Navigation – Plan du site

Église, notaires et propriété. Émergence et évolution des pratiques d’écriture du bureau d’écriture du chapitre cathédral d'Oviedo pour le contrôle, l'acquisition et l'exploitation du patrimoine du chapitre (xiiie-xve siècles)

Néstor Vigil Montes

Résumés

L'administration du chapitre cathédral d’Oviedo a dû contrôler les acquisitions de nouvelles propriétés, essentiellement par le mécanisme de la donation pro anima, ainsi que la mise en service de ce patrimoine à travers différents contrats de location. Afin de gérer le nombre croissant d'opérations, le bureau d’écriture du chapitre cathédral, comme beaucoup d'autres dans l’Occident médiéval, a dû recourir à toute une série d'instruments de plus en plus sophistiqués pour faciliter le travail des gestionnaires du patrimoine. Dans le présent travail, nous avons l'intention de montrer le fonctionnement et l’utilité de chacun de ces instruments, leur évolution, de l’unité vers la diversité, pour répondre à des besoins de plus en plus précis, ainsi que les interrelations entre les différents instruments qui constituent une véritable architecture documentaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cet article fait partie du projet de recherche Escritura, notariado y espacio urbano en la Corona d (...)
  • 2 Vigil Montes, Néstor, « Una nueva frontera para los estudios sobre los cabildos catedralicios en la (...)
  • 3 De Pascual, Marsilla, Reyes, Francisco, « En torno a la diplomática episcopal y capitular castellan (...)
  • 4 Pueyo Colomina, Pilar, « Documentos episcopales y capitulares : siglos XII-XV », dans Molina de la (...)
  • 5 Calleja Puerta, Miguel, « Libros para la administración. Estado de la cuestión y perspectivas de la (...)

1La diplomatique des chapitres cathédraux est une spécialité de cette discipline, toujours en évolution et aux nombreux questionnements2. Depuis que sa stagnation a été dénoncée dans l’historiographie espagnole des années quatre-vingt-dix3, de nombreuses recherches sont apparues, mais certains points sont encore ignorés4. L'un des problèmes pour cette spécialité de la diplomatique est l’évolution permanente des instruments construits pour répondre aux besoins économiques, un sujet de recherche d’un grand intérêt pour la diplomatique de la comptabilité et des documents économiques et financiers5.

2Pour apporter des éléments de clarification, nous allons effectuer une analyse de la manière dont le bureau d’écriture du chapitre cathédral d’Oviedo a fait face aux besoins de l'administration économique de son institution par la création d’instruments tels que les obituaires, les livres du chapitre, les livres d’anniversaires, les livres d’allocation des revenus. Cette création administrative et économique est suivie par l’étude d’une séquence historique, par l’examen de l'évolution des outils de gestion, par l’observation d’une tendance à la diversification et à la spécialisation des produits, et par l’'analyse du fonctionnement de chacun de ces livres pour en reconnaître les limites. Enfin, nous allons comparer l’exemple du chapitre d’Oviedo avec des chapitres déjà étudiés, ceux de Burgos, de León, de Saint-Jacques-de-Compostelle, de Salamanque ou de Séville.

1 – Émergence et unité des instruments de comptabilité du chapitre cathédral d’Oviedo : L’obituaire du chapitre, premier instrument de gestion économique du chapitre cathédral d’Oviedo (xiiie-xive siècles).

  • 6 Herrero Jiménez, Mauricio, Colección documental del Archivo de la Catedral de León X. Obituarios Me (...)
  • 7 Fábrega Grau, Ángel, « El obituario de la Catedral de Barcelona en el siglo xiii », Anuario de Estu (...)

3Parmi les nombreuses fonctions développées par les divers livres du chapitre cathédral, déjà bien étudiées6, la plus importante est le contrôle des paiements annuels des différents anniversaires et processions religieuses, inscrits dans l’obituaire. Ainsi, nous pouvons considérer les obituaires, et par extension, les livres du chapitre cathédral comme le premier instrument de gestion économique des chapitres cathédraux, comme Ángel Fábrega l’a souligné : « le caractère administratif a prévalu absolument sur la nature liturgique des premiers obituaires, de cette façon, les obituaires ont évolué en livres d’administration »7.

4Les livres du chapitre cathédral sont apparus entre les xiie et xive siècles, période qui coïncide avec la croissance du patrimoine des institutions religieuses ayant obtenu leur indépendance économique par rapport à leur évêque respectif. L’augmentation provient en grande partie des dons testamentaires de certains biens que les individus ont faits aux chapitres cathédraux pour obtenir en retour la célébration d’une messe annuelle d’anniversaire qui favoriserait le défunt dans sa vie après la mort. Les dons testamentaires ou donationes pro anima ont été utilisés pour que tous les membres de la société médiévale qui disposaient de ressources importantes, nobles, bourgeois et ecclésiastiques eux-mêmes, puissent convertir en biens spirituels leurs biens matériels.

  • 8 Beltrán Suárez, María Soledad, El cabildo de la catedral de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, 1986, (...)
  • 9 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 43. Rodríguez Villar, Víctor Manuel, Libro de regla (...)
  • 10 Beltrán Suárez, María Soledad, El cabildo de la catedral de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, 1986, (...)

5Pour sa part, le chapitre cathédral d’Oviedo a obtenu son indépendance économique par rapport à l’évêque d’Oviedo en vertu d’un privilège royal émis par Alfonso VI de Castille-et-León en 11068, et a dès ce moment-là détenu un instrument de contrôle des paiements annuels provenant des dons testamentaires soutenant la croissance de son patrimoine : il s’agit d’un martyrologe désormais manquant, dans lequel les morts et leurs testaments correspondant ont été annotés. Plus tard, au xiiie siècle, le bureau d’écriture du chapitre cathédral d’Oviedo a élaboré son premier livre du chapitre connu sous le nom de Kalendas I9, qui contient un obituaire et cherchait à répondre à la demande croissante des donationes pro anima enregistrées pour cette chronologie10.

6La fonction du Kalendas I, et par extension, de tous les obituaires du chapitre cathédral d’Oviedo et de toutes les institutions religieuses, est d’organiser dans un calendrier les différentes obligations de culte de chaque jour de l’année avec en regard les revenus des biens donnés à cette fin. Ainsi, les chanoines pourraient facilement se rappeler de leurs obligations de culte et connaître le bénéfice obtenu pour cette célébration des anniversaires et des processions.

7En même temps, l’obituaire a été utilisé pour une autre fonction, celle du contrôle de l'exploitation du patrimoine du chapitre cathédral. C’est parce que les scribes du chapitre ont non seulement enregistré l’identification des biens dont les revenus étaient destinés à chaque obligation de culte et le montant monétaire du revenu annuel correspondant, mais également le nom du responsable du paiement du revenu annuel et des garants qui l’ont soutenu contre un éventuel défaut. De plus, les scribes du chapitre ont procédé à la mise à jour des données de l’obituaire une fois que l'usufruitier de la propriété en question a changé, et à cette fin ont rayé les données qui ne sont plus valides et mis par écrit les nouveaux éléments.

Tableau 1. Entrée d’un anniversaire dans le kalendas ii

  • 11 Lemaître, Jean-Loup, « Un livre vivant, l’obituaire », dans Glenisson, Jean, Le livre au Moyen Âge, (...)
  • 12 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Mss. 44 y 45.
  • 13 Rodríguez Villar, Víctor Manuel, Libro de Regla de Cabildo (Kalendas I), Oviedo, 2001, p. 35-36.

8L’obituaire du Kalendas I a été un important instrument de gestion du patrimoine du chapitre cathédral d’Oviedo, document d’une très grande valeur en raison sa constante actualisation avec les données de nouveaux anniversaires et les modifications ultérieures. Ce phénomène, propre aux obituaires, a été étudié par Jean-Loup Lemaître qui a défini ces instruments comme « livres vivants »11. Paradoxalement, le principal avantage du Kalendas I était aussi son principal problème, car il est devenu progressivement trop petit par rapport à l’augmentation du nombre d’anniversaires au chapitre cathédral d’Oviedo. Par conséquent, les scribes du chapitre ont dû commencer la rédaction d’un nouveau livre de chapitre à la fin du xiiie siècle, le Kalendas II12. Le transfert des données de l’obituaire du Kalendas I à l’obituaire du Kalendas II a été ordonné par le chapitre cathédral d’Oviedo en 1317, marquant ainsi la fin de l’utilisation régulière du Kalendas I, considéré à partir de ce moment comme la riegla viella ou le vieux livre du chapitre, par opposition au Kalendas II, alors connu sous le nom de riegla nueva ou nouveau livre du chapitre13.

9Le Kalendas II est un livre du chapitre divisé en deux volumes, un pour chaque moitié de l'année. Il a été conçu pour fournir davantage d’espace aux données à enregistrer dans l’obituaire. Ainsi, les scribes ont réussi à réserver une page complète au sein du codex pour chaque jour spécifique de l'année, ce qui ne pouvait bien entendu pas être réalisé dans le Kalendas I. Toutefois, cette pratique de garder une page pour chaque jour a été inefficace parce que les obligations de culte et les annotations ont eu tendance à se concentrer sur certains jours de l'année, au moment des principales fêtes religieuses, alors que les pages destinées aux autres jours ne comportaient guère d'annotations. En conséquence, nous pouvons observer un énorme contraste entre d’une part certaines pages chaotiques couvertes d’annotations et de ratures dans tous les espaces disponibles, et d’autre part quelques pages quasiment vides ou qui ont été utilisées pour compléter le contenu de la page voisine avec l’utilisation d’appels sous la forme d'astérisques.

Tableau 2. Deux pages du kalendas ii. Une première page complétée correspondant à une festivité importante et une autre page plus vide qui est remplie avec des informations correspondant à la page précédente

  • 14 Beltrán Suárez, María Soledad, El cabildo de la catedral de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, 1986, (...)

10En conclusion, l’organisation du deuxième obituaire n’a pas été plus performante que celle du premier volume, puisque le volume a souffert du même problème de manque de place. Cependant, même si le xive siècle a été une période de crise économique et de diminution notable des dons testamentaires en faveur du chapitre cathédral d’Oviedo, le Kalendas II demeure un instrument précieux et utile tout au long du xive siècle14.

2 – Évolution et diversité des instruments de comptabilité au chapitre cathédral d’Oviedo : L’apparition de livres d’administration économique (xve siècle).

11La situation économique du chapitre cathédral d’Oviedo a changé au xve siècle, à partir du moment où le chapitre est passé de collecteur de biens à administrateur de son patrimoine accumulé au cours des trois siècles précédents. Il faut toutefois souligner que malgré la reprise économique et une augmentation des dons testamentaires en faveur des institutions religieuses, est apparue la concurrence des confréries qui ont capté une partie des dons qui étaient auparavant destinés au chapitre cathédral. D’autre part, le chapitre a mieux géré son imposant patrimoine, exploitant les terres abandonnées, champs stériles, puis reconstruisant les moulins en ruine et les maisons abandonnées ; de sorte que les revenus dérivés de son exploitation étaient à nouveau intéressants.

12L’instrument fondamental de la politique de perception des rentes du chapitre cathédral dans cette étape de récupération a été le contrat appelé foro (bail emphytéotique), une cession d'usufruit des biens à long terme (à vie, deux ou trois vies, ou perpétuel) et un faible revenu qui a forcé les destinataires à les promouvoir en prenant soin de cultures à long terme ou de la construction de bâtiments. Ces contrats pouvaient être vendus par les destinataires à un tiers avec la permission du chapitre au travers d’un contrat nommé renuncia (renonciation) pour lequel nous avons la preuve de l'opération, mais pas les informations sur les contreparties payées par le nouvel usufruitier au précèdent et au chapitre cathédral. Cette possibilité de vente des contrats de cession d'usufruit a stimulé la spéculation sur les droits d’exploitation des biens du chapitre qui sont devenus une monnaie d’échange entre ecclésiastiques, nobles, bourgeois et paysans riches.

13L’obituaire qui jusque-là a été l’instrument de contrôle des changements dans l’exploitation du patrimoine du chapitre, n’a pas été le meilleur outil pour cette administration. La disposition de l’information destinée au contrôle des obligations de culte se trouvait inadaptée. En outre, l’obituaire, de par sa nature, contenait seulement des informations sur les biens des anniversaires, de sorte que ceux qui appartenaient à la ración mayor (ration principale) n'apparaissaient pas. Cette insuffisance était particulièrement évidente dans une période de multiplication des changements des droits d'exploitation des biens du chapitre.

  • 15 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen sin seriar, Libro 293, Remates de Rentas (1451-1 (...)
  • 16 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen seriado, Libro Maestro de todos los pergaminos y (...)
  • 17 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen sin seriar, Libro 294, Remates de Rentas (1486-1 (...)

14Par conséquent, le bureau d’écriture a créé un nouvel instrument qui a été appelé libros de remates de rentas (livres d'allocation des revenus) dont le but principal était d'enregistrer tous les biens du chapitre mis en exploitation et les différents changements dans les droits d’exploitation. Le premier livre d'allocation des revenus du chapitre cathédral d’Oviedo15 est apparu en 1448 et la dernière entrée d'une nouvelle propriété est datée de 1459, bien que la dernière modification ait été introduite en 1478. Une fois que le premier livre a été terminé en 1459, le bureau d’écriture a commencé un deuxième livre d'allocation des revenus du chapitre cathédral d’Oviedo qui n'est pas conservé mais qui est mentionné dans un inventaire du xviiie siècle16. Finalement, le seconde livre a été remplacé par un troisième livre en 148417, le dernier du xve siècle, mais pas l’ultime de l'institution, puisque d’autres ont continué à être produits à l’époque Moderne.

15Tous les contrats de cession des droits d’exploitation des biens accordés directement par le chapitre ont été inscrits dans le livre d'allocation des revenus qui était utilisé alors, le premier contrat sur un bien occupant le début d'une nouvelle page tandis que l'espace vide restant étant réservé pour les mises à jour ultérieures. C'est une révolution par rapport aux obituaires, non seulement parce que le livre d'allocation des revenus offre un plus grand espace pour des données strictement économiques, mais aussi parce qu’il change totalement l’ordre de distribution des contrats dans le livre : ces derniers ne sont pas placés selon la date de paiement, mais dépendent de la date du premier mouvement produit dans la chronologie du livre.

Tableau 3. Organisation de l’information dans le livre d’allocation des revenus

16En outre, l'information contenue dans les livres d'allocation des revenus était plus complète que dans les obituaires. Contrairement à ceux-ci, les annotations des livres d'allocation des revenus contiennent des détails sur l'emplacement des biens comme ses limites, les dates des contrats initiaux et ses modifications, ainsi que la signature des différents garants comme moyen d'assurer le revenu en cas d’un éventuel défaut du locataire. Par conséquent, nous considérons que les livres d'allocation des revenus étaient l’instrument principal pour la vérification rapide de l’état des droits d’exploitation des propriétés du chapitre cathédrale d’Oviedo, une tâche précédemment réservée aux obituaires des livres du chapitre.

  • 18 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 5.
  • 19 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 41.

17Toutefois, les livres d’allocation des revenus n'ont pas été conçus pour remplacer les obituaires car les scribes n’y ont pas écrit la date à laquelle les anniversaires du défunt devaient être célébrés, et ils n'ont pas été distribués sous la forme d’un calendrier pour organiser la célébration des anniversaires. À partir de la seconde moitié du xve siècle le livre du chapitre cathédral d’Oviedo, nommé Kalendas II, n’a pas été mis à jour ni remplacé par un Kalendas III, bien que les anniversaires soient encore célébrés. La raison en est simple : les scribes du bureau d’écriture du chapitre cathédral d’Oviedo ont créé un nouvel instrument pour contrôler les anniversaires, le livre des anniversaires, qui remplaçait l’obituaire. Le premier livre des anniversaires dont la date initiale est 1449, est simplement connu sous le nom de Libro de aniversaria (livre des anniversaires)18, et plus tard, en 1492, les scribes ont commencé une nouvelle rédaction plus solennelle, qui est connue sous le nom erroné de Libro viejo de aniversarias (Livre vieux des anniversaires)19.

18Contrairement aux précédents documents étudiés, les annotations des livres des anniversaires ont été organisées non plus par jour mais par mois. De plus, les processions, élément fixe, et les anniversaires, facteur variable qui donne à ces livres le statut de « livres vivants », ont été séparés. Enfin, l’information touchant les garants des droits d’exploitation des biens du chapitre n’est pas écrite, et ce dernier élément nous dit que les livres des anniversaires ne remplissaient plus cette fonction de contrôle des droits d’exploitation des propriétés : ils étaient uniquement destinés à l'organisation du culte capitulaire.

Tableau 4. Organisation de l’information dans le livre des anniversaires

19Par conséquent, les livres d’allocation des revenus et les livres des anniversaires sont deux types documentaires complémentaires ayant une même origine, les obituaires des livres du chapitre cathédral, et chacun d'eux remplit une des fonctions précédemment assignées aux obituaires. De cette façon, tous les droits d’exploitation des anniversaires sont enregistrés dans les deux livres : les livres d’allocation des revenus pour administrer leur usufruit, et les livres d’anniversaires pour gérer leur célébration et le paiement aux chanoines.

3 – L’architecture documentaire du bureau d’écriture du chapitre cathédral d’Oviedo au xve siècle, un exemple de l’interrelation entre ses instruments.

20La création de nombreux instruments spécialisés au sein du bureau d’écriture du chapitre à la fin du xve siècle signifiait la création d'une architecture documentaire. Nous entendons par architecture documentaire d'un organe émetteur de documents, l'organigramme ou schéma des différentes typologies documentaires qui sont élaborées dans le but de remplir différentes fonctions et les interrelations existant entre ces typologies qui permettent d’avoir la même information dans les différents formats. L'architecture documentaire est le reflet de la stratégie documentaire de cet organe émetteur de documents pour satisfaire les besoins d'écriture de l'institution pour laquelle il a travaillé. Au milieu du xve siècle, le chapitre cathédral d’Oviedo disposait d'un instrument pour enregistrer les sessions capitulaires comme les actas capitulares (livre des délibérations), des instruments pour l’expédition des documents comme les registres ou les actes, et des instruments économiques comme les libros de remates de rentas (livres d’allocation des revenus) et les livres des anniversaires déjà mentionnés.

Tableau 5. Schéma de l’architecture documentaire du bureau d’écritures du chapitre cathédral d’Oviedo au xve siècle

  • 20 Vigil Montes, Néstor, «La práctica registradora de los notarios eclesiásticos de la Catedral de Ovi (...)

21Les meilleurs exemples d'interrelation dans l’architecture documentaire sont les contrats de typologie juridique de foro (bail emphytéotique) affectant un bien du chapitre soumis à un anniversaire. De fait, ils apparaissent dans tous les instruments, y compris dans les livres économiques que nous avons analysés. Quand un anniversaire était créé pour honorer la mémoire d'un défunt, le chapitre cathédral recevait en compensation une propriété rapidement mise en exploitation, les droits d’exploitation pouvant être mis aux enchères parmi les membres du chapitre ou être transférés directement à une personne privée. Les deux opérations devaient toutefois être approuvées lors de la session collégiale de l’institution, puis consignées dans le livre des délibérations du chapitre cathédral. Ces livres des délibérations contenaient ainsi une petite note qui, en principe, était la trace de ce qui avait été convenu dans l'assemblée de manière informelle, de sorte que le contrat devait être délivré en forme d’acte public avec le signe d’un notaire du bureau d’écriture. Parfois, les notaires ont annoté la délivrance des documents dans un registre, bien que nous ayons la preuve que les livres de délibérations pouvaient remplir la fonction d'enregistrement : nous pouvons le voir à travers des marques d’expédition qui apparaissent dans ces livres20. En outre, certaines parties du contenu de ces contrats ont été notées dans les livres de gestion économique, c'est-à-dire, les libros de remates de rentas (livres d’allocation des revenus) et les livres des anniversaires. Une fois que le nouveau contrat était inséré dans le livre de délibérations, son contenu était copié dans les livres d’allocation des revenus afin de contrôler les droits d’exploitation et dans les livres d’anniversaires pour gérer leur célébration et le paiement aux chanoines. Les scribes du chapitre laissaient avec constance une marque dans le livre de délibérations de la copie dans le livre d’allocation des revenus. Par conséquent, l’information d’un contrat de foro (bail emphytéotique) qui a affecté un bien du chapitre soumis à un anniversaire, peut être copiée de diverses manières, se retrouvant potentiellement dans cinq instruments aux fonctions différentes.

  • 21 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen seriado, Caja de cuadernos de acuerdos capitular (...)
  • 22 Archivo Histórico Nacioanl, Sección Códices y Cartularios, L.1449B, 51v.
  • 23 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen sin seriar, Libro 293, Remates de Rentas (1448-1 (...)
  • 24 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 5, Libro de Aniversarias, 138r.

22L'affaire qui a été écrite dans le plus grand nombre d'instruments (quatre) a été la renonciation que Bueso Suárez de Solís a faite en faveur de Alonso Estébanez de las Alas sur le contrat de foro (bail emphytéotique) d’une maison à Oviedo qui était soumise à l’anniversaire du chanoine Álvar González. Ce contrat de renonciation fut approuvé par le chapitre cathédral d’Oviedo le 5 août 1450, et noté dans le livre de délibérations correspondant21, puis délivré en forme d’acte public22 à partir d’un registre non conservé. Les scribes du chapitre ont laissé avec constance une marque dans le livre de délibérations de la copie des livres d’allocation des revenus, une copie qui apparaît dans le premier livre d’allocation des revenus23. Finalement la note correspondant au changement du locataire de l’anniversaire est dans les pages correspondant au mois de juin du premier livre d’anniversaires24.

Tableau 6. Développement d’un même contrat dans l'architecture documentaire du bureau d’écritures du chapitre cathédral d’Oviedo

4 – Conclusion

23Tout au long des derniers siècles du Moyen Âge, le bureau d’écriture du chapitre cathédral d’Oviedo est passé de la simplicité d’un seul livre de nature éclectique, le livre du chapitre, à la complexité d’une architecture documentaire mise en œuvre et constituée à partir de plusieurs instruments spécialisés répondant aux divers besoins de l’institution. La gestion économique du chapitre était à l'origine couverte par le livre du chapitre, puis elle a été gérée par deux instruments différents, les livres d’allocation des revenus et les livres des anniversaires, c’est-à-dire, les livres de revenus et les livres de dépenses.

24La modernisation et la spécialisation des instruments économiques du bureau d’écriture du chapitre cathédral d’Oviedo sont imposées par le développement historique de l'administration patrimoniale de l’institution capitulaire, qui est la principale raison de son existence. Ce n'est pas par hasard qu’à la sortie de crise de la fin du Moyen Âge, il y eut des évolutions au sein du bureau d’écriture. Les mouvements en matière de gestion patrimoniale passaient d’une stagnation léthargique à une vague de spéculation, générant ainsi le besoin d’avoir des instruments plus efficaces qui leur permettaient de gérer et de tirer parti de la nouvelle situation.

  • 25 Ramos Merino, Juan Luis, Iglesia y notariado en la Castilla Bajomedieval, la catedral de Burgos (13 (...)

25Nous ne pouvons pas prétendre que le bureau d’écriture du chapitre cathédral d’Oviedo a été le pionnier dans le développement des livres économiques, puisqu'ils étaient déjà apparus deux siècles auparavant, lors de l’apogée économique du xiiie siècle, dans de puissantes églises castillanes telles que Burgos, Saint-Jacques-de-Compostelle Salamanque et Séville25. Il est plus probable que les chanoines de l’Église d’Oviedo ont mis en œuvre les nouveautés en raison de l'influence des pratiques du chapitre cathédral de León, avec lequel ils avaient une relation spéciale durant cette période.

  • 26 Serna Serna, Sonia, Los obituarios de la Catedral de Burgos (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa (...)
  • 27 Herrero Jiménez, Mauricio, Colección documental del Archivo de la Catedral de León X. Obituarios Me (...)
  • 28 Fernández Alonso, Agapito, y Fernández del Pozo, José María, Colección documental de la Catedral de (...)

26Cependant, le fait que l'exemple du chapitre cathédral d’Oviedo soit un cas ultérieur, nous permet d'observer plus précisément que les précédents la complexité administrative, notamment le rôle important du livre du chapitre dans la gestion économique, question qui dans le cas de Burgos n’est pas perceptible en raison de l’existence d'autres instruments de gestion économique26. La situation d'Oviedo partage plus de similitudes avec celle de León : les obituaires des livres du chapitre cathédral de León contiennent aussi à partir du xive siècle des informations sur les montants, les locataires, ainsi que les jours pour satisfaire les paiements et les garants ; ils peuvent donc aussi être considérés comme des livres de gestion économique. Ces livres du chapitre cathédral de León sont le codex 18, en vigueur tout au long du xive siècle, et le codex 28, dont la dernière note a été écrite en 1455. Par la suite, les scribes du bureau d’écriture de León ont commencé à élaborer des instruments économiques plus sophistiqués comme les livres des comptes avec les données des revenus des anniversaires27 et d’autres éléments tels que la ration principale ou la ration des heures, qui a fait son apparition en 1434 et maintenu une régularité annuelle28.

27Nous espérons que cette analyse pourra être utile pour pouvoir poursuivre des études dans les domaines de la diplomatique des chapitres cathédraux et de la diplomatique de la comptabilité. La réalisation de nouvelles études sur la situation des autres chapitres cathédraux pourra aider à dresser le panorama des solutions différentes élaborées par les chapitres cathédraux face à des problèmes similaires.

Haut de page

Notes

1 Cet article fait partie du projet de recherche Escritura, notariado y espacio urbano en la Corona de Castilla y Portugal (siglos XII-XVII) financé par Ministerio de Economía y Competitividad de España (HAR2015-63676-P)

Milagros Cárcel Ortí, Maria (éd.), Vocabulaire international de la diplomatique, 2. éd., Valéncia 1997 (Collecció Oberta), p. 70, n. 269 (partie IV L’élaboration des actes, A. Les chancelleries et bureau d’écriture) version online consultée le 26 juillet 2018 (http://www.cei.lmu.de/VID/). Un bureau d’écriture ou service des écritures est un organe chargé de l'expédition des actes de l'autorité dont il dépend. Cette tâche a souvent été assumée dans l'Occident médiéval par un ou plusieurs clercs de la chapelle seigneuriale, de l'entourage du seigneur ou d'un établissement ecclésiastique. De tels services ont ensuite été établis ou se sont développés auprès des diverses institutions administratives et judiciaires, centrales et locales.

2 Vigil Montes, Néstor, « Una nueva frontera para los estudios sobre los cabildos catedralicios en la Edad Media: el desarrollo de la Diplomática capitular », Medievalismo, 22, 2012, p. 239-254

3 De Pascual, Marsilla, Reyes, Francisco, « En torno a la diplomática episcopal y capitular castellana bajomedieval », Miscelánea Medieval Murciana, XIX-XX, 1995-1996, p. 153-172.

4 Pueyo Colomina, Pilar, « Documentos episcopales y capitulares : siglos XII-XV », dans Molina de la Torre, Francisco Javier ; Ruiz Albi, Irene, et Herrero de la Fuente, Marta (eds.), Lugares de escritura : la catedral, Valladolid, 2014, p. 513-524. Vigil Montes, Néstor, « Una nueva frontera para los estudios sobre los cabildos catedralicios en la Edad Media: el desarrollo de la Diplomática capitular », Medievalismo, 22, 2012, p. 239-254.

5 Calleja Puerta, Miguel, « Libros para la administración. Estado de la cuestión y perspectivas de la investigación », dans Munita Loinaz, José Antonio, et Lema Pueyo, José Ángel (eds.), La escritura de la memoria : libros para la administración, Bilbao, 2012, p. 17-39.

6 Herrero Jiménez, Mauricio, Colección documental del Archivo de la Catedral de León X. Obituarios Medievales (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa 56), León, 1994. Rodríguez Villar, Víctor Manuel, Libro de Regla de Cabildo (Kalendas I), Oviedo, 2001. Serna Serna, Sonia, Los obituarios de la Catedral de Burgos (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa 123), León, 2008.

7 Fábrega Grau, Ángel, « El obituario de la Catedral de Barcelona en el siglo xiii », Anuario de Estudios Medievales, 18, 1988, p. 197.

8 Beltrán Suárez, María Soledad, El cabildo de la catedral de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, 1986, p. 171–183.

9 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 43. Rodríguez Villar, Víctor Manuel, Libro de regla del cabildo (Kalendas I). Estudio y edición del manuscrito nº43 de la Catedral de Oviedo, Oviedo, 2001.

10 Beltrán Suárez, María Soledad, El cabildo de la catedral de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, 1986, p. 191-202.

11 Lemaître, Jean-Loup, « Un livre vivant, l’obituaire », dans Glenisson, Jean, Le livre au Moyen Âge, París, 1988, p. 92-94.

12 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Mss. 44 y 45.

13 Rodríguez Villar, Víctor Manuel, Libro de Regla de Cabildo (Kalendas I), Oviedo, 2001, p. 35-36.

14 Beltrán Suárez, María Soledad, El cabildo de la catedral de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, 1986, p. 191-202.

15 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen sin seriar, Libro 293, Remates de Rentas (1451-1456). Étudie dans Vigil Montes, Néstor, « Estudio diplomático del primer libro de rentas en la Iglesia de Oviedo (1448-1459) », dans Munita Loinza, José Antonio, et Lema Pueto, José Ángel (eds.), La escritura de la memoria: libros para la administración, Bilbao, 2012, p. 163-174.

16 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen seriado, Libro Maestro de todos los pergaminos y papeles que se hallan en el Archivo de la Santa Iglesia de Oviedo, Tomo 1, p. 443.

17 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen sin seriar, Libro 294, Remates de Rentas (1486-1494).

18 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 5.

19 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 41.

20 Vigil Montes, Néstor, «La práctica registradora de los notarios eclesiásticos de la Catedral de Oviedo en la baja edad media”, dans Cantarell Barella, Elena, y Comas Vía, Mireia (Eds.), La escritura de la memoria: los registros, Barcelone, 2011, p. 217-219.

21 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen seriado, Caja de cuadernos de acuerdos capitulares, letra A, cuaderno 4 (1450-1452), 2v.

22 Archivo Histórico Nacioanl, Sección Códices y Cartularios, L.1449B, 51v.

23 Archivo de la Catedral de Oviedo, Papel en volumen sin seriar, Libro 293, Remates de Rentas (1448-1459), 52r.

24 Archivo de la Catedral de Oviedo, Códices, Ms. 5, Libro de Aniversarias, 138r.

25 Ramos Merino, Juan Luis, Iglesia y notariado en la Castilla Bajomedieval, la catedral de Burgos (1315-1492), Madrid, 2012, p. 252-253. Vázquez Bertomeu, Mercedes, Notarios, Notarías y documentos en Santiago y su tierra en el siglo XV, Sada (La Corogne), 2001, p. 147-154. Riesco Terrrero, Ángel, « El archivo de la catedral de Salamanca, datos para su historia », Anales de la Universidad de Alicante, historia medieval, 3, 1984, p. 295. Belmonte Fernández, Diego, « Libros administrativos y auctoritas notarial en la catedral de Sevilla », dans Piñol Alabart, Daniel (ed.). La auctoritas del notario en la sociedad medieval, nominación y prácticas, Barcelone, 2015, p. 11-26. Belmonte Fernández, Diego, « Libros de mayordomos en la catedral de Sevilla : aspectos materiales y propuesta de clasificación », Gazette du livre médiéval, 62, 2016, p. 62-80.

26 Serna Serna, Sonia, Los obituarios de la Catedral de Burgos (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa 123), León, 2008.

27 Herrero Jiménez, Mauricio, Colección documental del Archivo de la Catedral de León X. Obituarios Medievales (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa 56), León, 1994, p. 7-8, 54-55, 186 et 273.

28 Fernández Alonso, Agapito, y Fernández del Pozo, José María, Colección documental de la Catedral de León XIV : Expedientes de limpieza de sangre de los capitulares de la catedral de León (1552-1851) – Libros de cuentas (siglos xv- xv) (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa 75), León, 2000, p. 303-307.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Néstor Vigil Montes, « Église, notaires et propriété. Émergence et évolution des pratiques d’écriture du bureau d’écriture du chapitre cathédral d'Oviedo pour le contrôle, l'acquisition et l'exploitation du patrimoine du chapitre (xiiie-xve siècles) », Comptabilités [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/2842

Haut de page

Auteur

Néstor Vigil Montes

Dpto. Prehistoria, Arqueología, Historia Antigua, Historia Medieval y Ciencias y Técnicas Historiográficas. Facultad de Letras. Universidad de Murcia
Vigilnestor@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals