Navigation – Plan du site

Résumés

La comptabilité des institutions ecclésiastiques médiévales est-elle similaire à celle des chambres des comptes, institutions municipales, princières, et autres instances laïques médiévales chargées d’administrer des revenus ? Les techniques et la rhétorique comptable sont-elles maîtrisées par les religieux qui les administrent ? À travers l’exemple de la comptabilité de la cathédrale de Barcelone au bas Moyen Âge, il s’agit, dans ces lignes, de souligner comment des pratiques comptables ecclésiastiques s’étoffent au cours du bas Moyen Âge. Malgré cela, les registres de comptes capitulaires barcelonais se caractérisent par un certain flou, tant dans leur tenue que dans leur nature, mais les imprécisions et les lacunes de ces séries comptables, loin d’être le symptôme d’un manque de compétence, révèlent l’emploi d’une subtile rhétorique comptable qui témoigne de la maîtrise du langage de la comptabilité par les chanoines, comme le montre l’exemple des registres de la Mense capitulaire barcelonaise à l’extrême fin du xve siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Chiffoleau, Jacques, « Pour une économie de l'institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge », Mélan (...)
  • 2 Voir la synthèse sur les développements récents de l’historiographie portant sur l’analyse du docum (...)

1« Les spécialistes d'histoire économique utilisent encore très souvent – pour ne pas dire exclusivement dans certains cas – des sources d'origines cléricales […]. Mais en général ils utilisent ces séries documentaires comme des indicateurs économiques neutres, sans se poser de question sur leurs fonctions spécifiques dans le système religieux »1, relevait en 1984 Jacques Chiffoleau. Cette remarque, qui appelait à prendre en compte la corrélation entre les dynamiques économiques des établissements religieux médiévaux et leurs fonctions spirituelles, rappelle surtout la spécificité des comptes ecclésiastiques. Le rapport à l’argent, à la rentabilité, à la richesse, y est par définition tout à fait spécifique : l’Église n’est pas censée dégager de bénéfices, son temporel est supposé viser sa subsistance. La comptabilité des institutions ecclésiastiques est-elle alors similaire à celle des chambres des comptes, institutions municipales, princières, et autres instances laïques médiévales chargées d’administrer des revenus ? Bien souvent, les administrateurs des établissements ecclésiastiques sont eux-mêmes des religieux et non des hommes formés aux affaires. L’écriture des comptes est-elle perçue et mise en œuvre de la même façon par ces administrateurs ecclésiastiques et par leurs homologues laïcs ? Les techniques et la rhétorique comptable sont-elles maîtrisées par ces individus, qui n’ont pas reçu de formation professionnelle en la matière ? La subtilité des techniques comptables, aujourd’hui bien explorée par l’historiographie dans le cadre laïque2, imprègne-t-elle un monde ecclésiastique qui condamne l’usure et porte, bien souvent, un discours restrictif sur les manœuvres économiques ?

  • 3 Nous renvoyons aux différents volumes des Fasti Ecclesiae Gallicanae pour indiquer que toutes les c (...)

2Les comptes des cathédrales s’avèrent précieux pour répondre à ces interrogations. Siège de l’évêque, plus haut échelon de la hiérarchie ecclésiastique locale, la cathédrale médiévale doit généralement administrer un riche temporel en même temps qu’elle gère la discipline dans son diocèse. Néanmoins, au-delà de ses fonctions religieuses, une cathédrale constitue aussi, dans la pratique, un véritable centre administratif3, chargé de superviser les offices religieux qui y sont célébrés, de gérer son temporel et de veiller à son propre fonctionnement, lequel implique au quotidien un grand nombre d’individus : chanoines, détenteurs de bénéfices, personnel desservant, ou encore laïcs impliqués dans les différentes transactions. Par conséquent, analyser les pratiques d’un tel établissement implique de prendre en compte le double horizon culturel de ses membres : d’une part, le monde ecclésiastique, fait de carrières parfois internationales, de formation théologique, de fonctions cumulées entre divers établissements religieux parfois éloignés dans l’espace ; de l’autre, le cadre géographique local dans lequel évoluent au jour le jour les membres de l’établissement. Cette position, à la croisée de deux sphères d’influences culturelles, dote-t-elle les pratiques comptables ecclésiastiques d’une forme de spécificité ? Chaque établissement religieux crée-t-il ses propres pratiques ? L’enjeu de ces questionnements ne se limite pas à comprendre les pratiques comptables des religieux : il permet également de saisir le rapport de l’Église aux stratégies économiques, non pas d’un point de vue théologique et théorique, mais dans la pratique quotidienne.

  • 4 Conesa Soriano, Julia, « La puissance des institutions ecclésiastiques dans les critères de hiérarc (...)
  • 5 L’ampleur et la richesse de la documentation catalane médiévale sont fréquemment célébrées par l’hi (...)

3Le cas de la cathédrale de Barcelone, principale cité de Catalogne, alors territoire de la Couronne d’Aragon, permet d’apporter un éclairage à ces questionnements. À bien des égards, la cathédrale barcelonaise se pose en effet comme la plus importante du Principat de Catalogne, que l’on considère ses effectifs ou le rayonnement politique de ses membres4. En outre, la documentation émise par le chapitre cathédral barcelonais au long des xive et xve siècles est particulièrement profuse et la plus grande partie de ces sources concerne l’administration du temporel de la cathédrale, notamment à travers toute une série de « livres d’administrations », de « livres de comptes » et autres registres qui relèvent de la pratique comptable. Malgré l’abondance proverbiale de la documentation médiévale catalane5 et à la différence de la Castille voisine, l’Église catalane est pourtant encore largement laissée dans l’ombre par l’historiographie et le Principat ne dispose pas, comme pour les espaces castillan et français qui l’entourent, d’abondantes monographies sur les diverses cathédrales.

4Il s’agira, dans ces lignes, de prendre la mesure de ces pratiques comptables, en soulignant comment elles s’étoffent au cours du bas Moyen Âge (I). Les registres de comptes produits par la cathédrale de Barcelone, néanmoins, se caractérisent par un certain flou, tant dans leur tenue que dans leur nature (II). Les imprécisions et les lacunes de ces séries comptables, cependant, loin d’être le symptôme d’un manque de compétence, révèlent l’emploi une subtile rhétorique comptable qui témoigne de la maîtrise du langage de la comptabilité par les chanoines (III).

1. La mise en place d’une structure comptable (milieu du xive siècle-fin du xve siècle)

1.1 Les comptes, reflets d’une structure administrative morcelée

  • 6 Pour plus de détail sur cette organisation, voir notre thèse de doctorat : Conesa Soriano, Julia, E (...)

5À Barcelone, « la cathédrale » doit moins se concevoir comme une entité unique, centralisée et faisant l'objet d'une gestion rationalisée, que comme un assemblage d'administrations distinctes, disposant d'attributions variées et impliquant des hommes aux statuts divers. Les registres de délibération du chapitre en témoignent. Jamais, dans les sources internes, la cathédrale n'est pensée comme une entité unique. Jamais une décision, une mesure, ne s'applique à « la cathédrale » dans son ensemble. Au contraire, ses fonctions se déclinent en ce que l’on pourrait appeler des « administrations » spécialisées, quasiment autonomes les unes des autres, et soumises au contrôle du chapitre cathédral qui délègue, régulièrement, des auditeurs de comptes pour les contrôler : la Mense capitulaire, les douze « pabordies » chargées d’administrer les prébendes, la Fabrique, les Anniversaires, les multiples bénéfices, diverses administrations mineures (sacristie, luminaire, etc.) et la riche Pia Almoina, institution charitable placée sous le contrôle de la cathédrale6.

  • 7 Ibidem.

6Chacune de ces administrations constitue une personne morale, dispose de ses propres terres, de ses propres rentes et de son propre système de gestion. Chacune nous a laissé ses propres séries comptables. Leurs livres d’administration ne sont pas harmonisés et leurs pratiques gestionnaires ne sont pas concertées. Les sources de revenus de ces administrations sont pourtant similaires – essentiellement des rentes sur des terres au travers de baux emphytéotiques et, dans certains cas, des rentes rachetables ou des donations7 – mais leur gestion et leur situation économique diffèrent de l’une à l’autre.

  • 8 Les statuts capitulaires, souvent mobilisés dans les monographies sur les chapitres afin d’en compr (...)
  • 9 À titre de comparaison, voir le fonctionnement de la cathédrale à l’époque moderne : Fàbrega i Grau (...)
  • 10 Sanabre, José, El archivo de la catedral de Barcelona, Barcelone, Impr. Pulcra, 1948, p. 113.
  • 11 ACB, Llibre de tots los oficis, f.40 r. et suivants.

7Dégager une vision d’ensemble de ces administrations et de leurs pratiques de gestion constitue par conséquent une tâche complexe, qui passe en grande partie par l’examen de leur comptabilité8. En outre, cette mosaïque d'administrations se modifie au cours du temps9. Certaines changent de fonction, à l’instar de la « Casa de la Caritat » (« Maison de la Charité » en catalan), qui perd ses attributions charitables pour prendre en charge la gestion de la mense capitulaire dans le courant du xiiie siècle10. Certaines sont créées – tel l’office du Claver, créé au xvie siècle, qui administre les émoluments revenant aux chanoines11. Établir un état des lieux à une époque précise devient donc un minutieux travail d'observation pour l'historien, qui doit, pour ce faire, s'appuyer sur l'organisation des sources comptables elles-mêmes, afin de tenter de retracer les contours des diverses administrations et des relations existant entre elles : hiérarchie, subordination, reddition de comptes, transferts de sommes pour équilibrer les budgets, cumul des fonctions d'administrateurs, mesures de réforme imposées par une administration à une autre, etc. C’est par l’examen des pratiques administratives et comptables de cette documentation interne que l’on peut identifier la juridiction, le fonctionnement et les acteurs de chacune de ces administrations.

8De quoi se compose alors cette documentation comptable capitulaire, quelles sont ses caractéristiques et de quelle ampleur est-elle ? L’écrasante majorité des sources produites par la cathédrale pour la période médiévale se concentre sur l’administration de son temporel. Un rapide historique de leur composition laisse entrevoir que la régularité de la pratique comptable semble s’établir à partir de la moitié du xive siècle.

1.2. Un accroissement de la documentation comptable au xve siècle

9La plus grande part de la documentation médiévale conservée par le chapitre cathédral concerne l’administration des biens temporels de la cathédrale. La première caractéristique de ces séries comptables tient dans leur disparité et leur discontinuité. 1275 documents portant sur le patrimoine de la cathédrale au xie siècle sont ainsi recensés, sous forme de parchemins épars, puis, au xiie siècle, apparaissent certaines séries à proprement parler : celle de la Canónica (concernant les biens du chapitre en lui-même), l’administration des bénéfices, des Anniversaires ou encore de la Pia Almoina. Néanmoins, jusqu’au xiiie siècle, la documentation n’est guère structurée en registres comptables suivis. Ceux-ci apparaissent au XIIIe siècle, avec le Livre du cartulaire puis les Manuales notariales, premiers registres suivis de l’administration notariée de la cathédrale. À partir du milieu du xive siècle, toutefois, plusieurs séries de registres ayant trait à la gestion économique du patrimoine commencent à voir le jour.

  • 12 Voir par exemple Ortega, Pascual, « Una propuesta metodológica para el estudio de los capbreus en l (...)

10Toute la documentation émise dans le cadre de la gestion du temporel, néanmoins, ne relève pas à proprement parler de la comptabilité. Les terriers (« capbreus ») – déclarations des tenanciers reconnaissant, devant notaire, tenir leur bien immobilier ou leur rente rachetable de la cathédrale – sont nombreux12. S’y ajoutent les nombreux registres de comptes des différentes administrations du chapitre, qui portent les titres de « llevadors », de « censals », ou encore de « livres d’administration ». Les premiers consistent en des registres de comptes où l’on consignait les entrées et les sorties mentionnant les rentes dues à un seigneur. Les deuxièmes consistent normalement en une pension versée annuellement en l’échange du versement, au préalable, d’une certaine somme, mais les sources capitulaires emploient volontiers le terme pour désigner une rente quelconque et les « livres d’administration » sont encore plus vagues.

  • 13 Sanabre, José, op. cit., p.99-100.
  • 14 Ibidem, p.104.

11Cette volumineuse masse documentaire de nature comptable apparaît à des dates variables pour les différentes administrations de la cathédrale. La Fabrique débute ainsi en 1357 et la série de registres comptables s’avère suivie durant le reste de la période médiévale13. La Mense capitulaire (appelée Casa de la Caritat) est dotée de livres bien structurés dont le premier conservé remonte à 1351. La comptabilité de la Sacristie débute, elle, en 1383 mais c’est à partir de 1475 que ses administrateurs commencent à rédiger des bulletins (albarans) réguliers où sont notés les frais et recettes qui, ensuite, sont reportés au propre dans les livres présentés pour approbation officielle14. L’administration des Anniversaires, pour sa part, se décline en diverses séries, entamées à des dates diverses à partir de 1357. Les différentes dignités du chapitre génèrent chacune, elles aussi, des livres d’administrations et des terriers divers.

  • 15 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive carita (...)
  • 16 ACB, Procures ; Documentació variada i diversa ; Sèrie « Llevadors » ; 1471-1503 : « Del subsidi ».
  • 17 Pedro Fatjó, Gómez, op.  cit., p.266.

12Dans l’ensemble, on voit donc que les séries comptables, régulières et structurées, semblent se constituer à partir de la moitié du xive siècle et s’étoffer au cours du xve siècle. Le dernier tiers du xve siècle et le début du xvie siècle, en outre, voient naître des tentatives conscientes de rationalisation de la comptabilité capitulaire. Des tentatives d’assainissement des pratiques comptables se font jour : un officium rationalis, dont la fonction est de superviser les diverses administrations de la cathédrale et d’établir un état des lieux global de leur situation, est ainsi créé le 11 mai 147215. La mesure, néanmoins, semble n’être jamais entrée en application : aucun registre de cet officium rationalis n’a été conservé et on ne trouve aucune mention de cet office dans le reste de la documentation. En 1505 encore, le chapitre confie à un bénéficié de la cathédrale la charge de récupérer les versements arriérés et d’en dresser un registre comptable16. Mais la même lourdeur administrative perdure encore au xviie siècle17 : les tentatives d’assainissement des pratiques comptables semblent avoir porté peu de fruits dans la durée.

13À travers cette profuse masse documentaire, comment apparaît alors cette pratique comptable ? Les chanoines et autres administrateurs ecclésiastiques la maîtrisaient-ils réellement ?

2. Une comptabilité imprécise ?

2.1. La comptabilité capitulaire à Barcelone : traits communs et diversité

14L’exemple des registres de la Mense capitulaire (Casa de la Caritat) permet d’entrevoir un certain nombre de caractéristiques propres aux comptes capitulaires de Barcelone.

  • 18 « Relació feta per nosaltres, Barthomeu Figueres e Antoni Coniuncta, canonges de la Seu de Barcelon (...)

15« Compte rendu par nous, Bartomeu Figueres et Antoni Coniuncta, chanoines de la cathédrale de Barcelone, des comptes de la Casa de la Caritat, administrés par monseigneur Berenguer Vila, chanoine de ladite cathédrale, pour les années qui débutèrent le premier jour de mai de l’an 1471 et finirent le dernier d’avril de 1473 »18.

16Ainsi débute le bilan de l’audition des comptes de la Mense capitulaire en 1473. Suit, sur deux pages en vis-à-vis, un bilan comptable des recettes et dépenses annotées par l’administrateur de la Mense mandaté pour la durée de deux ans, le chanoine caritaterius, approuvé par les deux chanoines auditeurs de comptes, au nom du chapitre. Ce bilan intervient à la fin d’un registre, comprenant les comptes détaillés de la Mense, rédigé en langue vernaculaire (catalan) et lui-même divisé entre recettes et dépenses. La série de ces registres débute en 1351 et, malgré quelques interruptions, elle se poursuit bien au-delà de la période médiévale.

  • 19 Cargo y descargo en Castille, charge and discharge accounting en Angleterre (Llibrer Escrig, Inmacu (...)
  • 20 Là encore, de façon similaire à ce qui s’observe dans les autres institutions de la Couronne d’Arag (...)

17À travers cet exemple, plusieurs traits distinctifs sont perceptibles. D’une part, la structure classique en dépenses et recettes ressort clairement : elle est conservée tant pour les notations des comptes au jour le jour que pour la structuration du bilan comptable. Ce modèle, très répandu, emploie la méthode appelée, en Couronne d’Aragon, Dates i Rebudes et comptabilité de charge et décharge dans l’espace français19. D’autre part, on voit apparaître les étapes et les acteurs de la pratique comptable. Tous les comptes de la cathédrale barcelonaise, aux xive et xve siècles, sont ainsi tenus par un ecclésiastique : quelquefois, comme ici, il s’agit d’un chanoine ; d’autres fois, c’est un religieux ne possédant pas le canonicat mais détenteur d’un bénéfice à la cathédrale. L’individu est chargé d’administrer l’une des branches administratives de la cathédrale : le temporel d’une dignité, l’institution charitable de la Pia Almoina, la Mense capitulaire, ou une autre des entités administratives de l’institution que nous évoquions plus haut dans ces lignes. Ces comptes, toujours établis en catalan, sont bien séparés de ceux des autres administrations de la cathédrale et leur gestion n’est que chapeautée par le chapitre cathédral, à travers une audition de comptes bisannuelle20.

  • 21 Leur modèle de présentation, largement répandu, se retrouve non seulement en Couronne d’Aragon et e (...)
  • 22 Victor, Sandrine, art. cit.
  • 23 Voir une structure similaire dans la documentation comparable d’autres cathédrales ibériques : Cill (...)

18À bien des égards, cette pratique de la comptabilité est courante. Partout, au bas Moyen Âge, les livres de compte tendent à se ressembler : écrits en langue vernaculaire et utilisant des chiffres romains, divisés le plus souvent entre une première partie recensant les recettes et une deuxième faisant figurer les dépenses, suivies d’une reddition de comptes, chaque page comportant un sous-total21. Des modèles régionaux peuvent apparaître et, en effet, la présentation des comptes de la Mense capitulaire barcelonaise ne diffère guère du modèle courant des documents comptables catalans contemporains22. Elle obéit à une structure simple faisant se succéder les recettes puis les dépenses, chacune classée en chapitres à peu près similaires d’un registre à l’autre, bien que leur ordre puisse varier23.

  • 24 Cette pratique est expliquée dans Fatjó Gómez, Pedro, op. cit., p. 232. Elle est courante. Voir son (...)

19L’exemple de la Mense capitulaire peut être élargi au reste de la documentation comptable de la cathédrale, qui demeure toujours tributaire du modèle recettes/dépenses/éventuel bilan final. Un certain nombre de traits communs apparaît ainsi dans l’ensemble de la documentation : les comptes sont tenus en catalan, ils sont tous établis en monnaie de comptes (livres, sous, deniers) avec, occasionnellement, quelques mentions à une monnaie réelle (morabatins d’une valeur de neuf sous ou, très ponctuellement, florins) et, selon les séries, des paiements en nature : en froment, en orge, en huile, en poules ou en chapons. Lorsque ces sommes ne sont pas effectivement perçues, au lieu d’être déduites des sommes notées comme reçues, elles sont inscrites au chapitre des dépenses (rubrique Dates), dans une sous-rubrique intitulée « rossechs »24. Les comptes sont généralement regroupés pour des périodes de deux ans (appelés biennis) mais cette norme connaît des exceptions. La présentation formelle de ces comptes varie néanmoins d’une série à l’autre et le degré de précision est très fluctuant d’un document à l’autre.

2.2. Un vocabulaire fluctuant

  • 25 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie major ; 1434 – Capbreu de les rendes del Ardiaco (...)
  • 26 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie major ; 1434 – Capbreu del Ardiachonat Maior de (...)
  • 27 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie menor ; Grup A, numero 1, 1478.
  • 28 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie major ; 1495-1506 – Capbreu en poder de Père Mas (...)
  • 29 De petite taille, le registre est constitué de feuillets, non numérotés, listant de façon sommaire (...)

20À bien des égards, la documentation comptable capitulaire barcelonaise se caractérise par un certain flou dans le vocabulaire employé. Les titres mêmes des registres comptables laissent perdurer des incertitudes quant à leur nature. Le terme capbreu – littéralement « terrier » – désigne en effet tour à tour des terriers au sens plein ou des registres de comptabilité tenant les comptes des revenus attachés à des biens immobiliers. Par exemple, pour l’ensemble de la période médiévale, l’administration du temporel attaché à l’archidiaconat majeur (la principale dignité du chapitre) ne nous a fourni que trois volumes : l’un datant de 143425 (doublé d’une copie de 177026), un autre de 147827 et un troisième de 1495-150628. Tous trois s’intitulent « capbreu ». En réalité, les documents de 1434 et 1495-1506 constituent des terriers au sens plein du terme : une suite de déclarations notariées, en catalan, reconnaissant l’archidiaconat majeur comme seigneur éminent des biens immobiliers concernés. Le registre de 1478, en revanche, diffère nettement : malgré son titre, il s’agit en réalité d’un livre comptable et rien n’indique, d’ailleurs, qu’il faisait partie d’une série qui aurait été perdue29.

  • 30 ACB, Caritat o mensa capitular ; Pabordies ; llibres d’administració ; 1477-1481 : « Comptes de les (...)
  • 31 Les revenus destinés à rétribuer les chanoines de Barcelone sont administrés par douze administrati (...)

21Cette imprécision dans l’usage des termes entourant la comptabilité capitulaire ne se limite pas à l’intitulé des registres. Elle s’exprime également dans la terminologie employée, au sein de ces registres, pour se référer aux opérations consignées. Nous retiendrons un exemple particulièrement significatif : le registre de comptes, intitulé Livre d’administration des prébendes (pabordies)30 établi en 1477-148131. Non inséré dans une série, il se compose d’un total de 193 folios et réunit les comptes des sept pabordies qui sont directement administrées par le chapitre. Plus exactement, il recense les revenus perçus pour alimenter les prébendes et les frais engagés dans leur gestion.

  • 32 Cette pratique n’est pas unique en son genre. Manuel Sánchez Martínez relève lui aussi, pour les co (...)

22Or, dans la rubrique des recettes, on s’aperçoit vite que les termes de cens, dîmes, dîmes « acensées » (delmes acensats) ou « cens et dîmes » sont employés de façon peu précise par les administrateurs du chapitre. Souvent, la rente recensée par le registre n’est pas définie, le versement étant désigné par l’expression « pour le paiement d’un morabatí » (une monnaie de neuf sous) ou « pour un morabatí qu’il [le payeur] prend [ou reçoit] sur tel terrain ». Quelquefois, la nature du versement n’est même pas précisée : un paiement est enregistré, mais il n’est pas spécifiquement rattaché à une propriété immobilière. Il est seulement indiqué qu’un ou plusieurs morabatins ont été versés, à travers l’expression fréquente : « pour des morabatins qu’il prélève (ou reçoit) sur… » (« per morabatins que pren [ou reb] sobre… »).32

  • 33 Ce type de registres n’a rien d’exceptionnel dans la documentation des établissements ecclésiastiqu (...)
  • 34 En cela, le registre recouvre la fonction légitimatrice du livre de comptes qu’Olivier Mattéoni ide (...)

23La première partie du registre, c’est-à-dire celle qui porte sur les versements rattachés à un bien foncier, est intitulée « capbreu », à savoir, théoriquement, « terrier ». Néanmoins, le document se présente bien comme un livre de comptes. Quelle est, alors, la nature des versements listés à l’intérieur ? Relèvent-ils du droit ou de la pratique ? Un flou subsiste. Malgré l’emploi de ce terme de « capbreu », le contenu dépasse le seul inventaire des droits et fait assurément figurer les paiements effectifs, comme l’indique la reddition de comptes finale qui présente une liste des dépenses. Il s’agit bien de livres de comptes. En outre, les raisons évoquées pour les différents versements au cours du registre ne relèvent pas toutes de droits seigneuriaux. L’ensemble de ces éléments porte donc à croire que ce registre comptabilisait les recettes réelles et pas simplement dues de droit33. Pourtant, certains versements correspondant à des droits listés sous la rubrique « capbreu » ne sont jamais réellement perçus ; sa fonction semble être d’établir les droits et cens auxquels peuvent prétendre les Pabordies34.

  • 35 ACB, Caritat o mensa capitular ; Pabordies ; llibres de comptes de les pabordies ; 1484-1569 : « Co (...)

24Si ce Livre d’administration ne s’insère pas dans une série, on trouve un Livre de comptes portant sur les mêmes pabordies pour la période suivant immédiatement : 1484-1569. Beaucoup moins précis (il ne fait que 44 folios contre 193 pour le document précédent), il prend la suite du registre de 1477-1481, mais ne donne plus du tout le détail des versements portant sur des biens fonciers (ni localisation, ni nature, ni identité du payeur) et, malgré son titre, ne porte en réalité que sur 1486-1487, comme si, le reste du temps, il n’avait pas été consciencieusement tenu à jour35.

25L’ensemble de ces éléments reflète donc avant tout une absence d’harmonisation dans la gestion du vaste temporel des prébendes du chapitre, ainsi qu’une rigueur flottante dans la tenue des comptes. Dans ces circonstances, comment l’information comptable est-elle conçue, manipulée, dans le cadre de la cathédrale de Barcelone ? La lente mise en place des séries comptables et les imprécisions qu’on y trouve marquent-elles un moindre degré de maîtrise ? En réalité, cet état de fait marque plutôt une absence de centralisation de l’information sur le long terme, mais celle-ci s’explique bien davantage par la structure administrative interne de l’établissement – éclatée entre différents administrations en vase clos et, par là-même, entre différents administrateurs – que par un manque de compétence comptable de ces derniers.

3. Le langage des comptes : l’exemple du discours des sources comptables sur la crise de l’après-guerre (fin du xve siècle)

  • 36 Verdès Pijuan, Pere, « Les villes catalanes pendant la guerre civile (1462-1472) », dans Raynaud, C (...)

26Un exemple précis, situé à l’extrême fin du Moyen Âge, permet d’illustrer notre propos dans l’espace qui nous reste. Entre 1462 et 1472, la Catalogne est soulevée par une guerre civile durant laquelle elle rejette l’autorité du roi Jean II avant d’être vaincue par les armes. Les décennies suivantes sont marquées par les séquelles du conflit : déprédations, rupture de l’approvisionnement en vivres de Barcelone, ou encore destructions matérielles des terres cultivables et des infrastructures s’ajoutent à la désorganisation des réseaux commerciaux36. Le traitement de cette situation dans les comptes capitulaires démontre la maîtrise des administrateurs ecclésiastiques. Les livres d’administration de la Mense capitulaire (Casa de la Caritat) permettent en effet de voir à quel point les chanoines, malgré ces imprécisions et ces lacunes documentaires, mettent en réalité en œuvre une véritable maîtrise du langage comptable.

3.1. Les registres de la Mense capitulaire (Casa de la Caritat)

  • 37 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1351, 1373-1375, 1375-1377, (...)

27Établis pour des périodes de deux ans, les Livres d’administration de la Casa de la Caritat ont été conservés de façon quasiment ininterrompue depuis 1351 et jusqu’à la fin de la période médiévale. Leur nature leur confère un intérêt tout particulier : abritant la comptabilité de la Mense capitulaire, ils touchent à l’administration la plus fondamentale de la cathédrale (les biens indivis du chapitre). Leur structure, en outre, laisse entrevoir les différents flux d’argent qui transitent d’une administration capitulaire à l’autre, et permet ainsi d’évaluer, plus que n’importe quelle autre série comptable de l’établissement, les évolutions des pratiques gestionnaires de la cathédrale. La Casa de la Caritat s’occupe en effet des revenus rattachés au chapitre en tant que tel. Ses Livres d’administration sont alors les seuls documents qui permettent une vue d’ensemble de cette administration. Comptant entre 26 et 77 folios chacun, mesurant entre 300 x 220 mm et 360 x 250 mm, ils sont divisés entre les recettes dans un premier temps et les dépenses dans un second temps. En bas de chaque page, un total intermédiaire est reporté. La série s’interrompt temporairement entre 1461 et 1467, c’est-à-dire pendant la guerre civile catalane (1462-1472)37. La diversité des entrées présentées permet d’établir une typologie des différents types de revenus de l’institution. La rubrique des dépenses donne un aperçu de la vie courante de l’administration, de ses dépenses ordinaires mais aussi extraordinaires, lesquelles fournissent des éléments factuels pour saisir la trame événementielle de la vie capitulaire. Les bilans finaux, enfin, permettent de retracer l’évolution des revenus de ce patrimoine. Les évolutions, entre les registres du xive siècle et ceux de la fin du xve siècle, sont mineures : la structure reste la même, le formulaire change légèrement dans l’entête du bilan final (les registres de 1351 et de 1373-1375 ne mentionnent pas le nom des auditeurs de comptes, notamment). La présentation visuelle elle-même connaît peu de modifications : les volumes de la fin du xive siècle séparent quelquefois les entrées par un trait horizontal et leurs feuillets ne sont pas numérotés. Par leur clarté et la régularité avec laquelle ils sont tenus, ils ont alors le mérite de donner une vue d’ensemble de la partie du patrimoine capitulaire rattachée à la Casa de la Caritat.

3.2. L’image d’un appauvrissement

  • 38 Beck, Patrice, « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations (...)
  • 39 Inmaculada Llibrer Escrig identifie trois fonctions au livre de comptes, dans le cas de la cathédra (...)
  • 40 Jéhanno, Christine, « Les comptes médiévaux avaient-ils vocation à être exacts ?... », art. cit.
  • 41 Dietrich-Strobbe, Irène, Sauver les riches. La charité à Lille à la fin du Moyen Âge, thèse de doct (...)

28Or, au-delà de la valeur informative fournie par leurs données chiffrées, les comptes médiévaux sont porteurs d’un discours38. Leur formulaire, leur façon de noter l’information mais aussi de présenter les résultats, constituent un moyen de donner une certaine image de l’institution qui les émet, dont les responsables des comptes ne se privent pas d’user. Quelquefois inexacts, quelquefois incomplets, les registres de comptabilité ont toujours un destinataire39. Christine Jéhanno l’a démontré dans le cas de l’Hôtel-Dieu de Paris, placé sous la tutelle des chanoines du chapitre de la ville. Ces comptes démontrent tout autant une visée pratique que l’objectif d’« établir la mémoire des droits dus à l’hôpital » et de marquer la tutelle du chapitre sur l’établissement40. Apparaître affaibli économiquement peut aider un établissement (ici, hospitalier) à gagner des subsides ; à l’inverse, il peut être important pour des institutions charitables de présenter des comptes équilibrés à leurs supérieurs, afin de montrer qu’elles sont bien tenues41.

  • 42 Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects (...)
  • 43 Le Page, Dominique (dir.), Contrôler les finances sous l’Ancien Régime. Regards d’aujourd’hui sur l (...)
  • 44 Jéhanno, Christine, « Les comptes médiévaux avaient-ils vocation à être exacts ?... », art. cit.

29À la différence des livres de comptes d’hôpitaux42 ou de la Chambre des comptes43, sur lesquels portent une grande partie des analyses des historiens de la comptabilité, les Livres d’administration de la Casa de la Caritat sont élaborés par le personnel de la cathédrale lui-même (plus exactement par le détenteur de l’office du caritaterius). Ils ont un usage strictement interne. Ni l’évêque ni aucune instance laïque n’ont à les lire. On recense assez peu d’erreurs mathématiques. Celles qui s’observent ne modifient que très peu les résultats finaux, conformément à ce qui s’observe ailleurs44. A priori, leur fonction semble avant tout utilitaire et leur dimension discursive, limitée.

  • 45 L’exemple le plus éloquent intervient en 1489, lorsque, au détour d’une lettre, les conseillers de (...)
  • 46 Pour les détails de ce conflit, voire notre thèse de doctorat : Conesa Soriano, Julia, Entre l’Égli (...)

30Néanmoins, leur enjeu est loin d’être mineur. Deux dynamiques traversent le chapitre au sortir de la guerre. D’une part, il affiche dans ses registres de délibération une claire volonté de réforme. D’autre part, dans les années 1480, un long conflit fiscal oppose les autorités municipales de Barcelone et les chanoines, les premières souhaitant imposer des taxes sur la viande aux ecclésiastiques. La querelle finit par se concentrer sur un point : les conseillers arguent que la contribution ecclésiastique est déterminante et insistent sur la richesse du chapitre45 ; ce dernier, au contraire, se présente comme ne pouvant se permettre de payer une taxe sur la viande afin de montrer que sa participation à l’impôt n’apporterait rien à la ville46. Qu’en disent les comptes ?

31À première vue, la comparaison de ces revenus au long de la période semble donner raison au chapitre :

Fig. 1. Recettes et dépenses de la Casa de la Caritat entre 1469 et 1493, en deniers

Dates

Revenus

Dépenses

TOTAL

1469-1471

363 492

355 776

7 716

1471-1473

276 280

272 576

3 704

1473-1475

(livre manquant)

(livre manquant)

-

1475-1477

268 315

257 835

10 480

1477-1479

390 036

376 518

13 518

1479-1481

271912

278221

-6 309

1481-1483

281 017

261 560

19 457

1483-1485

230 238

223 757

6 481

1485-1487

249 543

213 471

36 072

1487-1489

200 527

216 458

-15 931

1489-1491

212 756

147 494

65 262

1491-1493

328 609

313 549

15 060

Sources : ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; registres : 1469-1471, 1469-1473, 1477-1479, 1479-1481, 1481-1483, 1483-1485, 1485-1487, 1487-1489, 1489-1491 et 1491-1493

32À deux exceptions près (1477-1479 et 1491-1493), les rentrées de la Casa de la Caritat apparaissent en constante diminution entre la fin de la guerre civile catalane (1472) et les années 1490 :

Fig. 2. Évolution des revenus et des dépenses de la Casa de la Caritat (1469-1493)

Sources : ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; registres : 1469-1471, 1469-1473, 1477-1479, 1479-1481, 1481-1483, 1483-1485, 1485-1487, 1487-1489, 1489-1491 et 1491-1493

  • 47 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive carita (...)
  • 48 Voir la rhétorique déployée en ce sens dans le document de réponse aux injonctions municipales exho (...)

33Bien que plus échelonnée après la fin de la guerre civile, la diminution générale des revenus semble indéniable et constante pendant tout le tiers du siècle : ils enregistrent une chute de 41,5 % entre 1469 et 1493. Dans le reste de la documentation capitulaire, les chanoines se montrent effectivement préoccupés par cette situation. Les registres de délibération du chapitre se lamentent sur l’état du temporel capitulaire : les prébendes sont « dans la plus grande ruine » (« in totalem ruinam »)47, le temporel est dit affaibli, « ruiné », les rentes ne permettraient pas la subsistance de l’établissement. C’est donc tout naturellement que cet argument est avancé par le chapitre pour refuser de payer les taxes sur la viande que lui réclame le gouvernement de Barcelone au sortir de la guerre48. Mais qu’en est-il, entre les lignes ?

4. Le mirage de l’appauvrissement

34À bien regarder ces comptes, on s’aperçoit que la diminution des recettes ne donne pas lieu, en réalité, à un appauvrissement notable du chapitre. L’écart reste toujours mince entre les sommes perçues et les sommes dépensées, quel que soit le montant des premières. L’institution n’avait pas pour objectif de réaliser des bénéfices. L’impression d’affaiblissement économique s’explique en fait largement par la façon dont sont tenus les livres de comptes.

  • 49 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive carita (...)

35L’une des rubriques de dépenses dont les oscillations sont le plus significatives est celle des distributions au chœur (les rétributions des chanoines conditionnées à leur présence à l’office), qui varient entre 166 689 deniers pour leur maximum en 1471-1473 et seulement 14 721 deniers en 1483-1485. Puisqu’elles sont liées au nombre de présents à l’office, on aurait pu inférer un taux de présence supérieur en 1471-1473 qu’en 1483-1485. Néanmoins, en avril 1472, les actes capitulaires réaffirment que seuls les chanoines ayant effectivement assisté au chœur pourront percevoir leurs portions49. La diminution de ces dépenses dans les années suivantes illustre donc plutôt une reprise en main de la comptabilité : il n’y a pas moins de présents, mais le chapitre cesse de rétribuer les chanoines qui ne se présentent pas à l’office.

  • 50 Comme indiqué précédemment dans ces lignes, malgré la terminologie employée par le registre, il ne (...)

36Les impayés (« rossechs ») sont encore plus instructifs. Ils montrent une reprise en main de la comptabilité capitulaire après les années 1470. Ils sont en effet constitués par des sources de revenus externes à la cathédrale : les chapellenies (capellanies) et les versements divers (censals)50. Or, les unes comme les autres sont élevées à la fin de la guerre : 14 614 deniers de censals impayés et pas moins de 106 136 deniers impayés pour les chapellenies sont recensés en 1471-1473. Ils tendent à diminuer drastiquement par la suite, jusqu’à disparaître à la fin des années 1480 :

Fig. 3. Évolution des sommes dues mais impayées (« rossechs ») à la Casa de la Caritat (1469-1493)

Sources : ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; registres : 1469-1471, 1469-1473, 1477-1479, 1479-1481, 1481-1483, 1483-1485, 1485-1487, 1487-1489, 1489-1491 et 1491-1493

  • 51 Aude Wirth-Jaillard rappelait déjà l’importance du discours implicite porté par l’organisation d’un (...)
  • 52 Voir note 24.
  • 53 De 136 640 deniers en 1471-1473, elles tombent à 97 098 vingt ans plus tard.

37Cette évolution montre-t-elle un fructueux effort de reprise en mains du temporel par une efficacité croissante des chanoines pour se faire réellement payer les revenus de la mense ? À partir de 1487-1489, lorsque les deux rossechs tombent à 0, les sommes dues sont toutes réellement payées par les débiteurs et n’ont plus à être reportées au chapitre des dépenses. Mais cette évolution relève en réalité largement d’un jeu d’écriture. La disparition des rossechs met en scène la reprise en main des comptes concernés51. La Casa de la Caritat inscrit en effet comme revenus toutes les sommes qui lui sont dues, dans la première rubrique du livre de compte (intitulée Rebudes). Lorsque ces sommes ne sont pas effectivement perçues, au lieu d’être déduites des sommes notées comme reçues, elles sont inscrites au chapitre des dépenses (rubrique Dates), dans une sous-rubrique intitulée « rossechs »52. Les perceptions sur les chapellenies – celles-là mêmes qui engendrent tant de rossechs – sont en effet en diminution53 ; mais cette diminution se fait parallèlement à la disparition des rossechs afférents. Autrement dit, certains revenus des chapellenies sont, au fil du temps, directement retirés de la rubrique des recettes, au lieu d’y être inscrits puis reportés comme rossechs.

  • 54 Jéhanno, Christine, « Les comptes médiévaux avaient-ils vocation à être exacts ?... », art. cit.
  • 55 C’est-à-dire la somme versée à la Mense capitulaire par chaque chanoine lorsqu’il intègre le chapit (...)

38Ce changement témoigne d’une volonté de montrer la bonne santé des comptes de la Casa de la Caritat. Comme l’analyse Christiane Jehanno à propos des comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris, présentés devant les chanoines du chapitre cathédral de la ville, « l’important pour les chanoines de Notre-Dame c’est davantage de produire un « beau compte », c’est-à-dire en premier lieu un compte en bonne et due forme, conforme à une norme comptable qu’ils entendent bien faire respecter »54. La même lecture peut être faite pour les comptes de la Casa de la Caritat à Barcelone. Le caritaterius – office d’ailleurs toujours exercé par un chanoine – démontre, dans les décennies suivant la guerre civile, sa volonté d’assainir les finances de son administration. Cette tâche est d’autant plus prégnante que les revenus de la Casa de la Caritat proviennent presque intégralement de l’Église elle-même (les dépôts de capes55 et les chapellenies en constituent en effet la plus grande part). La bonne gestion de la mense est alors très largement dépendante, d’une part, de la rigueur de son gestionnaire, et de l’autre, de la bonne discipline du clergé, qui doit venir au chœur pour percevoir ses « portions » et s’acquitter en temps et en heure du paiement des capes canoniales. Le caritaterius veille donc bien, avant tout, à présenter, pour reprendre la formule de Christiane Jéhanno, « de beaux comptes », pour montrer la bonne marche de l’institution.

Conclusion

39Les registres de comptes de la cathédrale de Barcelone, entre la moitié du xive siècle et le début du xvie siècle, apportent un éclairage instructif sur les pratiques comptables ecclésiastiques médiévales. Les livres d’administration capitulaire sont classiques dans leur forme : organisation en recettes/dépenses, bilans finaux, usage d’une monnaie de compte commune aux registres comptables catalans. Néanmoins, la comptabilité capitulaire n’est pas harmonisée, les pratiques des différents gestionnaires – tous religieux, certains chanoines, d’autres bénéficiés – diffèrent d’une administration à l’autre. Le vocabulaire lui-même semble manquer de rigueur et ne permet pas à l’observateur extérieur de reconstituer le patrimoine capitulaire à la seule lecture des livres de comptes. C’est que ces registres comptables sont, probablement, pensés moins comme un strict et rigoureux outil d’administration quotidienne que comme une marque de reconnaissance des droits que la cathédrale perçoit et surtout, comme une démonstration de la qualité de son administration, dans les moments où celle-ci est mise en doute, comme à la fin du xve siècle.

40Au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge, des tentatives de rationalisation des pratiques comptables se font jour (création d’un officium rationalis, reprise en main des comptes de la Mense capitulaire). Leurs résultats sont timides, mais l’entreprise révèle la valeur des sources comptables pour l’historien : elles seules permettent de restituer l’organisation institutionnelle de la cathédrale et son fonctionnement quotidien.

41Malgré ce flou, malgré ces tâtonnements ou, plutôt, ces transformations constantes des pratiques administratives capitulaires, les administrateurs de la cathédrale font preuve d’une maîtrise fine du langage comptable : à la fin du xve siècle, les jeux d’écriture sur les impayés (rossechs) et le référencement des rubriques des registres comptables accentuent l’image d’un chapitre cathédral affaibli par la guerre civile du milieu du siècle. Ils vont dans le sens des chanoines qui, simultanément, brandissent l’argument de la précarité économique pour faire face au gouvernement municipal lorsque celui-ci tente de leur imposer des taxes supplémentaires. On voit là que le caractère fluctuant et imprécis des comptes capitulaires et de leur terminologie ne relève pas d’une mauvaise connaissance des pratiques comptables par les religieux de la cathédrale mais, au contraire, d’une maîtrise subtile de ce domaine. Son apparente désorganisation témoigne peut-être en réalité surtout de la structure complexe et mouvante de l’institution capitulaire et s’avère précieuse pour l’historien, à l’heure de tenter de restituer l’organigramme de la cathédrale et les attributions de ses différents membres. La comptabilité capitulaire barcelonaise présente alors de fortes similitudes formelles avec les pratiques comptables extérieures à l’établissement, laïques et ecclésiastiques, non seulement de Catalogne mais également d’autres espaces. Sa spécificité réside néanmoins en ce qu’elle constitue un très utile révélateur de la structure institutionnelle de l’établissement et de l’image que celui-ci se donne. En effet, les chanoines de Barcelone ont laissé peu de sources narratives sur leurs actions, mais leurs comptes constituent en eux-mêmes un discours, à travers lequel on devine les préoccupations de leur institution religieuse. Lorsqu’ils se montrent appauvris pour échapper à une taxation ou lorsqu’ils mettent en avant la réforme de la discipline ecclésiastique dans laquelle ils s’engagent, cela se lit dans la façon sont tenus les comptes de la Mense capitulaire. De futurs travaux sur les pratiques comptables des autres cathédrales du Principat de Catalogne devraient permettre de déterminer si ces caractéristiques sont propres à la cathédrale barcelonaise ou partagées par une tradition administrative ecclésiastique régionale plus large.

Haut de page

Notes

1 Chiffoleau, Jacques, « Pour une économie de l'institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, t. 96, n°1, 1984, p. 247-279, p.248.

2 Voir la synthèse sur les développements récents de l’historiographie portant sur l’analyse du document comptable dans sa matérialité et dans ses dimensions discursives, dans : Mattéoni, Olivier, « Codicologie des documents comptables (xiii-xve siècles). Remarques introductives », Comptabilités, 2, 2011, consulté le 26 février 2017 : http://comptabilites.revues.org/382. Dans cette perspective, voir : Mattéoni, Olivier, Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d'une norme comptable à la fin du Moyen Âge. Colloque des 10 et 11 octobre 2012, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2015. Pour l’espace ibérique, citons la publication périodique De computis, qui s’inscrit dans la même optique.

3 Nous renvoyons aux différents volumes des Fasti Ecclesiae Gallicanae pour indiquer que toutes les cathédrales qui disposent d’une étude monographique sur leur composition institutionnelle (sous forme de livre ou d’article) cachent une structure complexe, où les offices génèrent, souvent, leur propre comptabilité. La coordination entre les offices et entre ceux-ci et le chapitre cathédral diffèrent au cas par cas.

4 Conesa Soriano, Julia, « La puissance des institutions ecclésiastiques dans les critères de hiérarchisation des villes : le cas du haut clergé séculier en Catalogne (xve siècle) », Anuario de Estudios Medievales, vol. 48, 2018, p. 301-329. Disponible en ligne : http://estudiosmedievales.revistas.csic.es/index.php/estudiosmedievales/article/view/884.

5 L’ampleur et la richesse de la documentation catalane médiévale sont fréquemment célébrées par l’historiographie. Voir par exemple Péquignot, Stéphane, « No hay nada ou ‘la Catalogne, source intarissable’ ? Réflexions sur une expérience de recherche entre abondance et absence d'archives », dans Grévin, Benoît, et Mairey, Aude (éd.), Le Moyen Âge dans le texte. Cinq ans d'histoire textuelle au Laboratoire de médiévistique occidental, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p.193-212.

6 Pour plus de détail sur cette organisation, voir notre thèse de doctorat : Conesa Soriano, Julia, Entre l’Église et la ville : le chapitre et les chanoines à Barcelone au sortir de la guerre civile catalane (1472-1500), thèse de doctorat inédite, Université Paris-Sorbonne, 2017.

7 Ibidem.

8 Les statuts capitulaires, souvent mobilisés dans les monographies sur les chapitres afin d’en comprendre la structure, sont, dans le cas de Barcelone, d’un usage délicat. Les plus anciens conservés remontent au xive siècle ; on trouve ainsi par exemple des règlementations sur l’usage des fruits d’une prébende dans le laps de temps encadrant le décès de son détenteur et la nomination de son successeur (Archives Capitulaires de Barcelone, Constitucions capitulars, Hic sunt constitutiones capitulorum generalium ecclesie Barchinone (1254-1403)). Ces documents, néanmoins, ne sont pas d’une grande aide à l’heure de reconstituer la structure hiérarchique de la cathédrale. Surtout, ils ne permettent pas d’entrevoir les réalités concrètes de son fonctionnement.

9 À titre de comparaison, voir le fonctionnement de la cathédrale à l’époque moderne : Fàbrega i Grau, Àngel, La vida quotidiana a la catedral de Barcelona en declinar el Renaixement. Any 1580, Barcelone, Arxiu Capitular de la S. E. Catedral Basílica de Barcelona, 1978 et Fatjó Gómez, Pedro, La Catedral de Barcelona en el siglo xvii: las estructuras y los hombres, Barcelone, thèse de doctorat inédite, Université de Barcelone, 2001.

10 Sanabre, José, El archivo de la catedral de Barcelona, Barcelone, Impr. Pulcra, 1948, p. 113.

11 ACB, Llibre de tots los oficis, f.40 r. et suivants.

12 Voir par exemple Ortega, Pascual, « Una propuesta metodológica para el estudio de los capbreus en la época moderna », dans Sánchez Martínez, Manuel (dir.), Estudios sobre renta, fiscalidad y finanzas en la Cataluña bajomedieval, Barcelone, 1993, p.105-131.

13 Sanabre, José, op. cit., p.99-100.

14 Ibidem, p.104.

15 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497, f.128 r.-v.

16 ACB, Procures ; Documentació variada i diversa ; Sèrie « Llevadors » ; 1471-1503 : « Del subsidi ».

17 Pedro Fatjó, Gómez, op.  cit., p.266.

18 « Relació feta per nosaltres, Barthomeu Figueres e Antoni Coniuncta, canonges de la Seu de Barcelona, dels comptes de la Casa de la Caritat, administrats per mossèn Berenguer Vila, canonge de la dita Seu, dels anys qui començaren lo primer dia de maig de l’any 1471 e finiren lo derrer de abril de 73 », ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1469-1473, f.64v.

19 Cargo y descargo en Castille, charge and discharge accounting en Angleterre (Llibrer Escrig, Inmaculada, « Estudio de los libros de Dates y Rebudes de la Catedral de Valencia (1546-1555) », De computis, n°18, juin 2013, p.111-131).

20 Là encore, de façon similaire à ce qui s’observe dans les autres institutions de la Couronne d’Aragon (voir : Victor, Sandrine, « Quantifier, compter, se tromper : le quotidien comptable des fabriques en Catalogne à la fin du Moyen Âge », Comptabilités, 7, 2015, consulté le 25 février 2017 : http://comptabilites.revues.org/1720 et Llibrer Escrig, Inmaculada, art. cit.)

21 Leur modèle de présentation, largement répandu, se retrouve non seulement en Couronne d’Aragon et en Castille, mais également au Portugal et dans l’espace français, comme le montrent les exemples listés dans : Bepoix Sylvie, « Vocabulaire et rhétorique des comptabilités médiévales. Éléments de conclusion et d'ouverture », Comptabilités, 4, 2012, consulté le 9 février 2013 : http://comptabilites.revues.org/1188.

22 Victor, Sandrine, art. cit.

23 Voir une structure similaire dans la documentation comparable d’autres cathédrales ibériques : Cillanueva de Santos, Miguel Ángel, « La contabilidad de los libros de fabrica de la catedral de Segovia durante su edificación : 1524-1685 », De Computis, n° 9, décembre 2008, p. 3-47. Ce modèle de présentation, largement répandu, se retrouve non seulement en Couronne d’Aragon et en Castille, mais également au Portugal et dans l’espace français, comme le montrent les exemples listés dans : Bepoix, Sylvie, art. cit.

24 Cette pratique est expliquée dans Fatjó Gómez, Pedro, op. cit., p. 232. Elle est courante. Voir son usage à Valence : Llibrer Escrig, Inmaculada, art. cit., p. 121. Voir également la pratique, similaire, des « arrérages » dans les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris à la même époque ou des « dechiés » normands : Jéhanno, Christine, « Les comptes médiévaux avaient-ils vocation à être exacts ? Le cas de l’Hôtel-Dieu de Paris », Comptabilités, 7, 2015, consulté le 26 février 2017 : http://comptabilites.revues.org/1672 ; Theiller, Isabelle, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du Moyen Âge », Comptabilités, 4, 2012, consulté le 21 janvier 2013 : http://comptabilites.revues.org/1065.

25 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie major ; 1434 – Capbreu de les rendes del Ardiaconat Maior de la Seu de Barcelona

26 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie major ; 1434 – Capbreu del Ardiachonat Maior de la Seu de Barcelona.

27 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie menor ; Grup A, numero 1, 1478.

28 ACB, Dignitats i oficis ; Ardiaconat major ; sèrie major ; 1495-1506 – Capbreu en poder de Père Mas, notari de Barcelona

29 De petite taille, le registre est constitué de feuillets, non numérotés, listant de façon sommaire chaque paiement, la somme payée ainsi que, en marge à gauche, une indication sur le paiement (payé en froment, en orge ou « non payé » (no pagat)), le tout en catalan. Les listes de versements sont elles-mêmes regroupées par aires géographiques et, à la fin du registre, les totaux sont faits.

30 ACB, Caritat o mensa capitular ; Pabordies ; llibres d’administració ; 1477-1481 : « Comptes de les pabordies de setembre, octubre, noembre, janer, juny, juliol e març administrades per los honorables micer Anthoni Agullana e Pere Ramon Loteres, canonges ».

31 Les revenus destinés à rétribuer les chanoines de Barcelone sont administrés par douze administrations, appelées pabordies. Chacune porte le nom d’un mois de l’année et verse leurs prébendes aux chanoines une fois par an, à la date du mois qui leur donne leur nom (ainsi la pabordia de Janvier verse-t-elle aux chanoines leurs rétributions en janvier, celle de Février le fait-elle en février, et ainsi de suite).

32 Cette pratique n’est pas unique en son genre. Manuel Sánchez Martínez relève lui aussi, pour les comptes de l’hôpital de la Santa Creu, le paiement en morabatins censals, d’une valeur de 9 sous Sánchez Martínez, Manuel, art. cit., p. 185).

33 Ce type de registres n’a rien d’exceptionnel dans la documentation des établissements ecclésiastiques catalans et offre des possibilités d’analyse précieuses. Voir, pour l’analyse de documents semblables, Lluch Bramon, Rosa, « El dia a dia d’una senyoria feudal: els manuals de comptes dels pabordes de l’Almoina del pa (segles xiv i xv) », dans Congost, Rosa (ed.), Dels capbreus al registre de la propietat : drets, títols i usos socials de la informació a Catalunya (segles xiv-xx), Associació d’Història Rural de les Comarques Gironines, Gérone, Centre de Recerca d’Història Rural de la Universitat de Girona i Documenta Universitària, 2008, p. 81-112 ; et Sánchez Martínez, Manuel, art. cit.

34 En cela, le registre recouvre la fonction légitimatrice du livre de comptes qu’Olivier Mattéoni identifie pour la Chambre des comptes, tout à fait transposable, ici, à la revendication d’un seigneur foncier tel que la cathédrale : « à travers la perception des redevances, des cens, des taxes, des impôts qu’il énumère, le compte dit autre chose : il affirme les droits du prince, il en conforte les fondements » (Mattéoni, Olivier, « Vérifier, corriger, juger. Les chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, t. CCCIX/1, n° 641, janvier 2007, p. 31-69, consulté en ligne le 13 janvier 2017 : https://www.cairn.info/revue-historique-2007-1-page-31.htm).

35 ACB, Caritat o mensa capitular ; Pabordies ; llibres de comptes de les pabordies ; 1484-1569 : « Comptes de pabordies que són en mà del Rvnt Capítol ».

36 Verdès Pijuan, Pere, « Les villes catalanes pendant la guerre civile (1462-1472) », dans Raynaud, Christine (dir.), Villes en guerre. xive-xve siècles, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 161-185, p. 176 ; Péquignot, Stéphane, « Dans la discorde, avant la « ruine ». Barcelone, lieu d’expérimentation politique durant la guerre civile (1462-1472) », dans Tixier du Mesnil, Emmanuelle, et Lecuppre, Gilles (dir.), Désordres créateurs. L’invention politique à la faveur des troubles, Paris, Kimé, 2014, p.  65-105.

37 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1351, 1373-1375, 1375-1377, 1413-1415, 1417-1419, 1419-1423, 1423-1425, 1425-1427, 1427-1429, 1431-1433, 1433-1435, 1435-1437, 1437-1439, 1439-1441, 1443-1445, 1447-1449, 1449-1450, 1449-1451, 1451-1453, 1451-1453 (bis), 1453-1455, 1455-1457, 1455-1457 (bis), 1459-1461, 1467-1468, 1469-1471, 1469-1473, 1477-1479, 1479-1481, 1481-1483, 1483-1485, 1485-1487, 1487-1489, 1489-1491, 1491-1493.

38 Beck, Patrice, « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation. Propos d’orientation générale », Comptabilités, 4, 2012, consulté le 26 février 2017 : http://comptabilites.revues.org/840. Voir des exemples précis dans : Mattéoni, Olivier, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues, trésorier de Forez (2de moitié du xive siècle) », Comptabilités, 4, 2012, consulté le 25 février 2017 : http://comptabilites.revues.org/1156 ; Wirth-Jaillard, Aude, « La rhétorique des documents comptables médiévaux : réflexions à partir des comptes du receveur de Châtel-sur-Moselle (1429–1510) », Comptabilités, 4, 2012, consulté le 25 février 2017 : http://comptabilites.revues.org/1098.

39 Inmaculada Llibrer Escrig identifie trois fonctions au livre de comptes, dans le cas de la cathédrale valencienne au xvie siècle : légitimer le travail de l’administrateur des biens en fournissant des informations précises à leur propriétaire, évaluer le degré d’efficacité du travail de gestion et dégager des données sur les parts des revenus des différents biens et rentes administrés (Llibrer Escrig, Inmaculada, art. cit. p. 114).

40 Jéhanno, Christine, « Les comptes médiévaux avaient-ils vocation à être exacts ?... », art. cit.

41 Dietrich-Strobbe, Irène, Sauver les riches. La charité à Lille à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat inédite dirigée par Élisabeth Crouzet-Pavan et Marc Boone, soutenue à Paris IV-Sorbonne le 26 novembre 2016, p. 280.

42 Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects codicologiques », Comptabilités, 2, 2011, consulté le 25 février 2017 : http://comptabilites.revues.org/639.

43 Le Page, Dominique (dir.), Contrôler les finances sous l’Ancien Régime. Regards d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011.

44 Jéhanno, Christine, « Les comptes médiévaux avaient-ils vocation à être exacts ?... », art. cit.

45 L’exemple le plus éloquent intervient en 1489, lorsque, au détour d’une lettre, les conseillers de Barcelone rappellent combien les ecclésiastiques sont des seigneurs fonciers de première importance dans la ville (Archives Historiques Municipales de Barcelone, 1.BVI-30, f.141 v.).

46 Pour les détails de ce conflit, voire notre thèse de doctorat : Conesa Soriano, Julia, Entre l’Église et la ville : le chapitre et les chanoines à Barcelone au sortir de la guerre civile catalane (1472-1500), thèse de doctorat inédite, Université Paris-Sorbonne, 2017.

47 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497, f.132r.

48 Voir la rhétorique déployée en ce sens dans le document de réponse aux injonctions municipales exhortant les ecclésiastiques à s’acquitter de ces taxes, dont on trouvera une transcription dans : Ainaud de Lasarte, Joan, « La Inquisició i els remences », Medievalia, 8, 1998, p. 23-39.

49 ACB, Liber Camissae sive Resolutionum Capitularium descriptus per canonicos secretarios sive caritaterios ab anno 1343 ad 1497, f.128 r.

50 Comme indiqué précédemment dans ces lignes, malgré la terminologie employée par le registre, il ne semble pas s’agir de censals au sens de rentes constituées, mais plutôt de versements divers.

51 Aude Wirth-Jaillard rappelait déjà l’importance du discours implicite porté par l’organisation d’un livre de compte. Par le choix des mots pour qualifier une dépense ou une recette, d’une part, et par celui de l’organisation interne des rubriques, l’administrateur d’un compte livre également un certain discours (Wirth-Jaillard, Aude, art. cit.).

52 Voir note 24.

53 De 136 640 deniers en 1471-1473, elles tombent à 97 098 vingt ans plus tard.

54 Jéhanno, Christine, « Les comptes médiévaux avaient-ils vocation à être exacts ?... », art. cit.

55 C’est-à-dire la somme versée à la Mense capitulaire par chaque chanoine lorsqu’il intègre le chapitre.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Sources : ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; registres : 1469-1471, 1469-1473, 1477-1479, 1479-1481, 1481-1483, 1483-1485, 1485-1487, 1487-1489, 1489-1491 et 1491-1493
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Crédits Sources : ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; registres : 1469-1471, 1469-1473, 1477-1479, 1479-1481, 1481-1483, 1483-1485, 1485-1487, 1487-1489, 1489-1491 et 1491-1493
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/2921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Conesa Soriano Julia, « Les comptes de la cathédrale de Barcelone : la construction d’une administration ecclésiastique (xiv-xve siècles) », Comptabilités [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/2921

Haut de page

Auteur

Conesa Soriano Julia

Chercheuse associée au laboratoire Centre Roland Mousnier (UMR 8596)
j.conesa.soriano@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals