Navigation – Plan du site

Ce que compter veut dire : culture de cour, gouvernement princier et pratiques comptables (Europe occidentale, xiiie-xviiie siècles)

Florence Berland et Pauline Lemaigre-Gaffier

Texte intégral

Introduction

Rendre raison de la vie de cour

1Entre Moyen Âge et Temps modernes, gouverner, c’est compter, c’est-à-dire « rendre compte » ou, pour le dire dans les termes de l’époque, « rendre raison » : l’exercice d’un pouvoir d’essence avant tout judiciaire et qui passe de plus en plus par des formes de délégation de la puissance publique au gré l’extension des espaces de souveraineté implique donc l’élaboration de documents comptables. Ceux-ci, en récapitulant les ressources et dépenses passées, permettent au souverain d’envisager le financement de ses ambitions à venir, de quelque nature qu’elles soient, mais aussi de contrôler les officiers à qui il a donné sa confiance. Juge de la reddition des comptes, le prince qui connaît ses finances et les emploie à bon escient demeure, dans la longue durée, celui qui mérite d’être loué comme un « bon ménager », qui épargne ses deniers, punit les malversations de ses officiers et rend donc justice à ses sujets. La documentation comptable constitue l’instrument essentiel d’un roi de justice, respectueux du contrat implicite qui le lie à ses sujets et garant de l’équité dans le Royaume. Le chroniqueur célèbre ainsi la prévoyance du duc Louis de Bourbon, qui

  • 1 Orronville, Jean (d’), dit Cabaret, La Chronique du bon duc Loys de Bourbon, Paris, 1876, p. 277.

« estant en son païs, fit de belles ordonnances : la première fut qu’il voult savoir toutes ses dettes. Et oultre dit au sire de Norris qu’il vouloit savoir combien povoient monter tous ses domaines […] et les raisons pour quoi je fais ceci, dit le duc, si sont pour reigner et tenir l’estazt de moi et de ma femme et fils, et aussi pour moi acquitter de tous ceulx à qui je doi »1.

  • 2 Santamaria, Jean-Baptiste, Le Secret du prince : gouverner par le secret (France-Bourgogne, xiiie-x (...)

2Soucieux de s’acquitter de ses dettes et de pourvoir lui-même à son train de vie, le prince médiéval s’appuie sur le travail de sa Chambre des comptes et des cours souveraines tout en maintenant le secret autour de ses finances2. Dans l’Europe occidentale de la fin de l’Ancien régime, ces préoccupations sont amplifiées, d’une part, par l’accroissement des charges et de l’endettement de l’État, d’une part, et, d’autre part, par les revendications du public en faveur du dévoilement des finances princières. À la cour de France, les administrateurs des Menus Plaisirs, qui s’emploient, comme d’autres officiers de la Maison du Roi à la même époque, à justifier à la fois leurs dépenses et l’importance de leur service dans le fonctionnement de l’État, en viennent même à appeler de leurs vœux la diffusion de leurs chiffres auprès de ce « Public » qui les condamne à tort :

  • 3 Archives nationales (Paris), O1 2809, « Notice ».

« Tels sont en raccourci les détails dont MM. les Premiers Gentilshommes de la Chambre ont instruit le Roi et les Ministres qui sont d’ailleurs a même de vérifier la réalité, et ce travail n’est point assez considérable pour qu’ils n’y pussent sacrifier quelques instans, même pour leur propre satisfaction, alors reconnoissant la nécessité des Dépenses indispensables pour le Service, et celles destinées aux amusements de la Cour ils seroient en état de rendre la justice qui est due a l’administration de MM les Premiers Gentilshommes de la Chambre qui font veiller par des officiers en charge et sermentés en justice, aux Interrets du Roi, des lors toute plaisanterie cesseroit dans les Bureaux et dans le Public même sur une administration qui a toujours parue assez essentielle pour tenir le trois ou quatrième rang dans les dépenses de l’Etat ainsi qu’on le voit dans les cahiers de Dépenses du Règne de Louis quatorze »3.

3Ces administrateurs cherchent ainsi à faire la preuve de leur dignité dans la hiérarchie des affaires de l’État, illustrée par la pertinence de leurs dépenses au service de l’incarnation de la majesté royale. Ils s’attachent donc à en rendre compte en introduisant des procédures inédites d’ordonnancement de la dépense – contribuant de cette façon à la genèse de règles de contrôle comptable transposables dans un régime parlementaire. Cela étant, ils synthétisent aussi des informations dans des typologies documentaires et statistiques dont la matrice prend la forme de ces « états » tenus depuis la fin du Moyen Âge. Or en perpétuant ces pratiques du chiffre, ces officiers perpétuent aussi l’ordonnancement graphique d’un système symbolique s’appuyant sur un système de relations et un système d’objets. De même, à la cour de Bourgogne du tournant du xive siècle, la cour, au sein de laquelle officiait le receveur général de toutes les finances, était déjà l’épicentre de la production de documents comptables qui en structuraient les logiques sociales et matérielles – depuis les « écrous de la dépense et des gages » permettant de suivre les consommations et la liste des personnes présentes auprès du prince, jusqu’aux listes de bénéficiaires des dons ducaux dans les registres de la recette générale de toutes les finances. La place de la cour au sein de l’appareil d’État s’en trouve renforcée, en même temps qu’est façonnée la représentation des réalités que ces documents mettent en ordre.

  • 4 Lemaigre-Gaffier, Pauline, Administrer les Menus Plaisirs du Roi. La cour, l’État et les spectacles (...)
  • 5 Berland, Florence, La Cour de Bourgogne à Paris, 1363-1422, thèse de doctorat, Université Charles-d (...)
  • 6 Ce temps de la cour aussi significatif du point de vue des pratiques de l’écrit, voir la réflexion (...)

4Formulé à la rencontre de deux terrains de recherche – ceux, d’une part, de Pauline Lemaigre-Gaffier4 sur cette administration curiale de la France des Lumières qu’était le « département » des Menus Plaisirs, et, d’autre part, de Florence Berland sur cette cour princière intégrée au réseau de cours du Paris des xive et xve s. qu’était la cour de Bourgogne5 –, ce numéro spécial de Comptabilités a pour ambition d’élargir le terrain de l’enquête aux pratiques comptables d’autres cours de la « société des princes » du xiiie au xviiie siècle. Il s’agit en premier lieu de mettre à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle les pratiques comptables participent pleinement de l’élaboration de la culture de cour. En partant de la matérialité des documents (support, organisation interne…) mise en évidence par une approche codicologique, de leur processus de production au sein même de la cour et des processus d’énonciation de celle-ci qu’ils déterminent, l’historien dégage en effet l’un des lieux non seulement de l’enregistrement des réalités curiales, mais aussi de la configuration de ce monde spécifique. En second lieu, l’objectif est de rendre visible ce temps de la cour, que constitue ce que l’on pourrait qualifier, pour reprendre l’expression de Jacques Le Goff, de « long Moyen Âge », qui court du xiiie au xviiie siècle et qui s’incarne dans une continuité – au moins apparente – des pratiques documentaires et des représentations du pouvoir princier qui leur sont associées6. Tant pour comprendre les traits caractéristiques de cet ancien régime documentaire curial que pour identifier finement les inflexions de la production et des usages de ces écrits, il importe de décloisonner les traditionnelles approches par période académique qui tendaient à fragmenter cet ensemble ou à enfermer l’archive comptable princière dans l’immobilité des archaïsmes hérités du Moyen Âge.

5Ce choix du temps long de la cour emporte avec lui un enrichissement mutuel des historiographies qui ont différemment investi les objets comptables et documentaires dans le champ des études médiévistes et dans celui des études modernistes.

  • 7 Voir par exemple le numéro 2 de la présente revue Comptabilités : « Approche codicologique des docu (...)
  • 8 Chastang, Pierre, « L'archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l'écrit au Moyen (...)
  • 9 De Vivo, Filippo, « Cœur de l'État, lieu de tension. Le tournant archivistique vu de Venise (xve-xv (...)
  • 10 Paravicini, Werner, « L’embarras de richesses : comment rendre accessibles les archives financières (...)
  • 11 Anheim, Étienne et Theis, Valérie, « La comptabilité des dépenses de la papauté au xive siècle. Str (...)
  • 12 Chankowski, Véronique, dir., Comptables et comptabilités dans l’Antiquité, numéro spécial de Compta (...)
  • 13 Coquery, Natacha, Menant, François et Weber, Florence (dir.), Écrire, mesurer, compter. Vers une hi (...)

6De nombreuses études, notamment en France et en Italie, ont en effet interrogé la performativité propre à l’écrit dans les pratiques de gouvernement et d’administration au Moyen Âge. Elles ont puisé aux savoirs techniques hérités de l’érudition du xixe siècle – diplomatique, codicologie7, paléographie… –, pour faire des écrits dits « documentaires » ou « pragmatiques » des objets d’études en soi (et non plus de simples « sources » d’information) et ont ainsi renouvelé l’histoire institutionnelle en l’enrichissant d’une interprétation culturelle et sociale inédite8. Divers pratiques et acteurs ont été envisagés sous cet angle, notamment les archives9, perçues comme de puissants arsenaux symboliques ou politiques, et les comptabilités – princières10, mais aussi monastiques11 –, dont les usages avant tout judiciaires et la capacité à porter un discours politique ou à garantir un réseau de clients, de vassaux ou de tenanciers ont été amplement mis en valeur. Ces approches, qui ont également été mises en œuvre en histoire ancienne12, doivent beaucoup à une lecture anthropologique de ces écrits pragmatiques dont l’efficacité peut être déclinée sans se limiter à sa dimension gestionnaire : il s’avère ainsi que la comptabilité a pu se sophistiquer pour satisfaire des impératifs symboliques d’administration de la mémoire et du sacré tandis que, à l’inverse, des marchands des époques médiévale ou moderne pouvaient prospérer sans savoir tenir leurs livres13.

  • 14 On citera par exemple Chartier, Roger, Culture écrite et société : l’ordre des livres (xive-xviiie (...)
  • 15 On citera par exemple Jouhaud, Christian, Mazarinades. La Fronde des mots, Paris, et id., Les Pouvo (...)
  • 16 Genêt, Jean-Philippe (dir.), L’État moderne. Genèse. Bilans et perspectives, Actes du colloque de P (...)
  • 17 Dans ce champ, histoire des savoirs d’État dans la longue durée et sociologie contemporaine des usa (...)
  • 18 Legay, Marie-Laure (dir.), Dictionnaire historique de la comptabilité publique. 1500-1850, Rennes, (...)
  • 19 Lemarchand, Yannick, « Style mercantile ou mode des finances, le choix d’un modèle comptable dans l (...)
  • 20 Voir par exemple les études de cas à partir de comptabilités marchandes dans Villain, Julien, Appar (...)

7Tout en présentant de nombreux points de jonction avec les travaux portant sur la période médiévale, le mouvement historiographique est sans doute à la fois moins massif et plus divers dans le cadre des études modernistes. Dans la lignée des travaux de Roger Chartier14, puis de ceux de Christian Jouhaud et d’Alain Viala15, l’intérêt s’est moins porté sur l’administration par l’écrit que sur l’efficace sociale et politique de textes longtemps abandonnés des historiens car classés parmi les œuvres littéraires – ainsi des écrits des « mémorialistes ». Par ailleurs, l’histoire des institutions d’État, désormais appréhendée de manière dynamique, s’appuie non seulement sur celle des acteurs, mais aussi sur celles de leurs pratiques et de leurs outils16. Le développement de l’histoire des « savoirs », et non plus des seules « sciences » au sens de disciplines formalisées, a par exemple mis au premier plan historiographique les enjeux politiques liés à la production et la mise en œuvre, par des techniques d’enquête, d’écriture et de calcul, de savoirs d’État17. Ces évolutions sont entre autres sensibles dans l’analyse des finances et de la comptabilité publiques dans l’Europe moderne18. Ces travaux ont en outre bénéficié des renouvellements des sciences de gestion et du management qui, incluant des perspectives historiques et sociologiques19, ont alimenté la réflexion sur la diversité des outils de la gestion des affaires et du gouvernement des hommes, ainsi que sur l’évaluation de leur efficience – le cas d’école étant celui de la comptabilité en partie double20. Dans cette perspective, la comptabilité n’est plus qu’un outil parmi ceux qui permettent de forger une représentation de l’organisation et d’inclure ceux qui l’animent dans une dynamique commune.

  • 21 Cf. le projet Prosopographia burgundica, qui a permis la mise en place d’une base de données repren (...)
  • 22 Meiss, Marjorie, Les Guise et leur paraître, Tours, 2013 ; Lecarpentier-Bertrand, Bénédicte, Du cor (...)

8Du fait des pratiques d’archivage assez largement systématiques dont elles ont fait l’objet, les comptabilités d’État ont également été sollicitées pour faire l’histoire de la cour. À l’aune des décalages historiographiques que l’on vient de souligner, les médiévistes ont cependant bien plus précocement utilisé ce type d’écrits que les modernistes, qui ont de leur côté l’avantage de pouvoir les confronter avec des sources plus variées et plus nombreuses. Aux études évoquées ci-dessus se combinent des projets collectifs basés sur des dépouillements sériels21, ce qui a permis de mieux appréhender à la fois leurs processus d’élaboration et la richesse de leur contenu. Les modernistes se sont plus récemment saisis de ce matériau archivistique, et la connaissance que nous avons des cours modernes notamment de leur culture matérielle, a été approfondie grâce au dépouillement des sources comptables, comme en témoignent des études récentes22.

  • 23 Aymard, Maurice et Romani, Marzio A. (dir.), La Cour comme institution économique, Actes du 12e Con (...)
  • 24 C’est ce qu’a, par exemple, montré Valérie Theis à propos de la cour pontificale dans « Les registr (...)
  • 25 Il importe en effet de passer par cette échelle micro pour prendre la mesure des modalités et des e (...)
  • 26 Pour une synthèse sur le renouveau de l’historiographie des cours de l’époque médiévale, voir Gaude (...)

9Étroitement liée aux impératifs, pratiques et acteurs de la gestion de l’État, la cour est le lieu d’une de ses déclinaisons spécifiques en même temps qu’elle constitue un marché et un espace de production hors normes23. Au tournant du Moyen Âge et de l’époque moderne, se joue un phénomène qui a pu être décrit comme un processus d’émancipation de l’État vis-à-vis de la cour, mais qui est en fait d’abord un processus de développement co-extensif de la cour et de l’État. La transformation de l’hôtel princier en institution curiale peut même être considérée comme un marqueur de l’affirmation de la forme étatique, inventée et mise en évidence, entre autres, dans les comptabilités publiques24. Celles-ci constituent donc un des terrains par excellence de l’observation de l’imbrication durable des sphères gouvernementales et curiales. Se placer à l’échelle micro-historique de ces pratiques comptables permet, à travers l’analyse des acteurs, des méthodes, des gestes et des effets de cette écriture du chiffre, de comprendre des interactions propres aux périodes médiévale et moderne entre structures de l’État et relations personnelles autour du prince, entre public et privé ou encore entre monde administratif et milieux marchands25. L’invitation à en faire un lieu d’interrogation des usages de la comptabilité publique s’inscrit enfin dans le prolongement de quarante ans de recherches qui ont fait de la cour non seulement un véritable objet scientifique – notamment dans le sillage des travaux pionniers de Norbert Elias et de grands programmes de recherche allemands et italiens –, mais un espace clef de la compréhension des États et des sociétés tardo-médiévales et modernes26. Dans cette perspective, la réflexion fait donc dialoguer ici ce renouveau de l’histoire politique et sociale à travers ces deux terrains originaux que sont les cours et les pratiques de l’écrit – les comptabilités en constituant une des intersections pertinentes. Instrument essentiel du pouvoir, témoin et témoignage du bon gouvernement et de la splendeur du souverain, la cour est en effet à la fois actrice et objet de ces pratiques de dénombrement et de calcul, d’écriture et de classement, de contrôle et de reddition.

Usages, producteurs et efficience du chiffre comptable : une relecture des temporalités des cours médiévale et moderne

10Dans le prolongement de ces pistes interprétatives suscitées par le rapprochement de la cour de Bourgogne du xive siècle et de la cour de France du xviiie siècle, il nous a paru pertinent de privilégier trois axes de réflexion pour appréhender le phénomène curial à travers ses pratiques comptables dans ce numéro de Comptabilités.

11En premier lieu, il s’agit de s’attacher aux usages de ces documents. Initialement, les inventaires et les livres de compte n’étaient pas des outils de gestion mais constituaient des preuves judiciaires. L’enquête permet donc d’explorer la façon dont ont émergé divers enjeux gestionnaires dans les processus comptables – notamment en termes de traçabilité des flux d’objets, d’argent... – et dont ils ont affecté ces écrits. Ces documents constituant la mémoire vive des dons, des droits et des instruments nécessaires aux rituels princiers, les usages socio-symboliques dont ils faisaient l’objet demeurent toutefois cruciaux tout au long de la période considérée.

12En étudiant la production et les usages des « écrous de la dépense » à la cour de Bourgogne aux xive et xve siècles, Yann Morel met en évidence les processus de normalisation qui président à l’élaboration de ces écrits de gestion singuliers et qui en permettent une conservation durable. Portant les marques d’usages temporels différenciés, ces documents, au delà de leur seule valeur immédiate de suivi des approvisionnements de l’hôtel, peuvent être utilisés en cas de contentieux avec des fournisseurs, mais conservent également la mémoire des festins organisés à la cour. Au xviie siècle, à la cour des Habsbourgs de Madrid étudiée par Sandra Martinez, la réforme de l’État s’accompagne de la complexification du contrôle du service personnel du souverain et de l’approvisionnement de sa cour. Si la mise en chiffres et l’instrumentation écrite du service domestique ne sont pas une invention de l’époque moderne, la systématisation du contrôle par l’écrit s’accompagne alors d’une diversification des personnels et des étapes du service faisant l’objet de ce contrôle, à laquelle répond la démultiplication des livres. C’est ainsi qu’est valorisée la figure du « secrétaire-comptable » chargé d’assurer la traçabilité des flux d’objets en tenant par exemple des livres d’entrées et de sorties ou encore un livre abécédaire des marchandises. Ces écrits servent cependant moins à anticiper et réguler les dépenses qu’à authentifier les ordres du roi et éviter les fraudes des marchands-fournisseurs ou des serviteurs.

13En second lieu, l’enquête doit aborder le personnel impliqué dans l’élaboration des comptes : l’enjeu est de comprendre comment et par qui les comptes étaient produits, en s’attachant à la position des comptables au sein de la cour. La tenue des comptes peut tout à la fois être rejetée du côté du « maniement » de l’argent et considérée comme un office curial source de dignité – et donc catalyseur des relations qu’entretiennent ces officiers comptables avec le prince et les autres officiers de la maison princière. Il s’agit donc aussi d’apprécier à quel point les comptables sont intégrés à la cour et participent en ce sens à la culture dont elle était le creuset.

14C’est par l’étude précise de l’organisation et du fonctionnement des finances de l’hôtel royal aragonais sous Alphonse le Magnanime (1416-1458) que Roxane Chilà explicite le rôle et les interactions des différents officiers de finances, et met en lumière l’émergence, liée aux contraintes matérielles nées des conquêtes royales dans le royaume de Naples, d’un nouvel acteur de la gestion de comptes : le banquier. La confrontation des sources normatives, telles que les ordonnances, et des documents comptables permet de cerner les caractéristiques et la permanence de la culture professionnelle des officiers de finances aragonais, en dépit de cette transformation essentielle des conditions d’exercice de leur charge. S’appuyant sur le cas complexe de la monarchie des Habsbourgs de Vienne au xviiie siècle, Éric Hassler met quant à lui en évidence le triple processus d’évolution que connaît la comptabilité de cour au xviiie siècle. Dans les almanachs de cour viennois, se révèle tant l’accroissement objectif du nombre de comptables que la volonté de le publier et de rendre ainsi visibles les pratiques de bonne gestion du souverain. Parallèlement, l’agrégation des services comptables curiaux à l’administration de l’État semble s’accompagner d’un abaissement du statut social de leur personnel, qui n’appartient plus à la noblesse. Comment dès lors évaluer l’efficience politique et symbolique d’un développement de l’administration des finances de la cour qui suppose son émancipation vis-à-vis de celle-ci ? Qu’advient-il de la nature d’une cour dont l’importance est reconnue mais à qui échappent ses mécanismes d’auto-régulation ? C’est en tout cas un signe des mutations qui travaillent l’État d’Ancien Régime qui ne peut plus se contenter au siècle des Lumières d’une image médiatisée par les arts, et qui rend public son visage administratif au moyen de media tels que les almanachs.

15En effet, loin d’être limités par l’objectivité longtemps attribuée aux documents administratifs, ces comptes véhiculent des représentations spécifiques du corps du prince, et du réseau social que constitue la cour – et que la comptabilité contribue à tisser. À cet égard, la mise en scène de la valeur, économique et symbolique, des objets dans la comptabilité constitue un révélateur du rôle joué par la médiation écrite dans les rapports entre le prince et ses sujets.

16La contribution de Jean-Baptiste Santamaria permet d’aborder, à travers le problème de l’accès au document comptable, le rapport que le prince de la fin du Moyen Âge entretient plus généralement à l’argent. Au delà des seuls enjeux moraux qui imposent au prince d’afficher une distance étudiée vis-à-vis des questions financières, le levier de pouvoir que représente la maîtrise de la comptabilité et, partant, des finances, ne peut être négligé par les princes. Leur pratique du pouvoir intègre ainsi progressivement de plus en plus de références à la maîtrise des chiffres, des comptes et de l’argent, affectant en regard la construction de leur image de gouvernant. Quant à Benoît Carré, son étude de la mise en place d’une comptabilité des pensions de cour au xviiie siècle montre clairement comment les réformes comptables et financières contribuent à transformer l’interaction du prince avec ses sujets. Les pensions sont en effet par essence des dons que le roi accorde à titre de grâce et qui illustrent à la fois sa générosité et le caractère absolu d’une souveraineté qu’il exerce sans partage. Enregistrer, centraliser et contrôler ces grâces par écrit a, donc, moins pour effet d’en réduire l’ampleur que de contractualiser et de bureaucratiser les relations que le roi entretient avec ses pensionnés qui tendent ainsi à devenir ses administrés. Dans ce contexte, les pensions de cour tendent alors à être délégitimées au regard des pensions versées par exemple aux militaires en retraite et à se singulariser au point d’être distinguées sous la monarchie constitutionnelle des « pensions d’État » et cantonnées à la sphère domestique de la Liste civile.

17À l’importance dans le temps long des comptabilités comme formalisation de liens sociaux dont la cour est le garant à l’échelle de du royaume, répondent ainsi des changements non linéaires dans les pratiques d’écriture et la coexistence d’usages différenciés de ces chiffres. Ces temporalités emboîtées que révèlent la production et les usages des comptabilités de cour rendent également manifeste la manière dont ce « temps de la cour » des xiiie-xviiie siècles est un moment spécifique d’expression de la souveraineté, où s’équilibrent subtilement invention de l’État et expression personnelle du pouvoir dans les lieux physiques et métaphoriques que sont d’une part la cour et d’autre part sa médiation écrite par les « narrations chiffrées » des comptes.

Haut de page

Notes

1 Orronville, Jean (d’), dit Cabaret, La Chronique du bon duc Loys de Bourbon, Paris, 1876, p. 277.

2 Santamaria, Jean-Baptiste, Le Secret du prince : gouverner par le secret (France-Bourgogne, xiiie-xve s.), Ceyzérieu, 2018 ; André, Sylvain, Castejόn, Philippe et Malaprade, Sébastien (dir.), Arcana imperii. Gouverner par le secret à l’époque moderne (France, Espagne, Italie), Paris, 2019.

3 Archives nationales (Paris), O1 2809, « Notice ».

4 Lemaigre-Gaffier, Pauline, Administrer les Menus Plaisirs du Roi. La cour, l’État et les spectacles dans la France des Lumières, Ceyzérieu, 2016.

5 Berland, Florence, La Cour de Bourgogne à Paris, 1363-1422, thèse de doctorat, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2011.

6 Ce temps de la cour aussi significatif du point de vue des pratiques de l’écrit, voir la réflexion menée au sein du séminaire « Administrer par l’écrit. Moyen Âge-Temps modernes » (https://admecrit.hypotheses.org/).

7 Voir par exemple le numéro 2 de la présente revue Comptabilités : « Approche codicologique des documents comptables du Moyen Âge », 2011 [en ligne] : URL https://journals.openedition.org/comptabilites/364 (consulté le 09/11/2018).

8 Chastang, Pierre, « L'archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l'écrit au Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 63/2, 2008, p. 245-269 ; Bertrand, Paul, Les Écritures ordinaires : sociologie d’un temps de révolution ordinaire, entre royaume de France et Empire (1250-1350), Paris, 2015.

9 De Vivo, Filippo, « Cœur de l'État, lieu de tension. Le tournant archivistique vu de Venise (xve-xviie siècle) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 68/3, 2013, p. 699-728.

10 Paravicini, Werner, « L’embarras de richesses : comment rendre accessibles les archives financières de la Maison de Bourgogne-Valois », Académie royale de Belgique, Bulletin de la classe des Lettres, 1996, 6e sér., n° 7, p. 21–68.

11 Anheim, Étienne et Theis, Valérie, « La comptabilité des dépenses de la papauté au xive siècle. Structure documentaire et usages de l’écrit », Mélanges de l’École française de Rome, 118/2, 2006, p. 165-168. ; Wirth-Jaillard, Aude et al., Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l'histoire du contrôle social (xiiie-xviiie siècles), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2014 ; Dewez, Harmony, Connaître par les nombres. Cultures et écritures comptables au prieuré cathédral de Norwich (1256-1344), thèse de doctorat, Université Paris 1, 2014 (à paraître aux Éditions de la Sorbonne) ; Beck, Patrice et Mattéoni, Olivier, dir., Classer, dire, compter : discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, Paris, 2016.

12 Chankowski, Véronique, dir., Comptables et comptabilités dans l’Antiquité, numéro spécial de Comptabilités. Revue d’histoire des comptabilités, 2014, n° 6 (http://journals.openedition.org/comptabilites/1431).

13 Coquery, Natacha, Menant, François et Weber, Florence (dir.), Écrire, mesurer, compter. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006 (notamment l’Introduction des auteurs, p. 11-29).

14 On citera par exemple Chartier, Roger, Culture écrite et société : l’ordre des livres (xive-xviiie siècles), Paris, 1996 ; id., « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 56/4, 2001.

15 On citera par exemple Jouhaud, Christian, Mazarinades. La Fronde des mots, Paris, et id., Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, 2000 ; Viala, Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, 1992 [1985 ; Grihl (Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire), Écriture et action, xviie-xixe siècle. Une enquête collective, Paris, 2016.

16 Genêt, Jean-Philippe (dir.), L’État moderne. Genèse. Bilans et perspectives, Actes du colloque de Paris (19-20 septembre 1989), Paris, 1990 ; Descimon, Robert, Schaub, Jean-Frédéric et Vincent, Bernard (dir.), Les Figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, France et au Portugal. xvie-xixe siècles, Paris, 1997 ; pour une synthèse récente, Meyzie, Vincent, « Histoire de l’État » dans Faire de l’histoire moderne. Un bilan historiographique, Actes des colloques annuels de l’Association des Historiens Modernistes de l’Université Française en 2015 et en 2016, à paraître aux Presses de Sorbonne Université en 2019.

17 Dans ce champ, histoire des savoirs d’État dans la longue durée et sociologie contemporaine des usages de la quantification se font largement écho : Bourguet, Marie-Noëlle, Déchiffrer la France : la statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, 1989 ; Brian, Éric, La Mesure de l’État : administrateurs et géomètres au xviiie siècle, Paris, 1994 ; Crosby, Alfred W., The Measure of reality: Quantification in Western Europe 1250-1600, New York,  1997 ; Desrosières, Alain, La Politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, 2000 ; Crook, Tom et O’Hara, Glenn, dir., Statistics and the public sphere, 1800-2000: numbers and the people in modern Britain, New York, 2011 ; Behrisch, Lars, « Des chiffres politiques » : La statistique, dispositif politique et activité pratique au xviiie siècle », dans Laborier Pascale et al., dir., Les Sciences camérales : activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Paris, 2011 ; Supiot, Alain, La Gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Paris, 2015 ; Lamendour, Ève, et Lemarchand, Yannick (dir.), « Quantification, normes et croyances », dossier paru dans Entreprises et histoire, 2015/2.

18 Legay, Marie-Laure (dir.), Dictionnaire historique de la comptabilité publique. 1500-1850, Rennes, 2010 ; Dubet, Anne et Legay, Marie-Laure, dir., La Comptabilité publique en Europe. 1500-1850, Rennes, 2011 ; Soll, Jacob, The Reckoning: financial accountability and the rise and fall of nations, New York, 2014.

19 Lemarchand, Yannick, « Style mercantile ou mode des finances, le choix d’un modèle comptable dans la France de l’Ancien Régime », Annales. Histoire, Sciences sociales, 50/1, 1995, p. 159-182 ; Lemarchand, Yannick et McWatters, Cheryl S., « Accounting as story telling. Merchant activities and commercial relations in eighteenth century France », Accounting, auditing and accountability Journal, 23/1, 2009.

20 Voir par exemple les études de cas à partir de comptabilités marchandes dans Villain, Julien, Appareil commercial et diffusion des biens de consommation au xviiie siècle. Aires et structures du commerce des commodités en Lorraine centrale et méridionale, années 1690/1791, thèse de doctorat, Université Paris 1, 2015.

21 Cf. le projet Prosopographia burgundica, qui a permis la mise en place d’une base de données reprenant les informations contenues dans les écrous produits à la cour de Bourgogne. [en ligne] URL : http://www.prosopographia-burgundica.org/ (consulté le 09/11/2018).

22 Meiss, Marjorie, Les Guise et leur paraître, Tours, 2013 ; Lecarpentier-Bertrand, Bénédicte, Du corps du roi au corps domestique. Les consommations de la cour de France au xviie siècle (v. 1594-v. 1670), thèse de doctorat, Université Paris-Est-Créteil, 2016.

23 Aymard, Maurice et Romani, Marzio A. (dir.), La Cour comme institution économique, Actes du 12e Congrès international d’histoire économique, Paris, 1998.

24 C’est ce qu’a, par exemple, montré Valérie Theis à propos de la cour pontificale dans « Les registres de comptes comme archives de la cour pontificale d’Avignon dans la première moitié du xive siècle », dans Lemaigre-Gaffier, Pauline et Schapira, Nicolas (dir.), « Archiver la cour. xive-xxe siècles », dossier spécial du Bulletin du Centre de recherche du Château de Versailles, 2019.

25 Il importe en effet de passer par cette échelle micro pour prendre la mesure des modalités et des effets de la fabrication matérielle de faits et données tant scientifiques que juridiques et administratifs (voir par exemple Latour, Bruno, La Fabrique du droit. Une ethnographie du conseil d’État, Paris, 2004 ; Borzeix Anni et Fraenkel, Béatrice, dir., Langage et travail. Communication, cognition, action, Paris, 2005 [2001] ; Gardey, Delphine, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, 2008 ; Becker, Peter et Krosigk, Rudiger (von) (dir.), Figures of Authority : Contributions towards a Cultural History of Governance, Bruxelles, Peter Lang, 2008.

26 Pour une synthèse sur le renouveau de l’historiographie des cours de l’époque médiévale, voir Gaude-Ferragu, Murielle, Bruno, Laurioux et Paviot, Jacques (dir.), La Cour du Prince. Cour de France, cour d’Europe, xiie-xve siècles, Paris, 2011, et, pour l’époque moderne, voir Fantoni, Marcello (dir.), The Court in Europe, Rome, 2012. Sur les interactions entre cour et État, entre cour et royaume, voir par exemple, dans des perspectives différentes : Martinez Millán, José, « La sustitución del “sistema cortesano” por el paradigma del “estado nacional” en las investigaciones históricas », dans Fantoni, M., op. cit., p. 193-219 et en ligne : http://www.unsa.edu.ar/histocat/hamoderna/martinezmillancorte.pdf et Cosandey, Fanny, Le Rang : préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Berland et Pauline Lemaigre-Gaffier, « Ce que compter veut dire : culture de cour, gouvernement princier et pratiques comptables (Europe occidentale, xiiie-xviiie siècles) »Comptabilités [En ligne], 11 | 2019, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/3282

Haut de page

Auteurs

Florence Berland

Université de Lille/IRHIS

Pauline Lemaigre-Gaffier

UVSQ/DYPAC

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals