Navigation – Plan du site

Des usages publics de la Comptabilité de cour : publier les services de la comptabilité dans l’almanach de cour viennois (1702-1740)

Éric Hassler

Résumés

À partir de 1702 paraît à Vienne un almanach de la cour qui entreprend de recenser de façon exhaustive tous les services de la cour, domestiques, politiques, militaires comme administratifs. Les services de la comptabilité de cour sont ainsi dévoilés à un vaste lectorat qui tend à s’élargir au cours du siècle pour devenir européen. Cette communication proposera quelques éléments d’analyse de cette publication en tentant de mettre en lumière les potentialités de l’usage de cette source dans l’histoire des comptabilités, tant institutionnelle que sociale. En filigrane apparaissent de nouveaux enjeux politiques, entre justification traditionnelle d’un bon gouvernement entaché d’affaires de corruption et innovations dans le domaine des sciences du gouvernement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une synthèse en français de l’histoire de la comptabilité dans la monarchie des Habsbourg à l’ (...)
  • 2 Bérenger, Jean, Finances et absolutisme autrichien dans la deuxième moitié du 17e siècle, Paris, 19 (...)
  • 3 Bérenger, Jean, Finances et absolutisme…, op. cit., p. 391. La noblesse représente le premier propr (...)

1Pour des souverains à la recherche perpétuelle d’argent en raison de la faiblesse de leurs revenus, la maîtrise des dépenses est un mal nécessaire. Afin de répondre aux besoins financiers croissants d’un État qui doit répondre aux besoins administratifs et curiaux croissants que lui imposent son gigantisme et sa complexité, Charles Quint entreprend dès 1514 une modernisation des pratiques comptables qui se poursuit jusqu’au milieu du xviiie siècle avec les grandes réformes de l’impératrice-reine Marie-Thérèse1. En effet, contrairement aux rois de France par exemple, les finances de la monarchie autrichienne demeurent modestes en raison d’une gestion mixte de la fiscalité, partagée entre le gouvernement central de la monarchie et ses antennes locales d’une part et les diètes provinciales d’autre part. Les caisses du gouvernement central ne bénéficient en conséquence que d’une fiscalité de faible envergure, reposant essentiellement sur les revenus domaniaux ainsi que sur quelques monopoles2. Comme l’a montré Jean Bérenger, les Habsbourg demeurent encore très dépendants du consentement fiscal des diètes, dans lesquelles occupent une place prépondérante les ecclésiastiques et surtout les élites nobiliaires qui détiennent toujours, au début du xviiie siècle, une bonne part des terres et des revenus seigneuriaux afférents3.

  • 4 Orientations bibliographiques récentes: Sapper, Christian, « Die Zahlamtbücher im Hofkammerarchiv 1 (...)
  • 5 Kaiserlicher, Königlicher und Erzherzoglicher Staats- und Standeskalender, puis Kaiserlichen und Kö (...)
  • 6 Nous préférons utiliser l’adjectif « viennois » qu’impérial, car l’almanach s’attache essentielleme (...)
  • 7 Sur les questions de communication et de secret d’État, voir notamment : Stolleis, Michael, « Arcan (...)

2Cette contribution n’a pas comme ambition d’expliquer comment fonctionne le système de comptabilité mis en œuvre et perfectionné par les souverains autrichiens, désormais bien connu pour l’époque moderne4, mais de montrer les possibilités d’exploitation des données disponibles dans l’almanach de cour, publication innovante qui parait à partir du début du xviiie siècle5. En produisant la liste exhaustive et hiérarchisée des fonctions attachées à l’outil comptable, ainsi que l’identité des individus qui les exercent, l’almanach viennois6 fait sauter un premier verrou du secret qui entourait la gestion des finances publiques7. S’il n’est pas question de divulguer les chiffres, les services administratifs de la comptabilité sont en revanche extraits des obscurs bureaux de la Hofburg pour être exposés en pleine lumière au commun des mortels.

3Cette communication se bornera essentiellement à la période allant de la publication initiale de l’almanach (1702) à la fin du règne de Charles VI, tout en s’autorisant ponctuellement quelques comparaisons avec la situation sous le règne de l’impératrice-reine Marie-Thérèse. Après avoir resitué la place de la comptabilité de la cour au sein de l’institution curiale, il s’agira de montrer son importance numérique, pour enfin montrer comment l’introduction de la comptabilité dans l’almanach ouvre sur une histoire sociale de l’administration curiale.

De la cour à l’État : la place de la comptabilité de la cour dans l’almanach

4Mentionner la comptabilité de la cour parmi les services gouvernementaux plutôt qu’au sein des listes des personnels des maisons princières est significatif de la volonté des concepteurs de l’almanach d’intégrer l’outil comptable dans le gouvernement de la monarchie et son déplacement du domestique à l’étatique.

L’almanach, un squelette public de la cour

  • 8 Bauer, Volker, « Vom Hofkalender zum Staatshandbuch. Entwicklung einer Gattung im deutschen Reich i (...)
  • 9 Kaiserlich.-königlicher Hof und Ehrenskalender, Vienne, publié à partie de 1692.
  • 10 Schwarzkopf, Joachim von, Ueber Staats- und Adress-Calender. Ein Beytrag zur Staatenkunde, Berlin, (...)
  • 11 Noël, Jean-François, Le Saint-Empire, Paris, 1993, p. 99 sq.
  • 12 Pour la liste des états publiant un almanach ainsi que les périodes de parution et les lieux de con (...)

5Après l’Almanach royal français, l’almanach viennois est en effet la seconde publication de ce type à être produite en Europe à partir de 1702, et la première dans l’espace germanique8. Il ne s’agit pas d’un éphéméride – qui fait l’objet d’une autre publication, du reste antérieure9 – mais, comme le définit le juriste Joachim von Schwarzkopf à la fin du 18e siècle dans un traité consacré aux almanachs de cour et d’état, « une publication dont l’objectif est de proposer, avec une rapide visualisation du mécanisme de gouvernement de l’état, un répertoire systématiquement ordonné des personnes qui servent l’État, élaboré sous le contrôle de l’autorité publique »10. L’almanach viennois recense l’intégralité des individus attachés aux services politiques, administratifs, économiques, militaires, ecclésiastiques, provinciaux (archiduché de Basse-Autriche essentiellement, mais également les conseils des différentes couronnes) et municipaux, sur toute l’échelle sociale, du ministre au palefrenier, du conseiller au secrétaire surnuméraire, précisant non seulement l’identité de l’individu exerçant la fonction afférente, mais également son adresse (rue et maison). Seules quelques fonctions subalternes ne bénéficient pas d’une liste détaillée, mais simplement de la mention des effectifs des fonctionnaires. À la suite de l’almanach viennois, un nombre croissant de publications régulières ou intermittentes voient le jour dans l’espace germanique, à l’initiative d’environ 75 entités territoriales, tant de puissants électorats que des principautés microscopiques, avec toujours comme objectif l’affirmation de leur souveraineté politique dans le cadre des prérogatives que leur octroie la constitution impériale depuis les traités de Westphalie11. Certaines institutions impériales produisent également leur propre almanach, avec des formes variables cependant12. La brièveté du répertoire administratif de certaines principautés est ainsi atténuée par l’ampleur de rubriques généalogiques déclinant la postérité des grands lignages du Saint-Empire. En témoigne notamment la renommée de l’almanach du duché de Saxe-Gotha au 19e siècle.

  • 13 Schwarzkopf, Joachim von, Ueber Staats- und Adress-Calender…, op. cit., p. 38-45 : I. Des Fürst A. (...)
  • 14 Topka, Rosine, Der Hofstaat Kaiser Karl VI., thèse dactyl., Vienne, 1954, p. 13.

6En comparaison avec le modèle-type que propose Joachim von Schwarzkopf en 1792 à la lumière de sa propre expérience de ce type de publication, l’almanach viennois présente quelques singularités organisationnelles qui s’inscrivent dans la durée puisque la structure, arrêtée dès la publication initiale de 1702, se maintient globalement jusqu’au règne de Marie-Thérèse, malgré les réformes successives qui ont altéré l’institution curiale habsbourgeoise. Si Schwarzkopf prescrit une organisation en trois parties successives consacrées aux maisons princières, aux institutions civiles, et enfin aux institutions militaires13, la publication viennoise procède depuis près d’un siècle différemment en divisant l’almanach en deux parties principales : d’une part les instances gouvernementales, d’autre part les maisons impériales et archiducales (Hofstaat). La relégation des maisons princières dans la seconde partie de l’almanach ne peut que surprendre dans la mesure où l’almanach apparaît d’abord comme un outil curial. Ce d’autant plus que les mentions des membres des maisons ne s’accompagnent pas, pour l’essentiel, de l’indication de l’adresse, comme s’il s’agissait de préserver dans une certaine mesure l’intimité des souverains. D’autre part, les deux parties sont différemment organisées. La première est séquencée en deux sections, services (Aemter) et Conseils (Raths Collegien mit denen Canzleyen), dans la version initiale de l’almanach publiée dans la première décennie, puis en trois sections avec l’inclusion des organismes financiers (Banco) entre les services et les Conseils désormais réduits aux institutions collégiales (Cammer) – autre différence à l’égard du modèle de Schwarzkopf. L’énumération des différents services, dans chacune des trois sections, est strictement alphabétique. La seconde partie, consacrée aux maisons princières, est traitée différemment puisque les maisons sont hiérarchisées classiquement selon le rang du prince bien entendu, mais également pour chacune d’entre-elles, du grand officier à la tête de chaque service : grand maître, grand chambellan, grand maréchal et grand écuyer. Les fonctions gouvernementales bénéficient donc d’un traitement plus rationalisé que les maisons princières dont le classement reste, assez logiquement, hiérarchique, avec quelques aberrations du reste puisque les services des bâtiments et collections impériales ainsi que des grands veneur et fauconnier apparaissent dans la première section alors qu’ils dépendent de la maison de l’empereur et devraient de ce fait être intégrés dans la seconde14. Ce classement rationalisé est sans doute le symptôme d’une autonomisation progressive des services administratifs des maisons par rapport aux logiques de la maison et un élargissement de leur mission administrative. Ce processus éclaire la nécessité d’une bonne gestion financière, détachée du seul service domestique du prince pour contribuer à l’administration de l’État habsbourgeois, au sein d’un large service financier.

La comptabilité au sein de l’institution curiale

7En offrant un miroir de la conception organisationnelle que la cour produit, et diffuse, d’elle-même, l’almanach permet de jauger la place accordée à la comptabilité au sein de l’institution curiale. Le frontispice de l’almanach, qui détaille le contenu de l’ouvrage en énumérant les différents services, met en avant la comptabilité de la cour comme un élément important de l’institution curiale. Typographiquement parlant, elle est placée sur le même plan que les chancelleries, tout de suite après la mention des trois sections principales de la partie administrative de l’almanach (Aemter/Banco/Cammer).

Fig. 1 : Page de titre. Source : Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, 1736

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (désormais BNUS), cote : D.184.220.

8Cette mise en lumière des outils comptables curiaux constitue indubitablement une nouveauté, au même titre du reste que le support, l’almanach, qui assure sa médiatisation au sein des organes curiaux et gouvernementaux de la Monarchie des Habsbourg.

9Dans la version initiale de l’almanach, les services comptables apparaissent dans la section des Conseils, plus précisément dans la sous-section de la Chambre aulique (Hof-Cammer) qui suit alphabétiquement le Conseil et la Chancellerie du royaume de Bohême et précède la sous-section consacrée au Conseil intime (Geheime Rat).

10Par la suite (1719, 1736 et 1740), les services comptables figurent désormais dans la partie consacrée aux finances (Banco) qui, malgré plusieurs réformes dans la première moitié du siècle dont l’almanach conserve la trace par l’apparition ou la disparition de sous-sections, conservent globalement la même structure d’ensemble. La comptabilité curiale apparait après l’énumération du personnel de la Conférence ministérielle des finances et des premières sections de la Chambre aulique (Hofkammer), à savoir le conseil, la chancellerie, et les archives. Nous sortons ici de la logique alphabétique pour retrouver une classification hiérarchisée en fonction de l’importance politique des organes précédemment cités à laquelle correspond une hiérarchie sociale des individus qui les constituent. Cette rationalisation n’est donc pas complètement assumée et la logique curiale reprend ici ses droits. Les services comptables sont séquencés en trois, puis quatre parties : la comptabilité de cour qui retrouve sa primauté, celle du conseil de guerre et celle des états de Basse-Autriche, auxquelles s’ajoute une comptabilité propre à la Chambre aulique (1736, 1740). Malgré cela, il faut noter ici l’unité de présentation de la comptabilité déjà considérée comme un service en soi, et non plus nécessairement dépendante des conseils. La comptabilité du conseil de guerre est ainsi dissociée de la présentation de l’instance délibérative qui apparaît plus loin dans l’almanach, pour être regroupée avec la comptabilité aulique sous l’égide de la Chambre aulique. La comptabilité de cour est ainsi pleinement intégrée dans l’outil gouvernemental, et dissocié de l’outil curial domestique que sont les maisons princières qui en dépend pourtant largement. La gestion des revenus caméraux est donc bien passée du particulier au public.

11Tous les services de la comptabilité ne sont toutefois pas encore concentrés au même endroit. Une lecture attentive de l’almanach fait apparaître d’autres comptables dans plusieurs services. Par exemple, la maison de l’impératrice douairière possède son propre comptable.

La structuration interne de la comptabilité : un service bien hiérarchisé

12L’almanach produit le reflet de la stricte organisation interne des services comptables. Il présente ainsi de la comptabilité de la cour une vision parfaitement hiérarchisée dans laquelle se succèdent le comptable (-en chef), le vice-comptable, les conseillers, les officiers comptables et les supplémentaires éventuels, les copistes et enfin les aides, en nombre variable selon les années. En 1704, le service compte un comptable, cinq conseillers, 13 officiers comptables et cinq aides. En 1719, le service s’est étoffé de nouvelles catégories : on y trouve, outre le comptable, un vice-comptable, huit conseillers, 23 officiers ainsi que quatre supplémentaires, trois copistes et six aides. En 1740 enfin, le vice-comptable suppléant le comptable a disparu, le service compte 13 conseillers, 23 officiers, quatre copistes, dix aides et un valet.

13L’almanach divulgue donc l’image d’une administration comptable qui se cherche encore au début du xviiie siècle. L’une des priorités de Marie-Thérèse et de ses ministres réformateurs sera justement de rationaliser les services de gestion des finances à mesure que croissent les besoins de l’État.

Le poids des effectifs ?

14Face à la question des effectifs de la comptabilité de la cour de Vienne, deux logiques s’imposent : tout d’abord celle du contemporain qui, ouvrant l’almanach de l’année, peut jauger les effectifs administratifs et curiaux de cette « cour de papier » et se faire une idée de la puissance de la cour ; celle de l’historien qui bénéficie de séries d’almanachs et peut envisager l’almanach comme une source de premier plan pour appréhender l’organisation et les effectifs de la comptabilité de la cour. L’analyse s’appuie ici sur quelques échantillonnages à partir de quatre années, 1704, 1719, 1736 et 1740, qui induisent une périodisation irrégulière, susceptible de mettre en lumière des évolutions différenciées.

La lecture du contemporain : un aperçu des effectifs sur l’année

15La consultation de l’almanach de l’année en cours permet au particulier comme aux chancelleries étrangères de connaître précisément les effectifs des services de la comptabilité de la cour de Vienne dans la mesure où, nous l’avons souligné, absolument tous les serviteurs du prince y sont recensés. L’almanach permet donc de mesurer le poids de la comptabilité au sein de l’institution curiale, à la fois par la place qu’elle prend globalement, mais également par un éventuel comptage précis des effectifs qu’elle emploie.

16En effet, à l’échelle de l’almanach, les effectifs restent globalement assez faibles, comparés à d’autres services plus précocement pléthoriques. Indubitablement, les effectifs impressionnent moins que ceux des centaines de chambellans nommés par les empereurs successifs dont il est du reste hasardeux de dresser une liste exacte dans l’almanach. Si le nombre compte finalement assez peu, le poids visuel n’en demeure pas moins significatif du prestige de la cour impériale.

Fig. 2 : Exemple de présentation des services de la comptabilité de cour

Source: Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, 1736, p. 50-51, BNUS, cote: D.184.220.

17Sans doute ne peut-on pas adopter de semblable lecture dans le cas de la comptabilité. Il n’en demeure pas moins que le volume croissant qu’elle occupe dans les livraisons successives de l’almanach, si elles n’étaient sans doute pas jaugées comparativement, n’en dispensaient pas moins l’impression de rationalisation croissante de l’institution curiale et peut être une porte d’entrée sur les représentations que ces publications pouvaient susciter chez leurs lecteurs.

La lecture de l’historien : les évolutions quantitatives de la comptabilité de cour

  • 15 Bauer, Volker, Repertorium territoriale Amstkalender…, op. cit.

18Pour l’historien en revanche, l’almanach est tout à fait propice à une étude sérielle, même si les livraisons ne sont pas toutes conservées. Même les fonds viennois, pourtant les plus importants, présentent des lacunes, notamment pour les années 1710, alors que la publication des almanachs est a priori attestée pour l’essentiel d’entre-elles15. Il est ainsi possible de restituer les évolutions des effectifs des services comptables de la cour sur la durée.

Fig. 3 : Évolution des effectifs des services comptables recensés dans l’almanach.

19Ce tableau laisse apparaitre des évolutions très différentes selon les services comptables. La seule comptabilité de la cour fait plus que doubler entre 1704 et 1740 (x 2,4), à l’image des autres services administratifs, et conserve jusqu’en 1740 un poids relativement important au sein des services comptables puisqu’elle représente environ un tiers des effectifs. En revanche, sur le long terme, elle voit son poids considérablement décliner puisque, si ses effectifs n’augmentent pas, les effectifs cumulés des différents services connaissent une forte augmentation. Elle n’en représente donc plus en 1770 que le cinquième.

20Les services financiers liés à la comptabilité et la comptabilité du Conseil de guerre bénéficient en revanche d’un doublement des effectifs entre 1740 et 1770, après avoir connue des fluctuations. Si les services financiers qui apparaissent tardivement connaissent des effectifs stables, la comptabilité du service de la guerre bénéficie en revanche d’une forte croissance.

  • 16 Pour une synthèse : Bérenger, Jean, Histoire de la monarchie des Habsbourg, 1273-1918, Paris, Fayar (...)
  • 17 Lebeau, Christine, « Les États de Basse-Autriche : une élite politique ? (1748-1791) », L’Europe de (...)

21Les comptabilités des organes provinciaux et municipaux sont en revanche moins bien loties, comme on peut le voir. Les effectifs de la première stagnent avant de légèrement croitre, sans jamais retrouver leur poids initial (20 % en 1704, 10 % en 1770). Cette stagnation peut s’expliquer par l’évolution des prérogatives de la diète de Basse-Autriche : alors qu’elles sont constantes dans la première moitié du siècle, elles diminuent significativement avec les réformes gouvernementales menées sous le règne de Marie-Thérèse16, même si les États de Basse-Autriche conservent l’essentiel de leur autonomie financière17. Autre exemple des changements d’équilibre au sein de l’État, la comptabilité municipale est progressivement rognée, vraisemblablement par le gouvernement central qui la phagocyte, pour devenir proprement insignifiante en 1770.

L’ordre dans le désordre : une histoire sociale de l’administration curiale.

22Les livraisons successives de l’almanach rendent également possible une étude précise du personnel de la comptabilité puisqu’il y est intégralement recensé. Sont ainsi observables les caractéristiques sociales globales du personnel d’un service administratif en voie de professionnalisation, mais aussi les dynamiques qui animent ce service au cours de la période, tant en terme d’évolution du profil social que d’évolution du profil socio-économique.

Les services de la comptabilité un microcosme de la cour

23Au sein de chaque service, le classement alphabétique n’est plus de mise, remplacé par une présentation strictement hiérarchique des fonctionnaires selon l’importance de leur fonction au sein du service, mais aussi de leur statut social. Il faut ici réitérer le constat que la rationalisation administrative, telle que l’almanach s’en fait le miroir, n’est encore ni linéaire ni systématique.

Fig. 4 : Début de la section consacrée à la comptabilité de cour (page de gauche, en bas). La typographie reflète l’organisation hiérarchique du service : en tête de la section, le comptable de la cour ; suivent les différents corps d’officiers. On peut observer la différence d’emprise de la notice de chacun en fonction de son rang social

Source: Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, p. 48-49, 1736, BNUS, cote: D.184.220.

24À la hiérarchie fonctionnelle évoquée précédemment correspond une hiérarchie sociale relativement évidente : les fonctions directrices et de conseillers sont avant tout occupées par des hommes de qualité, les autres par des individus de plus basse extraction. La professionnalisation n’entre donc pas en contradiction apparente avec une distribution sociale des fonctions et des compétences.

Fig. 5 : À titre de comparaison, l’emprise typographique de la titulature du président de la chambre aulique, le comte Johann Franz Gottfried Dietrichstein (à droite)

Source: Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, p. 39, 1736, BNUS, cote: D.184.220.

  • 18 En 1719 par exemple, toutes les présidences et vice-présidences des institutions collégiales sont o (...)
  • 19 Bérenger, Jean, Finances et absolutisme…, op. cit., p. 375.

25La condition sociale continue donc à déterminer l’éminence au sein du service. Contrairement à la majorité des autres services cependant, la nécessité de faire appel à des serviteurs ayant une expertise certaine limite la capacité d’intégration de la noblesse et surtout de l’aristocratie. De surcroit, le fait que ce service n’offre aucune opportunité de visibilité curiale, ne motive pas les candidats de haut rang18. Il s’agit donc ici de responsables issus d’une basse noblesse, voire de familles anoblies récemment dont le dénominateur commun est, selon toute vraisemblance, le passage par des études juridiques, susceptibles de leur conférer les compétences minimales pour ce type d’emploi19.

Identifier les agents comptables : constantes sociales

  • 20 En 1736, un noble (Edler) est recensé.

26Si nous comparons la composition sociale du service sur plusieurs années (1704, 1719, 1736 et 1740), plusieurs éléments sociaux intéressants apparaissent. Il faut d’abord constater que l’architecture sociale demeure la même sur toute la période, sans véritable inflexion si ce n’est la baisse progressive du statut social des directeurs successifs : Johann Christoph von Richtern (1704) et Johann Baptist Wiebmer Edler von Einbach (1719) sont clairement identifiés comme participants de la petite noblesse, ce qui n’est plus le cas de Johann Adam von Heinz (1736) qui perd d’ailleurs sa particule en 1740. Si les deux premiers sont de surcroit nantis du titre de conseillers de la chambre aulique, il semblerait que cela ne soit plus le cas après 1719, signe vraisemblable d’une spécialisation progressive du service à l’égard de l’instance délibérative. Les conseillers regroupent des agents au statut social mixte : deux sur cinq paraissent être nobles en 1704, deux sur sept en 1719, cinq sur dix en 1736, un sur onze en 1740, si l’on se fie à la présence d’une particule, voire d’un titre20. Tout indice d’un statut social supérieur disparait dans les catégories inférieures.

  • 21 Hassler, Eric, La cour de Vienne (1680-1740). Service de l'empereur et stratégies spatiales des éli (...)
  • 22 Par exemple le conseiller Johann Franz Kleepaustch qui passe devant deux collègues, Johann Ignaz Kö (...)

27D’autre part, plusieurs modes de progression des agents sont observables. La progression ordinaire des agents dans la hiérarchie interne à la fonction se fait mécaniquement par la conservation de leur place dans la hiérarchie propre à la fonction. Ce système fondé sur l’ancienneté dans la fonction n’a rien d’original à Vienne, et peut même être observé quel que soit le niveau social, par exemple dans le cas des chambellans21. La promotion à l’ancienneté concurrence la priorité donnée au rang et tend à provoquer un assèchement de la présence dans l’administration de membres de la noblesse qui souhaitaient vraisemblablement ne pas se trouver dans une position subalterne par rapport à des individus considérés comme d’un rang inférieur. Quelques entorses à ce système de promotion peuvent cependant être observées, notamment dans le cas de quelques agents qui transcendent la hiérarchie, peut-être grâce au mérite22.

Fig. 6a : Évolution professionnelle et sociale des agents comptables (1704-1740)

  • 23 Johann Baptist Wiebmer (1704) devient Edler von Einbach (1719), Johann Peter von Stiegenbock prend (...)

28L’exercice d’une fonction au sein du service de la comptabilité peut également favoriser une promotion sociale puisque quelques exemples d’anoblissement sont observables au sein de la comptabilité de cour23. Ces élévations permettaient d’ailleurs de réapprovisionner en noblesse les effectifs des fonctions hiérarchiquement les plus élevées.

  • 24 D’une livraison de l’almanach à la suivante apparaissent de véritables dynasties : les Knorr, Schic (...)

29Il faut enfin souligner la présence indubitable d’un facteur familial dans l’intégration des agents dans le service puisqu’il est possible de retrouver des homonymes au sein de certains services, vraisemblablement en lien de parenté. Il faut rappeler qu’il n’y a pas de vénalité des offices dans la monarchie autrichienne, l’attribution d’une charge étant théoriquement du seul ressort du souverain, même si des solidarités familiales sont manifestement à l’œuvre24.

Fig. 6b : Liens familiaux des agents comptables (1704-1740)

3.3 Évaluer le profil socio-économique des agents : le critère de l’adresse

  • 25 Lichtenberger, Elisabeth, Die Wiener Altstadt. Von der mittelalterlichen Bürgerstadt zur City, Vien (...)

30La mention de l’adresse de chaque fonctionnaire peut également offrir des informations intéressantes sur son profil socio-économique, même si la mixité sociale des habitants des immeubles viennois doit inciter à la prudence. En 1704, il serait bien hasardeux de vouloir proposer une corrélation entre adresse et niveau social des agents, tant la diffusion est grande dans toute la vieille ville. Un officier, Johann Georg Mereder, loge par exemple dans la même résidence abbatiale que son chef de service. Si la comptabilité de cour compte en 1719 cinq agents suburbains, ceux-ci n’occupent pas de charges inférieures et la dispersion géographique demeure la règle, de même que la grande mixité de types d’habitations. En 1740, quatre suburbains sont recensés, avec les mêmes caractéristiques. En revanche, les adresses se concentrent davantage dans le quart sud-est de la vieille ville, socialement moins privilégié que les autres, si l’on en juge par la faible densité de demeures aristocratiques25.

31En revanche, en précisant si l’individu est propriétaire ou locataire, nous disposons d’un outil d’évaluation sociale. Il apparait tout d’abord que seule une infime minorité d’agents de la comptabilité de la cour sont propriétaires. Aucun des comptables (-en chef) en charge en 1704, 1719, 1736 et 1740 n’est propriétaire. Parmi les conseillers, on ne dénombre que deux propriétaires : l’un, Valentin Mader, réside en 1704 dans les faubourgs (Alstergasse), l’autre, Carl Joseph Serwitz Edler von Muggenthal, réside en 1736 au Vieux Marché à la Viande (alt Fleischmarkt), dans un quartier populaire de la vieille ville. Un troisième, Gottlieb Stärzer von Bergfeld, vit manifestement en 1719 dans une demeure familiale sise au Graben, l’une des principales places de la vieille ville. Si les adresses, mis à part peut-être la demeure Stärzer, n’indiquent pas de signes extérieurs de richesse, le statut de propriétaire indique tout de même un certain niveau social dans la mesure où le contexte immobilier particulièrement tendu de la résidence impériale au xviiie siècle, la ville demeurant enserrée dans un étroit corset de fortifications qui a pour conséquence de générer une pression foncière extrêmement forte dans la vieille ville. Si les faubourgs absorbent aisément le surcroit de population, les mobilités contraignantes qu’ils imposent aux fonctionnaires confèrent à leur séjour un caractère de pis-aller. C’est le cas pour le conseiller Valentin Mader qui fait figure d’exception dans les catégories d’agents supérieurs de la comptabilité de la cour.

  • 26 Sur le système des quartiers: Spielman, John P., The City and the Crown. Vienna and the Imperial Co (...)
  • 27 1704 : 1 propriétaires sur 5 conseillers, 2 sur 13 officiers et aucun parmi les 5 copistes ; en 171 (...)
  • 28 HC 1704 : Johann Baptist Wiebmer au palais Albrecht ; 1719 : Johann Baptist Obenaus au palais Rumer (...)
  • 29 Hassler, Eric, La cour de Vienne…, op. cit., p. 149.
  • 30 HC 1704 : Johan Peter von Stiegenbock est ainsi logé au service du sel (Salzamt) à côté de l’église (...)

32À l’image des autres membres de la famille Stärzer von Bergfeld également recensés dans les services de la comptabilité, la quasi totalité des fonctionnaires sont donc locataires ou bénéficiaires d’un logement réquisitionné par la Cour (Hofquartier)26, à commencer par les comptables en chef27. Les adresses des chefs de service et de certains conseillers sont plutôt localisées dans de beaux quartiers de la vieille ville, voire dans des palais aristocratiques. Si le comptable Johann Christoph von Richter (1704) loge à la résidence de l’abbé de Kremsmünster, ses successeurs, comme certains conseillers, habitent des palais de la noblesse28. Toutefois, si ces demeures confèrent à leurs occupant une « adresse », cette dernière ne préjuge cependant pas de la qualité intrinsèque du logement, dans la mesure où la majorité des palais aristocratiques sont ouverts à la location et peuvent héberger jusqu’à deux cents personnes de toutes conditions29. Un copiste recensé en 1704, Adam Franz Heinz, déclare ainsi comme adresse le palais du prince Liechtenstein situé dans la Herrengasse. De surcroit, l’adresse n’est jamais définitive et les agents peuvent être amenés à déménager : Johann Paul Stärzer qui réside au palais Esterhazy de la Wallnerstrasse en 1736 déclare en revanche comme adresse en 1740 la maison Mansperg, dans la Wollzeil, à l’autre bout de la ville. La comparaison entre les années 1736 et 1740 montre toutefois une certaine stabilité puisque, sur les huit conseillers recensés les deux années, seul Stärzer déménage entre les deux dates. En revanche, les types de logements varient fortement selon les cas : certains logent dans des auberges, d’autres dans des bâtiments administratifs30, une majorité enfin dans des maisons privées ou des immeubles de rapport soumises à l’obligation de procurer des logements à la Cour ou ouvertes à la location comme le sont également les résidences ecclésiastiques ou les palais de la noblesse.

33L’almanach permet donc de circonscrire certains éléments de la composition sociale de la comptabilité de cour. Il ne semble pas que ce service présente de caractéristiques sociales propres aux services de la comptabilité. Les fonctionnaires présentent des profils sociaux similaires à leurs homologues des autres services.

De la rationalisation de l’État à la publicité curiale

  • 31 L’ouvrage de Wolf Helmard von Hohberg, Georgica curiosa oder Adeliges Land- und Feldleben, paru à N (...)

34À partir du cas de l’exposition de la comptabilité de la cour au sein de l’almanach viennois, deux lectures de cette publication peuvent donc être proposés : la volonté utilitaire de la part du souverain de faciliter le fonctionnement et l’accès aux différents services de la cour et de l’appareil d’État d’une part ; la volonté symbolique d’autre part de produire une cour de papier dont la structure éminemment complexe comme les effectifs pléthoriques, matérialisés par l’outil typographique, contribuent à diffuser le prestige de la cour de Vienne. Un prestige fondé, non pas sur l’ostentation, mais sur une vision traditionnelle, sans doute plus aride, du bon gouvernement, animé par la modération et la raison chrétienne qui, bien que paradoxalement formulée sur un mode nouveau, fait cependant écho à une littérature patriarcale très répandue dans les milieux nobiliaires31. Bien que la chronologie puisse apparaitre bien haute, la question d’une publicité précoce de savoirs administratifs en voie de rationalisation peut être posée.

Un outil novateur des sciences de l’État au service de la publicité curiale

  • 32 Bauer, Volker, « Publicité des cours et almanachs d’État dans le Saint-Empire du xviiie siècle », L (...)

35Le caractère fonctionnel de l’almanach est d’autant plus évident que l’outil est éminemment maniable de par son format – 7 x 15 cm pour une épaisseur croissante de 3 à 5 cm à mesure que les effectifs administratifs gonflent – et transportable, et la présence d’un index en rend l’utilisation aisée. Comme l’a montré Volker Bauer, ces almanachs sont des outils de communication largement usités qui assurent la publicité des cours au sein de l’Empire comme d’un espace européen plus large, lorsqu’elle est facilitée par une traduction en français. C’est le cas de plusieurs principautés rhénanes comme les électorats de Cologne, de Mayence ou palatin, mais aussi de grandes cours comme celles de Vienne ou Berlin. Plus encore, de par leur circulation, ils contribuent aux liens étroits entre les cours allemandes dans un territoire impérial germanique qui demeure en parti virtuel, puisque largement décentralisé et soumis à de puissantes forces centrifuges32.

  • 33 Schwarzkopf, Joachim, Ueber Staats- und Adress-Calender…, op. cit., p. 14.
  • 34 Ibid., p. 11 : l’auteur propose une classification en quatre catégories, les almanachs à l’échelle (...)

36Si à la fin du xviiie siècle, la performance de cet outil est suffisamment reconnue pour que Joachim von Schwarzkopf, à la lumière de sa propre expérience juridique et diplomatique, lui consacre un traité dans lequel il en justifie la place centrale dans les sciences de l’État (Staatenkunde), cette reconnaissance montre le caractère désormais indispensable de l’almanach dans l’administration curiale. L’almanach ne pouvait alors clairement pas être perçu comme un simple outil fonctionnel, mais bien comme un enjeu d’affirmation de la souveraineté des états – Schwarzkopf n’hésite d’ailleurs pas à railler ces petits États allemands prétentieux qui targuent de publier un almanach pour se faire « plus grands et plus puissants »33 – et comme un garant de la rationalisation des pratiques de gouvernement. En témoigne le travail de classification que le juriste produit de ces almanachs, y compris sous la forme de tableaux34, à la manière des traités raisonnés de sciences politiques.

  • 35 Ibid. p. 53.

37L’institutionnalisation de la publication de l’almanach, que Schwarzkopf va jusqu’à qualifier de « Bible » indispensable à tout Ministre, comme à tout diplomate ou courtisan35, correspond donc à une évolution fondamentale de la publicité curiale, mais plus encore de la conception que les souverains produisent de la cour elle-même, en imposant une mise à nu de la cour dans le sens où le squelette de l’institution curiale et de l’État est entièrement exposé à un lectorat qui dépasse de loin la société de cour, l’almanach produit de la cour une conception rationalisée et administrative. Nous sommes désormais loin des arcanes du pouvoir et des palais impénétrables, des festivités baroques qui seules donnaient à voir une cour composée de grands seigneurs et de serviteurs en livrée. La comptabilité de cour, sans doute l’un des services les plus arides et les plus sensibles de l’administration curiale, peut alors servir la publicité de la cour et s’afficher publiquement dans l’almanach, extrait du giron des maisons princières.

Un outil de certification du bon fonctionnement des finances de la monarchie

  • 36 Körbl, Hansdieter, Die Hofkammer und ihr ungetreuer Präsident. Eine Finanzbehörde zur Zeit Leopolds (...)
  • 37 Ibid, p. 374 sqq.

38Si une lecture rétrospective de l’ouvrage de Schwarzkopf, qui ne parait qu’à la fin du siècle, doit rester vigilante, sans surévaluer la dimension publiciste des premières livraisons de l’almanach qui demanderait encore, en l’état de nos connaissances, une étude approfondie, il semble en revanche pertinent de trouver dans cette publication la nécessité de prouver le bon gouvernement de la monarchie et notamment la probité des finances camérales. En effet, la monarchie est épisodiquement secouée par des affaires de corruption qui font grand bruit et jettent l’opprobre sur la Chambre aulique. C’est en particulier le cas de l’affaire du président de la Chambre aulique, le comte Georg Ludwig von Sinzendorf dont le procès (1679-1680) s’est soldé par une disgrâce. Le procès fut suivi de près par l’empereur qui mit un point d’honneur à faire toute la lumière sur l’affaire en souhaitant un traitement judiciaire spécial. Plus encore, la condamnation du comte mit au jour la grande incompétence d’un personnel essentiellement recruté au gré des clientèles des présidents et des chefs de service36. À la suite de cette affaire, l’empereur avait manifestement souhaité renforcer la compétence de ses agents, comme le suggèrent des manuels adressés aux personnels de la Chambre aulique37. La publication in-extenso du personnel de la cour et notamment des finances, qui demeure exceptionnelle dans la production des almanachs de cour, surtout au début du xviiie siècle, pourrait ainsi répondre à ce besoin de transparence de l’institution curiale, avec l’objectif, toujours réaffirmé, de prouver le bon gouvernement de la monarchie.

Conclusion

39L’almanach est en somme un peu comme un livre de compte qui permet de mesurer l’importance numérique et le degré de sophistication de la cour de Vienne. L’exemple du service de la comptabilité de la cour, sans doute l’un des plus prosaïques, nous éloigne des fastes monarchiques habituels pour nous mener dans les coulisses du palais dont les portes sont désormais grandes ouvertes. L’exposition de la structure des services comptables et des agents qui les animent offre ainsi une source de premier plan pour l’étude des comptabilités de cour, tant dans leur dimension fonctionnelle et sociale que dans la dimension symbolique et politique que leur présence dans l’almanach leur confère. Dans une certaine mesure, la masse des agents de l’administration curiale devient un outil de publicité monarchique au même titre que les élites nobiliaires qui gravitent autour du souverain.

  • 38 Le programme iconographique peint entre 1760 et 1761 par Gregorio Guglielmi, à la demande de l’impé (...)

40Nous assistons donc ici à l’introduction d’un nouveau type de production de propagande monarchique qui suggère le passage du recours à l’irrationalité mythologique à la rationalité administrative. À Vienne, cette évolution est par exemple tangible dans les fresques de la grande galerie du château de Schönbrunn, réalisées en 1760. En convoquant l’agriculture et l’industrie à la voûte de cette salle d’apparat, Marie-Thérèse renouvelait le discours allégorique glorifiant le bon gouvernement de la monarchie en faisant appel aux savoirs techniques plutôt qu’aux divinités olympiennes38.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse en français de l’histoire de la comptabilité dans la monarchie des Habsbourg à l’époque moderne : « Autriche », dans Dictionnaire historique de la comptabilité publique, 1500-1850, Legay, Marie-Laure dir., Rennes, 2010, p. 35-40.

2 Bérenger, Jean, Finances et absolutisme autrichien dans la deuxième moitié du 17e siècle, Paris, 1974, p. 297-350 : les recettes reposent essentiellement sur les régalia, à savoir la monnaie, les mines, la taxe sur les Juifs, les gabelles et les douanes et péages, auxquelles il faut ajouter des expédients comme les monopoles consentis sur l’impression des jeux de carte et sur le tabac, et une vénalité des offices partielle puisque l’officier de finances a obligation de déposer une caution importante (Amtsdarlehen) et que ces offices, comme d’autres faveurs du reste, sont généralement obtenues grâce à des prêts préalables consentis auprès de l’empereur. Le reste des recettes est consentie par les états provinciaux au titre de la contribution, soit le fouage (Haussteuer), les aides, et les impôts exceptionnels, votés conjoncturellement comme l’impôt aidant à la guerre contre l’empire ottoman (Türkensteuer) à partir de 1530 et la capitation pour augmenter les effectifs militaires à partir de 1690.

3 Bérenger, Jean, Finances et absolutisme…, op. cit., p. 391. La noblesse représente le premier propriétaire foncier dans les archiduchés autrichiens, possédant près de 70 % des terres en Basse-Autriche pour l’année 1590 et 60 % en Haute-Autriche en 1750. 80 % de la population bohême se trouve ainsi sous autorité seigneuriale et les Liechtenstein et les Dietrichstein possèdent à eux seul un quart du margraviat de Moravie (Winkelbauer Thomas, « Krise der Aristokratie ? Zum Strukturwandel des Adels in den böhmischen und niederösterreichischen Ländern im 16. und 17. Jahrhundert », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung 100 (1992), p. 332 sqq.).

4 Orientations bibliographiques récentes: Sapper, Christian, « Die Zahlamtbücher im Hofkammerarchiv 1542-1825 », Mitteilungen des Österreichischen Staatsarchivs (1982), p. 404-454; Dickson, Peter Géorg, Finance und Government under Maria Theresia, 1740-1780, 2 vol. , Oxford, 1987; Hengerer, Mark, « Die Abrechnungsbücher des Hofzahlmeister (1542-1714) und die Zahlamtbücher (1542-1825) im Wiener Hofkammerarchiv », Pauser, Josef, Scheutz Martin et Winkelbauer Thomas dir., Quellenkunde der Habsburgermonarchie (16. – 18. Jahrhundert). Ein exemplarisches Handbuch, Vienne-Munich, 2004, p. 128-143; Winkelbauer, Thomas, « Nervus rerum Austriacum. Zur Finanzgeschichte der Habsburgermonarchie um 1700 », Mata, Petr et Winkelbauer, Thomas, Die Habsburgermonarchie 1620 bis 1740. Leistungen und Grenzen des Absolutismusparadigmas, Stuttgart, 2006, p. 179-215; Hengerer, Mark, « Herz der Hofkammer – haubt buech über das universum. Die Kaiserliche Hofbuchhaltung zwischen Transaktionsdokumentation und Staatsgestaltung (16. bis 18. Jahrhundert) », Fouquet, Gerhard, Hirschbegel, Jan et Paravicini, Werner dir., Hofwirtschaft – l’économie de la cour. Eine ökonomischer Blick auf Hof und Residenz in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Ostfildern, 2008, p. 191-240; Id. « Prozesse des Informierens in der habsburgischen Finanzverwaltung im 16. und 17. Jahrhundert » Brendecke, Arndt, Friedrich, Markus und Friedrich, Susanne dir., Information in der Frühen Neuzeit. Status, Bestände, Strategien, Berlin, 2008, p. 163-199. 

5 Kaiserlicher, Königlicher und Erzherzoglicher Staats- und Standeskalender, puis Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, enfin Hof-Schematismus, Vienne. Années consultées : 1702-1740.

6 Nous préférons utiliser l’adjectif « viennois » qu’impérial, car l’almanach s’attache essentiellement à couvrir l’administration présente dans la résidence impériale, plutôt qu’à l’échelle archiducale, de la monarchie, voire du Saint Empire. Si ces échelles s’entremêlent à Vienne, et en conséquence dans l’almanach comme en témoigne du reste le titre de l’almanach (Kaiserlicher, königlicher und erzherzoglicher…), ce dernier n’est pas une publication s’attachant spécifiquement à l’une d’entre-elles.

7 Sur les questions de communication et de secret d’État, voir notamment : Stolleis, Michael, « Arcana Imperii und Ratio Status. Bemerkungen zur politischen Theorie des frühen 17. Jahrhunderts », Staats und Staatsräson in der frühen Neuzeit. Studien zur Geschichte des öffentlichen Rechts, Stolleis M. dir., Francfort-sur-le-Main, 1990, p. 37-72; Gestrich, Andreas, Absolutismus und Öffentlichkeit. Politische Kommunikation in Deutschland zu Beginn des 18. Jahrhunderts, Göttingen, 1994, notamment p. 34-74; Hölscher, Lucian, Öffentlichkeit und Geheimnis. Eine begriffsgeschichtliche Untersuchung zur Entstehung der Öffentlichkeit in der frühen Neuzeit, Stuttgart, 1979.

8 Bauer, Volker, « Vom Hofkalender zum Staatshandbuch. Entwicklung einer Gattung im deutschen Reich im 18. Jahrhundert », Simpliciana 16 (1994), p. 187-207; Id., Repertorium territoriale Amstkalender und Amsthandbücher im Alten Reich. Adress-, Hof-, Staatskalender und Staatshandbücher des 18. Jh., 4 vol. , Francfort, 1997-2005.

9 Kaiserlich.-königlicher Hof und Ehrenskalender, Vienne, publié à partie de 1692.

10 Schwarzkopf, Joachim von, Ueber Staats- und Adress-Calender. Ein Beytrag zur Staatenkunde, Berlin, 1792, p. 25: « Ideal vor Augen, und folglich die Absicht, ein mit kurzen Anzeigen des Mechanismus der Landesverwaltung versehenes, systematisch geordnetes Namenverzeichnis von Personen, welche gegen den Staat in besonderer Verpflichtung stehen, unter öffentlicher Aufsicht abzufassen.»

11 Noël, Jean-François, Le Saint-Empire, Paris, 1993, p. 99 sq.

12 Pour la liste des états publiant un almanach ainsi que les périodes de parution et les lieux de conservation (en Allemagne) de ces almanachs, voir la somme incontournable de Volker Bauer : Repertorium territoriale Amstkalender…, op. cit.

13 Schwarzkopf, Joachim von, Ueber Staats- und Adress-Calender…, op. cit., p. 38-45 : I. Des Fürst A. Sein Hofstaat ; II. Civil Staat, 1. Weltlichen Standes A. Allgemeine Regierung-Anstalten, B. Speziell Regierung-Anstalten, C. Policey verfassung D. Lehnswesen, E. Camera und Finanzwesen: College - Aufseher und Einheber der Staatseinkünfte; F. Justizwesen; 2. Geistlichen Standes; III. Kriegs-Staat.

14 Topka, Rosine, Der Hofstaat Kaiser Karl VI., thèse dactyl., Vienne, 1954, p. 13.

15 Bauer, Volker, Repertorium territoriale Amstkalender…, op. cit.

16 Pour une synthèse : Bérenger, Jean, Histoire de la monarchie des Habsbourg, 1273-1918, Paris, Fayard, 1990, ch. XXXI.

17 Lebeau, Christine, « Les États de Basse-Autriche : une élite politique ? (1748-1791) », L’Europe des diètes au 17e siècle, Tollet, Daniel, éd., Paris, Sedes, 1996, p. 182.

18 En 1719 par exemple, toutes les présidences et vice-présidences des institutions collégiales sont occupées par des aristocrates de premier plan, de même qu’une partie des directions des services les plus en vue, tels celui des bâtiments impériaux ou les arsenaux. En revanche, les services plus techniques, tels les approvisionnements en sel ou victuailles, la navigation, la monnaie ou les comptabilités sont dirigés par des individus de plus faible extraction, au mieux de petite noblesse.

19 Bérenger, Jean, Finances et absolutisme…, op. cit., p. 375.

20 En 1736, un noble (Edler) est recensé.

21 Hassler, Eric, La cour de Vienne (1680-1740). Service de l'empereur et stratégies spatiales des élites nobiliaires dans la monarchie des Habsbourg, Strasbourg, Presses universitaires, 2013, p. 74.

22 Par exemple le conseiller Johann Franz Kleepaustch qui passe devant deux collègues, Johann Ignaz Köhler et Johann Paul Stärzer en 1740.

23 Johann Baptist Wiebmer (1704) devient Edler von Einbach (1719), Johann Peter von Stiegenbock prend en 1719 le prédicat de von Liebenstein, Wolf Franz Schickmayr celui de von Staindlbach en 1736.

24 D’une livraison de l’almanach à la suivante apparaissent de véritables dynasties : les Knorr, Schickmayr, von Rackenfels, Stärzer ou Wibmer notamment.

25 Lichtenberger, Elisabeth, Die Wiener Altstadt. Von der mittelalterlichen Bürgerstadt zur City, Vienne, 1977, appareil cartographique ; Hassler, Eric, La cour de Vienne…, op. cit., p. 121, 163.

26 Sur le système des quartiers: Spielman, John P., The City and the Crown. Vienna and the Imperial Court 1600-1740, West Lafayette, 1993.

27 1704 : 1 propriétaires sur 5 conseillers, 2 sur 13 officiers et aucun parmi les 5 copistes ; en 1719, on ne compte qu’un propriétaire, un officier surnuméraire, parmi tous les agents ; en 1740 un seul propriétaire également, copiste surnuméraire.

28 HC 1704 : Johann Baptist Wiebmer au palais Albrecht ; 1719 : Johann Baptist Obenaus au palais Rumerskirchen ; 1736 : Johann Adam von Heinz au palais Martinitz et Johann Paul Stärzer au palais Esterhazy.

29 Hassler, Eric, La cour de Vienne…, op. cit., p. 149.

30 HC 1704 : Johan Peter von Stiegenbock est ainsi logé au service du sel (Salzamt) à côté de l’église Saint-Ruprecht.

31 L’ouvrage de Wolf Helmard von Hohberg, Georgica curiosa oder Adeliges Land- und Feldleben, paru à Nuremberg en 1682, compte parmi les classiques de la littérature paternaliste et se retrouve dans maintes bibliothèques nobiliaires. Voir aussi: Kiesel, Helmut, « Bei Hof, bei Höll ». Untersuchungen zur literarischen Hofkritik von Sebastian Brant bis Friedrich Schiller, Tubingen, 1979, p. 129 sq.

32 Bauer, Volker, « Publicité des cours et almanachs d’État dans le Saint-Empire du xviiie siècle », Lebeau, Christine, L’espace du Saint-Empire du Moyen Âge à l’époque moderne, Strasbourg, 2003, p. 158-160 : ces almanachs peuvent notamment servir de présent diplomatique.

33 Schwarzkopf, Joachim, Ueber Staats- und Adress-Calender…, op. cit., p. 14.

34 Ibid., p. 11 : l’auteur propose une classification en quatre catégories, les almanachs à l’échelle européenne (allgemeinen europäischen Staatscalender), les almanachs d’État (special-Staatscalender) qui constituent la catégorie principale, les annuaires (Adressbücher), les almanachs spécialisés (Staatscalender fur einzelne Klassen von Beamten)

35 Ibid. p. 53.

36 Körbl, Hansdieter, Die Hofkammer und ihr ungetreuer Präsident. Eine Finanzbehörde zur Zeit Leopolds I., Vienne, 2009, p. 328-340.

37 Ibid, p. 374 sqq.

38 Le programme iconographique peint entre 1760 et 1761 par Gregorio Guglielmi, à la demande de l’impératrice-reine Marie-Thérèse, se subdivise en trois parties. Si les parties orientale et centrale évoquent respectivement la guerre et le bon gouvernement de l’Archimaison en recourant assez classiquement aux figures des vertus et aux allégories des différentes couronnes de la Monarchie des Habsbourg, la partie ouest glorifie de façon bien plus novatrice les bienfaits de la Concorde à travers les activités et productions économiques.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (désormais BNUS), cote : D.184.220.
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Crédits Source: Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, 1736, p. 50-51, BNUS, cote: D.184.220.
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2337/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2337/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits Source: Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, p. 48-49, 1736, BNUS, cote: D.184.220.
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2337/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Crédits Source: Kaiserlichen und Königlichen/wie auch Erz Herzoglichen/und dero Residenz-Stadt/Wien Staats und Stands Kalender, p. 39, 1736, BNUS, cote: D.184.220.
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2337/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2337/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2337/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Hassler, « Des usages publics de la Comptabilité de cour : publier les services de la comptabilité dans l’almanach de cour viennois (1702-1740) »Comptabilités [En ligne], 11 | 2019, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/2337

Haut de page

Auteur

Éric Hassler

Faculté des Sciences historiques/ARCHE EA 3400, Université de Strasbourg
eric.hassler@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals