Valence59 ? Cela expliquerait la mission du page : collecter l’albara de Conti, puis la somme, et la lui apporter. Peut-être aussi, dans certains autres cas ponctuels, les officiers soldent-ils leurs dettes de cette façon ? Cela n’est pas contradictoire en tout cas avec le fait observable que, le plus souvent, ce sont d’autres membres de l’hôtel qui interviennent, dans les cas de collecte d’albarans par de tierces personnes60.

27Cet important niveau de précision implique que l’office du grand clerc des compte produisait de nombreuses écritures grises, cahiers, dossiers, cédules, servant à prendre en note les informations les plus variées sur les officiers de l’hôtel : dates précises de service, comme on l’a vu plus haut, ordres divers du roi, dettes des officiers avec la cour etc. De tous ces instruments du travail quotidien de ce service gestionnaire, presque rien ne subsiste malheureusement (pas plus que des libres de comtes ou les libres de notaments). Une fois produits les registres d’albarans et une fois leur vérification effectuée sous l’égide du maître racional, ces petits papiers dénués de la dignité des écritures officielles devaient finir au feu.

2.2 Les trésoriers

  • 61  ARV, Mestre racional, 8791.
  • 62  ARV, Mestre racional, 8774.

28Le trésorier, son lieutenant et leurs subordonnés sont en contact avec les autres officiers de la cour pour procéder aux paiements ordonnés par le bureau du grand clerc des comptes. Les registres valenciens attribués à Francesc Sarçola et Matteu Pujades, évoqués précédemment, contribuent à éclairer leur travail, mais il faut bien comprendre leur origine et leur fonction pour cela. Quand les reliures sont intactes et les premiers folios conservés, ces registres portent des mentions très expliques « compte de Mateu Pujades tresorer general61 », ou « comptes de Francesc Sarçola tresorero general del primero dial de mes de henero del anno mccccxxviiii hasta el postero dia del mes de junio siguiente62 ». Dans le cas de ce dernier registre, l’emploi du castillan indique on ne peut plus clairement que la reliure date de l’époque moderne. Ces titres qui donnent les volumes comme les registres de tel ou tel trésorier général ne doivent pas induire en erreur : il ne s’agit pas des « livres ordinaires » du trésor, fruit du travail quotidien de cet office. Ces registres témoignent d’un travail de remise en ordre à destination du maître racional, par ses propres clercs. Il nous manque les livres où s’effectue le travail quotidien, où l’on recopie albarans et apocas. Mais les registres dont il est question ici s’appuient sur eux : les entrées y renvoient presque systématiquement aux pages du libre ordinari où figurent les justificatifs des sommes, sous la forme d’une mention dans la large marge laissée à gauche « son en data en lo libre ordinari ». Ces livres ordinaires disparus doivent donc être reconstitués en creux dans les marges de ces registres dressant le bilan de l’activité des trésoriers.

2.2.1 La concurrence d’un nouvel acteur : le banquier

  • 63  ARV, Mestre racional, 9407, passim.
  • 64 Bernato, Sandra, « Giovanni Miroballo », Dizionario biografico degli Italiani, Rome, Treccani, en l (...)
  • 65 Del Treppo, Mario, « Il Regno aragonese », dans Storia del Mezzogiorno, Rome, Edizioni del Sole, 19 (...)
  • 66 Ryder, Alan, The Kingdom of Naples, op. cit., p. 182-188. Cf. ACA, Cancillería, Reg. 2699, f° 141v- (...)
  • 67  Ibidem, f° 142r.
  • 68  Ryder, Alan, The Kingdom of Naples, op. cit., p. 176-177.

29Nous verrons plus loin ce qu’il en est du contrôle des comptes du trésor à partir de ces registres. Concentrons-nous d’abord sur ce qu’ils nous permettent de comprendre du travail concret du trésorier et de ses clercs. C’est principalement une évolution que l’on saisit dans les années 1440, alors qu’Alphonse le Magnanime est bien installé sur le trône de Naples. Dans le formulaire des paiements apparaît un nouvel acteur, Johan de Mirabal, par l’intermédiaire duquel Matteu Pujades fait procéder à de très nombreux paiements en 1446 : « Item lo dit jorn doni per mans de Johan de Mirabal an […]63». Il est clair que ce Johan n’est pas un subordonné du trésorier, qui ne cite jamais un clerc de son office sans préciser leur lien. Le très grand nombre de transactions dans lesquelles il intervient le signale comme un personnage de premier plan de l’administration financière. Cet homme est en fait un napolitain, Giovanni Miroballo64. À partir de 1444, il tient dans les finances royales une place centrale : tous les revenus issus de la fiscalité sur les feux du royaume de Naples doivent être versés sur le compte de la cour à la banque que ce conseiller du roi a fondée aux alentours de cette date65. En 1448, sa centralité dans le dispositif financier se renforce. Alphonse le Magnanime est en Toscane, en pleine offensive contre Florence : il prend alors la décision de confier la totalité des entrées fiscales du royaume de Naples au banco Miroballo, dans les instructions qu’il envoie le 3 octobre au conseil66. Avec ces sommes, Miroballo doit payer « tots provisionats e salariats e deutes deguts per la sua cort a qualsevol persones exceptat als castellans e companyons dels castells »67. Par ailleurs, à cette date le trésorier Matteu Pujades vient de mourir et les comptes présentés par ses héritiers conduisent la couronne à saisir tous ses biens dans le royaume de Valence68. Le mécontentement suscité par sa mauvaise gestion est probablement favorable au banquier, qui se substitue, au moins en partie (les châtelains sont exclus des paiements confiés à Miroballo), au trésorier pour procéder aux opérations de caisse du roi.

  • 69  ARV, Varia, Libros, n°181, f° 1r-61v. Voir l’édition par Navarro Espinach, Germán et Igual Luis, D (...)
  • 70  Ibidem, p. 53.
  • 71  Ibidem, p. 39-41. Cf. Lapeyre, Henri, « Alphonse V et ses banquiers », Le Moyen Âge, 1961, vol. 67 (...)

30C’est un véritable dédoublement du trésor royal qui est mis en place par ce dispositif. Les archives de Valence conservent un fragment de cahier produit à la banque Miroballo et destiné à être transmis au trésorier Matteu Pujades69. L’intérêt de ce fragment intitulé « compte del banch den Mirabal » est immense : on y observe le banquier concurrencer le trésorier dans ses fonctions quotidiennes, en procédant aux encaissements (produits de la fiscalité, revenus féodaux etc.) et paiements (remboursement des créditeurs du roi, paiement des officiers, achats de la cour). La banque, au même titre que le trésor, est assujettie au contrôle du service du maître racional et doit fournir des rapports quotidiens des entrées et sorties sur le compte de la cour au lieutenant du maître racional Joan Dasín70. La création de cette structure double, le trésor d’une part, et le compte de la banque Miroballo d’autre part, a lieu dans un contexte de manque pressant de liquidités, alors que le Magnanime, dans les années 1440, est engagé dans des conflits italiens après la conquête du royaume de Naples (guerre contre Francesco Sforza, puis contre Florence jusqu’en 1450). Le roi a recourt de façon croissante au crédit marchand par l’intermédiaire des lettres de change et, dans ce contexte, le compte de la banque Miroballo permet de mettre de l’huile dans les rouages de la circulation du crédit en rachetant les créances par le biais de lettres de change, et en limitant ainsi l’hémorragie du numéraire qu’il est difficile de faire circuler entre les rives ibérique et tyrrhénienne de la Méditerranée. Le trésorier ne peut pas le faire, le banquier, si71.

2.2.2 Des initiatives économiques au secours d’un trésor à court de liquidités

  • 72 Leone, Alfonso, Il giornale del Banco Strozzi di Napoli (1473), Napoli, Guida, 1981 ; Del Treppo, M (...)
  • 73  ARV, Mestre racional, 8 790, f° 141v-142r.
  • 74  ARV, Mestre racional 8791, f° 7r septembre 1446 ; f° 16r&v octobre 1446 etc.
  • 75 Minieri-Riccio, Camillo, « Alcuni fatti di Alfonso I di Aragona dal 15 aprile 1437 al 31 di maggio (...)
  • 76 Russo, Enza, « La corte del re di Napoli Ferrante I d’Aragona (1458-1494) : tradizione e innovazion (...)

31La continuité des fonctions de caisse sous la responsabilité du trésor royal est menacée par la guerre et par les discontinuités territoriales du vaste domaine alphonsin. La cohabitation de l’administration du trésor avec un compte bancaire est une adaptation pragmatique qui, assurément, est jugée satisfaisante pour diminuer les effets de la pénurie de numéraire. Sous le règne du fils d’Alphonse le Magnanime dans le royaume de Naples, ce fonctionnement est reconduit avec un nouveau partenaire, la banque Strozzi, dont on conserve le journal du compte de la cour pour l’année 147372. Le manque de numéraire conduit également le roi à procéder à de nombreux paiements sous la forme de coupons de draps, acquis auprès des marchands catalans. C’est là une des nouvelles attributions du trésor à partir des années 1430 : acquérir (à crédit, via des lettres de change qui seront tirées sur les trésoriers des territoires ibériques) et distribuer des quantités de drap suffisantes pour rétribuer les membres de l’hôtel royal et des armées73. Ainsi, aux cahiers mensuels des entrées pécuniaires succèdent dans les registres des années 1446-1447 des cahiers mensuels dressant le bilan des quantités de drap acquises pour le service de la cour, intitulés « draps de la cort per mi reebuts e comprats en la present mensada de [etc.]74 ». Les clercs du trésor sont amenés à travailler en collaboration étroite avec les responsables de la garde-robe royale qui gère le stockage du drap catalan à Naples dans un lieu spécifique75. L’investissement progressif du personnel de la garde-robe dans le versement des paiements de la trésorerie a amorcé, ensuite, une reconfiguration du rôle de la garde-robe sous le règne du fils du Magnanime à Naples76. En effet, émerge la figure d’un très puissant percepteur général des revenus royaux, confondue avec la fonction de maître de la garde-robe en la personne de Pasquale Diaz-Guarlon, l’un des proches du roi Ferdinand.

  • 77 Ryder, Alan, « Cloth and Credit: Aragonese War Finance in the Mid Fifteenth Century », War & Societ (...)
  • 78 Del Treppo, Mario, « Il Regno aragonese », op. cit., p. 96.

32Afin de réunir rapidement des quantités suffisantes de drap, Alphonse le Magnanime, lui, privilégie de plus en plus les contrats très importants avec des marchands catalans et florentins à qui il achète à crédit ou en échange de privilèges commerciaux. La très forte demande provoque un net développement du textile en Catalogne, au-delà des Baléares qui concentraient la majorité de la production au moment de la mise en place de ce système dans les années 143077. En décembre 1449, Alphonse le Magnanime adresse aux conseillers de la ville de Barcelone une lettre décrivant un ambitieux programme d’intégration économique des espaces ibériques et italiens. Il tient en quatre points : l’interdiction d’importer des draps de laine de provenance autre que des territoires de la couronne d’Aragon ; l’interdiction d’utiliser des navires extérieurs à la couronne d’Aragon pour les marchands de ses territoires ; la mise en chantier de navires de gros tonnage, associée à une politique de contrôle des tarifs du transport maritime ; et enfin l’interdiction faite aux territoires ibériques de la couronne de s’approvisionner en céréales ailleurs qu’en Corse, en Sicile et dans le Regno78. Le travail quotidien du trésor et sa relative marginalisation au profit du banco Miroballo ne peuvent être compris que dans ce plus large contexte excédant l’hôtel royal.

33L’épreuve des distances agit comme un révélateur des limites du trésor royal organisé selon les ordonnances de Pierre IV : délocalisé en Italie où se font la plupart des dépenses, il ne peut plus assurer efficacement ses fonctions de caisse. Pour autant, il est important de souligner que ses officiers et leurs méthodes de travail ne sont pas directement en cause, et continuent à fonctionner au plus près des normes établies en 1344 et dans les additions aux ordonnances. Le trésor est cependant dépassé dans son rayon d’action dans le temps et dans l’espace par le système des lettres de change, plus efficace, car la noria des navires reliant Barcelone et Valence à Palerme et Naples assure les transferts les plus rapides et les plus réguliers. Pour que l’union personnelle des deux couronnes et la politique italienne du Magnanime soient viables financièrement, il faut d’importants transferts en provenance de la couronne d’Aragon. Le plan d’intégration économique des deux royaumes était destiné à assurer le consentement des élites économiques de la couronne aragonaise à ce transfert, en le compensant par l’ouverture d’un marché captif aux textiles catalans (de qualité médiocre par rapport aux productions toscanes) et un approvisionnement assuré en grain. Ainsi, le trésor du roi, ses hommes et leurs méthodes de travail sont-ils concurrencés par le monde marchand, mais sans qu’on juge nécessaire à aucun moment de les supprimer ou de les réformer du vivant d’Alphonse le Magnanime.

2.3 Le maître racional et la révision des comptes

2.3.1 Des registres constitués ad hoc

  • 79  Ordinacions, op. cit., p. 154.
  • 80  ARV, Mestre racional 8779.

34D’une part, l’office du grand clerc des comptes est stable ; de l’autre, celui du trésorier est contraint de coexister avec de nouveaux acteurs le concurrençant dans ses fonctions mais soumis aux mêmes procédures de révision. Par ailleurs, les exigences des ordonnances de 1344 tiennent toujours pour le maître racional. Les registres d’albarans évoqués précédemment, tout comme les registres qui se donnent comme des registres des trésoriers, sont produits spécialement pour la révision des comptes par les offices concernés. Les registres d’albarans ont leur temporalité propre, celle de la terça, c’est pourquoi ils sont divisés en sections allant de trois mois en trois mois. Les comptes du trésor, eux, sont constitués de cahiers thématiques et mensuels, destinés à être reliés ensemble pour constituer des registres reflétant six mois d’entrées et de sorties financières, conformément aux normes établies dans les ordonnances79. Le registre de Francesc Sarçola courant de janvier à juin 1429 inclus respecte cette exigence80. Ceux de Matteu Pujades tels qu’on les consulte aujourd’hui sont parfois le fruit de reliures erronées et très postérieures (du xviiie siècle probablement) qui ont regroupé davantage de cahiers que la norme ne le prévoit. Ainsi, le registre 9 385 de Pujades est-il composé de cahiers concernant septembredécembre 1445, octobre 1446mars 1447 et un dernier cahier déclassé du trésorier de Jean II Berenguer de Monpalau, datant de l’année 1466. Même quand la reliure compromet l’ordonnancement prévu initialement, la constitution des registres du trésor obéit au principe suivant : en tête de registre se trouvent les cahiers mensuels où sont notées les entrées, de janvier à juin par exemple, avant de reprendre à nouveau en janvier avec les dépenses. Des indices alphabétiques (les entrées se font aux prénoms) ajoutés en tête ou fin de volume achèvent les registres. Ils ont souvent disparu à l’occasion de nouvelles reliures.

  • 81  ARV, Mestre racional 9407, f° 2r-8v, f° 35v-36v, par exemple.
  • 82  ACA, Mestre racional 837, f° 47r; f° 49v.
  • 83  Ibidem, f° 1r.
  • 84  Ibidem, f° 135v.
  • 85  Ibidem, f° 25r et 152r.

35La remise en ordre opérée est d’autant plus manifeste pour le trésor que l’on fait procéder à des regroupements thématiques d’entrées ou de sorties financières comparables ; c’est le plus souvent le cas avec les revenus féodaux81. Pour l’office du grand clerc des comptes, le registre d’albarans de 1418-1420 est l’œuvre de plusieurs mains qui se succèdent à des intervalles rapprochés dans chaque cahier correspondant à une terça82. Par ailleurs, ces cahiers comportent systématiquement plusieurs folios laissés en blanc avant le passage à un cahier suivant. On peut en déduire que les clercs du maître racional constituaient ces cahiers à partir des albarans conservés dans l’ordre de leur émission ne correspondant pas nécessairement à la chronologie du service des officiers. Ils étaient peut-être conservés enfilés sur un fil pour éviter leur dispersion. C’est seulement en recopiant les albarans de chaque terça dans leurs cahiers respectifs que les clercs du maître racional procèdent à la remise en ordre chronologique. Dans leur travail sur ce registre, ces clercs introduisent une distinction entre deux catégories de personnel domestique, les « companyes de cavall e de peu de casa del senyor rey83 », qui font l’objet d’une première série de cahiers de janvier 1418 à mars 1420, avant de reprendre en janvier 1418 pour une autre catégorie de personnel, la leur, avec les « albarans de l’offici de mestres racionales e tresorer84 », jusqu’à la fin du registre. Pourtant, rien ne distingue ces officiers du reste des serviteurs de l’hôtel royal, leurs quitacions sont également exprimées en termes d’entretien de montures. D’ailleurs cette distinction est parfois mal respectée, certains officiers des finances apparaissant dans les deux catégories comme Domingo Sanxis, clerc de l’office du grand clerc des comptes85. Il s’agit peut-être de la manifestation d’une identité particulière, d’un corporatisme pourrait-on dire, distinguant les gens de finance du reste des officiers. Aucun critère réglementaire ou pratique ne permet d’éclairer autrement cette organisation du livre d’albarans, qui les conduit à se placer en fin de registre.

2.3.2 Les opérations de révision

  • 86 Mattéoni, Olivier, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officie (...)

36La langue utilisée pour la révision des comptes est le catalan. En cela, la couronne d’Aragon se différencie clairement du domaine de langue française où Olivier Mattéoni observe que les opérations de révision se font toujours en latin86. Il pointe que cette diglossie signant le travail des chambres des comptes contribue à parer ces traces de la procédure d’une dignité supérieure aux autres écritures administratives. On y recherche l’assimilation du travail des chambres des comptes à une procédure judiciaire. Cet imaginaire judiciaire semble peu actif lors des révisions de comptes selon la pratique aragonaise, dans laquelle elles sont plus régulières (normalement tous les six mois) et, de fait, plus banales.

  • 87  ARV, Mestre racional 9407, f° 48r.
  • 88  Ibidem, f° 74r.
  • 89  Ibidem, f° 181r.
  • 90  En cela la pratique aragonaise est tout à fait banale, voir à titre de comparaison Santamaria, Jea (...)
  • 91  ARV, Mestre racional 8774, f° 187r-190v.
  • 92  Ibidem, f° 188v.

37Dans les registres destinés à servir au travail du maître racional, les larges marges qui encadrent le texte sont le lieu où se lisent ses opérations. Il faut commencer par observer que, d’une manière générale pour le règne du Magnanime, les annotations et les marques de révision sont peu nombreuses et que le travail des officiers du trésor et du grand clerc des comptes doit globalement donner satisfaction. La marge de droite est le lieu où figure le montant associé à chaque entrée du registre, qu’il s’agisse d’une entrée ou d’une sortie. L’écrasante majorité des registres relatifs aux opérations du trésor comportent, en bas de page, des totaux provisoires qui facilitent ensuite la réalisation des totaux généraux des entrées et des sorties. Cela est très peu surprenant. Les marges gauches contiennent des notes pointant les irrégularités (« fall apoca87 » ; « fall albara88 » ; « duplicat89 ») et, en conséquence, les enregistrements peuvent être cancellés90. Parmi les quelques registres conservés pour le règne d’Alphonse le Magnanime, un seul contient un cahier de « dubtes », c’est-à-dire de doutes soulevés par la procédure de révision, celui correspondant à la gestion de Francesc Sarçola en 1429. Ces feuillets supplémentaires figurent en fin de registre, hors foliotation91. Par exemple « Ibidem [lxv carta] es feta data an Bernat Codo hoste de correus del Senyor Rey de mdccciii solidos i diner de reyals la rao alli contenguda, a la qual data fall apoca ». Dessous, dans une accolade, figure la mention « Restitui la dita apoca, sera cancellat »92. C’est-à-dire que le reçu justifiant le versement à Bernat Codo a été produit et le doute cancellé. Dans ce registre, tous les doutes soulevés par le service du maître racional ont été cancellés, c’est-à-dire que l’administration de Francesc Sarçola a pu être vérifiée de façon satisfaisante, entrée par entrée.

Fig. 6 : ARV, Mestre racional 9407, f° 48r : la marge de gauche contient les marques de la procédure de révision

  • 93 Beauchamp, Alexandra, « Les comptes des dispensers », op. cit., à paraître.
  • 94  Ibidem.
  • 95 Senatore, Francesco, éd., Dispacci sforzeschi da Napoli, vol. 1, Salerne, Carlone, 1997, p. 178-181

38Visiblement, les opérations de révision de comptes menées à la cour du Magnanime ont lieu dans une atmosphère apaisée. La démonstration d’Alexandra Beauchamp à partir des comptes de l’infant Jean pendant le règne de son père Pierre le Cérémonieux permet cependant de saisir combien ces processus constituent potentiellement le lieu d’un affrontement politique, ou, du moins, de la manifestation de la domination du père sur le fils93. Dans les années 1380, le train de vie de l’infant Jean, titré duc de Gérone, mécontente son père ; par ailleurs, leurs relations sont conflictuelles. Dans un tel contexte, la révision des comptes de l’hôtel de l’infant se fait sous le sceau du soupçon, à son égard ainsi qu’envers ses officiers. Les doutes soulevés par le maître racional sont alors nombreux et permettent de saisir certains griefs du roi contre son fils Jean : soupçons de pressions pour obtenir des subsides de ses sujets, de malversations à l’égard de l’officier qui gère ses finances94. Rien ne subsiste des comptes du duc de Calabre, héritier d’Alphonse le Magnanime à Naples, dont les relations avec son père (mais pas avec la maîtresse de ce dernier) sont présentées comme bonnes par les ambassadeurs qui tâtent le pouls de la cour95. Par conséquent, on ne sait si leur révision a pu nourrir des épisodes conflictuels entre le père et le fils. Cette procédure méticuleuse conduite régulièrement par le maître racional favorise en tout cas la mainmise du roi d’Aragon sur son propre hôtel ainsi que ceux des membres de la famille royale.

Conclusion

39Les pratiques comptables dans l’hôtel d’Alphonse le Magnanime au xve siècle permettent de dresser un constat de grande stabilité des normes et procédures mises en place par les ordonnances de Pierre le Cérémonieux en 1344, puis par les additions successives. Ainsi les textes normatifs constituent-ils de véritables modes d’emploi des séries documentaires produites dans le cadre du travail des officiers domestiques. Le travail quotidien ne peut être appréhendé qu’en creux, dans la mesure où, pour produire les registres réglementaires permettant les opérations de contrôle, on utilise des documents issus de la gestion au jour le jour, en y faisant souvent des renvois explicites. Ces écritures grises ont sombré ; ne demeure que cette strate documentaire seconde, rendue digne d’inspection notamment par une importante remise en ordre chronologique. Les registres d’albarans et de quitacions dont on dispose permettent, certes, de reconstituer les émoluments et les listes d’individus au service du roi ; d’observer que les contrôles paraissent rigoureux et efficaces  la cassette du roi est bien gardée. Toutefois, ces registres proposent aussi un aperçu cadencé de la vie de la cour au rythme des mois et des trimestres (terças), ce qui tend à gommer les irrégularités, les phénomènes d’allées et venues des officiers qui rendaient nécessaire un pointage méticuleux par les personnes au service du grand clerc des comptes.

40La grande stabilité des pratiques ne doit pas occulter combien l’aventure italienne du Magnanime a été source de difficultés pour le trésor, c’est-à-dire pour la seule composante de l’administration financière qui manie effectivement des espèces. À l’épreuve des distances, les opérations de caisse sont entravées par le manque de numéraire. L’adjonction du doublon fonctionnel que représente le compte bancaire de la cour, instauré progressivement à Naples entre 1444 et 1448, correspond à la nécessité pour le roi de recourir couramment à des échanges fiduciaires via la lettre de change, sans parler de la nécessité d’user de paiements en nature. Mais cette excroissance bancaire de l’administration financière s’inscrit, par ses pratiques, dans la norme aragonaise : mêmes procédures de révision, même officier responsable (le trésorier). Cette innovation ne remet pas en cause l’architecture globale de cette administration sous le règne du Magnanime, ni ses pratiques. En revanche, le règne de son fils, dans le seul royaume de Naples, où le maintien des normes aragonaises est sans intérêt, voit le déclenchement d’une dynamique d’hybridation rapide entre le trésor et la garde-robe.

Haut de page

Notes

1 Cingolani, Stefano Maria, La memòria dels reis. Les quatre grans cròniques i la historiografia catalana, des del segle x fins al xiv, Barcelone, Base, 2007 ; Jaume Aurell, Authoring the Past : History, Autobiography and Politics in Medieval Catalonia, Chicago, Londres, University of Chicago Press, 2012.

2  Bruguera, Jordi, éd., Llibre dels fets del rei en Jaume, Barcelone, Barcino, 1991.

3  Soldevila, Ferran, Bruguera, Jordi, Ferrer i Mallol, Maria Teresa, éds., Crònica de Pere III el cerimoniós, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 2014.

4  Gimeno Blay, Francisco, Gozalbo Gimeno, Daniel et Trenchs Odena, Josep, Ordinacions de la Casa i Cort de Pere el Ceremoniós, Valence, Universitat de València, 2011.

5  Jaume III, Leyes Palatinas, Palma de Majorque, Olañeta, 1991 ; Domenge i Mesquida, Joan, éd., Leges Palatinae, Bloomington, Indiana University Press, Palma de Majorque, Olañeta, 1994.

6 Schena, Olivetta, Le Leggi palatine di Pietro IV d’Aragona, Cagliari, Della Torre, 1983, p.  29-33 et p. 40-42.

7 Beauchamp, Alexandra, « Gouverner la couronne d’Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale de l’infant Pierre d’Aragon (1354-1355) », thèse dirigée par Françoise Bériac-Lainé, soutenue à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux III en 2005 ; Ead., « Les lieutenants généraux des rois d’Aragon de la fin du Moyen Âge : médiateurs de la parole du prince ou voix de la royauté  ? », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 2008, no 31, p. 45-64 ; Earenfight, Teresa, « Absent Kings : Queens as Political Partners in the Medieval Crown of Aragon », dans Queenship : Political Power in Medieval and Early Modern Spain, T. Earenfight éd., Aldershot, Ashgate, 2005, p. 33-51.

8  Delle Donne, Roberto, Burocrazia e fisco a Napoli tra xv e xvi secolo, La Camera della Sommaria e il Repertorium alphabeticum solutionum fiscalium Regni Siciliae Cisfretanae, Florence, Reti Medievali - Firenze University Press, 2012.

9  L’historiographie des pratiques comptables curiales a connu récemment une expansion décisive à partir des travaux consacrés à la cour avignonnaise, cf. Anheim, Etienne et Theis, Valérie, éds, Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, numéro spécial consacré aux comptabilités pontificales, n° 118, 2006, p. 165-268 ; Jamme, Armand, éd., Le Souverain, l’Office et le Codex. Gouvernement de la cour et techniques documentaires dans les Libri officiariorum des papes d'Avignon (xivexve siècle), Rome, École française de Rome, 2012 : Id., « Histoire médiévale et comptabilités. Renouveau d’un champ historiographique, renouvellement des perspectives d’édition » dans Pourquoi éditer des textes médiévaux au xxie siècle ? 8e rencontre de la Gallia Pontificia, Canteaut, Olivier et Große, Rolf, éds., en ligne :

http://www.perspectivia.net/publikationen/discussions/9-2014/jamme_histoire

10  Je préfère conserver, pour plus de clarté, cette adaptation très littérale en français de maestre racional, plutôt que « maître des comptes », à l’instar de Sylvie Pollastri, cf. Pollastri, Sylvie, Les Gaetani de Fondi  : recueil d’actes, 1174-1623, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1998.

11  BnF, mss espagnol 100, f°345r-359r, ici f°256r-257r.

12  Ordinacions, op. cit., p. 147-160. Voir sur le sujet Beauchamp, Alexandra et Sáiz Serrano, Jorge, « En ració de cort », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 18 novembre 2015. URL : http://mcv.revues.org/6489.

13  Souvent orthographiée « apocha ».

14  Ibidem, p. 154.

15  Ibidem, p. 83-84, p. 97.

16  Je traduis les termes catalans « escrivan de racio » dans les ordonnances, ou plus couramment « scriva de racio », en ajoutant l’adjectif « grand » afin de bien préciser la position hiérarchique du grand clerc des comptes par rapport à ses subalternes, les simples clercs de son office qui sont généralement désignés par l’expression « de offici de scriva de racio » mais parfois aussi « scriva de racio », ce qui peut prêter à confusion.

17  Ordinacions, op. cit., p. 156.

18 Carreras Candi, Francesch, « Redreç de la reial casa : ordenaments de Pere lo Gran e Alfons lo Liberal (segle XIII) », Boletín de la Real Academia de Letras de Barcelona, 1909, vol. 9, n° 35, p. 97-109 ; Trenchs i Odena, Josep, Casa, corte y cancillería de Pedro el Grande : 1276-1285, Rome, Bulzoni, 1991 ; Schwarz, Karl, Aragonesische Hofordnungen im 13. und 14. Jahrhundert. Studien zur Geschichte der Hofämter und Zentalbehörden des Königreichs Aragon, Berlin, Leipzig, Rothschild, 1914 ; VanLandingham, Marta, Transforming the State : King, Court, and Political Culture in the Realms of Aragon : 1213-1387, Boston, Leyde, Brill, 2002. Elle traduit en annexe les principales ordonnances, p. 199-223.

19  Ordinacions, op. cit., p. 157 : « E lo terç libre, en lo qual no s’escrisca sinó la messió de nostra casa real […] ».

20  Le fragment de 1443 édité par Anna Maria Compagna, dans le dixième volume de la série Fonti aragonesi, est issu d’un libre comú de notaments, cf. Frammenti di cedole della Tesoreria (1438-1474), Albarani della Tesoreria (1414-1488), Naples, Accademia Pontaniana, 1979, p. 110-116.

21  Ibidem, p. 150-151.

22 Senatore, Francesco, « Cedole e cedole di tesoreria, Note documentarie e linguistiche sull’amministrazione aragonese nel Quattrocento », Rivista italiana di studi catalani, 2012, no 2, p. 127-156.

23 Canellas Anoz, Beatriz, « Del oficio de maestre racional de la Cort en el Reino de Aragón (1420-1458) », Aragón en la Edad Media, 2000, no 16, p. 145-162 ; Cruselles, Enrique, El Maestre racional de Valencia : función pública y desarollo administrativo del oficio público en el siglo XV, Valence, Institution Alfons el Magnànim, Institució Valenciana d’Estudis i Investigació, 1989 ; de Montagut i Estragués, Tomàs, El Mestre racional a la Corona d’Aragó (1283-1419), Barcelone, Fundació Noguera, 1987, 2 vols.

24 Navarro Espinach, Germán et Igual Luis, David, La Tesorería General y los banqueros de Alfonso V El Magnánimo, Castellón de la Plana, Sociedad Castellonense de Cultura, 2002, p. 26-27.

25 Schena, Olivetta, Le Leggi palatine di Pietro IV d’Aragona, Cagliari, Della Torre, 1983, p. 38-67.

26  Barcelone, Archivo de la Corona de Aragón, Miscellanea, 27 ; Madrid, Fondation Lázaro Galdiano, mss 414, n° d’inventaire 15 439 ; Madrid, Biblioteca nacional de España, mss 959 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, mss espagnol 8 ; Paris, BNF, mss espagnol 62 ; Paris, BnF, mss espagnol 100 ; Valence, Archivo del Reino de Valencia, Cancillería, reg. 622. Voir Chilà, Roxane, Une cour à l’épreuve de la conquête : la société curiale et Naples, capitale d’Alphonse le Magnanime (1416-1458), à paraître aux publications de la Casa de Velázquez.

27  Archivo de la Corona de Aragón, dorénavant ACA, Cancillería, Reg. 2622, f° 131r-132v, 4 septembre 1454..

28  BnF, mss espagnol 100, f° 306v-307r, addition 49 de la leçon A, 1397 c. « Primo tots aquells qui són scrits a quitació de IIII besties en sus han cascun any per lur vestir CCCCL solidos. Item tots aquells qui són scrits a quitació de III besties han cascun any per lur vestir ço és lo lochtinent de maestre racional, de tresorer, de scriva de ració, de prothonotari, de comprador, al sotsmunter et al sostsfalconer e a II jutges quis appellen de la cort e d’altra part II secretaris, CCCLX solidos. Item los sobrecochs, panicers, botellers, rebosters, talladores, aquells qui tallen denant lo Rey, cavalleriços e sobretazembler e són scrits a II besties per ordinació [sic] han cascun any per lur vestir CCCLX solidos. Item a tots altres qui sien scrits a quitació de II besties han cascun any per vestir lur exceptats cambrers CCC solidos. Item los cambrers qui són scrits a quitació de II besties han per lur vestir cascun any CL solidos e d’altra part una cotarda cascun any de C solidos, axí han cascun any CCL solidos. Item tots aquells qui són scrits a quitació de I bestia han cascun any per lur vestir CL solidos. Item lo sotscambrer, II cuyners maiors, II manescals, lo sotsmunter e lo sotsfalconer han cascun per lur vestir l’any CC solidos. Item tots aquells qui són scrits a provisió e han besties de loguer per camí han de vestir cascun any, e és lo minucier primer, CXXX solidos. Item tots aquells qui són scrits a provisió per homens de peu han cascun any per lur vestir LXXX solidos. »

29 Beauchamp, Alexandra, « Les comptes des dispensers de l’infant Jean d’Aragon (1351-1386) et leur contrôle par le maestre racional : des discours interposés », op. cit.

30  Les archives royales des dynasties angevine et aragonaise avaient été déplacées dans la villa Montesanto de San Paolo Belsito, près de Nola, par crainte des bombardements alliés sur Naples. Le raid aérien du 4 août 1943 qui avait anéanti la documentation restée en ville, au dépôt de Pizzofalcone, semblait donner raison à cette mesure de prudence, mais une patrouille avancée (« pionniers » appartenant au 14ème corps blindé) de l’armée allemande a incendié volontairement la villa où avaient été déplacés près de 30 000 volumes, dont la totalité du fonds médiéval angevin et aragonais, le 30 septembre. Palmieri, Stefano, Degli archivi napoletani : storia e tradizione, Bologne, Il Mulino, 2002, p. 231-256. Voir le Rapporto sulla distruzione degli Archivi di Napoli redatto dal conte Filangieri, sopraintendente degli Archivi di Napoli : http://www.icar.beniculturali.it/biblio/pdf/RFArchivi1946/023_PartePrima_App11.pdf

31  La série, numérisée en priorité du fait de son intérêt pour les historiens du royaume de Naples, est accessible en ligne sur le portail espagnol des archives digitales, PARES (http://pares.mcu.es/).

32  Archivo del Reino de Valencia, Mestre racional 8774.

33 López Rodriguez, Carlos, « Ciudades, nobleza y patrimonio regio en el Reino de Valencia en época de Alfonso el Magnánimo », dans El món urbà a la Corona d'Aragó del 1137 als decrets de Nova Planta, Claramunt Rodríguez, Salvador, éd., vol. 3, Barcelone, Generalitat de Catalunya, 2003, p. 497-522, p. 509-511.

34 Saiz Serrano, Jorge, Guerra y nobleza en la corona de Aragón. La caballería en los ejércitos del Rey (Siglos XIV-XV), http://www.tesisenxarxa.net/TDX-0210104-124724/, thèse dirigée par Antoni Furió Diego, soutenue à l’université de Valence en 2003, consultée le 5 décembre 2015, p. 426 ; Zurita, Jeronimo, Anales de Aragón, Canellas López, Angel, éd., XIV, 9, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1976, p. 33.

35  ACA, Cancillería, Reg. 2900, passim ; ACA, Cancillería, Reg. 2901, f° 5v.

36 Ryder, Alan, The Kingdom of Naples under Alfonso the Magnanimous : the Making of a Modern State, Oxford, Clarendon Press, 1976, p. 170-177 ; Navarro Espinach, Germán et Igual Luis, David, La Tesorería general, op. cit.

37  Archivo del Reino de Valencia, série Mestre racional, registres 8 790 ; 8 971 ; 9 385 ; 9 401 ; 9 402 ; 9 403 ; 9 407 ; 9 408.

38  ACA, Cancillería, Varia 29 ; Mestre racional 83 ; Mestre racional 937.

39  ACA, Mestre racional 838 (1458-1491) et 939 (1476-1487).

40  « [...] la notion d’« écriture grise » désigne l’ensemble des outils écrits produits par les administrations en vue de réaliser les tâches propres à leur fonctionnement. » http://ecrituresgrises.hypotheses.org/

41  ACA, MR, 837, f° 1v. « Al honrat en Ramon Ffivaller etc. ffas vos saber que an Jacme Bernat aiudant pelicer de casa del Senyor Rey es degut per quitacio sua de II besties a la qual ordinariament es scrit en racio ; Es a saber del VIII dia del mes de decembre prop passat del any MCCCCXVII quel dit senyor lo mana scriure en carta de racio el reebe lo dit officio tro per tot lo derrer dia del mes de març apres seguent del dit any deius scrit que son iii meses los quals continuament es stat ab la cort ; qui a raho de II solidos per cascun dia de que per ordinacio del dit senyor li fas compte, ffan ducent viginti sex solidos barchinoneses ; Scrit en Valencie derrer dia del mes de març anno a nativitate domini M°CCCC° decimo octavo. »

42  On trouve le terme dans l’une des additions du début du règne d’Alphonse le Magnanime, qui consiste en un relevé des offices de l’hôtel et des rémunérations associées, intitulé « Levament fet per lo Senyor Rey Alfonso quart dels officials de casa del dit Senyor axi de cavall com de peu de llur quitacío, provisio, vestir e drets pagats en diners. Als quals es fet compte de un any segons ques segueix. », BnF, mss espagnol 100, f° 345r – 361r, f° 345r pour la citation.

43  ACA, Cancillería, Varia, n° 29.

44  Ibidem, f° 9r&v.

45  Ibidem, f° 12r.

46  Ibidem, f° 10v.

47  Ibidem, f° 12r.

48  Ibidem, f° 11r&v.

49  L’indication « 3 » lisible en haut à droit du folio correspond à une foliotation tardive de certains feuillets, mais il s’agit bien du folio 12r du cahier en l’état actuel de sa reliure.

50  « Al honrat en [nom du trésorier] etc. ffas vos saber que an [nom du bénéficiaire et fonction] es degut per quitacio sua de [x] besties a les quals ordinariament es scrit en racio ; Es a saber de [date à partir de laquelle l’officier début son service] tro per tot [date du dernier jour de service dans la terça en cours] que son [x jours] los quals [avec ou sans interruption] es stat ab la cort ; Qui a raho de [x] solidos per cascun de los dits lo dia per ço com ha tengudes aquelles que per ordinacio del dit Senyor deu tenir ffan [total] ; Scrit en [lieu, date]. » Dans un registre postérieur au règne du Magnanime, quelques albarans insérés entre les folios ont été ainsi conservés : ACA, Mestre racional, 838

51  ACA, Mestre racional, 837, f° 10r; f° 26r; f° 41r; f° 50r.

52  Ibidem, f° 1v; f° 24v; f° 37v.

53  Les privilèges qui agrègent des individus à l’hôtel royal par le biais de concessions de familiarité détaillent ce système. Voir par exemple ACA, Cancillería, Reg. 2913, f° 101v-102r ou Reg. 2914, f° 17v-18r.

54  ACA, Mestre racional, 837, f° 5v ; f° 53v : « Al honrat en Ramon Fivaller etc. ffas vos saber que an Pere Verdaguer lochtinent de mon offici es degut per quitacio sua de iii besties a les quales ordinariament es scrit en racio es a saber del primer dia del mes de avril prop passat del any mccccxvii tro per tot lo derrer dia del mes de deembre qui fini en l’any deius scrit, que son xxi mes dins los qual temps es stat tansolament ab la cort iiii meses xxiiii dies. Et jatsia partida del dit temps lo dit Senyor sia stat en terra de Jacce pero de manament seu li fas compte de barchinoneses, qui a raho de ii solidos per cascuna de les dites besties lo dia, per ço com ha tengudes aquelles per ordinacio del dit senyor deu tenir, ffan dccclxiiii solidos de les quals li abat les quantitats deius specificades, les quals li son notades en lo nostre primer libre comu de notaments, en xxvi cartes, per les rahons segens : primerament li abat per xxxi cana de terliç que feu vendre en la ciutat de Barcelona en ancant publich, lo qual sobra de aquell qui fou comprat per raho de la sepultura de Senyor Rey en Ferrando de memoria gloriosa pare del dit senyor, qui a raho de xviii diners per cascuna cana ffan xxxxvi solidos vi diners ; item li abat per diverses troços de trecenells qui cobraren de les banderes e paraments que foren fets per la sepultura del dit senyor, los quals foren ven[d]uts a encant publich per preu de ci solidos, quitis de coredures. E mas li abat per ii parells de lançols es quintats qui haien servit a cobrir la gran bandera e los scrits com foren trameses a Poblet per raho de la dita sepultura, los quals foren ven[d]uts al dit en cant de preu de xxxiii solidos vi diners. E axi munten en summa tots les dites quantitats que li abat clxxxi solidos, los quals abatuts de la quantitat damunt dita resta que li son deguts sexcenti octuaginta tre solidos barchinonenses. Scrit en Balaguer derrer dia del mes de deembre anno a nativitate domini m°ccccxviiii°. »

55  Ibidem, f° 17v.

56  Ibidem, f° 6r.

57  Ibidem, passim.

58  Ibidem, f° 30r, f° 42r, f° 49v; f° 64v.

59  Domenge, Joan et Cornudela, Rafael « Viaggi d’artisti, vie dell’arte tra Spagna, Francia e Fiandre », dans Il medioevo in viaggio, Chiesi, Benedetta, Ciseri, Ilaria, Paolozzi Strozzi, Beatrice, dir., Florence, Giunti, 2015, p. 82-91, p. 89.

60  ACA, Mestre racional, 837, f° 19v, f° 22r&v : en juin 1418, le clerc de l’office du trésor Bertomeu Stayo récupère les albarans de la famille Fivaller, visiblement sur ordre du père, le trésorier Ramon Fivaller, son supérieur. Il les a sans doute apportés directement au trésorier qui se sera empressé de faire verser les sommes dues à Uguet Fivaller, valet de la chambre, et Bernat Fivaller, page.

61  ARV, Mestre racional, 8791.

62  ARV, Mestre racional, 8774.

63  ARV, Mestre racional, 9407, passim.

64 Bernato, Sandra, « Giovanni Miroballo », Dizionario biografico degli Italiani, Rome, Treccani, en ligne : http://www.treccani.it/enciclopedia/giovanni-miroballo_(Dizionario_Biografico)/, consulté le 13 décembre 2015

65 Del Treppo, Mario, « Il Regno aragonese », dans Storia del Mezzogiorno, Rome, Edizioni del Sole, 1986, vol. XV/IV, p. 89-199, p. 134-135.

66 Ryder, Alan, The Kingdom of Naples, op. cit., p. 182-188. Cf. ACA, Cancillería, Reg. 2699, f° 141v-145r.

67  Ibidem, f° 142r.

68  Ryder, Alan, The Kingdom of Naples, op. cit., p. 176-177.

69  ARV, Varia, Libros, n°181, f° 1r-61v. Voir l’édition par Navarro Espinach, Germán et Igual Luis, David, La Tesorería General, op. cit.

70  Ibidem, p. 53.

71  Ibidem, p. 39-41. Cf. Lapeyre, Henri, « Alphonse V et ses banquiers », Le Moyen Âge, 1961, vol. 67, p. 93-136 ; Del Treppo, Mario, « Stranieri nel Regno di Napoli : le élites finanziarie e la strutturazione dello spazio economico e politico », dans Dentro la città : stranieri e realtà urbane nell’ Europa dei secoli 12.-16., Rossetti, Gabriella (dir.), Naples, Liguori, 1989, p. 179-233.

72 Leone, Alfonso, Il giornale del Banco Strozzi di Napoli (1473), Napoli, Guida, 1981 ; Del Treppo, Mario, « Il re e il banchiere. Strumenti e processi di razionalizzazione delle stato aragonese di Napoli », dans Spazio, società e potere nell’Italia dei comuni, Rossetti, Gabriella (dir.), Naples, Liguori, 1986, p. 229-303.

73  ARV, Mestre racional, 8 790, f° 141v-142r.

74  ARV, Mestre racional 8791, f° 7r septembre 1446 ; f° 16r&v octobre 1446 etc.

75 Minieri-Riccio, Camillo, « Alcuni fatti di Alfonso I di Aragona dal 15 aprile 1437 al 31 di maggio 1458 », Archivio Storico per le Province Napoletane, 1881, VI, p. 1-36, 231-258, 411-461, p. 446.

76 Russo, Enza, « La corte del re di Napoli Ferrante I d’Aragona (1458-1494) : tradizione e innovazioni », e-Spania. Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales et modernes, 2015, no 20, février 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 21 décembre 2015 : DOI : 10.4000/e-spania.24273.

77 Ryder, Alan, « Cloth and Credit: Aragonese War Finance in the Mid Fifteenth Century », War & Society, 1984, vol. 2, n° 1, p. 1-21.

78 Del Treppo, Mario, « Il Regno aragonese », op. cit., p. 96.

79  Ordinacions, op. cit., p. 154.

80  ARV, Mestre racional 8779.

81  ARV, Mestre racional 9407, f° 2r-8v, f° 35v-36v, par exemple.

82  ACA, Mestre racional 837, f° 47r; f° 49v.

83  Ibidem, f° 1r.

84  Ibidem, f° 135v.

85  Ibidem, f° 25r et 152r.

86 Mattéoni, Olivier, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue Historique, n° 641, 2007, p. 31-69, p. 52-53.

87  ARV, Mestre racional 9407, f° 48r.

88  Ibidem, f° 74r.

89  Ibidem, f° 181r.

90  En cela la pratique aragonaise est tout à fait banale, voir à titre de comparaison Santamaria, Jean-Baptiste, « Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des Pays-Bas bourguignons, fin xive-début xve siècle », Comptabilités. Revue d’histoire des comptabilités, [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 02 octobre 2013, consulté le 21 décembre 2015. URL : http://comptabilites.revues.org/1630/

91  ARV, Mestre racional 8774, f° 187r-190v.

92  Ibidem, f° 188v.

93 Beauchamp, Alexandra, « Les comptes des dispensers », op. cit., à paraître.

94  Ibidem.

95 Senatore, Francesco, éd., Dispacci sforzeschi da Napoli, vol. 1, Salerne, Carlone, 1997, p. 178-181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roxane Chila, « « Les pratiques comptables dans l’hôtel d’Alphonse le Magnanime (1416-1458) : acteurs et évolutions d’une gestion à l’épreuve des distances » », Comptabilités [En ligne], 11 | 2019, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/2280

Haut de page

Auteur

Roxane Chila

Postdoctorante du Labex Hastec – LAMOP UMR 8589
roxanechila@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals