Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Hors dossierProgrès et diffusion des techniqu...

Résumés

La tenue et l’organisation des comptabilités seigneuriales bretonnes ne cessent de s’améliorer tout au long du xve siècle, sur le modèle des comptes domaniaux ducaux. Le présent article vise à revenir sur ces progrès, en comparant les séries conservées pour un espace homogène, la Bretagne méridionale, et suffisamment ample pour dégager les grandes perspectives. En s’intéressant aux formats des comptes, à leur présentation matérielle ou encore aux ornements en tête ou au fil des registres, l’article cherchera à souligner plus largement les mécanismes et les outils employés pour diffuser les modèles, des structures les plus éminentes – les châtellenies, reliées aux institutions centrales par les baronnies dont elles dépendent –, aux structures foncières plus modestes. Des comparaisons avec d’autres espaces seront faites pour remettre en perspective les évolutions bretonnes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kerhervé, Jean, L’État breton aux xive et xve siècle. Les ducs, l’argent et les hommes, t. 1, Paris (...)
  • 2 Par exemple, la Blanchardais, implantée à Vue : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221, 1 E 222 et 1  (...)
  • 3 C’est le cas, par exemple, les châtellenies de Machecoul (Arch. dép. Loire-Atlantique, E 522) ou de (...)
  • 4 Par pays vannetais, nous entendons le territoire compris entre les landes de Lanvaux et le Porhoët (...)
  • 5 Le comté de Nantes s’étend de la Vilaine et du pays castelbriantais au nord aux marches frontalière (...)
  • 6 Pour une présentation plus précise, voir infra première partie. Certaines pertes demeurent liées au (...)
  • 7 Pour ne citer qu’un exemple : Chauvin, Monique, Les comptes de la châtellenie de Lamballe (1387-148 (...)
  • 8 Termeau, Dominique, La châtellenie de Belligné de la fin de l’époque médiévale aux débuts des Temps (...)
  • 9 Saddier, Évelyne, Une seigneurie rurale du pays nantais au XVe siècle : les Huguetières à travers l (...)
  • 10 Les comptes de la prévôté d’Ancenis n’ont toutefois pas été étudiés dans leur intégralité. Les anal (...)
  • 11 Par exemple : Saddier, Évelyne, op. cit., p. 27-28.
  • 12 Sur cette question, voir : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales rurales en Bretagne méridiona (...)
  • 13 Ces actes décrivent, par « le menu », les rentes, revenus et terres possédés par les seigneurs au m (...)
  • 14 Les comptes paraissent davantage avoir été des outils de contrôle que de gestion. Les aveux et déno (...)

1Avec 2 200 comptes recensés pour les seuls domaines ducaux aux xive et xve siècles1, la Bretagne est un territoire particulièrement approprié pour étudier les progrès et la diffusion des techniques comptables. La relative bonne conservation des séries comptables des autres structures, d’importance hiérarchique et territoriale variable, de la simple seigneurie foncière2 jusqu’aux châtellenies et baronnies auxquelles elles sont rattachées3, permet de porter d’autres regards. L’abondance documentaire ne cache toutefois pas une très nette disparité entre les deux grands espaces du sous-ensemble breton méridional : les comptabilités seigneuriales du pays vannetais4 sont très fragmentaires et ne relèvent que des plus importantes structures – vicomté de Largouët, châtellenies de Guémené et de La Roche-Moisan –, tandis que celles conservées pour le comté de Nantes5 sont beaucoup plus étoffées et diversifiées6. Seules les structures éminentes ont, jusqu’ici attiré le regard des historiens7. Les comptes de la châtellenie de Belligné8, des Huguetières9 ou encore de la prévôté d’Ancenis10, pour ne citer que des exemples du comté de Nantes, ont été analysés dans le cadre de travaux de maîtrise. Ces études n’ont toutefois pas porté spécifiquement sur les comptabilités. Leur objectif était davantage de présenter les structures visibles à travers les comptes : élevage et exploitation de la forêt pour Belligné, commerce et métairies (avec la vente des produits sur les marchés locaux et extérieurs à travers les marches) pour la prévôté d’Ancenis, structures seigneuriales (avec les réflexions sur les officiers et les institutions) et domaines pour les Huguetières. Quelques remarques sont formulées en introduction sur la tenue générale de la comptabilité, sur la durée des charges de receveur ou sur les receveurs eux-mêmes11, mais elles ne donnent pas lieu à une remise en perspective au-delà des limites de la seigneurie étudiée. Les structures plus modestes restent encore très largement méconnues. La plupart ne nous ont en effet légué aucune série comptable pour la fin du Moyen Âge12, mais nous ont transmis nombre d’aveux et de dénombrements appelés « minus »13, avec lesquels les comptes s’articulent14.

  • 15 Cartulaire des sires de Rays, publié par : René Blanchard, Archives historiques du Poitou, tome 30, (...)
  • 16 Des comptes et des déductions de comptes sont aussi signalés sous le règne de Jean II (1286-1305), (...)
  • 17 Rabot, Brice, Les structures seigneuriales..., op. cit., p. 45-57.

2Contrairement aux comptabilités domaniales ducales, toutes les séries transmises ne concernent que le xve siècle. Des traces de comptes antérieurs sont toutefois attestées, pour la seigneurie de Bouin par exemple, dès le début du xive siècle15, mais aucune pour le xiiie siècle16. Une chose est en revanche assurée : les comptabilités se diffusent aux différents niveaux seigneuriaux au tournant des xive et xve siècles, au moment où les structures administratives ducales, mais aussi seigneuriales, connaissent de profonds bouleversements17. Les comptes sont, en cela, de très bons outils pour permettre aux historiens de saisir ces dynamiques en comparant les séries conservées les unes aux autres.

  • 18 Voir notamment : Coquery, Natacha, Menant, François, Weber, Florence (dir.), Écrire, compter, mesur (...)
  • 19 Pour une présentation des apports des comptabilités seigneuriales, voir : Rabot Brice, Les structur (...)
  • 20 Id., « Communautés rurales et édifices seigneuriaux en Bretagne méridionale aux XIVe et XVe siècles (...)
  • 21 Charron, Philippe, Jones, Michael, Comptes du duché de Bretagne. Les comptes, inventaires et exécut (...)
  • 22 Kerhervé, Jean, op. cit.
  • 23 Mattéoni, Olivier, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officie (...)
  • 24 Jean Kerhervé, déjà, évoquait à ce sujet « une intense circulation des idées et des informations da (...)
  • 25 Les zones frontalières, les marches, font en effet l’objet de découpages savants, suivant la coutum (...)
  • 26 Santamaria, Jean-Baptiste, « Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des (...)

3Les comptabilités font dans ce contexte l’objet de nouvelles lectures et investigations18. Leur régularité plus grande que les aveux ou les dénombrements sur le plan chronologique19, leurs précisions et indices au fil des folios sont autant d’éléments utiles pour établir les équilibres et les rapports d’autorité20. Les éditions de sources se multiplient en parallèle, à l’instar des comptes, inventaires et exécution des testaments ducaux bretons (1262-1352) présentés par Philippe Charon et Michael Jones en 201721. Ces entreprises soulignent les progrès de l’administration ducale après la victoire des Montfort à la fin de la guerre de Succession de Bretagne (1341-1364), qui conduit à un renforcement et à un perfectionnement de l’appareil administratif breton, déjà mis en valeur par Jean Kerhervé dans sa thèse de doctorat en 198622. La reprise en main des ducs de la maison de Montfort se traduit dans les comptabilités domaniales par un double souci d’affermissement de l’autorité centrale, sur le modèle des rois de France23, et de meilleure gestion des ressources. Les outils se perfectionnent avec des normes plus strictes, qui servent, par la suite, au xve siècle, de modèles aux autres seigneurs bretons, des châtellenies et baronnies aux plus petites structures. Cette vision, toujours valable, se trouve complétée aujourd’hui par l’étude de la circulation des idées, des techniciens24. Les comparaisons avec d’autres espaces s’avèrent d’autant plus nécessaires que la Bretagne méridionale n’est pas isolée. En position de frontière avec la France – avec le Poitou au sud et l’Anjou à l’est –, ce territoire est ouvert à de multiples influences qui jouent justement sur la mise en place et le fonctionnement des structures25. La question des progrès et de la diffusion des modèles reste par conséquent ouverte26 et doit être envisagée à différents niveaux : aussi bien d’un point de vue interne – depuis la Chambre des comptes vers les structures plus modestes en suivant la hiérarchie féodale – que d’un point de vue externe avec la comparaison avec d’autres espaces français. Il ne saurait être question, dans ces quelques pages, d’établir un bilan exhaustif sur un sujet aussi large et complexe. Notre propos sera plus modeste. Nous chercherons à comprendre quels ont été les choix, les modèles et l’appropriation des techniques comptables par les différents pouvoirs seigneuriaux bas bretons au xve siècle. Peut-on distinguer, à travers l’examen des séries parvenues, des lignes communes impulsées par le pouvoir ducal ?

  • 27 Sur cet aspect, voir les remarques de : Beck, Patrice, « Forme, organisation et ordonnancement des (...)

4Pour ce faire, nous débuterons par un examen plus poussé des séries disponibles, en insistant particulièrement sur les rouages humains. Nous présenterons ensuite une analyse matérielle et codicologique27 pour établir les principales lignes de force. Nous terminerons par l’étude des diffusions des modèles et des techniques, en insistant sur les rythmes et les outils utilisés.

1. Remarques préliminaires

1.1. Les séries disponibles

5Nous l’avons dit en introduction : la Bretagne méridionale est marquée par de profondes disparités en termes de préservation des séries comptables pour la fin du Moyen Âge (fig. 1).

Fig. 1 – Présentation des séries comptables disponibles pour la Bretagne méridionale à la fin du Moyen Âge

Cote

Lieu de conservation

Seigneurie concernée

Nombre de comptes

Années couvertes par les registres

E 261

Arch. dép. Loire-Atlantique

Prévôté d’Ancenis

5

1453, 1454, 1462, 1463, 1464, 1467, 1468

E 262

4

1476, 1477, 1478, 1479

E 263

4

1482, 1483, 1484, 1485, 1486, 1487, 1488, 1489, 1490

E 264

3

1491, 1492, 1493, 1494, 1495, 1499, 1500

E 267

Arch. dép. Loire-Atlantique

Châtellenie de Belligné

8

1444, 1446, 1454, 1455, 1456, 1464, 1465, 1466, 1467, 1469, 1470

E 268

6

1482, 1485, 1486, 1494, 1495, 1497, 1498, 1501, 1502, 1503, 1504

E 277

Arch. dép. Loire-Atlantique

Châtellenie de Varades

6

1466, 1467, 1470, 1471, 1479, 1480, 1498, 1499, 1500

E 299

Arch. dép. Loire-Atlantique

Terres d’Assérac et de Ranrouët

2

1458, 1500-1501

E 329

Arch. dép. Loire-Atlantique

Seigneurie de Longle

2

1491-1492,

1499-1500

E 500

Arch. dép. Loire-Atlantique

Châtellenie des Huguetières

12

1405, 1406, 1407, 1408, 1409, 1410, 1411, 1413, 1414, 1416, 1417

E 501

5

1419, 1420, 1425, 1426

E 502

4

1450, 1454, 1463

1 E 221

Arch. dép. Loire-Atlantique

Seigneurie de la Blanchardais

4

1430, 1431, 1432, 1436, 1437, 1438, 1439, 1448, 1446, 1452, 1453, 1454

1 E 222

4

1457, 1458, 1459, 1460, 1461, 1462, 1463, 1464, 1465, 1466, 1467, 1468, 1469, 1470, 1471, 1472, 1473

1 E 223

6

1474, 1475, 1484, 1485, 1487, 1488, 1489, 1490, 1495, 1496, 1505, 1506, 1507, 1508, 1509, 1510, 1511, 1512, 1513

1 E 333

Arch. dép. Loire-Atlantique

Seigneurie d’Anetz

4

1478, 1484-1485, 1494-1495, 1497-1498

1 E 674

Arch. dép. Loire-Atlantique

Châtellenie de Saffré

9

1446, 1447, 1454, 1458, 1461, 1462, 1463, 1464, 1465, 1470, 1471, 1472, 1473, 1475, 1480

G 37

Arch. dép. Loire-Atlantique

Chapitre de Nantes

2

1446-1447, 1461-1462

E 2704

Arch. dép. Morbihan

Vicomté de Largouët

1

1463

E 2705

1

1466, 1467

E 2706

1

1474, 1475, 1476, 1477, 1478

E 2707

1

1481, 1482

E 2708

1

1484, 1485

E 2709

1

1494, 1495

E 2710

1

1501

E 5289

Arch. dép. Morbihan

Châtellenie de La Roche-Moisan

9

1445, 1446, 1447, 1448, 1451, 1461, 1468, 1469, 1480, 1489, 1496, 1500

E 5290

Arch. dép. Morbihan

Châtellenie de Guémené

6

1412, 1416, 1447, 1449, 1470, 1472, 1485, 1486, 1487

E 5291

7

1489, 1490, 1492, 1493, 1494

E 5292

7

1496, 1497, 1498, 1499, 1500, 1501

  • 28 La vicomté de Largouët s’étend ainsi sur 17 à 18 paroisses, avec une superficie totale de l’ordre d (...)
  • 29 Rabot, Brice, « Crises et recompositions des campagnes de Bretagne méridionale à la fin du Moyen Âg (...)

6Les séries conservées pour le pays vannetais sont très limitées : trois seulement nous sont parvenues, toutes pour des structures seigneuriales éminentes et plus ou moins étendues28. Ces séries sont en outre caractérisées par des lacunes chronologiques importantes, qui compliquent les croisements et les remises en perspective. La seconde moitié du xve siècle est, dans ces cas, uniquement éclairée. Cette période est marquée par des crises brutales et récurrentes, avec des impacts différenciés suivant les territoires et les périodes29. Nous ne disposons pas d’autres séries pour les seigneuries de niveau inférieur, ce qui empêche d’établir des parallèles avec le comté de Nantes, où de telles comparaisons sont, elles, possibles.

  • 30 Rabot, Brice, « Les comptabilités seigneuriales et les crises de la fin du Moyen Âge : l’exemple de (...)
  • 31 Par exemple : « Du proufilt et revenue de la ferme des aulnes, sauzes et roches, boais de chauffage (...)

7Pour le comté de Nantes, quatre grandes séries éclairent les châtellenies (Saffré, Huguetières, Belligné et Varades) de manière régulière pour le second xve siècle. Une autre reste à l’état fragmentaire aujourd’hui : celle de Machecoul. Une autre encore, celle de la prévôté d’Ancenis, permet de croiser les regards avec le Vannetais : détenue par la famille de Rieux, la prévôté d’Ancenis est essentielle pour contrôler le commerce avec la France par la Loire. Elle est aussi incontournable par la qualité et la densité des informations transmises, qui donnent une bonne vision d’ensemble de la diffusion et de la mise en œuvre des progrès comptables tout au long du xve siècle. La prévôté d’Ancenis éclaire ainsi les liens entre les barons bretons et le royaume de France sous les angles des relations féodales et économiques. Les différentes séries mettent en exergue les soubresauts militaires, politiques et les autres aléas pesant sur les recettes30. Toutes ne sont cependant pas connues. Les receveurs insèrent régulièrement dans leurs registres des indications de rentes levées directement par les seigneurs. D’autres encore sont confiées à d’autres agents que les receveurs. Enfin, quelques rentes ne sont pas arrivées à terme au moment de la conclusion du registre31. Les mises à ferme, ou enchères, qui se généralisent dans la seconde moitié du xve siècle, masquent elles aussi les produits réels perçus sur les utilisateurs d’édifices seigneuriaux par exemple.

  • 32 Rabot, Brice, « La gestion d’une seigneurie rurale en pays de Retz à la fin du Moyen Âge : la compt (...)
  • 33 Id., Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 233 ; Id., « La gestion d’une seigneurie… », art. (...)
  • 34 C’est-à-dire d’une centaine de revenus annuels connus. Sur ce sujet, voir : Rabot, Brice, Les struc (...)

8Au bas de la hiérarchie féodale et seigneuriale, se trouve une série exceptionnelle, par sa continuité chronologique, couvrant quasiment tout le xve siècle, tout autant que par les détails fournis sur la gestion foncière : celle de la Blanchardais32. Proche des Huguetières, dans la dépendance des sires de Retz, la Blanchardais offre un exemple typique des petites structures rurales de Bretagne méridionale, avec un patrimoine dispersé sur une dizaine de paroisses33. La série comptable de la Blanchardais témoigne surtout de l’importance des recettes tirées des censives et des autres domaines concédés. Bon an mal an, les recettes atteignent une centaine de livres, rangeant la Blanchardais parmi les seigneuries foncières moyennes34. Le croisement avec la série des Huguetières permet d’élargir les champs d’étude à la circulation de modèles d’autant plus facilement que les registres des deux séries sont contemporains.

  • 35 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 37 (1), f° 6 r°.
  • 36 Le premier registre disponible s’étend du 22 avril 1446 au 22 avril 1448, tandis que le deuxième s’ (...)
  • 37 Rabot, Brice, « Crises et recompositions des campagnes… », art. cité.

9Quelques fragments enfin nous sont parvenus pour le régaire de l’évêché de Nantes, avec des indications sur les affermages de dîmes ou de rentes – comme les droits de passage sur la Loire35. Les données sont toutefois beaucoup trop limitées dans le temps pour être incorporées aux propos36. Certaines questions restent également sans réponse. Les dîmes, pour reprendre cet exemple, ne sont pas levées directement par les receveurs mais affermées. La mise à ferme empêche là encore de connaître les montants exacts des redevances perçues sur les exploitants. Les affermages sont aussi révélateurs des nouvelles normes comptables. Les seigneurs et leurs receveurs, qui agissent sous leurs ordres, préfèrent déléguer de larges pans des redevances seigneuriales pour se consacrer à d’autres tâches et pour disposer dès le départ de liquidités. Les besoins pressants, la conjoncture de plus en plus heurtée ou encore l’augmentation des dépenses jouent un rôle déterminant dans cette réorientation des structures du prélèvement37.

10Un point commun émerge toutefois. Toutes les comptabilités seigneuriales bretonnes sont rédigées au xve siècle en français. Les noms des différents intervenants ou des assujettis sont eux aussi reportés en français dans les folios, ce qui facilite incontestablement la lecture et le travail de recoupement des historiens.

1.2. Les rédacteurs

  • 38 Il faut entendre derrière ce terme « tout individu capable de lire et écrire, constitutif d’une éli (...)
  • 39 Thomas Delannoy a relevé 80 notaires d’origine noble sur 400 (sur un total de 1 500 noms) pour lesq (...)

11Les séries comptables ne peuvent être étudiées sans porter de regard sur les hommes qui les ont conçues et mises en page. Il convient, pour cela, d’opérer une distinction entre deux types d’hommes : les rédacteurs – ou techniciens, qu’ils soient appelés clercs38 ou notaires39 – et les receveurs.

  • 40 Par exemple : Arch. dép. Loire-Atlantique, E 505.

12Les clercs sont les artisans, les concepteurs des comptabilités. Véritables spécialistes, ces hommes sont largement méconnus. Les comptes se contentent uniquement de les appeler « clercs », ce qui les assimile aux rédacteurs d’autres pièces majeures pour les seigneuries : les aveux et les dénombrements. Les clercs sont en effet amenés à présenter, au moment des successions ou à la demande des seigneurs, des aveux ou minus pour mettre à jour les données des comptes. Ces documents sont donc étroitement liés, même si les registres ne font que rarement allusion aux « rôles », c’est-à-dire aux rentiers ou aux dénombrements. Ces derniers actes sont moins présentés sous la forme de rouleaux que de parchemins pliés en plusieurs parties, pouvant dépasser les 1,50 mètre de longueur40, les rendant difficiles à manipuler et fragiles à conserver.

  • 41 Minois, Georges, L’évêché de Tréguier au xve siècle, thèse de doctorat (dactyl.), Université de Ren (...)
  • 42 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 265, 290.
  • 43 Morice, Dom Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bre (...)

13Les origines des clercs restent trop souvent incertaines. En Bretagne, clercs et notaires entretiennent des rapports étroits au point d’être confondus. Leur nombre s’en ressent. Aux xiiie-xve siècles, clercs et notaires représenteraient 700 à 800 individus pour le seul évêché de Tréguier, soit 1 % de la population41. Jean-Pierre Leguay et Hervé Martin, se fondant sur ces travaux, estiment quant à eux entre 10 000 et 12 000 le nombre total de clercs et de notaires pour le duché, avec une population oscillant entre 1 et 1,25 million d’habitants42. Ces chiffres sont éloquents et soulignent la singularité bretonne. D’aucuns dénoncent d’ailleurs régulièrement cette proportion comme excessive, à l’instar du duc Pierre II en 1451 ou du roi Charles VIII en 1494 : « Item, & pour ce que multitude superflue d’Officiers n’est que foulle & charge de peuple, avons esté informez que en nosdits pays & Duché y a de tout temps nombre excessif & infini de Notaires, Tabellions & Sergens ignorans »43.

  • 44 Delannoy, Thomas, op. cit., note 387, p. 86.

14Les dernières études reviennent sur les liens entretenus entre les « clercs » bretons et le clergé proprement dit. Thomas Delannoy relève ainsi que 13 % des 170 clercs pour lesquels nous disposons d’informations suffisantes entre 1318 et 1510 se présentent comme ecclésiastiques. Dans le détail, une trentaine se déclare prêtres, deux autres abbés, une poignée archidiacres, tandis que les autres n’apportent aucune précision44. Les clercs bretons entretiennent donc des liens étroits avec le monde savant, celui du clergé, davantage qu’avec les milieux marchands ou négociants comme dans le nord de la France. Aucun clerc breton ne se déclare en effet issu de ces milieux pour les xive et xve siècles.

  • 45 Lorcin, Marie-Thérèse, « Les clercs notaires dans les testaments foréziens des xive et xve siècles  (...)
  • 46 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale (1213-1532), Rennes, É (...)

15Ces quelques chiffres interrogent. Marie-Thérèse Lorcin, qui a contribué par ses études à éclairer la question des rapports entre clercs/notaires et monde ecclésiastique dans le Forez, conclut elle aussi à des liens très forts. 336 hommes sur les 1 750 noms inventoriés pour les xive et xve siècles étaient en même temps prêtres ou curés, soit une proportion de 19,2 %45. Comme leurs homologues foréziens, certains ecclésiastiques bretons trouvaient dans la charge de clerc un moyen de subsistance complémentaire. La plupart des paroisses bretonnes procuraient en effet des revenus inférieurs à 20 livres par an, soit très insuffisants pour assumer des conditions de vie dignes à leurs détenteurs46.

  • 47 100 sous annuels par exemple pour le receveur de la Blanchardais : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E (...)

16Quelques indications sont parfois insérées à la toute fin des registres, dans la partie « mises et dépenses », concernant les gages de ces hommes. Peu élevés, de l’ordre de quelques dizaines de sous47, les gages ne permettent pas à eux seuls de vivre correctement. Les clercs sont par conséquent obligés de se déplacer pour trouver d’autres charges, ce qui contribue à diffuser les modèles à travers les territoires en utilisant toujours les mêmes types de présentation et les mêmes codes.

17Les séries sont globalement réalisées avec soin (fig. 2). La plupart des cahiers ne comporte plus de trace des réglures et autres piqûres ayant servi à la mise en page des folios. Effacées après la rédaction, comme le laissent entrevoir les fines lignes régulièrement distinctibles à l’œil nu, ces marques de réglure servent à organiser des paragraphes cohérents. Lisibles et aérés, les paragraphes sont globalement identiques d’une série à l’autre, même si le nombre de lignes varient d’un registre à l’autre. Les clercs sont donc des hommes qualifiés, qui maîtrisent les derniers progrès en matière de comptabilité pour pouvoir les appliquer là où ils œuvrent.

Fig. 2 – Folio de présentation d’un compte avec quadrillage (1412)

Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (12), f° 1 r°. Cliché personnel

  • 48 Delannoy, Thomas, op. cit., p. 103.

18Une dernière singularité doit être soulignée. Les nobles peuvent devenir notaires, puis retrouver leur dignité nobiliaire sans craindre pour autant de déchéance48. Cette caractéristique, très répandue en Bretagne, explique la part des nobles dans le notariat. La dérogeance permet ainsi, de manière temporaire, aux nobles – aux cadets de noblesse en réalité comme nous venons de le rappeler – d’exercer la charge de notaire pour restaurer les bases financières ou tout simplement pouvoir tenir leur rang.

1.3. Les receveurs

19Les receveurs sont eux aussi présentés très succinctement en introduction des registres. Les noms sont, pour la plupart, inscrits avec la date de prise et de fin de charge (fig. 3).

Fig. 3 – Nom et prénom des receveurs des comptes seigneuriaux de Bretagne méridionale conservés pour le xve siècle

  • 49 Juillet à novembre.
  • 50 Juillet 1405 à mai 1406.
  • 51 Mai à septembre.
  • 52 Septembre 1407 à mai 1408.
  • 53 Il s’agit de l’autre nom donné, dans les registres, au receveur Guillaume Lichardays.
  • 54 D’après : adla, 1 E 223 (6), f° 12 r°. Cf. annexe 2, pièce 14.

Seigneurie

Cote

Lieu de conservation

Année du registre

Durée de l’exercice comptable

Nom et prénom du receveur

Prévôté d’Ancenis

E 261 (1)

Arch. dép. Loire-Atlantique

1454

1 an

Jamet Perrouin

E 261 (2)

1455

1 an

Jamet Perrouin

E 261 (3)

1463

1 an

Pierre Monterrin

E 261 (4)

1464

1 an

Pierre Monterrin

E 261 (5)

1468

1 an

Pierre Monterrin

E 262 (1)

1477

2 ans

Jamet Perrouin

E 262 (2)

1478

1 an

Inconnu (il manque le premier et le dernier feuillet)

E 262 (3)

1479

1 an

Jamet Perrouin

E 262 (4)

1480

2 ans

Jamet Perrouin

E 263 (1)

1483

1 an

Jamet Perrouin

E 263 (2)

1486

2 ans

Jamet Bigot

E 263 (3)

1488

2 ans

Jamet Bigot

E 263 (4)

1489

2 ans

Guillaume Grallen

E 263 (5)

1491

2 ans

Guillaume Grallen

E 264 (1)

1494

2 ans et demi

Guillaume Grallen

E 264 (2)

1496

2 ans et demi

Phelippes Ribot

E 264 (3)

1501

2 ans et demi

Jehan Fournier

Châtellenie de Belligné

E 267 (1)

1445

1 an

Jehan Le Conte de la Lande

E 267 (2)

1447

2 ans

Jehan Le Conte de la Lande

E 267 (3)

1455

2 ans

Alain de La Bouexière

E 267 (4)

1457

2 ans

Alain de La Bouexière

E 267 (5)

1465

2 ans

Alain de La Bouexière

E 267 (6)

1467

2 ans

Alain de La Bouexière

E 267 (7)

1470

2 ans

Alain de La Bouexière

E 268 (1)

1483

2 ans

Guillaume Prieur

E 268 (2)

1487

2 ans

Olivier Dimillion

E 268 (3)

1496

2 ans

Guillaume Prieur

E 268 (4)

1499

2 ans

Jacques Daviau

E 268 (5)

1503

2 ans

Jacques Daviau

E 268 (6)

1505

2 ans

Colin Lohier

Châtellenie de Varades

E 277 (1)

1467

1 an

Robin Cormier

E 277 (2)

1470

2 ans

Jehan Pasquier

E 277 (3)

1480

1 an

Jehan Richart le jeune

E 277 (4)

1481

1 an

Michel Fournier

E 277 (5)

1499

1 an

Jacques Daviau

E 277 (6)

1501

5 mois49

Jacques Daviau

Châtellenie des Huguetières

E 500 (1)

1405

1 an

Jamet Le Bascle

E 500 (2)

1406

11 mois50

Jamet Le Bascle

E 500 (3)

5 mois51

Jamet Le Bascle

E 500 (4)

1408

9 mois52

Yvon Bouinière

E 500 (5)

1409

1 an

Yvon Bouinière

E 500 (6)

Yvon Bouinière

1410

1 an

Yvon Bouinière

E 500 (7)

Yvon Bouinière

E 500 (8)

Yvon Bouinière

E 500 (9)

Yvon Bouinière

E 500 (10)

Yvon Bouinière

E 500 (11)

Yvon Bouinière

E 500 (12)

1411

1 an

Jehan Guoy

E 501 (1)

1412

1 an

Jehan Guoy

E 501 (2)

Jehan Guoy

E 501 (3)

Jehan Guoy

1414

1 an

Jehan Guoy

E 501 (4)

Jehan Guoy

1417

1 an

Jehan Guoy

E 501 (5)

Jehan Guoy

E 502 (1)

1421

1 an

Inconnu

E 502 (2)

1426

1 an

Jehan Beitlève

E 502 (3)

1451

1 an

Olivier Le Roux

E 502 (4)

1454

1 an

Pierre Dechéral

E 502 (5)

1463

1 an

Pierre Dechéral

E 503 (1)

1493

1 an

Guillaume Garreau

E 503 (2)

1505

1 an

Jehan Jambu

Seigneurie de la Blanchardais

1 E 221 (1)

1432

3 ans

Jehannot Sourgonais

1 E 221 (2)

1439

3 ans

Jehannot Sourgonais

1 E 221 (3)

1450

2 ans

Birent Merlet

1 E 221 (4)

1453

1 an

Guillaume Baneau

1 E 222 (1)

1462

6 ans

Guillaume Lichardays

1 E 222 (2)

1466

4 ans

Guillaume Le Chardox53

1 E 222 (3)

1469

3 ans

Guillaume Le Chardox

1 E 222 (4)

1474

5 ans

Jehan Bouyer

1 E 223 (1)

1476

2 ans

Eonnet Guillo

1 E 223 (2)

1486

3 ans

Inconnu (le premier folio est arraché sur une moitié de sa longueur)

1 E 223 (3)

1491

4 ans

Pierre Bochays

1 E 223 (4)

1497

2 ans

[Jehan] Ligeart

1 E 223 (5)

1509

5 ans

Jehan Bouyer (de la Vaerie)

1 E 223 (6)

1513

7 ans

Guillaume Le Ray le jeune54

Châtellenie de Saffré

1 E 674 (1)

1447

1 an

Yvon de Naye

1 E 674 (2)

1448

1 an

Yvon de Naye

1 E 674 (3)

1456

1 an

Yvon de Naye

1 E 674 (4)

1459

1 an

Yvon de Naye

1 E 674 (5)

1464

2 ans

Inconnu

1 E 674 (6)

1466

5 ans

Yvon de Naye

1 E 674 (7)

1474

5 ans

Jehan Paetral

1 E 674 (8)

1476

1 an

Jehan Paetral

1 E 674 (9)

1481

2 ans

Jehan Paetral

Vicomté de Largouët

E 2704

Arch. dép. Morbihan

1464

2 ans

Olivier Le Maugan

E 2705

1469

2 ans

Éon de Kermelin

E 2706

1477

3 ans

Henry Guilloto

E 2707

1482

2 ans

Inconnu (perte des 30 premiers feuillets)

E 2708

1485

1 an

Yvonnet Davy

E 2709

1496

3 ans

Françoys de Locquemeren

E 2710

1503

2 ans

Gilles de Gameru

  • 55 « […] Et premier, compte et se charge du rachat Yvon Bouinière des héritages qu’il tenoit noblement (...)
  • 56 Mattéoni, Olivier, « Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge  (...)
  • 57 Delannoy, Thomas, op. cit., p. 98-100, 141-142.
  • 58 Kusman, David, « La présence des financiers italiens dans le comté de Flandre sous les règnes de Je (...)

20L’origine de ces hommes demeure trop souvent obscure. Yvon Bouinière est l’un des rares exemples de receveur pour lequel nous disposions d’autres éléments que ceux fournis en introduction. Receveur de mai 1408 à mai 1410, il appartient à la petite noblesse rurale. À son décès, en 1413, sa veuve doit s’acquitter de 10 livres pour le rachat de terres qu’il « tenoit noblement »55 du seigneur. Cette origine nobiliaire ne doit pas surprendre. Les receveurs étaient régulièrement amenés, comme ailleurs en France56, à avancer des fonds avant d’obtenir des rabats. Les receveurs jouissent aussi d’une influence, en tant que relais de l’autorité seigneuriale. Ils sont régulièrement amenés à acheter des produits ou des services au nom du seigneur. L’approvisionnement de la cour, les travaux d’entretien, les services rendus pour convoi ou transport de denrées sont autant de domaines laissés à l’initiative des receveurs. Pour les opérer en toute sérénité, les seigneurs ont besoin de faire appel à des hommes de confiance, qui gravitent autour d’eux. L’office de receveur maintient pleinement l’implantation des petites familles nobiliaires ou des cadets de noblesse57, comme dans les espaces du nord de la France, où les receveurs entretiennent des liens poreux avec le commerce et les villes58.

  • 59 C’est le cas d’Yvon Deraie, châtelain et receveur de Saffré du 14 juin 1446 au 1er août 1448, proch (...)
  • 60 Cf. supra, note 40.

21L’examen des séries pour les autres châtellenies atteste que les receveurs sont prioritairement choisis parmi le cercle nobiliaire59. Responsables de la charge du compte, ils doivent en effet être capables d’assumer la perte de revenus en cas de difficultés. La maîtrise des techniques, la connaissance du terroir d’un exercice à l’autre ou encore les liens entretenus avec les familles seigneuriales ou les tenanciers/villageois, sont autant de facteurs décisifs qui orientent les choix vers des familles déjà installées. L’étude des gages des receveurs insiste également sur l’ancrage local ou régional : de l’ordre de quelques dizaines de livres annuelles, les revenus ne sont pas suffisants pour assurer un train de vie en adéquation avec leur statut. Les receveurs, comme les tenanciers qu’ils encadrent, disposent d’autres sources de revenus avec les biens fonciers60, qu’ils font fructifier en les concédant à d’autres tenanciers. Les registres disponibles n’apportent malheureusement aucune indication plus précise sur les manières d’exploiter, ni sur les revenus tirés de ces exploitations.

  • 61 « Le compte et apurement que rendent Jehan Richart le jeune, ou nom et comme tuteur et garde de Mar (...)
  • 62 Quelques pistes de réflexion sont esquissées à ce sujet dans : Beck, Patrice, Le vocabulaire et la (...)

22La charge de receveur se transmet en toute logique et de préférence dans le cercle familial. Jehan Richart le jeune occupe ainsi entre février 1479 et août 1480 la fonction de receveur de la châtellenie de Varades. Il remplace, au lendemain de son décès, Macé Richart, qui, d’après les indications du registre, s’était remarié61. La continuité entre les offices est déterminante. Elle affermit non seulement les structures seigneuriales, en fournissant un personnel familier des modes de fonctionnement et des usages. Elle soutient également les réseaux et les alliances avec des systèmes de don/contre-don. Ces interactions, largement passées sous silence dans les comptes seigneuriaux, sont en réalité au cœur des pratiques. Elles assurent une cohésion aux structures, très différentes par leur taille ou la constitution de leur patrimoine, tout en insistant sur l’un des points fondamentaux de la noblesse et de la vie rurale en cette fin du Moyen Âge avec les relations de réciprocité et d’homme à homme62. Il s’ensuit un maintien des receveurs dans leurs fonctions sur plusieurs exercices. Véritables mémoires de la seigneurie, ils forment un cadre suffisamment solide pour assurer la continuité des gestions. Avec le temps, les expériences et les confrontations avec d’autres, comme les auditeurs, les receveurs perfectionnent la tenue générale des registres, ce qui est positif pour les structures du prélèvement.

2. La tenue des comptabilités

2.1. Des registres de plus en plus codifiés

  • 63 Les numérotations portées sur les registres ne datent bien sûr pas de l’époque médiévale. Elles ont (...)

23D’un point de vue matériel, les comptes conservés se présentent sous la forme de codex. Aucun ne nous est parvenu en rouleau. Chaque registre forme un tout cohérent avec plus ou moins de cahiers suivant l’ampleur de la seigneurie et l’étendue du patrimoine à gérer. Les châtellenies, par exemple, présentent davantage de registres organisés en trois ou quatre cahiers, reliés par une couture surpiquée, sur le côté gauche, avec un parchemin plus épais servant de couverture à la totalité du document. Des parchemins plus anciens, tels des aveux ou des minus, peuvent alors faire office de couverture. Certains comptes sont reliés directement aux précédents, formant un ensemble cohérent. Le compte des châtelains-receveurs des Huguetières rendu le 14 mai 1409 (fig. 4) est ainsi constitué de deux cahiers de parchemin regroupant 10 folios, le tout relié au registre de l’exercice immédiatement précédent, composé de 13 feuillets. Pour mieux se repérer, les archivistes ont fait le choix de numéroter les folios en continu, en prenant pour point de départ le premier registre de la liasse. La foliotation ne correspond dès lors plus à celle d’origine, comme l’indique la fig. 4, avec la référence 14 en haut à droite, si l’on distingue le compte rendu en 1409 de celui conclu en 140863.

Fig. 4 – Première page du compte rendu en 1409, relié au registre rendu en 1408

Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (6). Cliché personnel

  • 64 « […] Pour poiement et achat de parchemise et emploie a fere ses espenes des receptes qu’il a faict (...)

24Les seigneuries plus modestes privilégient plutôt les bifeuillets de parchemin ou papier. Cousus les uns aux autres par l’intermédiaire de ficelles ou, plus rarement, de lacets en cuir, ces cahiers de quatre à cinq bifeuillets sont de confection plus sommaire, mais non moins solide, que ceux des châtellenies. Réalisés lors de la confection des registres, ces travaux assurent une bonne conservation des comptes, tout en permettant une manipulation ultérieure – en particulier par les auditeurs – avec une robustesse conférée à la fois par l’épaisseur des feuillets et des cahiers. Les parchemins utilisés pour les bifeuillets sont en effet plus épais. Certains bifeuillets ne sont pas reliés par des lacets de cuir mais par de simples ficelles. Plus fragiles, ces reliures permettent d’économiser sur les fournitures : 5 sous sont ainsi consacrés en 1431-1432 pour mettre en forme et confectionner le compte de Jehannot Sourgonais, receveur de la Blanchardais64. Toutes ne nous sont d’ailleurs pas parvenues et certains registres sont aujourd’hui en mauvais état avec des feuillets détachés.

25Les comptes n’étaient pas rédigés sur un seul cahier. Les receveurs devaient par conséquent très certainement réaliser le registre sans étape intermédiaire. Pour limiter les coûts, les scribes jouaient alors sur le nombre de lignes par feuillet, pour éviter d’avoir à utiliser, et donc à payer, des fournitures. Ce souci d’économie correspond tout à fait aux indices laissés dans les registres, avec des coûts de quelques sous pour réaliser les comptes finaux. Les seigneurs bretons cherchaient à limiter au maximum leurs frais de gestion, que ce soit pour les outils ou pour les hommes, avec les gages.

  • 65 Jéhanno, Christine, « Sustenter les pauvres malades ». Alimentation et approvisionnement à Paris à (...)
  • 66 Avec les mesures et leurs subdivisions en sixtes, quarts et autres fractions. À partir des années 1 (...)
  • 67 Les annotations ne se distinguent alors plus par la taille, inférieure, à celle du registre lui-mêm (...)

26La mise en page présente une très grande homogénéité d’une série à l’autre. Tous les feuillets ont fait l’objet d’une préparation, plus ou moins soignée suivant l’importance de la seigneurie. Les registres des châtellenies, comme ceux de Saffré, gardent régulièrement des traces de piqûres et de réglures autour duquel s’organise l’espace central (fig. 4). Le modèle décrit par Christine Jéhanno pour l’hôtel-Dieu de Paris65 se retrouve largement en Bretagne méridionale : un espace central, pour la rédaction des articles plus ou moins longs et précis suivant les rubriques, est clairement délimité sous la forme d’un rectangle, avec une marge de tête et de queue, pour régler l’écriture. Les annotations sont dans un premier temps indistinctement inscrites dans les deux marges latérales. Celle de droite est peu à peu réservée uniquement à l’inscription des sommes perçues ou des rentes en nature66, tandis que celle de gauche s’élargit avec le temps. Alors que les marges latérales gauches sont quasiment inexistantes dans les années 1450, les receveurs des années 1480-1490 n’hésitent pas à leur réserver entre 3 et 5 cm, en plus de l’espace dédié à la reliure, pour permettre aux receveurs d’inscrire lisiblement leurs annotations67. Les retours d’expériences, la sophistication et la codification de l’audition dans la seconde moitié du xve siècle, soutiennent cette réorientation matérielle des comptes. Des traces de réglure sont encore visibles au détour de certaines séries. Globalement soignées, avec un effacement des lignes et des piqûres (fig. 5) ayant servi au tracé des lignes, toujours verticales, ces traces témoignent du partage de techniques communes, d’une seigneurie à l’autre.

Fig. 5 – Piqûre n’ayant pas donné lieu au traçage de verticale

Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 674 (6), f° 6 r°. Cliché personnel

  • 68 Jéhanno, Christine, « Savoirs et savoir-faire comptables au Moyen Âge : conclusion et perspectives  (...)

27D’autres espaces sont clairement laissés vacants ou en attente, dès la conception du registre, pour accueillir les corrections ou les ajouts ultérieurs. Plusieurs cas peuvent ici être distingués : des espaces sont laissés vides pour ajouter les rentes non encore perçues mais à venir (fig. 6). D’autres sont laissés libres pour inscrire les sommes totales ou les sous-totaux pour faciliter les calculs au fur et à mesure que les opérations se complexifient ou que la liste des tenanciers s’allonge (fig. 7). D’autres enfin s’étendent sur des pages entières (fig. 8), les clercs ne disposant pas des pièces nécessaires. Les registres n’étaient pas non plus définitivement clos. Des espaces blancs étaient insérés au gré des besoins pour inscrire les noms des tenanciers et se reporter aux aveux/dénombrements extérieurs au compte (fig. 9). Tous ces éléments témoignent d’une construction et d’une amélioration constante des techniques comptables pour répondre au mieux aux attentes des receveurs, tout en facilitant les opérations de contrôle et d’audition avec des espaces clairement dévolus à cet usage68.

Fig. 6 – Exemple d’espace laissé vacant pour insérer d’autres rentes perçues

Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (6), f° 36 v°. Cliché personnel

Fig. 7 – Exemple d’espace laissé vacant entre le dernier paragraphe et le total pour poser les calculs

Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (3), f° 5 r°. Cliché personnel

Fig. 8 – Folio entier laissé volontairement nu pour accueillir des informations ultérieures

Arch. dép. Loire-Atlantique, E 503 (1), f° 44 r°. Cliché personnel

Fig. 9 – Exemple d’espace blanc laissé volontairement pour retranscrire un nom

Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221 (3), f° 14 v°. Cliché personnel

  • 69 Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu… », art. cité, p. 20.
  • 70 Contrairement à ceux de l’hôtel-Dieu de Paris pour ne citer qu’un exemple : Ibid.
  • 71 « Les comptes ne portent jamais de foliotation intégrale d’origine » : Ibid., § 30, p. 20.

28Comme pour les autres séries comptables de la fin du Moyen Âge, rares sont les séries présentant des foliotations continues de la même couleur et de la même main que celles ayant réalisé les registres69. Lorsqu’ils sont numérotés, les folios le sont intégralement, au-delà du bifeuillet central70, mais uniquement sur le recto du folio. Le verso est toujours laissé vierge. Cet usage garantit un ordre du cahier et atteste, une nouvelle fois, que les registres étaient établis en continu pour éviter les erreurs et oublier des aspects qui devaient être retranscrits. Cette numérotation témoigne plus largement des progrès accomplis en matière de tenue des comptabilités avec un souci de rationalisation et de lisibilité, pour faciliter les repérages. Les registres de la première moitié du xve siècle ne portent jamais de telles marques71, ce qui laisse penser que les améliorations viennent des retours d’expériences.

Fig. 10 – Format de feuillets

Référence

Dépôt de conservation

Série

Hauteur (mm)

Largeur (mm)

Rapport

Surface (mm²)

E 261 (1)

Arch. dép. Loire-Atlantique (Nantes)

Prévôté d’Ancenis

370

330

0,892

122 100

E 261 (2)

315

355

1,127

111 825

E 261 (3)

300

340

1,133

102 000

E 261 (4)

275

350

1,273

96 250

E 261 (5)

300

345

1,15

103 500

E 262 (1)

325

350

1,077

113 750

E 262 (2)

345

340

0,986

117 300

E 262 (3)

305

360

1,180

109 800

E 262 (4)

325

370

1,138

120 250

E 263 (1)

330

345

1,15

103 500

E 263 (2)

335

360

1,075

120 600

E 263 (3)

235

310

1,319

72 850

E 263 (4)

205

290

1,415

59 450

E 263 (5)

290

300

1,034

87 000

E 264 (1)

320

360

1,125

115 200

E 264 (2)

320

350

1,094

112 000

E 264 (3)

320

350

1,094

112 000

E 267 (1)

Châtellenie de Belligné

315

360

1,143

113 400

E 267 (2)

305

360

1,180

109 800

E 267 (3)

315

370

1,175

116 500

E 267 (4)

320

360

1,125

115 200

E 267 (5)

285

370

1,298

105 450

E 267 (6)

275

365

1,327

100 375

E 267 (7)

295

375

1,271

110 625

E 268 (1)

290

365

1,259

105 800

E 268 (2)

250

300

1,2

75 000

E 268 (3)

380

390

1,026

148 200

E 268 (4)

290

355

1,224

102 950

E 268 (5)

310

370

1,194

114 700

E 268 (6)

285

365

1,281

104 025

E 277 (1)

Châtellenie de Varades

335

355

1,09

122 275

E 277 (2)

330

335

1,015

110 550

E 277 (3)

360

375

1,042

135 000

E 277 (4)

345

375

1,087

129 375

E 277 (5)

340

360

1,059

122 400

E 277 (6)

330

370

1,121

122 100

E 299 (1)

Assérac-Ranrouët

270

330

1,222

89 100

E 299 (2)

290

355

1,224

102 950

E 329 (1)

Longle

300

365

1,217

109 500

E 329 (2)

195

335

1,718

65 325

E 522 (1)

Machecoul

220

320

1,455

70 400

E 522 (2)

220

320

1,455

70 400

1 E 221 (1)

Seigneurie de la Blanchardais

210

300

1,429

63 000

1 E 221 (2)

215

295

1,372

63 425

1 E 221 (3)

215

295

1,372

63 425

1 E 221 (4)

220

295

1,341

64 900

1 E 222 (1)

230

295

1,283

67 850

1 E 222 (2)

235

310

1,319

72 850

1 E 222 (3)

240

310

1,292

74 400

1 E 222 (4)

240

310

1,292

74 400

1 E 223 (1)

225

300

1,333

67 500

1 E 223 (2)

230

310

1,348

71 300

1 E 223 (3)

225

300

1,333

67 500

1 E 223 (4)

220

305

1,386

67 100

1 E 223 (5)

230

305

1,326

70 150

1 E 223 (6)

230

305

1,326

70 150

1 E 333 (1)

Seigneurie d’Anetz

230

305

1,326

70 150

1 E 333 (2)

230

310

1,348

71 300

1 E 333 (3)

210

295

1,341

64 900

1 E 674 (1)

Châtellenie de Saffré

215

290

1,349

62 350

1 E 674 (2)

220

295

1,341

64 900

1 E 674 (3)

215

320

1,488

68 800

1 E 674 (4)

220

290

1,318

63 800

1 E 674 (5)

220

230

1,045

50 600

1 E 674 (6)

230

310

1,348

71 300

1 E 674 (7)

230

335

1,457

77 050

1 E 674 (8)

220

300

1,364

66 000

1 E 674 (9)

225

310

1,378

69 750

G 37 (1)

Chapitre de Nantes

265

350

1,321

92 750

G 37 (2)

280

350

1,25

98 000

E 2704

Arch. dép. Morbihan (Vannes)

Vicomté de Largouët

300

345

1,15

103 500

E 2705

300

350

1,167

105 000

E 2706

340

365

1,074

124 100

E 2707

340

335

0,985

113 900

E 2708

245

305

1,245

74 725

E 2709

295

370

1,254

109 150

E 2710

345

340

0,986

117 300

  • 72 Christine Jéhanno présentait déjà cette remarque pour la série des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris (...)

29Les registres sont plus hauts que larges, même si les dimensions varient d’une série à l’autre, ce qui est tout à fait normal pour la fin du Moyen Âge72. Il n’y a, dès lors, pas de format imposé, de manière à laisser aux receveurs le choix d’adopter les outils les plus pratiques possibles pour recenser l’ensemble des droits, mais aussi pour permettre aux auditeurs, au moment du contrôle, d’ajouter des annotations dans les marges en disposant d’espaces suffisants et clairement identifiés. Au sein d’une même série comptable, les receveurs n’hésitent pas non plus à choisir des formats différents suivant les éléments à retranscrire : les registres les plus épais sont aussi ceux qui présentent les plus grandes hauteurs, sans que cela n’ait d’incidence sur les largeurs, comme le prouvent les registres de la Blanchardais (fig. 10).

  • 73 C’est le cas de la vicomté de Largouët, avec les comptes de grèneterie : Arch. dép. Morbihan, E 270 (...)
  • 74 Par exemple, le compte principal rendu le 28 juin 1477 mesure 340 mm de large, tandis que le compte (...)
  • 75 Pour reprendre l’exemple cité dans la note précédente, le compte principal mesure 365 mm, tandis qu (...)

30Tout au long du xve siècle, les registres gagnent en épaisseur pour atteindre plusieurs dizaines de folios. Cette croissance s’observe aussi bien pour les châtellenies, avec la mise en place de cahiers séparés, inclus dans les comptes principaux, pour la levée des céréales par exemple73, que pour les plus petites structures foncières. Les cahiers insérés dans les comptes sont toutefois de taille nettement inférieure, pour être aisément repérables et réutilisables par les receveurs. Les comptes des grains, appelés « grèneterie » dans la série de la vicomté de Largouët, mesurent ainsi la moitié de la largeur des cahiers principaux74, tandis que la hauteur est quasiment identique75. Pour mieux comparer les autres données disponibles, deux séries comptables suffisamment étoffées chronologiquement et correspondant à deux extrêmes de la hiérarchie seigneuriale seront croisées pour conduire les propos : la Blanchardais et la prévôté d’Ancenis (fig. 11 et 12).

Fig. 11 – Nombre de folios par registre pour la Blanchardais (la date indiquée est celle de la conclusion du compte)

Fig. 12 – Nombre de folios par registre pour la prévôté d’Ancenis (la date indiquée est celle de la conclusion du compte)

31Les graphiques montrent une croissance régulière jusqu’au tournant des années 1480. La reprise en main administrative opérée par les Montfort au tournant des xive et xve siècles accroît la masse des écrits pour servir de preuves et de bases au paiement des taxes et des autres droits. Ces pièces sont établies et conservées hors des séries comptables. Rédigées selon les besoins, elles sont ensuite mobilisées par les receveurs pour présenter leurs registres, sans être retranscrites dans les comptes. Dans la seconde moitié du xve siècle, ces sources sont intégrées progressivement. Dans les années 1480, les receveurs ont besoin d’avoir à disposition des informations fiables pour assurer une bonne levée du prélèvement. Ils recourent de nouveau aux listes, les insérant dans les registres pour faciliter le travail de contrôle, mais aussi pour accroître le produit des perceptions. Cette nécessaire prise en compte de la conjoncture explique l’augmentation rapide, au début du conflit de 1487-1491, de la taille des registres. Il faut ensuite attendre le début du xvie siècle pour observer un nouvel accroissement des cahiers comptables, dans le contexte de redressement agraire. Les circonstances ne sont pas les mêmes, même si les buts des receveurs ne varient guère : avoir à disposition tous les éléments nécessaires, en un seul document, pour mettre en œuvre une gestion la plus rationnelle possible.

  • 76 Jones, Michael, Ducal Brittany (1364-1399). Relations with England and France during the reign of D (...)
  • 77 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 674 (3), f° 1 v° – 3  v° (1448) ; 1 E 674 (4), f° 1 v° – 2 v° (144 (...)
  • 78 Arch. dép. Loire-Atlantique, E 502 (1), f° 1 r° – 3 v°.

32Les registres sont aussi plus étoffés grâce aux nouvelles baillées. La stabilité politique du premier xve siècle, conjuguée aux premières tentatives de reconstruction et de redressement agraire76, soutient les initiatives. Les registres de la châtellenie de Saffré, par exemple, comportent régulièrement de longues listes de tenanciers dans les années 1440 et 1460-1470 avec les accensements et remises en culture d’anciennes exploitations77. La reprise est ici encore longue et très progressive, faute de moyens suffisants. Les comptes des Huguetières témoignent eux d’une reprise plus précoce, dans les années 1409-141078.

33La partie consacrée aux « mises et paiements » augmente en parallèle. Recensant tous les frais et autres justifications pour appuyer les demandes de décharge des receveurs, ces rubriques font l’objet d’attentions toutes particulières. Les receveurs sont tenus de motiver précisément les absences de levée, pour qu’elles soient validées par les auditeurs. Dans le cas contraire, les receveurs doivent s’acquitter des sommes dues, comme le soulignent les annotations dans les marges portées par les auditeurs. De même, les demandes de rabat ou décharge doivent être motivées pour être validées. Les formules utilisées par les receveurs montrent que les validations n’étaient pas automatiques. Le contrôle accru des exercices comptables réduit le nombre de demandes tout au long du xve siècle. Les crises des années 1480-1490 n’entraînent pas non plus d’augmentation brutale des demandes de décharge dans les comptes. Peu étaient en effet validées par les auditeurs. Les receveurs devaient par conséquent trouver d’autres moyens et solutions pour percevoir les sommes dues ou contourner les obstacles, réglant de fait le problème des décharges.

  • 79 C’est ce qu’indique le registre suivant : « […] Par poiement et achat de deux clers de part les mis (...)
  • 80 Ibid.

34L’insertion de listes dans le dernier tiers du xve siècle, l’articulation des séries comptables avec les mandements, aveux et autres dénombrements, jamais mentionnés directement dans les comptes, laissent entrevoir un foisonnement de l’écrit à la fin du xve siècle, même dans les structures les plus modestes comme la Blanchardais. Tous ces écrits n’avaient pas les mêmes destins. Certains étaient adressés directement à la Chambre des comptes ducale, comme les aveux pour rachat ou les minus comme nous l’avons vus, tandis que d’autres restaient précieusement conservés dans les résidences ou lieux de vie seigneuriaux, pour s’y référer en cas de besoin. Ce foisonnement des écrits suppose un recours fréquent, là encore, aux techniciens et aux agents capables de lire, de rectifier si besoin est, mais aussi de transmettre des outils codifiés aux autres, sans que cela ne pose de problème ou de rupture dans les manières de gérer. Il faut ici clairement distinguer les aveux, rentiers et autres dénombrements, qui servent d’abord à établir le prélèvement et la levée des rentes, des comptes eux-mêmes. Les premiers documents servent à la gestion quotidienne de la seigneurie, tandis que les comptes servent au contrôle, a posteriori, avec l’audition79. Cette dernière procédure clôt définitivement les exercices en les validant ou, le cas échéant, en demandant aux receveurs de rembourser les sommes/rentes rejetées par les auditeurs avec les refus de rabat. Cette question est aujourd’hui encore débattue, car les comptes servent à la fois à la levée des rentes – avec l’insertion des listes au tournant des années 1480-1490 –, mais aussi aux auditeurs pour vérifier l’honnêteté et la sincérité des receveurs. Certains receveurs n’hésitent pas non plus à renvoyer aux « rollements précédents » pour justifier leur présentation80. Les comptes étaient donc précieusement conservés aux côtés des autres archives seigneuriales, pour garder la mémoire et pour prouver les dires des receveurs. Cette procédure se retrouve pour tous les types de seigneurie, ce qui prouve la diffusion des techniques.

  • 81 Cf. supra, note 50.

35Les registres de la Blanchardais apportent un dernier élément intéressant. L’extrait cité plus haut mentionne clairement des registres établis en double81, comme les aveux et les dénombrements, pour servir de traces aux receveurs ultérieurs. Nous ne savons toutefois pas à qui les registres étaient précisément adressés : aux officiers de la Chambre des comptes, une fois l’exercice clos ou bien aux seigneurs eux-mêmes, qui vivaient en d’autres endroits ?

2.2. Des rubriques davantage codifiées

  • 82 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 495-516.
  • 83 Il s’agit des métairies de Grée, de la Vaerie et de la Foucquetière.
  • 84 Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 309-320 ; Id., « Les comptabilités seigne (...)
  • 85 Des moutons sont ajoutés aux chapons et aux deniers payés pour la mise en pâture des bêtes en l’Île (...)

36La deuxième évolution majeure concerne la codification des registres. Quel que soit le type et l’importance des structures, toutes les comptabilités témoignent, à partir des années 1450-1460, de progrès incontestables en matière d’organisation. Les titres sont de mieux en mieux établis, voire stylisés, pour introduire les parties, selon un ordre prédéfini et commun à toutes les séries, sur le modèle des comptes domaniaux ducaux82. Viennent d’abord les « rentes certaines » en deniers, autrement dit les redevances tirées des censives et des terres concédées, puis les « recettes incertaines » ou fermes, ventes de prés, d’herbe, de bois ou de produits issus des métairies – comme la laine ou les bêtes des métairies de la prévôté d’Ancenis83. Les rentes incertaines tirées des fermes et des enchères clôturent la charge du compte. Elles occupent une place croissante dans les années 1470-1480, pour atteindre un pic au début de la décennie suivante, au plus fort des tensions et des affrontements avec la France84. Viennent ensuite les recettes en nature, avec une distinction opérée entre les rentes fixes en céréales, en chapons et autres volailles, de celles, plus rares, en autres bêtes85.

  • 86 Nous ne disposons que d’un seul et unique exemple, pour les années 1495 et 1496 : Arch. dép. Morbih (...)
  • 87 Il est inclus entre les folios 36 et 37 du compte principal.
  • 88 1 350 perrées d’avoine menue – auxquelles s’ajoutent 1 364 poules – pour le compte mentionné précéd (...)
  • 89 Voir : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., annexe IV, carte 3, p. III.

37Certaines rubriques sont présentées différemment suivant les patrimoines. Les receveurs de la vicomté de Largouët, par exemple, établissent des comptes séparés pour les céréales, sous forme de carnets86 ensuite cousus au compte principal, au milieu des recettes en nature87. L’importance des revenus retirés, de l’ordre de plusieurs centaines de perrées88, la localisation de la vicomté sur le littoral89, proche du port de Vannes, ou encore la prédominance des domaines à convenant, avec un prélèvement plus lourd que celui opéré sur les censives, expliquent cette gestion différenciée. Les comptes de grèneterie sont présentés de la même façon que ceux des autres châtellenies, comme celles de Belligné ou de Machecoul, ce qui montre l’existence de modèles diffusés dans toute la province.

  • 90 Par exemple : « A Guillaume Beaumalet, charpentier, a […] cedit receveur pour de par mandement de m (...)
  • 91 Sur le même modèle que pour les tenanciers.
  • 92 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 495-516. Voir en particulier les graphiques p. 496 pour avoir un (...)

38Les mises et paiements sont également de mieux en mieux codifiés. Les dépenses effectuées par les receveurs pour l’approvisionnement de la table seigneuriale, le maintien ou la réparation du patrimoine – avec les références aux charpentiers90 ou « maçzons » –, sont présentés en premier avant de distinguer les reconnaissances de fiefs, avec le versement de rentes91, les gages des officiers et enfin les demandes de décharge, avec leur(s) justificatif(s), qui ferment le registre avec le bilan. Tous ces éléments sont directement issus des pratiques des receveurs du domaine ducal92, qui établissent des normes reprises par les autres seigneurs.

  • 93 Seule la date du mandement seigneurial est inscrite dans les registres, pour permettre aux auditeur (...)
  • 94 Bourin, Monique, Martínez Sopena, Pascual (dir.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial (...)

39Les remarques de la partie « mises et dépenses » sont globalement beaucoup moins détaillées que celles de la charge. Les pièces justificatives, auxquelles les receveurs renvoient, appelées « mandements seigneuriaux », leur permettent d’aller beaucoup plus vite en ne répétant pas, par exemple, l’objet exact de la dépense ou la date d’exécution93. Les dépenses sont toutes réglées directement par le receveur, de manière à garder un contrôle sur celles-ci. Le paiement par le receveur manifeste aussi le lien entre le rétribué et le seigneur. Les seigneurs attachent une valeur significative aux symboles94, qui ne manquent pas de rappeler leur autorité et leur position sociale éminente.

2.3. Styles et ornementations

  • 95 Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu… », art. cité, fig. 14 et 15.

40Les registres sont rédigés sur un même support : soit sur des feuillets papier, à la trame grossière et épaisse où se distinguent les fibres, soit sur des feuillets de parchemin d’un seul tenant. L’on ne note pas d’exemple, comme dans d’autres séries, de feuillets rapiécés suite à des déchirures95 ou d’usage de deux supports différents pour un même compte.

41Les registres sont aussi le reflet des préoccupations esthétiques des hommes de la fin du Moyen Âge, qui leur accordent un soin et une attention toute particulière. Les ornementations ne sont pas observées avant les années 1450 pour les comptabilités de Bretagne méridionale. Elles ne sont pas non plus l’apanage des seules châtellenies : les registres de la Blanchardais témoignent d’une certaine recherche, avec des lettrines et des têtes de rubriques travaillées (fig. 13 et 14).

Fig. 13 – Détail d’un folio de présentation illustré (1474)

Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (4), f° 1 r°. Cliché personnel

Fig. 14 – Détail d’un folio de présentation illustré (1513)

Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (6), f° 19 v°. Cliché personnel

  • 96 Jéhanno, Christine, « Le compte et son décor : entre norme comptable et liberté du scribe », Beck, (...)

42Chaque réalisation est, bien sûr, le fruit de l’imagination du clerc ou du réalisateur du registre96. Il ne semble pas que les receveurs aient orienté directement le choix des motifs. Aucune indication n’apparaît dans ce sens dans les registres. Les ornementations ne s’étendent pas non plus à tout le registre. Seuls quelques passages, généralement au tournant de deux grandes rubriques, comme l’articulation entre les « rentes certaines » et les « rentes incertaines » en deniers, font l’objet d’une telle attention (fig. 15). Ces décors ne se limitent pas uniquement aux premières pages, mais sont répartis tout au long des feuillets. Les figures sont toujours réalisées à l’encre noire, similaire à celle utilisée pour le texte, avec une plume. Les conditions de réalisation laissent penser que leur auteur n’est autre que le clerc ou le scribe à avoir pris en charge la confection du compte. Aucune lettrine n’est mise en réserve, pour éviter de confier le registre à un autre réalisateur.

Fig. 15 – Exemple de tête de rubrique (1513)

Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (6), f° 11 r°. Cliché personnel

  • 97 Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 280-284.

43D’autres motifs, de couleur identique à celle utilisée pour l’écriture des registres, sont inclus à l’intérieur des cahiers. Ils servent à orner une rubrique, comme les ventes de céréales par exemple, ou à introduire la partie des « mises et dépenses ». Ils témoignent aussi du soin accordé à la bonne tenue de la comptabilité. Les motifs sont de plus en plus courants dans les dernières décennies du xve siècle, à la veille de l’affermissement de l’autorité seigneuriale. Ils participent donc à une mise en scène de l’autorité seigneuriale, qui s’appuie justement et en particulier sur les comptes pour rétablir les bases du prélèvement après les soubresauts du dernier tiers du xve siècle97.

  • 98 Le compte rentier de Charles du Quelennec, sergent féodé de La Roche-Moisan à Guidel, présente une (...)

44Seuls des figures humaines98 ou des entrelacs sont représentés. Aucune figure animale ni forme géométrique ou abstraite n’est relevée dans les registres. Le répertoire des motifs est donc réduit, ce qui laisse penser que les auteurs s’inspirent les uns les autres ou, ce qui n’exclut pas la remarque précédente, ont connaissance des autres réalisations, qu’ils peuvent recopier ou prendre comme points de départ à leurs propres travaux. Ces motifs ne sont pas l’apanage des seuls barons ou châtelains, puisqu’on les retrouve à différents degrés de la hiérarchie seigneuriale.

  • 99 Cette seigneurie, dont le centre principal se situe à Crach, aurait appartenu au duc avant le xive (...)
  • 100 Par exemple, pour la châtellenie de La Roche-Moisan : « C’est le renthier de Charles du Quellennec, (...)

45Les entrelacs, en couleurs, sont uniquement positionnés dans les introductions ou sur les couvertures des registres. Ils soulignent ainsi la puissance du seigneur et son autorité, comme pour la châtellenie de Saffré (fig. 16) ou pour la seigneurie de Kervignac (fig. 17), proche de la seigneurie de Kaër99. Les registres destinés aux officiers de la Chambre des comptes font l’objet d’une attention plus soutenue, ce qui explique l’utilisation des couleurs. Les formules employées en introduction témoignent également d’une attention toute particulière accordée aux préambules et donc à la première impression laissée aux lecteurs. Dans le sillage des ducs, les barons se font appeler « très noble et puissant seigneur » par leur châtelain, n’hésitant pas à coucher par écrit cette reconnaissance100. Le discours n’est donc pas seulement économique, mais aussi symbolique et politique.

Fig. 16 – Folio de présentation d’un compte richement orné (1452)

Arch. dép. Loire-Atlantique, E 502 (3), f° 1 r°. Cliché personnel

Fig. 17 – Couverture d’un rentier seigneurial de 1401

Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1564. Cliché personnel

  • 101 C’est le cas, par exemple, de Louys Blanchart (seigneur de la Blanchardais), accompagné de sa mère, (...)
  • 102 « […] Mise de seille. Savoir que ledit receveur par celx qui doivent les rentes de seille a monseig (...)

46Les seigneurs accordent une très grande importance aux registres, en étant présents au moment de leur reddition et conclusion, après l’audition101. Les décors prennent alors tout leur sens, magnifiant l’autorité seigneuriale aux yeux de tous. Les comptes ne précisent toutefois à aucun moment si les seigneurs allaient plus loin dans la gestion des receveurs. Avaient-ils un droit de regard sur les registres ? Le choix des modes de perception, en fonction des usages et des coutumes, laisse penser que les seigneurs ne se contentaient pas uniquement de vérifier la bonne tenue des registres, à la fin des exercices comptables. Certains seigneurs étaient ainsi présents lors des levées102. Les registres, sortis pour vérifier les rentes dues à cette occasion, devaient être vus par les paysans. Les décors et autres figures prenaient alors tout leur sens, en soulignant l’importance symbolique du seigneur auquel les registres appartenaient en sus des gestes et des rituels du prélèvement.

3. Diffusion des modèles et techniques

3.1. Une nouvelle logique : l’audition

  • 103 La Chambre des comptes ne s’installe définitivement à Nantes qu’à la toute fin du xve siècle. En 15 (...)

47Tout registre, pour être définitivement clos, doit être validé par un examen postérieur approfondi, appelé audition. Effectuée par des hommes proches de l’entourage seigneurial à l’issue de la charge du receveur, l’audition impose l’utilisation de normes strictes, élaborées par la Chambre des comptes, basée à Nantes103. Ce contrôle est scrupuleux. L’ajout de remarques dans les marges, avec l’utilisation d’une autre couleur pour bien être distinguées et pour pouvoir y revenir le cas échéant, l’élargissement des marges pour les accueillir, le quadrillage et les autres marques de réglure (fig. 2) sont autant de traces visibles de ces progrès. Les remarques sont d’autant plus importantes que les receveurs devaient rembourser les sommes/rentes rejetées par les auditeurs avec les refus de rabat.

  • 104 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 363.
  • 105 C’est ce que souligne l’énumération des auditeurs à la fin du registre conclu le 12 mars 1476 (n. s (...)
  • 106 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (4), f° 34 r°.
  • 107 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 177, 282 ; Rabot, Brice, Les structures seigneuria (...)
  • 108 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (1), f° 29 r°.
  • 109 Santamaria, Jean-Baptiste, « Des officiers du prince dans la ville… », art. cité, p. 8-11.

48Les auditeurs apparaissent, dans le contexte ducal, au xve siècle, au moment de la régence bourguignonne, où ils auraient été introduits en Bretagne104. Faute de registres pour le xive siècle, il n’est pas possible d’approfondir cette piste. Les auditeurs sont essentiels car ils sont le dernier maillon des structures du prélèvement. Chargés d’examiner la véracité des propos du receveur ainsi que l’exactitude des sommes levées et dépensées, les auditeurs occupent pour cette raison une position qui les assimile aux élites. La plupart sont directement issus des cercles étroits gravitant autour du seigneur. L’examen des bilans des comptes de la Blanchardais, pour ne citer qu’un exemple, atteste de la proximité des auditeurs avec les Blanchard. Certains entretiennent des relations féodo-vassaliques105. D’autres font partie des groupes nobiliaires supérieurs, comme Alain de La Mote, amiral de Bretagne106. Vassaux des sires de Retz107, les Blanchard ont ainsi indirectement accès aux plus hautes sphères d’influence, ce qui explique la présence d’Alain de La Mote parmi les auditeurs. D’autres sont choisis parmi les notables locaux : le curé d’Arthon, Jehan Conraud, par exemple, fait partie des auditeurs du compte conclu le 17 décembre 1462108. Les auditeurs sont donc le reflet des sphères d’influence et des réseaux de clientèle. Le choix des auditeurs est enfin lié à la proximité avec le monde commercial et urbain. Plus les seigneuries sont éloignées de ces réseaux, plus le vivier se réduit. Ce trait fait écho, une nouvelle fois, aux espaces du nord de la France, bien étudiés par Jean-Baptiste Santamaria109.

  • 110 Arch. dép. Morbihan, E 2708, f° 28 r°.

49L’examen des comptes des châtellenies révèle d’autres liens avec les structures ducales. Les comptes de la vicomté de Largouët sont, par exemple, auditionnés par Jehan Jarnigon, lieutenant de la cour de Ploërmel110. La sénéchaussée de Ploërmel se situe au carrefour de grands domaines baronniaux, de la famille de Rieux ou de Rohan, et de la Bretagne intérieure, ce qui lui confère une position stratégique. Par leurs fonctions, par leurs relations avec les receveurs, les officiers ducaux comme Jehan Jarnigon contribuent à diffuser les modèles et les outils utilisés par l’administration centrale. Les châtellenies sont en outre et pour la plupart limitrophes des domaines ducaux. Les interactions sont par conséquent favorisées et soutenues (fig. 18).

Fig. 18 – Répartition spatiale des grands fiefs et des domaines ducaux en Bretagne méridionale

50Les autres structures seigneuriales ne sont pas en reste. Tous les bilans témoignent des liens étroits unissant les receveurs aux auditeurs. Une bonne connaissance du terrain, les contacts avec les tenanciers et les acteurs locaux, l’écoute du seigneur, l’accès aux archives, précisément conservées d’un exercice à l’autre pour l’organisation des levées mais aussi pour le contrôle, comme l’indiquent les annotations dans les registres, sont autant d’atouts indispensables.

  • 111 Sur cette question, voir : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 164-168. Les l (...)
  • 112 Gallet, Jean, Seigneurs et paysans bretons du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, éd. Ouest-France U (...)

51Les progrès accomplis en matière d’audition et de contrôle servent, en retour, les structures seigneuriales. Le prélèvement est affermi. Les impayés ou refus de s’acquitter de certaines rentes sont très limités et ne se développent véritablement qu’avec les troubles et l’insécurité de la fin de la période. Les montants exigés et les modalités de levée ne sont pas aussi arbitraires que pourraient le laisser penser les contrôles scrupuleux111. Une large place est en effet accordée aux assujettis eux-mêmes avec les affermages. En participant au prélèvement ces hommes deviennent des rouages des structures seigneuriales, ce qui limite d’autant les contestations ou remises en cause. L’audition accompagne plus largement le mouvement de réorganisation administrative opéré à la fin du Moyen Âge, qui conduit à la mise en place de nouvelles bases sur lesquelles les seigneurs s’appuient pour renforcer leur pouvoir et leur autorité à partir du xvie siècle112.

  • 113 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 411-416.

52Les annotations portées sur les cahiers par les auditeurs sont ici précieuses pour entrevoir les évolutions. À partir des années 1460, les remarques sont systématiquement inscrites dans la marge gauche, dévolue à cet usage, sur le modèle des comptes domaniaux ducaux113. Les ajouts sont retranscrits avec une encre de couleur différente, généralement plus claire, là encore sur le modèle utilisé par les membres de la Chambre des comptes. Ces adaptations ne sont pas seulement attestées pour les châtellenies. Elles se retrouvent pour les autres structures seigneuriales, beaucoup plus modestes comme la Blanchardais, où les annotations s’étoffent et sont de mieux en mieux présentées dans les années 1460-1470.

  • 114 Ibid., t. 1, p. 433-438.

53L’examen plus précis des comptes témoigne enfin des liens entretenus entre les receveurs et les auditeurs dans la seconde moitié du xve siècle. Ces hommes sont régulièrement amenés à se côtoyer, notamment dans le cadre des mises et des paiements. Guillaume Lichardays, par exemple, receveur de la Blanchardais au début des années 1460, rencontre à maintes reprises Alain Bottin, qualifié de « serviteur » des Blanchard, mais aussi auditeur des comptes. Ces relations entretiennent une situation de confiance entre des individus qui se connaissent beaucoup plus étroitement que les seules indications des comptes ne le laissent penser. Les comptables seigneuriaux suivent, en cela, un modèle similaire à celui des officiers ducaux que Jean Kerhervé qualifie volontiers de collaborateurs114.

3.2. Des outils capables de s’adapter

  • 115 Pougeard, Maurice, La Bretagne au XVe siècle. Étude démographique, Nantes, 1965, p. 50 bis, 80.

54Les comptes témoignent en outre d’une capacité d’adaptation des receveurs et des agents seigneuriaux lorsque les circonstances l’imposent. L’établissement et l’utilisation de plus en plus récurrente de longues listes de rentes, de noms de tenanciers ou encore de biens concédés apparaît à cet égard emblématique. Dans les années 1420-1430, les receveurs n’hésitent pas à insérer des énumérations, bâties sur le modèle des rentiers, pour recenser les nouvelles baillées. Le contexte de croissance et de reconstruction agraire encourage ces initiatives, même si les bras manquent115.

  • 116 Minois, Georges, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 334-337 ; Leguay, Jean-P (...)
  • 117 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 402.

55Un demi-siècle plus tard, dans les années 1470-1480, les receveurs recourent de nouveau à de longues listes, dans une tout autre perspective. Les affrontements armés avec la France en 1468, puis en 1487-1491116, désorganisent en profondeur les circuits économiques. Pis encore, ils affaiblissent la monnaie avec les mutations imposées par les ducs pour tenter de financer des dépenses toujours croissantes117. Les receveurs sont comme piégés par ces soubresauts, qui les obligent à accorder la plus grande attention au recensement et à la levée de toutes les rentes dues. Ils doivent en parallèle trouver des solutions rapides à mettre en place et préserver au mieux les ressources.

  • 118 Rabot, Brice, « Les comptabilités seigneuriales et les crises… », art. cité, p. 140, graphique 3.
  • 119 Ibid., p. 148-149, graphique 8.

56Les fermes et les « enchères à la chandelle allumée » apparaissent comme alternatives. Elles sont de plus en plus fréquentes dans la seconde moitié du xve siècle et couvrent un large éventail de situations. Toutes les seigneuries sont concernées, des modestes seigneuries foncières, comme la Blanchardais, aux châtellenies. Des différences doivent toutefois être opérées suivant la nature des patrimoines : les châtelains-receveurs n’ont pas, dans les années 1470-1480, développé de manière significative les enchères, car ils y recouraient déjà largement pour exploiter et tirer profit des nombreux fiefs dispersés. Les comptes de la châtellenie de Saffré montrent que les recettes tirées des fermes et des enchères restent globalement stables pour la période 1470-1480, même si elles s’érodent par rapport à la période précédente118. Les revenus progressent même au seuil de la guerre avec la France, avec une nette reprise en 1486. Les crises des années 1470-1480 ne constituent donc pas pour les châtellenies d’obstacles impératifs à surmonter par les enchères. Les crises fragilisent toutefois les châtellenies, car elles remettent en cause les équilibres et les circuits sur lesquels sont fondés une partie des ressources avec la revente des produits. Les effets sont alors plus insidieux et pernicieux que les comptes ne le laissent penser. Les registres de la prévôté d’Ancenis sont emblématiques de ces menaces. Les recettes tirées des ventes de laine des métairies marquent le pas au tournant des années 1480-1490. Cette érosion traduit les difficultés persistantes, après les crises, ainsi que la concurrence des provinces voisines – l’Anjou en l’occurrence –, avec leurs propres circuits de production et de distribution qui se sont développés, profitant des reculs des seigneuries bretonnes engluées dans les soubresauts de la fin du xve siècle119.

  • 120 Rabot, Brice, « La gestion d’une seigneurie… », art. cité, p. 82-83.
  • 121 Id., « Les comptabilités seigneuriales et les crises… », art. cité, p. 150-151, graphiques 10 et 11
  • 122 Id., Les structures seigneuriales…, op. cit., graphiques 1 à 9, p. 46-49.

57Les structures inférieures bénéficient de moindres opportunités, ce qui pousse les receveurs à adopter d’autres modes, derrière l’apparente inertie des présentations. Les fermes et les enchères occupent une place croissante dans les volumes, sans que les montants n’augmentent nécessairement. La multiplication des fermes de prés, de ventes d’herbe ou des panages120 permet en partie de contourner les difficultés. D’autres choisissent plutôt de lever des rentes en nature plutôt qu’en numéraire, qu’ils peuvent ensuite écouler sur les marchés locaux ou extérieurs une fois le gros de la crise passée. C’est le cas des seigneurs de la Blanchardais, les Blanchard, qui cherchent à réduire les déficits chroniques des années 1470-1490, avec l’érosion des rentes en numéraire et la perte de revenus suite aux inondations ou aux intempéries qui empêchent l’affermage de prés121. Ces stratégies sont complémentaires les unes des autres. Elles ne doivent pas être isolées ni opposées. L’examen des comptes et des graphiques des revenus annuels connus122 montre que ces adaptations ont finalement des impacts très limités. Elles permettent aux receveurs de faire face avant que les conditions ne soient favorables à une reprise, dans la première moitié du xvie siècle.

3.3. Des évolutions concomitantes entre les seigneuries

58Un dernier point doit être souligné. Les grandes comme les petites structures suivent la même voie, c’est à-dire un renforcement des outils de gestion et de contrôle au service des seigneurs et de leurs agents. Le quadrillage des folios, avec des espaces clairement délimités pour accueillir les remarques des auditeurs (fig. 2), les techniques employées avec l’utilisation de techniciens spécialisés se retrouvent aussi bien pour la Blanchardais que pour la prévôté d’Ancenis pour le Nantais ou la vicomté de Largouët pour le Vannetais. Ces évolutions concomitantes témoignent d’une diffusion, du haut vers le bas de la hiérarchie, avec un très léger décalage chronologique. Elles témoignent aussi d’une diffusion à large échelle, celle du duché, des techniques comptables éprouvées par l’administration centrale ducale.

  • 123 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221 (4), f° 19 r°.
  • 124 Par exemple : « […] Du proffilt et revenue du préau du Vivier, affermé pour deux ans, pour les ans (...)

59Dans les années 1480, les registres de la Blanchardais présentent des annotations plus longues et détaillées de la part des auditeurs. La conjoncture plus heurtée est un premier facteur explicatif. Elle ne saurait toutefois tout expliquer. L’allongement des annotations des auditeurs débute en réalité bien avant les années 1470. Dès les années 1460, les auditeurs de la Blanchardais prennent soin d’inscrire, dans les marges ou plus rarement sur le texte du receveur, des remarques qui éclairent plus précisément des points évoqués rapidement par ce même receveur. Une demande de rabat, en 1454, d’une rente de 24 sous est rejetée par les auditeurs, faisant appel à « l’ancienne recepte » remontant à 6 ans123. D’autres indications font leur apparition : « il dit vroy » est de plus en plus régulièrement inséré dans les registres pour justifier les dires du receveur124. De tels éléments étaient déjà présents depuis au moins une décennie dans les comptabilités des châtellenies, plus proches il est vrai du cercle ducal et de l’administration centrale.

  • 125 Les sieuries se distinguent des seigneuries par l’absence de droits de justice : Gallet, Jean, op. (...)
  • 126 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 212. Jean Gallet, en se fondant sur les travaux de (...)

60Les remarques précédentes sont aussi valables pour le dernier grand ensemble que nous n’avons pas encore évoqué : les petites seigneuries foncières ou micro-seigneuries (Jean-Pierre Leguay), appelées sieuries dans les sources125. Aucune comptabilité ne nous est parvenue pour ces structures, alors qu’elles enserrent étroitement le territoire de la Bretagne méridionale126. Seuls les aveux et les minus permettent d’entrevoir quelques éléments. Ces actes sont de mieux en mieux structurés et de plus en plus étoffés au cours du xve siècle. Les objectifs qui leur sont assignés sont identiques aux comptes : assurer la meilleure gestion possible des patrimoines en gardant la trace des droits avec, pour certains, des indications sur les termes de paiement et, plus rarement, sur les modalités de levée. L’écrit est ici encore un outil essentiel, transmettant de génération en génération les instruments nécessaires aux structures seigneuriales pour exiger le paiement de tous les droits dus.

  • 127 Nous pouvons citer, pour la fin du xve siècle, l’exemple de Rolland de Lande, seigneur et vassal de (...)
  • 128 Par exemple, le minu rendu 20 janvier 1416 (n. st.) par Jehan Le Paleis aux religieuses de l’abbaye (...)
  • 129 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 416.

61Les formes prises par les minus varient d’une seigneurie à l’autre. Rares sont les seigneurs à faire le choix des rouleaux127, peu commodes à manipuler et difficiles à lire du fait de la densité des informations récoltées. D’autres choisissent de présenter des livrets, sur le format des comptes128. Des modèles circulent là encore car, quel que soit le type de seigneurie considérée, tous présentent les mêmes caractéristiques et suivent la même organisation. Adressés à la Chambre des comptes, les minus sont un instrument révélateur des progrès accomplis en matière d’administration. Ils témoignent par leur longueur, leur formulation et leur mise en page de normes partagées, dès le début du xve siècle, en lien avec l’affermissement de la maison de Montfort. Des modèles circulent, qui permettent aux clercs chargés de leur rédaction de suivre des formats uniformisés. Ils gagnent à la fois en termes d’efficacité, avec des rubriques aisément distinctes, mais aussi en coût, avec l’écriture de minus sur tous types de parchemin. Jean Kerhervé, déjà, en 1986, soulignait cette particularité documentaire, qui n’est pas sans soulever des problèmes. Le recopiage des actes d’un scribe à l’autre les dispensait, en effet, d’effectuer des mises à jour, longues et fastidieuses, sur le terrain129.

62Les progrès accomplis en matière de comptabilité au long du xve siècle sont indéniables. Les registres sont en premier lieu de plus en plus réalisés sur des supports suffisamment solides pour résister au temps. Les améliorations constatées témoignent des retours d’expériences. Les registres sont aussi plus clairement structurés. L’effort de mise par écrit des documents administratifs entamé aux xiiie-xive siècles conduit, au niveau seigneurial, à la confection de cahiers présentant un ordre et une rigueur similaires d’une série à l’autre. Cette évolution concerne l’ensemble des seigneuries étudiées, des châtellenies et baronnies aux structures plus modestes. Seules les micro-seigneuries, qui n’ont légué aucune série comptable pour la Bretagne méridionale à la fin du Moyen Âge, restent dans l’ombre. Les comptes font, en outre, l’objet d’attentions toutes particulières. Les traces de piqûre et de réglure, pour la plupart effacées, laissent voir le soin accordé à la tenue des comptabilités. L’examen codicologique a permis de dégager des similitudes avec d’autres séries françaises, comme celle de l’hôtel Dieu de Paris, mise en lumière par Christine Jéhanno. Les dimensions des cahiers varient d’une série à l’autre pour laisser aux rédacteurs une certaine souplesse. L’effort d’organisation répond, enfin, aux besoins administratifs. Soumis aux opérations de contrôle (audition), les registres de compte répondent de plus en plus au xve siècle à des normes communes pour faciliter et rationaliser les interventions. Les clercs, préposés à cette tâche, ont des gages trop modestes pour pouvoir vivre correctement. Ils doivent par conséquent multiplier les entreprises, ce qui les conduit à se déplacer régulièrement et, par là-même, à diffuser des modèles. L’origine des clercs reste trop souvent obscure. Une chose est en revanche attestée : par leur nombre, les clercs assurent un bon maillage du territoire breton, ce que d’aucuns dénoncent régulièrement dans la seconde moitié du xve siècle. L’examen du profil des auditeurs, derniers maillons des structures comptables, révèle une grande diversité suivant l’importance dans la hiérarchie seigneuriale. Les comptes des châtellenies sont davantage auditionnés par les officiers ducaux, qui font le lien entre les barons et le cercle ducal. À l’inverse, les comptes des seigneuries foncières moyennes, de l’ordre d’une centaine de livres de revenus annuels, comme la Blanchardais, sont auditionnés par des notables locaux avec, à l’occasion, quelques nobles supérieurs issus de la sphère ducale.

63L’examen matériel des registres pose la question des modèles. L’organisation en paragraphes, clairement alignés sur les marges et pour certains encore délimités par des traits, les espaces latéraux plus grands pour accueillir les annotations ou encore l’insertion de bilans partiels ou de sous-totaux à la fin des rubriques se retrouvent d’une série à l’autre. Les choix faits par les rédacteurs suivent les recommandations des officiers de la Chambre des comptes et évoluent au gré des besoins. La conjoncture des années 1460-1480, particulièrement heurtée, conduit à l’insertion de listes sans cesse plus longues dans les registres. Les comptes se substituent alors aux minus pour centraliser les informations nécessaires au prélèvement. L’augmentation en parallèle du nombre et du volume des écrits, la meilleure sélection et conservation des actes conduit à opérer des choix, à la charnière des coutumes et des prescriptions de la Chambre des comptes.

64Les décors et les figures, enfin, témoignent de la circulation de types. Sur le modèle des ducs, les barons et les grands seigneurs se font appeler « très noble et puissant seigneur ». L’utilisation de couleurs, pour rehausser le texte des folios de présentation uniquement, participe à cette volonté. Pour les autres seigneurs, les registres sont moins richement ornés, avec des figures humaines et des entrelacs. La comparaison des registres laisse voir des similitudes dans les répertoires, accréditant une nouvelle fois l’idée de types en circulation.

Haut de page

Notes

1 Kerhervé, Jean, L’État breton aux xive et xve siècle. Les ducs, l’argent et les hommes, t. 1, Paris, Maloine, 1987, p. 411. Voir aussi le tableau 33, p. 410, pour avoir une vision d’ensemble de l’état de conservation des comptes des receveurs ordinaires en 1679, d’après l’inventaire dressé par Louis Béchameil, sieur de Nointel.

2 Par exemple, la Blanchardais, implantée à Vue : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221, 1 E 222 et 1 E 223.

3 C’est le cas, par exemple, les châtellenies de Machecoul (Arch. dép. Loire-Atlantique, E 522) ou des Huguetières (Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500, E 501, E 502 et E 503), vassales de la baronnie de Retz.

4 Par pays vannetais, nous entendons le territoire compris entre les landes de Lanvaux et le Porhoët au nord, la côte atlantique au sud, le fleuve Ellé à l’ouest et la Vilaine à l’est.

5 Le comté de Nantes s’étend de la Vilaine et du pays castelbriantais au nord aux marches frontalières avec le Poitou au sud, de l’Atlantique à l’ouest à la prévôté d’Ancenis à l’est, au contact avec l’Anjou.

6 Pour une présentation plus précise, voir infra première partie. Certaines pertes demeurent liées aux aléas de la conservation. L’incendie du château de Blain, en novembre 1793, par exemple, a entraîné la perte d’un énorme chartrier : Halgouët, Hervé, du, « Le chartrier de Blain », Annales de Bretagne, t. 35, n°1, 1921, p. 86.

7 Pour ne citer qu’un exemple : Chauvin, Monique, Les comptes de la châtellenie de Lamballe (1387-1482), Paris, C. Klinksieck, 1977.

8 Termeau, Dominique, La châtellenie de Belligné de la fin de l’époque médiévale aux débuts des Temps modernes (1444-1531), mémoire de maîtrise (dactyl.), Université de Nantes, 1980.

9 Saddier, Évelyne, Une seigneurie rurale du pays nantais au XVe siècle : les Huguetières à travers les comptes du receveur, mémoire de DES (dactyl.), Centre universitaire de Savoie : Chambéry, 1975.

10 Les comptes de la prévôté d’Ancenis n’ont toutefois pas été étudiés dans leur intégralité. Les analyses se sont focalisées sur les recettes des métairies : Vigneau, Thomas, Les métairies de la prévôté d’Ancenis à la fin du Moyen Âge (vers 1450 – 1525), mémoire de maîtrise (dactyl.), Université de Nantes, 1994.

11 Par exemple : Saddier, Évelyne, op. cit., p. 27-28.

12 Sur cette question, voir : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales rurales en Bretagne méridionale (XIVe – XVIe siècles), Rennes, PUR, « Histoire », 2017, p. 45-57.

13 Ces actes décrivent, par « le menu », les rentes, revenus et terres possédés par les seigneurs au moment du rachat, au décès du seigneur précédent. Ils relèvent les droits et héritages détenus, généralement avec une grande précision, servant de droits de propriété en cas de contestation : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 38-44. Les minus sont aussi utilisés par les barons et les châtelains. Ils sont alors beaucoup plus laconiques, car les rédacteurs résument le plus souvent les longues listes de noms de tenanciers et de droits sous la formule « droiz seigneuriaux et quelxconques ».

14 Les comptes paraissent davantage avoir été des outils de contrôle que de gestion. Les aveux et dénombrements étaient quant à eux utilisés par les receveurs, les sergents et les autres officiers seigneuriaux pour organiser le prélèvement et assurer la bonne levée des rentes et des droits dus par les assujettis. La question des usages reste débattue par les historiens.

15 Cartulaire des sires de Rays, publié par : René Blanchard, Archives historiques du Poitou, tome 30, Poitiers, 1899, n° LXVIII, p. 182-185.

16 Des comptes et des déductions de comptes sont aussi signalés sous le règne de Jean II (1286-1305), à la fin du xiiie siècle : Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 145.

17 Rabot, Brice, Les structures seigneuriales..., op. cit., p. 45-57.

18 Voir notamment : Coquery, Natacha, Menant, François, Weber, Florence (dir.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2006.

Le groupe GEMMA (Genèse médiévale d’une méthode administrative), dirigé par Armand Jamme avec l’aide de Thierry Pécout, co-responsable (2011-2014), est emblématique. Les chercheurs qui le composent se sont penchés sur les formes et les pratiques des comptabilités princières, en centrant les attentions sur le Sud-Est (Savoie, Dauphiné, Provence et Venaissin) à la charnière du Moyen Âge et des Temps modernes (xiiie – début du xvie siècle). Disponible sur : http://ressourcescomptables.huma-num.fr/ (consulté le : 14/06/2018). Le projet POLIMA (Pouvoir des listes au Moyen Âge), dirigé par Pierre Chastang depuis 2014, cherche quant à lui à définir et mettre en évidence les enjeux liés aux listes, dans lesquels s’inscrivent les comptes, pour comprendre leurs interactions avec les pouvoirs.

19 Pour une présentation des apports des comptabilités seigneuriales, voir : Rabot Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 45-57.

20 Id., « Communautés rurales et édifices seigneuriaux en Bretagne méridionale aux XIVe et XVe siècles », Histoire et Sociétés Rurales (à paraître).

21 Charron, Philippe, Jones, Michael, Comptes du duché de Bretagne. Les comptes, inventaires et exécution des testaments ducaux (1262-1352), Rennes, PUR/SHAB, coll. « Sources médiévales de l’histoire de Bretagne », 2017.

22 Kerhervé, Jean, op. cit.

23 Mattéoni, Olivier, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, n° 641, 2007, p. 31-69, en particulier p. 55-56 (repris dans : Id., Institutions et pouvoirs en France, xivexve s., Paris, Picard, 2010, « Les médiévistes français », n° 10, p. 123-152 et plus précisément p. 142-143).

24 Jean Kerhervé, déjà, évoquait à ce sujet « une intense circulation des idées et des informations dans l’Europe médiévale » : Kerhervé, Jean, op. cit., p. 144.

Plus récemment, Marjolaine Lémeillat a consacré ses travaux à cette question de la circulation des techniciens et « hommes de savoirs » : Lémeillat, Marjolaine, Les gens de savoir en Bretagne à la fin du Moyen Âge (xiiiexvie siècles), thèse de doctorat (en cours) sous la direction de Nathalie Gorochov, Université Paris-Est-Créteil. Sur la question des parcours et des circuits de diffusion, nous pouvons également citer dans des perspectives plus larges : Santamaria, Jean-Baptiste (dir.), Les comptables au Moyen Âge : parcours collectifs et individuels, Actes de la journée d’études organisée à l’université Lille 3 (13 juin 2014), paru dans : Comptabilité(s) [en ligne], n° 9, 2017, en particulier l’introduction de Jean-Baptiste Santamaria ; Pécout, Thierry (éd.), De l’autel à l’écritoire. Genèse des comptabilités princières en Occident (xiiexive siècles), Paris, de Boccard, 2017.

Nicolas Cor est emblématique de ces Bretons partis tirer profit du développement des offices à la fin du Moyen Âge. Originaire du diocèse de Vannes, ce clerc habite Avignon entre 1375 et 1395, où il exerce en tant que notaire public apostolique et royal à la cour commune de Villeneuve et de Saint-Adrien : Baluze, Étienne, Histoire généalogique de la Maison d’Auvergne, Paris, 1708, t. II, p. 202-208, 210-212. Cité par : Delannoy, Thomas, Passeurs et tabellions. Contribution à l’histoire du notariat médiéval breton, mémoire de master 2 recherche (dactyl.), Université de Nantes, 2017, p. 128.

25 Les zones frontalières, les marches, font en effet l’objet de découpages savants, suivant la coutume et les usages, pour désigner les détenteurs d’autorité. Voir à ce sujet les travaux anciens, mais toujours valables, de : Chénon, Émile, « Les Marches séparantes d’Anjou, Bretagne, et Poitou », Nouvelle revue de droit historique français et étranger, t. 16, 1892, p. 18-62, 165-211. Nous renvoyons également aux travaux plus récents de : Cintré, René, Les marches de Bretagne au Moyen Âge. Économie, guerre et société en pays de frontière (xive-xve siècles), Pornichet, éd. Jean-Marie Pierre, 1992 ; Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 11-14 ; Id., « Le développement des métairies dans le comté de Nantes à la fin du Moyen Âge (xivexve siècles) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 124, n°1, mars 2017, p. 39-41, figure 3.

26 Santamaria, Jean-Baptiste, « Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des Pays-Bas bourguignons, fin xive – début xve siècle », Comptabilité(s) [en ligne], n° 7, 2015.

27 Sur cet aspect, voir les remarques de : Beck, Patrice, « Forme, organisation et ordonnancement des comptabilités : pour une approche codicologique – archéologique – des documents de la pratique », Beck, Patrice, Mattéoni, Olivier (dir.), Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015, p. 31-46.

28 La vicomté de Largouët s’étend ainsi sur 17 à 18 paroisses, avec une superficie totale de l’ordre de 40 000 hectares qui n’évolue guère entre la fin du xve et le xviie siècle : Gallet, Jean, « La seigneurie bretonne du xve siècle à la fin du xviie siècle, l’exemple du Vannetais », L’information historique, vol. 43, n°2, 1981, carte p. 64.

29 Rabot, Brice, « Crises et recompositions des campagnes de Bretagne méridionale à la fin du Moyen Âge », dans Laget, Frédérique, Josserand, Philippe, Rabot, Brice (dir.), Entre horizons terrestres et marins. Sociétés, campagnes et littoraux de l’Ouest atlantique. Mélanges offerts à Jean-Luc Sarrazin, Rennes, PUR, 2017, p. 143-152.

30 Rabot, Brice, « Les comptabilités seigneuriales et les crises de la fin du Moyen Âge : l’exemple de l’est du comté de Nantes au XVe siècle », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 153, 2018, p. 133-152.

31 Par exemple : « Du proufilt et revenue de la ferme des aulnes, sauzes et roches, boais de chauffage, pesseaulx et a renage du Suzain Deffais n’en compte point cedit receveur à mondit seigneur qu’il en est fait une ferme pour poier, commencé à la feste de Pasques, l’an mil IIIIC LXXV, et finissans lesdiz quatre ans revoluz par ferme que les fermiers ne doivent coupper jucques au segond an, savoir ladicte somme à Guillaume Lefeubvre, comme plus donnans, pour en poier pour ledit temps X livres X soulz, dont s’en charge point pour ce que n’en est rien escheu pour ledit marché […] » : extrait du compte rendu le 12 mars 1476 (n. st.) [Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (1)].

32 Rabot, Brice, « La gestion d’une seigneurie rurale en pays de Retz à la fin du Moyen Âge : la comptabilité de la Blanchardais », Histoire et Sociétés Rurales, t. 45, juin 2016, p. 69-114.

33 Id., Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 233 ; Id., « La gestion d’une seigneurie… », art. cité, p. 77.

34 C’est-à-dire d’une centaine de revenus annuels connus. Sur ce sujet, voir : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 93-98.

35 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 37 (1), f° 6 r°.

36 Le premier registre disponible s’étend du 22 avril 1446 au 22 avril 1448, tandis que le deuxième s’étend du 4 mars 1461 (n. st.) au 2 juillet 1462 : Arch. dép. Loire-Atlantique, G 37.

37 Rabot, Brice, « Crises et recompositions des campagnes… », art. cité.

38 Il faut entendre derrière ce terme « tout individu capable de lire et écrire, constitutif d’une élite » : Delannoy, Thomas, op. cit., p. 139. Les clercs ne sauraient toutefois être confondus avec les seuls ecclésiastiques. Les sources de la fin du Moyen Âge en Bretagne méridionale n’apportent en effet pas d’éléments suffisamment précis pour déterminer avec exactitude l’origine sociale de ces hommes.

39 Thomas Delannoy a relevé 80 notaires d’origine noble sur 400 (sur un total de 1 500 noms) pour lesquels des informations biographiques sont disponibles et suffisantes pour la Bretagne tout entière entre le viiie et le xve siècle : Ibid., p. 105. Voir aussi la table chronologique des notaires : tableau 4, p. 21. Michel Nassiet, quant à lui, estime fort probable que les nobles aient représenté une part importante des notaires dans les zones rurales, les nobles étant les seuls capables d’écrire avec les ecclésiastiques : Nassiet, Michel, Noblesse et pauvreté : la petite noblesse en Bretagne, xvexviiie siècle, Rennes, PUR/SHAB, 2012, p. 79-80.

40 Par exemple : Arch. dép. Loire-Atlantique, E 505.

41 Minois, Georges, L’évêché de Tréguier au xve siècle, thèse de doctorat (dactyl.), Université de Rennes-II, 1975. Cité par : Delannoy, Thomas, op. cit., note 398, p. 88.

42 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 265, 290.

43 Morice, Dom Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, rééd. 1974 (1re éd. 1742-1746), t. III, col. 760. Cité par : Delannoy, Thomas, op. cit., note 441, p. 95.

44 Delannoy, Thomas, op. cit., note 387, p. 86.

45 Lorcin, Marie-Thérèse, « Les clercs notaires dans les testaments foréziens des xive et xve siècles », dans Le Clerc au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Centre universitaire d’études et de recherches médiévales (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône), 1995, p. 385-397 ; Id., « Le notariat métier d’appoint pour les prêtres des Monts du Forez (1300-1450) », dans Brunet, Serge, Lemaître, Nicole (dir.), Clergés, communautés et familles des montagnes d’Europe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 165-176. Cité par : Delannoy, Thomas, op. cit., note 386, p. 86.

46 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale (1213-1532), Rennes, Éditions Ouest-France Université, 1997, p. 294.

47 100 sous annuels par exemple pour le receveur de la Blanchardais : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (4), f° 27 r°. Le receveur des Huguetières perçoit quant à lui 20 livres annuelles : Saddier, Évelyne, op. cit., p. 28.

48 Delannoy, Thomas, op. cit., p. 103.

49 Juillet à novembre.

50 Juillet 1405 à mai 1406.

51 Mai à septembre.

52 Septembre 1407 à mai 1408.

53 Il s’agit de l’autre nom donné, dans les registres, au receveur Guillaume Lichardays.

54 D’après : adla, 1 E 223 (6), f° 12 r°. Cf. annexe 2, pièce 14.

55 « […] Et premier, compte et se charge du rachat Yvon Bouinière des héritages qu’il tenoit noblement de mondit seigneur qui deceda ou moys de may l’an mil IIIIC et treze affaire ledit rachat à André Percevin en garantire la part à le douaere, vesve dudit Bouinière qu’elle en fornir la somme de X livres […] » : Arch. dép. Loire-Atlantique, E 501 (3), f° 18 r° ; Saddier, Évelyne, op. cit., p. 32.

56 Mattéoni, Olivier, « Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge », Beck, Patrice, Mattéoni, Olivier (dir.), Classer, dire, compter…, op. cit., p. 9-27.

57 Delannoy, Thomas, op. cit., p. 98-100, 141-142.

58 Kusman, David, « La présence des financiers italiens dans le comté de Flandre sous les règnes de Jeanne et de Marguerite de Constantinople (1205-1280) : banque locale et négoce international », dans Dessaux, Nicolas (éd.), Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut, Paris, Somogy, 2009, p. 71-79 ; Santamaria, Jean-Baptiste, « Des officiers du prince dans la ville : les receveurs d’Arras et Saint-Omer du gouvernement royal aux ducs Valois de Bourgogne (mi xive – mi xve siècle) », Comptabilité(s) [en ligne], n° 9, 2017, p. 11-19.

59 C’est le cas d’Yvon Deraie, châtelain et receveur de Saffré du 14 juin 1446 au 1er août 1448, proche de la famille de Caradreux, possessionnée en Lanouée et Taupont (Morbihan) : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 674 (2), f° 1 r°, 15 v° ; 1 E 674 (3), f° 1 r°, 16 v°. Yvon Deraie occupe de nouveau cette charge entre le 18 mai 1458 et le 17 avril 1459 [Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 674 (4), f° 1 r°] et le 21 mars 1461 et le 27 juin 1466 [Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 674 (6), f° 1 r°].

60 Cf. supra, note 40.

61 « Le compte et apurement que rendent Jehan Richart le jeune, ou nom et comme tuteur et garde de Marie et beaux enffans mineurs de feu Macé Richart, en son vivant et au temps de son déceix chastellain et receveur de Varades, Thomas Guays et sa famme, Pierres Baudouin et sa famme, lesdictes fammes filles dudit deffunct Macé Richart. […] » : Arch. dép. Loire-Atlantique, E 277 (3), f° 1 r°.

62 Quelques pistes de réflexion sont esquissées à ce sujet dans : Beck, Patrice, Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation. Propos d’orientation générale », Comptabilité(s) [en ligne], n° 4, 2012, p. 5.

63 Les numérotations portées sur les registres ne datent bien sûr pas de l’époque médiévale. Elles ont été réalisées par les archivistes, à l’époque contemporaine, dans le cadre des opérations de classement.

64 « […] Pour poiement et achat de parchemise et emploie a fere ses espenes des receptes qu’il a faictes et des mises et a fere ses quictances et mectre ses myanes mises et auxi pour parchemise et emploié a fere le compte dudit receveur et a le doubler V soulz. […] » : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221 (1), f° 14 r°.

65 Jéhanno, Christine, « Sustenter les pauvres malades ». Alimentation et approvisionnement à Paris à la fin du Moyen Âge : l’exemple de l’hôtel-Dieu de Paris, thèse de doctorat (dactyl.), Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2000, p. 22-35 ; Id., « La série des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects codicologiques », Comptabilité(s) [en ligne], n° 2, 2011.

66 Avec les mesures et leurs subdivisions en sixtes, quarts et autres fractions. À partir des années 1450, aucune annotation n’est portée dans cette partie.

67 Les annotations ne se distinguent alors plus par la taille, inférieure, à celle du registre lui-même, mais par l’utilisation d’une couleur plus claire, pour bien les distinguer.

68 Jéhanno, Christine, « Savoirs et savoir-faire comptables au Moyen Âge : conclusion et perspectives », Comptabilité(s) [en ligne], n° 7, 2015, p. 4.

69 Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu… », art. cité, p. 20.

70 Contrairement à ceux de l’hôtel-Dieu de Paris pour ne citer qu’un exemple : Ibid.

71 « Les comptes ne portent jamais de foliotation intégrale d’origine » : Ibid., § 30, p. 20.

72 Christine Jéhanno présentait déjà cette remarque pour la série des comptes de l’hôtel-Dieu de Paris au xve siècle : Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu… », art. cité, p. 3-5.

73 C’est le cas de la vicomté de Largouët, avec les comptes de grèneterie : Arch. dép. Morbihan, E 2706.

74 Par exemple, le compte principal rendu le 28 juin 1477 mesure 340 mm de large, tandis que le compte des grains, qui comporte 13 feuillets de parchemin insérés entre les folios 36 et 37, mesure 170 mm : Arch. dép. Morbihan, E 2706.

75 Pour reprendre l’exemple cité dans la note précédente, le compte principal mesure 365 mm, tandis que le compte des grains mesure 355 mm de hauteur : Ibid. Tous deux sont réalisés en parchemin de qualité comparable.

76 Jones, Michael, Ducal Brittany (1364-1399). Relations with England and France during the reign of Duke John IV, Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 174-175 ; Knowlson, George A., « Jean V, duc de Bretagne et l’Angleterre (1399-1442). Trêve, Traité et Sauf-Conduit », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 52, 1972-1974, p. 27-53 ; Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 207-223.

77 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 674 (3), f° 1 v° – 3  v° (1448) ; 1 E 674 (4), f° 1 v° – 2 v° (1449) ; 1 E 674 (6), f° 1 r° – 2 v° (1466) ; 1 E 674 (7), f° 2 r° – 3 v° (1475).

78 Arch. dép. Loire-Atlantique, E 502 (1), f° 1 r° – 3 v°.

79 C’est ce qu’indique le registre suivant : « […] Par poiement et achat de deux clers de part les mises emploiees a fere les espenes des receptes et mises cedit receveur a fait et fait fere durant le temps de ce compte a fere ses comptes o controlle et ses mynus mises pour avoir ses quictances selon ycelles pour ce V soulz […] » : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221 (2), f° 16 r°.

80 Ibid.

81 Cf. supra, note 50.

82 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 495-516.

83 Il s’agit des métairies de Grée, de la Vaerie et de la Foucquetière.

84 Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 309-320 ; Id., « Les comptabilités seigneuriales… », art. cité.

85 Des moutons sont ajoutés aux chapons et aux deniers payés pour la mise en pâture des bêtes en l’Île de Vue : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (4), f° 9 r° – 10 v°.

86 Nous ne disposons que d’un seul et unique exemple, pour les années 1495 et 1496 : Arch. dép. Morbihan, E 2706. Les comptes suivants ne présentent plus directement de carnet spécifique. Seuls les montants totaux perçus sont inscrits : Arch. dép. Morbihan, E 2707, f° 50 v° ; E 2708, f° 14 r° ; E 2709, f° 28 v° ; E 2710, f° 37 r°. L’assiette du prélèvement étant inchangée, les receveurs ne font pas recopier des listes qui alourdiraient inutilement les registres.

87 Il est inclus entre les folios 36 et 37 du compte principal.

88 1 350 perrées d’avoine menue – auxquelles s’ajoutent 1 364 poules – pour le compte mentionné précédemment : Ibid.

89 Voir : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., annexe IV, carte 3, p. III.

90 Par exemple : « A Guillaume Beaumalet, charpentier, a […] cedit receveur pour de par mandement de madicte damoiselle, esdiz noms, tesmoign quictance dudit Beaumalet, pour une parcelle, III boexeaux froment, et par une aultre parcelle, deux boexeaux froment, somme V boexeaux froment […] » :Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (5), f° 25 r°.

91 Sur le même modèle que pour les tenanciers.

92 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 495-516. Voir en particulier les graphiques p. 496 pour avoir une idée de la ventilation des dépenses.

93 Seule la date du mandement seigneurial est inscrite dans les registres, pour permettre aux auditeurs de s’y référer en cas de besoin. Les mandements étaient écartés et détruits après l’audition, d’où leur absence dans les fonds d’archives aujourd’hui.

94 Bourin, Monique, Martínez Sopena, Pascual (dir.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xive siècles). Réalités et représentations paysannes, colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 29, 35-36.

95 Jéhanno, Christine, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu… », art. cité, fig. 14 et 15.

96 Jéhanno, Christine, « Le compte et son décor : entre norme comptable et liberté du scribe », Beck, Patrice, Mattéoni, Olivier (dir.), Classer, dire, compter…, op. cit., 2015, p. 97-152.

97 Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 280-284.

98 Le compte rentier de Charles du Quelennec, sergent féodé de La Roche-Moisan à Guidel, présente une triple tête pour illustrer l’introduction de son registre : Arch. dép. Morbihan, E 5497, f° 1 r°. Illustration reprise dans : Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 447.

99 Cette seigneurie, dont le centre principal se situe à Crach, aurait appartenu au duc avant le xive siècle. Les sources de la fin du Moyen Âge (xivexve siècles) présentent la seigneurie de Kaër comme une grande seigneurie foncière, même si le terme de châtellenie n’est pas employé : Ogée, Jean-Baptiste, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Rennes, Mollies, 1853, vol. 1, p. 209 ; Gallet, Jean, La seigneurie bretonne (1450-1680) : l’exemple vannetais, Paris, Publications de la Sorbonne, 1983, p. 88.

100 Par exemple, pour la châtellenie de La Roche-Moisan : « C’est le renthier de Charles du Quellennec, sergeant ou belliaige de Pohaer, pour faire la levé des deniers ordinanires en ladicte provosté, à hault et puissant seignour de La Rochemoisan en la paroisse de Guidel, Ploemel, Gestel, Quezeven, Beuey et Plécanlan […] » (Arch. dép. Morbihan, E 5497, f° 1 r°).

101 C’est le cas, par exemple, de Louys Blanchart (seigneur de la Blanchardais), accompagné de sa mère, au printemps 1476 : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (1), f° 31 r°.

102 « […] Mise de seille. Savoir que ledit receveur par celx qui doivent les rentes de seille a monseigneur a fait conduire et mener par chacun an de ce present compte et en sa présence mesurer ou grenier de la Blanchardaye. » : Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (2), f° 27 v°.

103 La Chambre des comptes ne s’installe définitivement à Nantes qu’à la toute fin du xve siècle. En 1501, les archives sont transférées officiellement de Vannes à Nantes : Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 351.

104 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 363.

105 C’est ce que souligne l’énumération des auditeurs à la fin du registre conclu le 12 mars 1476 (n. st.) : « […] Ereur de geret de compte es droiz et noblesces de monseigneur et les enquestes, réservez en touz endroiz, faict et conclut en la meson dudit lieu de la Blanchardaie, en présence de monseigneur et de madame sa mère et de Pierres Villageis, seigneur du Boaisrou, Edoard Gillet, seigneur de la Villebessae, et de Guillaume Borgnet, seigneur Dequarton, le XIIe jour de mars l’an mil IIIIC LXXV. […] » [Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (1), f° 31 r°].

106 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (4), f° 34 r°.

107 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 177, 282 ; Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 84-89.

108 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (1), f° 29 r°.

109 Santamaria, Jean-Baptiste, « Des officiers du prince dans la ville… », art. cité, p. 8-11.

110 Arch. dép. Morbihan, E 2708, f° 28 r°.

111 Sur cette question, voir : Rabot, Brice, Les structures seigneuriales…, op. cit., p. 164-168. Les levées reposent en grande partie sur les initiatives individuelles et les frérèches, communautés paysannes fondées sur la parenté pour mettre en commun et exploiter la terre.

112 Gallet, Jean, Seigneurs et paysans bretons du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, éd. Ouest-France Université, 1992, p. 314-316.

113 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 411-416.

114 Ibid., t. 1, p. 433-438.

115 Pougeard, Maurice, La Bretagne au XVe siècle. Étude démographique, Nantes, 1965, p. 50 bis, 80.

116 Minois, Georges, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 334-337 ; Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 390-421 ; Cornette, Joël, Histoire de la Bretagne et des Bretons, Paris, Seuil, 2005, t. 1, p. 327-328, 384-391 ; ainsi que : Cintré, René, op. cit., p. 145-161.

117 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 402.

118 Rabot, Brice, « Les comptabilités seigneuriales et les crises… », art. cité, p. 140, graphique 3.

119 Ibid., p. 148-149, graphique 8.

120 Rabot, Brice, « La gestion d’une seigneurie… », art. cité, p. 82-83.

121 Id., « Les comptabilités seigneuriales et les crises… », art. cité, p. 150-151, graphiques 10 et 11.

122 Id., Les structures seigneuriales…, op. cit., graphiques 1 à 9, p. 46-49.

123 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221 (4), f° 19 r°.

124 Par exemple : « […] Du proffilt et revenue du préau du Vivier, affermé pour deux ans, pour les ans de ce compte à Martin Rochier pour VII livres tournois, n’en compte ce receveur pour ce que monseigneur et ledit Rochier en ont fait pour compte pour entr’eulx et n’en a ledit receveur auchune chouse receu. [D’une autre main, dans la marge, à gauche :] {Il dit vroy selon que dit monseigneur a esté présent sur ce compte.} » [Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (4), f° 15 v°]. Le compte, dont cette citation est extraite, a été conclu en 1497.

125 Les sieuries se distinguent des seigneuries par l’absence de droits de justice : Gallet, Jean, op. cit., p. 125. La plupart des sieuries sont détenues par des nobles, ce qui contribue à brouiller les pistes avec les seigneuries.

126 Leguay, Jean-Pierre, Martin, Hervé, op. cit., p. 212. Jean Gallet, en se fondant sur les travaux des érudits du xixe siècle, estime que 70 % des manoirs et autres lieux étaient des micro-seigneuries : Gallet, Jean, op. cit., p. 125. Les érudits du xixe siècle avaient déjà souligné cette caractéristique des structures foncières bretonnes : Cornulier, Ernest de, Essai sur le dictionnaire de terres et des seigneuries comprises dans l’ancien comté nantais et dans le territoire actuel du département de la Loire Inférieure, Paris, Dumoulin, 1857, p. 128-136 ; La Borderie, Arthur de, Essai sur la géographie féodale de la Bretagne, Rennes, Plihon-Hervé, 1889.

127 Nous pouvons citer, pour la fin du xve siècle, l’exemple de Rolland de Lande, seigneur et vassal des sires de Retz à Pornic, qui choisit de présenter son aveu sous la forme d’un rouleau de quatre parchemins cousus ensemble (aveu rendu le 20 avril 1482) : Arch. dép. Loire-Atlantique, E 505.

128 Par exemple, le minu rendu 20 janvier 1416 (n. st.) par Jehan Le Paleis aux religieuses de l’abbaye de La Joie à Hennebont : Arch. dép. Morbihan, 60 H 18.

129 Kerhervé, Jean, op. cit., t. 1, p. 416.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (12), f° 1 r°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (6). Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 674 (6), f° 6 r°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (6), f° 36 v°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, E 500 (3), f° 5 r°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, E 503 (1), f° 44 r°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 221 (3), f° 14 v°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 12 – Nombre de folios par registre pour la prévôté d’Ancenis (la date indiquée est celle de la conclusion du compte)
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-8.png
Fichier image/png, 37k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-9.png
Fichier image/png, 40k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 222 (4), f° 1 r°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-10.png
Fichier image/png, 3,5M
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (6), f° 19 v°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 223 (6), f° 11 r°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-12.png
Fichier image/png, 5,7M
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, E 502 (3), f° 1 r°. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-13.png
Fichier image/png, 7,1M
Crédits Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1564. Cliché personnel
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3119/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Rabot, « Progrès et diffusion des techniques comptables à la fin du Moyen Âge : l’exemple de la Bretagne méridionale »Comptabilités [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/3119

Haut de page

Auteur

Brice Rabot

Docteur en histoire du Moyen Âge, Université de Nantes, Chercheur associé au Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) – Université de Poitiers, Chercheur associé au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search